Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Les perles en pierre de la péninsule omanaise du Néolithique et de l’âge du Bronze : approche synthétique

Olivier Brunet
p. 12-17

Résumés

Dans la péninsule omanaise, les éléments de parure font partie des artefacts les plus nombreux retrouvés dans les sites archéologiques du Néolithique et de l’âge du Bronze.
L’étude de plus de 100 000 perles en pierre (agate, cornaline, lapis-lazuli, pierre tendre verte, etc.) a été privilégiée sur environ quatre millénaires, d’un point de vue morphologique, dimensionnel et surtout technologique.
Parmi les principaux résultats, notons que deux catégories d’éléments de parure ont été mises en évidence, principalement à l’âge du Bronze (fin 4e-fin 2e millénaire av. J.-C.), l’une étant bien supérieure à l’autre. Ces deux catégories reflèteraient le savoir-faire d’ateliers différents localisés dans des régions distinctes. La majorité serait issue d’une production locale, d’autres de la région indo-pakistanaise pour certaines perles en cornaline ou d’Iran pour les perles en lapis-lazuli par exemple.
Cette étude a permis de restituer les principaux réseaux de circulation pour chaque matériau minéral utilisés pour les perles à l’intérieur de la péninsule omanaise pour la production locale et entre les différentes régions voisines de cette zone dans le cas de perles importées. Nous avons aussi pu percevoir l’impact du contexte historique sur la circulation des matériaux entre la Péninsule d’Oman et les régions de l’Asie moyenne.
Les éléments de parure sont des objets hautement symboliques, notamment dans la péninsule omanaise où ces artefacts expriment de nombreuses valeurs très diverses : marchande, apotropaïque, esthétique, temporelle, sexuelle, hiérarchique ou spirituelle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le terme de « péninsule d’Oman », employé par les archéologues et parfois par les géographes, corre (...)

1La péninsule d’Oman1 représente un ensemble de cultures peu étudié sur le plan des technologies anciennes. Ainsi, l’analyse de la culture matérielle n’y est qu’à ses débuts. C’est tout particulièrement le cas des perles qui constituent le type d’objet le plus fréquemment retrouvé sur les sites de la péninsule omanaise, et ceci même dans les plus anciens, majoritairement dans des contextes funéraires mais aussi dans les habitats.

  • 2 L’âge du Bronze dans la péninsule omanaise est divisée en trois phases chronologiques : la période (...)

2Sont présentés dans cet article les principaux résultats d’une étude globale de la parure du Néolithique (vie-ive millénaires av. J.-C.) à la fin de l’âge du Bronze (fin ive-iie millénaires av. J.-C.2), fondée notamment sur l’étude de ses caractéristiques techniques.

3Plus de 100 000 perles ont été découvertes dans la péninsule omanaise ; environ un tiers provient d’une vingtaine de sites néolithiques et les deux tiers restant ont été recueillis dans une centaine de tombes et habitats de l'âge du Bronze. Au cours de ces quatre millénaires, les perles ont été produites en pierre, dans un matériau organique (coquillages, corail, os de faune ou de poisson, etc.), en métal (argent, bronze, cuivre, électrum, or), en terre cuite ou dans un autre matériau artificiel (faïence, enstéatite).

4Les perles minérales de la péninsule omanaise ont été façonnées à partir d’une vingtaine de pierres différentes, subdivisées en pierres dures (dureté > 6,5 sur l’échelle de Mohs), semi-dures (5 > pierre > 6,5) et tendres (< à 5).

5Cette étude s’est focalisée sur les éléments en pierre qui constituent un matériau privilégié pour aborder les sociétés de la région. Bien que les pièces archéologiques soient essentiellement des produits finis, il est possible, par l’observation minutieuse des traces laissées à la surface du corps ou dans la perforation des perles, de déterminer les techniques employées et les outils utilisés, voire de reconstituer la chaîne opératoire.

6Trois approches ont été déterminées pour l’étude des pièces ornementales minérales. La première est la création d’une typologie morphologique. Le niveau de production de ces perles est lié à leur morphologie. Plus celle-ci est complexe à fabriquer, plus le niveau technique, le savoir-faire exigé et le processus technologique seront complexes.

7Les dimensions constituent le deuxième point. Elles ne sont réellement estimables qu’associées aux autres critères comme la morphologie (complexe ou non) et le matériau (tendre ou dur), qui permet d’apprécier le degré de difficulté qu’engendre la production d’une grande ou d’une petite perle.

8L’identification des techniques de façonnage, qui constitue la dernière approche, autorise à reconstituer la chaîne opératoire de production. Cette reconnaissance repose sur une observation, une description et une hiérarchisation des stigmates visibles sur les pièces à travers deux échelles d’observation, macroscopique par reconnaissance visuelle et microscopique (pour la perforation des perles notamment). Les éventuelles traces d’usure présentes ont également été détectées par cette méthode (fig. 2k-m). Le niveau de savoir-faire observé pour la production des perles est très divers, d’autant que la fabrication de certaines d’entre elles ne requiert pas les mêmes compétences que celles mobilisées pour d’autres. La production d’une perle en pierre tendre demande, par exemple, moins de temps et s’acquiert plus rapidement que la production d’une perle en pierre dure. Ces différences de compétences permettent de catégoriser les perles selon leur qualité technique, et dans un second temps, de faire des hypothèses sur leur origine. Les perles constituent en effet d’excellents marqueurs de circulation, par les habilités artisanales qu’elles reflètent et par les matériaux à partir desquels elles ont été produites, qui ne sont pas présents partout.

9Les perles sont alors examinées selon leur dimension sociale, économique et symbolique. Elles représentent, dans la péninsule omanaise, les seuls éléments qui subsistent pour essayer d’approcher les valeurs des individus qui vivaient dans cette région.

Fig. 1

Fig. 1

a : exemple de perle avec stries d’abrasion uni-directionnelle (Hili Nord A) ; 1b : exemple de perle avec stries d’abrasion bi-directionnelle (Hili Nord A) ; 1c : exemple de perle avec stries d’abrasion pluri-directionnelle (Hili Nord A) ; 1d et e : exemple de perles perforées par piquetage (Hili N, recto et verso) ; 1f : exemple de perle percée par perforation rotative (Hili N) ; 1g et h : exemple de perles présentant une « double perforation bipolaire » (Dhayah DH-2 (i) et Shimal SH-99 (j))

(Mission archéologique française aux Émirats arabes unis)

Le Néolithique

  • 3 Ce terme, préféré à celui de « chlorite » généralement utilisé, regroupe au moins quatre minéraux ( (...)

10La production néolithique se caractérise par l’utilisation en masse de pièces organiques (coquilles essentiellement) et minérales. Si onze types de minéraux et de roches ont été employés à cette période pour fabriquer des perles, plus de 93 % d’entre elles sont en pierre tendre verte3.

11Dans la plupart des sites étudiés, la dualité des couleurs liée à ces matériaux fait écho à des différences de formes : les perles tubulaires sont en pierre tendre verte et les rondelles sont en coquille.

12Les perles en pierre correspondent en majorité aux minéraux ou aux roches dont les gisements ont été localisés près de leur site de découverte. Le fait de produire et de porter des perles dans un certain matériau n’est cependant pas uniquement déterminé par la proximité géographique de la source. Beaucoup de pièces ont été importées d’autres régions et se retrouvent parfois à plusieurs centaines de kilomètres des gisements disponibles. On peut ainsi distinguer trois niveaux de circulation : local (quelques heures de marche, environ 30 % de l’ensemble des perles), régional (jusqu’à plusieurs centaines de kilomètres, environ 70 % de l’ensemble des perles) et interrégional (> 0,1 %).

L’âge du Bronze

13La production de l’âge du Bronze se caractérise d’abord par une forte augmentation des éléments de parure retrouvés : tous matériaux confondus, ils passent d’environ 30 000 au Néolithique à plus de 75 000 (dont plus de 25 000 en pierre) à l’âge du Bronze.

  • 4 Ce terme désigne des roches de dureté inférieure à 5 sur l’échelle de Mohs, de couleur rouge, qui n (...)

14Une vingtaine de pierres différentes ont été employées pour produire des perles pendant les iiie et iie millénaires av. J.-C. Trois minéraux composent plus de 95 % des pièces : la cornaline et les pierres tendres rouges4 et vertes.

15Les pierres tendres constituent plus de 90 % des perles à la période Hafit et la cornaline, moins de 3 %. Au cours de la période Umm an-Nar, la pierre tendre verte représente encore environ 65 % des pièces mais la pierre tendre rouge a déjà été remplacée par la cornaline (30 %), autre pierre rouge plus dure, en raison notamment d’une évolution technologique des outils et des processus techniques permettant de travailler des matériaux plus durs.

16L’étude des macrotraces observées à la surface ou dans la perforation des perles en pierre dure de l’âge du Bronze, pour la plupart en calcédoine, a conduit à les répartir en deux catégories.

17La première comprend des pièces impliquant un savoir-faire technique plus poussé que celles de la seconde, pour tous les stades de production (fig. 2a-e). La phase de taille est mieux maîtrisée, permettant de produire des perles aux morphologies plus complexes (avec un profil transversal ellipsoïde, lenticulaire, semi-circulaire, triangulaire, losangique, hexagonal, polygonal, etc.), plus allongées ou de dimensions plus importantes (de plusieurs dizaines de millimètres de long). Les techniques de perforation, par forage rotatif dans la plupart des cas (caractérisé par des stries concentriques visibles dans la perforation, fig. 1f), sont parfaitement maîtrisées. Les artisans fabriquant des perles de cette catégorie sont capables de perforer des artefacts d’une grande longueur sans les casser. Les phases de finition (abrasion-polissage-lustrage) rendent également compte d’un savoir-faire très abouti (fig. 1a-c).

18Les éléments de parure appartenant à la seconde catégorie (fig. 2f-j) reflètent une mauvaise maîtrise du traitement thermique (surchauffe). La phase de taille, approximative et ponctuée d’erreurs parfois irréparables, conduit à des morphologies peu régulières et simples (rondelle). La perforation de ces perles fait appel à des techniques moins élaborées, par piquetage ou percussion par exemple (fig. 1d-e), et aboutit à un produit final moins esthétique que la phase de finition succincte, dont l’abrasion est parfois absente, ne peut améliorer.

Fig 2

Fig 2

a-e : exemple de perles de la première catégorie (Hili Nord A (b), Hili N (a et c), Shimal SH-1 (d) et Dhayah DH-2 (e)) ; 2f-j : exemple de perles de la seconde catégorie (Shimal SH-103 (f-h) et Hili N (i-j)) ; 2k : exemple de perle en pierre tendre verte avec traces de lien (Hili N) ; 2l et m: exemple de perles en cornaline avec traces d’usure sur la carène (Hili Nord A (l) et Hili N (m))

(Mission archéologique française aux Émirats arabes unis)

19Les comparaisons avec les régions voisines soutiennent l’hypothèse d’une importation des pièces de la première catégorie. Les perles en calcédoine seraient arrivées en priorité d’ateliers localisés dans la région indo-pakistanaise, celles en lapis-lazuli provenant également d’autres centres de production situés sur le plateau iranien. Ces régions où la production de perles est d’ailleurs bien connue (Kenoyer 2008 ; Casanova 2013) sont en effet les seules à posséder d’importants gisements permettant de s’entraîner suffisamment et d’atteindre le degré de spécialisation nécessaire pour obtenir cette qualité technique. Elles auraient été amenées jusqu’à des « places centrales » d’où elles auraient été redistribuées vers les autres sites à l’intérieur de la péninsule omanaise.

20Cependant, toutes les perles en pierre retrouvées dans la péninsule ne sont pas des importations. Une production locale de perles en pierre tendre a été largement démontrée au cours du Néolithique et à la période Hafit, avec la découverte d’un atelier à Ra’s al-Hadd HD-6 (Zaros 2004). Il est fort vraisemblable que cette production a perduré au cours de l’âge du Bronze, en parallèle à une production de perles en pierre dure.

21Il semble ainsi que dès le iiie millénaire av. J.-C., une partie au moins des perles de la seconde catégorie soit issue d’une production locale, souvent évoquée jusqu’à présent mais non réellement documentée. Les indices d’une telle production dans la péninsule omanaise sont en effet multiples. La présence de gisements locaux des matériaux est un argument fort. Le plus important d’entre eux est le Jebel al-Ma’taradh, situé dans le nord des Émirats arabes unis (Charpentier et al. à paraître, Brunet 2014). Il comporte principalement des filons de cornaline, d’agate, d’onyx et de jaspe. La calcédoine qui y a été trouvée correspond visuellement à celle employée pour les perles des sites du nord de la péninsule. Par exemple la calcédoine jaune de Jebel al-Emalah, d’al-Buhais et de Tell Abraq est, visuellement, très semblable à celle du Jebel al-Ma’taradh, qu’une cinquantaine de kilomètres sépare de ces sites. Il existe à Suhaila, au nord de la péninsule omanaise, un gisement de calcédoine verte identique à celle employée pour les perles trouvées à Hili N et à Shimal, sites datés de la fin du IIIe et du IIe millénaire av. J.-C.

22Le deuxième indice provient des nombreux éclats de débitage de calcédoine mis au jour dans des sites de l’âge du Bronze comme l’habitat d’Umm an-Nar (Frifelt 1995 : 16, 35) ou la tombe SH-404 de Shimal, par exemple. Des pièces non ornementales ont été mises au jour aux Émirats arabes unis, comme la lame en calcédoine de l'habitat d'Asimah Nord (Vogt 1994). Les galets bruts de cornaline trouvés sur l’île d’Umm an-Nar indiquent également que ces matériaux étaient travaillés localement (Frifelt 1995 : 113, 221, fig. 328).

23Certaines caractéristiques techniques observées sur les perles pourraient s’expliquer dans le cas d’une production locale par des artisans moins expérimentés et moins nombreux que ceux ayant à leur disposition des sources de plus grande envergure et qui ont pu s’entraîner sur des générations, comme les artisans de la vallée de l’Indus par exemple. Les erreurs observées au cours de deux stades de production en particulier, le traitement thermique et la perforation, sont symptomatiques d’un manque de maîtrise technique. Rappelons que la cornaline peut être chauffée pour rehausser sa couleur et faciliter sa taille (Inizan 1999). Au IIe millénaire av. J.-C., le taux de perles surchauffées atteint des proportions telles qu’elles ne permettent pas d’envisager des erreurs accidentelles. De même, l’emploi de la « double perforation bipolaire » semble récurrent. Cette technique qui reflète un savoir-faire peu élaboré consiste à utiliser deux forets de diamètre différent d’un même côté de la perle. Elle a été observée dès le Néolithique sur des perles en pierre tendre verte trouvées à al-Buhais BHS-18 et sur quelques perles en calcédoine de Jebel al-Emalah, aux périodes Hafit et Umm an-Nar. Devenue systématique au iie millénaire av. J.-C., elle a été appliquée à des centaines de perles locales qui, parfois, ne mesurent que 3 à 4 mm de long (fig. 1g-h).

24Enfin, l’une des preuves indirectes d’une spécialisation artisanale locale consiste dans la standardisation des perles, qui concerne aussi bien leur morphologie que leurs dimensions. Les perles en pierre tendre verte et rouge sont pour la plupart de forme circulaire ou carrée et elles sont de dimensions identiques (quelques millimètres).

25Il en va de même pour les perles en cornaline de la période Umm an-Nar. La croissance des importations (de 10 % à la période Hafit à 30 % à la période Umm an-Nar) correspond à l’apparition de la Civilisation de l’Indus, qui a produit un nombre croissant de perles destinées à s’exporter dans tout le Moyen-Orient (Inizan 1999). La chute de cette civilisation entraîna une forte réduction de la production des ateliers de l’Indus et la réduction des importations au cours de l’âge du Bronze (moins de 10 %). Elle semble aussi avoir coïncidé, au début du IIe millénaire av. J.-C, avec une augmentation notable des erreurs techniques : la demande en cornaline étant toujours aussi forte, comme l’atteste des textes mésopotamiens (André-Salvini 1995), les habitants de la péninsule omanaise se virent en effet contraints de produire localement des perles en pierres dures rouges, de façon plus intensive qu’au iiie millénaire av. J.-C. mais sans avoir acquis une bonne maîtrise de la chaîne opératoire.

Les valeurs

26Parmi la quinzaine de valeurs attribuées aux éléments de parure par l’ethnographie (Vanhaeren, d’Errico 2008 : 58), sept ont été mises en évidence sur les perles de la péninsule omanaise : marchande, apotropaïque, esthétique, liminale, sexuelle, spirituelle et hiérarchique.

27La valeur marchande, bien qu’apparue postérieurement aux valeurs symboliques, est une composante importante de certaines pierres, leur coût de production et d’importation augmentant d’autant plus la valeur symbolique qui leur est liée.

28Les sources épigraphiques mésopotamiennes de l’âge du Bronze aident à appréhender de manière indirecte les pouvoirs de ces pierres, qui protégeaient de nombreux maux ceux qui les portaient (André-Salvini 1995).

29Il n’est pas besoin d’exprimer plus avant la valeur esthétique d’éléments de parure, qui est intrinsèque à leur fonction.

30Les valeurs liminale et sexuelle ont été essentiellement mises en évidence pour les perles néolithiques et ce, pour des raisons inhérentes à la nature individuelle des sépultures à cette période, qui permet d’analyser la distribution par âge et par sexe des objets associés aux défunts. De ces critères importants dépend le nombre de perles déposées avec l’inhumé et le type de parure qui l’orne. Il apparaît que les individus les plus jeunes sont parés du plus grand nombre d’éléments, mais de dimensions réduites. Par ailleurs, une distinction par sexe semble avérée pour quelques parures avec un système d’attache particulier (de Beauclair et al. 2006).

31Dès le Néolithique, un lien entre le dépôt d’éléments de parure et des pratiques rituelles associées à des animaux marins, comme la tortue marine dans les nécropoles de Ra’s al-Hamra RH-5 et RH-10 (Salvatori 2007) ou le dugong à Akab (Méry et al. 2009), a été mis en évidence. Le lieu de découverte des objets, dans les tombes, est un indice supplémentaire de la valeur spirituelle que véhiculaient ces perles.

32Le nombre d’éléments de parure diminue fortement entre les tombes primaires et secondaires sur les sites néolithiques étudiés à al-Buhais BHS-18 (de Beauclair 2006) ou Ra’s al-Hamra RH-5 (Salvatori 2007, tabl. 3). Cette observation, effectuée d’abord par R. de Beauclair (2006 : 184), serait la conséquence d’« un rite de passage » qui aurait eu lieu lors de l’inhumation, la valeur symbolique des perles diminuant après l’inhumation. La même constatation peut être faite pour des sites de la période Umm an-Nar, al-Sufouh (Benton 2006) et Ra’s al-Jinz RJ-1 (Munoz O., pers. comm.), où les perles trouvées dans les tombes secondaires sont beaucoup moins nombreuses que celles recueillies dans les tombes primaires collectives.

33Le dernier point porte sur l’utilisation des éléments de parure comme indices d’une hiérarchie sociale locale. L'existence d'une telle hiérarchie au sein de la péninsule omanaise serait perceptible dès le Néolithique sur certains sites, où quelques individus ont été plus richement parés que la plupart des autres, peut-être pour marquer leur statut particulier au sein du groupe (Munoz 2014).

34Cette complexification sociale croissante, principalement à partir de la période Hafit, se manifeste à travers nombre d’éléments. Elle est particulièrement visible dans l’architecture domestique avec les tours qui jalonnent le paysage comme à Hili, Bidiya ou Bat par exemple (Cable, Thornton 2013), l’architecture funéraire avec les tombes monumentales d’Umm an-Nar, Hili, al-Sufouh ou à Tell Abraq par exemple (Méry 2010), ou certains alignements comme à Asimah (Vogt 1994). L’apparition d’artisanats spécialisés (outre celui des perles), l’intensification des échanges à longue distance sont également des caractéristiques du développement de ces sociétés (Méry 2000 ; Cleuziou, Tosi 2007).

  • 5 L.M. Rouse et L. Weeks (2011) ont démontré qu’un système tribal n’implique pas toujours une société (...)

35Les pratiques funéraires collectives de l’âge du Bronze effaçant a priori les traces d’une hiérarchie locale dans une tombe où (presque) tous les membres d’une communauté auraient été inhumés, devenant donc égaux dans la mort, ont conduit S. Cleuziou et M. Tosi (2007 : 112, 122) à proposer un modèle de hiérarchie temporaire, à l’image de ce que les sociétés tribales5 de cette même région ont pratiqué jusqu’à récemment (Lancaster, Lancaster 2002).

36Néanmoins, à travers l’étude des parures, il est possible de distinguer des signes de différences entre les individus durant cette période. Les perles sont des objets de prestige et certaines ont été retrouvées dans des cachettes où, par définition, étaient déposés des objets de grande valeur. Plus de 1 100 perles ont ainsi été trouvées sous le sol d’une tombe à Shimal (SH-99, iie millénaire av. J.-C.), et on estime à plus de 2 000 heures de travail le temps nécessaire à leur fabrication. Dans un autre site du nord de la péninsule omanaise, à Dhayah (DH-2, iie millénaire av. J.-C.), une cachette avec plus de 250 perles, dont la réalisation avait demandé près de 480 heures de travail, était placée dans un mur d‘une tombe (DH-2) associée à un seul individu.

37Un autre élément vient s’ajouter aux indices de différentiation sociale. On connait dans la vallée de l’Indus, à Harappa, Nausharo, Chanhu-Daro et Mohenjo-daro (Brunet 2014), des imitations de grandes perles en cornaline, réalisées en argile peinte. On pense qu’elles étaient destinées aux individus « plus pauvres » qui ne pouvaient se procurer les pièces véritables (Kenoyer 2005). Des perles en argile rouge, ou peintes en rouge, ont été mises au jour dans la péninsule d’Oman, à Bat et à Moweihat notamment (Böhme, al-Sabri 2011 : 149 ; al-Tikriti 1989). Il est vraisemblable qu’il s’agit là aussi de pièces imitant les perles de grandes dimensions en cornaline que les habitants ne pouvaient pas se procurer facilement.

38Les données des tombes des périodes Hafit et Umm an-Nar – d’où proviennent un grand nombre des perles retrouvées et pour lesquelles la précision chronologique est plus fiable – ont été utilisées en priorité afin d’appréhender plus précisément la question de la différenciation sociale. Le principe en est simple, il consiste à rapporter le nombre de perles au nombre minimum d’individus déposés dans chaque tombe. Le résultat fournit une estimation du nombre de perles par individu. Bien que ces chiffres doivent être pris avec une relative prudence compte tenu des données très disparates disponibles suivant les sites, la moyenne de perles par individus atteint 128 à la période Hafit, descend à 80 à la période Umm an-Nar et n’est plus que d’une seule perle par personne à la toute fin de cette période. D’une manière générale, le nombre de perles contenues dans les tombes augmente d’une période à l’autre mais, le nombre d’individus dans chaque sépulture croissant également de façon exponentielle, le rapport des perles par individu diminue. Autrement dit, comme une parure est composée de plusieurs dizaines de perles au minimum – selon les pièces retrouvées in situ – et bien qu’il y ait davantage de perles dans les tombes Umm an-Nar, il semblerait que moins d’individus en aient été parés. Cette évolution témoignerait de la mise en place d’une hiérarchie renforcée au sein de la société à la période Umm an-Nar. La différence de richesse reflétée par les parures n’était en effet pas restreinte au monde des morts puisque, d’après les traces d’usure observées sur elles, ces perles avaient été au préalable portées par les vivants (fig. 2k-m).

Conclusion

39Ce travail synthétique sur les perles de la péninsule omanaise entre les vie et iie millénaire av. J.-C. rend compte de la richesse d’informations qu’apportent l’étude d’éléments de parure, traitant nombre d’aspects : morphométrique, technologique, mais également social, économique et symbolique.

40Pendant l’âge du Bronze, plus encore qu’au Néolithique, la péninsule omanaise était au cœur d’un vaste réseau de circulation dont les perles ne sont qu’un des éléments parmi les plus visibles. Ces pièces ornementales soulignent des liens directs avec la région indo-pakistanaise et le plateau iranien mais elles s’intégraient aux échanges qu’avait la péninsule omanaise avec la Mésopotamie (depuis le Néolithique), Bahrein, le Makran pakistanais ou l’Asie centrale.

41Un pan de la spécialisation artisanale locale dans la péninsule omanaise au cours du Néolithique et de l’âge du Bronze se dessine à travers l’étude des éléments de parure. La proportion de perles réalisées localement semble ainsi beaucoup plus importante que ce qui avait été envisagé jusqu’à présent. L’exigence d’une production locale procède des nombreuses valeurs attachées aux perles. Elles apparaissent notamment comme un acteur majeur de la hiérarchisation sociale qui s’est mise en place dans la région, essentiellement au cours de l’âge du Bronze. Même dans les tombes collectives, les membres défunts de la communauté portaient sur eux des signes d’un statut différentiel par l’intermédiaire des éléments de parure. Cette hiérarchie avait sans doute besoin d’asseoir sa légitimité en s’appuyant sur des objets visibles et compréhensibles par tous. Les perles ont sans doute rempli cette fonction grâce à leur forte charge symbolique.

Haut de page

Bibliographie

André-Salvini, B. 1995. « Les pierres précieuses dans les sources écrites », in : F. Tallon (éd.), Les pierres précieuses de l'Orient ancien : des Sumériens aux Sassanides. Paris, Editions de la Réunion de musées nationaux : 71-88.

de Beauclair, R., S.A., Jasim & H.-P.Uerpmann. 2006. « New Results on the Neolithic jewellery from al-Buhais 18, UAE », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 36 : 175-187.

Benton, J.N. 2006. Burial Practice in the Third Millenium BC in the Oman Peninsula: A Reconsideration. Sydney, University of Sydney, thèse de doctorat, 543p.

Böhme, M. & B.A., al-Sabri. 2011. « Umm an-Nar burial 401 at Bat, Oman: architecture and finds », Arabian Archaeology and Epigraphy, 22 : 113–154.

Brunet, O. 2014. Les éléments de parure en pierre de la péninsule omanaise du 6e au 2e millénaire av. J.-C. : Production, circulation, valeurs. Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Thèse de doctorat, 1348p.

Cable, C.M. & C.P., Thornton. 2013. « Monumentality and the third-millennium 'towers' of the Oman Peninsula », in : S., Abraham, P., Gullapalli, T., Raczek & U., Rizvi (éds.), Connections and Complexity: New Approaches to the Archaeology of South Asia. Walnut Creek, Left Coast Press : 375-399.

Casanova, M. 2013. Le lapis-lazuli dans l'Orient ancien, Production et circulation du Néolithique au IIe millénaire av. J-C. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Charpentier, V., O., Brunet, S., Méry & C., Velde. A paraître. « Agate, chalcedony and carnelian: prehistory of the Jebel al-Ma'taradh, Emirate of Ra's al-Khaimah, U.A.E. »

Cleuziou, S. & M., Tosi (éds.). 2007. In the Shadow of the Ancestors, The Prehistoric Foundations of the Early Arabian Civilization in Oman. Mascate, Al Nahda Printing Press (Ministry of Heritage and Culture, Oman) : 248-250.

Frifelt, K. 1995. The Island of Umm an-Nar, The Third Millennium Settlement. Aarhus University Press.

Inizan, M.-L. 1999. « La cornaline de l'Indus et la voie du Golfe au IIIe millénaire », in : A. Caubet (éd.), Cornaline et pierres précieuses, La Méditerranée, de l'Antiquité à l'Islam. Paris, La documentation Française, Musée du Louvre : 125-138.

Kenoyer J.M., 2005. « Bead Technologies at Harappa, 3300-1900 BC: A Comparative Summary », in : C., Jarrige & V., Lefèvre (éds.), South Asian Archaeology 2001. Paris, Edition Recherche sur les Civilisations : 157-170.

– 2008. « Indus and Mesopotamian Trade Networks: New insights from Shell and Carnelian Artifacts », in : E., Olijdam & R.H., Spoor (éds.), Intercultural Relations between South and Southwest Asia. Studies in commemoration of E.C.L. During Caspers (1934-1996). Oxford, Archaeopress (BAR International Series 1826) : 19-28.

Lancaster, W. & F., Lancaster. 2002. « Trade and Startified Society Information from Southeast Ja'alan Oman », in : S., Cleuziou, M., Tosi & J., Zarins (éds.), Essays on the Late Prehistory of the Arabian Peninsula . Rome, Herder, International Book Center (Actes du Colloque Arabia antiqua, Rome, mai 1991) : 237-253.

Méry, S. 2000. Les céramiques d'Oman et l'Asie moyenne : une archéologie des échanges à l'Age du Bronze. Paris, CNRS Editions.

Méry, S. 2010. « Results, limits and potential: burial practices and Early Bronze Age societies in the Oman Peninsula », in : L. Weeks (ed.), Death and Burial in Arabia and beyond, Multidiplinary perspectives. Oxford, Archaeopress (BAR International Series 2107) : 33-43.

Méry, S., V., Charpentier, G., Auxiette & E., Pelle. 2009. « A dugong bone mound: the Neolithic ritual site on Akab in Umm al-Quwain, United Arab Emirates », Antiquity, 89 : 696–708.

Munoz, O. 2014. Pratiques funéraires et paramètres biologiques dans la Péninsule d’Oman du Néolithique à la fin de l’âge du Bronze ancien (Ve-IIIe millénaire av. n.è.). Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, thèse de doctorat, 873 p.

Rouse L. & L.M., Weeks. 2011. « Specialization and social inequality in Bronze Age SE Arabia: analyzing the development of production strategies and economic networks using agent-based modeling », Journal of Archaeological Science, 38 : 1583-1590.

Salvatori, S. 2007. « The Prehistoric Graveyard of Ra’s Al Ḥamrā 5, Muscat, Sultanate of Oman », Journal of Oman Studies, 14 : 1- 352.

al-Tikriti, W.Y. 1989a. « Umm an-Nar Culture in the Northern Emirates: Third Millenium BC Tombs at Ajman », Archaeology in the United Arab Emirates, 5 : 89-99.

Vanhaeren, M. & F., d'Errico. 2008. « Aux origines de la parure », Pour la science, 369 : 58-64.

Vogt, B. 1994. Asimah: an account of a two months rescue excavation in the mountains of Ras al-Khaimah, United Arab Emirates. Dubai, Shell Markets Middle East.

Zaros, D., 2004. La produzione artigianale delle perline ornamentali dai contesti di Abitato (HD-6) e di Necropoli (HD-10) a Ra’s al Hadd, Sultanato d’Oman. Bologne, Université de Bologne, Laurea, 207p.

Haut de page

Notes

1 Le terme de « péninsule d’Oman », employé par les archéologues et parfois par les géographes, correspond aux Émirats arabes unis et au Sultanat d’Oman. Cette péninsule englobe des entités culturelles plus ou moins homogènes pendant les périodes qui nous intéressent.

2 L’âge du Bronze dans la péninsule omanaise est divisée en trois phases chronologiques : la période Hafit (env. 3200-2700 av. J.-C.), la période Umm an-Nar (2700-2000 av. J.-C.) et le iie millénaire av. J.-C. (2000-1250 av. J.-C.).

3 Ce terme, préféré à celui de « chlorite » généralement utilisé, regroupe au moins quatre minéraux (la chloritite, la stéatite, la serpentine et la porphyrite), utilisés pour produire des éléments de parure qui n’ont pas pu être différenciés lors de l‘étude.

4 Ce terme désigne des roches de dureté inférieure à 5 sur l’échelle de Mohs, de couleur rouge, qui n’ont pas pu être différenciées lors de l‘étude.

5 L.M. Rouse et L. Weeks (2011) ont démontré qu’un système tribal n’implique pas toujours une société égalitaire du fait de la séparation entre le pouvoir et les richesses, qui engendrent certaines disparités socio-économiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende a : exemple de perle avec stries d’abrasion uni-directionnelle (Hili Nord A) ; 1b : exemple de perle avec stries d’abrasion bi-directionnelle (Hili Nord A) ; 1c : exemple de perle avec stries d’abrasion pluri-directionnelle (Hili Nord A) ; 1d et e : exemple de perles perforées par piquetage (Hili N, recto et verso) ; 1f : exemple de perle percée par perforation rotative (Hili N) ; 1g et h : exemple de perles présentant une « double perforation bipolaire » (Dhayah DH-2 (i) et Shimal SH-99 (j))
Crédits (Mission archéologique française aux Émirats arabes unis)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig 2
Légende a-e : exemple de perles de la première catégorie (Hili Nord A (b), Hili N (a et c), Shimal SH-1 (d) et Dhayah DH-2 (e)) ; 2f-j : exemple de perles de la seconde catégorie (Shimal SH-103 (f-h) et Hili N (i-j)) ; 2k : exemple de perle en pierre tendre verte avec traces de lien (Hili N) ; 2l et m: exemple de perles en cornaline avec traces d’usure sur la carène (Hili Nord A (l) et Hili N (m))
Crédits (Mission archéologique française aux Émirats arabes unis)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Brunet, « Les perles en pierre de la péninsule omanaise du Néolithique et de l’âge du Bronze : approche synthétique  », Les nouvelles de l'archéologie, 139 | 2015, 12-17.

Référence électronique

Olivier Brunet, « Les perles en pierre de la péninsule omanaise du Néolithique et de l’âge du Bronze : approche synthétique  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 139 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/2891 ; DOI : 10.4000/nda.2891

Haut de page

Auteur

Olivier Brunet

Docteur en archéologie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
o.b2@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org