Navigation – Plan du site
Informations scientifiques

Objectif et actions du réseau Cai-rn

Philippe Dillmann, Marie Balasse et Ludovic Bellot-Gurlet
p. 60-64

Notes de l’auteur

Cet article a été rédigé avec la collaboration de Jean-Philip Brugal, Matthieu Lebon, Chantal Leroyer, Vivien Mathé, Norbert Mercier, Christine Oberlin, Martine Regert, Eva-Maria Geigl, Ina Reiche, Anne Schmitt, Sandrine Baron

Texte intégral

1Le réseau Cai-rn (Compétences archéométriques interdisciplinaires – réseau national) de la mission pour I’interdisciplinarité vise à fédérer la communauté des acteurs de l’archéométrie, éminemment interdisciplinaire, autour de compétences communes liées à l’utilisation des sciences analytiques autour de l’étude des systèmes anciens : artefacts ou archives environnementales, interactions anciennes ou futures des sociétés avec leur environnement, savoir-faire technologiques de ces sociétés.

2Les acteurs de l’archéométrie travaillent sur des champs thématiques aussi divers que les systèmes techniques du passé, les comportements de subsistance, les relations hommes-environnements, les reconstitutions paléoclimatiques et paléoenvironnementales ou les sciences de la conservation et l’étude prévisionnelle des comportements des matériaux, et ce dans des aires chronologiques (du Pléistocène aux temps historiques), culturelles et géographiques également très diverses, mettant en œuvre des techniques et des méthodes issues de champs disciplinaires différents (chimie, physique, biologie, sciences environnementales, archéologie, histoire). Malgré ce large spectre disciplinaire, ils se rejoignent non seulement sur des points techniques et méthodologiques bien précis, mais surtout autour d’une démarche commune : 1- de mise en adéquation des outils avec les questions posées ; 2- de mise en œuvre analytique sur des objets d’études (artefacts, restes biologiques ou enregistrements environnementaux) ayant leur propre histoire, à laquelle se superpose une histoire taphonomique et diagénétique, une lecture qui nécessite souvent d’inventer des référentiels, des collections de comparaison encore inédites et des traitements des données souvent encore spécifiques à l’objet d’étude. Cette démarche est indéniablement marquée par une forte interdisciplinarité et l’intégration du temps long.

3L’objectif de Cai-rn est, dans le cadre d’une réflexion globale sur l’interdisciplinarité en archéométrie, de partager ce noyau de compétences, d’en identifier les points forts, de les structurer, de mettre en place des actions contribuant à cet objectif, tout en menant une réflexion de long terme sur ses pratiques et sa nature. À cela s’ajoute depuis peu une réflexion forte autour du métier et de sa place dans le paysage actuel de la recherche. Les actions du réseau Cai-rn comprennent trois axes complémentaires.

Axe 1 : structuration de la communauté

4Elle est organisée autour de deux outils importants du réseau : le site internet (http://archeometrie.cnrs.fr/​) et la liste de diffusion (archeo-reseau@services.cnrs.fr) qui compte environ 580 abonnés. Ils permettent la diffusion des annonces d’offres d’emploi (stage, Cdd et Cdi aux niveaux national et international), de formations spécifiques et de colloques en relation avec le métier, ou de demandes d’emploi avec curriculum vitæ de jeunes archéomètres. Le site internet constitue une plateforme pour la formation et la diffusion de l’information autour d’un vivier diversifié de spécialités et d’expertises.

Axe 2 : formation et partage de méthodologie et compétences

5Ces actions s’articulent autour de différentes approches complémentaires. Les journées thématiques du réseau (ou interréseau) permettent d’échanger et de se former autour de méthodologies analytiques ou de traitement des résultats identifiés comme prioritaires par le comité d’animation (exemples : approches statistiques, méthodes d’analyses de certains matériaux, mise en place et gestion de bases de données, utilisation d’instruments de mesure portable…). Elles ont un format intermédiaire entre les actions nationales de formation (Anf) et les écoles thématiques financées par le Cnrs, permettant d’identifier et d’expliciter de manière souple les besoins méthodologiques de la communauté sur une thématique propre, de mettre en valeur le potentiel interdisciplinaire de l’archéométrie, voire de rencontrer d’autres communautés partageant les mêmes méthodes mais les appliquant selon une visée qui leur est propre.

6En parallèle aux écoles thématiques mises en place par le réseau, Cai-rn peut identifier des thématiques prioritaires portées par d’autres écoles, qui peuvent alors recevoir son soutien à condition qu’elles consacrent une partie de leurs actions de formation aux priorités qu’il a lui-même définies.

7Les financements d’incitations au transfert de compétence (Itc), quant à eux, permettent le déplacement d’équipes désirant se former à une technique ou une méthodologie particulière dans un autre laboratoire spécialisé sur cette technique ou cette méthodologie, ou permettent des actions de terrain menées par les deux équipes (formatrice et en formation).

8L’ensemble de ces aspects est synthétisé dans des publications (ouvrages ou numéros spéciaux de revues) éditées sous l’égide du réseau Cai-rn. Avec le Groupe des méthodes pluridisciplinaires contribuant à l’archéologie (Gmpca), le réseau Cai-rn vient de créer la collection « Sciences archéologiques » aux Éditions des archives contemporaines.

Axe 3 : réflexion « métier »

9L’ensemble des actions exposées dans les deux axes précédents s’inscrit dans le cadre d’une réflexion large sur la nature du métier d’archéomètre et ses spécificités dans un paysage de la recherche interdisciplinaire en évolution. C’est cette démarche globale spécifique qui donne toute sa force au réseau.

10Pour ce faire, des réunions du comité d’animation mais également des journées du réseau ou des journées thématiques spécifiques, comme par exemple « Archéométrie et innovation », en collaboration avec la Direction de l’innovation et des relations avec les entreprises (Dire) du Cnrs, sont organisées.

Brève revue des actions marquantes de Cai-rn

Édition

11• Création de la collection « Sciences archéologiques » aux Éditions archives contemporaines. Dirigée par Philippe Dillmann, son comité scientifique est composé de l’ensemble des membres du bureau du Gmpca et du comité de rédaction du réseau Cai-rn. Son but est de publier des manuels, des ouvrages de synthèse ou des monographies dans lesquels l’archéométrie et les sciences archéologiques prennent une part majeure. Elle vise à proposer aux archéomètres, archéologues et historiens, ainsi qu’à tout autre public intéressé, des documents et des exemples de collaborations qui renforcent encore les démarches et les échanges interdisciplinaires.

12• Le premier ouvrage de la collection, Circulation des matériaux dans les sociétés anciennes (dir. P. Dillmann et L. Bellot-Gurlet), faisant le point sur les méthodes archéométriques destinées à pister la provenance des différents matériaux (métaux, roches, etc.), est paru en septembre 2014. Cet ouvrage en français, qui compte trente et un auteurs représentatifs de l’ensemble de la communauté des archéomètres, fait un bilan des approches méthodologiques liées aux problématiques de provenance des matériaux et des produits, et notamment de leurs récentes avancées. Il est destiné aux archéologues, archéomètres, conservateurs du partimoine et historiens. Il comprend deux parties : la première traite, pour chacun des matériaux considérés, des problématiques archéologiques et archéométriques liées aux études de provenance ; la seconde vise à exposer, de manière pratique et accessible, quelques techniques analytiques majeures pour les études de provenance.

13• La sortie du deuxième ouvrage, Messages d’os, archéométrie du squelette animal et humain (dir. M. Balasse, J.-P. Brugal, Y. Dauphin, E.-M. Geigl, C. Oberlin et I. Reiche), est prévue pour 2015. Ce volume, qui réunit quarante-sept auteurs, est le tout premier manuel en langue française sur le sujet. Synthèse sur l’archéométrie des restes squelettiques dans ses principes, techniques, méthodes et applications les plus récents, il illustre également un panel de compétences détenues par la communauté nationale. Il est organisé en cinq grandes parties : histo-logie, taphonomie, morphologie, datation, biogéochimie et paléogénétique.

Formations et écoles

Incitations aux transferts de compétences

14Le réseau Cai-rn finance des missions ponctuelles de formation des personnels à une technique d’analyse, l’usage d’un logiciel ou d’autres points techniques et scientifiques ayant trait à l’archéométrie. Entre 2010 et 2014, 12 Itc ont été financées :

15 Étude des propriétés magnétiques des sédiments substrats des foyers de la grotte des Fraux (Dordogne). Porteur : Aurélie Brodard.

16 Étude physico-chimique des phénomènes d’altération de l’ivoire archéologique. Porteur : Aurélien Gourrier.

17 Enregistrement et étude de deux bateaux aux planches cousues de la Patagonie. Porteur : Catherine Lavier.

18 Analyses croisées de micro-usure dentaire et de cémentochronologie. Porteur : Armelle Gardeisen.

19 Formation à la préparation d’échantillons de bronzes pour caractérisations métallographiques. Porteur : Aurélia Azema.

20 Formation Anthracologie. Porteur : Claire Venot.

21 Expérimentations taphonomiques sur les petits vertébrés et implications archéologiques. Porteur : Emmanuelle Stoetzel.

22 Approfondissement de la caractérisation des minéraux argileux par diffraction de rayons X. Porteur : Nadia Cantin.

23 Formation à l’utilisation du microscope électronique à balayage à canon à effet de champcouplé à la spectrométrie dispersive en énergie pour l’analyse élémentaire des inclusions de scorie présentes dans les objets en fer. Porteur : Marion Berranger.

24 Analyses in situ de diffraction/fluorescence X et de spectro-radiométrie des parois ornées des grottes préhistoriques: cas de Rouffignac et de Font-de-Gaume. Porteur : Marine Gay.

25 Formation à la caractérisation géologique des minerais de fer: le cas des gisements belges. Porteur : Gaspard Pages.

26 Étude physico-chimique de cheveux de momies chiliennes. Porteur : Armelle Charrié et Pascale Richardin.

Journées thématiques organisées par le réseau

27Journées thématiques Cai-rn : Composés du fer et du manganèse (organisation : C. Rémazeilles, D. Neff et V. Mathé), 14-15 mai 2012, Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2rmf, Musée du Louvre)

28Quatorze chercheurs issus de diverses disciplines dont les thématiques amènent à l’étude des composés du fer et du manganèse (archéologie, archéométrie, sciences de la Terre et physico-chimie) ont présenté leurs travaux de recherche afin d’amorcer les échanges et la mise en commun des connaissances, de données et d’approches méthodologiques pour l’étude de ces matériaux. À l’issue de ces journées, et avec pour objectif d’approfondir les discussions et de partager ces échanges avec l’ensemble de la communauté scientifique, il a été décidé d’organiser une école thématique du Cnrs, qui s’est tenue du 10 au 14 juin 2013 à La Rochelle (cf. infra Actions nationales de formation).

29Journées thématiques Cai-rn : Approches -statistiques multivariées en archéométrie (organisation : P. Dillmann et J.-P. Brugal), 29-30 novembre 2012, Maison des sciences de l’homme, Aix-en-Provence

30La variabilité intrinsèque des systèmes complexes étudiés à différentes échelles (du mètre au nanomètre) par les sciences en relation avec l’archéologie nécessite de mettre en œuvre des techniques et des méthodologies générant un nombre de plus en plus important de données. Les chercheurs en archéométrie ont donc de plus en plus besoin d’avoir recours aux méthodes statistiques. Si leur usage est relativement ancien dans certains domaines, leur emploi systématique est plus récent dans d’autres. Ainsi, le but de ces journées était, d’une part de présenter, à travers des études de cas, les approches classiques mais aussi récentes utilisant les méthodes statistiques en archéométrie, et, d’autre part, de susciter, lors d’« ateliers » informels, un dialogue entre spécialistes des statistiques et les utilisateurs potentiels et variés.

31Journée thématique interréseaux Cai-rn et Rbdd : Bases de données en archéométrie (organisation : M. Balasse, M. Lebon, A.-S. Lehô et C. Martin), 10 décembre 2013, Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2rmf, Musée du Louvre)

32Ont alterné des exposés pédagogiques sur la conception et le droit des bases de données et la présentation de bases de données existantes en archéométrie. À l’issue de la journée est née l’idée d’une action nationale de formation interréseau autour de la conception des bases de données en archéométrie, qui s’est tenue les 5 et 6 juin 2014 à Villejuif.

33• Journée thématique Cai-rn : Passé, futur, regards croisés. Quand l’archéométrie rencontre l’innovation (organisation : P. Dillmann, L. Bellot-Gurlet et M. Balasse), 23 septembre 2014, École nationale supérieure de chimie de Paris

34L’objectif était d’éclairer l’archéométrie sous l’angle de l’innovation et de la valorisation. La matinée a été réservée à la présentation d’exposés scientifiques illustrant de quelle façon les recherches techniques en archéométrie dépassent parfois les champs d’applications en archéologie pour servir des thématiques très appliquées – y compris celles définies par le Cnrs dans ses axes stratégiques d’innovation (robotique, imagerie du vivant, nanos, dépollution) – et/ou dans quelle mesure elles introduisent une dimension temporelle à des problématiques éminemment actuelles. L’après-midi était axé sur la valorisation. Des entrepreneurs, formés à la recherche par un parcours universitaire, présentaient leurs expériences de mise en œuvre de leurs compétences archéométriques dans la création et gestion de Tpe et Pme.

Actions nationales de formation et écoles thématiques du Cnrs organisées à l’initiative du réseau Cai-rn

35Comment concevoir une base de données en archéométrie (organisation : M. Balasse et M. Lebon) et rBDD (organisation : I. Baly et C. Martin), 5-6 juin 2014, Campus Cnrs de Villejuif, organisée par le réseau Cai-rn

36Destinée aux membres du réseau Cai-rn, producteurs de données, qui envisagent (à court ou moyen terme) la mise en place d’un système de gestion de base de données (Sgbd), cet atelier visait à former aux bonnes pratiques de conception, de gestion et de diffusion des bases de données. À l’issue de la formation, les participants devaient être à même de comprendre toutes les étapes de construction d’une base de données et de construire un projet en collaboration avec un ingénieur spécialisé.

37École thématique : Archéométrie des composés du fer et du manganèse (Arfema) (organisation : C. Rémazeilles et D. Neff), 10-14 juin 2013, Caes Cnrs Île d’Oléron, organisée par le réseau Cai-rn, le Cea et l’université de La Rochelle

38Les composés du fer et du manganèse dans les pigments des peintures préhistoriques et de certaines céramiques  témoignent de foyers anciens ou de structures enfouies ; les scories produites lors de la réduction du minerai de fer et les couches de corrosion formées sur des objets archéologiques ferreux contiennent aussi une grande variété de composés riches en fer. Cette école alliant sciences physiques, sciences de la Terre et archéologie, théorie et pratique, présentait un panorama des problématiques archéométriques impliquant l’étude de ces phases minérales et proposait des méthodologies communes pour y répondre. L’accent a également été mis sur les techniques de caractérisation et sur l’approche analytique multi-techniques/multi-échelles qui fait la particularité de la recherche en archéométrie pour l’étude des vestiges du patrimoine culturel.

39• Atelier : Les analyses non destructives mobiles: enjeux et applications en archéométrie (organisation : P. Dillmann et L. Bellot-Gurlet), hébergé par l’école thématique « Analyse non destructive mobile des objets d’art et des matériaux du patrimoine. Applications en conservation, archéologie & histoire », 29 septembre-3 octobre 2014, Centre international d’études pédagogiques (Ciep) & Cité de la céramique.

40Quelques présentations générales ont illustré l’utilisation d’instrumentations portables de caractérisation des matériaux. Elles ont été suivies d’une table ronde sur les « problématiques et enjeux autour des instrumentations portables ». L’objectif était d’évaluer les attentes de la communauté vis-à-vis des instrumentations portables en discutant de leurs potentiels dans le champ de l’archéométrie.

Écoles et ateliers soutenus par le réseau

41• École thématique : Paléogénomique (organisation : E.-M. Geigl et T. Grange), 17-21 octobre 2011, Cargèse

42Cette école thématique sur le séquençage massivement parallèle de génomes d’espèces éteintes (paléogénomique) s’arti-culait autour de la génomique, la bio-informatique, la biologie évolutive, la métagénomique et les sciences étudiant le passé (paléontologie, paléoanthropologie, archéozoologie, archéobotanique et archéologie).

43Logiciels de modélisation chronologique (organisation : P. Lanos), 14-17 juin 2011, Saint-Malo

44Ce stage s’adressait aux chercheurs amenés à construire des synthèses chronologiques à partir de séries de données fournies par les méthodes chronométriques (TL/OSL, 14C, AM...), l’archéologie ou les paléoenvironnements (stratigraphie, chronotypologie, corrélations) ou encore l’histoire (textes, numismatique, inscriptions). Le but était  de construire des modèles chronologiques, de prendre en compte les incertitudes sur les données et d’analyser les scénarios chronologiques obtenus en fonction des modèles et des incertitudes grâce à l’introduction des principes de raisonnement bayésien pour la modélisation des données chronologiques, en mettant l’accent sur la mise en œuvre pratique de ces principes dans les logiciels OxCal et RenDateModel, à partir d’exemples archéologiques concrets.

45Technologie céramique: une approche anthropologique des assemblages archéologiques (organisation : V. Roux et L. Salanova), 26-30 septembre 2011, Biarritz

46La technologie céramique avec pour outil analytique le concept de chaîne opératoire propose une lecture des traditions techno-stylistiques, suivie d’un questionnement en termes de groupes sociaux, de transmission, d’évolution. Cette introduction a abordé les traditions techniques par les micro- et macrotraces, la classification des assemblages archéologiques selon le concept de chaîne opératoire, les filiations chronoculturelles entre assemblages avec marqueurs techniques et stylistiques, l’approche fonctionnelle des assemblages et enfin les propriétés physico-chimiques des récipients.

47• École thématique Archéobios : Archives biologiques et biomatériaux en contexte archéologique (organisation : I. Théry-Parisot et L. Gourichon), 13-17 octobre 2013, Cepam – Nice

48ArchéoBios porte sur l’initiation et la mise à jour des connaissances en matière de prélèvements, d’échantillonnage, d’analyses et d’interprétation des archives biologiques et des biomatériaux en contexte archéologique. L’objectif est d’harmoniser les modes de prélèvements de ces archives dont l’analyse constitue le support des programmes de recherche de nombreux laboratoires d’archéologie en France ainsi que de nombreux projets labélisés. Cette école permet de répondre à des besoins concrets et de déboucher sur une meilleure interaction entre tous les acteurs de la recherche archéologique. Elle est pensée comme une interface entre les acteurs d’une même communauté scientifique qui ne disposent pas toujours des dernières connaissances, des moyens ou des temps d’échanges nécessaires à la définition de problématiques communes autour de la fouille et à leur mise en œuvre par rapport aux exigences du terrain.

49• Atelier Technos : Technologie de la matière osseuse travaillée en Préhistoire; approche, traitement, étude des industries osseuses (organisation : A. Averbouh), 28 mai- 2 juin 2012, Centre archéologique de Pincevent

50Cet atelier dispense une formation de base à la fouille, l’observation, le conditionnement et l’étude technologique des industries de l’os, afin de se familiariser avec les différentes matières osseuses et les diverses manières de les travailler, d’acquérir les bases terminologiques et méthodologiques de leur analyse technologique, et de connaître les gestes indispensables à la fouille en vue d’une étude postérieure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dillmann, Marie Balasse et Ludovic Bellot-Gurlet, « Objectif et actions du réseau Cai-rn », Les nouvelles de l'archéologie, 138 | 2015, 60-64.

Référence électronique

Philippe Dillmann, Marie Balasse et Ludovic Bellot-Gurlet, « Objectif et actions du réseau Cai-rn », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 138 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://nda.revues.org/2817 ; DOI : 10.4000/nda.2817

Haut de page

Auteurs

Philippe Dillmann

Articles du même auteur

Marie Balasse

Articles du même auteur

Ludovic Bellot-Gurlet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org