Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Montmorency (Val-d’Oise, 95) : une forêt passée au laser

Fanny Trouvé et Sophie David
p. 45-50

Résumés

De nombreux éléments du Camp retranché de Paris, système défensif développé durant la Première Guerre mondiale, sont conservés en élévation dans les forêts franciliennes. Afin de localiser, de caractériser et de valoriser ces vestiges militaires (principalement des tranchées et des batteries de canons), un survol Lidar a été réalisé en forêt de Montmorency dans le Val d’Oise. Cet article aborde la méthodologie mise en place (traitements des données Lidar et enregistrement des anomalies topographiques) ainsi que les premiers résultats. Si les structures militaires contemporaines sont au cœur de l’étude, l’ensemble des traces archéologiques et l’évolution du massif sont abordées.

Haut de page

Texte intégral

1En Île-de-France, la Grande Guerre a entraîné le développement des fortifications de Paris avec la mise en place du Camp retranché de Paris (Crp). Ce système défensif destiné à protéger la capitale des attaques allemandes était constitué de lignes de forts, tranchées, batteries de canons, réseaux de fil de fer, voies de chemins de fer, etc. Après la guerre, la majorité de ces aménagements ont été détruits à la suite de remises en culture ou de l’extension de l’urbanisation de la région parisienne. L’archéologie préventive permet néanmoins de retrouver la trace de certaines de ces infrastructures militaires, comme cela a été le cas à Cergy (95) ou plus récemment à Louvres (95) où des tranchées ont été découvertes. Aujourd’hui, les seuls vestiges encore visibles en élévation sont les forts et les aménagements réalisés en contexte forestier. Plusieurs travaux ont été menés depuis ces dix dernières années pour identifier les structures du Crp dans les forêts domaniales d’Île-de-France. Celles-ci ont toutes été prospectées afin d’appréhender l’état de conservation des aménagements (Dardignac & Bénaily 2015). Dans le Val-d’Oise, les prospections pédestres réalisées en forêts de Montmorency, de Carnelle et de l’Îsle-Adam ont attesté la bonne conservation des vestiges du Camp retranché (Barrière 2012 ; Rodriguez & Benaily 2014). Comment dès lors localiser, enregistrer, protéger et valoriser efficacement ce patrimoine contemporain ?

  • 1 Établie à partir un fond de carte d’État-major de 1906, cette carte est conservée au Service histor (...)

2Dans le cadre du projet « Vivre entre le front et Paris, la Grande Guerre dans l’actuel Val-d’Oise », piloté par le Conseil général et labellisé par la Mission nationale du centenaire, le Service départemental d’archéologie du Val-d’Oise (Sdavo) et l’Office national des forêts (Onf) se sont associés pour réaliser un survol Lidar de la forêt de Montmorency et du sud de la forêt de L’Isle-Adam, avec le concours financier du Service régional d’archéologie (Sra) d’Île-de-France. De plus en plus utilisée en archéologie (Georges-Leroy 2011 ; Gauvry 2008), cette technique appliquée à plusieurs forêts franciliennes a permis de détecter les vestiges militaires encore conservés en élévation et de les comparer à la cartographie du Crp établie en mars 19151. Cet article se propose de présenter la méthodologie suivie pour le survol Lidar de la forêt de Montmorency ainsi que les premiers résultats auquel il a abouti.

Aspects méthodologiques

3Le Lidar (Light detection and ranging) est un outil de mesure altimétrique très précis. Embarqué à bord d’un avion, un scanner envoie des impulsions laser vers la surface survolée et enregistre la position géographique de tous les objets qu’il rencontre (arbre, sol, bâtiments, etc.). Les données se présentent sous la forme d’un nuage de points en trois dimensions. Après traitement informatique, seuls les points « sol » sont conservés. Plusieurs images sont alors créées, ce qui permet une visualisation très précise de la topographie et des anomalies du terrain (parcellaire, chemin, fossé, carrière, structures archéologiques conservées en élévation). En revanche, le Lidar ne permet pas de détecter les structures enfouies.

4La chaîne de traitement des données est effectuée comme suit : le nuage de points bruts est traité mathématiquement pour séparer les points correspondant au « sol » des points du « sur-sol ». À partir des points « sol », un modèle numérique de terrain (Mnt) est généré. D’autres traitements sont ensuite réalisés à partir du Mnt afin de faire ressortir les anomalies topographiques.

5Pour la détection des vestiges archéologiques, deux types de traitement sont appliqués aux données : les ombrages et la méthode dite de la différence d’altitude à la moyenne (fig. 1). L’ombrage consiste à éclairer artificiellement le relief pour faire ressortir les creux et les bosses. En fonction de l’azimut et de l’angle de la lumière, les reliefs ressortent de façon différente (Kokalj 2011). Plusieurs ombrages sont donc utiles pour obtenir une vision complète de la topographie.

Fig.1

Fig.1

Batterie de canons (en haut à gauche) et tranchées (à droite) vues en ombrage à 270° (à gauche) et altitude à la moyenne 17 (à droite)

Onf)

6Onf/Scan25® Ign)La différence d’altitude à la moyenne permet, à partir d’une fenêtre définie à l’avance, de calculer la valeur relative entre l’altitude d’un point et l’altitude moyenne des points qui l’entourent. Le résultat varie en fonction de la taille de la fenêtre choisie. Ce traitement, en exagérant les différences de relief, les rend plus lisibles (Benaily & Le Jeune, 2012 ; David & Trouvé, 2014).

7Les anomalies topographiques sont enregistrées dans une base de données créée sous ArcGis® 9.3 (© Esri) qui comprend deux fichiers (shapes), l’un consacré aux anomalies linéaires et l’autre aux anomalies surfaciques (David & Trouvé 2014). Chaque enregistrement est caractérisé en fonction des champs de la table attributaire qui comprend des éléments d’identification (numéro automatique), de localisation (nom de la commune et de la forêt), de description du relief (positif/négatif) et d’interprétation. Celle-ci porte sur la nature de la structure (fossé, talus, chemin, etc.), sa datation (chronologie générale et chronologie précise) et son appellation (enregistrement du nom des chemins, par exemple). Le champ « référence » est destiné aux informations complémentaires comme le numéro de carte archéologique si le site est déjà connu ou bien la mention d’une prospection pédestre ayant confirmé la nature du vestige. Pour finir, le champ « fiabilité » renseigne sur la qualité de la trace. Bien qu’imparfaite, cette qualification incite éventuellement à vérifier celle-ci en revenant à l’image originale.

8L’enregistrement s’est voulu le plus exhaustif possible, intégrant par exemple les chemins ou bien les traces d’activités sylvicoles, afin d’identifier l’ensemble des anomalies topographiques, qu’elles soient anciennes ou récentes, et d’appréhender l’évolution de cet espace au cours du temps.

  • 2 Il s’agit en particulier du cadastre napoléonien (xixe siècle) et des plans d’Intendance (xviiie si (...)

9L’interprétation des anomalies vectorisées s’est faite en fonction de plusieurs critères. Leur morphologie entre bien sûr en ligne de compte. Celle, tout à fait particulière, des batteries de canons en forme d’agrafes avec loges carrées permet de les reconnaître sans problèmes, sauf arasement important. La carte du Camp retranché de Paris réalisée en 1915 a constitué un outil pour détecter des correspondances entre les lignes de tranchées et les batteries cartographiées et celles vues au Lidar. Ces rapprochements ont été confirmés ou infirmés par des prospections pédestres (Dardignac & Bénaily 2015). Les anomalies ont également été confrontées à la carte archéologique du Sdavo qui répertoriait plusieurs sites dans la forêt de Montmorency. Enfin les cartes, anciennes et actuelles2, ont été exploitées afin de reconnaître des chemins, des limites parcellaires ou bien des bâtiments et de leur attribuer une période chronologique a minima.

Les vestiges du Crp : de la carte à la réalité

  • 3 Ce type de tranchée a notamment été observé sur les relevés Lidar des forêts de Compiègne (60) et d (...)

10Si l’on excepte les forts Séré de Rivières bâtis au xixe siècle et situés dans la partie sud-est de la forêt, les principales structures militaires visibles en microtopographie sont les tranchées et les batteries de canons (fig. 2). Celles-ci se caractérisent par la présence d’un épaulement, de plusieurs alvéoles pour les canons et de rampes d’armement. Les tranchées repérées dans la forêt de Montmorency correspondent le plus souvent à des fossés droits doublés d’un talus et s’agencent entre elles pour former des lignes. Quelques tranchées, confirmées par prospections pédestres, sont continues sur plusieurs centaines de mètres. Il s’agit du seul endroit en Île-de-France où une telle configuration a été identifiée. Un autre secteur présente des tranchées en baïonnette, afin d’éviter les tirs en enfilade3.

11Le massif était défendu par des lignes nord et ouest mais aussi par une ligne nord-est/sud-ouest qui recoupe les buttes. Cette zone a dû faire l’objet d’un déboisement pour l’implantation des aménagements militaires afin de dégager le champ de tir sur environ 600 m au-devant des ouvrages.

Fig.2

Fig.2

Lignes de tranchées et emplacement des batteries de canons. Comparaison entre les ouvrages cartographiés en 1915 et les vestiges archéologiques

Onf, Sdavo, 2015)

12On constate une assez bonne correspondance entre les infrastructures cartographiées en 1915 dans la forêt de Montmorency et les vestiges repérés au Lidar puis confirmés par prospections pédestres. Les anomalies observées concernent des décalages dans la localisation ou bien quelques absences. À titre d’exemple, les restes de la deuxième batterie de Taverny se situent à environ 400 m de la batterie cartographiée. L’urbanisation des périphéries et la remise en culture à la suite du conflit ont abouti à la disparition de quelques ouvrages. Inversement, sur la pointe sud de la forêt de L’Isle-Adam touchée par le survol, le Lidar a détecté une batterie non indiquée sur la carte d’État-major. Les données fournies par le Lidar et les prospections pédestres ont ainsi permis de confronter la véracité de la carte historique de 1915 à la réalité du terrain et d’analyser les erreurs et imprécisions du relevé de l’époque.

13Ces décalages ou inexactitudes se retrouvent dans les lignes de tranchées, comme au sud-ouest du château de la Chasse à Saint-Prix où très peu ont été détectées. En revanche, le secteur nord de ce même château présente une très bonne correspondance entre les deux lignes figurées sur la carte et la réalité. Après vérifications sur le terrain, la première a été interprétée comme une ligne de tranchée et la seconde comme une suite d’abris potentiels. Au total, ce sont un peu plus de 5 km linéaires de tranchées qui ont été retrouvées en archéologie pour environ 9 km de lignes cartographiées en 1915.

14En dehors de la zone forestière, d’autres découvertes archéologiques témoignent de cette différence entre la carte et la réalité. À Cergy (95), une tranchée datée de la Première Guerre mondiale a été mise au jour lors d’un diagnostic sur la Zac des Linandes, à environ 550 m de la ligne cartographiée en 1915 (Pariat 2012). Or une observation attentive de la carte révèle des retouches : une première ligne, tracée à l’emplacement des vestiges archéologiques, a été effacée puis redessinée plus à l’ouest. Une modification des plans militaires semble être ici intervenue après la réalisation d’au moins un ouvrage. À Louvres (95), la tranchée mise au jour est distante d’environ 140 m de la ligne cartographiée (Pariat 2015).

15Ces constats s’expliquent par le contexte historique de la construction du Camp retranché de Paris, qui a pu engendrer des erreurs, des incertitudes et des changements de tactiques imputables à une évolution des ordres en fonction de la situation militaire, un renouvellement régulier des unités affectées à sa construction, un manque de matériel et de main-d’œuvre, etc. (Terrier 2014).

Une forêt archéologiquement peu loquace ?

16L’analyse des données Lidar sur le massif de Montmorency semble indiquer une forêt peu loquace du point de vue archéologique. En effet, en dehors des vestiges du Camp retranché de Paris, seules quelques anomalies linéaires ont été interprétées comme d’éventuels enclos (fig. 3). Le parcellaire fossile se concentre principalement sur les versants des buttes, à proximité des lisières et des terrains aujourd’hui cultivés.

17La présence de très nombreuses zones d’extraction (grès, gypse) a pu oblitérer des occupations plus anciennes. Il faut cependant garder à l’esprit que le Lidar ne révèle que des sites archéologiques conservés en élévation dans le paysage. Les aménagements en matériaux périssables ne sont ainsi jamais identifiables par cette technique. Seules les constructions en dur ou les structures importantes sont visibles, à l’image des habitations gallo-romaines et médiévales ou des oppida protohistoriques.

Fig.3

Fig.3

Exemple d’enclos éventuel repéré d’après les anomalies topographiques

Onf, Sdavo, 2015)

18Les données archéologiques disponibles à l’heure actuelle sur la forêt de Montmorency comportent de nombreux indices préhistoriques datés d’après le matériel lithique retrouvé en prospections. De très nombreuses pièces récoltées depuis les années 1920 ont permis de caractériser la culture mésolithique du Montmorencien à partir de son outillage, taillé dans un grès stampien (Giraud 1942 ; Daniel 1958 ; Tarrête 1977). L’exploitation du sous-sol montmorencien s’est poursuivie au Néolithique, comme l’attestent le matériel et les polissoirs découverts, comme celui de Sainte-Radegonde (Bouffémont).

19Parmi les quelques enclos potentiels repérés sur le Lidar, un seul a fait l’objet d’une vérification sur le terrain et a livré du matériel gallo-romain (Dardignac & Bénaily 2015). La confirmation et, si possible, la datation des autres anomalies apporteraient de précieux indices pour l’histoire du massif forestier.

  • 4 Carte conservée au musée d’art et d’histoire Louis Senlecq de L’Isle-Adam (95).

20Quelques indices médiévaux sont connus. À Domont, une surveillance de travaux avait permis dans les années 1980 de repérer un silo pyriforme qui contenait des graines carbonisées. Cette zone, proche de la lisière, est figurée comme boisée sur les cartes modernes. Au nord du massif, la Fontaine aux Prêtres (Bouffémont) a été repérée d’après des plans modernes de la forêt. De la céramique du xvie siècle aurait été récupérée par des prospecteurs à proximité. Au-dessus du château de la Chasse, les vestiges encore visibles du prieuré Sainte-Radegonde, anciennement dit du Bois Saint-Père, sont eux aussi indiqués sur les plans anciens et ont été repérés au Lidar. En 1135, les archives mentionnent le don de l’église du Bois-Saint-Père par Mathieu Ier de Montmorency à Saint-Victor de Paris, ainsi que l’attribution successive des bois attenants et d’une aulnaie. Le prieuré, transféré à Saint-Prix au xvie siècle, s’élevait à proximité d’une fontaine qui alimente le ru de Montlignon, endigué en plusieurs endroits afin de créer des étangs en amont du château de la Chasse. Ce rendez-vous de chasse des sires de Montmorency, mentionné dès le xiiisiècle, a accueilli les rois de France jusqu’à Henri II au xvie siècle. Les archives mentionnent en outre la construction au XIVe siècle d’une ferme et de tuileries à proximité. Le plan du duché et de la haute forêt de Montmorency levé en 16864 indique en effet un ensemble de bâtiments au sud-ouest du château (non vus au Lidar).

21Si l’existence d’un massif forestier important est attestée dès le Moyen Âge, le parcellaire fossilisé, confirmé par superposition avec les limites du cadastre napoléonien (XIXe siècle), suggère une fluctuation des lisières. Ce parcellaire a minima moderne indique un gain de la forêt, particulièrement perceptible au sud-est sur la commune de Saint-Brice-sous-Forêt, autour de la Fontaine Saint-Martin dont l’eau aurait été captée au xviie siècle pour alimenter le village.

  • 5 Le triage est défini en 1669 dans une ordonnance sur les Eaux et Forêts de Louis XIV comme une divi (...)

22L’enregistrement de l’ensemble des structures rendues visibles par le Lidar permet d’aborder la dynamique d’aménagement de la forêt. Le xviiiesiècle a probablement été une période charnière avec la création de nouvelles routes et la mise en place d’une politique sylvicole (Vauthier-Vézier 1993). Bien qu’il adopte une régularité certaine, ce nouveau réseau de circulation s’est adapté aux installations antérieures, comme le démontre le détour qu’effectue la route rectiligne des Fonds aux abords du prieuré Sainte-Radegonde. Le réseau viaire dans sa globalité a par ailleurs créé un cadre qui influence les aménagements forestiers. Une carte de triage5 non datée (xxe siècle ?), conservée par la Bibliothèque nationale de France (Bnf), présente un découpage forestier appuyé sur les voies de communication et sensiblement identique au parcellaire forestier actuel, quoique plus morcelé. Les traces sylvicoles repérées par le Lidar sont de densités variables. Dans le secteur de Taverny / Saint-Leu-la-Forêt, plusieurs anomalies linéaires parallèles correspondent aux limites parcellaires cartographiées sur l’ancien document de triage.

Explorations-exploitations futures

23En somme, le croisement des données Lidar et des données archéologiques donne l’image d’un territoire exploité depuis la Préhistoire et le Néolithique, mais où les aménagements anthropiques conservés en élévation sont rares. Les structures les plus récentes (vestiges militaires, réseau de fossés de drainage, parcellaire, routes modernes, etc.) permettent quant à elles d’aborder la gestion de l’espace pour les périodes modernes et contemporaines (fig. 4).

24S’il n’est pas illimité, le champ des possibles ouvert par cette prospection Lidar est assez large pour servir de base de travail à diverses recherches (approfondissement de l’interprétation des structures par comparaison avec des sources cartographiques, travail sur l’histoire sylvicole de ce massif, etc.).

25Les objectifs qui ont conduit à la détection et l’enregistrement des structures du Camp retranché de Paris conservées dans la forêt de Montmorency ont été atteints. Des actions de valorisation ont été engagées (exposition, ateliers en direction des scolaires6, etc.) et leur conservation pourra être prise en compte par l’Onf dans le cadre de l’exploitation forestière du massif. Il s’agit à présent de prévoir des prospections de confirmation, voire des sondages programmés, afin de caractériser les principaux indices archéologiques inédits.

Fig. 4

Fig. 4

Ensemble de la couverture Lidar mappée sur fond topographique

(© Onf/Scan25®Ign)

Haut de page

Bibliographie

Barrière A. 2012. Forêt de Montmorency (Val-d’Oise, 95), Camp retranché de Paris : rapport de prospection du 08/05/2012 au 31/12/2012. Paris/Saint-Ouen-l’Aumône, Sraif/Sdavo.

Benaily G. & Le Jeune Y. 2012. Acquisition, traitements et analyses d'images Lidar pour la détection d'indices archéologiques en forêt régionale de Rougeau (Seine-et-Marne, Essonne), Onf.

Daniel R. 1958. « Les gisements préhistoriques de la forêt de Montmorency (Seine-et-Oise). Quatrième partie », Bulletin de la Société préhistorique de France, 55, 1-2 : 71-77.

Dardignac C. & Benaily G. 2015. Le Camp Retranché de Paris - Prospections archéologiques dans les forêts domaniales franciliennes, Onf.

David S. & Trouvé F. 2014. Rapport d’analyse et d’interprétation de données Lidar : Forêts domaniales de Montmorency et de l’Isle-Adam, Onf, Conseil Général du Val d’Oise, Sdavo.

Gauvry Y. 2008. Sénart, forêt retranchée : mémoire et traces de la Grande guerre, Onf.

Giraud É. 1942. « La préhistoire dans la région parisienne : le gisement mésolithique de Piscop, Forêt de Montmorency (S.-&-O.) », Bulletin de la Société historique et archéologique du Vieil Argenteuil et du Parisis (conférence du 29 juin 1941), 14 : 108- 122.

Georges-Leroy M. 2011. « Apport du Lidar à la connaissance de l’histoire de l’occupation du sol en forêt de Haye », Archéosciences, 35 : 117-129.

Kokalj Z. 2011. « Application of sky-view factor for the visualisation of historic landscape features in Lidar-derived relief models», Antiquity, 85-327: 263-273.

Pariat J.-G. 2012. Cergy (Val-d’Oise, 95), ZAC des Linandes II, 3e tranche : rapport de diagnostic archéologique, Sraif, Saint-Ouen-l’Aumône, Sdavo.

Pariat J.-G. 2015. Louvres (Val-d’Oise, 95), Les Frais Lieux – Le Roncé : rapport de diagnostic, Sraif, Saint-Ouen-l’Aumône, Sdavo.

Rodriguez P. & Benaily G. 2014. « Les traces archéologiques du Camp retranché de Paris dans le Val-d’Oise », Les Nouvelles de l’archéologie, 137 : 45-50.

Tarrête J. 1977. Le Montmorencien. Paris, Cnrs (Gallia Préhistoire, suppl. X).

Terrier T. 2014. Le Camp retranché de Paris pendant la Grande guerre, organisation et enjeux sur le territoire de l’actuel Val-d’Oise en forêt de Montmorency, Mémoire de Master 2 en Shs, Université de Cergy-Pontoise.

Vauthier-Vezier A. 1993. « La mise en pratique d'une sylviculture en forêt de Saint-Germain-en-Laye au xviiie s. et le cas de la Grande Plantation », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 100, 2 : 179-196.

Haut de page

Notes

1 Établie à partir un fond de carte d’État-major de 1906, cette carte est conservée au Service historique de la Défense.

2 Il s’agit en particulier du cadastre napoléonien (xixe siècle) et des plans d’Intendance (xviiie siècle) conservés aux Archives départementales du Val-d’Oise ainsi que les minutes d’État-major (xixe siècle) et la Bd Topo® de l’Ign.

3 Ce type de tranchée a notamment été observé sur les relevés Lidar des forêts de Compiègne (60) et de Verdun (55).

4 Carte conservée au musée d’art et d’histoire Louis Senlecq de L’Isle-Adam (95).

5 Le triage est défini en 1669 dans une ordonnance sur les Eaux et Forêts de Louis XIV comme une division administrative de la forêt (équivalent d’un canton).

6 http://www.onf.fr/forets-grande-guerre/sommaire/supports_pedagogiques

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1
Légende Batterie de canons (en haut à gauche) et tranchées (à droite) vues en ombrage à 270° (à gauche) et altitude à la moyenne 17 (à droite)
Crédits (© Onf)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig.2
Légende Lignes de tranchées et emplacement des batteries de canons. Comparaison entre les ouvrages cartographiés en 1915 et les vestiges archéologiques
Crédits (© Onf, Sdavo, 2015)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2913/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig.3
Légende Exemple d’enclos éventuel repéré d’après les anomalies topographiques
Crédits (© Onf, Sdavo, 2015)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2913/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 4
Légende Ensemble de la couverture Lidar mappée sur fond topographique
Crédits (© Onf/Scan25®Ign)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2913/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Trouvé et Sophie David, « Montmorency (Val-d’Oise, 95) : une forêt passée au laser  », Les nouvelles de l'archéologie, 139 | 2015, 45-50.

Référence électronique

Fanny Trouvé et Sophie David, « Montmorency (Val-d’Oise, 95) : une forêt passée au laser  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 139 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/2913 ; DOI : 10.4000/nda.2913

Haut de page

Auteurs

Fanny Trouvé

Archéogéographe au Service départemental d’archéologie du Val-d’Oise, IUSPP Commission Theory and methods in lanscape archaeology: archaeogeography,
fanny.trouve@valdoise.fr

Sophie David

Archéologue, géomaticienne à l’Office national des forêts, Délégation territoriale Île-de-France et Nord-Ouest,
sophie.david@onf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org