Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Nouveau regard sur l’évolution des pratiques mortuaires dans l’ouest francilien à la fin du Néolithique : état des lieux et perspectives de recherche

Jean-Gabriel Pariat, Caroline M. Renard, Arnaud Blin, Emma Maines et Cynthia Jaulneau
p. 56-61

Résumé

Dans la lignée des recherches menées sur le Néolithique de l’ouest francilien depuis les années 1970, un nouveau projet collectif a été piloté par les départements des Yvelines et du Val-d’Oise entre 2012 et 2014 autour de la caractérisation de l’occupation du territoire à la fin du Néolithique. Dans ce cadre les travaux ont été rassemblés en quatre grands thèmes de recherche : la détection des sites, la chronologie, l’habitat et l’économie de production, les pratiques mortuaires. La présente contribution dresse un état des lieux de l’évolution des pratiques mortuaires dans la zone d’étude à la lumière notamment des résultats des datations relatives et absolues. De nouvelles perspectives émergent modifiant sensiblement la vision du comportement des sociétés humaines néolithiques face à la mort.

Following researches undertaken over the Neolithic era of the west from the Île-de-France since the years 1970, a new collective project was controlled by the departments of Yvelines and the Val-d'Oise between 2012 and 2014 around the study of life ways at the end of the Neolithic. This work was gathered in four broad research topics: the detection of the sites, the chronology, the habitat and saving in production, funeral practices. The present contribution draws up an inventory of fixtures of the evolution of the funeral practices in the area of the study in the light in particular of the results of the relative and absolute datings. New prospects emergent modifying appreciably the vision of the behavior of the Neolithic human societies facing death.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keyword :

dating, burial, artefact, end of Neolithic
Haut de page

Texte intégral

1Un projet collectif de recherche piloté par les départements des Yvelines et du Val-d’Oise entre 2012 et 2014 porte sur la caractérisation de l’occupation du territoire à la fin du Néolithique dans l’ouest francilien. Il s’inscrit dans la continuité de travaux menés dans cette zone géographique au cours des trente dernières années (Jaulneau & Pariat 2014).

2Dans le Val-d’Oise, les recherches se sont focalisées sur la détection de sites néolithiques au travers de prospections ciblées et, plus rarement, de sondages ponctuels (Lardy 1975 ; Martinez & Viatte 1984 ; Letterlé & Martinez 1985).

3Dans les Yvelines, des recherches ont abordé les processus de néolithisation et se sont concrétisées, dès 2002, par la mise en place de projets collectifs intitulés « Le Néolithique des Yvelines », puis « Le Néolithique de l’Ouest parisien ». Ces deux projets ont couvert un secteur géographique principalement restreint au bassin de la Seine, de Paris à Vernon. Ils ont contribué à définir la place de cette zone dans le processus de néolithisation de l’ouest parisien. Cependant, la nécessité de disposer de nouvelles données récentes pour mieux définir la fin du Néolithique dans ce secteur est également apparue (Bostyn et al. 2012).

Présentation du projet

4Le projet actuel, initié en 2011, vise donc à enrichir les données et à parfaire la connaissance des occupations humaines du Néolithique récent et final sur un territoire volontairement limité aux abords de la Seine, dans les Yvelines et le Val-d’Oise. Les travaux ont pour objectif d’une part de caractériser la nature des occupations, d’autre part de préciser leur mode d’implantation sur le territoire (topographie, géomorphologie) et la nature des relations inter-sites.

5Quatre grands thèmes, articulés autour de la détection des sites, de leur datation, de l’habitat et de l’économie de production et des pratiques mortuaires, ont impliqué différents groupes de travail pendant trois années. Les données issues de recherches anciennes, souvent des prospections et plus rarement des fouilles (Högstrom et al. 1995), enrichies par les données récentes de l’archéologie préventive, ont servi de base aux réflexions (Debout et al. 2010 ; Blaser et al. 2010).

6Le cadre géographique du projet englobe le Vexin français à l’ouest du Val-d’Oise et au nord des Yvelines, de part et d’autre de la Seine (fig. 1). Dans le Val-d’Oise, le secteur d’étude est délimité à l’est, à l’ouest et au sud par le réseau hydrographique de l’Oise, de l’Epte et de la Seine, et il s’étend au nord jusqu’à l’anticlinal de Bray (Krier 2004). Dans les Yvelines, la vallée de la Seine traverse le nord du département et les limites du projet correspondent aux vallées de la Mauldre et de la Vaucouleurs, à l’est et à l’ouest.

Fig. 1

Fig. 1

Localisation des sites ou indices de sites de la fin du Néolithique dans la zone d’étude

DAO : J.-G. Pariat, F. Trouvé, Sdavo

7Du point de vue géologique, ce vaste territoire se compose de plateformes de calcaire grossier (Lutétien), de calcaire de Saint-Ouen (Bartonien), et de calcaire de Beauce (Stampien), supportant des buttes-témoins gréseuses, constituées de sables de Fontainebleau et comprenant des dalles de grès quartzitiques affleurantes. Ces buttes viennent rompre une topographie peu marquée, comme au nord de la Seine sur les communes de Gadancourt (Val-d’Oise) et Commeny (Val-d’Oise), où des plateaux limoneux alternent avec des plateaux tertiaires entaillés. Enfin, la carte géologique montre à cet endroit la présence de formations secondaires et tertiaires affleurantes sur les versants de la Seine, de la Vesgue, de la Mauldre, de la Vaucouleurs et du Ru de Senneville.

8Du point de vue chronoculturel, un autre projet collectif de recherche, récemment mené par R. Cottiaux et L. Salanova (Salanova et al. 2011), a proposé une périodisation allant du Néolithique récent jusqu’à l’âge du Bronze ancien pour le nord de la France. Huit étapes chronoculturelles ont été définies : trois au Néolithique récent (3600-2900 av. J.-C.), trois au Néolithique final (2900-2150 av. J.-C.) et enfin deux au Bronze ancien (2150-1800 av. J.-C.).

9Le mobilier issu des sépultures collectives incluses dans notre projet fait écho à celui découvert en dehors de la zone d’étude et s’inscrit dans le découpage chronologique en vigueur. Néanmoins, il n'est pas toujours possible de l'attribuer précisément à l’une ou l’autre de ces étapes. Par ailleurs, la proposition controversée d’un Néolithique récent à 3600 avant J.-C. pose les problèmes de transition entre la fin du Néolithique moyen et le Néolithique récent (Cottiaux et al. 2014). Enfin, cette partie de la vallée de la Seine semble avoir été soumise à diverses influences au cours du iiie millénaire, dont certaines en provenance de la façade atlantique (groupes de Gord et de l’Artenac, entre autres).

10Ces problèmes de chronologie occupent une place essentielle dans le travail effectué. Au terme de l’année 2014, divers résultats ont été obtenus dans ce domaine, notamment en matière d’évolution des pratiques funéraires de part et d’autre de la Seine. Ils sont détaillés dans la suite de cet article.

Chronologie relative et absolue : stratégie et méthode

11Dresser l’état des lieux des données existantes en matière de chronologie dans la zone d’étude est apparu comme un préalable indispensable avant d’engager des analyses complémentaires destinées à mieux cerner l’évolution de l’occupation du territoire au cours du Néolithique récent et final.

La chronologie relative

12Les questions de chronologie relative ont été examinées sous trois angles : au travers de l'exploitation des données récentes issues d'opérations d'archéologie préventive, à partir du réexamen du mobilier de sites fouillés anciennement, et enfin par le tri de séries issues de prospections pédestres.

13Plusieurs séries mises au jour par l’archéologie préventive ont ainsi été intégrées à la réflexion sur la chronologie, car elles offrent généralement des analyses de mobilier approfondies (lithique, céramique). C’est le cas notamment de celles provenant de Bailly « Le Crapaud » (Yvelines, fouille P. Granchon, Inrap, 1998) ou bien encore de Flins-sur-Seine « Valence » (Yvelines, diagnostic G. Debout, Sady, 2009), qui viennent nourrir la réflexion sur les formes d’habitat au cours du Néolithique récent et final.

14Parallèlement, la reprise d’étude de gisements fouillés anciennement a été réalisée. Dans ce cadre, quatre sépultures collectives ont fait l'objet d'une nouvelle analyse : Us « Dampont » (Val-d'Oise ; Jaulneau & Pariat 2014), Vauréal « Le Cimetière aux Anglais » (Val-d'Oise), Guiry-en-Vexin « La Ferme Duport » (Val-d’Oise ; Pariat 2011) et Bonnières-sur-Seine (Yvelines ; Maines 2014). Ces séries ont été choisies car leur contexte de découverte est connu et offre certaines garanties quant à l'homogénéité du mobilier. Leur intérêt ressort après une remise en contexte chrono-culturelle plus large, profitant de récents travaux universitaires notamment (Blin 2011 pour la gestion des sépultures collectives, Polloni 2008 pour la parure, Renard 2010 pour le lithique, Sohn 2006 pour les dépôts mobiliers dans les sépultures collectives).

15L'allée sépulcrale d'Us « Dampont » semblait offrir un terrain de recherche propice, mais le mobilier est le plus souvent apparu dépourvu de contexte. Toutefois, quelques observations retiennent plus particulièrement l’attention. En 1889, deux fragments de vase ont permis à A. de Mortillet de reconstituer un profil de 14 à 15 cm de haut. Si ce profil est correct, il est assez proche des vases à col court et fond plat dont le diamètre maximum se trouve en haut, un type de profil attribué au Néolithique récent (Augereau et al. 2007). Parmi les vestiges lithiques, on constate l’absence totale d’armature de flèche, et la présence d’un nucléus et d’une ébauche de hache. Le manque d’armature, particulièrement surprenant pour une série en contexte funéraire attribuée à la fin du Néolithique, pourrait être lié à un biais de ramassage, bien que cet artefact soit déjà connu à l’époque de la découverte de l’allée sépulcrale. L’attribution chronologique est délicate compte tenu des problèmes liés au contexte de découverte mais on peut conclure que si le vase est bien attribuable au Néolithique récent, aucune des pièces lithiques ne contredit cette hypothèse.

16Dans l’allée sépulcrale du « Cimetière aux Anglais », fouillée à Vauréal à la fin du xixe siècle, les publications anciennes mentionnent une jarre à profil en « S » ainsi que du mobilier lithique. Leur réexamen appuie l’hypothèse d’un rattachement de cette allée funéraire au Néolithique récent. L’étude de la parure ne contredit pas l’hypothèse d’un fonctionnement au Néolithique récent mais elle trahit une fréquentation prolongée du caveau au Néolithique final. Ce résultat est inédit.

17Enfin, un travail d’inventaire de séries de surface déposées dans les collections du Centre de recherche archéologique du Vexin Français a, par exemple, permis d’isoler des tessons du Néolithique final sur le site d’Ableiges « Les Glaises » (Val-d’Oise). Outre une fréquentation du lieu à la fin du Néolithique, la présence d’un tesson de style Kérugou permet d’envisager des échanges avec l’ouest de la France.

18Concernant la chronologie microrégionale, la reprise du mobilier permet de préciser la (ou les) période(s) d'utilisation. Toutefois, les datations radiocarbone doivent être utilisées de façon complémentaire, à condition de connaître la position stratigraphique avec précision, de façon à attribuer un ou plusieurs niveaux d’occupation aux différentes étapes distinguées pour le Néolithique récent et final.

La chronologie absolue

19Dès l’origine, il a été décidé de procéder à la réalisation d’un grand nombre de dates radiocarbone en complément des travaux menés sur la chronologie relative et ce, quelle que soit la nature des sites (habitat, funéraire, etc.). Ainsi, plusieurs séries anciennes dont la datation posait des problèmes de fiabilité, à l’instar de Guiry-en-Vexin « La Ferme Duport » (Val-d’Oise), ont été reprises afin de soumettre de nouveaux échantillons à une mesure, grâce notamment au programme national Artémis. Seuls des os humains ou animaux ont été soumis à une nouvelle datation. Ils proviennent soit d’ensembles anatomiques en connexion (cas d’une sépulture), soit d’ossements découverts dans une couche parfaitement caractérisée du point de vue de la chronologie relative (cas d’une fosse).

20Dix-huit dates sont aujourd’hui disponibles sur la zone d’étude et trois sont en cours de réalisation. Sur cinq dates réalisées avant 2005, une seule peut être considérée comme fiable à Maule « Pousse-Motte » (Yvelines), l’échantillon daté provenant d’une couche bien individualisée (Simon 1986). Les seize autres ont été réalisées entre 2005 et 2015. Quatorze portent sur des séries valdoisiennes et sept sur des séries yvelinoises. Par ailleurs, dans quatorze cas, les gisements concernés sont des sites funéraires et dans sept cas, il s’agit de sites à caractère domestique.

21Le corpus de datations dans la zone étudiée a donc été multiplié par quatre entre 2005 et 2014, et quatorze d’entre elles peuvent être considérées comme fiables, ce qui offre la possibilité d’engager une réflexion autour de la chronologie des occupations dans la zone d’étude. Cet axe de recherche est en passe de connaître un premier aboutissement dans le domaine funéraire puisque les résultats déjà obtenus permettent de dresser une ébauche de panorama évolutif des pratiques mortuaires de part et d’autre de la Seine.

Les pratiques mortuaires : quelle évolution de part et d’autre de la seine ?

Au nord de la Seine

22Les gisements recelant des restes humains au nord de la Seine ont tous été réévalués du point de vue chronologique. À l’heure actuelle, seules deux nouvelles datations absolues de la sépulture collective de Brueil-en-Vexin « La Cave aux Fées » (Yvelines) sont encore en cours de réalisation. Pour le reste, les éléments de datation collectés permettent de dresser un premier bilan des pratiques mortuaires attestées entre le milieu du ive et la fin du iiie millénaire av. J.-C. (fig. 2). Parmi les vingt et un gisements recensés, treize ont pu faire l’objet d’un réexamen chronologique.

23Les nouvelles datations obtenues ont été confrontées à la périodisation proposée pour la fin du Néolithique dans la moitié nord de la France (Salanova et al. 2011 ; Cottiaux et al. 2014). Dans l’ensemble, la longue persistance des sépultures collectives du secteur se trouve confirmée, toutes fonctionnant au Néolithique récent et certaines connaissant une utilisation prolongée au Néolithique final. Dans plusieurs cas, il a été possible de rattacher le fonctionnement initial d’allées couvertes à l’étape 2 du Néolithique récent : tel est le cas de l’allée sépulcrale de la « Ferme Duport » à Guiry-en-Vexin (Val-d’Oise) ou bien encore de celle du « Val des Cimetières » à Follainville-Dennemont (Yvelines).

Fig. 2

Fig. 2

Diagramme cumulé des datations radiocarbone sur os humain au nord de la Seine

mise en forme DAO : J.-G. Pariat, Sdavo

24Dans le détail, la première étape du Néolithique récent (3600-3350 av. J.-C.) n’a pas été identifiée au nord de la Seine. En revanche, dès la deuxième étape (3350-3000 av. J.-C.), onze allées sépulcrales sont recensées sur le territoire – la troisième étant quant à elle difficile à identifier sur les gisements réétudiés. Puis, huit allées sépulcrales ont livré des assemblages de mobilier qui renvoient à une ou plusieurs étapes du Néolithique final, bien qu’aucune datation radiocarbone fiable ne confirme ces attributions. Par ailleurs, les trois étapes du Néolithique final ne sont jamais attestées sur un même gisement, ce qui pourrait signifier des hiatus dans la fréquentation de ces sépultures collectives, comme c’est le cas dans l’allée sépulcrale de Bury « Saint-Claude » (Oise) (Salanova et al. 2014).

25Parallèlement aux sépultures collectives, la présence d’un crâne isolé dans une fosse de Neuville-sur-Oise suggère une pratique potentiellement inédite vers la fin de la première étape du Néolithique final ou au cours de la deuxième étape. Quant à l’extrême fin de la période, voire au début de l’âge du Bronze, elle est illustrée par une sépulture individuelle fouillée à Saint-Martin-la-Garenne « Derrière les Moulins » (Yvelines).

26Ainsi, au Néolithique récent, aucune donnée au nord de la Seine n’offre d’alternative à la pratique de l’inhumation dans des caveaux collectifs. Pourtant, les recherches tendent à montrer que les pratiques d’inhumation collective sont loin d’être représentatives du sort réservé à l’ensemble des défunts de la communauté (Chambon 2005 ; Blin 2011). La situation est très différente au Néolithique final puisque des ossements humains sont découverts soit en contexte de sépulture individuelle, soit en contexte a priori non sépulcral. Ces découvertes permettent d’élargir la réflexion en émettant l’hypothèse de pratiques d’urgence, peu représentatives des modes dominants à l’époque, ou celle de coutumes offrant une réelle alternative à l’inhumation collective.

Au sud de la Seine

27Après réexamen de la documentation disponible pour les gisements situés au sud de la Seine, neuf sites sur vingt-deux ont pu faire l’objet d’une révision chronologique, essentiellement grâce au mobilier archéologique. En effet, les ossements associés à ces tombes sont égarés, réenfouis ou mal repérés dans la stratigraphie, tant et si bien qu’il est hasardeux d’espérer réaliser de nouvelles datations 14C sur les séries du secteur. Seule la sépulture de Bonnières-sur-Seine (Yvelines) a pu faire l’objet de deux nouvelles mesures, la documentation étant plus complète que pour les autres gisements (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Datations radiocarbone de Bonnières-sur-Seine (Yvelines)

mise en forme DAO : J.-G. Pariat, Sdavo

28Neuf sépultures semblent avoir connu une phase originelle d’utilisation au cours de l’étape 2 du Néolithique récent, la première n’étant pas attestée. En l’état actuel des recherches, les sites de Bonnières-sur-Seine et de Jeufosse « La Roche-Galerne » (Yvelines) semblent avoir uniquement fonctionné au cours des trois derniers siècles du ive millénaire avant notre ère. Dans cinq cas, la présence de lames pressigniennes ou de parure en matière exogène implique une occupation qui s’est prolongée au cours de la première étape du Néolithique final. Enfin, trois tombes ont été fréquentées durant les étapes 2 et 3, d’après la présence de tessons campaniformes à Aubergenville « Le Trou aux Anglais » (Yvelines) et aux Mureaux « Les Gros Murs » (Yvelines), et celle d’une pointe de flèche en bronze à pédoncule et ailerons à Guerville « Les Mauduits » (Yvelines).

29Au terme de ce panorama, les gisements utilisés au Néolithique récent au sud de la Seine sont dominés par des allées sépulcrales mégalithiques. Mais des types divergents sont aussi attestés, comme l’abri sépulcral de Jeufosse. Ce genre est-il dédié à des pratiques ou à des individus particuliers, renvoie-t-il à un pis-aller trouvé par une population ou regroupe-t-il les monuments funéraires de groupes situés à la marge de celui attaché à l’ensemble des allées sépulcrales ? Aucun élément ne permet de privilégier l’une ou l’autre de ces hypothèses. Enfin, aucune pratique autre que l’inhumation collective n’est attestée au sud de la Seine. Deux suppositions peuvent être formulées : la région sud de la Seine a été délaissée ou il reste à découvrir, dans ce secteur, des sites funéraires témoignant du renouvellement des modes d’inhumation à la fin du Néolithique. La découverte récente d’une sépulture individuelle aux Mureaux, datant du début du iie millénaire av. J.-C., appuie sans conteste la seconde hypothèse (Van Den Bossche et al. 2013).

Perspectives de recherche

30Au terme de trois années de recherche, les grandes lignes d’une évolution des pratiques mortuaires à la fin du Néolithique se dégagent à l’échelle du territoire abordé tout en soulevant un certain nombre de questions.

31Sur l’ensemble de la zone, l’étape 1 du Néolithique récent est difficile à mettre en évidence. S’il est sûr que plus de la moitié des gisements a fonctionné au cours de l’étape 2, il n’est pas à exclure que leur fondation ait été plus ancienne, puisque des sépultures collectives ont récemment fourni des dates relevant de l’étape 1 au Val-des-Marais « Mont-Aimé » (Marne) (Donat et al. 2014) ou à Méréaucourt « Le Bois d’Archemont » (Somme) (Masset et al. 2013), sans avoir pour autant livré de mobilier caractéristique de cette période.

32Par ailleurs, plusieurs monuments semblent avoir été occupés sur la longue durée au cours du Néolithique récent puis du Néolithique final. Certains indices suggèrent des discontinuités dans l’occupation des sépultures collectives de la zone.

33Enfin, l’absence d’alternative à l’inhumation collective au sud des Yvelines serait liée à un état de la recherche plutôt qu’à une réalité historique.

34Les perspectives ouvertes par la confrontation de l’ensemble des données funéraires de ce secteur restreint de l’ouest francilien sont encourageantes. Elles posent un premier jalon qu’il conviendra d’étoffer avec l’achèvement des travaux sur l’habitat afin de mieux comprendre comment l’homme investissait le territoire à la veille du iie millénaire, mais aussi avec les analyses de mobilier pour mieux cerner les stratégies d’acquisition des ressources naturelles.

Haut de page

Bibliographie

Augereau A., Brunet P., Costa L., Cottiaux R., Ihuel E., Langry-François F., Magne P., Maingaud A., Mallet N., Martineau R., Mille B., Millet-Richard L.-A., Polloni A., Renard C., Richard G., Salanova L., Samzun A., Sidera I., Sohn M. 2007. « Le Néolithique récent dans le Centre Nord de la France (3400/3300-2800/2700 av. J.-C.) : l’avenir du Seine-Oise-Marne en question », in : Évin J. (éd.), Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire, actes du XXVIe Congrès préhistorique de France, congrès du centenaire de la Société préhistorique française (Avignon, 21-25 septembre 2004), Paris, Société préhistorique française, vol. 3 : 165-184.

Blaser R., Irribaria R., Chaussé C.haussé, Marti F., Pecqueur L., Souffi B. 2010. « Neuville-sur-Oise “Chemin fin d’Oise”, site néolithique diachronique à la confluence de la Seine et de l’Oise, résultats préliminaires », Internéo, 8 : 129-142.

Blin A. 2011. La gestion des sépultures collectives du Bassin parisien à la fin du Néolithique. Thèse de doctorat, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Bostyn F., Couderc J., Giligny F., Lethrosne H., Le Maux N., Lo Carmine A., Riquier C. 2012. « La production de haches dans l’ouest de l’Île-de-France (Yvelines, Val-d’Oise). Approche typo-technologique et spatiale », in : De Labriffe P.-A., Thirault E. (éd.), Produire des haches au Néolithique : de la matière première à l’abandon. Actes de la table ronde de Saint-Germain-en-Laye, 16 et 17 mars 2007, Musée d’Archéologie Nationale, Paris, Société préhistorique française : 153-172.

Chambon P. 2005. « Des morts aux vivants. Population et société néolithique », in : Guilaine J. (éd.), Populations néolithiques et environnements, Paris, Errance : 23-40.

Cottiaux R., Salanova L., Brunet P., Hamon T., Langry-François F., Maingaud A., Martineau R., Mille B., Polloni A., Renard C., Sohn M. 2014. « Le Néolithique récent dans le Bassin parisien (3600-2900 av. notre ère) : périodisation et faciès régionaux », in : Cottiaux R. & Salanova L. (éd.), La fin du IVe millénaire dans le Bassin parisien. Le Néolithique récent entre Seine, Oise et Marne (3500-2900 avant notre ère). Dijon/Paris (Revue Archéologique de l’Est, 34e supplément/Revue Archéologique d’Île-de-France, 1er supplément) : 455-550.

Debout G., Jaulneau C., Barat Y., Nallier R. 2010. « Du Paléolithique à l’Antiquité : bilan des découvertes archéologiques de cent hectares diagnostiqués en bordure de Seine (Flins-sur-Seine/Les Mureaux) », Revue archéologique d’Île-de-France, 3 : 23-45.

Donat R., Sohn M., Polloni A., Langry-François F., Maingaud A., Mazière G., Crubézy E. 2014. « Le mobilier de l’hypogée 2 du Mont-Aimé au Val-des-Marais (Marne) dans son cadre régional : nouvelles données », in : Cottiaux R., Salanova L. (éd.), La fin du IVe millénaire dans le Bassin parisien. Le Néolithique récent entre Seine, Oise et Marne (3500-2900 avant notre ère). Dijon/Paris (Revue Archéologique de l’Est, 34e supplément/Revue Archéologique d’Île-de-France, 1er supplément) : 389-410.

Högström A., Simon P., Fuzellier D. 1995. « L’allée couverte de La Ferme Duport à Guiry-en-Vexin (Val-d’Oise) », Bulletin archéologique du Vexin français, n° 1 (nouvelle série) : 57-65.

Jaulneau C. & Pariat J.-G. (éd.), avec la collaboration de Blaser R., Blin A., Cayol N., Chambon P., Charier M.-A., Couderc J., Giligny F., Hauzeur A., Kervella P., Lemaux N., Maines E., Martial E., Polloni A., Portier J.-M., Régnard S., Renard C. M., Salanova L., Trouvé F. 2014. D’une rive à l’autre de la Seine. Modalités d’occupation de l’espace au Néolithique récent et final dans le nord des Yvelines et le Vexin français. Rapport de Projet Collectif de Recherches, année 2014. Paris, Conseil Général des Yvelines, Conseil Général du Val-d’Oise, Service Régional de l’Archéologie d’Île-de-France.

Krier V. 2004. La plaine alluviale de l’Oise. Milieu et système fluvial. Stratigraphie des formations alluviales et archéologie. Du Tardiglaciaire à l’Holocène dans le Val-d’Oise. Saint-Ouen-l’Aumône, Conseil Général du Val-d’Oise, Inrap.

Lardy J.-M. 1975. « De la Préhistoire à l’Histoire en Vexin français », Bulletin archéologique du Vexin français, 11 : 85-114.

Letterle F. & Martinez R. 1985. « Un site d’habitat chasséen et Seine-Oise-Marne », Revue archéologique de Picardie, 3-4 : 39-52.

Maines E. 2014. Réflexions sur l’archéologie, l’état sanitaire et les caractères discrets dentaires de la sépulture collective de Bonnières (78) : un cas particulier parmi les monuments funéraires du Néolithique récent-final ? Mémoire de Master 2, Paris, Université de Paris 1.

Martinez R. & Viatte J.-B. 1984. « La céramique de tradition danubienne du Vexin à la plaine de France », Revue archéologique de Picardie, 1-2 : 67-71.

Masset C., Pelegrin J., Plisson H., Blin A., Mazhoud F., Jagu D., Girard M. 2013. « L’allée couverte du bois d’Archemont à Méréaucourt (Somme) », Gallia Préhistoire. Paris, Cnrs : 73-179.

Polloni A. 2008. La parure dans les sépultures collectives de la fin du ive au début du iie millénaire en Bassin parisien, Thèse de doctorat, Paris, Université de Paris 1.

Renard C. 2010. L’industrie lithique à la fin du Néolithique dans le bassin de la Seine, de la deuxième moitié du ive millénaire à la fin du iiie millénaire av. J.-C., Thèse de doctorat, Paris, Université de Paris 1.

Salanova L., Brunet P., Cottiaux R., Hamon T., Langry-François F., Martineau R., Polloni A., Renard C., Sohn M. 2011. « Du Néolithique récent à l’Âge du Bronze dans le Centre-Nord de la France : les étapes de l’évolution chrono-culturelle », in : Bostyn F., Martial E., Praud I. (éd.), Le Néolithique du nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4e et 3e millénaires avant notre ère. Actes du 29e colloque interrégional sur le Néolithique, Villeneuve-d’Ascq, 2-3 octobre 2009 : 77-102.

Salanova L., Chambon P., Pariat J.-G., Marçais A.-S., Whittle A., Bayliss A., Healy F. 2014. « Cultural evolution and burial discontinuities in the collective graves: Bury (Nothern France, 4th-3rd mil. Cal. BC. », XVII Congreso Mundial UISPP 2014, Burgos, 1-7 septiembre.

Pariat J.-G. 2011. « Guiry-en-Vexin, La Ferme Duport (Val-d'Oise), une allée sépulcrale fondée au Néolithique récent », Bulletin de la Société préhistorique française, 108, 2 : 247-262.

Simon P. 1986. « Le site protohistorique de Pousse Motte à Maule (Yvelines) », Bulletin de la Société préhistorique française, 83, 9 : 271-285.

Sohn M. 2006. Du collectif à l’individuel : évolution des dépôts mobiliers dans les sépultures collectives d’Europe occidentale de la fin du ive à la fin du iiie millénaire avant J.-C., Thèse de doctorat, Paris, Université de Paris 1.

Van Den Bossche B. 2013. Les Mureaux, « Les Herbages » (Yvelines), Rapport de diagnostic. Paris, Service archéologique départemental des Yvelines.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Localisation des sites ou indices de sites de la fin du Néolithique dans la zone d’étude
Crédits DAO : J.-G. Pariat, F. Trouvé, Sdavo
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2925/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Fig. 2
Légende Diagramme cumulé des datations radiocarbone sur os humain au nord de la Seine
Crédits mise en forme DAO : J.-G. Pariat, Sdavo
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2925/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 3
Légende Datations radiocarbone de Bonnières-sur-Seine (Yvelines)
Crédits mise en forme DAO : J.-G. Pariat, Sdavo
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2925/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Gabriel Pariat, Caroline M. Renard, Arnaud Blin, Emma Maines et Cynthia Jaulneau, « Nouveau regard sur l’évolution des pratiques mortuaires dans l’ouest francilien à la fin du Néolithique : état des lieux et perspectives de recherche  », Les nouvelles de l'archéologie, 139 | 2015, 56-61.

Référence électronique

Jean-Gabriel Pariat, Caroline M. Renard, Arnaud Blin, Emma Maines et Cynthia Jaulneau, « Nouveau regard sur l’évolution des pratiques mortuaires dans l’ouest francilien à la fin du Néolithique : état des lieux et perspectives de recherche  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 139 | 2015, mis en ligne le , consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/2925 ; DOI : 10.4000/nda.2925

Haut de page

Auteurs

Jean-Gabriel Pariat

Sdavo et Umr 7041, Ethnologie préhistorique, Abbaye de Maubuisson, Saint-Ouen-l’Aumône,
jean-gabriel.pariat@valdoise.fr

Articles du même auteur

Caroline M. Renard

Made et Umr 7055, Préhistoire et technologie, site archéologique de Gisacum,
caroline.renard@cg27.fr

Arnaud Blin

Inp et Umr 7041, Ethnologie préhistorique,
arnaud.blin@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

  • Du cadavre à l’oubli [Texte intégral]
    Désindividualisation et déshumanisation des restes dans les sépultures collectives néolithiques
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 132 | 2013

Emma Maines

Doctorante, Université de Paris 1 et Umr 7041, Ethnologie préhistorique,
Emma.Maines@malix.univ-paris1.fr

Cynthia Jaulneau

Sady et U

mr 8215, Trajectoires, Le Pas du Lac, Montigny-Le-Bretonneux,
cjaulneau@Yvelines.frHaut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org