Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les chasseurs-cueilleurs

L’usage du bois en Alaska

Ethno-archéologie et dendrochronologie
Claire Alix
p. 45-50

Résumés

Sur la toundra côtière de l’Alaska et de l’Arctique, les Inuit comme leurs ancêtres ont surtout exploité des bois venus d’ailleurs, ceux que les vents et les flots ont apportés, reliant ainsi les forêts intérieurs aux côtes du nord. Cet article décrit un programme de recherche archéologique qui a établi un cadre méthodologique et développent des référentiels pour l’analyse des nombreux vestiges ligneux remarquablement conservés dans les sites des deux premiers millénaires ap. J.-C. dans le détroit de Béring. Il montre qu’un regard global sur la question du bois et de ses usages en contexte arctique est ce qui permet de faire parler les vestiges.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Artique
Haut de page

Texte intégral

1Au carrefour des continents asiatique et américain, les côtes sud-ouest et nord-ouest de l’Alaska et les îles du détroit de Béring (fig.1a) forment une région essentielle pour la compréhension des phénomènes de peuplement de la zone arctique et plus largement de l’Amérique. C’est là que la tradition néo-eskimo prend naissance un peu avant le début du premier millénaire apr. J.-C. et qu’au tournant du second millénaire se développe la culture de Thulé, ancêtre des Inuit qui ont migré jusqu’au Groenland (Arutyunov et Fitzhugh 1988; Dumond 1987; Mason 1998; Plumet 1996).

2Les sites archéologiques de cette période, notamment les riches dépotoirs gelés, sont nombreux à préserver les vestiges de l’exploitation du bois  : structures lourdes (poteaux, planches), parfois mobiles (perches de tente), objets du quotidien et armes de chasse, déchets de façonnage (copeaux) et occasionnellement combustible (charbons). Leur analyse est source d’information précieuse et souvent sous-estimée pour la connaissance des sociétés proto-inuit et de leur environnement.

3Le bois d’œuvre de ces peuples de la toundra était d’abord les grumes et souches qu’ils ramassaient le long des côtes. Encore aujourd’hui, des arbres de la taïga sibérienne et nord-américaine sont transportés par les fleuves jusqu’à l’océan et circulent au gré des courants, des vents et de la banquise, avant de venir s’échouer sur les plages.

  • 1  Dans le cadre d’un postdoctorat de la fondation Fyssen puis d’un programme de recherche soutenu pa (...)

4Les recherches menées en Alaska depuis2001 en collaboration avec G.P.Juday, professeur d’écologie forestière, K.Brewster, historienne de la tradition orale à l’University of Alaska Fairbanks (Uaf), et O.K.Mason, géo-archéologue indépendant1, ont pour objectif d’étudier et de documenter les processus naturels de la «production» du bois flotté (Wein n.d.) et les processus culturels de son exploitation dans le cadre du peuplement des côtes alaskiennes et de l’émergence de la culture de Thulé. Ces travaux ont établi un cadre méthodologique rigoureux et développent des référentiels pour l’analyse et l’interprétation des vestiges ligneux: mise en place d’une ethno-archéologie du travail du bois; étude d’amas naturels de bois flotté; caractérisation de la matière; relance d’un programme dendrochronologique sur le bois flotté pour, à long terme, dater les bois archéologiques et contribuer au cadre chronologique du peuplement de la région.

Répartition et composition du bois disponible

5L’analyse d’objets provenant de sites du Thulé et de l’Ipiutak a montré l’usage prépondérant de l’épicéa (Piceasp.) (Alix 2001, 2007, sous presse, à paraître). Devant l’absence de données précises sur la composition des amas naturels, en dehors d’une abondance de l’épicéa, la question restait de savoir si les assemblages d’objets reflétaient bien la proportion des essences disponibles dans ces amas. Aussi, des relevés et des échantillonnages ont été effectués le long des côtes d’Alaska et du sud de la Péninsule des Tchouktches (Alix 2004, 2005).

6Les différences de part et d’autre du détroit sont notables tant du point de vue de la composition des amas que de leur distribution. Même discontinue, l’abondance du bois flotté en Alaska contraste avec sa pauvreté le long de la côte tchouktche. La distribution des essences dans les amas de la côte alaskienne est relativement uniforme et souligne leur origine: la taïga du subarctique nord-américain (fig.1b). L’épicéa y prédomine, mais le peuplier (Populus balsamifera) et les saules (Salixspp.) forment jusqu’à 40% des accumulations (ibid.). L’épicéa n’est donc pas aussi abondant que ce que l’étude des objets archéologiques pouvait laisser penser. Du côté tchouktche, on trouve un plus grand nombre de saules (Salixspp.) et, parmi les conifères, du mélèze (Larixsp.) en plus de l’épicéa (Alix 2005). Au xixesiècle déjà, l’ethnologue W.Hough  rapportait que le bois était rare sur la côte tchouktche (Hough 1895 in Mason 1998: 290). En était-il de même durant les deux premiers millénaires de notre ère? Cette disparité dans la  répartition du bois rappelle celles d’autres ressources, dont certaines animales, qui étaient exploitées, échangées, voire hardiment convoitées par les différents groupes installés au xixesiècle des deux côtés du détroit (Gerlach et Mason 1992; Mason 1998; Sheehan 1995).

7L’analyse anthracologique peut aider à reconstituer la composition passée du bois flotté des environs immédiats d’un site archéologique. Elle repose sur le principe que les charbons dispersés provenant des couches de remplissage loin des zones de foyers fournissent une bonne représentation de la végétation existant autour d’un site durant son occupation (Chabaletal. 1999). Sur la côte alaskienne, la végétation est une toundra rase avec essentiellement quelques saules rampants (Salixspp.) et du bouleau nain (Betula nanaL.) (Viereck, Little et Elbert 2007); le bois flotté est donc souvent le combustible le plus abondant et le plus facilement accessible, et l’analyse des charbons peut en fournir la composition.

  • 2  L’identification des charbons ne permet pas de différencier l’épicéa du mélèze, d’où la notation P (...)
  • 3  La structure générale de la végétation de l’Alaska n’a guère varié depuis le milieu de l’Holocène.

8Une étude pilote a porté sur deux niveaux Birnirk et Thulé du site de Uivvaq (fig.1c,d) (voir Hoffecker et al. à paraître; Mason 2003). L’identification des taxons Piceasp./ Larixsp.2, Populussp. et Alnussp. dans les charbons, indique que le bois flotté a bien servi de bois de feu car ces essences ne poussaient pas sur la côte3. Présents aussi bien dans le bois flotté que dans la végétation locale, les genres Salix et Betula sont de moins bons indicateurs. Pourtant, leurs proportions associées à celle de l’aulne rappellent celle des amas naturels. La composition des spectres anthracologiques des deux niveaux d’occupation de Uivvaq ne varie pas de manière significative, ni entre eux, ni avec celles des amas modernes (fig.1b-d). Le taux d’épicéa est de 40à 50% dans les trois assemblages; la composition des amas côtiers est donc restée relativement stable entre les trois périodes. Le taux d’épicéa dans les amas et dans les charbons est beaucoup plus faible que celui des assemblages d’objets du Thulé (en moyenne 91%, fondé sur plus de 1000objets). Cette différence souligne la sélection préférentielle de l’épicéa comme bois d’œuvre.

Fig. 1

Fig. 1

Localisation des sites mentionnés dans le texte et composition des amas de bois flotté sur la côte nord de l’Alaska

Constantes de la matière et variantes techniques

9L’analyse de collections archéologiques du nord-ouest de l’Alaska a été menée parallèlement à une série d’entretiens ethnographiques conduits dans le sud-ouest et l’intérieur de l’Alaska (Alix 2007; Alix et Brewster 2004; Wheeler et Alix2004). L’analyse xylologique des bois archéologiques et des bois flottés travaillés par des sculpteurs actuels visait, en premier lieu, à déterminer la manière dont les artisans sélectionnent la matière qu’ils travaillent et quelles contraintes elle leur impose. Ces dernières dépendent du bois lui-même (avant qu’il ne soit flotté) mais aussi des conditions environnementales et climatiques qui l’affectent lors des étapes de sa production (Alix 2005). En effet, travailler un bois flotté comporte des avantages comme des inconvénients, mais aussi des défis, puisque la matière a déjà subi de nombreuses transformations – épisodes de séchage et de trempage, gel dans glace de rivière et de mer, infiltration de sels marins, de sable et de limon; enfin, dépôt sur la côte et altération lente par divers insectes et autres agents de dégradation – qui conduisent à la production de bois de dimensions et de conditions variables. Certains, parfaitement bien séchés et vieillis, seront recherchés et convoités tandis que d’autres, gorgés d’eau ou desséchés, ne valent même pas d’être brûlés.

10Les enquêtes ethnographiques ont montré la sélection préférentielle de troncs d’épicéa caractérisés par des conditions de transport attribuables à certaines conditions climatiques (Alix 2005). La fraîcheur du bois, qui dépend de la vitesse du transport de son lieu d’origine à la côte où il est collecté, est l’un des premiers critères de cette sélection. Ensuite, les bois sont choisis en fonction de leurs caractéristiques physiques, de la localisation dans l’arbre et des conditions de séchage (Alix 2007). En fait, la sélection repose sur une profonde connaissance et compréhension de la matière et de ces comportements à l’ouvrage, que l’on retrouve dans tout l’Arctique nord-américain (ibid.). Les plus anciens vestiges de ces différents types d’épicéa remontent au moins à 550-750apr.J.-C. dans le niveau Ipiutak du site de Qitchauvik et pendant toutes les phases du Thulé (Alix 2007, sous presse).

11La constance des matériaux sélectionnés nous a amené à rechercher les variantes culturelles dans les techniques et les outils choisis pour certains actes techniques. La trousse à outil de l’artisan de l’Ipiutak et du Birnirk/Thulé est homogène. Coins, herminettes, couteau à sculpter, gouges et pierre ponce sont les outils employés. Les nombreux éclats retrouvés, comme certaines ébauches, indiquent une réduction des troncs et des souches par clivage. Or l’aptitude au clivage est l’une des caractéristiques de l’épicéa. Le façonnage plus fin est réalisé par l’emploi successif (ou alterné?) d’herminettes de plus en plus petites, de couteaux à sculpter et de gouges. Un travail complet sur les traces et l’enchaînement des actes techniques reste toutefois à mener en parallèle avec un large programme d’expérimentations.

  • 4  Dans le détroit de Béring, le métal est utilisé pour fabriquer des lames de couteau, de graveur et (...)

12Les matières premières utilisées pour la partie active des outils à sculpter – ardoise silicifiée, chert, quartz, jade, dents de castor ou d’ours, et même métal4 – ont été employées par l’ensemble des groupes culturels de la région. Certains matériaux comme le jade n’apparaissent que tardivement (Giddings 1952). Certaines traces de découpe des vestiges en bois de Qitchauvik (Ipiutak), Deering, Uivvaq et Walakpa (Birnirk/Thulé) (fig.1a) suggèrent que les artisans de ces sites ont employé le métal dans certains cas (Alix 2003, sous presse). Actuellement, la différence la plus nette entre les deux groupes réside dans la manière dont les artisans de l’Ipiutak et du Thulé ont percé le bois. Ces derniers utilisaient un foret rotatif qui produit des trous nets, circulaires, dont les parois montrent des fibres tranchées par rotation (fig.2a). De leur côté, les artisans de l’Ipiutak perçaient le bois à l’aide d’une petite gouge terminée par une dent de castor qui laisse la trace bien reconnaissable d’un coup de dent (fig.2b).

Fig  2

Fig  2

Variante technique : le percement des trous à l’Ipiutak et au Thulé. A- Thulé : foret rotatif ; b- Ipiutak : gouge (dent de castor)

Séquences dendrochronologiques, origine et transport des bois flottés

13Alors que partout ailleurs, les séquences dendrochronologiques se multiplient, s’allongent et sont fréquemment utilisées pour dater les sites archéologiques, en Alaska, la dendrochronologie est surtout l’outil des climatologues et des écologues. Malgré l’abondance des vestiges ligneux et la multiplication des travaux dendroclimatologiques, les archéologues l’utilisent très rarement et les séquences, qui devraient déjà être longues, n’ont jamais été développées (Nash 2000). À ce jour, les plus longues sont celle de la Kobuk, établies dans les années1950, qui remontent au douzième siècle en utilisant des bois archéologiques (Giddings 1952; Graumlich et King 1997), et celle de la péninsule Seward longue de 600ans et établie à partir d’épicéas vivants et morts (relict wood) à des fins paléoclimatiques (D’Arrigo et al. 2005). De plus, on préfère utiliser pour les séquences dendroclimatiques des épicéas poussant à leur limite altitudinale ou latitudinale de croissance car ils fournissent des séries très sensibles. Or l’essentiel du bois flotté provient des plaines alluviales du Yukon et de la Kuskokwim pour lesquelles les séquences sont rares.

Une question de méthode et de référentiels

14La difficulté principale de la dendrochronologie sur bois flotté réside dans la multiplicité des corrélations possibles. À la différence des milieux forestiers, la variable inconnue n’est pas seulement le temps, mais aussi l’origine. Le risque est d’obtenir un trop faible taux de réussite lors de la datation croisée de bois flottés ou de bois archéologiques d’origine inconnue comme c’est le cas dans l’Arctique oriental (Eggertsson 1994). La situation n’est pas aussi extrême en Alaska, où l’origine des bois est essentiellement limitée à deux grands bassins fluviaux et la circulation des bois est maintenant un peu mieux comprise (Alix 2005).

15La datation des bois flottés et archéologiques soulève aussi la question du temps écoulé entre la mort de l’arbre et son utilisation par l’homme. Quel est le temps de circulation des troncs et le temps écoulé entre son dépôt sur une rive et sa collecte par l’homme? Le bois a-t-il été réutilisé comme dans le cas d’un poteau retiré d’une ancienne structure pour en construire une nouvelle? Pour répondre à ces questions, l’analyse doit déterminer le type de bois, de technique de construction et le temps de transport des bois flottés, ce que la dendrochronologie associée à la tradition orale permet de calculer.

  • 5  Les sites de la Kuskokwim sont l’objet d’une maîtrise par Steve Winslow à l’University of Alaska F (...)

16Entre2002 et2007, lors de plusieurs campagnes de terrain sur le Yukon, sur son affluent majeur le Tanana, et sur la Kuskokwim5, des tarières de Picea glauca ont été prélevées dans vingt-cinq localités réparties le long des fleuves (fig.3: carte). Les premières analyses montrent que si les épicéas des forêts alluviales ne fournissent pas de séquences de cernes d’accroissement aussi sensibles que celles de la limite d’extension des arbres, ces dernières présentent des signatures suffisamment claires et localement distinctes pour servir d’étalons lors de la corrélation des séquences fournies par les bois flottés modernes.

Fig.3

Fig.3

Relance de la dendrochronologie sur bois flotté : exemple de bois datés à Hoope Bay

Les séquences de référence dans le bassin du Yukon

17La croissance radiale (en moyenne 1mm/an) des Picea glauca le long du Yukon et du Tanana est plus large que celle des épicéas d’autres milieux (Juday et Alix 2007). Par ailleurs, cette valeur moyenne correspond à la largeur des cernes observée sur la majorité des objets en bois du Thulé (Alix 2001). Cette croissance radiale est négativement corrélée à la température de certains mois de l’année. Nous avons obtenu le meilleur prédicteur de croissance à partir de la température des mois de juillet et août de l’année précédente et de celle du mois de mai de l’année en cours. Toutefois, les précipitations jouent aussi leur rôle et nous observons que celles du début du printemps de l’année précédente et de l’année en cours sont faiblement associées à la largeur des cernes et peuvent contrebalancer l’effet négatif des températures élevées.

18Les signatures des séquences du bassin du Yukon varient selon un gradient Est/Ouest. La région des Yukon Flats présente une signature bien différente de celle des régions situées en aval du village de Tanana, comme Giddings (1953) l’avait observé lors de son étude pionnière. Ces signatures régionales sont stigmatisées par des années «marqueurs» qui correspondent généralement à de fortes réductions de croissance. Dans les Yukon Flats, par exemple, les années 1845/1846, 1872, 1912, 1954 et 1969/1970 ont formé un cerne étroit. Ces différences permettent de distinguer un bois du haut du fleuve d’un autre provenant d’une région plus en aval. En revanche, distinguer un bois du bas du Yukon d’un bois de la Kuskokwim qui pousse à la même latitude dans des conditions écologiques de croissance similaires pourrait s’avérer plus difficile (Oswalt 1950). Quoi qu’il en soit, l’établissement de signatures régionales confirme la sensibilité des Picea glauca des forêts fluviatiles et leur importance pour la datation croisée des bois flottés.

Dendrochronologie des bois flottés

  • 6  Le dernier cerne du tronc 04HB1 est incomplet ce qui indique que l’arbre est mort au cours de sa p (...)

19Un ensemble de quarante-quatre disques de bois flotté provenant de sept accumulations localisées entre Hooper Bay et Point Barrow ont été préparés, mesurés et corrélés aux séquences de références établies pour le Yukon et le Tanana. À ce jour, 25% des disques sont positivement datés, principalement avec les séquences des Yukon Flats et du Tanana. La figure3 montre un exemple de datation de troncs collectés en2003 par S.Stone résidant au village de Hooper Bay. Le dernier cerne de deux des disques est daté de1992 et un troisième de19986 (fig.3: tableau). Ces disques sont datés avec les séquences établies à proximité de Circle (Cir) et de Beaver (Bea), c’est-à-dire dans les Yukon Flats (fig.3: graphe). Selon S.Stone, le plus récent et le plus large des disques (04HB1) était «frais» lorsqu’il l’a trouvé en2003. À Hooper Bay, la demande en bois est telle, que les villageois collectent les troncs aussitôt qu’ils arrivent (Wheeler et Alix 2004). Ces troncs n’ont donc pas dû rester sur la plage plus de quelques jours après s’être échoués à proximité du village et ils ont mis entre quatre et onze ans pour parcourir les plus de 1000km qui séparent les Yukon Flats de Hooper Bay.

20Ces datations de bois flotté permettent non seulement de déterminer la région d’origine des bois, ce qui n’avait pas été réalisé en Alaska depuis les années1950 (Giddings 1941; Oswalt 1951; Van Stone 1958), mais aussi de calculer leur temps de transport. Leur multiplication permettra une meilleure interprétation des datations qui seront obtenues sur bois archéologique.

21L’analyse des vestiges ligneux archéologiques replace le bois dans le cycle de subsistance et le système technique des chasseurs-cueilleurs de l’Arctique. Nos recherches conduites en Alaska montrent qu’une approche pluridisciplinaire et une vision globale de l’exploitation du bois dans l’Arctique et le subarctique repousse les limites de l’analyse des vestiges ligneux. Au-delà de ce contexte, elles restituent les usages de ce matériau que l’homme a exploité partout et de tout temps.

Haut de page

Bibliographie

Alix, C. 2001. Exploitation du bois par les populations néo-eskimo entre le nord de l’Alaska et le Haut Arctique canadien. Thèse de doctorat, université de Paris-I-Panthéon Sorbonne.

Alix, C. 2003. «Wood remains from the 2002 excavation at Uivvaq, Cape Lisburne», in: O.K.Mason (ed.), Uivvaq Heritage Project Field Season 2002 Final Report. Report to Aglaq/Conam in fulfillment of contract 2103-004, Anchorage, GeoArch Alaska: 193-219.

Alix, C. 2004. «Bois flottés et archéologie de l’Arctique: contribution à la préhistoire récente du détroit de Béring», Études/ Inuit/ Studies, 28(1): 109-132.

Alix, C. 2005. «Deciphering the impact of change on the driftwood cycle: contribution to the study of human use of wood in the Arctic», Global and Planetary Change, 47(2-4): 83-98.

Alix, C. 2007. «Ethnoarchéologie de la production des objets en bois dans l’Arctique nord-américain», in: S. Berries et V.Vaté (dir.), Les civilisations du renne d’hier et d’aujourd’hui: approches ethnohistoriques, archéologiques, anthropologiques, XXVIesRencontres internationales d’histoire et d’archéologie d’Antibes. Antibes, Apdca: 377-391.

Alix, C. sous presse. «Wood artifacts and technology at Qitchauvik», in: O.K.Mason et al. (ed.), An Ipiutak Outlier: a 1500Years Old Qarigi on the Golovnin Lagoon. Anchorage, National Park Service.

Alix, C. à paraître. «Persistence and change in Thule wood use», in: H.D.G.Maschner et O.K.Mason (ed.), The Northern World AD 900-1400: The Dynamics of Climate, Economy, and Politics in Hemispheric Perspective. University of Arizona Press.

Alix, C. et K.Brewster. 2004. «Not all driftwood is created equal: wood use and value along the Yukon and Kuskokwim Rivers, Alaska», Alaska Journal of Anthropology, 2(1): 48-65.

Anagnost, S.E., R.W.Meyer et C.deZeeuw. 1994. «Confirmation and significance of Bartholin’s Method for the identification of the wood of Picea and Larix», Iawa Journal, 15(2): 171-184.

Arutyunov, S.A. et W.W.Fitzhugh. 1988. «Prehistory of Siberia and the Bering Sea», in: W.W.Fitzhugh et A.Crowell (ed.), Crossroads of Continents. Cultures of Siberia and Alaska. Washington Smithsonian Institution: 117-129.

Bartholin, T.S. 1979. «The Picea-Larix problem», Iawa Journal, 1: 68-70.

Chabal, L., L.Fabre, J.-F.Terral et I.Théry-Parisot. 1999. «L’Anthracologie», in: A.Ferdière (dir.), La botanique. Paris, Errance: 43-104.

D’Arrigo, R., E.Mashig, D.Frank, R.Wilson et G.Jacoby. 2005. «Temperature variability over the past millenium inferred from Northwestern Alaska tree-rings», Climate Dynamics, 24: 227-236.

Dumond, D. 1987. The Eskimos and Aleuts. Londres, Thames and Hudson.

Eggertsson, O. 1994. Origin of the Arctic driftwood: a Dendrochronological Study. Lundqua Thesis 32. Lund, Lund University, Department of Quaternary Geology.

Gerlach, C. et O.Mason. 1992. «Calibrated radiocarbon dates and cultural interaction in the Western Arctic», Arctic Anthropology, 29(1): 54-81.

Giddings, J.L. 1941. Dendrochronology of Northern Alaska. Tucson, Laboratory of Tree-Ring Research (Laboratory of Tree-Ring Research Bulletin 1).

Giddings, J.L. 1952. The Arctic Woodland Culture of the Kobuk River. Philadelphia, University Museum, University of Pennsylvania.

Giddings, J.L. 1953 «Yukon River Spruce Growth», Tree-Ring Bulletin, 20(1): 2-5.

Graumlich, L. et J.King. 1997. Late Holocene Climatic Variation in Northwestern Alaska as Reconstructed from Tree-Rings, Final Report to the Cooperative Research with the National Park Services. Tree-Ring Laboratory, University of Arizona.

Hoffecker, J., O.K.Mason, S.A.Elias, D.K.Hanson, C.Alix et K.Leeper. à paraître. «Stratigraphy and climate history of an arctic coastal midden in northwestern Alaska» (soumis à Arctic).

Hough, W. 1895. «Slate Armor», in: Report of the US National Museum for 1893. Washington Smithsonian Institution: 627-651.

Juday, G.P. et C.Alix. 2007. «Environmental signal focused in pointer years in Yukon River white spruce (Poster)», contribution à The Disturbance Dynamics in Boreal Forests VI International Conference, 30mai-2juin 2007, Fairbanks.

Levin, M.G. et D.A. Sergeyev. 1964. «The penetration of iron into the Arctic - The first find of an iron implement in a site of the Obs culture», in: H.Micheal (ed.), The Archaeology and Geomorphology of Northern Asia, Selected Work. Translation from Russian Sources, vol.5. Toronto, University of Toronto Press: 319-326.

Mason, O.K. 1998. «The contest between the Ipiutak, Old Bering Sea, and Birnirk polities and the origin of whaling during the First MillenniuA.D. along Bering Strait», Journal of Anthropological Archaeology, 17(3): 240-325.

Mason, O.K. 2003. Uivvaq Heritage Project Field Season 2002 Final Report. Report to Aglaq/Conam in fulfillment of contract 2103-004, GeoArch Alaska.

McCartney, A. 1988. «Late Prehistoric metal use in the New World Arctic», in: R.D.Shaw, R.Harritt et D.Dumond (ed.), The Late Prehistoric Development of Alaska’s Native People. Fairbanks, Alaska Anthropology Association (Monograph Series Aurora. vol.4.): 35-79.

Nash, S.E. 2000. «James Louis Giddings’ archaeological tree-ring dating in the American Arctic: a forgotten legacy», Arctic Anthropology, 37(1): 60-78.

Okladnikov, A.P. 1963. «The introduction of iron in the Sovjet Arctic and Far East», Folk, 5: 249-255.

Oswalt, W. 1950. «Spruce Boring form the Lower Yukon River», Tree-Ring Bulletin, 16(4): 26-30

Oswalt, W. 1951. «The origin of driftwood in Hooper Bay, Alaska», Tree-Ring Bulletin, 18: 6-8.

Plumet, P. 1996. «L’esquimau: essai de synthèse de la préhistoire de l’Arctique esquimau», Revista de arqueologia Americana, 10: 7-51.

Semenov, S.A. 1964. Prehistoric Technology. An Experimental Study of the oldest Tools and Artefacts from traces of Manufacture and Wear. Londres, Cory, Adams and Mackay.

Sheehan, G.W. 1995. «Whaling surplus, trade, war, and the integration of Prehistoric Northern and Northern Alaskan economies, AD 1200-1826», in: A.P.McCartney (ed.), Hunting the Largest Animals - Native Whaling in the Western Arctic and Subarctic. Edmonton, University of Alberta, The Canadian Circumpolar Institute (Occasional Publication vol.36): 185-206.

Van Stone, J.W. 1958. «The origin of driftwood on Nunivak Island, Alaska.», Tree-Ring Bulletin, 22: 12-15.

Viereck, L.A., J.Little et L.Elbert. 2007. Alaska Trees and Shrubs. Fairbanks, University of Alaska Press, Snowy Owls books, 2eédition.

Wein, R. n.d. «A dynamic model of driftwood flow along the lower Mackenzie River», http://www.mackenziedelta.ca/driftwood.htm.

Wheeler, R. et C.Alix. 2004. Economical and Cultural Significance of Driftwood, in Coastal Communities of Southwestern Alaska. Fairbanks, Report to the Cooperative Extension Services.

Haut de page

Notes

1  Dans le cadre d’un postdoctorat de la fondation Fyssen puis d’un programme de recherche soutenu par l’Institut polaire français Paul Émile Victor et divers organismes américains (National Sciences Foundation, International Arctic Research Center, National Oceanic and Atmospheric Administration, Fond Geist University of Alaska Museum).

2  L’identification des charbons ne permet pas de différencier l’épicéa du mélèze, d’où la notation Picea sp./Larix sp. La combustion du bois détruit souvent les parois des trachéides horizontales qui aident, sous certaines conditions, à différencier les deux genres (Anagnost et al. 1994, Bartholin 1979). Le plus gros des Picea sp./Larix sp. Est probablement un Picea sp. mais l’analyse ne permet pas de l’affirmer.

3  La structure générale de la végétation de l’Alaska n’a guère varié depuis le milieu de l’Holocène.

4  Dans le détroit de Béring, le métal est utilisé pour fabriquer des lames de couteau, de graveur et des mèches de foret dès les cultures OBS et Okvik qui précèdent l’Ipiutak et le Birnirk/Thulé (Levin and Sergeyev 1964, McCartney 1988, Okladnikov 1963, Semenov 1964).

5  Les sites de la Kuskokwim sont l’objet d’une maîtrise par Steve Winslow à l’University of Alaska Fairbanks (Department of Forest Sciences).

6  Le dernier cerne du tronc 04HB1 est incomplet ce qui indique que l’arbre est mort au cours de sa période de croissance, c’est à dire ici durant l’été 1999.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Localisation des sites mentionnés dans le texte et composition des amas de bois flotté sur la côte nord de l’Alaska
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig  2
Légende Variante technique : le percement des trous à l’Ipiutak et au Thulé. A- Thulé : foret rotatif ; b- Ipiutak : gouge (dent de castor)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig.3
Légende Relance de la dendrochronologie sur bois flotté : exemple de bois datés à Hoope Bay
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/281/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Alix, « L’usage du bois en Alaska », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 45-50.

Référence électronique

Claire Alix, « L’usage du bois en Alaska », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/281 ; DOI : 10.4000/nda.281

Haut de page

Auteur

Claire Alix

Alaska Quaternary Center et Department of Forest Sciences, University of Alaska Fairbanks, USA/ Umr 8096 « archéologie des Amériques », Cnrs, Nanterre
fncma@uaf.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org