Navigation – Plan du site
Dossier: Genre et archéologie

La vérité dépasse-t-elle la fiction ?

L'identité et le genre à l'âge du Bronze ancien dans le sud-ouest de la Slovaquie
Samantha S. Reiter
p. 16-22

Résumés

Ce texte présente le rapport complexe entre l'apparence (locale ou éxogène), le patrimoine biologique et la provenance géogaphique des morts spécifiquement en terme de rapport masculin/féminin dans le sud-ouest de la Slovaquie durant la période de l’âge du Bronze ancien. À cette fin, cet article compare et distingue les résultats issus des analyses de strontium (ainsi que des lignes de base) des sites de Jelšovce, de Vráble (Fidvár) et de Rybnik nad Hronom, et met en perspective ces résultats avec l’étude des caractères discrets réalisée sur l’ensemble des différentes cultures présentes dans le cimetière de Jelšovce (Nitra, Aunjetitz et Mad'arovce).

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

L'auteur remercie le Seventh Framework Programme de l'Union européenne (sous l’agrément FP7/2007-2013 n° 212402) et le le Conseil de recherche allemand (Deutsche Forschungsgemeinschaft) pour leur soutien au projet The Rise and decline of the central settlement of Fidvár near Vráble, southwest Slovakia: Studies of the economy, social stucture and policical organization of a social unit within its wider surroundings.  J’envoie un grand ’danke schoen‘ au Dr. K. Rassmann pour ses commentaires et son soutien, un grand merci à Mme A.-S. Marcais pour son aide et la relecture de mon français et à Caroline Tremeaud pour sa patience.

«'Tis strange—but true; for truth is always strange; Stranger than fiction. »

Lord Byron Don Juan canto 14 st. 101, cité par Knowles (2009 : 189)

Introduction

  • 1 Dans la script du Indiana Jones et la dernière Croisade, Harrison Ford énonce que « L'archéologie e (...)

1Malgré les déclarations assurées des archéologues d’Hollywood1, ce texte propose une réflexion sur les notions de vérité et de fiction en archéologie. En effet, la discipline ne doit pas dessiner une ligne aussi nette entre tout ce qui est considéré comme appartenant aux sciences dures d’un côté et aux sciences sociales (souvent dénigrées) de l’autre. Cette étude propose que les faits ne soient pas parole d’évangile. En revanche, ils peuvent être mis à mal (ou remis en question) par l’archéologie surtout lorsqu’elle prend en compte l’histoire des relations humaines (Clark 1947 : 1). En tant qu’être humain, il existe toujours une part d’incertitude et de fiction mêlée aux histoires (séculaires) et à notre Histoire. Quand les faits (justifiables par la science) sont observés sous l’angle de la fiction , les archéologues arrivent peut-être à entrevoir la vérité sur les relations sociales qui ont pris forme durant la Préhistoire.

2C'est exactement ce dernier sujet qui forme le cœur de ce texte. On traitera ici des différences et des subtilités d’identité par rapport au sexe biologique des morts au Bronze ancien dans le sud-ouest de la Slovaquie. L’identité et le sexe biologique sont des thèmes parfaits pour ce type d’étude, car ce n’est que récemment que les avancées scientifiques ont permis à l’archéologie de s’affranchir des seules interprétations liées au contenu d’une sépulture. Aujourd’hui, l’étude de l’origine géographique du mort n’est plus forcément liée à celle du dépôt funéraire. Nous savons que les apparences ne reflètent pas toujours la réalité et à travers l’identité (comprise ici comme une expression de la condition humaine), nous supposons que nos ancêtres n’exprimaient pas nécessairement leur véritable origine. Ainsi, la comparaison entre la définition d’une origine géograhique obtenue par les analyses de strontium et l’affirmation dans la sépulture d’une appartenance culturelle, sous la forme d’un type d’identité régionale reconnaissable par des objets ou des parures typiques de la région, peut nous faire comprendre comment les populations de l’âge du Bronze ancien en Slovaquie ont utilisé leurs identités comme des outils sociaux.

Théorie de l’identité

3Au centre du phénomène d’identité, se trouve l’individu qui est lui-même formé, par ce que Bourdieu (1980) a appelé le « sens pratique ». À partir de sa compréhension cognitive et émotionnelle , notamment avec le monde qui l’entoure, l’individu forme sa propre personnalité. De même, c’est dans la bataille entre des forces d’identification et de catégorisation que naît l’identité. Selon Freud (1923), l’identification est le processus par lequel un enfant se met à comprendre des personnes étrangères à travers sa propre socialisation. La catégorisation, par contre, provient de l’extérieur et exprime l’idée selon laquelle il existe des catégories de personnes qui se forment en même temps qu’elles s’accroissent des personnes qu’elles côtoient (Hacking 1995 : 247).

4Chaque individu est donc composé de deux identités : celle qu’il se forge de lui-même et celle issue de la société dans laquelle il vit (Reiter 2014). Cette dernière est le sujet de notre étude, où nous prendrons cependant en compte le risque de manipulation. L’identité est, en termes de dialectiques de local/étranger et homme/femme, un phénomène que Battaglia appelait « une technologie de soi » (1995 : 4-5). Plus précisément, cet auteur proposait que ce soit l’entourage d’un individu qui le forme. Dans ce sens, l’identité n’est pas (et n’était pas dans le passé) seulement un fait à prouver ou pas, mais plutôt un processus auquel beaucoup participaient et avec plusieurs subtilités d’utilisation. Pour mieux comprendre la finesse de cette formation et l’utilisation des types d’identités au Bronze ancien, il faudrait nécessairement revenir à cette époque lointaine pour affiner notre compréhension de la mise en scène de la politique sociale des relations homme/femme et étranger/autochtone.

Histoire de la recherche

5Si l’âge du Bronze n’a pas été une des premières manifestations de l’Europe, il a néanmoins vu la naissance de ce que l’on pourrait appeler une « communauté de culture », continue et renforcée par des similarités dans la culture matérielle. Bien que les différences sociales ne soient sans doute pas apparues sur la scène européenne à cette époque, elles y ont pourtant bien fleuri. Les origines régionales, le statut social, l’âge et le sexe étaient tous exprimés dans les tombeaux de manière concrète et soignée. L’histoire des thématiques de la recherche à l’âge du Bronze tourne souvent autour de la question des entités régionales. Par exemple, les études de Jockenhövel ontr suivi la répartition des rasoirs en Europe de l’Ouest (1980), ainsi que celle des parures régionales d’Europe centrale (1991), d’Allemagne du Nord et des Mittelgebirge (1995).

6Wels-Weyrauch fut la première à proposer le concept, bien connu dans la littérature, des « Fremder Frauen » (1989). En étudiant les parures féminines du Bronze moyen dans le sud de l’Allemagne, Wels-Weyrauch a remarqué que beaucoup de femmes avaient quitté leur région d’origine en emportant avec elles les parures typiques de leur culture géographique, pour se marier et éventuellement être enterrées dans leur nouvel environnement. Ces idées sur l’importance de la femme étrangère inondent la littérature archéologique européenne traitant de cette période (Sørensen 1997 ; Bergerbrant 2007 ; Rebay-Salisbury et al. 2010 ; Randsborg 1974 ; Sosna et al. 2008 ; Sørensen & Rebay 2007).

7La recherche effectuéedans le cimetière autrichien de Franzhausen place la femme du Bronze ancien au-dessous de l’homme par l’expression de la richesse et du niveau social(fig. 1). Des résultats similaires à Branč (dans le sud-ouest de la Slovaquie) ont amené J.S. Shennan à proposer l’hypothèse que l’expression du statut social des hommes de cette période passait par les femmes à l’occasion des mariages (1975 : 285). Cette ancienne association entre femmes et expression du statut social et de la richesse pourrait bien être une réalité, comme le confirment les résultats similaires issus du site contemporain de Morkin en Serbie (O’Shea 1996 : 313-346).

Fig. 1

Fig. 1

Carte des sites de l’âge du Bronze  : 1) Jelšovce, 2) Vráble, 3) Rybnik nad Hronom, 4) Branč et 5) Franzhausen

© Samantha Reiter

8Il faudrait néanmoins mettre de côté le critère de l’origine, exotique ou non, d’une femme. Durant l’âge du Bronze, l’étranger, l’étrangère ou encore les objets exotiques apportaient sans doute un pouvoir important à celui qui le (ou les) possédait (Treherme 1995). L’exotisme, est ici compris comme la « présentation d’une culture pour être consommée par une autre » (Jones 2012). En effet, une fascination pour l’exotisme peut être liée à une mentalité impérialiste (Segalen 2002 ; Saïd 1979). En ce qui concerne l’âge du Bronze, Helms (1994) s’est servie du même concept pour lier la possession ou le contrôle des objets exotiques au monde cosmologique ; ses théories ont beaucoup influencé les études réalisées autour de cette période (par exemple Kristiansen 1998 ; Kristiansen & Larsson 2005 ; Vandkilde 2007).

9Dans un certain sens, posséder ou avoir du pouvoir grâce à des objets en matériau exotique exprime l’assujettissement « des autres » (Tordorov 1992). En partant à l’étranger négocier l’obtention d’un objet (ou même d’un être humain), l’exotisme démontrait un pouvoir social bien particulier à l’âge du Bronze.

10Pour en revenir aux cimetières, historiquement, l’archéologie a toujours pris en compte le discours funéraire traduit dans la sépulture (c’est-à-dire l’origine apparente du mort à travers celle de la culture matérielle avec laquelle il a été inhumé) comme évidence de son origine géographique. Interprétée également comme le genre social, l’expression d’exotisme avait un sens particulier à l’âge du Bronze. Nous proposons ici de déconstruire les liens formés entre ces deux phénomènes. Le meilleur moyen est d’étudier l’identité géographique « réelle » du défunt (par des analyses de strontium), les relations génétiques au sein d’une société (par des caractères discrets) et les expressions d’identité dans les sépultures (par le mobilier funéraire).

Présentation des sites

11Le village moderne de Jelšovce se trouve à 12 km au nord/nord-ouest de la ville de Nitra sur une terrasse du fleuve du même nom. En termes de topographie, Jelšovce est situé près du mont Tríbec dans un paysage vallonné typique de la région, avant la partie slovaque des Alpes (fig 1). La zone d’intérêt archéologique est maintenant exploitée par un grand groupement agricole d’exploitations en commun (Gaec) et une usine hydro-électrique. Le site archéologique peut être divisé en deux parties : un cimetière de l’âge du Bronze ancien et un village fortifié de 2 ha situé à 500 m au nord-ouest des tombeaux. La rivière Nitra coule à l’est du cimetière et a probablement délimité l’implantation des tombeaux durant la Préhistoire. Par toutes ses caractéristiques, Jelšovce passe parfaitement pour un village typique de cette époque en Bohème selon les critères de Neustupný (1991: 327).

12Jelšovce était à l’apogée de son influence et de son pouvoir pendant la période Mad'arovce à la fin du Bronze ancien (1730-1500 av. J.-C.) (voir Bátora 2000b). La période d’occupation a concerné les cultures de Nitra, Aunjetitz et Mad'arovce. Les 616 sépultures desquelles cet article tire ses données principales ont été retrouvées au cours des années 1980 (Bátora 2000a).

13Rybnik nad Honom se trouve à 30 km de Vráble. Le site est localisé sur un plateau volcanique au pied des contreforts des Carpathes. Rybnik a été occupé du Chalcolithique au Bronze final. Au Bronze ancien, le site a été fortifié par un fossé (d’où proviennent les échantillons de strontium examinés ci-dessous) et des palissades puis a été abandonné plusieurs années entre le Bronze ancien et moyen (Bátora & Rassmann 2008).

14Des analyses archéozoologiques, malheureusement encore inédites, montrent des quantités équivalentes de faune sauvage et domestique mises au jour à Rybnik, qui pourraient s’expliquer probablement par la position unique du site (Rassmann, comm. pers.). Le plus intéressant dans cette étude d’identité et de sexe est que les animaux de même que les habitants de Rybnik, avaient la possibilité de trouver leur nourriture soit sur les terres des contreforts soit sur les montagnes (ce qui changeait justement leurs signatures de strontium). Précisons que le professeur Bátora (Académie des sciences slovaques, Comenius Université de Bratislava) et son équipe procèdent actuellement à des fouilles sur ce site.

  • 2 Les lignes de bases de strontium représentent la moyenne des mesures de strontium des animaux (surt (...)

15Vráble (Fidvár) est situé à 20 minutes de la ville de Nitra dans la Vallé du fleuve Žitava. Le village a été occupé par des peuples Kosihy-Čaka, Hatvan, Aunjetitz et Mad'arovce (Bátora et al. 2012). Les échantillons des analyses de strontium, présentés ici, viennent du Trench 21 (une fosse) qui contenait des déchets datant de la culture Hatvan. Ici aussi, des fouilles sont actuellement en cours sous la direction du Dr. K. Rassmann (Commission romano-germanique) et du professeur Dr. J. Bátora. En plus des six échantillons de faune servant à l’établissement d’une ligne de base de strontium2 pour le site, deux échantillons de strontium provenant l’un d’un enfant âgé entre 5 et 9 ans (sépulture de Trench 202) et l’autre d’un homme adulte (sépulture 9) ont été également pris en considération.

Résultats des analyses de strontium

  • 3 Cela signifie qu’un « étranger » est identifiable par cette méthode quand il a passé son enfance su (...)

16La science des isotopes est basée sur un simple fait biologique : les caractères géologiques particuliers du milieu où une personne ou un animal vivent sont intégrés au niveau moléculaire dans leur physiologie (fig 2). La comparaison des taux de strontium dans le corps (ici des personnes) avec ceux présents dans l’environnement, déterminés par l’analyse des taux des animaux, permet aux chercheurs d’identifier (ou non) la présence de migration3.

17Quand on compare les résultats des échantillons de strontium issus des sites de Vráble, Rybnik et de Jelšovce, on constate la possibilité d’un échange entre ces villages/régions (fig 3). Les résultats de Jelšovce sont très intéressants. En effet, leurs taux de strontium s’accordent bien avec le type de sol (lœss) sur lequel le village a été fondé. Habituellement, le lœss produit des valeurs de 87Sr/86Sr autour de 0,709. Certains échantillons de l faune montrant une valeur bien supérieure à la norme, il est possible de conclure à une importation du bétail sur ce site.

18Des résultats similaires apparaissent à Vráble. Les porcs domestiques et les cervidés montrent eux aussi des valeurs de strontium plus hautes que celles attendues pour ce site. En revanche, le sanglier présente des taux trop faibles. Étant donné que Vráble est aussi situé sur des terres de lœss (et que c’était l’un des plus grands sites dans la région), il est ici encore tout à fait possible d’envisager des réseaux commerciaux ou d’échange de faune sur de grandes distances. C’est d’ailleurs probablement le cas du sanglier dont le niveau bas de strontium suggère qu’il est importé du site de Rybnik.

Fig 2

Fig 2

Les taux de strontium dans la roche d’une région se transmettent par les terres, ensuite absorbées par les plantes. Celles-ci sont mangées par des animaux qui se retrouvent éventuellement dans l’assiette des humains. On est (au moins, au niveau des isotopes) ce qu’on mange !

© Samantha Reiter

Fig.3

Fig.3

Résultats des analyses de strontium à Rybnik, Vráble et Jelšovce

© Samantha Reiter

19La plupart des résultats de Rybnik coïncident avec l’établissement du village sur un plateau volcanique (l’âge jeune des terres et des pierres volcaniques donne des valeurs de 87Sr/86Sr plus basse). En revanche, comme à Jelšovce et à Vráble, la faune mise au jour à Rybnik présente également des valeurs 87Sr/86Sr plus élevées que les échantillons locaux. Bien que cette hypothèse reste difficile à prouver, il est tout à fait possible que le bétail soit originaire des montagnes ; l’âge plus ancien des roches des Alpes (par exemple) donnerait des valeurs de 87Sr/86Sr plus hautes, similaires à celles qui sont représentées à Jelšovce, Vráble et Rybnik.

20L’idée d’échange d’animaux (parmi d’autres choses) mise en avant ici par ces résultats n’est pas nouvelle. On doit également souligner que la Slovaquie a été une source d’objets en métal et en or métallique – c’est-à-dire des cuivres de Handlova et Nogradmarcal –(Niederschlag et al. 2003 ; Zimmerman 2006 ; Schubert 1975 ; Liversage 1994 ; Schalk 1998 ; Schreiner 2007). En effet, plusieurs mines dans la région ont été exploitées au moins depuis le Bronze ancien (Kiss 2011 : 218). De plus, la présence de tuyères et la forme de certains objets montrent l’existence d’une métallurgie locale du bronze. La présence d’objets importés tels que les poteries incrustées de l’est de la Hongrie (Eastern Hungarian Encrusted Ware), ainsi que la construction des fortifications des villages Mad'arovces soulignent la relation proche entre l’exploitation des ressources métalliques et l’échange (Zebrák 1990 : 13-15 ; Kovács 1994).

21Pour approfondir notre propos sur la Slovaquie, des données issues d’Europe centrale nous semblent très importantes.

22Les objets en ambre mis au jour dans le Danube moyen en Hongrie et provenant de la Baltique ont transité par des routes commerciales étendues qui servaient la demande en ambre des cultures Aunjetitz and Mad'avorvce (Shennan 1982). En outre, l’intégralité de l’ambre testé à Jelšovce provenait aussi de la mer Baltique (Beck 2000 : 593). Un réseau d’échange existait donc entre les cultures du bassin des Carpathes où circulaient des métaux slovaques, de l’ambre du Nord, de la fourrure, du bétail, des textiles et du sel (Kiss 2011 : 225).

23Comme nous le savons bien, le commerce et les échanges ne sont pas toujours paisibles. D’autres études effectuées dans la région (Hårde 2006 ; Koel 2011) ont souligné les témoignages de conflits entre cultures locales, et plus particulièrement les cultures Nitra et Aunjetitz. Les réseaux d’échange et de commerce ont certainement été soutenus localement par les villages fortifiés de Jelšovce, Rybnik et de Vráble, par exemple. Proches les uns des autres, ils formaient les maillons d’une chaîne de « down-the-line exchange » (Sherratt 1982 : 3-8) servant de base pour lancer les raids face aux ennemis.

Strontium et analyses archéologiques : la comparaison

24Quoi qu’il en soit, c’est dans une optique d’échange dynamique entre les différents villages et régions de Slovaquie que nous devons continuer l’examen à Jelšovce de l’identité des inhumés étrangers par rapport à celle des indigènes. Les résultats des analyses de strontium issues de ces derniers sont en cours de publication. En revanche, il est intéressant d’examiner ici en détail les sépultures des étrangers à Jelšovce, reconnus comme tels par le strontium ainsi que celles des individus enterrés avec du mobilier d’accompagnement exogène. (tabl. 1)

25L’examen de ce tableau montre que beaucoup de femmes étaient inhumées avec des objets exotiques et les taux de 87Sr/86Sr de leur squelette sont incompatibles avec les terres lœssiques environnantes. On peut en déduire une origine étrangère. Néanmoins, la possession de biens exogènes n’était pas nécessairement un indice d’une provenance étrangère au village. Beaucoup d’hommes et de femmes dont les résultats 87Sr/86Sr montrent une origine locale ont été enterrés avec des biens ou des matériaux exotiques (sépultures 80 et 444). Sans doute l’absence de règle était-elle la norme. En effet, le cimetière contient également des défunts étrangers (selon leur taux de strontium) mais cette fois-ci inhumés avec du mobilier ou des matériaux locaux (sépultures 47, 76, 103A, 226, 243, 254A, 258, 265 et 343B).

Tabl.1

Tombeau No.

Culture

Stade d’âge

Sexe

Détails des biens des tombeaux

Biens

87Sr/86Sr

Immigrant?

47

MK

IV

F

Deux boucles d’oreilles en bronze fil, deux anneaux (chevaux/mamelon), une aguille (bronze), un Kugelkopfnadel (bronze) et un tube (bronze spirale)

Locaux

0.71007

Oui

57

MK

IV

F

Boucle d’oreille en fil double (bronze), aiguille (bronze), 13 perles (ambre, cylindriques et rondes) et un Henkeltasse

Ambre –>  Baltique

0.70859

Oui

76

MK

V

F

Boucle d’oreille (bronze) et petit bol en céramique

* Possibilité d’ouverture dans l'Antiquité

Locaux

0.71027

Oui

80

MK

V

F

Morceau de céramique, Henkeltopf, 6 perles
(ambre, cylindriques),
Henkeltasse (nord Pontic)
et lame de dague (bronze)

* Possibilité d’ouverture dans l'Antiquité

Céramiques
de Hongrie

0.70946

Non

103A

MK

V

M

Dague (bronze), petit bol (céramique) et fémur d’un autre tombeau. * Tombeau triple avec a) SUJET, b) enfant (stade III) et c) femme adulte (stade V)

** Probablement ouvert dans l'Antiquité

*** Biens trouvés en association avec les jambes du SUJET

Locaux

0.71013

Oui

104

MK

V

M

Aiguille (bronze) et une perle (ambre, cylindrique)

Ambre –>Baltique

0.70879

Oui

110

MK

V

F

Boucle d’oreille en fil double (or), une perle (ambre, cylindrique), aiguille (bronze), lame en obsidienne, petit bol (céramique), dague (bronze), vrille (bronze) et Henkeltopf

Ambre –>Baltique

Obsidienne

0.70873

Oui

131

MK

V

F

Lame (radiolarite), une perle (ambre), Henkeltasse et vrille (bronze). * Possibilité d’ouverture dans l'Antiquité

Ambre –>  Baltique

Radiolarite

0.70999

Oui

140A

MK

VI

F

Henkeltopf, aiguille (bronze), Henkeltasse, perle (ambre, cylindrique). * Tombeau triple avec a) SUJET, b) enfant (stade III) et c) bébé (stade 0). ** Ouvert dans l'Antiquité

*** Biens trouvés sans association particulière

Ambre –>Baltique

0.71028

Oui

190

MK

V

F

Casserole, tasse, Henkeltasse, aiguille (bronze), lame (obsidienne), vrille (os) et morceau de ramure

Obsidienne

0.70874

Oui

202

MK

IV

M

Une perle (ambre), Henkeltasse et pierre

Ambre –>  Baltique

0.70990

Oui

226

MK

V

F

Bol (céramique)

Local

0.71022

Oui

243

MK

IV

M

Boucle d’oreille en fil double (bronze) et bol (céramique)

* Possibilité d’ouverture dans l'Antiquité

Locaux

0.70997

Oui

254A

MK

V

M

Décombres, Henkeltopf, pierres et Henkeltasse

* Tombeau double avec a) SUJET et b) enfant (stade II)

** Biens trouvés en association avec le SUJET

*** Squelettes comtemporains?

Locaux

0.71134

Oui

258

MK

IV

F

Deux bagues

* Possibilité d’ouverture dans l'Antiquité

Locales

0.71010

Oui

265

MK

V

F

Aucun bien

Local

0.70985

Oui

343B

MK

IV

F

Aucun bien. * Tombeau double avec a) femme adulte (stade IV) et b) SUJET

Local

0.70884

Oui

410

AK

V

F

Bandeau (cuivre), 7 anneaux (chevaux/mamelons), collier de 5 tubes spirales (bronze), 3 bagues et 6 perles (faïence)

Locaux

0.71042

Non

444

NK

V

M

Quatre pendentifs (dent de sanglier), bracelet de bras, boucle d’oreille (en forme de feuille de saule pleureur) 2 pointes (silex), lame (obsidienne), lame (radiolarite), vrille (os), dent de sanglier (non percée), os gravé (animal), bol (grand, céramique) et 2 pots doubles coniques

* Squelette en position de grenouille, typique des cultures contemporaines des steppes ukrainiennes

Position du mort –>

steppes ukrainiennes

0.70935

Non

570

MK

IV

F

Une perle (ambre, cylindrique) et pierre marteau

* Possibilité d’ouverture dans l'Antiquité

Ambre –>Baltique

0.70986

Oui

Détails d’inhumations des émigrés/personnes enterrées avec des materiaux non-locaux

Strontium et archéologie à travers la biologie

26Il reste difficile d’avoir une image claire de tous ces mouvements de population. Il apparaît clairement qu’une immigration existait. Cependant pouvons-nous déterminer si celle-ci était organisée d’une manière particulière ? Les analyses MMD (Mean Measures of Distance) de 18 caractères discrets effectuées par l’auteur en 2011, ont permis de comparer le degré des relations génétiques (un phénomène connu comme la « biodistance » ou « distance phonétique »; (Buikstra et al. 1990 ; Larsen 1997 : 302) entre un groupe Chalcolithique et les trois cultures de l’âge du Bronze présent à Jelšovce (Tabl. 2 et 3).

27Dans le cas où les résultats du MMD sont deux fois moins élevés que la valeur des déviations standard (comme dans cet exemple), les groupes analysés sont considérés comme ayant des variations génétiques normales (Sjøvold 1973 : 216; Green & Suchey 1976 : 67). Ainsi, nous observons qu’il n’y avait pas d’arrivée notable de sang neuf dans le site de Jelšovce entre le Chalcolithique et la fin du Bronze ancien.

Tabl. 2

Lengyel

Nitra

Aunjetitz

Mad’arovce

Lengyel

0

-0.25588985

-0.28794533

-0.07728495

Nitra

-0.25588985

0

-0.37016755

-0.08350923

Aunjetitz

-0.28794533

-0.37016755

0

-0.08608677

Mad’arovce

-0.07728495

-0.08350923

-0.08608677

0

Tableau de MMD (Mean Measure of Distance) pour les cultures Lengyel, Nitra, Aunjetitz et Mad’arovce sur le site de Jelšovce

Tabl. 3

Lengyel

Nitra

Aunjetitz

Mad’arovce

Lengyel

0.07671886

0.10179893

0.12857451

0.04437273

Nitra

0.10179893

0.12962049

0.15455396

0.07075875

Aunjetitz

0.12857451

0.15455396

0.18655436

0.09898042

Mad’arovce

0.04437273

0.07075875

0.09898042

0.01218442

Déviations standards accompagnant le tableau 2

28Les résultats nous montrent ainsi l’absence de phénomènes migratoires importants. En revanche, l’approche biologique effectuée à travers les analyses de strontium prouve l’existence de migrations ponctuelles d’individus isolés. En outre, la plupart de ces migrants ont été identifiés comme de sexe féminin.

29L’approche des sépultures par la notion de l’identité questionne l’appartenance culturelle, telle qu’elle est manifestée à travers le mobilier funéraire. Comme nous l’avons montré, la mise en évidence de biens exogènes est souvent interprétée comme le témoin d’une immigration du défunt. Or, l’approche biologique traduit une complexité des situations qui perturbe cette lecture traditionnelle.

Conclusion

30Ces divers angles d’analyse nous montrent que des femmes migraient vers le village de Jelšovce. Néanmoins, les résultats des analyses des caractères discrets, des lignes de base pour d’autres villages voisins (Vráble, Rybnik) et l’état général des dynamiques d’échanges montrent que ces émigrés provenaient de groupes génétiquement similaires.

31Il est intéressant de comparer nos résultats avec l’état actuel de la recherche et son habitude d’accentuer l’importance de l’exotisme. Il est alors surprenant de constater, qu’au moins à Jelšovce, l’origine locale ou non du défunt n’est pas systématiquement reconnaissable par le mobilier funéraire. Certains étrangers étaient inhumés avec du mobilier local et certains autochtones, au contraire, étaient inhumés avec du mobilier exogène.

32Ce qui ressort de cette étude est que l’identité était un vecteur de médiation, soumis aux négociations sociales existantes probablement à travers des réseaux de parenté, de « fosterage » ou de mariage. Ces résultats nous mettent en garde et nous incitent à nous méfier des idées reçues de « Fremde Frau », puis qu’il n’y a pas de relation directe entre l’appartenance culturelle lue dans le mobilier funéraire et la réalité géographique de ses origines. De même, malgré le fait que les femmes migraient proportionnellement plus que les hommes, la situation particulière de l’époque (la valeur placée sur le contrôle de l’exotique) signifie que nous ne pouvons pas les considérer socialement supérieures aux hommes. Il serait de bon ton de regarder la formation d’identité dans les sépultures de cette époque plutôt à travers un système de patrilocalité et de réseaux d’échange (et de liens familiaux qui les soutiennent). Dans ce cas, l’identité visible n’est pas toujours la réalité sociale, et la fiction peut justement dépasser la vérité.

Haut de page

Bibliographie

Bátora J. 2000a. Das Gräberfeld von Jelsovce, Slowakei: Ein Beitrag zur Frühbronzezeit im Nordwestlichen Karpatenbecken. Kiel, Ötker.

Bátora J. 2000b. “On Problems of Absolute Chronology of the Early Bronze Age in Southwestern Slovakia”, Geochonometria, vol. 19 : 33-36.

Bátora J., Behrens A., Gesky J., Ivanova M., Rassmann K., Toth P. & Winkelmann K. 2012. “The Rise and Decline of the Early Bronze Age Settlement Fidvár near Vráble, Slovakia”, in : J. Kneisel, M. Dal Corso, N. Taylor & V. Tiedtke (eds.), Collapse or Continuity? Environmental and Development of Bronze Age Human Landscapes. Bonn, Rudolph Habelt GmbH : 111-130.

Bátora J. & Rassmann K. 2008. “Die Ausgrabungen auf der Befestigten Siedlungen Nad Hronom bei Rybnik, Kr. Lévice (Südwestslowakei)”, in : J. Czebreszuk, S. Kadrow & J. Müller (eds.), Defensive Structures from Central Europe to the Aegean in the 3rd and 2nd Millennium BC. Poznan and Bonn, Sao/Spes : 85-96.

Battaglia D. 1995. “Problematizing the Self: A Thematic Introduction”, in : D. Battaglia (ed.), Rhetorics of Self-Making. Berkeley, University of California Press : 1-15.

Beck C.W. 2000. “Provenance of the Amber Finds in the Early Bronze Age Cemetery at Jelsovce near Nitra in Slovakia”, in : J. Bátora (ed.), Das Gräberfeld von Jelsovce/Slowakei: Ein Beitrag zur Frühbronzezeit im Nordwestlichen Karpatenbecken. Kiel, Oetker/Vosges : 593-600.

Bergerbrant S. 2007. Bronze Age Identities: Costume, Conflict and Contact in Northern Europe 1600-1300 BC, Bricoleur Press, Lindome.

Bourdieu P. 1980. Le Sens Pratique. Paris, Les Éditions de Minuit.

Buikstra J.E., Frankenberg S.R. & Konigsberg L.W. 1990. “Skeletal Biological Distance Studies in American Physical Anthropology: Recent Trends”, American Journal of Physical Anthropology, vol. 82 : 1-7.

Clark G. 1947. Archaeology and Society. 2nd edn. Los Angeles, CA, Methuen.

Freud S. 1923. The Ego and the Id: The Standard Edition of the Complete Psychological Works of Sigmund Freud. London, W. W. Norton and Co.

Green R.F. & Suchey J.M. 1976. “The Use of Inverse Sine Transformations in the Analysis of Non-Metric Cranial Data”, American Journal of Physical Anthropology, vol. 45 : 61-68.

Hacking I. 1995. « Three Parables », in : R.B. Goodman (ed.), Pragmatism: A Reader. New York, Routledge : 238-249.

Hårde A. 2006. “Funerary Rituals and Warfare in the EBA Ntira Culture of Slovakia and Moravia”, in : T. Otto, H. Thrane & H. Vandkilde (eds.), Warfare and Society: Archaeological and Anthropological Perspectives. Aarhus, Aarhus University Press : 341-384.

Helms M.W. 1994. “Essay on Objects: Interpretations of Distance Made Tangible”, in : S.B. Schwartz (ed.), Implicit Understandings: Observing, Reporting and Reflecting on the Encounters between Europeans and Other Peoples in the Early Modern Era, Cambridge University Press, Cambridge : 355-377.

Jockenhövel A. 1980. Die Rasiermesser in Westeuropa, Prähistorische Bronzefunde, Munich.

Jockenhövel A. 1991. “Räumliche Mobilität von Personen in der Mittleren Bronzezeit des westlichen Mitteleuropa”, Germania, vol. 69, pp. 49-62.

Jockenhövel A. 1995. “Zur Ausstattung von Frauen in Nordwestdeutschland und in der Deutschen Mittelgebirgszone Während der Spätbronzezeit und Älteren Eisenzeit”, in : Festschrift für Hermann Müller-Karpe zum 70. Geburtstag. Bonn, Habelt : 195-212.

Jones A. 2012. This is Not a Cruise [Homepage of Drexel University], [Online]. Available: http://thesmartset.com/article/article08060708.aspx [2013, 07/19].

Kiss V. 2011. “The Role of the Danube in the Early and Middle Bronze Age of the Carpathian Basin”, in : G. Kovács & G. Kulcsár (eds.), Ten Thousand Years Along the Middle Danube: Life and Early Communities from Prehistory to History, Archaeolingua, Budapest : 211-239.

Knowles E. (ed.). 2009. Oxford Dictionary of Quotations. 7th edn. Oxford, Oxford University Press.

Koel K. 2011. Paläopathologische und Bioarchäologische Untersuchung an den Frühbronzezeitlichen Skeletfunden der Erwachsenenpolulation von Jelsovce (Slowakische Republik): Ein Beitrag zur Rekonstruktion des Gesundheitsstatus frühbronzezeitlicher Populationen, PhD edn, Universität Hildesheim, Bibliotheksservice-Zentrum Baden-Würtemberg.

Kovács T. 1994. “Bronzesmiths, Warriors, Hoards”, in : T. Kovács (ed.), Treasures of the Hungarian Bronze Age: Catalogue of the Temporary Exhibition of the Hungarian National Museum, Sept. 20-Dec. 31 1994. Budapest, Hungarian National Museum : 45-52.

Kristiansen K. 1998. Europe Before History. Cambridge, Cambridge University Press.

Kristiansen K. & Larsson T.B. 2005. The rise of Bronze Age society : travels, transmissions and transformations. New York, Cambridge University Press.

Larsen C.S. 1997. Bioarchaeology: Interpreting Behaviour from the Human Skeleton, 3rd edn. Cambridge, Cambridge University Press.

Liversage D. 1994. “Interpreting Composition Patterns in Ancient Bronze: The Carpathian Basin”, Acta Archaeologica Copenhagen, vol. 65.

Neustupný E. 1991. “Community Areas of Prehistoric Farmers in Bohemia”, Antiquity, vol. 65 : 326-331.

Niederschlag E., Pernicka E., Seifert T. & Bartelheim M. 2003. “The Determination of Lead Isotope Ratios by Multiple Collector Icp-Ms: A Case Study of EBA Artefacts and their Possible Relation with Ore Deposits of the Erzgebirge”, Archaeometry, vol. 45, no. 1 : 61-100.

O’Shea J.M. 1996. Villagers of the Maros: A Portrait of Early Bronze Age Society. New York, Plenum Press.

Randsborg K. 1974. “Social Stratification in Early Bronze Age Denmark: A Study in the Regulation of Cultural Systems”, Prähistorische Zeitschriftq, vol. 49 : 38-61.

Rebay-Salisbury K., Sørensen M.L. & Hughes J. (eds). 2010. Body Parts and Bodies Whole: Changing Relations and Meanings. Oxford, Oxbow.

Reiter S. S. 2014. “Identity lies in the eye of the beholder: a consideration of identity in archaeological contexts”, in : V. Ginn, R. Enlander & R. Crozier (eds.), Exploring Prehistoric Identity in Europe: Our Construct or Theirs? Oxford, Oxbow : 14-21.

Saïd E.W. 1979. Orientalism. New York, Vintage Publishing.

Schalk E. 1998. Die Entwicklung der Prähistorischen Metallurgie im Nördlichen Karpatenbecken: Eine Typologische und Metallanalytische Untersuchung. Westfalen, Marie Leidorf.

Schreiner M. 2007. Erzlagerstätten im Hrontal, Slowakei: Genese und Prähistorische Nutzung. Westfalen, Marie Leidorf.

Schubert F. 1975. “Einiger Bemerkungen zur Metallurgischen Entwicklung im Östlichen Mitteleuropa am Übergang von Spätneolithikum zur Frühbronzezeit”, Acta Archaeologica Carpathia, vol. 15 : 181-190.

Segalen V. 2002. Essay on Exoticism: An Aesthetics of Diversity. Durham, Duke University Press.

Shennan S.J. 1975. “The Social Organization at Branc”, Antiquity, vol. 49, no. 196 : 279-288.

Shennan S.J. 1982. “From Minimal to Moderate Ranking”, in : C. Renfrew & S.J. Shennan (eds.), Ranking, Resource and Exchange: Aspects of Early European Society, Cambridge, Cambridge University Press : 27-32.

Sherratt A. 1982. “Mobile Resources: Settlement and Exchange in Early Agricultural Europe”, in : C. Renfrew & S. Shennan (eds.), Ranking, Resource and Exchange: Aspects of the Archaeology of Europe. Cambridge, Cambridge University Press : 13-26.

Sjøvold T. 1973. “The Occurrence of Minor Non-Metrical Variants in the Skeleton and their Quantitative Treatment for Population Comparisons”, Homo, vol. 24 : 204-233.

Sørensen M.L. 1997. “Reading Dress: The Construction of Social Categories and Identities in Bronze Age Europe”, Journal of European Archaeology, vol. 5, no. 1 : 93-114.

Sørensen M.L. & Rebay K. 2007. “Interpreting the Body: Burial Practices at the Middle Bronze Age Cemetery at Pitten, Austria”, Archaeologia Austriaca, vol. 89 : 153-175.

Sosna D., Galeta P. & Sládek V. 2008. “A Resampling Appraoch to Gender Relations: The Rebesovice Cemetery”, Journal of Archaeological Science, vol. 35 : 342-354.

Tordorov T. 1992. Nous et les Autres. Paris, Éditions du Seuil.

Vandkilde H. 2007. Culture and change in Central European prehistory: 6th to 1st millennium BC. Aarhus, Aarhus University Press.

Wels-Weyrauch U. 1989. “Mittelbronzezeitliche Frauentrachten in Süddeutschland”, in : Dynamique du Bronze Moyen en Europe Occidentale Actes du 113e Congrès National des Sociétés Savantes. Strasbourg, Congrès National des Sociétés Savantes : 117-134.

Zebrák P. 1990, “The Traces of the Primary Mining of Non-Ferrous Metals in Slovakia”, in : B. Jovanovic (ed.), Ancient Mining and Metallurgy in Southeast Europe, Belgrade, Archaeological Institute Belgrade Monograph, 27 : 13-21.

Zimmermann U. 2006. “Pretiosen und Erste Massenobjekte: Die Ältesten Metallfunde”, Die Zeit: Welt- und Kulturgeschichte, vol. 1 : 197-205.

Haut de page

Notes

1 Dans la script du Indiana Jones et la dernière Croisade, Harrison Ford énonce que « L'archéologie est la recherche des faits, pas de la verité... »

2 Les lignes de bases de strontium représentent la moyenne des mesures de strontium des animaux (surtout ceux qui ont une capacité de mobilité limitée, comme les escargots ou ceux qui ont un territoire particulier et défini, comme les sangliers), des plantes et/ou de la terre d’une région.

3 Cela signifie qu’un « étranger » est identifiable par cette méthode quand il a passé son enfance sur un autre type de terrain et de substrat géologique que celui dans lequel il été enterré.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte des sites de l’âge du Bronze  : 1) Jelšovce, 2) Vráble, 3) Rybnik nad Hronom, 4) Branč et 5) Franzhausen
Crédits © Samantha Reiter
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig 2
Légende Les taux de strontium dans la roche d’une région se transmettent par les terres, ensuite absorbées par les plantes. Celles-ci sont mangées par des animaux qui se retrouvent éventuellement dans l’assiette des humains. On est (au moins, au niveau des isotopes) ce qu’on mange !
Crédits © Samantha Reiter
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2975/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig.3
Légende Résultats des analyses de strontium à Rybnik, Vráble et Jelšovce
Crédits © Samantha Reiter
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2975/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samantha S. Reiter, « La vérité dépasse-t-elle la fiction ? », Les nouvelles de l'archéologie, 140 | 2015, 16-22.

Référence électronique

Samantha S. Reiter, « La vérité dépasse-t-elle la fiction ? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 140 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/2975

Haut de page

Auteur

Samantha S. Reiter

Commission romano-germanique (Römisch-Germanische Kommission) Francfort-am-Main, Allemagne
samantha.reiter@dainst.de

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org