Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les sociétés d'horticulteurs

Aux origines du « Señorio de Salangome »

Occupation territoriale préhispanique de la côte sud de Manabi (Équateur)
Yann Graber
p. 59-64

Résumés

Dans la région de Salango, l’occupation territoriale préhispanique, considérée de manière diachronique, n’a pas retenu l’attention des chercheurs outre l’essai de J. Damp restreint, dans son court article de 1984, à la seule culture Valdivia. Le commerce du spondyle, le site cérémoniel Engoroy de Salango et le « Señorio de Salangome » constituent les trois thématiques les plus en vogue dans les publications concernant le sud de l’actuelle province de Manabí. C’est dans ce contexte de recherche que s’inscrit notre étude visant, par une prospection débutée en 2002, à mettre en évidence les modalités de peuplement sur près de quatre millénaires et l’importance de l’arrière-pays dans la constitution des entités socio-politiques sur le littoral équatorien.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Équateur, Manabí

Index chronologique :

période préhispanique
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Conformé, selon maria Isabel Silva (McEwan et Silva 1989 :165), des villages actuels d’Agua Blanca, (...)
  • 2 En collaboration entre les universités de Neuchâtel (Suisse) et Florida Atlantic (Boca Raton, Usa).

1Connu par les chroniques de la conquête, notamment celle de Juan de Sámano (1985 [1527]), le « Señorio de Salangome1 » s’est peu à peu matérialisé ces trente dernières années, à la suite des projets de recherche – la plupart en relation avec le Programa de Arqueología para el Ecuador (Pae) dirigé par Presley Norton – menés dans cette région (Currie 1995, 2001 ; Lunniss 2001 ; Mester 1990 ; Norton, Lunniss et Nayling 1983). Cependant, l’essence socioculturelle de ces centres et leurs relations sont restées presque ignorées. De plus, le littoral équatorien, comme source importante de spondyles (Spondylus princeps et calcifer) et d’huîtres nacrières (Pinctada mazatlanica et Pteria sterna) amplement diffusées dans les régions andines, a centralisé l’intérêt des chercheurs sur cette thématique spécifique (Marcos 1995 ; Paulsen 1974), laissant d’autres aspects socioéconomiques plus locaux sous un voile de méconnaissance. Si les ressources marines et, sans doute avant tout, le contrôle du commerce des coquillages ont joué un rôle déterminant dans la constitution d’élites locales (caciques), ces entités n’ont pu se constituer que sur une économie prospère, fondée sur l’agriculture, la pêche ou la chasse. De fructueuses comparaisons s’annoncent actuellement avec d’autres communautés littorales, même précéramiques – le cas des Chumash de Californie offre des parallèles intéressants en ce domaine (Arnold 1991, 1992, 2004), même si les processus hiérarchisants demeurent plus difficiles à percevoir sur la côte équatorienne par rapport aux cultures côtières péruviennes, dans la vallée de Moche notamment (Billman 1999). En ce sens, la compréhension diachronique des processus d’acquisition territoriale et la visualisation du réseau d’occupation, ainsi que la mise en contexte des principaux sites préhispaniques régionaux déjà fouillés, sont les fils conducteurs de la présente étude2 débutée en 2002.

  • 3 Damp en 1979 (Damp 1984) ; Allan et Allan 1987 et 1988 (rapport interne au Cims-Pae Préhistoric Set (...)

2Durant les deux dernières décennies, la prospection archéologique a obtenu un juste statut dans le domaine archéologique, passant du niveau d’étape préliminaire aux fouilles à une recherche entière répondant à des problématiques spécifiques. Pour un pays comme l’Équateur, qui dénombre un nombre important de sites préhispaniques en péril et où les projets d’ampleur restent une exception, une telle approche, s’apparentant certes plus à un survol qu’à une étude pointue, sert avant tout au recensement du potentiel archéologique régional et répond à de claires contraintes d’ordre politique ou économique. Élargissant la simple interprétation du site, elle autorise certains rapprochements fructueux dans un contexte (la côte équatorienne) encore peu connu, mais dont les axes d’échange et d’influence ont été d’une rare intensité dès le Formatif. Pour mieux appréhender les processus évolutifs intra- et interculturels, de tels projets doivent se multiplier et leurs résultats atteindre la communauté scientifique internationale, ce qui n’est que rarement le cas. Pour preuve, un certain nombre de prospections ont eu lieu dans la région de Salango3 dont la majeure partie n’a jamais été publiée. L’unique référence bibliographique concernant notre zone d’étude provient du court article de Jonathan Damp (1984) sur les sites du Formatif ancien de la vallée de la rivière Blanco.

Objectifs de l’étude

  • 4 V. Martinez (Fau) a fouillé trois sites datés de la phase de transition Développement régional-Inté (...)

3Par le passé, les recherches menées dans cette région n’abordaient qu’une période chronologique spécifique ou une thématique définie sans jamais s’intéresser à une vision plus ample de la réalité préhispanique. La réalisation d’un « modèle » d’occupation territoriale évolutif au cours du temps paraît dès lors vitale pour la mise en contexte des principaux sites mentionnés. Cette appréciation inclut encore la différenciation topographique des gisements, une approximation spatiale des activités et du réseau d’échange actif prenant en compte comme indicateurs matériels ou non les vestiges archéologiques et les possibles voies de communication. La prospection régionale englobant la frange côtière López Viejo – Ayampe et le réseau hydrographique de la rivière Blanco (pour une surface totale de 183 km2) n’est que l’une des composantes du projet visant à mettre en évidence les modalités de peuplement des origines à nos jours et certains pans de l’héritage préhispanique au sein des communautés actuelle de ce littoral4.

Le milieu

4Le climat de toutes les régions côtières d’Équateur dépend des flots marins (Humboldt et Niño) et de leur inversion. Entre mai et octobre, le courant méridional froid de Humboldt baigne les eaux littorales, apportant une certaine humidité mais aucune précipitation conséquente. Au contraire, le contre-courant équatorial, actif de décembre à avril, provoque la venue de masses d’air chaudes et humides qui engendrent une forte augmentation de la pluviosité (Pourrut et Gómez 1998 : 454). Selon la classification de ces auteurs, la côte équatorienne se divise en cinq classes climatiques ; notre région d’étude reçoit annuellement de 500 à 1 000 mm d’eau et jouit d’un été sec (ibid.). Au sud de la province de Manabí, la convergence de la cordillère côtière vers la ligne littorale pacifique détermine subtilement les conditions climatiques et environnementales. Le relief prononcé – dénivelé de 800 m sur une frange côtière est-ouest de 15 km environ – provoque la condensation des courants marins et entraîne la formation d’une bruine dense en été. La forte humidité estivale des collines offre un contraste frappant avec l’aspect aride des environs de López Viejo ou de Jipijapa. Cette particularité régionale favorise la croissance d’une végétation dense qui pénalise parfois considérablement l’organisation et le bon déroulement d’une prospection archéologique.

Méthodologie

5Cumulant une topographie exigeante, une basse visibilité au sol et une surface conséquente, notre zone d’étude n’était pas propice à l’usage d’une seule technique de prospection, transects ou micro-sondages systématiques à la pelle entre autres. Une certaine souplesse était nécessaire pour palier les multiples imprévus inhérents à une recherche en milieu tropical. L’accès aux zones de prospection a déterminé la méthodologie de terrain : les chemins vicinaux et les lits de rivière – asséchés la moitié de l’année – ont été privilégiés comme axes principaux de l’exploration, ce qui s’est révélé profitable en termes de temps et de découvertes. Même si Guinea (1984) a bien formulé les risques inhérents à une telle pratique (érosion des sites et accumulation de sédiments sur les terrasses alluviales), elle nous a cependant permis une reconnaissance rapide tout en mettant en évidence la profondeur des occupations préhispaniques qu’une méthode plus intensive n’aurait sans doute pas atteintes. Sur une superficie de 183 km2, un échantillonnage comme celui pratiqué dans la vallée du fleuve Jama (Zeidler 1995 ; Zeidler et Pearsall 1994) aurait engendré une vision partielle, voire partiale, de la « réalité » préhispanique. Le relief accentué de la région a cependant permis d’écarter certaines aires ne présentant objectivement pas les conditions adéquates à une occupation humaine, ce qui s’est aussi traduit par un gain de temps substantiel. Si le déroulement de la prospection dépend en grande partie de la topographie et du milieu, la collecte des données sur chaque site suit des critères spécifiques : description topographique, détermination de la couverture végétale et des usages actuels, croquis, position Gps, collecte de matériel. Ponctuellement, des coupes stratigraphiques effectuées dans les berges de rivière ou profitant des dépressions laissées par le pillage de certains sites ont mis en évidence des séquences sédimentaires et d’occupations étendues (fig. 1). Les hautes berges des lits de rivière offrent un ample registre sédimentaire dans lequel s’intercalent, parfois, quelques épisodes anthropiques.

Fig. 1

Fig. 1

Coupe stratigraphique de berge, vallée du Salango

Photo Y. Graber

Occupation territoriale

6Le matériel céramique Valdivia est présent sur trente-six sites auxquels s’ajoutent deux gisements localisés par J. Damp (1984), peut-être détruits depuis lors. Un niveau archéologique gisant à 4 m sous la surface d’une terrasse alluviale dans la vallée du Salango pourrait aussi correspondre à une installation précoce de la zone, mais les vestiges sont trop rares et peu représentatifs. Seule la profondeur indiquerait dans ce cas l’ancienneté de l’échantillon, phénomène d’enfouissement observé plus au sud aux abords du village de Río Chico ou de manière plus spectaculaire sur le site de Colimes dans le bassin du Guayas (Scott Raymond 2003 : 42). Chronologiquement, l’occupation régionale débuterait au Valdivia IV (Hill 1972/1974 ; Martínez, Graber et Harris 2006), en accord avec les vestiges les plus anciens mis au jour sur le site même de Salango (Norton, Lunniss et Nayling 1983). La mention de Damp (1984 : 108) concernant la présence à San Jacinto, El Triunfo et sur le cours de la rivière Achiote, de matériel remontant aux phases I et II, soit du IVe millénaire avant notre ère (Marcos et Michczynski 1996 ; Zeidler 2000), n’est pour l’instant pas confirmée, ni d’ailleurs l’hypothétique présence des monticules cérémoniels.

7L’occupation Valdivia – trente-huit sites toutes phases confondues – s’étale avant tout aux débouchés des vallées côtières et sur les fertiles terrasses alluviales bordant la rivière Blanco (fig. 2). Cette dispersion correspond aux schémas présentés durant ces trente dernières années qui décrivent les premières communautés formatives comme riveraines (Damp1984 ; Marcos 1988, 2003 ; Schwartz et Scott Raymond 1996 ; Scott Raymond 2003). Ces derniers auteurs, reprenant l’étude de la vallée éponyme, discernent deux établissements (Loma Alta et Valdivia) durant le Valdivia ancien, à partir desquels essaimeront de petites aires d’habitat durant les périodes suivantes. Plus au sud, une évolution similaire est perceptible à partir des sites de Real Alto et Centinela. La fonction et l’importance du site de Real Alto évoluent au cours du temps de manière originale avec la construction des deux monticules cérémoniels. Damp (1984) a transposé à l’identique ce modèle à Río Blanco en considérant les trois sites mentionnés précédemment comme les prémices du peuplement formatif postérieur, acquérant eux aussi progressivement une importance rituelle. Or, comme l’ont bien montré Schwartz et Scott Raymond (1996), ces processus ne sont pas généralisés puisque ni Loma Alta, ni Valdivia ne développeront de telles structures liées à des activités cultuelles. Nous concordons cependant avec J. Damp pour noter la forte densité d’habitats remontant au Formatif ancien. Deux sites de hauteur se distinguent aussi par leur position topographique du canevas riverain. Le premier (N4C3-118) domine l’ample vallée de la rivière Blanco sur la crête séparant deux de ses affluents (La Bamba et La Vaca) à plus de 300 m d’altitude. La proximité, en contrebas, de grandes occupations contemporaines induit une relation étroite entre ce gisement, aire de résidence ou d’activité marginale, et ces dernières. Le second (N4C3-082), en revanche, surplombe López Viejo et s’étalerait sur plusieurs faux plats. Son isolement témoigne ici d’une colonisation débordant les terrasses alluviales fertiles de fonds de vallée, à la limite entre les forêts tropicales sèche et humide typiques de la région.

Fig.2

Fig.2

Carte de répartition des sites Valdivia

Infographie Y. Graber

8Durant le Formatif moyen (Machalilla : 1400-850 av. J.‑C., Marcos 2003), la répartition des sites suit les modalités d’occupation des périodes précédentes avec, cependant, une fréquentation plus dense en amont des vallées orientées vers le Pacifique. Cette expansion est particulièrement perceptible le long des cours d’eau débouchant sur les villages actuels de Las Tunas et Ayampe, où la présence Valdivia reste inexistante dans la zone des collines. Des comparaisons extra-régionales s’avèrent très difficiles. Dans la vallée de Jama, un hiatus couvre justement le Formatif moyen, l’occupation de la région ne reprenant qu’à l’arrivée de groupes appartenant à la culture Chorrera (phase Tabuchila, Zeidler 2003). Schwartz et Scott Raymond (1996) notent, sur le cours de la rivière Valdivia, un net accroissement de la population qui se concentre dans des villages plus étendus qu’auparavant. Ils associent cette hausse démographique à d’éventuels progrès en matière d’agriculture et de pêche, ainsi qu’aux prémices d’une certaine spécialisation communautaire perceptible au niveau des sites. Durant le Machalilla moyen et récent, cette croissance stagne pour reprendre dès l’Engoroy (850-100 av. J.-C.), accompagnée d’une nouvelle concentration de l’habitat. En l’état actuel de notre recherche, une telle évolution de l’occupation territoriale n’est pas observable même si le nombre de sites correspondant au Formatif final est nettement moins important que pendant les périodes précédentes. Cela pourrait traduire ce phénomène d’agrégation qui, pour l’instant, en restera au stade hypothétique, même si López Viejo présente un établissement Engoroy dense sous l’actuel cimetière (R. Lunniss, communication personnelle). Notons enfin que dès l’Engoroy moyen (600-300 av. J.-C.) se développe le site cérémoniel d’importance régionale de Salango (Lunniss, à paraître).

9Le Développement régional (300 av. J.-C. à 700/ 800 apr. J.‑C.) marque un nouvel essor qui se traduit par une densification de l’occupation préhispanique, comme auparavant sur le littoral et dans la vallée du Blanco, et par son expansion dans de nouvelles aires géographiques jusqu’alors délaissées, petites vallées latérales et collines. Ce processus culmine durant la phase Manteño (700/800 à 1531 – près de cent sites recensés). Outre le développement des sites connus de López Viejo (Currie 1995, 2001) et de Salango (Norton, Lunniss et Nayling 1983), l’axe de la rivière Blanco jusqu’à sa confluence avec le fleuve Ayampe montre une dynamique de peuplement sans précédent (fig. 3). L’organisation interne des villages change drastiquement avec l’apparition d’une architecture rectangulaire à soubassement en pierres sèches qui témoigne indirectement de profondes modifications sociales. Jusqu’à présent décrites uniquement dans les grands sites Manteño de López Viejo et Agua Blanca, la présence de telles fondations dans des zones considérées comme marginales – onze structures ayant été découvertes, par nos soins, aux alentours du village actuel de Río Blanco – atteste une fois encore de l’importance de cette vallée contrôlant, depuis le Formatif déjà, l’une des voies de communication en direction du bassin du Guayas. Parallèlement, la spécialisation de certains habitants dans la production d’objets de prestige est clairement attestée par les longues bâtisses rectangulaires mises au jour par E. López, P. Allan et V. Martínez aux abords de la plage de Río Chico et interprétées comme des ateliers de taille du spondyle.

Fig. 3

Fig. 3

Carte de répartition des sites Manteño

Infographie Y. Graber

10L’occupation préhispanique du sud de la province de Manabí témoigne d’une grande dynamique sur près de quatre millénaires et d’une excellente adaptation aux différents milieux composant l’environnement régional. Logiquement, les zones les plus propices, à savoir les terrasses alluviales de fonds de vallée, ont accueilli la plus grande densité d’installation, car elles permettaient une appropriation idéale des ressources naturelles proches (forêt ou océan) et de terres fertiles régénérées périodiquement par les alluvions déposés. Dès Valdivia IV et durant tout le Formatif, l’acquisition territoriale se développe avant tout le long du littoral et de l’axe nord-sud constitué par la rivière Blanco. Sans doute composé de petites aires d’habitat autonomes durant la majeure partie du Formatif, ce modèle évolue vers la constitution de grands établissements dont dépendent une nuée de petits hameaux qui constituent la base économique des entités sociopolitiques en formation. L’exemple de López Viejo est sans doute représentatif de ce phénomène puisque l’environnement direct n’a jamais pu soutenir sa croissance démographique. L’arrière-pays, et surtout la vallée du Blanco, a donc subvenu, par ses surplus et sans doute dès le Développement régional, aux besoins d’une partie de la population spécialisée dans la production de prestige.

Haut de page

Bibliographie

Arnold, J. E. 1991. « Transformation of a regional economy : socio-political evolution and the production of valuables in southern California », Antiquity, 65 : 953-962.

Arnold, J. E. 1992. « Complex hunter-gatherer-fishers of Prehistoric California : chiefs, specialists, and maritime adaptations of the Channel Islands», American Antiquity, 57, 1 : 60-84.

Arnold, J. E. 2004. « The later evolution of the Island Chumash », in : J. E. Arnold (ed.), Foundations of Chumash Complexity. Los Angeles, Cotsen Institute of Archaeology, University of California : 1-16.

Billman, B. R. 1999. « Reconstructing prehistoric political economies and cycles of political power in the Moche Valley, Peru », in : B. R. Billman, Settlement Pattern Studies in the Americas : Fifty Years since Virú. Washington, Smithsonian Institute : 131-159.

Currie, E. 1995. Prehistory of the Southern Manabí Coast, Ecuador. Oxford, Bar International Series 618.

Currie, E. 2001. « Manteño ceremony and symbolism. Mortuary practices and ritual activities at López Viejo, Manabí, Ecuador », in : J. E. Staller et E. Currie, Mortuary Practices and Ritual Associations. Shamanic Elements in Prehistoric Funerary Contexts in South America. Oxford, Bar International Series 982 : 67-92.

Damp, J. 1984. « Environmental variation, agriculture and settlement proceses in Coastal Ecuador (3300-1500 B.C.) », Current Anthropology, 25, 1 : 106-111.

Guinea, M. 1984. Patrones de asentamiento en la arqueología de Esmeraldas (Ecuador). Memorias de la misión arqueológicas española en el Ecuador. Madrid, Ministerio de Asuntos Exteriores, Dirección General de Relaciones Culturales.

Hill, B. 1972/1974. « A new chronology of the Valdivia ceramic complex », Ñawpa Pacha, 10-12 : 1-32.

Lunniss, R. 2001. Archaeology at Salango, Ecuador : an Engoroy Ceremonial Site on the South Coast of Manabí. PhD, University College London, University Microfilms International, Ann Arbor, Michigan, Usa.

Lunniss, R. à paraître. Venerando a los ancestros. La evolución de un centro ceremonial del Formativo tardío en Salango, provincia de manabí. Catalogue du musée Presley Norton, Guayaquil, Banque centrale de l’Équateur.

Marcos, J. 1988. Real Alto. La historia de un centro ceremonial Valdivia. Guayaquil, Espol – Corporación Editorial Nacional, Biblioteca Ecuatoriana de Arqueología 4-5.

Marcos, J. 1995. « El Mullo y el Pututo : la articulación de la ideología y el tráfico a larga distancia en la formación del estado Huancavilca », in : A. Alvarez, S. G. Alvarez, C. Fauria et J. Marcos (ed.), Primer Encuentro de Investigadores de la Costa Ecuatoriana en Europa. Quito, Abya-Yala : 97-142.

Marcos, J. 2003. « A reassessment of the Ecuadorian Formative », in : J. Scott Raymond et R. L. Burger (ed.), Archaeology of Formative Ecuador. Washington, Dumbarton Oaks : 7-32.

Marcos, J. et A. Michczynski. 1996. « Good dates and bad dates in Ecuador – Radiocarbon samples and archaeological excavations : a commentary based on the “Valdivia absolute chronology” », Andes : boletín de la mission arqueológica andina, 1 : 93-114.

Martínez, V, Y. Graber, et M. Harris. 2006. « Estudios interdisciplinarios en la costa centro-sur de la provincia de Manabí (Ecuador) : nuevos enfoques », Bulletin de l’Ifea, 35, 3 : 433-444.

McEwan, C. et M. I. Silva. 1989. « ¿ Qué fueron a hacer los Incas en la Costa central del Ecuador ? », in : J.-F. Bouchard et M. Guinea, Relaciones interculturales en el área ecuatorial del Pacífico durante la época precolombina. Proceedings of the 46th International Congress of Americanists, Ámsterdam, 1988. Oxford, Bar International Series 503 : 163-185.

Mester, A. 1990. The Pearl Divers of Los Frailes : Archaeological and Ethnohistorical Explorations of Sumptuary Good Trade and Cosmology in the North and Central Andes. PhD, Ann Arbor, Michigan, U.M.I. Dissertation Information Service.

Norton, P., R. Lunniss et N. Nayling. 1983. « Excavaciones en Salango, provincial de Manabí, Ecuador », Miscelánea Antropológica Ecuatoriana, 3 : 9-72.

Paulsen, A. C. 1974. « The thorny oyster and the voice of God : Spondylus and Strombus in Andean Prehistory », American Antiquity, 39, 4 : 597-607.

Pourrut, P. et G. Gómez. 1998. « El Ecuador al cruce de varias influencias climáticas. Una situación estratégica para el estudio del fenómeno El Niño », Bulletin de l’Ifea, 27, 3 : 449-457.

Samano, J. de [1527] 1985. « Relación Sámano », in : C. Bravo, Francisco de Xérez. Verdadera relación de la conquista del Perú. Crónicas de America 14, Historía 16, Madrid, Información y revistas, S.A.

Scott Raymond, J. 2003. « Social formations in the Western Lowlands of Ecuador during the Early Formative », in : J. Scott Raymond et R. L. Burger (ed.), Archaeology of Formative Ecuador. Washington, Dumbarton Oaks : 33-68.

Schwartz, F. A. et J. Scott Raymond. 1996. « Formative settlement patterns in the Val-di-via Valley, SW Coastal Ecuador », Journal of Field Archaeology, 23, 2 : 205-224.

Zeidler, J. A. 1995. « Archaeological survey and site discovery in the forested neotropics », in : P. W. Stahl, Archaeology in the Lowland American Tropics. Current Analytical Methods and Recent Applications. Cambridge, Cambridge University Press et Quito, Libri Mundi : 7-41.

Zeidler, J. A. 2000. « Gender, status, and community in Early Formative Valdivia society », in : M. A. Canuto et J. Yaeger, The Archaeology of Communities. A New World Perspective. New-York, Routledge : 161-181.

Zeidler, J. A. 2003. « Appendix A : Formative period chronology for the Coast and Western Lowlands of Ecuador », in : J. Scott Raymond et R. L. Burger (ed.), Archaeology of Formative Ecuador. Washington, Dumbarton Oaks : 487-528.

Zeidler, J. A. et D. E. Pearsall (ed.). 1994. Regional Archaeology in Northern Ecuador. Vol. 1, Environment, Cultural Chronology, and Prehistoric Subsistence in the Jama River Valley. Pittsburgh, Université de Pittsburgh (Latin American Archaeology Publications, Memoir 8).

Haut de page

Notes

1 Conformé, selon maria Isabel Silva (McEwan et Silva 1989 :165), des villages actuels d’Agua Blanca, Machalilla, López Viejo et Salango.

2 En collaboration entre les universités de Neuchâtel (Suisse) et Florida Atlantic (Boca Raton, Usa).

3 Damp en 1979 (Damp 1984) ; Allan et Allan 1987 et 1988 (rapport interne au Cims-Pae Préhistoric Settlement Distribution in the Rio Salango Valley ; final report) ; prospection du pipeline Manta-La Libertad (Marcos 2003).

4 V. Martinez (Fau) a fouillé trois sites datés de la phase de transition Développement régional-Intégration et aux occupation proprement Manteño. Une étude socio-économique est aussi menée en parallèle par le professeur M. Harris (Fau).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Coupe stratigraphique de berge, vallée du Salango
Crédits Photo Y. Graber
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig.2
Légende Carte de répartition des sites Valdivia
Crédits Infographie Y. Graber
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/298/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 3
Légende Carte de répartition des sites Manteño
Crédits Infographie Y. Graber
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/298/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Graber, « Aux origines du « Señorio de Salangome » », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 59-64.

Référence électronique

Yann Graber, « Aux origines du « Señorio de Salangome » », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/298 ; DOI : 10.4000/nda.298

Haut de page

Auteur

Yann Graber

Université de Neuchâtel, Suisse
yann.graber@unine.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org