Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les sociétés d'horticulteurs

Mayo Chinchipe

La nouvelle frontière
Francisco Valdez
p. 53-58

Résumés

Des travaux archéologiques récents ont mit au jour des évidences d’une nouvelle culture du Formatif ancien, appelée Mayo Chinchipe. Celle-ci était établie en Amazonie occidentale sur le versant oriental des Andes. Le site de Santa Ana–La Florida (Équateur) est un centre cérémoniel, comportant un ensemble architectural notable. Un artisanat spécialisé, céramique et lapidaire, témoigne du développement ancien des sociétés agraires complexes établies en milieu tropical humide. La précocité de cette culture, présente dès le IIIe millénaire av. J.-C., remet en question les modalités d’apparition des premières grandes civilisations andines.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

civilisation agraire, cosmologie andine

Index géographique :

Amazonie occidentale, Équateur, Pérou

Index chronologique :

période formative
Haut de page

Texte intégral

1La région de l’Amazonie occidentale limitrophe à l’Équateur et au Pérou est restée longtemps marginale par rapport au développement socioéconomique de ces deux pays. Dès le premier quart du xixe siècle, après la conquête de leur indépendance, l’instabilité politico-administrative des deux jeunes nations a induit un processus généralisé d’isolement vis-à-vis du pouvoir central de chaque république. Plus tard, le conflit frontalier et la militarisation qu’il a entraînée ont fortement contribué à l’abandon administratif de ce secteur. Malgré cela, de part et d’autre de la frontière, le maintien des liens familiaux, culturels et économiques a permis une intégration régionale officieuse, caractérisée par un développement très inégal. Les programmes de recherche scientifique sont rares dans des contrées aussi lointaines, et pourtant, c’est souvent là que des surprises importantes attendent les curieux. Les études archéologiques récemment conduites dans la partie supérieure du bassin fluvial Mayo Chinchipe, qui ont mis en évidence l’ancienneté des racines de peuples aujourd’hui séparés par une démarcation historiquement récente, viennent d’en apporter la preuve.

2Au cours d’un programme de prospections régionales dans la province de Zamora Chinchipe (Équateur), une équipe franco-équatorienne (Ird / Intituto Nacional de Patrimonio Cultural) a mis au jour des vestiges rattachés à la période Formative, apparue il y a 5 000 ans (Valdez et al. 2005). Jusqu’alors, les manifestations culturelles de cette époque étaient entièrement inconnues sur le versant oriental des Andes, réputé peu propice à l’installation de l’homme. La culture hautement développée qui s’est implantée dans le bassin du Chinchipe, jusqu’à son embouchure dans le Marañón, a donc reçu le nom de culture Mayo Chinchipe. Le gisement le plus important découvert à ce jour est le site Santa Ana-La Florida, proche des sources du fleuve, à environ 1 000 m d’altitude. Des vestiges architecturaux en pierre témoignant d’une organisation spatiale particulière occupent une superficie d’environ 1 ha. Les premières fouilles ont livré très peu de tessons céramiques, des éléments de parure en pierres vertes diverses (turquoises, pseudo malachites, amazonites, etc.) et des coquillages marins, qui supposent des liens précoces entre la côte Pacifique, la cordillère andine (la sierra) et les basses terres de l’Amazonie occidentale.

3Une des plus importantes retombées de cette découverte est qu’elle remet en cause l’explication jusqu’ici admise de l’émergence des premières grandes civilisations dans l’aire andine. L’existence d’une culture précoce où l’on trouve des éléments de base de la cosmologie andine – comme la dualité omniprésente, l’utilisation symbolique du Spondyle et du Strombus (pututo), une iconographie complexe avec la triade félin-serpent-aigle, l’utilisation des plantes telles que la coca ou des hallucinogènes dans des contextes rituels – plaide pour l’antériorité de tels systèmes idéologiques, sur le versant amazonien, dès le IIIe millénaire av. J.-C. L’hypothèse, séduisante, d’une origine amazonienne renvoie aux observations de Tello et Lathrap sur le caractère matriciel de la forêt tropicale (Tello 1942, 1960 ; Lathrap 1970). Toutefois, elle a souvent rencontré une forte opposition, car il peut paraître inconcevable que la forêt ait pu engendrer une manifestation culturelle épurée qui aurait pu jouer un rôle déterminant dans les processus de développement des sociétés agraires des hautes terres et de la côte Pacifique. Pour beaucoup, la « forêt vierge » est intimement liée à l’idée de Nature dans son état primitif, inculte, sauvage, elle est l’antithèse même de la civilisation. En revanche, la sierra, avec son climat tempéré et ses espaces ouverts, se prête davantage à l’ordre et à l’harmonie de la créativité pure.

4Une autre hypothèse qui n’est pas à négliger insiste sur le caractère local de la culture Mayo Chinchipe. Nourri de ce que la jungle et les montagnes pouvaient offrir de mieux, l’homme aurait développé sa force créatrice en synthétisant leurs apports pour les dépasser. On sait que les transitions, du fait de leur grande variabilité, sont toujours des terrains d’innovation féconde d’où rayonnent de nouvelles tendances sociales. En tout état de cause, il est clair que les interactions régionales entre la côte Pacifique, les hauts plateaux et la région orientale touchant le Marañón, qui est un affluent majeur de l’Amazone, sont très anciennes. Le réseau lié au commerce de coquillages marins de type Spondyle ou Strombus était déjà bien implanté, et véhiculait des produits exotiques et des idées qui nous restent inconnues. La présence de cette culture, dans la zone intermédiaire entre la sierra et la plaine orientale, confirme le rôle important et encore méconnu joué par les sociétés établies en Amazonie occidentale.

Le cadre géographique

5Du point de vue écologique, le bassin fluvial Mayo Chinchipe se trouve dans la région connue sous le nom de Ceja de Selva. Cette partie de l’Amazonie occidentale comprend les contreforts orientaux des Andes équatoriennes, dont l’altitude varie entre 2 000 et 500 m. Elle est plongée dans un brouillard permanent marquant la transition entre la sierra sèche, au sud de la province de Loja, et la jungle luxuriante des plaines amazoniennes. Le pied de la montagne est l’un des endroits au monde où l’on trouve le taux de biodiversité le plus élevé de la planète. Des plantes, des oiseaux, des insectes et des reptiles peuplent un univers riche de contrastes et de couleurs cachées sous la brume grise de l’évapotranspiration. La couverture végétale de la forêt tropicale équatorienne, très humide, tranche avec celle des contreforts du côté péruvien, qui se caractérisent par une végétation clairsemée passant progressivement d’une forêt sèche de selva à une couverture xérophytique. Les différences écologiques constatées sur moins de 300 km de long font de ce territoire un endroit idéal pour l’étude des adaptations et des interactions socioculturelles dans la longue durée. En outre, la complémentarité de ces deux milieux a favorisé les échanges dans le bassin fluvial. Dans cet environnement tropical, l’exploration archéologique a pu identifier les traces d’une même formation culturelle très ancienne, dans plusieurs localités du territoire et des deux côtés de la frontière actuelle. Le développement d’un art lapidaire de grande qualité, ainsi qu’une tradition céramique aux formes variées et novatrices qui se propagèrent ensuite dans toutes les Andes, sont deux traits remarquables de cette formation.

Un centre cérémoniel couvert par la brume des temps

6Le site le plus riche en informations sur cette nouvelle culture est, pour l’instant, celui de Santa Ana-La Florida (79° 07’ 46” de longitude ouest, 04° 38’ 11” de latitude sud), dans le canton Palanda, au sud de la province équatorienne de Zamora-Chinchipe. Des datations 14Cfaites sur divers contextes archéologiques indiquent qu’ils étaient déjà occupés entre 4960-3685 ans avant le présent (BP), vers 3000-2000 ans av. J.-C. Il s’agit par conséquent de la plus ancienne manifestation culturelle trouvée à ce jour à l’est des Andes.

7Le gisement est composé d’un ensemble de vestiges architecturaux à moitié apparents sur une terrasse fluviale plate de la rive ouest du Valladolid, qui coule en amont du Chinchipe (fig. 1). En surface, la végétation a recouvert les fondations de plusieurs édifices de pierre, disséminés sur 1 ha environ. L’emplacement pourrait paraître anodin, mais l’intervention de l’homme est évidente dans l’aménagement de la terrasse, qui s’élève d’à peu près 10 m au-dessus du lit de la rivière. Une série de contreforts circulaires en soutiennent le côté sud-est, au-dessus de l’escarpement.

Fig. 1

Fig. 1

Plan général du gisement de Santa Ana-La Florida (Palanda, Équateur)

Un espace circulaire avec des plateformes rectangulaires à l’ouest

8Vers l’extrémité occidentale, un autre mur de pierre couvre partiellement le flanc incliné de la sierra. Le site présente ainsi deux parties convergeant vers le centre d’une plaine douce, où les fouilles ont révélé un espace circulaire de 40 m de diamètre, clos d’une double rangée de pierres apparemment entourée de plusieurs constructions circulaires ou ovales. À l’intérieur du grand cercle, des dalles et des galets disposés horizontalement formaient trois plateformes rectangulaires et symétriques, d’une longueur moyenne de 4 m.

9Cette structuration architecturale de la terrasse atteste bien la volonté de séparer l’endroit en deux unités distinctes, dont une, intérieure, est peut-être destinée à des activités précises. Pourtant, à ce jour, aucune trace pouvant expliquer sa fonction n’a été retrouvée. Le sous-sol n’a pourtant pas subi de modifications particulières, les fondations étant établies à une faible profondeur sur le socle géologique rocheux. En réalité, les dépôts culturels sont plutôt rares sur l’ensemble du site, ce qui indique aussi la volonté de le maintenir propre. De même, la fonction des constructions extérieures n’a pas encore été établie, mais le fait qu’aucun dépôt de déchets domestiques n’ait été retrouvé semble exclure qu’il s’agisse de simples habitations.

Une terrasse aménagée en cimetière à l’est

10L’extrémité orientale, proche de la rivière, présente aussi des particularités architecturales intéressantes. Sur une aire d’environ 400 m2, le sol de cette partie de la terrasse a été consolidé et la pente descendant vers le lit du torrent nivelée. Les contreforts sont évidents sur l’escarpement, mais l’architecture avait aussi une fonction souterraine liée à la préparation d’un espace funéraire. Dans la coupe du terrain, on distingue en effet plus de deux mètres de niveaux artificiels superposés, alternant des strates sablonneuses claires et d’autres sombres et argileuses, des empierrements horizontaux et des sols brûlés de couleur rougeâtre, le tout reposant sur la roche stérile. Les artefacts et les charbons trouvés dans les niveaux sombres argileux ont permis de les dater.

11Les structures situées à la surface de cette partie de la terrasse diffèrent, par leur forme ellipsoïdale, de celles de l’extrémité occidentale, reflétant peut-être la vocation plus « transcendantale » de l’endroit. Cet espace artificiel est en effet caractérisé par le tracé courbe des murs concentriques qui servent aussi de contreforts à l’intérieur de la terrasse. Ils forment des lignes de soutènement qui convergent vers le centre. Leurs assises supérieures s’enroulent en une spirale semi-apparente, dont l’axe est un noyau solide de pierres maçonnées au-dessus duquel a été façonnée une structure de combustion d’environ 1 m de diamètre. Ce foyer consiste en une cuvette bâtie en terre et renforcée par des pierres de tailles différentes. Au centre, une cache contenait un « trousseau » d’offrandes dans lequel figuraient, notamment, un petit bol de pierre, deux mascarons anthropomorphes en pierre verte et plusieurs centaines de petites perles de turquoise. Le bol, retourné, couvrait l’un des mascarons tandis que l’autre était enfoui un peu plus loin. Ces offrandes sont, sans doute, des ornements personnels dont la nature et la qualité pourraient avoir constitué le symbole distinctif d’un rang social précis.

12La construction artificielle de la terrasse fut en outre mise à profit pour aménager un cimetière. Les fouilles ont mis au jour des contextes mal conservés de plusieurs inhumations, dont une tombe à puits. Cet exemple d’architecture funéraire reflète bien le rapport de symétrie existant entre les éléments spatiaux, liés aux êtres vivants, et ceux qui accompagnent les défunts dans leur voyage vers l’au-delà. L’exploration du fond du puit a révélé une chambre funéraire de plan ovale, de 2 m de diamètre (fig. 2). Là, reposaient des traces de dépouilles, munies d’un trousseau funéraire impressionnant. Les restes osseux n’ont pas survécu à l’acidité du sol, mais à côté des empreintes des os humains, des offrandes luxueuses ont été trouvées : des parures de turquoises et pierres vertes étaient enfouies dans des caches et d’autres, sans doute initialement cousues sur des tissus disparus, étaient éparpillées. Des coquillages marins (Strombus sp.) fragmentés occupaient une place de choix dans la tombe. Parmi les huit récipients céramiques placés en arc de cercle au bord de la chambre, quatre bouteilles à anse en étrier et un réceptacle anthropomorphe sont particulièrement remarquables. Trois bols en pierre polie et un petit mortier ornithomorphe complétaient ce trousseau.

13L’analyse de la disposition des offrandes suggère que certains éléments ont été ajoutés et d’autres retirés de leur emplacement d’origine, ce qui fait penser que le mausolée fut probablement réutilisé à plusieurs reprises. Plusieurs datations au 14C ont situé la tombe aux alentours de 2500 av. J.-C. D’autres sépultures retrouvées dans les alentours étaient moins complexes mais elles contenaient des offrandes semblables – poteries, bols en pierre polie et parures en turquoise. La qualité de tous ces trousseaux funéraires semble attester du rang des défunts ensevelis dans cette partie du site.

Fig. 2

Fig. 2

Plan de la chambre funéraire, Santa Ana-la Florida

La céramique

14Un tel mode d’utilisation de l’espace reflète une idéologie élaborée, dans laquelle est latente la notion de médiation entre deux mondes tangibles mais pas toujours visibles, et qui est manifeste dans les formes et l’iconographie des objets funéraires. La poterie est remarquable à maints égards. Du point de vue technologique, il s’agit d’une céramique de qualité, à pâte fine et à texture souple. Elle est monochrome, dans une gamme de tons allant du marron clair au noir. Les formes habituelles sont des bols, des récipients carénés, des jarres globulaires ou ovoïdes et des bouteilles à col étroit dont les plus notables ont une anse en étrier et un bec verseur allongé. Les principales techniques de décoration plastique sont le modelage, le pastillage, la cannelure, l’incision et le pointillé. Certaines combinaisons rappellent des styles contemporains de la céramique Valdivia de la côte Pacifique, mais les formes, novatrices et nombreuses, relèvent d’une tradition esthétique bien différente, liée à une autre réalité sociale.

15L’objet le plus spectaculaire est un récipient-effigie chargé d’un symbolisme typiquement andin. Il s’agit d’une bouteille à anse en étrier, dont l’effigie représente un individu émergeant des valves d’une coquille de la variété spondyle. De chaque côté de la bouteille figurent deux visages humains, l’un à l’expression avenante, l’autre à l’expression irritée (fig. 3). Un détail de la bouche est important à noter : la séparation, en son milieu, de la lèvre inférieure par une ligne droite qui se prolonge jusqu’au menton rappelle le museau de félin représenté à la même époque sur des céramiques de la culture Valdivia. La dualité évidente exprimée par cette figure évoque peut-être celle d’un personnage très important des communautés sylvestres : le chaman, qui se transforme en jaguar au cours d’un rite après avoir ingéré des substances hallucinogènes.

Fig. 3

Fig. 3

Récipients en céramique, bouteilles à anse en étrier. Détail des deux faces d’un des récipients

16Par sa forme, l’anse en étrier est très particulière : l’ouverture du récipient est faite de la projection de deux tubes parallèles émergeant de la partie supérieure de son corps, le bec verseur devenant un anneau fermé qui permet de le manipuler et de le transporter sans en renverser le contenu. Cette forme stylistique, emblématique de l’archéologie du Pérou, était jusqu’ici connue dans les cultures Valdivia, Machalilla et Cotocollao (Meggers, Evans et Estrada 1965 ; Staller 1994 ; Villalba 1988) (Formatif moyen de la côte et de la sierra septentrionale de l’Équateur) mais elle est sans doute originaire du versant oriental des Andes. Elle disparaît de la tradition céramique équatorienne à la fin du Formatif moyen, tandis qu’elle apparaît au Pérou à partir de l’Horizon ancien et deviendra, jusqu’à l’arrivée des Incas, une des formes classiques de toutes ces grandes cultures préhispaniques.

17Un autre récipient exceptionnel tant par ses qualités esthétiques que par son contenu ethnographique est un petit bol fermé, à quatre supports et à ouverture étroite. À une extrémité, une tête anthropomorphe très réaliste représente un individu mâchant une substance qui gonfle une de ses joues. De telles figures sont communément appelées coqueros, par analogie avec les exemples ethnographiques de personnes mastiquant des feuilles de coca. Dans cette représentation, la joue est gonflée et la bouche déformée par la chique. Les yeux sont creux et arrondis, donnant l’impression d’un regard fixe et hagard.

18À l’intérieur du récipient a été trouvée une substance blanche, identifiée comme du carbonate de calcium. Or d’habitude, avant de mastiquer les feuilles de coca, on les mélange à de la chaux, afin que la salive déclenche un processus chimique libérant les alcaloïdes de cette plante. Dans les Andes, le mélange de feuilles de coca et de chaux se dit llipta (cendre), et ce type de bol est appelé un « réceptacle à llipta ». Enfin, il faut souligner que cette figurine est la plus ancienne représentation d’un coquero retrouvée en Amérique.

Les objets de pierre

19L’art lapidaire est emblématique de la culture Mayo Chinchipe. Des témoignages de cet artisanat spécialisé proviennent de différents endroits du bassin. En général, il s’agit d’objets en pierre polie, travaillés dans un style très particulier. Les plus communs sont des récipients ouverts (bols et plats), des petits mortiers, des statuettes anthropomorphes et des ornements personnels façonnés en pierres fines, choisies pour leurs couleurs et textures.

20Le plus souvent, les éléments de la vaisselle en pierre présentent des bords gravés ou entaillés. Le modèle récurrent des encoches suggère l’idée d’un partage de l’espace circulaire en quatre. Cette caractéristique ne semble pas uniquement stylistique, mais reflète probablement des nécessités fonctionnelles encore inexpliquées.

21Un trait marquant de certains exemplaires est la décoration gravée sur la face externe du récipient. Des incisions larges et profondes dessinent parfaitement les motifs. Un jeu habile de creux et de pleins confère de la profondeur et un impact visuel accru au thème représenté. Les motifs gravés sont surtout des figures anatomiques réalistes d’oiseaux, de reptiles et de mammifères, mais comprennent également des signes géométriques.

22La notion latente de la dualité est présente dans la décoration des récipients. La bipartition des champs décoratifs s’accompagne souvent d’une opposition symétrique des motifs représentés. La représentation du dédoublement symétrique d’une image peut révéler des formes complètes, seulement suggérées par le tracé. Ainsi, en utilisant la technique de la projection au miroir, l’artisan a su compléter mentalement la silhouette d’une figure en la dotant de son image inversée (fig. 4).

23D’autres objets courants sont des petits mortiers sculptés. Ce sont le plus souvent des images zoomorphes (grenouilles, oiseaux, petits mammifères), mais on trouve aussi de nombreuses représentations phytomorphes, comme cette gousse de fruit qui rappelle la cosse du cacaoyer, ou une plante hallucinogène. Par leur taille et leur forme, ces récipients se prêtent au broyage de substances particulières. Des exemples ethnographiques semblables sont utilisés pour la préparation et l’inhalation des snuffs psychotropes.

Fig. 4

Fig. 4

Bol gravé en pierre.Détail de l’iconographie symbolique

24Les données et les datations obtenues à Santa Ana-La Florida montrent bien le rôle précoce que les sociétés établies en Amazonie occidentale ont joué dans le développement des civilisations agraires des hautes terres et de la côte pacifique. L’organisation sophistiquée de l’espace, la variété et la qualité des objets retrouvés, la richesse et la diversité de leur répertoire décoratif suggèrent l’existence d’une culture élaborée et fortement organisées dès le IIIe millénaire avant notre ère. L’ensemble indique que la vie quotidienne et religieuse de ses représentants était déjà gouvernée par les systèmes de croyances qui donnèrent naissance à la cosmologie des grandes civilisations andines.

Haut de page

Bibliographie

Lathrap, D. W. 1970. The Upper Amazon. New York, Praeger.

Meggers, B., C. Evans et E. Estrada. 1965. The Early Formative period of the coastal Ecuador : the Valdivia and Machalilla Phases. Washington, Smithsonian Institution (Smithsonian Contributions to Anthropology, 1).

Staller, J. E. 1994. Late Valdivia occupation in southern coastal El Oro province, Ecuador : excavations at the Early Formative period (3500-1500 BC) site of la Emerenciana. Uni dissertation, Southern Methodist University.

Tello, J. 1942. « Origen y Desarrollo de las Civilizaciones Prehistóricas. », in : Actas del XXVII Congreso de Americanistas (1939). Lima, Librería e Imprenta Gil.

Tello, J. 1960. Chavín Cultura Matriz de la Civilización Andina. Lima, Universidad Nacional de San Marcos, II (Publicación Antropológica del Archivo « Julio C. Tello »).

Valdez, F., J. Guffroy, G. de Saulieu, J. Hurtado et A. Yépez. 2005. « Découverte d’un site cérémoniel formatif sur le versant oriental des Andes », Comptes rendus de l’Académie des sciences, série Palevol, 4 : 369-374.

Villalba, M. 1988. Cotocollao. Quito, Museo del Banco Central (Serie Monográfica 2).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan général du gisement de Santa Ana-La Florida (Palanda, Équateur)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 2
Légende Plan de la chambre funéraire, Santa Ana-la Florida
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/288/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 3
Légende Récipients en céramique, bouteilles à anse en étrier. Détail des deux faces d’un des récipients
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/288/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 4
Légende Bol gravé en pierre.Détail de l’iconographie symbolique
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/288/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco Valdez, « Mayo Chinchipe », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 53-58.

Référence électronique

Francisco Valdez, « Mayo Chinchipe », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/288 ; DOI : 10.4000/nda.288

Haut de page

Auteur

Francisco Valdez

Institut de recherche pour le développement (Ird)
Francisco.Valdez@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org