Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

La consommation de l'eau à l'époque moderne : le cas de Basse-Terre (Guadeloupe) et le rôle des céramiques

Myriam Arcangeli
p. 25-30

Résumés

Comment, à l'époque moderne, les ménages géraient-ils leurs ressources en eau ? Le cas de Basse-Terre (Guadeloupe) à la fin du xviiie siècle est significatif puisque cette ville bénéficiait de sources en eau douce abondantes et d'un circuit de distribution rudimentaire, mais efficace. Néanmoins, la grande majorité de ses habitants faisaient aussi des réserves chez eux, dans de grandes jarres en terre. Ces objets, ainsi que tout autre céramique utilisée pour transporter, récolter, stocker ou purifier l'eau de consommation des ménages, sont présentés ici en détail. Ils soulignent le rôle important des servantes esclaves, qu'on laissait en charge de cet approvisionnement et de l'entretien de cet équipement. Au final, Basse-Terre ne semble pas un exemple unique. La plupart des foyers de l'époque moderne ont dû garder de l'eau chez eux et chercher des solutions pour en améliorer la qualité. Dans bien des situations, ces pratiques ont pu aussi incorporer des céramiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Aujourd’hui, on ouvre le robinet et une eau saine coule à flot. Or l’historien D. Roche (1984) a appelé l'époque moderne le « temps de l'eau rare ». Qu’est ce que cette assertion signifiait concrètement pour le quotidien des gens ? Quelle part de leur culture matérielle en était affectée ? Quels objets leur permettaient de gérer leurs ressources en eau ? Peut-on retrouver des traces de ces pratiques en fouilles ? L'archéologie moderne, en alliant l'étude des sites archéologiques, de la culture matérielle et des archives de l'époque moderne, doit s'intéresser à ses questions.

2Certains aspects de la culture céramique de la ville coloniale de Basse-Terre, en Guadeloupe, viennent apporter un début de réponse. Basse-Terre cumule deux atouts : des cours d'eau qui offrent des ressources adéquates en eau potable et un site en pente qui permet la construction d'un système de distribution rudimentaire, mais performant. Pourtant, les inventaires après décès de ses habitants, ainsi que les sites archéologiques de la période coloniale, montrent que la plupart des ménages font aussi des réserves d'eau à la maison (Arcangeli 2015). Cette précaution leur permet non seulement d'affronter les périodes de pénuries, mais aussi d'améliorer la qualité de l'eau qu'ils consomment. Les objets céramiques sont au centre de ces pratiques.

3Basse-Terre ne se distingue pas du reste de la France, pour laquelle les sources modernes suggèrent que l'utilisation ou le remploi de récipients en terre pour transporter, stocker ou purifier l'eau étaient commun partout à cette époque. Ceci explique la présence de grands pots ou de jarres dans les assemblages céramiques domestiques des sites de cette période. Pour Basse-Terre, l'exploration de ces thèmes met en lumière un aspect peu connu de la vie quotidienne à l'époque coloniale, dans un domaine où les servantes esclaves jouaient un rôle essentiel.

Les sources en eau de Basse-Terre

4Trois rivières et plusieurs « ravines » traversent Basse-Terre pour se déverser dans la mer (Pérotin-Dumon 2000 ; Desmoulins 2006). En plus de sa rade, leur présence s’explique en partie pourquoi les premiers colons français, arrivés en Guadeloupe en 1635, ont choisi de s’y installer et pourquoi cette ville est devenue la capitale de la colonie, vers 1650. Sachant que la population amérindienne surnommait la Guadeloupe « Kakuréra », ou « l'île aux belles eaux », le choix de ce site pour la qualité de ses eaux est d'autant plus significatif.

5La grande déclivité de l’endroit a permis de construire très tôt un circuit de distribution rudimentaire, mais efficace. Des prises captent l'eau des rivières en amont de la ville et la distribuent en aval grâce à un réseau de canaux, de réservoirs et de fontaines. De simples fossés, souvent laissés à ciel ouvert, la conduisent jusque dans les cours et les jardins des habitations. La présence de fontaines privées est attestée dès la fin du xviie siècle chez les capucins, les jésuites et les carmes, les premiers grands colons de la région. Les fontaines publiques font leur apparition plus tard, vers 1749, mais puits et citernes restent rares à Basse-Terre, sans doute parce qu'ils y sont peu nécessaires.

6Les voyageurs des xviiie et xixe siècles tombent aisément sous le charme des belles eaux de la ville. Par exemple, en 1830, le visiteur J. Leggins est enchanté par les jolies fontaines de Basse-Terre dont le débit lui paraît « inépuisable » (Pérotin-Dumon 2000 : 371). Cette image idyllique des eaux de Basse-Terre s'ajoute à sa réputation de relative salubrité en milieu tropical. Ses hauteurs et sa brise paraissent plus saines que les marécages de Pointe-à-Pitre.

7Malgré tous ces avantages, Basse-Terre connaît les difficultés d'approvisionnement et de redistribution auxquelles sont confrontées les villes modernes. L'accès à l'eau de chaque résident est fortement lié à son statut socio-économique. En règle générale, les bâtiments institutionnels, ainsi que les maisons des nobles, des militaires et des religieux, sont approvisionnés en priorité. Ainsi, à Paris, D. Roche (1984) estime que les foyers les plus favorisés accaparent la moitié de toute l’eau disponible.

8À Basse-Terre, les propriétés les plus chères ont un droit d'eau, et le quartier aisé de Saint-François est aussi le mieux irrigué, à la fois par ses canaux de distribution et ses fontaines privées ou publiques (Pérotin-Dumon 2000 : 373-375 ; Desmoulins 2006 : 77-78). Naturellement, ces inégalités entraînent la fraude et le creusement sauvage de bras illégaux dans les canaux d'origine. Aux problèmes de détournement s'ajoutent des pénuries plus naturelles récurrentes à chaque saison sèche. D'après le rapport de l'arpenteur P. Mallet de 1788, les canaux et les fontaines peuvent parfois se vider pendant plusieurs semaines d'affilée. Peu de canaux étant maçonnés et fermés, beaucoup d'eau se perd par évaporation ou par simple infiltration. Le manque d'eau dans le système de distribution de la ville est un problème chronique et qui perdure au moins jusqu'au milieu du xxe siècle (Desmoulins 2006 : 80).

9La pollution est une autre difficulté notable. Les eaux usées ou simplement polluées par les activités artisanales et agricoles sont déversées dans les cours d'eau qui approvisionnent les maisons. En l'absence de tout à l'égout, les latrines, quand elles existent, sont souvent construites directement au-dessus des canaux, pour que le courant emporte les déjections. Chaque foyer y vide aussi ses pots de chambres. Par endroit, les déchets solides s'accumulent jusqu'à ce que des orages les dispersent dans tout le circuit. Ainsi, si à la période des pluies l'eau est plus abondante, elle est aussi plus sale.

10Faire des réserves à domicile aide donc à faire face à ces inconvénients. Les Basse-Terriens utilisent des céramiques pour stocker l'eau, la transporter, la purifier et, parfois aussi, pour récupérer de l'eau de pluie. Pour ce faire, ils emploient des jarres, des pots à mélasse et des fontaines, ou de simples céramiques auxquelles l’archéologie s’intéresse.

La réserve principale : les jarres à eau

11La grande majorité des Basse-Terriens conserve leur eau dans des jarres en terre cuite. Sur un échantillon de 145 inventaires de maisons de particuliers faits après décès entre 1770 et 1833, ces jarres sont présentes dans 70 % des cas, un taux remarquable.

12Environ la moitié est importée « de Provence », et l'autre, produite par les potiers locaux. Or les céramiques retrouvées en fouille sur quatre sites coloniaux de Basse-Terre révèlent que ces jarres « provençales » proviennent plus précisément de Biot (Arcangeli 2015). Les potiers de Biot ont commencé à fabriquer ces terres vernissées au cours du xvie siècle (Amouric, Argueyrolles et Vallauri 2006). Grâce à leur étanchéité, leur solidité, et leur capacité importante, ces jarres ont servi à stocker et transporter toutes sortes de marchandises, sèches ou liquides, sur de longues distances. En particulier, elles ont servies à exporter de l'huile d'olive et de la farine aux Antilles, ce qui explique leur présence en Guadeloupe (Amouric, Argueyrolles et Vallauri 2006 : 59-60).

  • 1 . Adg, Notariat, Basse-Terre, Fontaine, 2 E 3/5, 27 juillet 1778.

13Les jarres produites en Guadeloupe ont dû s'inspirer de ces modèles, même s’il est difficile de savoir exactement à quoi elles ressemblaient. Certains tessons de terres cuites locales, retrouvés à Basse-Terre sur des sites des xviiie et xixe siècles, correspondent à de larges poteries de terre cuite (fig. 1 et 2). Malheureusement, leurs profils sont très incomplets. Les inventaires après décès ne renseignent pas sur les formes. Un petit exemplaire est qualifié de « très ancien » en 17781, ce qui suggère que cette production a commencé bien avant cette date.

Fig. 1

Fig. 1

Possible col de jarre locale en terre cuite, diamètre : 25 cm

(Cliché par Myriam Arcangeli)

Fig. 2

Fig. 2

Possible col de jarre locale à décoration digitée, diamètre : 17 cm

(Cliché par Myriam Arcangeli)

14Dans les textes, les jarres sont qualifiées de petites, moyennes, ou grandes, mais leur capacité exacte est rarement spécifiée. Biot a produit des objets de tailles variées pouvant contenir pour certains jusqu’à 300 litres. Les tessons retrouvés sur les sites coloniaux sont épais et confirment que les jarres utilisées à Basse-Terre sont des modèles de très grande capacité.

15La jarre est non seulement l'objet céramique le plus gros de la maison guadeloupéenne, mais aussi l'un des plus chers. Sa valeur moyenne augmente avec sa taille : 7,4 livres coloniales pour les petites listées dans les inventaires du xviiie siècle, 9,25 livres pour les moyennes, et 16,8 livres pour les plus grandes. Les jarres locales ont moins de valeur que celles de Biot, ce qui n'en fait pourtant pas l'apanage des foyers les plus modestes. Les foyers aisés en possèdent aussi, ce qui suggère que choisir sa jarre est une affaire de goût et de circonstances, pas seulement de coût.

Pots à mélasse et fontaines

  • 2 . Adg, Notariat, Basse-Terre, Nesty, 2 E 2/80, 12 février 1830.

16Des pots à mélasse utilisés habituellement dans la production du sucre sont recensés dans onze inventaires, hors de tout contexte agricole ou industriel. Ces pots vides sont retrouvés près des réserves à eau ou dans les cuisines. L'un d'entre eux était destiné à « monter l'eau pour boire »2 au premier étage.

17Des pots à mélasse apparaissent sur trois des sites coloniaux de Basse-Terre datés des xviiie et xixe siècles dont les occupations sont de nature domestique. D’autres études archéologiques récentes ont montré que ces récipients étaient fabriqués soit dans les poteries locales, soit sur les habitations (ou plantations) à sucre (Kelly et al. 2008).

18Remployer ces récipients, dont la forme rappelle celle des jarres, paraît logique. Bien que plus petits, les pots à mélasses sont aussi pratiques, parce que plus accessibles et nettement moins chers (une livre au maximum). Cette solution semble si évidente qu'elle est sans doute commune à l’ensemble de l'espace caribéen. Ainsi, l'historien G. Debien (1974 : 232) note que, dans la case des esclaves des plantations de Saint-Domingue, la réserve d'eau est souvent constituée d'un pot à mélasse recyclé.

19Dans les inventaires, ces pots à mélasses sont présents dans tous types de foyers, y compris chez les marchands les plus riches. En somme, le statut du maître du foyer n'entre pas en compte.

20À l’inverse, dans les années 1770, les fontaines sont strictement l'apanage des familles les plus fortunées de Basse-Terre. La faïence est le matériau le plus commun : sur un total de 12 fontaines mentionnées dans les textes, 10 sont en faïence et 2 en fer blanc. Les premières, les plus chères, peuvent valoir autant qu'une jarre de Biot.

21Dans les collections archéologiques, plusieurs tessons de faïence ont pu appartenir à des corps de fontaines ou à leurs bassins. Ces tessons proviennent du site où l'équipement céramique est le plus riche et le plus varié, d’après les inventaires.

22Quand ces objets sont exposés dans la salle ou la galerie, deux espaces de la maison créole qu'on utilise comme lieux de réception et comme salle à manger, les maîtres et leurs convives peuvent s'en servir pour se laver les mains avant le repas. Ce geste de politesse fait partie des bonnes manières créoles à l'époque coloniale, tout comme de celles de l’élite moderne en France. Les modèles vieux ou abîmés sont recyclés pour les tâches ménagères. Dans tous les cas, ces objets ne sont utilisés que pour des réserves secondaires en eau dans la maison créole.

Un équipement à caractère local

23Comment caractériser cet équipement céramique du point de vue archéologique ? Il comporte beaucoup de remplois. La moitié des jarres à eau servaient pour le transport de marchandises, et les pots à mélasses servaient à la fabrication du sucre. Il est remarquable de constater qu'il n'y a sur l'île ni cruche – cet objet spécialisé pour l'eau en France métropolitaine – ni l'une de ses nombreuses variantes régionales, comme la gargoulette ou la dourne. Ces formes sont autant absentes des inventaires, que de collections archéologiques. Or, les marchands de Basse-Terre auraient pu en importer facilement, puisqu'elles étaient fabriquées dans les ateliers où ils se fournissaient déjà en poteries.

24Les céramiques à eau représentent aussi une part importante de la production potière guadeloupéenne. Dans les textes, elles correspondent aux deux tiers de toutes les céramiques produites localement. Cela indique le rôle primordial qu’elles tenaient dans la vie coloniale créole. Pour répondre à une forte demande, on ne s'est pas contenté d’importer ces objets, mais on les a aussi fabriqués sur place.

25Les céramiques à eau expriment donc des préférences culturelles et géographiques. Leur étude pourrait sans doute souligner des variations régionales intéressantes partout en France. Ainsi, en Normandie, où les pots en grès prédominent, H.-L. Duhamel du Monceau (1777 : 302) confirme que ces derniers peuvent en effet être réutilisés pour l’eau, une fois qu’on a consommé le beurre qui était à l'intérieur.

La gestion de l'eau en Guadeloupe à l'échelle domestique

Le cadre matériel

26À l'intérieur des maisons créoles, les jarres et pots à mélasses sont gardés dans des endroits très divers. Certains sont un espace à part, la fameuse case à eau, une petite cabane séparée, et reconnue aujourd'hui comme un élément typique de l'architecture créole. Les exemples encore préservés dans Basse-Terre montrent qu'on peut équiper ces cases d'un système de canalisation pour récolter l'eau de pluie directement dans les jarres (voir Desmoulins 2006 : 109).

  • 3 . Voir par exemple Adg, Notariat, Basse-Terre, Mollenthiel, 2 E 3/79, 29 septembre 1778.

27D'autres foyers transforment une pièce de leur maison en « magasins à l'eau » ou pièce de rangement dédiée à ces réserves3. Chez la plupart des Basse-Terriens, cependant, les jarres se retrouvent dans des pièces aussi diverses que la galerie ou la salle (deux espaces de vie et de réceptions), l'office (un lieu de rangement et de travail pour les domestiques) ou la cuisine. Chaque foyer peut ainsi choisir la solution qui correspond à ses besoins.

Les usages

28Les Guadeloupéens semblent mettre un point à ne pas garder d'eau dans leurs chambres, sans doute pour éviter d'attirer les insectes et limiter la production de moustiques près de leurs lits ; les réserves ne sont jamais retrouvées dans les chambres, même les pichets à eau, pourtant plus mobiles. Or, à la même époque, en France métropolitaine ou au Québec, on atteste de coutumes différentes. Les inventaires des habitants de la Place Royale, à Québec au xviiie siècle, recensent des jarres dans les chambres à coucher (Lapointe, Lueger 1997 : 224). À Paris, les pots à eau et les bassins qui servent pour la toilette, sont retrouvés dans 21 % des chambres visitées par les notaires (Pardailhé-Galabrun 1988 : 356).

  • 4 . Adg, Notariat, Basse-Terre : Mollenthiel, 2 E 3/79, 29 septembre 1778 ; Nesty, 2 E 2/79, 31 mars (...)

29En Guadeloupe, toujours au xviiie siècle, on se préoccupe beaucoup de filtrer l’eau. Les personnes qui en ont les moyens achètent un filtre, composé d'après les inventaires, d'un châssis en bois et d'une pierre à filtrer (fig. 3)4. L'eau est déversée dans une pierre poreuse taillée en forme de cône, la pénètre, puis s'écoule progressivement dans un récipient placé sous le châssis. L'Encyclopédie de D. Diderot et J. le R. d'Alembert (1751-1772, 6 : 809) décrit des filtres en grès très similaires pour la France métropolitaine. Les filtres guadeloupéens sont peut-être fabriqués directement aux Petites Antilles, car l'île de la Barbade est spécialisée dans les modèles en calcaire corallien (Coleman 2011). Dans tous les cas, les filtres sont chers et plus fréquents chez les Basse-Terriens déjà bien équipéset disposant, par exemple, d’une case à eau. L'Encyclopédie indique que, malgré leurs prix, ils peuvent être de mauvaise qualité ce qui en fait un achat plutôt risqué, d’autant que l'eau met aussi beaucoup de temps à les traverser et qu’ils s’encrassent et moisissent facilement.

30En récupérant et filtrant l'eau de pluie, tenue à l’époque comme propre et saine, les foyers créoles aisés prouvent qu'ils se soucient de sa qualité. Or, ce sentiment est peut-être partagé par le reste de la population même s’il est difficile à prouver du point de vue archéologique. En effet, pour améliorer la qualité de n’importe quelle eau, il suffit de la laisser reposer pendant quelque temps (Sobsey 2002). Au bout de plusieurs heures, le sable et la vase tombent, sous l'effet de la gravité. Au bout d’une demi-journée, les plus gros microbes les rejoignent au fond. Faire des réserves à la maison permet donc de la décanter pour la rendre un peu plus salubre.

Fig. 3

Fig. 3

Ancien filtre à pierre du Pérou correspondant aux descriptions des inventaires guadeloupéens

(Cliché de source inconnue et anonyme)

Le rôle des servantes

31La population des inventaires se compose de résidents guadeloupéens d'origine locale et de culture créole. La majorité de leurs esclaves sont aussi créoles : moins d'un quart de la population servile en Guadeloupe à la fin du xviiie siècle vient d’Afrique. Les esclaves nés aux Antilles et décrits comme « créoles » sont préférés pour les postes de domestiques (Gautier 1984 ; Vanony-Frisch 1985 ; Régent 2004). Dans Basse-Terre, environ 65 % des foyers possèdent en moyenne un ou deux domestiques (Pérotin-Dumon 2000 : 465) qui sont plus souvent des femmes que des hommes. Ainsi, en 1797, le recensement de la population de Basse-Terre compte 357 esclaves femmes domestiques pour 120 hommes. La grande majorité des servantes sont considérées comme bonnes à tout faire et n’ont pas de spécialisation, contrairement aux serviteurs qui peuvent être, par exemple, perruquier ou cuisinier. Le statut inférieur des femmes esclaves reflète celui des femmes en général dans l’ensemble de la société antillaise.

32Parmi les tâches ingrates, s’occuper des réserves d'eau est un de leurs devoirs. Des cartes postales des Antilles datant de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle nous confirment que ce sont les femmes et les enfants qui vont chercher l'eau à la fontaine. Elles surveillent constamment le niveau des réserves. S'il n'y a pas de sources à proximité, elles font l'aller-retour à la fontaine ou à la rivière plusieurs fois par semaine, voire de manière quotidienne. Quand les jarres sont remplies, il faut laisser l’eau décanter avant de la puiser délicatement. Les servantes distribuent aussi cette eau dans toute la maison et réapprovisionnent les fontaines et autres réserves secondaires. Enfin, elles frottent, récurent et rincent filtres et récipients pour les nettoyer.

33Ce travail répétitif, dur, et crucial au bon fonctionnement de la maisonnée, ne leur apporte aucune reconnaissance. Il est rarement évoqué dans les sources écrites et est donc peu étudié dans l'historiographie coloniale des Antilles (Moitt 2001 : 70). Ces observations sont sans doute valables ailleurs. Ainsi, en France, la population féminine est en charge des travaux physiques les plus durs, dans l’artisanat par exemple (Sheridan 2009).

34Le fait que les servantes esclaves soient chargées des réserves en eau potable explique au moins pourquoi les poteries locales occupent dans ce domaine une place prépondérante. À l’inverse, les céramiques réservées à l'usage des maîtres, servant à leur table ou à leur toilette, sont presque exclusivement constituées d’importations. L'éventail des formes consacrées à la gestion de l'eau est limité et les poteries spécialisées fabriquées en France, comme les cruches, sont absentes, comme si les personnes en charge des commandes de céramiques en Guadeloupe, c'est-à-dire les marchands et leurs clients, s'intéressaient peu à la question.

L’importance des céramiques à eau

35Les céramiques se démarquent des autres objets ou matériaux ayant servi à faire des réserves d'eau à l'époque moderne. D'abord, elles ont la réputation de donner un meilleur goût à leur contenu. Ainsi, à bord des navires, il est fréquent que les réserves personnelles du capitaine et des officiers soient gardées dans des jarres, et non dans des barils en bois (Duhamel du Monceau 1777 : 300 ; Amouric, Argueyrolles, Vallauri 2006 : 61). Les céramiques sont aussi réputées moins nocives que les récipients métalliques, extrêmement répandus aux xviie et xviiie siècles. Par exemple à Paris, le corpus des fontaines en cuivre est plus important que celui des fontaines en bois, plomb, grès ou faïence (Pardailhé-Galabrun 1988 : 349).

36Sur ce point, il est intéressant de consulter les publications des experts comme J. Amy, un physicien qui a étudié les procédés de purification de l'eau et leurs effets sur la santé (Amy 1759). Selon lui, les fontaines en cuivre sont les plus dangereuses et empoisonnent facilement, celles qu'on étame en plomb pour se protéger des effets du cuivre ne sont pas mieux. Les modèles en verre ou en faïence sont trop petits pour couvrir les besoins en eau des ménages. D'après Amy, les jarres sont la meilleure option pour la santé, même si elles sont fragiles parce que l'eau en hiver peut les faire craquer en gelant.

37Ces arguments sont confirmés aussi par les propos de Duhamel du Monceau, qui suggère qu’en France, les jarres sont appréciées par ceux qui ont les moyens de s'en procurer. Il n'est pas étonnant donc que les Guadeloupéens aient décidé d'en faire usage, puisqu'ils y avaient déjà accès et n’avaient pas à s'inquiéter des effets du froid.

38À Basse-Terre comme à Paris, garder des réserves en eau à la maison était une pratique nécessaire. A. Pardailhé-Galabrun (1988 : 349) a constaté la présence de fontaines servant à cet effet chez 68,5 % des Parisiens. À Basse-Terre, les jarres apparaissent dans 77 % des foyers inventoriés au xviiisiècle. En moyenne, 9,5 % des Parisiens seulement stockent 130 litres ou plus, c'est-à-dire l'équivalent d'une jarre de Biot moyenne. Sachant que 77 % des maisons guadeloupéennes ont au moins une jarre de Biot (certaines en ont plusieurs, certaines ont aussi de plus gros modèles), les quantités stockées à Paris sont moindres.

39Pour les archéologues, ces chiffres sont intéressants, car ils signifient que, dans au moins trois sites domestiques fouillés sur quatre, on peut s'attendre à identifier des traces de ces pratiques, soit dans la culture matérielle, soit dans les structures ou les infrastructures mises au jour. Dans tous les cas, il faut sans doute se demander où était la source d'eau utilisée par les habitants (puits, rivière, canal, citernes, récolte d'eau de pluie, etc.) et comment ceux-ci s'organisaient pour faire des réserves à domicile. Pour pousser l’analyse, on peut ensuite s’interroger sur les pratiques connexes comme, par exemple, les mesures prises pour améliorer la qualité de l’eau ou les précautions éventuelles autour de son stockage.

Conclusion

40Avant que l'eau courante n'existe, garder une réserve d’eau à domicile était indispensable. Or, les céramiques sont particulièrement utiles dans ce domaine. Si les formes spécialisées, telles que les cruches, ne suffisent pas ou ne sont pas disponibles, on peut les remplacer par tout pot de grande taille, comme les pots à conserve ou les jarres. L'exemple de la Guadeloupe démontre que choisir le bon récipient est un geste important, car il engage des frais non négligeable de la part des ménages et détermine leur confort et leur bien-être à long terme. Il paraît donc important de s'intéresser à ces choix et d'en faire une analyse plus systématique.

41Ce faisant, on pénètre dans l'intimité des foyers et on y observe leurs conditions de vie matérielles réelles. Il est difficile d'imaginer tout ce qu'avoir une source d’eau incertaine impliquait vraiment pour la vie quotidienne. Néanmoins, on constate aussi des parallèles avec le présent. De nos jours, beaucoup de personnes ne font pas confiance à l'eau du robinet. Ce sentiment de méfiance par rapport à la qualité de l'eau existait déjà à l'époque moderne et il ne faut pas sous-estimer les efforts qui ont été entrepris pour s'y soustraire. Les filtres en pierre étaient aussi populaires chez les élites créoles de la Guadeloupe qu'en France métropolitaine.

42Dans ses écrits, J. Amy mentionne un nombre de pratiques variées. Comme filtre, on teste toutes sortes de matières, y compris le sable, l'éponge, le coton, la laine ou la soie. J. Amy indique aussi que l’armée utilise fréquemment des céramiques portables. Le problème de la purification l’intéresse tout particulièrement, puisqu'elle doit s'approvisionner en eau au grè de ses déplacements. Ses officiers ont ainsi l'habitude de décanter leur boisson dans des cruches ou dans d'autres petits récipients. Ils ont aussi l'option confondante d’utiliser un filtre à papier gris et fabriqué à partir des linges usés recueillis dans les hôpitaux. Selon J. Amy (1759 : p. XVII, 58 et 70), cette technique est non seulement peu ragoûtante, mais aussi très délicate, car le papier, très fin, a tendance à se percer.

43Ces quelques détails surprenants, comme les données recueillies pour la Guadeloupe, confirment que les sujets de la purification de l'eau et de sa gestion à l'échelle domestique méritent plus de recherches. Il peut aussi bénéficier grandement de la perspective riche et unique de l'archéologie.

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites

Archives départementales de la Guadeloupe (ADG), Notariat, Basse-Terre :

-2 E 3/5 (Étude Fontaine)

-2 E 2/79 et /80 (Étude Nesty)

-2 E 3/79 (Étude Mollenthiel)

Sources imprimées

Amy, Joseph, 1759. Tableau des acheteurs des nouvelles fontaines filtrantes, domestiques, militaires & marines, nouvellement perfectionnées. Rotterdam et Paris, Antoine-Chrétien Boudet.

Arcangeli, M., 2015. Sherds of History : Domestic Life in Colonial Guadeloupe. Gainesville, University Press of Florida.

Amouric, H. ; Argueyrolles, L. ; Vallauri, L., 2006. Biot : Jarres, terrailles et fontaines, xvième-xxème siècles. Biot, Association Arezzo.

Coleman, R. A., 2001. « Dripstones : Rudimentary Water Filters on Ship and Shore in the xviiie Century », Bulletin of the Australian Institute for Maritime Archaeology, 25 : 113-120.

Debien, G., 1974. Les esclaves aux Antilles françaises (xviie-xviiie siècles). Basse-Terre & Fort-de-France, Société d'histoire de la Guadeloupe & Société d'histoire de la Martinique.

Desmoulins, M.-E. (dir.), 2006. Basse-Terre, patrimoine d'une ville antillaise. Pointe-à-Pitre, Jasor.

Diderot, D. ; d'Alembert, J. le R., 1751-1772. L’Encyclopédie. vol. 6, p. 809, définition de « Filtrer, pierre à ».

Duhamel du Monceau, Henri-Louis, 1777. « Art du potier de terre », in Jean-Elie Bertrand (dir.), Description des arts et métiers. Neufchâtel, Société typographique. T. VIII.

Gautier, A., 1984. « Les esclaves de l'habitation Bisdary, 1763-1817 », Bulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, n° 60-2 : 13-50.

Kelly, K. G. et al., 2008. « Compositional Analysis of French Colonial Ceramics : Implications for Understanding Trade and Exchange », Journal of Caribbean Archaeology, Special publication n° 2 : 85-107.

Lapointe, C. ; Lueger, R. ; 1997. Le verre et les terres cuites communes de la maison Perthuis à Place-Royale, Québec. Québec, Ministère de la culture et des communications, Collection Patrimoines, n° 101.

Moitt, B., 2001. Women and Slavery in the French Antilles, 1635-1848. Indianapolis, Indiana University Press.

Pardailhé-Galabrun, A., 1988. La naissance de l'intime : 3 000 foyers parisiens, xviie-xviiie siècles. Paris, PUF.

Pérotin-Dumon, A., 2000. La ville aux îles, la ville dans l'île. Paris, Karthala.

Régent, F., 2004. Esclavage, métissage, liberté : La Révolution française en Guadeloupe, 1789-1802. Paris, Grasset.

Roche, D., 1984. « Le temps de l'eau rare, du Moyen Age à l'époque moderne », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, 39-2 :383-399.

Sheridan, G., 2009. Louder than Words. Lubbock, Texas Tech University Press.

Sobsey, M. D., 2002. Managing Water in the Home : Accelerated Health Gains from Improved Water Supply. World Health Organization.

Vanony-Frisch, N., 1985. « Les esclaves de la Guadeloupe à la fin de l'Ancien Régime d'après les sources notariales », Bulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, n° 13-14 : 3-165.

Haut de page

Notes

1 . Adg, Notariat, Basse-Terre, Fontaine, 2 E 3/5, 27 juillet 1778.

2 . Adg, Notariat, Basse-Terre, Nesty, 2 E 2/80, 12 février 1830.

3 . Voir par exemple Adg, Notariat, Basse-Terre, Mollenthiel, 2 E 3/79, 29 septembre 1778.

4 . Adg, Notariat, Basse-Terre : Mollenthiel, 2 E 3/79, 29 septembre 1778 ; Nesty, 2 E 2/79, 31 mars 1829.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Possible col de jarre locale en terre cuite, diamètre : 25 cm
Crédits (Cliché par Myriam Arcangeli)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 2
Légende Possible col de jarre locale à décoration digitée, diamètre : 17 cm
Crédits (Cliché par Myriam Arcangeli)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2882/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 3
Légende Ancien filtre à pierre du Pérou correspondant aux descriptions des inventaires guadeloupéens
Crédits (Cliché de source inconnue et anonyme)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2882/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Arcangeli, « La consommation de l'eau à l'époque moderne : le cas de Basse-Terre (Guadeloupe) et le rôle des céramiques », Les nouvelles de l'archéologie, 139 | 2015, 25-30.

Référence électronique

Myriam Arcangeli, « La consommation de l'eau à l'époque moderne : le cas de Basse-Terre (Guadeloupe) et le rôle des céramiques », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 139 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/2882 ; DOI : 10.4000/nda.2882

Haut de page

Auteur

Myriam Arcangeli

2015 Cedar Bend Drive, Apt 747, Austin, TX 78758, États-Uni, 001-512-297-1713
m.arcangeli@gmail.com

Articles du même auteur

  • Un canari dans la cuisine [Texte intégral]
    Céramiques de consommation et pratiques culinaires en Guadeloupe à la période moderne
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 137 | 2014
Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org