Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le muséum de Toulouse et l’invention de la préhistoire

Philippe Soulier
p. 63-64
Référence(s) :

Bon F., Dubois S. et Labails M.-D., dir. (2010) – Le muséum de Toulouse et l’invention de la préhistoire, Toulouse, Editions du Muséum, 228 pages.

Texte intégral

1Ce très beau livre de 23x30 cm, solidement relié et superbement illustré, regroupe 22 auteurs pour un véritable projet éditorial cohérent. Le tout dans une mise en pages soignée. Il est structuré en trois chapitres, encadrés par un prologue et un épilogue de François Bon, complétés heureusement par une bibliographie, un glossaire et une biographie des auteurs. Celle-ci met en relief la diversité des spécialités comme des générations et des points de vue.

2Les textes des rubriques constituant ces trois chapitres sont autant d’études qui dépassent souvent le seul constat descriptif et proposent des analyses qui montrent, dans le contexte d’une communauté scientifique et d’un programme partagé, le recul et les interrogations de chacun sur le sens à donner à son propre travail, de recherche ou de conservation. Et ce n’est pas le moindre intérêt de cet ouvrage.

3Le premier chapitre présente, en 18 notices illustrées, l’apport de 21 des préhistoriens qui ont fait la préhistoire régionale (et au-delà), de Paul Tournal (1805-1872) à Emile Cartailhac (1845-1921), Henri Bégouën (1963-1956) et Georges Laplace (1918-2004), parcourant ainsi les décennies allant du premier tiers du 19e siècle, au début du 21e. Elles sont introduites par un texte rappelant aussi bien le cadre institutionnel – structures, périodiques, enseignements – que les apports fondateurs de la géologie et de la paléontologie d’où émerge la préhistoire, l’imprégnant de leurs approches classificatoires, qu’elles soient bâties sur les sédiments, la faune puis sur les « industries » d’un homme dont on découvre et reconnait peu à peu l’ancienneté. Ce rappel utile ne va cependant pas au-delà des lendemains immédiats de la seconde guerre mondiale, ce qui souligne la difficulté de rendre compte de l’histoire proche et immédiate… même si quatre des notices individuelles relatent le parcours de chercheurs ayant exercé leur activité dans le second vingtième siècle. Au fil des notices, mais également de photographies en action ou en représentation qui leur redonnent vie, on retrouve donc les plus grands, de renommée internationale, aux côtés d’autres parfois moins connus, mais tout aussi capitaux dans l’apport à la recherche « toulousaine » en préhistoire durant plus d’un siècle. On retrouve les conditions et les circonstances des travaux et des découvertes, dans un contexte bouillonnant pour lequel la notion d’homme fossile forme une toile de fond. On y voit revivre ces passionnés, généralement amateurs, mais pas seulement, qui, au fil des circonstances individuelles, des trouvailles, des sites et des publications, puis des débats et des controverses parfois houleuses ont construit les références dont nous sommes toujours tributaires. En effet, que nous les conservions – consciemment ou non – ou que nous argumentions pour nous en dégager, elles restent une part importante du substrat de nos propres travaux.

4Le second traite des enjeux, débats et hypothèses autour de la préhistoire. Six rubriques replacent le propos dans le cadre de la constitution progressive de la préhistoire, de ses racines au 19e siècle à ses questionnements et ambitions à venir. Au-delà de la description des décennies et des acteurs ayant constitué les fondements et les cadres de la discipline, ces contributions permettent d’approcher comment les auteurs se placent eux-mêmes dans les débats actuels, dont les problématiques et les exigences épistémologiques sont bien différentes. Au niveau des thèmes abordés, ces rubriques se complètent l’une l’autre : construction progressive du séquençage des périodes, manière de « voir » la part d’humanité dans les fossiles mis au jour, attribution d’une valeur d’usage ou estimation de la capacité cognitive de leurs auteurs à des vestiges lithiques dont nous avons depuis longtemps perdu la mémoire, compréhension du comment et du pourquoi des figures tracées sur les parois des grottes. Mais aussi savoir envisager dans quelles mesures les populations de la préhistoire – voire « des » préhistoires, selon les moments de la recherche autant que de la diversité des « cultures matérielles » ? – seraient (ou non) à confronter aux actuelles pour mieux les retrouver dans leurs comportements. Et, finalement, après toutes ces recherches, comment faire pour que tout ceci « entre au musée », condition de sa présentation au public.

5Chaque thème traité montre combien la reconstitution de la préhistoire – son cadre environnemental comme ses acteurs, dans leur constitution comme dans leurs productions et leurs comportements – a été et est toujours tributaire à la fois des découvertes et du regard que nous portons sur elles, c’est-à-dire aussi sur nous-même. Ceci n’est pas nouveau, mais est toujours utile à rappeler et à préciser au regard des nouvelles connaissances, pour un lectorat de plus en plus large.

6Le troisième, plus spécifique et original, présente le musée lui-même et ses coulisses à travers 5 rubriques montrant aussi bien la diversité des approches et des matériaux conservés que l’histoire de la constitution des fonds. Ces rubriques sont d’autant plus passionnantes qu’elles développent un sujet encore trop peu exploité : comment non seulement la préhistoire a pu se faire admettre dans l’institution muséale (voir ci-dessus), mais comment le musée a dû se modeler et reconfigurer des bâtiments prévus pour d’autres usages, organiser progressivement des salles et des vitrines, en fonction des objets à présenter et de ce que les chercheurs en comprenaient, mais aussi de conceptions muséographiques évoluant au fil des décennies. Ce sont en effet ces changements dans les manières de présenter qui témoignent de celles de comprendre et de transmettre, histoire de la pédagogie et de la mise en scène – entre faisabilité technique et esthétique – autant que de la connaissance. Et notre époque n’y échappe pas comme le montrent les exemples actuels de réciprocité entre présentation, animation, rencontres scientifiques, recherches et politique d’acquisition. Cette troisième partie se termine par un survol de la constitution, en 150 ans, de ce fonds exceptionnel sur lequel s’appuie aujourd’hui le muséum de Toulouse, l’un des premiers du genre en Europe : cependant, à Toulouse comme dans les autres musées, les diverses contributions montrent que bien du travail reste à faire pour que nous disposions d’un inventaire complet de ses trésors. Ici comme ailleurs, il faut non seulement identifier et classer tout ce qui a été donné ou acquis depuis tout ce temps (et cela n’a pas toujours été fait à l’origine !), mais il faut le faire selon les normes modernes de classement, de conservation préventive, de documentation et d’archivage, conditions de leur pérennité patrimoniale et de leur accessibilité scientifique. L’exemple de travail sur la sépulture de Téviec semble à cet égard particulièrement bien illustrer l’intérêt de revisiter l’ensemble du fonds avec de nouveaux outils techniques et de nouvelles perspectives de recherche, l’un n’allant pas sans l’autre.

7Le tout forme une édition aussi agréable que passionnante à lire et consulter, permettant à chacun de placer ses propres recherches ou sa simple curiosité dans un cadre historique retraçant aussi bien l’apport des chercheurs et des sites régionaux à la préhistoire en général, que les contextes conceptuels de ces recherches. Les pages et les illustrations d’archives – de très belle qualité et précisément référencées – montrent l’importance du travail patrimonial mené par le Museum de Toulouse. Un bel ouvrage de connaissance et de référence qui rappelle utilement la place de cette institution comme creuset humain et foyer scientifique pour nos disciplines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Soulier, « Le muséum de Toulouse et l’invention de la préhistoire  », Les nouvelles de l'archéologie, 139 | 2015, 63-64.

Référence électronique

Philippe Soulier, « Le muséum de Toulouse et l’invention de la préhistoire  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 139 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/2938

Haut de page

Auteur

Philippe Soulier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org