Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

La muséologie et l’objet de l’archéologie

Le rôle des collections face au paradoxe des rebuts du contexte
Marc-Antoine Kaeser
p. 37-44

Résumés

La notion de « contexte » revêt une importance capitale dans la pratique de l'archéologie. Cet article examine l'impact de cette éthique de la contextualisation sur les missions muséales de conservation du mobilier archéologique. Une interprétation erronée et scientiste de la contextualisation, qui oppose les objets et leur environnement signifiant, a en effet conduit notre discipline dans une impasse logique, où les exigences de la recherche scientifique semblent entrer en contradiction avec les besoins de la préservation et de la mise en valeur publique du patrimoine.
En interrogeant, à partir de quelques cas concrets, la pertinence heuristique des anciennes trouvailles archéologiques, nous montrons que la notion de contexte doit être envisagée plus largement et dans une perspective dynamique, qui permet de concilier conservation et recherche scientifique. Il s'avère ainsi que les musées ne sont pas condamnés à « raconter le passé » en exhibant les restes démembrés d'un contexte démantelé lors de l'exhumation des vestiges : leurs collections ont un rôle propre à jouer dans la construction du savoir.

Haut de page

Texte intégral

Avant-propos : un conflit « intrinsèque » entre objets et contexte ?

  • 1 Des incohérences dénoncées justement dans le récent Livre blanc de l’archéologie préventive (Garc (...)

1En archéologie, l'action muséologique est perturbée par la signification conférée à la notion de contexte. Dans le courant du xxe siècle, l'éthique disciplinaire des archéologues s'est en effet appuyée sur la mise en exergue d'une opposition décisive entre contexte et objets. Cette dichotomie simpliste semble s'imposer comme une évidence, et alimente un malaise tacite du côté des acteurs de la conservation du patrimoine mobilier, qui se voient pris en tenaille entre deux injonctions contradictoires (valoriser l'enveloppe contextuelle vs conserver des objets). Or cette contradiction apparente a généré, entre archéologie et muséologie, des ambiguïtés d'autant plus néfastes qu'elles sont inavouées. Leurs effets dommageables peuvent ainsi se traduire de manière très concrète, comme l'illustrent en France les incohérences de la politique de conservation des vestiges archéologiques1.

  • 2 Cet article est d’ailleurs fondé sur une contribution au cycle de conférences Les acteurs de la m (...)

2À notre sens, de telles ambiguïtés procèdent de postures théoriques mal assurées qui se sont imposées au fil du développement de la discipline archéologique. Nous souhaitons donc montrer ici qu’elles doivent être affrontées en toute franchise, afin d’assurer bien sûr l’efficacité de la médiation mais également pour mettre en question quelques évidences apparentes de la doctrine archéologique quant aux logiques procédant aux processus de la recherche dans notre discipline. Si cet enjeu de la relation entre objets et contexte occupe une place notable dans les préoccupations des archéologues, il ne constitue toutefois pas une exclusivité archéologique. En ce sens, certaines spécificités épistémologiques de notre discipline offrent donc un accès particulièrement favorable à la thématisation pratique d’un enjeu qui, dans son principe, concerne toutes les institutions muséales, des écomusées aux musées de beaux-arts2. Mais dans un organe comme Les Nouvelles de l’archéologie, notre propos visera logiquement avant tout à interroger la viabilité fondamentale des entreprises muséales de médiation du savoir et de la recherche archéologiques. Car, si l’objet n’est rien sans contexte, quelle peut être la mission de nos musées ?

L’archéologie, des traces matérielles aux pièces de musée

3Sans même remonter jusqu’aux « trésors » des temples antiques, aux cabinets de curiosités ou aux collections d’antiquités de l’Ancien Régime, l’archéologie entretient à première vue des liens privilégiés avec la muséographie, dans son sens le plus large. Qu’elles portent sur « Toutankhamon », « Les Mayas », « L’or des Scythes » ou les « Splendeurs des Han », le succès référentiel de certaines expositions donne même à penser que l’archéologie est comme prédestinée à la muséalisation. En l’occurrence, les apparences sont pourtant trompeuses. Car si certains de ses vestiges se prêtent volontiers à la célébration muséographique, de telles expositions provoquent souvent des polémiques virulentes parmi ceux qui envisagent l’archéologie comme une discipline scientifique.

L’archéologie : une destruction savante

4L’archéologie a souvent été désignée comme une science historique dont l’exercice consisterait à détruire ses archives à la faveur de leur exhumation. Expérience intrinsèquement non reconductible, la fouille archéologique porte précisément sur l’observation de « faits » qu’elle démembre au fil du décapage des niveaux sédimentaires et du démontage des « structures » anthropiques nécessaires à l’avancement du travail et de la recherche.

  • 3 C’est en effet l’usage, sous son aspect fonctionnel, qui est seul pertinent. La consécration « mé (...)

5En l’espèce, on doit bien entendu distinguer la fouille proprement dite du dégagement des « monuments ». D’ordinaire, lorsqu’ils sont définis comme tels, ceux-ci survivent à leur étude archéologique – avec ou sans restauration, reconstitution, anastylose. Mais là n’est pas le propre de l’archéologie. Celle-ci est en principe une exploration systématique qui consiste précisément à démanteler le connu pour appréhender et comprendre l’inconnu ou le méconnu. Selon l’approche radicale défendue par les préhistoriens, qui n’ont guère coutume de travailler sur des monuments consacrés par l’usage3 comme des églises ou des châteaux, l’étude d’un site archéologique entraîne par principe une éradication matérielle : une fois exploré, celui-ci est remplacé par un trou – par du vide, donc. En somme, la science est à ce prix… D’une certaine manière, le site doit renoncer à son existence matérielle pour gagner une existence scientifique qui s’avère nécessairement virtuelle : les « faits » exhumés par les archéologues se transforment en données (dessins, notes, plans et photos – numériques ou non). En d’autres termes, l’archéologie consomme du patrimoine pour produire de la connaissance.

6Ce sont ces exigences qui ont entraîné la mise en place d’une éthique du « sauvetage », selon laquelle les archéologues ne doivent intervenir que lorsque la préservation du site est sérieusement menacée, par des agents naturels (l’érosion, par exemple) ou humains (des labours profonds, des projets immobiliers ou des travaux de génie civil, etc.). Bien entendu, l’application pratique de ce principe déontologique pose certains problèmes puisque la recherche scientifique est ainsi soumise aux circonstances – ce qui a entraîné la mise en place des méthodes, des techniques et des procédures de l’archéologie dite « préventive » (Demoule 2007 ; Schlanger 2012).

L’« objet » de l’archéologie : de la restitution du contexte…

7L’archéologue fonde son identité non sur la découverte et l’exhumation de vestiges, mais sur la préservation du patrimoine… alors même que, comme on l’a vu, son action consiste précisément à l’anéantir dans sa matérialité. La solution de ce paradoxe réside dans la définition de l’« objet » de l’archéologie. Ici, la doxa consiste en une exaltation de ce que les chercheurs désignent comme le « contexte archéologique » et qu’ils opposent volontiers aux « trésors » et aux « simples objets » collectés par les antiquaires des temps « préscientifiques ». Car, si les pièces archéologiques préexistent à l’intervention des archéologues, il n’en va pas de même de ce fameux « contexte » : son existence requiert leur médiation, leur regard et l’application de procédures scientifiques.

… au mépris des objets

8Cette distinction entre contexte et objets paraît même tellement sensible que c’est sur cet axe que les archéologues ont articulé l’écriture téléologique de l’histoire de la discipline. Selon une affirmation sans cesse répétée, c’est en effet par le biais de son affranchissement croissant par rapport aux « objets » que l’archéologie se serait affirmée comme démarche scientifique. Ainsi, à la focalisation prétendument exclusive des antiquaires d’antan sur les « beaux objets » aurait succédé la prise en compte des conditions de trouvaille (le « contexte »), prise en compte progressive, qui aurait elle-même traversé plusieurs étapes. On serait ainsi passé, par exemple, de l’examen de la disposition des offrandes mobilières dans une tombe à celui du cimetière dans son ensemble. Et, suite à l’invention de la notion de « site archéologique », ce développement se serait poursuivi avec l’insertion conceptuelle du site dans des cadres plus larges : le « terroir » de la New Archaeology des années 1970, puis les « territoires » de l’archéologie d’aujourd’hui.

9Sans même discuter le caractère scientiste et fallacieux de ces reconstructions historiographiques (Kaeser 2011), on notera qu’il règne, au sein de la discipline, une attitude foncièrement hostile à l’égard des objets en tant que tels. De l’avis général, ceux-ci ne sont en effet qu’un produit presque négligeable du passé dont la compréhension, l’appréciation même, ne pourrait se fonder que sur l’interprétation du « contexte » qui les dépasse. Cette hostilité latente a d’ailleurs enrichi la lutte contre le pillage archéologique d’un argument très parlant et en apparence imparable. Dans un ouvrage dédié à ce désastre culturel, Laurent Flutsch et Didier Fontannaz (2010 : 205 sqq.) comparent ainsi les antiquités dépourvues de pedigree, ces « trophées » qui circulent sur le marché de l’art, aux dépouilles d'espèces sauvages en voie d'extinction ornant les salons des amateurs de chasse. L'utilité des premières serait en effet aussi nulle pour la connaissance archéologique que peuvent l'être les secondes pour le naturaliste qui s'interroge sur la vie animale ou le fonctionnement des écosystèmes…

10Lorsqu’on les envisage du côté de la conservation du patrimoine, de tels verdicts s’avèrent évidemment embarrassants. Car à proprement parler, les collections des musées apparaissent ainsi dénuées de valeur propre : les objets abrités dans les réserves des musées ne constitueraient qu’un résidu, les scories de la recherche scientifique.

Les musées d’archéologie : un rôle ambigu

11Dans ces conditions, le rôle dévolu aux musées archéologiques paraît singulièrement ambigu. D’une part, nos institutions muséales sont chargées de conserver, dans les meilleures conditions possible, le patrimoine matériel dont elles ont la charge. Mais d’autre part, on attend bien sûr qu’elles transmettent au public (ou plutôt qu’elles partagent avec lui) des états de la connaissance archéologique fidèles au développement du savoir. Or, pour ce faire, elles ne disposent, on l’a vu, que des « scories » de la dématérialisation du contexte, elle-même constitutive de la discipline.

12En d’autres termes, le musée doit faire appel aux objets pour traiter précisément de ce qui les dépasse : leur « contexte archéologique », c’est-à-dire leur disposition topo- et stratigraphique, leurs relations typologiques, leur mode de confection technologique, leur fonction et leurs usages techniques, ainsi que toutes les traces, les signes et les indices observés sur la fouille.

13Il s'agit d'un défi logique, qui s'avère assurément stimulant pour la créativité des acteurs de la médiation culturelle. Afin d’éviter l’envahissement du discours didascalique, les muséologues de l'archéologie ont ainsi développé toutes sortes de stratagèmes de contournement (audiovisuels, reconstitutions 2D ou 3D, réalité augmentée, archéologie expérimentale, etc.) et d’artifices de mise en scène, dont l’intérêt, la valeur et l’efficacité paraissent indéniables.

14Ce défi a d'ailleurs été parfaitement perçu et relevé dès les débuts de l'archéologie, comme le montrent, sous l'Ancien Régime, de nombreux exemples de dispositifs de monstration conçus spécifiquement pour donner du sens aux collections de curiosités et d'antiquités. Dans un cadre plus public, les premières grandes expositions archéologiques, au xixe siècle, témoignent de la même sensibilité pédagogique : on peut ainsi relever le cas d’une exposition sur la peinture étrusque à Londres, en 1837, où les visiteurs étaient invités à pénétrer, munis de flambeaux, dans des reconstitutions de chambres funéraires (Barbanera 2008) ; de même, à l’Exposition universelle de Paris, en 1867, la galerie consacrée à l’« anté-histoire » semble avoir rencontré une faveur toute particulière auprès du public en raison notamment de la richesse didactique de la mise en scène des trouvailles lacustres, avec ses trophées d’armes, ses maquettes et ses reconstitutions artistiques (Müller-Scheessel 1998/99, 2001).

Une relative hypocrisie

  • 4 Cf. Hubert van Blyenburg (2005), dont les propos (et la position) iconoclastes peuvent être diver (...)
  • 5 On se reportera à ce propos aux actes à paraître du colloque organisé en novembre 2014 à l’Instit (...)

15Tous ces efforts reposent néanmoins sur une certaine hypocrisie : on masque le fait qu’en suivant jusqu’à son terme la logique de tels principes, le langage, le discours et le message muséographiques pourraient finalement très bien se passer des objets4, comme en témoignent du reste déjà certaines expositions thématiques montées, volontairement ou non, exclusivement à partir de copies et de reconstitutions. Mais à cet égard, c’est surtout l’exemple des nombreux parcs archéologiques ou « musées en plein air » qui doit nous faire réfléchir. De manière délibérée pour la plupart d’entre eux, ils se sont en effet résolument affranchis des contraintes qu’imposent les collections et leur conservation5. Or la valeur indéniable et le succès de certaines de ces expériences nous forcent à nous interroger sur le destin de nos collections. Si le public n’en a pas besoin pour expérimenter, pour apprendre et pour ressentir, si les médiateurs culturels peuvent manifestement s’en passer, et si les scientifiques eux-mêmes n’y voient que des déchets ou un prétexte, ces collections semblent en effet sérieusement menacées.

Vers une impasse ?

16Pour le conservateur « traditionnel » (s’agit-il d’un pléonasme ?), il paraît évident que de telles positions conduisent nos musées dans une impasse. Compte tenu du climat politique actuel, le découplement des activités de communication publique et des impératifs de conservation va nécessairement entraîner un déséquilibre croissant entre ces deux tâches. À terme, la délégitimation consécutive de la seconde est aisément susceptible d’aboutir à sa liquidation — a fortiori, on l’aura compris, dans le cas de disciplines comme l’archéologie, où les liens entre les collections et la recherche « vive » sont problématiques et où la conservation ne peut apparemment pas s’appuyer inconsidérément sur ses fonctions scientifiques présumées.

17Face à cette impasse, la seule issue me paraît résider dans le réinvestissement de nos collections. Autrement dit, nous devons reconnaître à nos objets une valeur propre, « intrinsèque », par-delà le contexte scientifique auquel nous sommes censés les rapporter.

Qu’est-ce que la valeur intrinsèque des objets ?

18La question de la « valeur intrinsèque » des objets a gagné une certaine actualité, à la faveur des débats très vifs qu’ont soulevés la conception puis la réalisation du musée du Quai Branly, feu musée des Arts premiers. Pour faire court, on peut dire que ce débat paradigmatique a porté sur la légitimité d’une dissociation entre contexte et objets, dénoncée comme une « esthétisation » du patrimoine ethnographique (Dupaigne 2006 ; Hubert van Blyenburg 2007 par exemple). Or les termes assez manichéens dans lesquels a été posé ce débat ont parfaitement illustré le caractère déficient de la notion même de contexte. Car, avec une certaine mauvaise foi, les protagonistes (anthropologues et historiens de l’art, cette fois) ont pu se renvoyer des acceptions différentes, culturalistes et universalistes, de ce fameux « contexte », qu’ils se sont du reste approprié disciplinairement de manière assez simpliste (contexte socio-anthropologique vs contexte global de la création artistique).

19De ce point de vue, il me semble que c’est précisément la question de la valeur « intrinsèque » des objets qui est susceptible d’orienter l’archéologue dans ces polémiques somme toute assez stériles. Pour ce faire, il s’agit en premier lieu de libérer l’archéologie du spectre de l’« esthétisation » afin d’envisager l’apport potentiel propre des matériaux, abstraction faite du contexte scientifique, tel qu’il est compris au sein de la discipline. En somme, les objets eux-mêmes peuvent nous inviter à une réévaluation de la signification du « contexte ». À cet effet, nous porterons la réflexion sur les pièces les plus menacées des réserves muséales : celles qui encombrent souvent nos fonds anciens.

Les musées scientifiques et leurs anciennes collections

20La plupart des musées scientifiques abritent des collections anciennes dont l’emploi s’avère extrêmement problématique. Elles sont en effet composées de pièces souvent sans provenance avérée, qui ont été récoltées dans des conditions très éloignées des procédures scientifiques actuelles (fig. 1). Plus généralement, et dans le meilleur des cas, elles ont été constituées selon des configurations de savoir tenues pour dépassées. Dans ces circonstances, elles paraissent aujourd’hui dénuées de valeur scientifique.

21Dans certaines disciplines de l’ancienne « histoire naturelle », on assiste ainsi à des opérations de destructions planifiées, où des anciennes collections sont réduites au pilon, ce qui permet d’épargner les frais parfois considérables liés à leur entretien. Choquantes pour le profane, de telles opérations résultent de la pression du management moderne. Celui-ci, pourtant, n’est pas directement en cause ; car les critères justifiant la sélection des pièces à conserver ont été établis en concertation avec les scientifiques, voire même par ces derniers. Ce n’est en effet pas un hasard si de telles opérations ont précisément été initiées dans les musées universitaires. Selon les orientations actuelles des sciences de la vie, et compte tenu de l’obsolescence prétendue de la systématique (notamment en botanique et en paléontologie), ces anciennes collections paraissent superflues. Leur destruction n’est donc pas qu’un pis-aller en période de vaches maigres : c’est le verdict rationnel d’une certaine logique savante.

Fig. 1

Fig. 1

« Lacustres, Lac de Neuchâtel / Station d’Estavayer (Suisse) » : carton d’antiquités de l’âge du Bronze dans son état d’origine (vers 1900), collection Pochon (dépôt Laténium)

Photo C. Cevey, Laténium (Neuchâtel)

L’archéologie et ses vieux objets

22À notre connaissance, les développements évoqués ci-dessus épargnent encore les musées d’archéologie, d’ethnographie, d’histoire ou des beaux-arts. Or cet état de fait n’est pas sans incidence sur la problématique « objet vs contexte » qui nous occupe ici, et que nous allons envisager à nouveau sous l’angle de l’archéologie.

La valeur symbolique des éléments de patrimoine

23De toute évidence, la préservation des anciennes collections archéologiques témoigne de l’existence d’une valeur intrinsèque conférée aux objets – indépendamment de leur intérêt ou de leur pertinence « scientifiques ». Il faut par conséquent s’interroger sur la nature de cette valeur intrinsèque fondée sur des évaluations tacites, qui peuvent d’ailleurs être cultivées par le biais de scénographies délibérément historisantes (fig. 2) (Cova 2010). Pourtant, la conservation de pièces auxquelles ne sera probablement jamais fait l’honneur d’une exposition donne à penser que cette valeur n’est ni didactique, ni simplement « esthétique » : elle est symbolique. Même les objets les plus « inutiles » au savoir archéologique sont effectivement revêtus, d’emblée, d’une dignité qui est celle de l’héritage inaliénable de « nos ancêtres ».

24Dénuée de pertinence pour le chercheur, cette valeur symbolique ne constitue pas non plus une garantie pour la préservation des collections. Car il n’est rien de plus relatif que les symboles. En l’espèce, contrairement à la valeur scientifique, universelle par définition, la valeur symbolique dépend de facteurs identitaires, politiques ou idéologiques bien sûr fluctuants.

25Comme on s’en doute, les pressions managériales évoquées ci-dessus s’exercent aussi sur les musées d’archéologie. Or, si elles n’ont pas eu les mêmes effets qu’en sciences naturelles, c’est aussi parce que les conservateurs de musées archéologiques ont pu trouver, jusqu’ici, des solutions pour les collections dont la préservation ne se justifie plus… chez eux : ils les transfèrent ou les remettent en dépôt à d’autres musées, où cette valeur symbolique s’est perpétuée, ou pour lesquels elle n’a pas (encore) été remise en question. Tel est par exemple le cas de la collection d’antiquités « lacustres » réunie à la fin du xixe siècle par le professeur Arnold Guyot pour le musée de géologie de l’Université de Princeton. À l’époque, ces matériaux illustraient une étape « universelle » dans l’histoire de l’humanité, dans le prolongement naturaliste d’une histoire de la Terre postérieure à l’ère glaciaire. Or aujourd’hui, la préhistoire humaine ne fait manifestement plus de sens dans les programmes scientifiques de la géologie américaine – a fortiori lorsqu’il s’agit d’antiquités « exotiques » attribuées désormais à des cultures spécifiques au continent européen. En 2006, cette importante collection a par conséquent été gracieusement remise au Laténium de Neuchâtel (Coye 2009).

Fig. 2

Fig. 2

Restitution scénographique d’une muséographie désuète : vitrine d’archéologie au Museo civico de Modène en 2007

(d’après Cova 2010 : fig. 14)

26Fondamentalement, la conservation du patrimoine mobilier archéologique n’est donc aucunement assurée. À mon avis, il convient dès lors de se demander si la valeur intrinsèque de nos objets se restreint véritablement à cette valeur symbolique si aléatoire. Dans cette perspective, nous ferons un petit détour par une exposition que nous avons contribué à mettre sur pied au Musée national suisse (Zurich) en 2004, et dont la partie principale consistait en une forme d’« exposition d’objets », à laquelle certains collègues (Bailly 2004) ont d’ailleurs reproché une coupable « esthétisation » du patrimoine.

Recyclage d’objets sans contexte : l’exposition « Les Lacustres » au Musée national suisse

27À l’occasion de la commémoration des 150 ans de la découverte des stations préhistoriques littorales (inscrites depuis 2011 au Patrimoine mondial de l’Unesco), un grand nombre d’expositions et autres événements ont été organisés en Suisse, dans le courant de l’année 2004. Compte tenu des structures fédéralistes de la recherche archéologique suisse, ces manifestations visaient avant tout à présenter l’état récent de la question, selon des perspectives régionales. Cette « cantonalisation » présentait l’avantage d’éviter les aspects les plus problématiques, historiques et idéologiques, de la thématique dite aujourd’hui « palafittique » : le « mythe lacustre » a en effet joué un rôle notable dans l’affirmation de l’identité nationale suisse (Kaeser 2004a).

28Du fait de son statut institutionnel, le Musée national suisse pouvait en revanche difficilement esquiver ces aspects politiquement sensibles. L’exposition candidement intitulée « Les Lacustres » abordait donc cet enjeu de manière directe, en confrontant les représentations imaginaires du passé aux matériaux sur lesquels celles-là se fondaient (Bailly 2004 ; Collectif 2004 ; Kaeser 2004b et c). Dans cette perspective, le module central de l’exposition était situé dans la vénérable « Salle des trophées » du Musée national, une sorte de « Temple de la Nation » où avaient longtemps été exposées les armes attribuées aux valeureux guerriers confédérés. Alors que les parois obscurcies de cette cathédrale néogothique étaient animées de projections mouvantes de reconstitutions imagées anciennes et récentes, le sol des nefs et du transept était baigné dans une lumière subaquatique. Jonchant les hauts-fonds lacustres restitués, 150 trouvailles disposées dans le plus grand désordre, éclairées chacune d’une diode lumineuse ponctuelle et frisante, invitaient le visiteur à ressentir personnellement la sensation de la découverte (fig. 3).

29Comme on l’aura compris, l’idée consistait à souligner d’un côté le poids de l’héritage imaginaire d’une tradition d’un siècle et demi de recherches archéologiques, alors que les pièces originales, elles, se révélaient dans la candeur du premier jour (fig. 4). Ce contraste était accentué par la nature des légendes, rédigées sous une forme narrative et subjective, illustrant d’une part la très grande variété des éclairages auxquels ce patrimoine peut être soumis et, d’autre part, l’étendue persistante des questions ouvertes quant à la nature et la fonction de certaines des trouvailles exposées.

Fig. 3

Fig. 3

Exposition « Les Lacustres » au Musée national suisse (Zurich, 2004)

Photo M. Füssler

30Or le concept de l’exposition permettait de mobiliser de nombreuses pièces issues de collections réunies au xixe siècle. En somme, c’est ainsi le parti pris de la décontextualisation qui aura favorisé le « recyclage » de matériaux usuellement considérés comme caduques, car inutilisables dans le propos de « recontextualisation » de la muséologie archéologique.

31Au-delà de l’opportunisme manifeste d’une telle opération, ce recyclage n’était pourtant pas une affaire de convenance : si nous souhaitions « réhabiliter » ces pièces reléguées dans les dépôts, c’est parce que nous estimions qu’en dépit (voire peut-être à cause) de leur intégration déficiente dans les grilles de lecture de la recherche archéologique présente, elles étaient porteuses, intrinsèquement, d’informations sur le passé préhistorique. Et de fait, ce retour aux anciennes collections s’est avéré extrêmement instructif.

32Lorsqu’un conservateur se tourne vers ses anciennes collections, c’est d’ordinaire en quête de quelque chose de précis : il y cherche des matériaux qui lui permettent de remplir un programme défini par ailleurs, sur la base des connaissances du présent. Ici, en revanche, nous nous étions placés en position d’appréhender ces collections pour elles-mêmes, en arpentant les réserves sans objectif défini a priori. En nous libérant en quelque sorte des attendus de la recherche archéologique actuelle, nous avons pu prendre conscience de réalités d’ordinaire occultées, en raison notamment de la spécialisation thématique et de la sectorialisation des études. Entre autres, cela nous a permis de constater la diversité extraordinaire des sphères d’activités attestées par les objets recueillis et conservés de manière indiscriminée par nos prédécesseurs. De même, nous avons été frappés par le nombre considérable de pièces énigmatiques, dont la nature et la fonction demeurent incertaines : dans les monographies récentes, de tels objets se voient relégués dans des catégories de « divers » ou d’« atypiques » et sont escamotés à l’analyse, masquant ainsi l’ampleur somme toute considérable des lacunes de nos connaissances.

33Dans un registre similaire, le Laténium a réalisé au musée du Malgré-Tout (Treignes, Belgique) une exposition exclusivement montée avec des pièces d’anciennes collections privées de la fin du xixe siècle qui nous ont récemment été remises par leurs héritiers : « Bronziers au bord du lac : trésors cachés du Laténium » (Ramseyer 2014). En l’occurrence, c’est le lieu de présentation et le propos de cette exposition focalisée sur la vie quotidienne et les savoir-faire techniques du Bronze final palafittique dans la région des Trois-Lacs qui ont autorisé un tel parti pris, qui serait difficile à concevoir dans les murs du Laténium. Puisque notre musée a participé étroitement aux renouvellements décisifs de l’archéologie palafittique moderne, nous ne pourrions en effet décemment pas priver « notre » public de la présentation de matériaux issus de ces fouilles récentes – pour des motifs liés donc aux contextes « scientifique et culturel » neuchâtelois.

Une valeur heuristique autonome : les anciennes collections contre le scientisme disciplinaire

34La démarche adoptée à l’occasion de cette exposition au Musée national suisse montre que la valeur intrinsèque des objets et des collections archéologiques n’est pas uniquement symbolique : elle peut également être heuristique. Cet exemple n’est d’ailleurs pas isolé, comme le montrent notamment les enseignements précieux et stimulants de la réouverture de la Salle Piette au Musée d’archéologie nationale (Schwab 2008). L’agencement défini par Édouard Piette et restitué fidèlement au château de Saint-Germain-en-Laye agit en effet sur nos représentations convenues de l’art paléolithique, précisément parce qu’il ne respecte pas les catégories analytiques qui se sont imposées dans la recherche contemporaine.

35En définitive, le détour par les anciennes collections, dont les pièces « hors contexte » sont découplées du savoir scientifique moderne, peut s’avérer tout à fait productif pour la connaissance. En fait, il nous rappelle que la « contextualisation » prêchée avec tant de conviction par les archéologues ne constitue pas un donné positif : elle repose sur des constructions intellectuelles transitoires, qui doivent être constamment discutées et remises en question.

36Autrement dit, l’exercice de la non-contextualisation, plutôt que la décontextualisation à proprement parler, offre un garde-fou salutaire contre les dérives positivistes, voire scientistes des approches disciplinaires. Cet exercice permet de dégager la recherche du carcan parfois très contraignant des grilles de lecture de la science « normale » (Kuhn 1983).

37Dans cette entreprise, les pièces muséographiques jouent un rôle capital. Car, si d’ordinaire la science fait parler les objets, si la science définit la syntaxe en vigueur et les nouvelles règles de grammaire, nous ne saurions oublier qu’elle doit néanmoins faire appel à des mots – les objets – qui survivront aux évolutions et aux réformes linguistiques, et qui témoignent modestement de l’historicité du discours scientifique.

Fig. 4

Fig. 4

Une fibule en bronze « égarée » sur le sédiment lacustre : illustration pour le catalogue de l’exposition « Les Lacustres »

Photo D. Stuppan, Musée national suisse (COL 16034)

Fig. 5

Fig. 5

2342 objets archéologiques en cours de recontextualisation : les trouvailles mises au jour sur le site éponyme de La Tène entre 1857 et 1917 dans les dépôts visitables du Laténium

Photo M. Juillard, Laténium (Neuchâtel)

Épilogue

38Le constat ci-dessus établi ne dément pas seulement le postulat tacite d’une contradiction intrinsèque entre archéologie et muséologie. Il nous paraît également livrer un plaidoyer pour les responsabilités scientifiques des musées. Entre la recherche et les publics, les conservateurs ne sont pas condamnés à des emplois de figurants, ou de courroies de transmission pour la médiation de l’archéologie : leurs objets et leurs collections leur assignent en effet un rôle propre dans la construction du savoir archéologique.

39Telle est du reste la voie que s’est tracée le musée que je dirige, dans le cadre de la réouverture du dossier « La Tène » engagée depuis une dizaine d’années (Kaenel & Reginelli Servais 2011). L’analyse historiographique des milliers de pièces conservées aujourd’hui au Laténium et qui avaient été recueillies sur le site éponyme entre 1857 et 1917, pour la plupart sans considération du contexte archéologique (fig. 5), permet en effet aujourd'hui de recontextualiser progressivement les ensembles originaux sur des référentiels topographiques et stratigraphiques reconstitués. Or, en cette affaire, c’est précisément la généalogie des collections muséales et la « biographie des objets » qui permettent de résoudre enfin certaines questions demeurées sans solution archéologique depuis un siècle (Kaeser 2013, à paraître), pour ce qui touche à l’interprétation de l’un des gisements majeurs de la Protohistoire européenne.

Haut de page

Bibliographie

Bailly M. 2004. « Au miroir du lac ? Le patrimoine “lacustre” commémoré en France et en Suisse. Note critique », Les Nouvelles de l’archéologie, 97 : 21-26.

Barbanera M. 2008. « The impossible Museum : Exhibitions of Archaeology as Reflections of Contemporary Ideologies », in : N. Schlanger & J. Nordbladh (eds.), Archives, Ancestors, Practices : Archaeology in the Light of its History. Oxford, Berghahn Books.

Collectif 2004. Die Pfahlbauer : 150 Objekte erzählen 150 Geschichten / Les Lacustres : 150 objets racontent 150 histoires. Zurich, Musée national suisse.

Cova E. 2010. « Negotiating the Past in the Present : Italian Prehistory, Civic Museums, and Curatorial Practice in Emilia-Romagna, Italy », European Journal of Archaeology, 13/3 : 285-312.

Coye N. 2009. « Histoire d'un aller et retour : la collection Arnold Guyot entre Princeton et Neuchâtel (1875-2007) », Les Nouvelles de l'archéologie, 117 : 19-26.

Demoule J.-P. (dir.) 2007. L'archéologie préventive dans le monde. Apport de l'archéologie préventive à la connaissance du passé. Paris, La Découverte.

Dupaigne B. 2006. Le scandale des arts premiers : la véritable histoire du musée du Quai Branly. Paris, Mille et une nuits.

Flutsch L. & Fontannaz D. 2010. Le pillage du patrimoine archéologique. Des razzias coloniales au marché de l'art, un désastre culturel. Lausanne, Favre.

Garcia D. 2013. Livre blanc de l’archéologie préventive : rapport remis à Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la communication, le 29 mars 2013 [http://www.culturecommunication.gouv.fr/content/download/63970/488966/file/livre_blanc_archeologie_preventive.pdf].

Hubert van Blyenburg N. 2005. « Le non-objet de la muséologie », in : P.-A. Mariaux (éd.), L’objet de la muséologie. Neuchâtel, Institut d’histoire de l’art et de muséologie : 81-99.

Hubert van Blyenburg N. 2007. « (Re)penser la muséologie de l’altérité », museums.ch, 2 : 105-108.

Kaenel G. & Reginelli Servais G. 2011. « La reprise des études du site de La Tène : bilan intermédiaire ». Jahrbuch Archäologie Schweiz, 94 : 215-221.

Kaeser M.-A. 2004a. Les Lacustres : Archéologie et mythe national. Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Kaeser M.-A. 2004b. « Einleitung / Introduction », in : Collectif 2004 : 7-13.

Kaeser M.-A. 2004c. « Entre science et société : l'archéologie, pour quoi faire ? A propos de l'exposition “Les Lacustres” au Musée national suisse. Réponse à la note critique de Maxence Bailly », Les Nouvelles de l'archéologie, 97 : 27-31.

Kaeser M.-A. 2011. « Préhistoire et sciences naturelles : Complexe d’Œdipe, tabou de l’inceste ? A propos du “Grand Partage” nature/culture dans l’histoire et l’épistémologie de l’archéologie préhistorique », in : J. Studer, M. David-Elbiali & M. Besse (éd.), Paysage-Landschaft-Paesaggio. L’impact des activités humaines sur l’environnement, du Paléolithique à la période romaine. Lausanne, Cahiers d’archéologie romande, 120 : 251-261.

Kaeser M.-A. 2013. « L’archéologie et la généalogie des collections. Lorsque la sur-décontextualisation muséale permet la réinterprétation des ensembles originaux », in : B. Schibler et al. (éd.), Patrimoine culturel en mouvement. Immobile, mobile ou déplacé. Basel, Schwabe (Schriftenreihe zur Kulturgüter-Erhaltung ; 2) : 46-51.

Kaeser M.-A. À paraître. « La Tène, du musée au terrain. Lorsque l’histoire de l’archéologie permet de “refouiller” un site éponyme », in : J. M. Lanzarote Guiral & A. Loyau (éd.), Montrer, démontrer la préhistoire. La construction du préhistorique dans les musées et les expositions en Europe : XIXe-XXe siècles. Paris, Muséum national d’histoire naturelle.

Kuhn Th. S. 1983. La structure des révolutions scientifiques. Paris, Flammarion.

Müller-Scheessel N. 1998/99. « Im Schatten des Eiffelturms. Die Präsentation von Pfahlbauten und Pfahlbaufunden auf Weltausstellungen », Plattform, 7/8 : 22-31.

Müller-Scheessel N. 2001. « Fair prehistory : Archaeological exhibits at French Expositions Universelles », Antiquity, 75 : 391-401.

Nora P. 1997. « Entre mémoire et histoire », in : P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire. Paris, Gallimard : vol. I, 23-43 [1e édition 1984].

Ramseyer D. 2014. Bronziers au bord du lac : trésors cachés du Laténium, Catalogue d’exposition, Musée du Malgré-Tout. Treignes, Cedarc.

Schlanger N. 2012. « Preventive Archaeology », in : N. A. Silberman (ed.), The Oxford Companion to Archaeology, 2nd Edition. Oxford, Oxford University Press, vol. 2 : 661-665.

Schwab C. 2008. La collection Piette. Musée d’archéologie nationale, Château de Saint-Germain-en-Laye. Paris, Réunion des Musées nationaux.

Haut de page

Notes

1 Des incohérences dénoncées justement dans le récent Livre blanc de l’archéologie préventive (Garcia 2013 : 31), qui s’expriment notamment par le flou savant qui préside au statut des objets archéologiques, ainsi que par la complexité kafkaïenne du régime de propriété des vestiges dans le droit français (idem : 60 sqq.).

2 Cet article est d’ailleurs fondé sur une contribution au cycle de conférences Les acteurs de la muséologie, organisé dans le cadre du master de muséologie de l’Université de Neuchâtel. Et si nous en livrons ici une expression que nous espérons pertinente pour les professionnels de l’archéologie, cette réflexion nous paraît devoir interroger les conditions d’exercice de la muséologie en général.

3 C’est en effet l’usage, sous son aspect fonctionnel, qui est seul pertinent. La consécration « mémorielle » propre aux monuments préhistoriques (dolmens, menhirs, grottes ornées, etc.) ne pose pas les mêmes problèmes pour le scientifique : ces « lieux de mémoire » constituent, comme l’a montré Pierre Nora (1997), des constructions mentales.

4 Cf. Hubert van Blyenburg (2005), dont les propos (et la position) iconoclastes peuvent être diversement appréciés, mais qui pose parfaitement l’état du problème.

5 On se reportera à ce propos aux actes à paraître du colloque organisé en novembre 2014 à l’Institut national du patrimoine (Paris) : L’archéologie à la rencontre des publics : transmission et médiation des résultats de la recherche [http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Archeologie/Rencontre-des-publics]

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende « Lacustres, Lac de Neuchâtel / Station d’Estavayer (Suisse) » : carton d’antiquités de l’âge du Bronze dans son état d’origine (vers 1900), collection Pochon (dépôt Laténium)
Crédits Photo C. Cevey, Laténium (Neuchâtel)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 2
Légende Restitution scénographique d’une muséographie désuète : vitrine d’archéologie au Museo civico de Modène en 2007
Crédits (d’après Cova 2010 : fig. 14)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2873/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 3
Légende Exposition « Les Lacustres » au Musée national suisse (Zurich, 2004)
Crédits Photo M. Füssler
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2873/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Fig. 4
Légende Une fibule en bronze « égarée » sur le sédiment lacustre : illustration pour le catalogue de l’exposition « Les Lacustres »
Crédits Photo D. Stuppan, Musée national suisse (COL 16034)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2873/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 5
Légende 2342 objets archéologiques en cours de recontextualisation : les trouvailles mises au jour sur le site éponyme de La Tène entre 1857 et 1917 dans les dépôts visitables du Laténium
Crédits Photo M. Juillard, Laténium (Neuchâtel)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2873/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc-Antoine Kaeser, « La muséologie et l’objet de l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie, 139 | 2015, 37-44.

Référence électronique

Marc-Antoine Kaeser, « La muséologie et l’objet de l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 139 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 22 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/2873 ; DOI : 10.4000/nda.2873

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org