Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Une digue observée à Saint-Maurice, Val-de-Marne

Jean-Yves Dufour et Marc Viré
p. 31-36

Résumé

Sur la rive droite de la Marne, dans le fond de la vallée, en amont de la confluence avec la Seine, un enrochement de section trapézoïdale, est construit avec des blocs calcaires, issus de carrières implantées dans les coteaux entaillés par la rivière. La stratigraphie suggère une datation du Bas Moyen Age. L’implantation, la construction et l’orientation de cet enrochement indique une fonction de digue, et plus particulièrement d’épi déflecteur au cours d’eau. Il protégerait des inondations la résidence seigneuriale établie à flanc de coteaux, et renforçait l’action d’un moulin hydraulique à l’œuvre dans le secteur. Cette première observation d’une digue en Île-de-France, rappelle la difficulté d’une archéologie de la circulation en rivière.

On the right bank of the Marne river, in the bottom of the valley, upstream of the junction with the Seine, a mass, trapezoidal in section, made of limestone rocks, is observed. These rocks were extracted from the nearby quarries, open in the slope notched by the river. Stratigraphy suggests a dating from the low Middle Ages. The location of the mass, its construction and orientation, indicate a function of dike, and more particularly of deflecting dike. It would protect the manorial residence from the floods, and reinforce the action of a hydraulic mill working in the sector. This first observation of a dike in Île-de-France, points out how difficult is, an archaeology of circulation in rivers.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

vallée, Marne, digue, carrière, bas Moyen Âge

Index by keyword :

valley, Marne, dike, quarry, low Middle Ages
Haut de page

Texte intégral

1Saint-Maurice, commune du Val-de-Marne, est implantée sur la rive droite de la Marne, en amont de la confluence avec la Seine. La commune s'étire d'est en ouest sur les coteaux entre la rivière et le bois de Vincennes, ancienne terrasse boisée (fig. 1). En fond de vallée, le sol pentu, naturellement épais, est constitué de divers dépôts mêlant sable de Beauchamps en provenance du plateau, débris calcaires dus à l'affleurement en front de coteau et limons alluviaux déposés par le fleuve.

2La construction d’une résidence médicalisée a été programmée au 57, rue du Maréchal-Leclerc, à la croisée des deux grands sites ayant fait la gloire de Charenton-Saint-Maurice : le temple protestant du xviie siècle et la maison de santé pour malades mentaux. La fouille, d’une courte durée, visait la phase du xviie siècle associé au lieu de culte huguenot.

3Parmi les vestiges médiévaux antérieurs à l’occupation huguenote, une probable digue fait l’objet de cet article. Si l’archéologie explore les fonds de vallée depuis des décennies, elle est dans nos régions encore pauvre en résultats liés à la circulation en rivière. C’est à notre connaissance la première fois qu’un tel vestige, si modeste soit-il, est observé en Île-de-France

Fig. 1

Fig. 1

Plan de localisation de Saint-Maurice

(fond Ign 1/25 000e n° 2314 OT)

Description des vestiges

4En fin de fouille, une tranchée en palier de 19 sur 6 m est ouverte dans le sens nord-sud jusqu’à la profondeur de 3,5 m au maximum.

Avant l’enrochement

5Le plus bas niveau atteint (29 m NGF en milieu de tranchée, 31 m NGF dans la moitié nord du profil, fig. 2) est composé de marnes et de caillasses mêlées de gros blocs calcaires anguleux sans disposition particulière, ce qui suggère un éboulis (Us 381). Les blocs de la partie haute de cet amoncellement anthropique sont en calcaire grossier dur du Lutétien. Tous les éléments observés appartiennent à la partie haute de la formation : banc de roche, calcaire de la Rochette, marnes et caillasses. Cet agglomérat de matériaux est caractéristique d’une opération dite de « découverte » mise en œuvre pour l’exploitation d’une carrière à ciel ouvert. Les blocs sont brisés net et non émoussés ou arrondis. Ces remblais ont été amoncelés au-devant de l’exploitation, gagnant ainsi du terrain au détriment du fond de la vallée. La position des coteaux calcaires est estimée en retrait d’une dizaine de mètres côté nord. L’Us 381 est donc composée de déblais calcaires entièrement remaniés par l’homme, ce qui est confirmé par le caractère irrégulier de ces dépôts (jusqu’à 31 m NGF dans la moitié nord du profil observé).

6Les couches relevées au-dessus de ce niveau calcaire témoignent de la présence de l’eau. Dans la partie nord du profil, l’Us 318 (altitude 30,6 à 31 m NGF) est composée d’un limon sableux brun-noir surligné d’un liseré de limon calcaire puis d’un autre liseré d’argile grise avec un peu d’oxyde ferrique. Ces dépôts de décantation suggèrent une poche d’eau stagnante, en arrière d’un bourrelet calcaire. Au sud de ce même bourrelet, l’Us 380 est un dépôt oblique de pierres et cailloutis mêlés de limon sableux marron-gris foncé. Enrichi en matière organique, ce dépôt appuyé contre le « substrat » calcaire peut tout à fait traduire une berge, liée à l’activité fluviatile de la Marne. Au centre du profil, l’Us 384 vient s’appuyer contre le dépôt oblique des caillasses calcaires. Le cailloutis calcaire observé est mêlé de sable marron clair et de liserés de sable gris. Nous l’interprétons comme une colluvion (éboulis) au contact d’une activité fluviatile de faible ampleur.

Fig. 2

Fig. 2

Relevé et vue en photomontage de la coupe est de la grande tranchée nord-sud

© Mathias Dupuis & Jean-Yves Dufour, infographie Iliana Pasquier, Inrap

L’enrochement

7Le tiers sud du profil étudié (fig. 2) est caractérisé par un enrochement calcaire observé sur 7 m de longueur, depuis le fond de la tranchée (altitude 29,3 m NGF) jusqu’à la cote 30,9 m NGF. Le fait 386 est un fort massif longitudinal formé de blocs de calcaire amoncelés (dimensions 30 à 40 cm x 20 à 25 cm), mêlés d’un peu de limon marron et de quelques graviers. La plupart des blocs observés sont bruts de carrière et appartiennent à la catégorie des libages. On y distingue la taille initiale faite en carrière : les lits de pose et d’attente, les côtés et la queue, mais la face n’est que grossièrement ébauchée. Tous ces blocs ont été fendus et non taillés. L’outil utilisé paraît avoir été la chasse. Il n’a pas été observé d’emboîtures pour la pose de coins.

8Les bancs appartiennent aux formations du calcaire grossier supérieur (bancs francs) et moyen (banc vert, lambourdes). On note la présence de quelques blocs entièrement brûlés. Le calcaire est devenu entièrement gris foncé, mais les milioles sont restées blanches. Ces blocs brûlés ont été extraits des mêmes bancs que les libages. La surface de l’enrochement, légèrement bombée sur 2 m de long, est composée de blocs disposés plus ou moins à plat. Cet aménagement supérieur contraste avec le vrac des blocs de la partie inférieure.

9La présence de moellons de calcaire brûlés signale une utilisation de rejets issus de la fabrication de chaux ou de plâtre. Mêlés à ces blocs, on trouve aussi des fragments de tegulæ et de mortier rose. À 80 cm sous le sommet, un niveau de petits moellons (5 à 20 cm) est particulièrement riche en fragments de mortier rosé, composé avec des alluvions anciennes naturellement colorées en rose-ocre qui lui confèrent des qualités réfractaires bien connues. Cette présence est volontaire et non accidentelle. Un mortier de même facture a été observé dans le four à chaux antique du chantier du collège Sainte-Barbe à Paris, rue Valette, en 2004 (Sylvie Robin, Thomas Mazières).

10Dans cet enrochement, les déchets de carrière dominent. Dans l’Atlas des carrières souterraines de Paris (fig. 3), on note un vaste ensemble de fosses et galeries d’extraction au nord de la fouille. Elles étaient encore exploitées au xviiie siècle, comme en témoigne le relevé sur Plan de la terre et seigneurie de Charenton qui localise précisément l’exploitation des frères de la Charité une centaine de mètres au nord-ouest de la fouille. Le gros massif F.386 est largement construit avec des matériaux provenant de l’abandon d’une carrière proche. Il intègre aussi des éléments d’une construction antique située à proximité. La présence des pierres brûlées et du mortier réfractaire oriente les possibilités vers un four à chaux antique.

Fig 3

Fig 3

Report de l’épi (digue) sur le Plan de la terre et seigneurie de Charenton en 1743 et localisation des carrières les plus proches

© Archives départementales du Val-de-Marne. Atlas des carrières souterraines de Paris, des Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne exécuté et publié en 1947. Feuille 3655

Datation stratigraphique

11Disposée au nord de l’enrochement 386, l’Us 383 peut participer à sa datation. Cette unité stratigraphique plane (altitude 28,5 m NGF) est une couche de colluvions composée de limons sableux gris avec quelques cailloutis calcaires et de rares et menus silex roulés. Elle est nettement marquée par la stagnation d’eau. Cinq tessons protohistoriques, trois tessons gallo-romains et trois tessons du bas Moyen Âge, parmi lesquels un fragment du xiiie siècle, y ont été découverts. Elle est manifestement recoupée par l’enrochement, ce qui permet d’attribuer à ce dernier une datation du bas Moyen Âge ou postérieure à lui.

12Également au nord de l’enrochement, l’Us 382 est sus-jacente à la précédente. Un limon gravillonneux riche en cailloutis contient quelques pierres calcaires et, surtout, les traces de mortier rose et de calcaire brûlé, comme dans l’Us 386. Ces colluvions, marquées par l’hydromorphie, s’appuient nettement sur l’enrochement et lui sont contemporaines.

13De part et d’autre de l’enrochement, des limons brun calcaires (Us 320) correspondant à des dépôts alluviaux se sont accumulés, à la fin du Moyen Âge, sur une épaisseur de 50 à 80 cm (entre les cotes 30,2 et 31 m NGF). Leur limite nord est naturellement interpénétrée de colluvions et d’éboulis (Us 317, 319, 323, 324 et 326) issus des coteaux et du plateau.

  • 1 Observation de Cécilia Cammas, pédologue et micromorphologue Inrap Agro-Paristech.

14L’ensemble de ces dépôts et vestiges est recouvert d’un épais sol gris, l’Us 127, sur lequel les activités humaines se sont développées. Ce sol, en pente depuis le nord (cote d’apparition à 33,2 m NGF) vers le sud (cote d’apparition à 32,5 m NGF), a une épaisseur d’1,5 à 2 m. Le limon sableux gris contient des gravillons, des graviers et des artefacts datés de la période antique à la période moderne. Un tel sol largement à base de colluvions résulte également d’une accumulation de rejets anthropiques et d’un enrichissement pluriséculaire en matière organique. Des taches vertes, organo-phosphatées, sont régulièrement observées dans son épaisseur. Par une observation plus fine, on perçoit au sein de cet ensemble1 une porosité assez ouverte, et quelques niveaux de sol et/ou de circulation. La partie inférieure est plus sableuse, plus grise et plus finement agrégée.

15Des activités de basse-cour, de cimetière puis de jardin au sein de l’enclos d’un hôtel médiéval positionné à flanc de coteaux expliquent la forte pédogénèse du sol. Les niveaux sous-jacents (Us 320) étant moins marqués par l’hydromorphie, nous supposons que les hausses régulières de la nappe phréatique ont moins participé à l’engorgement que le ruissellement en provenance des coteaux, largement bloqué en limite sud du site par le puissant mur de clôture (Mur 2).

16La datation du sol 127 est assurée par un grand nombre de tessons collectés en 24 points lors de la fouille fine, du nettoyage ou du décapage. Si du mobilier datant de l’Antiquité, du haut et du bas Moyen Âge est attesté, l’occupation maximale prend assurément place à la période moderne. En effet, quatorze zones de collecte ont livré des tessons du xvie siècle et onze, du mobilier du xviie-xviiie siècle.

  • 2 Deux deniers tournois, trois double tournois et deux jetons dont un de Nuremberg.
  • 3 Deux liards, deux deniers tournois et un double tournois.

17Enfin, le sol 127 a livré seize monnaies : deux antiques, trois médiévales, six monnaies ou jetons de la fin du xvie siècle2 et cinq monnaies du xviie siècle3. Cette datation moderne nous donne un ante quem pour l’enrochement.

Interprétation du fait 386 : un épi

18L’empierrement 386 est une construction observée en deux autres points superficiels du chantier. Dans le secteur nord-est, la limite orientale du fossé 249 est marquée par une zone (32,9 m NGF) de plusieurs mètres carrés où l’encaissant calcaire est marbré de limon noir. Cette association est très similaire à celle observée au sommet de l’empierrement dans le palier de notre tranchée profonde. Dans l’angle sud-ouest, au-delà du mur de clôture du cimetière, l’arrachage mécanique du grand égout du xixe siècle a permis d’apercevoir un amoncellement calcaire relativement haut. L’empierrement restitué est déployé le long d’un axe nord-est/sud-ouest. La tranchée de sondage nord-sud l’a donc recoupé selon un angle de 45 degrés. Disposée à l’oblique, la coupe réalisée dans l’empierrement l’étire artificiellement. La coupe restituée selon un axe bien perpendiculaire dévoile une largeur à sa base de 6 m, des parois talutées à 44 et 23 degrés, une hauteur conservée sur 1,5 m. Le sommet est un méplat légèrement bombé sur 1,6 m.

19Les blocs de calcaire brut visibles dans le fond du sondage montrent que la partie centrale de l’empierrement était plus épaisse sur une portion d’1,8 m de large. La profondeur limitée de notre tranchée de sondage ne dévoile donc pas toute la partie plus étroite de la « fondation » de cet empierrement. Le site étant implanté en fond de vallée, à 15 m d’un bras de la Marne, dans le lit majeur périodique de la rivière et à quelques encablures du fameux moulin de Charenton (fig. 3), l’hypothèse d’une digue se doit d’être examinée.

20Un ouvrage du xviiie siècle rédigé par une société savante, décrit pour les bords de rivière des digues ou chaussées élevées en talus dissymétriques : « La chaussée…aura quatre pieds de hauteur. La longueur de son talus, qui sera du côté de la rivière, doit être de dix-huit pieds, & de six de côté qui regarde le fossé, & enfin le haut de la chaussée aura un pied & demi de largeur » (L’agronomie et l’industrie 1761 : 162). Ces chaussées seront naturellement placées à une distance convenable de la rivière, 50 ou 100 pieds, mesure observable à Saint-Maurice.

21Pour les rivières coulant « insensiblement », c'est-à-dire à l’activité non torrentueuse, les mêmes auteurs recommandent de simples digues de 4,5 pieds de haut et de base large de 14 à 18 pieds (L’agronomie et l’industrie 1761 : 187-188) (fig. 4).

22Les mesures de la base (6 m) et de la hauteur (1,5 m) de l’empierrement correspondent tout à fait à ces recommandations. L’Us 386, plus étirée vers le sud-est (côté extérieur), répond naturellement à la nécessité d’un talus en pente plus douce côté rivière, pour que l’eau y roule sans s’y heurter.

23Pour prévenir l’inconvénient des eaux qui peuvent passer sous la digue par filtration, les auteurs anciens rappellent «  qu’il faut que leur base ou pied porte ou sur de l’argile, ou sur un banc calcaire imperméable » (Rozier 1805 : 463). D’autres recommandent d’édifier la digue sur un fossé rempli d’argile (L’agronomie et l’industrie 1761 : 186).

24Le substrat de Saint-Maurice n’est pas argileux mais calcaire. Mêlé de terre végétale et planté, il suffit pour arrêter les eaux (Rozier 1805 : 463). Le limon observé entre les blocs a en toute logique servi de liant au blocage et de nutriments à une couverture végétalisée.

25La région parisienne, largement urbanisée et protégée des inondations par de grands bassins réservoirs réalisés dans les régions plus à l’est, ne conserve pas beaucoup de traces visibles de ces digues qui demeurent des constructions mal connues. Spécialiste en archéologie fluviale, Virginie Serna écrit que « leur nature éphémère et leur “banalité” les écartent injustement de toute désignation esthétique et de toute reconnaissance technique » (Serna 2002 : 190). Aucun rapport de diagnostic ou de fouille réalisé en Île-de-France ne décrit une telle structure.

26Une turcie, levée de terre mêlée de fascines de bois renforçant localement le cordon alluvial, a été tranchée à Saint-Denis-en-Val (Loiret). Construite d’épais remblais argilo-limoneux compacts déposés directement sur des sables alluviaux, elle mesure 12 m de large et 1,7 m de haut. Aucun pieu, radier ou préparation du terrain n’a été observé, alors que les manuels anciens de construction évoquent une préparation du terrain (Serna & Laurent 2010). Les constructeurs ont manifestement fait avec ce dont ils disposaient.

27À Pierrefitte-sur-Loire (région Centre), la digue en terre des Grands-Brûlés présente une largeur moyenne à la base de 7 à 9 m, pour une hauteur moyenne de 2 m. Sous cet ouvrage se trouvaient les restes d’une tranchée d’ancrage, creusement linéaire continu large de 1 à 3,6 m et profond de 0,6 à 1,4 m (Liegard & Fourvel 2004 : 210). Cette « tranchée d’ancrage » correspond au fossé d’argile mentionné dans divers manuels anciens (fig. 4).

28À Saint-Maurice, sous le cône empierré (Us 386), des blocs de calcaire sont visibles sur une largeur d’1,8 m. Peut-être avons-nous là le sommet d’un fossé d’ancrage également rempli de calcaire, fonctionnant comme « l’épine dorsale » de la digue. La proximité immédiate des carrières permet, à Saint-Maurice, la construction d’une digue en pierre, alors que, dans d’autres lieux, elle aurait demandé plus d’argile ou de bois. Outre les matériaux disponibles, le type de construction dépend naturellement du type d’eau retenu (vive ou stagnante), de l’expérience et de la technique du constructeur, de l’environnement du site (ville, moulin, étang…).

Fig. 4

Fig. 4

Interprétation du fait 386

Dao Iliana Pasquier, Inrap

29La grande variété potentielle des types de construction de digue est loin d’être explorée. « Une digue, chaussée ou levée a toujours la forme d’un cône tronqué. Sa base s’appelle pied, empâtement, son sommet s’appelle la couronne, ses côtés sont les flancs,… » (Rozier 1805 : 464) (fig. 4). Si une volonté d’endiguement explique bien le fait 386, certains éléments permettent d’apprécier sa fonction précise. Cet ouvrage étant largement recouvert par un sol bien daté des xvie et xviie siècles, nous tendons à le dater du bas Moyen Âge. Nous ne disposons pas de datation précise pour l’extraction dans les carrières de Saint-Maurice mais on peut, sans grand risque de se tromper, supposer une exploitation régulière aux époques médiévale et moderne. Encore au milieu du xviiie  siècle, les Frères de la Charité continuent d’exploiter des carrières au nord de notre site, sous l’emplacement de l’actuel hôpital Esquirol (Rayrolle 1992 : 72-75).

30La digue restituée est axée nord-est/sud-ouest, soit 45 degrés en oblique par rapport au cours actuel de la Marne et de son bras. Les emplacements des bras de la rivière à la fin du Moyen Âge sont inconnus mais, s’ils avaient globalement le même axe, force est de constater que la construction repérée est plus en position « d’épi » déflecteur au cours d’eau que de véritable digue parallèle à celui-ci. Selon le traité Architecture hydraulique de Bélidor, les épis sont des « bouts de digue construits en maçonnerie » employés en six occasions, parmi lesquelles la protection des ouvrages situés en milieu ou sur les bords d’un fleuve et le détournement de son cours (Bélidor 1739 : 291 et 305). L’empierrement observé à Saint-Maurice peut tout à fait avoir la fonction de l’un de ces épis illustrés par l’ouvrage de Bélidor.

31Immédiatement au nord-ouest de cette digue et de la fouille, s’élevait la résidence seigneuriale dénommée l’hôtel de la Rivière, comme en témoigne encore un plan du xviie  siècle. L’épi 386 aurait servi avant tout à protéger l’hôtel de la Rivière des affouillements et des dégâts que pourraient causer les inondations.

  • 4 Arch. Nat. K. 19, n°1 3. Information de Stéphane Ardouin que nous remercions.

32Sur les plans anciens, l’axe de cet épi est distant de 200 mètres de la chaussée qui dessert le moulin de Charenton, autrefois appelé moulin de la Chaussée (fig. 3). La rive de la Marne a très tôt été utilisée par les moulins, comme en témoigne la mention peu avant 888 d’une villa appelée « Trois moulins » voisine avec le pont de Charenton (Mémoire pour le futur 2000 : 98). Georges Poisson, conservateur général du patrimoine, rédacteur de la monographie communale consacrée à Saint-Maurice, considère qu’il est difficile de cerner l’origine des moulins de la commune. En 1033, un moulin situé à Charenton (Karentonae villae) est possédé par l’abbaye de Saint-Magloire. La charte est connue par un original4. Un moulin est toutefois mentionné sur le pont de Charenton en 1317 (Poisson 1992 : 18).

33Divers moulins ont donc existé sur le bras nord de la Marne et il est fort possible que l’épi observé ait aussi contribué à rabattre les eaux divagantes vers un chenal activant un moulin. En effet, la Marne est souvent décrite comme un cours d’eau instable, irrégulier et mobile (Serna 2006 : 8). Pour une bonne efficacité, le moulin de Charenton devait bénéficier d’un volume d’eau vif et régulier, fluidité à laquelle digues et épis contribuaient logiquement.

Conclusion

34Le fait 386 est un petit bout de digue de la fin du Moyen Âge, construit en vue de deux fonctions :

35- protéger la résidence seigneuriale établie à flanc de coteaux à seulement quelques dizaines de mètres de la Marne,

36- renforcer l’action d’un moulin hydraulique à l’œuvre dans le secteur.

37La digue, en même temps épi déflecteur, a donc une fonction polyvalente.

38Enfin, cette maçonnerie a sans doute influencé la position d’une partie des constructions postérieures. La chenalisation d’un cours d’eau au moyen d’épis est une pratique très ancienne (Serna 2006 : 88). Encore reste-t-il à créer, en Île-de-France, une archéologie de la circulation en rivièreà même de rendre compte des réseaux (le chemin de navigation, le chemin de halage), des trajectoires (avalantes et montantes), de l’ampleur des flux ainsi que des infrastructures de circulation (port, quai, aménagement de berge, pont, gué et bac, équipements tels qu’épis, chaussées…) sans oublier l’instrument essentiel de cette circulation : le bateau. » (Serna 2006: 39).

  • 5 Directive du 2007/60/CE du 23 octobre 2007.

39L’endiguement massif des fleuves et rivières orchestré en France à partir du xviiie siècle s’appuie sur des techniques de corrections fluviales mises au point au Moyen Âge, et peut être durant l’Antiquité. À l’heure de l’entrée en vigueur de la loi sur l’eau, de la directive Inondation5 et de l’application aux fleuves de la notion de continuité écologique, l’archéologie a toute sa place pour revendiquer l’épaisseur historique de ce type de structure.

Haut de page

Bibliographie

Belidor F.-F. de. 1739. Architecture hydraulique ou l’art de conduire, d’élever et de ménager les eaux pour les différens besoins de la vie. Paris, Charles-Antoine Jombert, tome second.

L’Agronomie et l’industrie. 1761. L’Agronomie et l’industrie ou les Principes de l’agriculture du commerce & des arts, par une société d’agriculteurs, de commerçants et d’artistes, Paris, Despilly, t. I.

Rozier F. 1805. Cours complet d’agriculture, XI. Paris, Marchand.

Liegard S. & Fourvel A. 2004. Étude de deux digues d’étangs « en terre » recoupées par le tracé de la Rcea à Pierrefitte-sur-Loire et Coulanges (Allier), Revue archéologique du Centre de la France, 43 : 209-222.

Mémoire pour le futur. 2000. Mémoire pour le futur. Archéologie et histoire du Val-de-Marne, Créteil, éditions du Conseil général du Val-de-Marne, Laboratoire départemental d’archéologie du Val-de-Marne.

Poisson G. 1992. Saint-Maurice. L'histoire de notre ville, Paris, Maury imprimeur.

Rayrolles A. 1992. « Les carrières de Saint-Maurice », in : Poisson G. Saint-Maurice. L'histoire de notre ville, Paris, Maury imprimeur : 72-75.

Serna V. 2002, « Les constructions de l’eau dans le traité hydraulique de B. Forest de Bélidor (1693-1761) : des indices pour une archéologie fluviale », in : L. Hilaire-Pérez, D. Massounie, V. Serna, Archives, objets et images des constructions de l’eau du Moyen Âge à l’ère industrielle, Paris, ENS éditions (Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, 51) : 189-205.

Serna V. 2006. La construction d’un paysage fluvial. Étude d’un méandre de rivière au Moyen Âge : la Boucle de Marne (viiie siècle - xviiie siècle), Archaeopress, Oxford (BAR International series, 1581).

Serna V. & Laurent A. 2010. « Archéologie d’une turcie de Loire à Saint-Denis-en-Val (Loiret) », in : V. Serna dir. La Loire, dessus dessous. Archéologie d’un fleuve de l’âge du Bronze à nos jours, Dijon, Faton : 129-130.

Haut de page

Notes

1 Observation de Cécilia Cammas, pédologue et micromorphologue Inrap Agro-Paristech.

2 Deux deniers tournois, trois double tournois et deux jetons dont un de Nuremberg.

3 Deux liards, deux deniers tournois et un double tournois.

4 Arch. Nat. K. 19, n°1 3. Information de Stéphane Ardouin que nous remercions.

5 Directive du 2007/60/CE du 23 octobre 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan de localisation de Saint-Maurice
Crédits (fond Ign 1/25 000e n° 2314 OT)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 2
Légende Relevé et vue en photomontage de la coupe est de la grande tranchée nord-sud
Crédits © Mathias Dupuis & Jean-Yves Dufour, infographie Iliana Pasquier, Inrap
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2829/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig 3
Légende Report de l’épi (digue) sur le Plan de la terre et seigneurie de Charenton en 1743 et localisation des carrières les plus proches
Crédits © Archives départementales du Val-de-Marne. Atlas des carrières souterraines de Paris, des Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne exécuté et publié en 1947. Feuille 3655
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2829/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 4
Légende Interprétation du fait 386
Crédits Dao Iliana Pasquier, Inrap
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2829/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Dufour et Marc Viré, « Une digue observée à Saint-Maurice, Val-de-Marne », Les nouvelles de l'archéologie, 139 | 2015, 31-36.

Référence électronique

Jean-Yves Dufour et Marc Viré, « Une digue observée à Saint-Maurice, Val-de-Marne », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 139 | 2015, mis en ligne le , consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/2829 ; DOI : 10.4000/nda.2829

Haut de page

Auteurs

Jean-Yves Dufour

Inrap, Umr 7041, équipe Archéologies environnementales, jean-yves.dufour@inrap.fr

Articles du même auteur

Marc Viré

Ingénieur Inrap, Umr 8589 Lamop, marc.vire@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org