Navigation – Plan du site
Dossier: Genre et archéologie

Longtemps durant… le Genre ne fut pas un genre français sinon qu’il était du genre masculin… E pur si muove

Anick Coudart
p. 9-15

Résumés

En France – où tout s’exprime grammaticalement selon un genre féminin ou masculin –, l’incompréhension des Gender Studies conduites par les féministes nord-américaines fut durable et longtemps partagée par les sciences sociales. Le sens qu’on lui accorde aujourd’hui fut difficile à introduire, tant le mot « genre » y avait d’autres sens. Le féminisme français avait toujours été modérée et ne concernait pas le statut sexualisé des individus. Reste qu’en dépit des explicitation et acceptation actuelles, une archéologie du genre ne s’est toujours pas véritablement développée en France. Cette retenue est une question d’histoire et de sociologie françaises. Depuis les Salons du XVIIIe siècle, la différence de genre (féminin/masculin) ne fut qu’une différence parmi d’autres, mineure en regard des différences d’état. Il n’a d’ailleurs jamais été question d’exclure les femmes mais plutôt de les unir aux hommes dans l’utilité commune, le même enseignement civique et l’instruction pour tous. Il a cependant fallu attendre les années 1990 et l’institutionnalisation de l’archéologie métropolitaine pour que la mixité du métier d’archéologue fût mise en place.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’article ci-dessous reprend en partie une analyse publiée en anglais (Coudart 1998). Il s’agissait d’un débat qui n’avait rien à voir avec l’archéologie du « genre » mais avec la place des femmes dans l’archéologie française. Il m’a semblé intéressant de reprendre ici certains des arguments exprimés à cette occasion quant à la place des femmes en France, plutôt que de disserter sur la relation « genre et archéologie » proprement dite – cette dernière problématique est devenue d’actualité mais l’archéologie du genre ne s’est toujours pas véritablement développée dans l’Hexagone.

Texte intégral

Je voudrais, une fois encore, remercier une femme avec laquelle j’ai eu plusieurs échanges épistolaires mais que je n’ai jamais rencontrée – Mona Ozouf – pour son essai très inspirant sur la singularité française. Je suis également redevable à l’approche comparée des États-Unis et de la France élaborée par Corine Lesnes, correspondante à New York du journal Le Monde.

  • 1 Je vis aux États-Unis et, en mars 2015, lors d’un démarchage téléphonique, une voix masculine me de (...)
  • 2 En Amérique du Nord, le Grand Dictionnaire Terminologique de l’Office québécois de la langue frança (...)

1Longtemps durant, le Genre ne fut pas un genre français, sinon qu’il était du genre masculin. Ce jeu de mots confrontés en dit beaucoup quant aux années d’incompréhension des Gender Studies en France ; ces dernières s’inscrivaient pourtant dans le champ, parfaitement compris, des Women’s Studies – une préoccupation fondamentale des rapports sociaux du monde anglo-américain ; mais un monde où les statuts de la femme et de l’homme se pensent aujourd’hui en termes de gommage entre féminin et masculin ou en matière de pouvoir et de dominance1. Le mouvement réactionnaire « masculiniste » (particulièrement actif au Texas) est d’ailleurs là pour le confirmer2.

2Il faut admettre que l’incompréhension française fut durable, et longtemps partagée par les sciences sociales. Au demeurant, le fait que le débat anglo-américain fut d’abord animé par des militantes féministes (souvent extrémistes) n’a pas contribué à clarifier la notion de gender en France ; encore moins le fait que les termes de male (immédiatement perçu en français comme « mâle ») et female (immédiatement perçu en français comme « femelle ») étaient (et sont toujours), aux États-Unis, utilisés pour désigner officiellement le sexe biologique d’un individu, quand ils n’étaient utilisés en France que pour qualifier les animaux, indépendamment de la spécificité humaine. En 1988, invitée par la British Academy à l’Université de Cambridge (en plein débat « postmoderne »), il m’a été difficile de saisir d’emblée le sens attribué au concept anglais de gender ; ceci en dépit des dictionnaires (à l’époque, Internet n’existait pas), des demandes d’explicitation reçues avec une condescendance évanescente et de mon écoute attentive des conférences données par mes collègues archéologues américaines de passage à Cambridge. Il y avait là un bouillonnement (voire un bouillon ou un brouillon) où se mélangeaient plusieurs sens, notions et concepts : gender, féminisme, sexe biologique, homosexualité, rôle et statut des femmes dans les sociétés du passé – généralement sans mention de ceux des hommes ni référence à la notion, alors peu évoquée mais fondamentale, du rôle sexué des individus mis en avant par une Margaret Mead (1935) qui, pour la première fois dans le monde dit occidental, proposait de caractériser le rôle social des individus indépendamment de leur sexe biologique. À ma confusion s’ajoutait le fait que le mot « genre » (traduction manifeste de gender) faisait en français officiellement référence à un trait grammatical, un niveau classificatoire du vivant ou, plus banalement, une typologie de tout bord (style, sorte, manière, etc.).

3Principalement abordées par des femmes – comme pour les différentes contributions de ce dossier consacré aux rapports entre archéologie et genre –, même si quelques éminents intellectuels s’y sont également attachés, les études des rapports « hommes / femmes » ont peu à peu conduit, en France, à une prise de conscience du « genre » des individus biologiquement définis, puis des homosexuel(le)s et, enfin, des transgenres (même si la France reste, dans ce domaine, à la traîne des directives de l’Union européenne). Le concept a donc été explicité, et il s’inscrit aujourd’hui dans la lignée des interpellations intellectuelles françaises de la deuxième moitié du xxe s. Reste que les engagements français du siècle dernier n’étaient pas de « genre » mais féministes, comme celui d’une Simone de Beauvoir qui, en 1949, déclarait que l’on ne naissait pas femme mais qu’on le devenait (une assertion sur laquelle je reviendrai). Mais, avant d’y venir ou d’y revenir, tentons de remonter quelques siècles d’histoire puisque l’identité des Français(es), quel qu’en soit le « genre », s’est construite dans la longue durée, au fil de mouvements migratoires et d’influences culturelles historiquement et archéologiquement identifiés.

4Depuis le dernier quart du deuxième millénaire de notre ère, une construction politique « Est / Ouest » divise le monde en deux ensembles : un « Occident » – à savoir un assortiment culturellement et mentalement hétéroclite comprenant l’Europe, l’Amérique du Nord (USA-Canada) et l’Australie ; et un « Proche- et Moyen- (voire Extrême-) Orient », un assemblage non moins hétéroclite.

5Cette partition Occident / Orient repose sur une vision de nations dites « démocratiques » militairement et économiquement dominantes, qui se positionnent dans un fantasque « Occident » dont il est difficile d’établir une cohérence idéelle (voir à ce propos Corine Lesnes 2008), sinon celle de leur système économique capitaliste. Cette construction opportuniste – à l’échelle de l’histoire de courte durée – n’a pourtant rien à voir avec les longues réalités historique, culturelle et idéelle des pays et régions concernés. Au demeurant, n’y sont intégrées ni l’Afrique ni la Méso-Amérique ni les Amériques centrale et méridionale, ni l’Océanie, sans parler du Groenland et des Inuits.

6Pourtant, la crise des identités collectives (qu’elles soient autochtones et indépendantes d’une frontière étatique, nationales, régionales, locales, etc.) est devenue planétaire, conjointement à la chute des grands paradigmes politico-idéologiques des années 1960 et 1970 et à l’ébranlement des appartenances culturelles lié à la mondialisation financière ; autant d’identités à la reconstruction (le plus souvent néo-construction) desquelles l’archéologie se voit régulièrement convoquée à l’appui d’affirmations nationalistes, voire d’affrontements virulents sur le terrain politique, avec d’incontestables risques de dérive plus ou moins réfléchie ou choisie.

7En revanche, et parce qu’il apparaît comme un recours à la montée des intégrismes et des communautarismes à l’encontre des cohésions nationales, le discours sur les femmes est, quant à lui, devenu universaliste y compris en France, au-delà et en deçà du discours « occidental » sur le genre. Pourtant, une même logique intellectuelle – celle qui sert à organiser la manière particulière dont une communauté pense le monde – marque le parcours des êtres humains et leur appartenance au genre féminin, masculin ou transgenre qui leur est attribué, ainsi que la pratique archéologique d’un pays donné. S’interroger sur le rôle, la place et le genre des êtres humains abordés par l’archéologie française revient donc à une question d’histoire et de sociologie françaises.

  • 3 À cet égard, il faut écouter (ou tenter d’écouter jusqu’au bout) le médiocre programme radio diffus (...)
  • 4 Jusqu’à la fin des années 1990, quatre postes seulement de maîtres de conférence spécialisés avaien (...)

8Cependant, cette interrogation en contient une autre tout à fait emblématique de la situation française : pourquoi, en dépit des déclarations et de mises en œuvres médiatiques3, n’y a-t-il toujours pas de Gender Archaeology en France, alors même que cette question interroge plusieurs archéologues françaises et que la revue Les Nouvelles de l’Archéologie consacre un dossier au sujet ? Ce questionnement s’inscrit en effet dans une perplexité plus large : pourquoi, en France, le féminisme a-t-il été si longtemps tranquille et modéré ? À la fin du deuxième millénaire de notre ère, aucun département universitaire d’histoire des femmes n’existait en France4. Les travaux et les thèses qui leur étaient consacrés étaient non seulement peu fréquents mais, surtout, ne se proposaient pas de réinterpréter l’histoire universelle à la lumière de l’histoire des femmes. Comme le souligne l’historienne Mona Ozouf, « dépourvus de cette pointe militante qui transforme le malheur féminin en honneur », ils ne proposaient que des adjonctions, et « n’oppos[ai]ent pas des hommes collectivement coupables à des femmes collectivement victimes » (1995a : 11). Chercher à élucider les causes de cette singularité (Ozouf 1995a et b) ou de cette exception française (Badinter 1992, 1995b), nous oblige donc à remonter l’Histoire. Pour ce faire, je mêlerai aux miens plusieurs des arguments exposés par Mona Ozouf dans l’essai qu’elle a consacré en 1995 aux relations des hommes et des femmes en France. On lira également avec intérêt l’ouvrage de Camille de Froidevaux-Metterie, La révolution au féminin (2014).

Lorsque les Anglais considéraient la France comme un pays où les femmes étaient intelligentes

9Au cours du xviiie s., les voyageurs venus d’Outre-Manche considèrent la France comme un pays de femmes, un pays où les femmes sont intelligentes. À l’époque, la mixité des salons et l’association des hommes et des femmes à chaque moment de la vie sociale a de quoi surprendre un État britannique moins préoccupé de cohésion (union de différentes parties) que de cohérence (absence de contradiction), moins sensible à l’intégration qu’à la tolérance, moins attentif au lien social qu’au contrat moral qui, au Royaume-Uni, unit les communautés et les personnes dans le respect de leurs spécificités. Entendons-nous bien, les femmes dont il est question ici appartiennent au microcosme d’une aristocratie éduquée. À ce titre, elles ne sauraient représenter l’ensemble des femmes françaises. Mais il suffit de comparer, comme le fait Élisabeth Badinter (1995b), les réactions des hommes en France et en Angleterre, lorsqu’au xviie s. les femmes remettent en cause le mariage et la maternité et revendiquent le respect de leur vie intellectuelle, pour comprendre que ce qui se passe dans les salons français du xviiie s. est parfaitement emblématique de la situation française. Il y a certes des contre-exemples, mais c’est là l’une des principales et nécessaires caractéristiques des sociétés humaines : les variations et les exceptions sont l'une des conditions nécessaires au succès de l’humanité.

  • 5 La concentration des pouvoirs français également spatiale (la capitale) a permis, à partir du xixe (...)
  • 6 La cohésion est telle que relations de parenté et relations civiles sont en français souvent confon (...)

10Mona Ozouf (1995a : 323-338) relie d’abord l’étonnement que le statut des femmes françaises suscite chez les Anglais à une différence des régimes politiques. La monarchie anglaise, où le souverain ne peut rien décider sans y être autorisé par le Parlement, cache un gouvernement républicain où la Magna Carta Libertatum (Grande Charte des Libertés, sans cadre juridique formulé) règne depuis 1215. La France est, au contraire, une monarchie absolue. Celle-ci est certes civilisée (les sujets du roi sont protégés du roi par des lois) mais elle est sans ambiguïté : l’État, c’est le roi. En d’autres termes, et à l’inverse de ce qui se passe en Angleterre, le régime n’exige pas, des entités constitutives de la « nation », une participation aux affaires de l’État5. En revanche, il est réclamé une allégeance au roi où les spécificités des uns et des autres ne donnent lieu à aucun droit. En conséquence de quoi les hommes, affranchis des activités traditionnellement viriles des Anglo-Saxons, se consacrent – comme les femmes – à la figuration et aux rapports sociaux qui donnent à la nation son liant et sa cohésion6, mais également ses chamarrures et ses couleurs : aucune loi, sinon celle des bonnes manières, et aucun Parlement ne viennent ici équilibrer ou normaliser la représentation des différents statuts, titres, rangs, tâches, prétentions et idéaux qui structurent la société française en autant de réseaux d’influence et courants de pensée. Dans ce monde de dissemblances où l'inévitable confrontation avec le pouvoir central provoque la solidarité des différentes oppositions, la différence de genre (féminin/masculin) n’est plus qu’une différence parmi d’autres, mineure en regard des différences d’état. On comprend également pourquoi les Français(e)s ont toujours été profondément incivil(e)s mais, au sein de leur réseau, profondément solidaires. Cette morale fonctionne encore aujourd’hui qui fait du couple marié non pas une relation antinomique « femme / homme » mais une entité unitaire d’un réseau social familial ou domestique, solidaire face au pouvoir public, patronal ou politique. Ainsi, au milieu des années 1990, 77 % des femmes et 75 % des hommes faisaient de la bonne relation du couple l’une de leurs priorités essentielles, bien avant la réussite professionnelle, respectivement 26 % et 41 % (Aubin & Gisserot 1995 : 128).

11On voit donc que la singularité (ou l’exception) française relève également des mœurs et des représentations collectives. En France – où les droits confessionnels des protestants ont été révoqués en 1685 et la sécularisation enclenchée à partir du xviiie s. – la morale n’est pas puritaine. Au contraire, la sexualité y est exprimable et exprimée par le biais de comportements socialement codés : la galanterie, le libertinage, voire la grivoiserie ou la gauloiserie. Les Français (voire les Françaises) ont effectivement réussi à faire d’un agissement intrinsèquement égoïste et individualiste (la sexualité) un moyen de fabriquer de la cohésion et des rapports sociaux. Comme le dit Mona Ozouf (1995a), en France, on peine à croire que la violence est embusquée derrière toute relation entre hommes et femmes. C’est ainsi que, au rebours des Américains, les Français distinguent les bonnes manières nécessaires à la vie en société des devoirs civiques – le dévouement des citoyen(ne)s à leur nation – qui exigent l’abnégation et le contrôle des passions privées. Si donc le comportement des Français(e)s est incivique, c’est parce que si l’activité de tous s’orientait vers le bien de tous, la sociabilité se trouverait confondue (comme aux États-Unis) avec l’ordre public ; la galanterie et la sexualité deviendraient taboues, le privé et les femmes seraient réduits à un cantonnement domestique érigé contre l’uniformité de la société démocratique et les interventions intempestives de l’État (on perçoit ici les raisons et la justification du féminisme militant nord-américain). C’est pourquoi en France, les manières l’emportent toujours sur les lois considérées comme abstraites, répressives et contrôlantes mais toujours contournables. En cela, la France est un pays de libertés à vivre plutôt qu’un pays de droits humains à défendre : l’individu, qui ne se conforme pas aux lois, n’en est pas pour autant asocial ou aliéné. En contrepartie, et à l’opposé de ce qui se passe aux États-Unis (la nation inspiratrice des droits des êtres humains), les spécificités individuelles importent moins que les relations sociales qu’elles servent à établir, le contenu d’une conversation moins que le fait d’avoir cette conversation (Carrol 1987). Et si les Français vous invitent sans cesse à dîner alors qu’ils n’ont rien à vous dire, c’est parce que le lien social prime avant toute autre considération. Cet « irrespect » fait de la France une société « sauvage » (au sens d’un Claude Lévi-Strauss), où les lois constitutionnelles et les actes purement individuels restent des concepts abstraits, mais où la solidarité sociale fait encore sens. On y préfère généralement le prestige d’un rôle social à jouer plutôt que la garantie d'un droit particulier à défendre ; et ceci non parce que les Français(e)s seraient plus dévoué(e)s à leur communauté qu’ailleurs, mais parce que la prise en charge d’une tâche collective conduit à la reconnaissance collective de son propre ego. D’où une répugnance française à concevoir des aménagements qui paraîtraient faire des femmes une catégorie à part. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la France est longtemps restée un pays profondément agricole ; comme le souligne Ursula Paravicini (1990), les activités paysannes, qui mêlent constamment les sexes, et la persistance des petites fermes familiales ont fait que les femmes y ont été beaucoup moins touchées qu’ailleurs par la réalisation d’un habitat social à grande échelle qui, de la ménagère traditionnelle et animatrice de réseaux de voisinage à la femme moderne chargée de gérer l’intimité de son foyer, a transformé l’espace domestique en un piège d’enfermement. Au demeurant, l’industrialisation et la modernisation tardives de la production et des moyens de communication ont eu pour corollaire de faire perdurer, jusque dans le courant du xxe s., l’imbrication entre lieu de travail et lieu d’habitation (où règne la femme) et, au-delà, de maintenir une perméabilité entre le public et le privé.

Et la France du xxe s. français inventa le couple « instituteur – institutrice »…

  • 7 En 1994, elles ne représentaient que 25 % des effectifs militants des partis politiques, et moins d (...)

12Durant les xviiie, xixe et au début du xxe s., les femmes françaises se considéraient d’abord comme des êtres humains et accordaient plus de valeur à leur rôle social (traditionnel ou non) qu’à leurs droits de femme. La liberté qu’elles convoitent encore aujourd’hui ne saurait être liée à une quelconque appartenance mais au droit général de l’individu à disposer de lui-même ; à cet égard, il leur est difficile de se percevoir comme minorité, et elles n’aimeraient pas devoir leur position et leur réussite à un système de quotas. Si le gouvernement français a veillé en 2012 à la parité hommes-femmes de ses ministres, en revanche, les élections départementales de 2015 (remportées par la Droite) n’ont permis qu’à huit femmes d’accéder à la présidence d’un Conseil départemental, alors que celle des quatre-vingt-dix Conseils restants est revenue à des hommes. C’est donc, comme le dit Mona Ozouf (1995a : 377), le radicalisme des conceptions françaises (et non leur timidité) et l'assurance des femmes qui expliquent le retard pris en matière de suffrage féminin. Ainsi, si des femmes américaines (celles du Wyoming) ont obtenu le droit de vote en 1869 (1920 pour la totalité des États), les Finlandaises en 1906, les Allemandes en 1919 et les Anglaises en 1928, les Françaises ont dû attendre 1944. De ce décalage, une féministe américaine aurait attendu une révolte des femmes françaises qui n’a pas eu lieu, tant elles ont une conception différente des priorités vitales et une autre relation au pouvoir politique7. Ainsi, une enquête menée durant les années 1990 auprès des lycéens en classe de seconde montre que le besoin de temps libre est mis en avant par 72 % des filles en tant que critère de choix d’une profession (délaissant ainsi des carrières plus prestigieuses mais prenantes), contre seulement 11 % des garçons, lesquels sont plus nombreux à valoriser le niveau du salaire (Aubin & Gisserot 1995 : 67). Il faut cependant noter que l’espérance de vie des Françaises est plus longue que celle des Français : elle est en 2014 de 85,5 ans à la naissance, contre 79,3 ans pour les hommes. En droit, elles ont d’ailleurs aujourd’hui obtenu un arsenal de lois très puissant et très égalitaire qui couvre tous les domaines, sans pour autant modifier le sexisme des hommes ni le rapport entre les femmes et les hommes. Par exemple, en 1995, lorsqu’elles exerçaient une activité professionnelle, les femmes consacraient en moyenne cinq heures et vingt minutes par jour aux tâches ménagères, contre deux heures et quarante minutes pour les hommes (Aubin & Gisserot 1995 : 66). Cet état des choses peut expliquer que la Révolution française ait vu les femmes parler le langage de l’utilité et de la justice plutôt que celui du droit, et finalement se satisfaire du sacrifice de leurs intérêts personnels à ceux de la patrie. Entre l’égalité universelle des individus et l’exclusion des femmes de la citoyenneté, la Révolution a produit une contradiction remarquable que les féministes anglo-américaines ne cessent de dénoncer. Il n’a pourtant jamais été question d’exclure les femmes mais plutôt de les unir aux hommes dans l’utilité commune, le même enseignement civique et l’instruction pour tous. Au demeurant, aux xviiie et xixe s., reconnaître aux femmes leurs droits de cité, leurs droits professionnels et politiques, c’était accorder au peuple tous les droits. Or, les droits du peuple étaient directement opposés aux intérêts d’une bourgeoisie libérale qui s’emparait alors du pouvoir. Ses objectifs n’étaient évidemment pas de se soucier des conditions de vie de la main-d’œuvre mais d’obtenir le droit de libre entreprise – en d’autres termes, de libérer la production et l’économie du corporatisme des métiers. Là encore, les revendications des femmes n’étaient que des revendications parmi d’autres, mineures au regard des nouveaux conflits sociaux et économiques qui se mettaient en place. De la démocratie extrême (la non-séparation des fonctions, des agissements et des espaces), on a craint aussi l’abstraction des extrêmes, morne ou violente mais de toute façon inhumaine : l’uniformisation ou l’opposition des sexes. Car la viabilité d’une communauté dépend de sa cohérence. Or, cette cohérence repose sur l’articulation de deux catégories d’éléments socialement abstraits que la modernité oppose. Il s’agit d’une part des règles et des normes communes à une société, celles-là mêmes qui servent à définir la morale et l’identité collective (en d’autres termes, ce que l’on considère comme « universel ») ; et, d’autre part, des entités individuelles qui la composent. Ainsi, et contrairement à ce que pensent les tenants du libéralisme (au sens anglo-américain du terme), les individus ne sauraient s’opposer de manière frontale et solitaire à la société, et la société ne saurait être réduite à la loi. En effet, le système est à la fois cause et conséquence concrètes de l’interaction des représentations collectives et des idiosyncrasies individuelles. Cette interaction s’inscrit évidemment dans la réalité des contingences concrètes de l’histoire et de l’environnement. L’affirmation du moi comme valeur imprescriptible ne peut conduire qu’au refus de l’universel, et le triomphe des singularités individuelles n’apparaître qu’en période de crise, lorsque les repères de l'identification collective deviennent fluctuants. Ainsi en est-il aujourd’hui de la crise des cultures et des identités dites « occidentales », évoquées en introduction.

  • 8 Madeleine Colani, l’une des premières femmes françaises archéologues, appartient à ce nouveau type (...)

13C’est dans ce contexte qu’il faut considérer le paradoxe social que constitue la loi Camille Sée de 1880 sur les lycées de jeunes filles de la bourgeoisie, à travers laquelle l’État français tentait de préserver la spécificité de la féminité. Mais, lorsqu’il s’est agi des écoles de filles du peuple, les républicains ont conçu pour elles (travaux pratiques mis à part) des normes pédagogiques strictement parallèles à celles des garçons : l’école est laïque et affiche un esprit absolu, insoucieux des différences, y compris des diversités régionales. L’État centralisé a alors joué un rôle décisif dans l’accès des femmes au monde masculin. C’est lui qui, à la fin du xixe s., favorisa l’apparition d’un type humain nouveau (l’institutrice)8 et, surtout, d’une forme inédite du couple (l’instituteur et l’institutrice mariés) ; la différence de genre est cependant restée implicite : le plus souvent, l’institutrice avait la charge des petites classes et l’instituteur celle des niveaux plus élevés. Ils vont faire de la différence des sexes une raison de justifier, et non de refuser, l’identité des parcours, la mixité de l’enseignement et la familiarité du commerce entre les hommes et les femmes (Ozouf 1995a : 365-374). Bien plus, ils vont les normaliser. L’école est en effet le lieu où l’enfant poursuit l’assimilation des catégories élémentaires invisibles et durables que lui ont, en partie, inculquées ses parents ; celles-là mêmes qui fondent dans le temps la logique idéelle qui sert à organiser la manière dont la société et la culture auxquelles il appartient pensent le monde. Mona Ozouf a raison de supposer que c’est probablement dans ce républicanisme (qui fait tout dépendre de l’éducation et de l’égalité scolaire) que réside la vraie singularité française. C’est à l’école qu’ont été remportées des victoires décisives de longue durée pour les femmes. Les chiffres sont à cet égard explicites (Aubin & Gisserot 1995) : en 1963, 43 % des étudiants des universités françaises étaient des femmes (55 % en 1995), contre 32 % en Angleterre et 24 % en Allemagne occidentale ; en 1993, 58 % des bacheliers étaient des filles ; en 1990, plus de 50 % des professeur(e)s et des scientifiques étaient des femmes ; et elles représentaient 50 % des pré- et protohistoriens recrutés par le Centre national de la recherche scientifique entre 1992 et 1995 (analyse statistique de l’auteur). Avec une augmentation de plus de 75 % de femmes entre 1982 et 1990, les cadres et les professions intellectuelles constituent la catégorie socioprofessionnelle qui s’est, à la fin du xxe s., le plus féminisée en France (à raison de 31 % en 1992).

14Une étude de l’Insee (Djider et al. 2003) montre que 27 % des élèves ne dépassant pas le niveau du collège étaient des garçons, contre 20,1 % des filles ; la réussite des filles s’accompagnait d’un projet professionnel ambitieux : à 15 ans, 48 % d’entre elles souhaitaient exercer une profession intellectuelle, scientifique ou de direction, contre 38 % des garçons. Cependant, 12,9 % des garçons atteignaient le niveau du Cap ou du Bep (contre 8,4 % des filles), puis 3,6 % le niveau du Bac (contre 2,8 % des filles) ; enfin, 1,6 % des garçons se consacrait ensuite à des études générales, contre 1,2 % des filles. En d’autres termes et puisque ces statistiques ne peuvent guère avoir été bouleversées en dix ans, il faut admettre que plus investies que les garçons et mieux intégrées à la vie scolaire, les filles sont moins nombreuses dans les filières prestigieuses. Il apparaît en effet que les garçons sont au début deux fois plus nombreux à se trouver dans les plus bas niveaux de compétences scolaires (grosso modo 20 % contre 10 %). Les filles excellent toujours dans la lecture où elles surpassent nettement les garçons (une fille sur deux lit au moins un roman par mois, contre un tiers des garçons ; ils sont 52 % à préférer leur messagerie électronique ou des BD, alors que 67 % des filles n'en lisent jamais. Mais, si les filles vont plus fréquemment que les garçons en filière générale, 68 % des garçons obtiennent un Bac S contre 37 % des filles.

  • 9 La plupart des historiens, sociologues et anthropologues – voir, par exemple, Héritier (1996) – éta (...)

15Mais, là encore, pour ce qui concerne les hommes, la France n’est pas un monde à part : comme partout ailleurs, la plupart des hommes y sont sexistes (souvent à l’égard des standards que leur impose la société à laquelle ils appartiennent, mais pas seulement). Comme le dit Élisabeth Badinter (1992, 1995a) au rebours d’une Simone de Beauvoir, le problème n’est pas d’être femme mais de devenir homme. Une réalité qu’illustre parfaitement cet ordre si souvent entendu et emblématique « sois un homme, mon fils » (dit-on jamais à une petite fille d’être une femme ?). Simone de Beauvoir n’a pas échappé à cette arrogance française qui lui a fait confondre « état de femme » et « état d’individualité ». Contrairement à ce qu’elle a pu affirmer (Beauvoir 1949) mais comme le montre Élisabeth Badinter (1992, 1995a) : une fille n’a pas à devenir femme, elle naît femme ; en revanche, l’affirmation de son individualité et de son genre procède – comme ceux des hommes – d’un long processus d’appropriation. Quant à l’état de masculinité et de virilité des garçons, il ne s’acquiert que difficilement et par négation – en n’étant pas féminin – au cours d’un long processus d’initiations, de ruptures et d’affirmations masculines. Psychologiquement, peu de garçons et d’hommes vivent avec sérénité et sans séquelles sexistes, cette ségrégation mutilante d’avec le monde des femmes. La société des Baruya de Nouvelle-Guinée, que je fréquente régulièrement, est à cet égard exemplaire. C’est au sein d’un espace masculin interdit aux femmes (la maison des hommes) que les garçons baruya sont initiés plusieurs années durant par les hommes. C’est dans ce contexte de répression qu’ils deviennent – par les hommes – des hommes. Cette fabrication de la masculinité est conçue comme une seconde naissance et joue comme une récupération du pouvoir féminin de l’enfantement (Godelier 1982)9. Mais on aurait tort de considérer que les hommes baruya se sentent intrinsèquement supérieurs aux femmes. Pour s’en convaincre, il n’est que d’observer leur crainte du féminin : la pollution qu’ils attribuent aux menstrues et à l’enfantement, par exemple ; leurs perpétuels dénigrements verbaux à l’encontre des femmes ou les agissements auto-aliénants qu’ils ne cessent de mettre en œuvre pour éviter le contact du monde féminin. Les femmes baruya ne s’y trompent d’ailleurs pas qui, sévices physiques mis à part (quoique pas plus violents que ceux que les hommes s’infligent entre eux), tournent régulièrement les hommes en dérision – une raillerie qu’ils jugent pire que des sévices physiques et qui les conduit souvent au suicide. Les clubs masculins que l’on rencontre à tous les niveaux de la société anglaise et dans les collèges universitaires de Cambridge ou d’Oxford, si longtemps interdits aux femmes, ne procèdent-ils pas – comme la maison des hommes baruya – du même processus de masculinisation ? Dans l’introduction à l’ouvrage qu’elles ont consacré à la construction culturelle du « genre » et de la sexualité, Sherry B. Ortner et Harriet Whitehead (1981 : 8-9) soulignent la tendance implicite mais générale des cultures traditionnelles à définir les hommes en fonction d’un statut ou d’un rôle (guerrier, chasseur, aîné, dirigeant, etc.) indépendant des relations qu’ils entretiennent avec les femmes ; et les femmes presque exclusivement en termes de relation et du rôle qu’elles jouent dans le système de parenté (sœur, cousine, épouse, mère, etc.). Le statut de l’homme n’est donc pas donné mais à acquérir individuellement ; alors que celui de la femme est donné par naissance ou résulte d’un contrat social accepté par l’ensemble du groupe.

L’archéologie française ou la longue incongruité d’une archéologie des genres

16La notion de « genre » est désormais considérée comme différente de la notion biologique de sexe, même si ces deux notions n’ont pas à être opposées mais à être différenciées. Cette distinction a finalement conduit à définir le « genre » comme un élément relevant d’un système de pensée et de représentations collectives, voire comme une orientation sexuelle culturellement acquise par les êtres humains.

  • 10 Par exemple : mécène, juré, peintre, juge, kangourou, saumon, singe, etc. qui sont masculins ; alte (...)
  • 11 Par exemple : un page (jeune garçon au service d’un prince) et une page (côté d’un feuillet), un li (...)
  • 12 Par exemple : un mannequin (femme ou homme), sa sainteté (généralement un homme), une basse (qui es (...)
  • 13 À cet égard, il est amusant d’entendre un commentateur de la chaîne télévisée germano-française Art (...)

17Certes kind (anglais) et gen (français) relèvent de la même racine, mais cette parenté n’est pas évidente dans la langue française qui conçoit tout – être, objet, espace, action, concept, etc. – sous l'angle d'un genre grammatical féminin spécifié ou d’un genre grammatical masculin, qui est aussi la forme indifférenciée et asexuée. On dit par exemple : « il pleut », « il fait chaud », « c’est bien », « cela est beau », etc. Au demeurant, certains noms n’ont qu’un genre, quel que soit le sexe de la personne ou de l’animal désignés10. Cette obligation de devoir penser au féminin ou au masculin quel que soit le sexe ou l’absence de sexe a des répercussions importantes sur l’imaginaire individuel et collectif : en jouant, par exemple, sur les équivoques de ces noms qui changent de sens lorsqu’ils changent de genre11 ou sur le genre d’un nom de personne qui n’est pas conforme au sexe12, les Français (et plus particulièrement les chanteurs, les écrivains, les journalistes, les chansonniers, etc.) passent d’une sphère à l’autre sans avoir besoin de déstructurer ou de transgresser quoi que ce soit13. Cette omniprésence grammaticale des genres féminin et masculin favorise la sexualisation des choses bien au-delà de la syntaxe : par exemple, la bonté, la justice, la mort, la révolution, la patrie, l’agriculture, la mer ou la république sont généralement symbolisées physiquement (sculpture, peinture, roman) par une femme. Du coup, un ange a presque un sexe : dans l’inconscient français, il est explicitement un garçon.

18Ainsi, l'idée que l'on puisse considérer comme un nouveau paradigme un regard aussi traditionnel que la considération des choses selon un genre a eu de quoi étonner la plupart des anthropologues, archéologues et historien(e)s français(e)s. La démarche fut même souvent tournée en ridicule. Pourtant, en France comme ailleurs, il ne fait pas de doute que les anthropologues et les archéologues s’intéressent au rapport culturel et social du féminin, du masculin et du transgenre. Mais ils (elles) ne sont pas pour autant disposé(e)s à réduire ce questionnement au seul rapport des hommes et des femmes, ni et encore moins à réduire les femmes au rang d’une minorité ethnique ou sexuelle. Une chose semble certaine, cependant : histoire de langue, histoire de mœurs ou histoire tout court, dans ce pays grammaticalement sexué, l’archéologie des genres n’est pas encore une priorité. Ce fait explique probablement l’absence répétitive de toute réflexion française sur le concept de genre dans les ouvrages qui abordent cette notion, y compris lorsque la perspective est transculturelle (voir, par exemple, Brettell & Sargent 1992). Cette situation contribue également au fait que, lorsqu’elles ont abordé la notion de genre, Joan Gero et Margaret Conkey (1991 : 10) ont pu diviser le monde en deux catégories culturelles : les cultures anglo-américaines d’une part, et les cultures non occidentales d’autre part, faisant ainsi étrangement passer à la trappe l’ensemble du continent européen, outre l’étonnant simplisme et la profonde inculture que dévoile cette division impérialiste : nous (Américains) / les autres (le reste du Monde).

L’inéluctable mixité du métier d’archéologue en France

19Ce n’est qu’à la fin des années 1970, lorsque l’archéologie française dite « classique » s’est démocratisée et a fini par s’intéresser à une pré- et protohistoire qui s’institutionnalisaient –qu’ont émergé, en France, une archéologie moderne et une archéologie nationale proprement dite. C’est donc au début des années 1990 que, de cette cohérence et cohésion, sont venues la mixité et la féminisation du métier d’archéologue ; celles-là mêmes qui, à la fin du xviiie s. et au début du xxe s., pouvaient paraître inéluctables. C’est pourtant le moment où le mouvement féministe français tomba dans une impasse.

  • 14 Tou(te)s les candidat(e)s étaient examiné(e)s par un seul et même jury ; par ailleurs, cette procéd (...)

20Si la recherche archéologique s’est féminisée à la fin du xxe siècle, les travaux de terrain ont encore longtemps été masculins. Ainsi, avant la création de l’Institut national de recherches d’archéologie préventive (Inrap), l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (Afan) n’employait que 40 % de femmes sur les 1 300 personnes qu’elle engageait annuellement, alors qu’elles étaient plus nombreuses à étudier l’archéologie, au moment de leur formation et à leur sortie de l’université. Il est également intéressant de noter que ce n’est qu’au cours des années 1980, après l’institution d’un concours national de recrutement14, que le personnel de la sous-direction de l’Archéologie du ministère de la Culture s’est féminisé. Cependant, là où les personnes étaient nommées, en particulier à la direction des services régionaux de l’archéologie, les hommes sont restés prédominants. Il faut souligner, à cet égard, que le travail des conservateurs régionaux est devenu de plus en plus administratif : on leur demande d’être de bons gestionnaires – voire de bons politiques, plutôt que de bons scientifiques. Si cette tendance devait s’étendre à l’ensemble des métiers de l’archéologie, il est à prévoir que la féminisation des métiers irait en régressant. C’est en effet dans le domaine de la réflexion intellectuelle et de la recherche que les femmes réussissent ; en archéologie, il y a – proportionnellement à la représentation du sexe des inscrits – plus de femmes que d’hommes qui sortent diplômé(e)s des universités, et qui finissent aujourd’hui leur thèse.

21Lorsqu’elles assument des charges importantes, les archéologues françaises prennent désormais seules leurs responsabilités : leur couple d’archéologues ou de préhistoriens n’est pas la configuration qui oriente celles qui influent sur le devenir de l’archéologie française. En revanche, la direction de l’archéologie de terrain reste dominée par les hommes.

Conclusion

  • 15 Cette conclusion pourrait être modérée par les statistiques produites par le projet Discovering the (...)

22Ainsi, les contingences de l’histoire et la combinaison complexe d’un pouvoir politique centralisé (qui a entraîné une diversité incommensurable de réseaux et une solidarité profonde entre les hommes et les femmes), d’une sexualité socialement exprimée (à laquelle l’évacuation du puritanisme et la laïcité ne pouvaient que contribuer), d’un système d’enseignement valorisé (commun aux garçons et aux filles), d’une assurance des femmes à ne pas se considérer comme des femmes (mais comme des êtres humains) et l’obligation de parler (de penser) au féminin et masculin à chaque instant de la vie ont abouti, en France, à une mixité (certes relative mais très supérieure à celle des régions anglo-américaines) de nos agissements et systèmes de pensée. Il a fallu attendre la professionnalisation de l’archéologie en France pour que le métier d’archéologue soit effectivement mixte. C’est aujourd’hui une réalité. En tant que femme française, je tends naturellement à croire que cette réalité amorcée n’a rien à voir avec une dépréciation du statut d’intellectuel – si prestigieux en France – ou du métier d’archéologue, si nécessaire à la compréhension de notre histoire et de l’histoire des autres15.

Haut de page

Bibliographie

Aubin C. & Gisserot H. 1995. Les femmes en France : 1985-1995. Rapport établi par la France en vue de la quatrième conférence mondiale sur les femmes. Rapports officiels, rapport pour l’ONU. Paris, La documentation française.

Badinter E. 1992. XY. De l’identité masculine. Paris, Éditions Odile Jacob.

Badinter E. 1995a. XY. On masculin identity. Columbia, Columbia University Press.

Badinter E. 1995b. « “L’exception française”. Femmes : une singularité française ? », Le Débat, 87 : 123-126.

Beauvoir S. de. 1949. Le deuxième sexe. Paris, Gallimard.

Brettell C.B. & Sargent C.F. 1992. Gender in cross-cultural perspective. Pentice-Hall, Englewoods Cliffs.

Carroll R. 1987. Évidences invisibles. Américains et Français au quotidien. Paris, Le Seuil.

Coudart A. 1998. « Archaeology of French Women and French Women in Archaeology », in : M. Diaz-Andreu & M.-L. Stig-Sørensen (dir.), Excavating women. A history of women in European archaeology. London, Routledge : 61-85.

Djider Z., Murat F. & Robin I. 2003. « Motivation et performances scolaires : les filles creusent l’écart », Insee Première 886, mars 2003 : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/IP886.pdf.

Froidevaux-Metterie C. 2014. La Révolution au féminin. Paris, Éditions Gallimard. 2015 pour la publication en ligne : www.gallimard.fr.

Gero J.M. & Conkey M.W. 1991. Engendering Archaeology. Oxford and Cambridge USA, Blackwell.

Godelier M. 1982. La production des grands hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée. Paris, Fayard.

Héritier F. 1996. Masculin / Féminin. La pensée de la différence. Paris, Odile Jacob.

Lesnes C. 2008. Aux sources de l’Amérique : les enfants de Washington face à leur histoire. Paris, Buchet/Chastel.

Ortner S.B. & Whitehead H. 1981. « Introduction: Accounting for sexual meanings », in : S.B. Ortner & H. Whitehead (dir.), Sexual Meanings. The cultural construction of gender and sexuality. Cambridge, Cambridge University Press : 1-27.

Ozouf M. 1995a. Les mots des femmes. Essai sur la singularité française. L’esprit de la cité. Paris, Fayard.

Ozouf M. 1995b. « “Le compte des jours”. Femmes : une singularité française ? », Le Débat, 87 : 140-146.

Mead M. 1935 (2003). Sex and temperament in three primitive societies. New York, William Morrow & Harper Collins Publisher.

Paravicini U. 1990. Habitat au féminin. Lausanne, Presses polytechniques et universitaires.

Souhaité S. 1994. « Madeleine Colani (1866-1943) », in : M. Santoni (dir.), Le Haobinhien 60 ans après Madeleine Colani. Hanoi, Conférence anniversaire, 27 décembre 1993-3 janvier 1994.

Haut de page

Notes

1 Je vis aux États-Unis et, en mars 2015, lors d’un démarchage téléphonique, une voix masculine me demande d’emblée et sans ambages « Is the man of the house available ? » (l’homme de la maison est-il disponible ?) ; ma réponse interloquée étant négative, il raccroche en déclarant qu’il rappellera plus tard. En Arizona, la notion de « femme de la maison » ou de celle, indifférenciée, de « propriétaire » n’est pas une option.

2 En Amérique du Nord, le Grand Dictionnaire Terminologique de l’Office québécois de la langue française définit le « masculinisme » comme un « mouvement qui se préoccupe de la condition masculine ». Mais, aux États-Unis, le terme masculinist qualifie surtout un mouvement politique profondément antiféministe voulant rétablir un pouvoir masculin soi-disant usurpé par les femmes – il est vrai qu’à qualification égale, les universités des États-Unis recruteront plutôt une femme qu’un homme.

3 À cet égard, il faut écouter (ou tenter d’écouter jusqu’au bout) le médiocre programme radio diffusé sur « Radio Campus Paris » le 2 mars 2014, probablement à la hauteur des questionnements archéologiques sur le « genre » en France) : http://archives.radiocampusparis.org/2014/02/femininmasculin-les-genres-a-lepreuve-de-larcheologie/

4 Jusqu’à la fin des années 1990, quatre postes seulement de maîtres de conférence spécialisés avaient été créés dans les universités françaises, et un seul programme lancé par le Centre national de la recherche scientifique (Cnrs) avait permis le financement d’une soixantaine de recherches et de trois colloques. Pourtant, il existait alors 1 700 associations féminines ou féministes en France et dans les territoires d’Outre-Mer. Le Centre d’études féminines et d’études de genre (rattaché à l’Ufr « Histoire, littératures, sociologie, genre » de l’université Paris VIII) reste aujourd’hui la seule formation doctorale en France dédiée à cette problématique.

5 La concentration des pouvoirs français également spatiale (la capitale) a permis, à partir du xixe s., d’assurer l’unité d’action des services publics et de briser les particularismes locaux.

6 La cohésion est telle que relations de parenté et relations civiles sont en français souvent confondues ; comme l’indique, par exemple, l’usage d’un même qualificatif (« fraternel ») pour désigner le lien civique qui unit les membres d’une même communauté et le lien qui unit des gens du même sang. En revanche, les relations brotherly et fraternal sont, en anglais, parfaitement distinctes.

7 En 1994, elles ne représentaient que 25 % des effectifs militants des partis politiques, et moins de 30 % des adhérents syndicaux (Aubin & Gisserot 1995 : 72).

8 Madeleine Colani, l’une des premières femmes françaises archéologues, appartient à ce nouveau type d’individu : elle s’embarque en 1899 pour l’Indochine, son brevet d’enseignement primaire en poche (Souhaité 1994).

9 La plupart des historiens, sociologues et anthropologues – voir, par exemple, Héritier (1996) – établissent une synonymie entre « pouvoir » et « pouvoirs politiques ». Or, cette équivalence (ou cette limitation) n’existe que dans notre modernité « occidentale » : un monde où les sphères du domestique et du social sont répétitivement dénigrées par les hommes et les femmes qui obtempèrent, et où les pouvoirs qui en émanent sont systématiquement rabattus au rang de fonctions. Certes, au pouvoir politique revient un pouvoir législatif et d’exécution des lois. Mais depuis quand la société et la vie en société se réduisent-elles aux lois ?

10 Par exemple : mécène, juré, peintre, juge, kangourou, saumon, singe, etc. qui sont masculins ; altesse, personne, sentinelle, victime, étoile, truite, pie, souris, girafe, etc., qui sont féminins.

11 Par exemple : un page (jeune garçon au service d’un prince) et une page (côté d’un feuillet), un livre (ouvrage) et une livre (unité de poids), un tour (machine ou mouvement circulaire) et une tour (construction élevée), etc.

12 Par exemple : un mannequin (femme ou homme), sa sainteté (généralement un homme), une basse (qui est un homme), une vigie, un alto (qui est une femme), etc.

13 À cet égard, il est amusant d’entendre un commentateur de la chaîne télévisée germano-française Arte dire que l’aigle pêcheur peut garder la même partenaire pendant trente ans, et que la grue du Japon garde le même partenaire tout au long de l’année. Ainsi, le commentateur associe une femelle à l’aigle, puisque le mot «  aigle » est grammaticalement masculin ; mais il octroie un mâle à l’oiseau grue, puisque le mot « grue » est en français grammaticalement féminin … un jeu sémantique impossible à réaliser en anglais.

14 Tou(te)s les candidat(e)s étaient examiné(e)s par un seul et même jury ; par ailleurs, cette procédure impliquait l’anonymat des candidat(e)s, lors des épreuves écrites.

15 Cette conclusion pourrait être modérée par les statistiques produites par le projet Discovering the Archaeologists of Europe 2012-14: Transnational Report http://www.discovering-archaeologists.eu/national_reports/2014/transnational_report.pdf qui suggère que la féminisation de la discipline archéologique en Europe serait en partie liée à une précarisation et une augmentation du temps partiel. Ce serait oublier que cette étude ne concerne que l’archéologie privée et qu’elle exclut totalement la France et la Suède.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anick Coudart, « Longtemps durant… le Genre ne fut pas un genre français sinon qu’il était du genre masculin… E pur si muove », Les nouvelles de l'archéologie, 140 | 2015, 9-15.

Référence électronique

Anick Coudart, « Longtemps durant… le Genre ne fut pas un genre français sinon qu’il était du genre masculin… E pur si muove », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 140 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/2968

Haut de page

Auteur

Anick Coudart

Research Professor, School of Human Evolution and Social Change, Arizona State University
Anick.Coudart@asu.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org