Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les chasseurs-cueilleurs

Les indiens de Patagonie entre science et romance

L’apport des recherches françaises
Dominique Legoupil
p. 27-32

Résumés

Les groupes terrestres et maritimes de Patagonie figurent parmi les représentants les plus typiques des chasseurs-cueilleurs des pays froids parvenus jusqu’au XX°siècle avec un bagage culturel pratiquement intact. Aucune influence des hautes cultures des Andes, aucune trace d’une évolution vers l’élevage ou l’agriculture, le tissage ou la métallurgie, ne semble avoir effleuré ces chasseurs nomades avant l’arrivée de l’homme européen, de ses navires et de ses chevaux. De là, au-delà du mythe, provient sans doute l’intérêt des ethnologues et des archéologues pour ces populations. Parmi eux, un petit nombre de français ont participé à l’aventure, notamment concernant la connaissance des populations maritimes des archipels. Leur apport est loin d’être négligeable puisque c’est à une mission française, la Mission Scientifique du Cap Horn, qu’on doit la première étude du groupe le plus austral, celui des Yamana du Cap Horn en 1882, et à un chercheur du CNRS, Emperaire, les dernières observations réalisées sur les Alakaluf avant la disparition de leur culture. Depuis un demi-siècle, l’archéologie a pris le relais de l’ethnologie, et toujours sous l’impulsion d’Emperaire, l’ancienneté six fois millénaire de cette adaptation maritime a été reconnue. Restent à découvrir les modalités de ce peuplement original. C’est à cette tâche que nous nous consacrons maintenant.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Patagonie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  On désignait ainsi autrefois les nomades marins occupant toutes les îles au sud du détroit de Mage (...)

1La Patagonie, terminus supposé du peuplement du continent sud-américain face au continent antarctique, s’étend sur plus de dix degrés de latitude pour se terminer au cap Horn. Ce finis terrae, longtemps assimilé au mythique continent austral de Pline, a fortement inspiré l’imaginaire européen. La découverte des « géants » patagons sur la côte atlantique par Magellan en 1520, puis des petits Fuégiens1 dans la zone australe au cours des décennies qui suivirent, loin de brider l’imagination, a renforcé l’intérêt des voyageurs, des théologiens ou des savants pour ces « peuples des antipodes » des cartes médiévales.

  • 2  Cette explication longtemps avancée serait fausse. Le terme Patagon viendrait en réalité du roman (...)

2Ils furent ainsi l’objet d’âpres débats marqués par les mentalités respectives de chaque époque et par leurs paradigmes. On s’interrogea tout d’abord sur leur nature, animale ou humaine, la première l’emportant souvent dans l’iconographie où bêtes et hommes de Patagonie sont également assimilés à des monstres : hommes à tête et pattes de chiens (d’où leur nom de Patagons2) ; géants (Pigafetta, Byron, Pernetty…) ou nains (l’ethnologue M. Gusinde avait pour mission de les comparer aux pygmées) selon de nombreux voyageurs, qui remettent ainsi en question leur condition humaine ; enfin, anthropophages, comme on le voit dans les gravures de Théodore de Bry au xvie siècle ou dans les écrits de Fitz-Roy au xixe siècle.

3Plus tard, ils s’inscrivent tout naturellement dans l’étude de la diversité humaine. En particulier, les Fuégiens jouent un rôle non négligeable – mais peu glorieux – dans l’élaboration des théories évolutionnistes. Darwin, qui les rencontra en 1832, peinait à leur reconnaître le statut d’homme : « quand on voit ces hommes, c’est à peine si on peut croire que ce soient des créatures humaines, des habitants du même monde que le nôtre » (Darwin 1985 : 233) ; « On peut, en quelque sorte, comparer leurs quelques facultés à l’instinct des animaux, ces facultés en effet ne profitant pas de l’expérience » (id. : 236) ; « le langage de ce peuple mérite à peine le nom de langage articulé » (id. : 225) ; et, quand il se décide, c’est pour souligner combien « est énorme la différence qui sépare l’homme sauvage de l’homme civilisé, différence certainement plus grande que celle qui existe entre l’animal sauvage et l’animal domestiqué » (id. : 224). Darwin regrettera tardivement sa sévérité, mais on trouve l’écho de ces ses a priori dans l’esprit de bien des voyageurs du xixe siècle, et même plus tard. Ainsi, au milieu du xxe siècle, le navigateur Vito Dumas jetait des clous sur le pont de son bateau pour traverser les archipels de Patagonie par crainte de l’attaque de ces Sauvages mangeurs d’hommes, tandis qu’Emperaire continuait à s’interroger sur leur anthropophagie et à en chercher les traces dans les ossements archéologiques qu’il fouillait. Cette légende, non démontrée, pourrait trouver ses racines dans l’assimilation avec les cas d’anthropophagie largement observés au xve-xvie siècle au Brésil ou en Floride. De Bry, notamment, qui a fait beaucoup pour la diffusion de l’iconographie des peuples d’Amérique dans « Les Grands Voyages », ne gravait que d’après récits ; quant à Fitz-Roy, il se fondait sur la parole d’un Alakaluf embarqué qui aurait pu vouloir dénigrer les Yamanas.

4Ce mythe sous-jacent, ajouté à l’attrait d’une nature primitive et à la légende du cap Horn, fait encore aujourd’hui le bonheur de la littérature de voyage (que l’on songe au succès des livres de Bruce Chatwin ou de Jean Raspail), et explique la fascination des médias pour les simples vocables de Patagonie ou de Terre de Feu.

5Face au mythe, s’est développée peu à peu une connaissance plus rationnelle de ces chasseurs-cueilleurs, installés depuis douze millénaires dans les prairies atlantiques de Patagonie où ils cohabitaient probablement avec la grande faune pleistocène (mylodon, tigre à dents de sabre…) longtemps avant la pénétration de l’homme dans l’inextricable réseau des archipels, 6 000 ans plus tard. Ainsi, le mythe s’explique par une certaine réalité. Deux groupes très différents ont cohabité en Patagonie et en Terre de Feu durant toute la seconde moitié de l’Holocène : d’une part les chasseurs terrestres de la pampa continentale (les géants Patagons des textes anciens ou Tehuelches de la littérature moderne), et les Onas ou Selk’nams de Terre de Feu et, d’autre part, les petits chasseurs maritimes (Yamanas, Alakalufs et Chonos) des archipels, détroits et mers intérieures du versant pacifique (fig. 1). Tout séparait ces deux populations : la Cordillère, mais aussi le physique, la langue et les modes de vie.

Fig. 1

Fig. 1

Les  chasseurs-cueilleurs de Patagonie : principaux groupes ethniques

6La reconnaissance de leurs caractères particuliers fut ébauchée peu à peu par les premiers navigateurs. Toutefois, une certaine confusion est restée longtemps perceptible dans l’esprit des compilateurs ou des graveurs, qui souvent se fondaient sur des données de seconde main, répétant mythes et erreurs. À partir des grandes expéditions scientifiques du xviiie siècle a commencé à se préciser l’image de ces populations qui ont survécu sans grand changement jusqu’à l’aube du xxe siècle. Puis, grâce aux recherches archéologiques entamées dès la fin du xixe siècle dans le territoire terrestre, plus récemment dans les archipels, sont apparus des indices de leur ancienneté et les témoins de l’évolution de leurs cultures et de la variété de leurs modèles adaptatifs. Les voyageurs et scientifiques français ont apporté un tribut non négligeable à ces connaissances.

Du côté de la terre…

7Assez tardivement, au xixe siècle, les Français ont entrepris de visiter le vaste territoire des grandes plaines, surtout argentines, de Patagonie. Parmi d’autres travaux de moindre importance, il faut noter ceux du naturaliste d’Orbigny (1835-1847 et 1839), dont une partie concerne les Tehuelches de la province du Rio Negro. Outre des considérations sociales ou religieuses illustrées par des gravures d’un romantisme échevelé, d’Orbigny participe au débat sur le gigantisme des Patagons : il estime à 1 m 73 la taille moyenne des groupes modernes de cette région (d’autres auteurs iront jusqu’à 1 m 80). Les riches collectes d’ossements effectuées par le comte de la Vaux du rio Negro à la région de Santa Cruz, étudiées par R. Verneau mènent à une conclusion identique dans Les Anciens Patagons (1903). Un autre témoignage plus ethnographique est porté par un aventurier français, captif des Tehuelches pendant trois ans au milieu du xixe siècle, Alfred Guinnard (1979). N’oublions pas non plus les descriptions et les lithographies dues à l’expédition Dumont d’Urville (1842-1846) lors d’une rencontre avec les Tehuelches du sud, sur la côte du détroit de Magellan (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Campements de Patagons au Havre Peckett (Atlas de Dumont d’Urville)

8La culture tehuelche s’est éteinte dès le début du xxe siècle. Les recherches archéologiques prirent alors le pas sur les observations ethnographiques. J. Emperaire et A. Laming-Emperaire participèrent à ce mouvement avec pour objectif de définir la profondeur chronologique des occupants de la Patagonie australe et de la grande île de Terre de Feu, et d’étudier leur évolution culturelle. Ils reprirent notamment, après l’anthropologue américain J. Bird, les fouilles de la grotte Fell qui sert de référence à la culture des chasseurs terrestres, et celles de la grotte du Mylodon où était née, dès la fin du xixe siècle, la controverse sur la contemporanéité de l’homme et de ce grand paresseux pleistocène. Emperaire arriva à la conclusion que la cohabitation de l’homme et du mylodon n’était pas établie dans cette grotte, favorisant l’hypothèse d’un reste paléontologique comme cela a été confirmé depuis. Toutefois, le débat reste ouvert après la découverte d’associations du mylodon et de l’homme dans d’autres grottes de la région (Prieto 1991).

9Laming-Emperaire, prenant le relais de son époux après la disparition accidentelle de celui-ci, mit pour la première fois en évidence l’ancienneté du peuplement de la Terre de Feu, avec des datations variant de 5500 à 9500 ans BP pour le site de Marazzi (Laming-Emperaire 1972). Cette ancienneté a été récemment confirmée et même accrue lors de la découverte du site de Tres Arroyos daté de 11500 ans et donc, sans doute, antérieur à l’ouverture du détroit de Magellan qui devait séparer l’île du continent (Massone 2004).

Du côté de la mer…

10Mais c’est sans conteste à la connaissance des populations maritimes de Patagonie que les observateurs français ont le plus apporté, non pas au début des grands voyages de découverte, auxquels la France participa peu, mais à partir de la fin du xviie siècle.

11De ce point de vue, la période 1690-1710 fut particulièrement riche, avec les tentatives de commerce des flibustiers et corsaires de Louis XIV de passage dans le détroit de Magellan. Bénéficiant d’informations obtenues de flibustiers (La Guilbaudière, Massertie), deux expéditions politico-commerciales, l’une menée par de Gennes en 1696, l’autre par de Beauchesne-Gouin entre 1697 et 1701, firent longuement escale sur les côtes de l’île Carlos III (île Louis-Le-Grand des cartes françaises) et de Puerto Gallant. Dans cette baie, Beauchesne-Gouin avait reçu pour mission d’installer un comptoir destiné au ravitaillement de la nouvelle Compagnie des mers du Sud créée, à cette occasion, avec le soutien du ministre de la Marine et la participation financière de nobles de cour qui pouvaient s’adonner à cette activité commerciale sans déroger.

12Ces expéditions furent particulièrement productives en journaux de voyages, non seulement des commandants de bord, mais aussi des officiers et ingénieurs embarqués (Froger, Duplessis, Delabat). Parmi ceux-ci, le plus intéressant est sans doute le journal de Duplessis (2003), qui outre ses descriptions offre de superbes aquarelles richement commentées de ces petits nomades marins (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

La pêche aux moules dans le détroit de Magellan (d’après Duplessis 1699-1701)

13Quelques décennies après ces voyages qui furent aussi des échecs politico-commerciaux, débute la vague des voyages scientifiques. Peu après Cook, Bougainville, de passage dans le détroit, observe avec bienveillance les coutumes, notamment curatives, des indigènes – on est alors dans la période rousseauiste du Bon Sauvage – et recueille quelques objets aujourd’hui conservés au musée du quai Branly (Bougainville 1977). D’autres navigateurs fréquentent occasionnellement les Indiens canoeros mais le véritable apport des chercheurs français résulte des travaux de la Mission scientifique du cap Horn à la fin du xixe siècle, puis des Missions françaises au Chili austral de J. et A. Emperaire au milieu du xxe siècle et enfin de la Mission archéologique de Patagonie qui poursuit ses recherches depuis 1980 grâce au soutien du ministère des Affaires étrangères.

La Mission scientifique du cap Horn

14La Mission scientifique du cap Horn fut une lourde entreprise scientifique organisée dans le cadre de la Première année polaire internationale (1882-1883). Durant une année entière, 140 marins et scientifiques se partagèrent entre un navire de 64 m de long (La Romanche) pour les relevés hydrographiques des archipels fuégiens, et la base scientifique installée dans la baie Orange, sur l’île Hoste, face au cap Horn. Le but de l’expédition était d’effectuer des observations météorologiques, magnétiques, géologiques, botaniques, zoologiques et enfin ethnographiques de la région. En fait, la partie proprement accordée à l’homme, initialement mineure, doit beaucoup à l’initiative de Hyades, médecin de l’expédition et correspondant de l’Académie des sciences. Grâce à lui, la première étude monographique des Yamanas, le groupe maritime le plus austral du monde, fut publiée en 1891 dans le septième volume de la Mission (Hyades et Deniker 1891). Outre l’anthropologie physique, d’un intérêt évident pour un médecin, Hyades a étendu ses recherches aux coutumes, au langage, aux techniques et aux croyances de ces indigènes, par des observations continues de dizaines d’individus qui fréquentèrent la baie Orange pendant une année et, aussi, par des conversations avec le pasteur Bridges, fondateur de la mission d’Ushuaïa, appelé au chevet des indigènes victimes de graves épidémies.

15D’autres participants à l’expédition ont laissé aussi des témoignages précieux : d’abord le commandant Martial qui, dans le volume I (Histoire du voyage), multiplie les observations sur les groupes rencontrés au hasard de ses navigations ; mais aussi les lieutenants Doze et Payen qui réalisèrent plusieurs centaines de clichés parmi lesquels les premières photographies connues de ces indigènes du bout du monde (fig. 4).

Fig. 4

Fig. 4

Hutte fuégienne

Mission archéologique du Cap Horn

Les missions françaises au Chili austral de J. et A. Emperaire

16Les travaux de J. Emperaire ont débuté en 1946-1947 par une enquête ethnographique sur les derniers Indiens canoeros, les Alakalufs, dont une bonne centaine vivait alors à Puerto Eden, au centre des archipels. Ce travail est pratiquement la seule étude monographique que nous possédions sur ce groupe, l’étude de Gusinde, effectuée dans les années 1920, ayant été très rapide et ses notes perdues sous les bombardements en 19453. Les nomades de la mer, publiés par Emperaire en 1955 dans la tradition de l’école française inspirée par Marcel Mauss, sont une étude très complète de « l’homme total » et abordent tous les aspects physiques, moraux et surtout la culture matérielle des Alakalufs, ou tout au moins ce qui en restait à cette période hélas tardive.

17À partir de 1950, il ne restait pratiquement plus de témoins directs des cultures indigènes originales. Emperaire s’orienta vers l’archéologie, mais toujours avec un intérêt particulier pour les groupes maritimes dont il entreprit d’étudier les traces, notamment dans la région des mers intérieures. Il découvrit ainsi le site d’Englefield dans la mer d’Otway, ancien lac glaciaire mis en communication avec le détroit de Magellan au cours de l’Holocène ancien, et celui de Ponsonby sur les rives du canal Fitz-Roy. La date au 14C d’environ 8000 ans (± 2000 !) pour Englefield, publiée en 1963 par A. Emperaire, établit pour la première fois l’ancienneté de l’adaptation maritime en Patagonie. Les plus ambitieuses extrapolations précédentes, celles de l’anthropologue américain J. Bird, fondées sur la géologie, n’excédaient pas alors 2000 ou 3000 ans. Ce site montrait également l’importance du travail de l’obsidienne chez les Indiens canoeros de la région tout en jetant les bases typologiques de leur outillage à ces époques anciennes. La fouille et l’étude de Ponsonby furent interrompues par la disparition d’Emperaire dans un éboulement en 1958. Néanmoins les rares notes publiées par A. Emperaire et, surtout, ses journaux de terrain montraient que ce site, lui aussi ancien puisque ses datations variaient entre 3 et 8 millénaires, était très différent du premier. En particulier, quoi qu’il se trouve en territoire maritime, il présentait selon J. et A. Emperaire une parenté technique et économique importante avec la culture des chasseurs terrestres.

La Mission archéologique de Patagonie

18Les travaux de la Mission archéologique de Patagonie, que je dirige depuis 1980, ont été centrés sur les groupes maritimes, domaine jusqu’alors très délaissé, sauf par Bird dans les années 1930 (mais à une échelle très limitée), puis surtout par Emperaire. Nos travaux ont comporté de nombreux volets, grâce au concours de multiples collaborateurs français et chiliens et d’une vingtaine d’expéditions sur le terrain, de Chiloé au Nord, jusqu’au cap Horn au Sud. Parmi ceux-ci :

19– Le cadre chrono-géographique de la première adaptation maritime en Patagonie a été corrigé et précisé : le site de Bahia Colorada et une nouvelle analyse du site d’Englefield ont permis, avec d’autres sites apparus dans les dernières décennies, de dater les premières installations maritimes dans la région à 6200-5500 BP. Nous avons aussi découvert un site de cette époque sur la côte sud-est de Chiloé, lieu possible d’origine de ces groupes, et un autre sur la côte sud de l’île Navarino, le site ancien le plus austral aujourd’hui connu.

  1. Cette première culture, dite Culture d’Englefield, a été définie grâce à l’analyse de plusieurs sites en parfaite cohérence, qui tous présentaient le même faciès marqué notamment par le travail de l’obsidienne et par une riche industrie sur os de mammifère marin (Legoupil 1997).

  2. À l’autre bout de la chaîne chronologique, l’étude ethno-archéologique du site moderne de Punta Baja a mis en évidence la pertinence et la richesse de la méthode dans cette région spécifique. Elle a aussi permis de mesurer l’étonnante similitude techno-économique des premières et des dernières cultures des Indiens canoeros (Legoupil 1989, 1992).

  3. Les fouilles, comme les prospections, ont permis de définir les modèles adaptatifs développés dans les différentes niches écologiques des archipels. À Bahia Colorada et à Punta Baja en particulier, ont été reconnus des modèles de sites de chasse aux mammifères marins (saisonnier dans le second cas). Dans d’autres zones (archipel du cap Horn, île Escarpada…), des sites de chasse aux oiseaux ont été découverts, tandis qu’ailleurs apparaissaient de véritables sites de consommation des mollusques.

  4. La reprise de la fouille de Ponsonby, abandonnée après la mort d’Emperaire, a permis de reconnaître un nouveau faciès culturel daté de 4200 à 5400 BP (Legoupil 2003). Initialement interprété comme un cas exceptionnel de mixité entre chasseurs terrestres et marins, il s’est révélé représenter une culture maritime à part entière, dont le marqueur serait l’absence du travail de l’obsidienne et la présence de grandes pointes lithiques bifaciales évoquant la côte chilienne de la région de Puerto Montt. On commence en effet à retrouver des sites à grandes pointes en plein territoire maritime. De nouvelles recherches sont prévues sur l’île Dawson, au milieu du détroit de Magellan, pour comprendre l’origine et la dispersion de cette population, ainsi que ses relations avec les chasseurs terrestres, manifestement plus étroites que celles de la Culture d’Englefield.

  5. L’ensemble des fouilles et des prospections (plus d’une centaine de sites découverts et trois fouillés) précise ainsi les contours des modèles de l’adaptation maritime, mais aussi la dynamique de peuplement dans les archipels de Patagonie. La dispersion des Indiens canoeros dans cette région difficile semble s’être opérée à partir de quelques noyaux de peuplement, et grâce à une navigation à vue utilisant de proche en proche des camps de base et des camps d’exploration (Legoupil 1995). Plusieurs vagues sont maintenant discernables avec parfois des blocages, comme le franchissement du golfe de Nassau qui donnait accès à l’archipel du cap Horn. Dans ce dernier archipel, les sites les plus anciens que nous ayons découverts ne remontent pas à plus de 1 500 ans.

En conclusion…

20Selon une théorie « migrationniste », la plus communément admise pour le peuplement des Amériques, les Indiens de Patagonie et de Terre de Feu représentent l’ultime témoignage, logiquement le plus récent, du vaste mouvement de population parti du Nord. Ils apportent pourtant leur contribution au débat. La présence de l’homme dans ces contrées extrêmes étant clairement avérée dès la fin du Pleistocène, au moment même où les cultures Clovis apparaissent au Nouveau-Mexique, à plus de 10 000 km de là, elle ne peut en dériver. En revanche, l’adaptation maritime est en accord avec nos connaissances actuelles. Datée du milieu de l’Holocène, c’est-à-dire en retard de plusieurs millénaires par rapport aux indices des premières activités maritimes sur la côte péruvienne ou nord-chilienne, elle témoigne de la difficulté du milieu qui exigeait un véritable nomadisme marin et non une simple exploitation côtière.

21Mais l’intérêt de ces populations australes dépasse la simple chronologie. Elles sont les meilleures représentantes, maritimes et terrestres, des chasseurs-cueilleurs des pays froids parvenus jusqu’au xxe siècle avec un bagage culturel pratiquement intact. Aucune influence des hautes cultures des Andes, aucune trace d’une évolution vers l’élevage ou l’agriculture, le tissage ou la métallurgie, ne semble avoir effleuré ces chasseurs nomades avant l’arrivée de l’homme européen, de ses navires et de ses chevaux. De là, au-delà du mythe, provient sans doute l’intérêt des ethnologues et des archéologues pour ces populations. Parmi ces chercheurs, un petit nombre de Français ont participé à l’aventure, notamment pour la connaissance des groupes maritimes des archipels. Leur apport est loin d’être négligeable puisque c’est à une mission française, la Mission scientifique du cap Horn, qu’on doit la première étude du groupe le plus austral, celui des Yamanas du cap Horn, en 1882, et à un chercheur du Cnrs, J. Emperaire, les dernières observations réalisées sur les Alakalufs avant la disparition de leur culture. Depuis un demi-siècle l’archéologie a pris le relais de l’ethnologie et, toujours sous l’impulsion d’Emperaire, l’ancienneté six fois millénaire de cette adaptation maritime a été reconnue. Restent à découvrir les modalités de ce peuplement original. C’est à cette tâche que nous nous consacrons maintenant.

Haut de page

Bibliographie

Bougainville. 1977. Bougainville et ses compagnons autour du monde. 1766-1769, Journaux de navigation établis et commentés par E. Taillemite. Paris, Imprimerie nationale, 2 volumes.

Darwin. 1985. Voyage d’un naturaliste autour du monde, vol. I. Paris, La découverte.

Orbigny, A d’. 1835-1847. Voyage dans l’Amérique méridionale. Paris, Pitois Levrault.

Orbigny, A d’. 1839. L’homme américain de l’Amérique méridionale : considéré sous ses rapports physiologiques et moraux. Paris, Pitois Levrault, 2 volumes.

Dumont d’Urville, J. 1842-1846. Voyage au pôle Sud et dans l’Océanie sur les corvettes l’Astrolabe et la Zélée. Paris, Gide,10 volumes.

Duplessis. 2003. Périple de Beauchesne à la Terre de Feu (1698-1701). Paris, Transboréal.

Emperaire, J. 1955. Les nomades de la mer. Paris, Gallimard Nrf.

Gusinde, M. 1991. Los Indios de Tierra del Fuego. III – Los Halakwulup. Buenos Aires, Centro argentino de Etnología americana, 2 volumes (1re édition en langue allemande : 1971).

Guinnard, A. 1979. Trois ans d’esclavage chez les anciens Patagons (1856-1859). Paris, Aubier.

Hyades, P. et J. Deniker. 1891. Anthropologie-Ethnologie, Mission scientifique du cap Horn. Paris, Gauthier-Villard, t. VII.

Laming-Emperaire, A. 1972. Le site de Marazzi en Terre de Feu. Objets et Monde, t. XII, fasc. 2 : 225-244.

Legoupil, D. 1989. Ethno-archéologie dans les archipels de Patagonie : les nomades marins de Punta Baja. Paris, Erc/Adpf

Legoupil, D. 1992. « Une méthode d’interprétation ethno-archéologique en deux temps : un modèle culturel sur 6000 ans chez les nomades marins de Patagonie », in : Ethno-archéologie : justifications, problèmes et limites. Actes des XIIe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire, Antibes, 17-19 octobre 1991. Antibes, Éditions Apdca, Cra : 357-375.

Legoupil, D. 1995. « Des indigènes au cap Horn : Conquête d’un territoire et modèle de peuplement aux confins du continent sud-américain », Journal de la Société des Américanistes, t. 81 : 9- 45.

Legoupil, D. 1997. Bahia Colorada (île d’Englefield) : les premiers chasseurs de mammifères marins de Patagonie australe. Paris, Erc.

Legoupil, D. (éd.) 2003. Cazadores-recolectores de Ponsonby (Patagonia austral) y su paleoambiente desde VI al III milenio A.C. Punta Arenas (Chili), Magallania, volumen 31 (Documentos).

Massone, M. 2004. Los cazadores después del hielo. Santiago du Chili, Centro de Investigaciones Diego Barros Araña.

Prieto, A. 1991. « Cazadores tempranos y tardios en la cueva 1 del lago Sofia », Anales del Instituto de la Patagonia, vol. 20 : 75-99.

Verneau, R. 1903. Les anciens Patagons. Imprimerie de Monaco.

Haut de page

Notes

1  On désignait ainsi autrefois les nomades marins occupant toutes les îles au sud du détroit de Magellan, puis par extension tous les nomades marins de Patagonie appelés aujourd’hui Indios Canoeros.

2  Cette explication longtemps avancée serait fausse. Le terme Patagon viendrait en réalité du roman espagnol de Primaleon, très à la mode à l’époque de Magellan.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Les  chasseurs-cueilleurs de Patagonie : principaux groupes ethniques
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 2
Légende Campements de Patagons au Havre Peckett (Atlas de Dumont d’Urville)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 3
Légende La pêche aux moules dans le détroit de Magellan (d’après Duplessis 1699-1701)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/279/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 4
Légende Hutte fuégienne
Crédits Mission archéologique du Cap Horn
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/279/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Legoupil, « Les indiens de Patagonie entre science et romance », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 27-32.

Référence électronique

Dominique Legoupil, « Les indiens de Patagonie entre science et romance », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/279 ; DOI : 10.4000/nda.279

Haut de page

Auteur

Dominique Legoupil

Cnrs-Umr 7041 Arscan « Ethnologie préhistorique
dominique.legoupil@mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org