Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les chasseurs-cueilleurs

L’art rupestre de l’ancien Pérou1

Jean Guffroy
p. 39-44

Résumés

L’étude des éléments et pratiques symboliques touche des domaines très variés, mais souvent fondamentaux, des sociétés humaines et peut être abordée tant sous l’aspect, plutôt statique, de la permanence et du rôle des symboles dans la création des idéologies et des identités, que dans une perspective dynamique prenant en compte  l’évolution des supports  et les processus de recodage symbolique. Le Pérou est un pays riche en art rupestre, avec près d’un millier de sites enregistrés représentant différents contextes (grottes, abris, parois, roches…) et techniques (peintures, gravures, géoglyphes). L’analyse des différents gisements et de l’évolution stylistique des figures peintes et gravées permettent de mieux définir les aires de répartition, chronologies et finalités des principales traditions andines. L’art rupestre peint est particulièrement bien représenté dans les Andes de haute altitude, où la tradition la plus ancienne, datant de l’Holocène moyen, est associée à des populations de chasseurs collecteurs.  Postérieurement, apparaissent des manifestations de styles différents attribuables aux premiers pasteurs de camélidés, puis aux sociétés agricoles andines. L’art gravé, qui prédomine dans la région côtière, apparaît plus tardivement, dans le contexte cérémoniel et rituel des premières sociétés agraires de la côte centrale, à la fin du 3ème millénaire B.C. Il connaît un développement important durant les périodes postérieures, jusqu’à l’arrivée des espagnols.

Haut de page

Texte intégral

1L’étude des éléments et pratiques symboliques touche des domaines très variés, mais souvent fondamentaux des sociétés humaines : les démarches cognitives et les systèmes de représentation, les idéologies et croyances, les critères esthétiques et stylistiques, les modes de vie et les ressources, les contacts et influences, les structurations sociales… L’usage des images et des rituels peut être abordé tant sous l’aspect, plutôt statique, de la permanence et du rôle des symboles dans la création des idéologies et des identités, que dans une perspective dynamique prenant en compte l’évolution des supports et les processus de recodage symbolique.

2L’art rupestre offre un corpus iconographique singulier qui permet de mieux caractériser les représentations mentales et culturelles des sociétés sans écriture. Ces représentations, associées à des activités sociales diverses, sont présentes dans toute l’Amérique du Sud, et particulièrement bien attestées sur le territoire de l’actuel Pérou, où ont été enregistrés près de 400 sites contenant des peintures de l’époque précolombienne et un nombre équivalent de gisements de pierres gravées (Ravines 1986 ; Nuñez Jimenez 1986 ; Hostnig 2003). La diversité des techniques, des thématiques et des probables usages témoigne d’évolutions idéologiques et sociales intervenues sur près de 8 000 ans. Toutefois, en l’absence d’une politique de conservation spécifique, ces gisements rupestres sont fortement affectés tant par le vandalisme que par l’érosion.

3Nous avons tenté dans un premier ouvrage de synthèse (Guffroy 1999), une classification stylistique et chronologique des figures peintes et gravées. Les découvertes récentes (Guffroy 2003, 2007) permettent de compléter et de préciser les aires de répartition, chronologies et finalités des principales traditions andines.

Grottes et abris peints (fig. 1)

Fig. 1

Fig. 1

Carte de répartition des principales traditions de peintures rupestres

Les chasseurs collecteurs méridionaux

4La plus ancienne tradition actuellement reconnue, attribuée à l’Holocène moyen (6000-2500 avant notre ère), est présente uniquement dans les départements les plus méridionaux du pays (Arequipa, Tacna, Cuzco, Puno). Elle est caractérisée par la représentation de scènes de chasse aux camélidés, généralement peintes en rouge (plus rarement en blanc) à l’intérieur ou sur le porche d’abris et de grottes peu profondes. Les animaux figurés sont en majorité des vigognes et des guanacos sauvages, de petites dimensions, entourés de silhouettes humaines de profil qui tiennent à la main des instruments de chasse (arcs ou sagaies) (fig. 2a). Les animaux sont fréquemment représentés en mouvement, mais aussi, parfois, blessés ou morts. Les têtes des figures anthropomorphes, singulières, sont souvent pourvues d’un bec ou museau qui a été interprété par certains auteurs comme la représentation d’un masque. Ces attributs pourraient également refléter le caractère surnaturel des individus représentés.

5Les gisements de cette tradition sont généralement situés à une altitude supérieure à 3 500 m Le plus représentatif est la grotte de Toquepala, dans le département de Tacna, où les scènes les plus anciennes sont peintes de couleur rouge foncé. D’autres figures, peintes en rouge clair, blanc, noir et vert foncé, ont été rajoutées plus tard. La fouille des sols de la grotte et de l’abri proche a permis la découverte d’un important outillage lithique, de plaquettes en pierre gravées de figures de camélidés et de signes, ainsi que de restes de coquillages d’origine marine. Bien que souvent citées en référence, les plus anciennes datations radiocarbone obtenues (VIIIe millénaire av. J.C.) proviennent des niveaux inférieurs quasiment stériles, et il paraît peu probable qu’elles datent l’exécution des peintures. Un ensemble de trois datations plus récentes (Ve et IVe millénaires av. J.-C.), provenant des principaux niveaux d’occupation, semble plus probablement associé à leur réalisation.

6Ces scènes peintes présentent de remarquables similitudes avec les manifestations rupestres découvertes en Patagonie argentine, ce qui traduit vraisemblablement l’existence de contacts et des relations culturelles entre les différents secteurs de l’aire méridionale andine à cette époque. Des manifestations comparables ont été découvertes dans d’autres régions de l’extrême sud péruvien. À Macusani (département de Puno), ont été dénombrés près d’une centaine d’abris rocheux contenant plusieurs milliers de peintures de styles et d’époques différentes. Les figures les plus anciennes, peintes en rouge ou plus rarement en blanc, représentent également des scènes de chasse dans lesquelles sont fréquemment figurés des filets ou des enclos permettant de retenir le gibier (camélidés ou cervidés). Les animaux, dessinés dans un style moins naturaliste et plus rigide que celui de Toquepala, sont fréquemment regroupés en troupeau. Il existe également des scènes de conflits armés, sans doute plus tardives. Un troisième ensemble, présent dans les régions de Sumbay et Huancas (département d’Arequipa), est caractérisé par un usage plus fréquent de la peinture blanche, une plus grande diversité des animaux figurés (nandous, pumas…), et la présence de raies ou de points à l’intérieur du corps des camélidés. Les références au thème de la chasse y sont beaucoup plus discrètes. Ces variations témoignent de singularités locales, mais aussi très probablement d’évolutions chronologiques, encore difficiles à déterminer avec précision. Il n’existe aucun élément reliant clairement ces manifestations à des pratiques chamaniques et/ou à la consommation de produits hallucinogènes. La répétition de scènes comparables et le traitement facial particulier des êtres anthropomorphes font plutôt penser à des scènes mythographiques, courantes dans l’art rupestre plus récent.

Fig. 2a

Fig. 2a

Peintures de Toquepala (département de Tacna)

Les débuts de la domestication dans le Pérou central

7Une seconde tradition, probablement un peu plus tardive (4000-1500 av. J.-C.), a connu un développement important dans les départements de Lima, Junín et Huancavelica (fig. 1). Elle est caractérisée par la représentation de camélidés de grandes dimensions (parfois plus de 2 m de longueur), généralement peints en rouge, au ventre exagérément enflé. Les figures humaines sont rares et de plus petites dimensions. Aucune scène de chasse n’est clairement représentée. Sur certaines peintures, telles celles de Cuchimachay, un fœtus est parfois figuré à l’intérieur du corps de l’animal mais celui-ci est plus fréquemment rempli de lignes parallèles ou de points, dans un style proche de celui de Sumbay. Cette tradition, présente dans des sites de très haute altitude, semble liée à la célébration de la fertilité animale et aux débuts de la domestication des camélidés. Il faut toutefois noter que des évolutions stylistiques similaires interviennent à la même époque dans l’art rupestre de la Patagonie, où le processus de domestication n’a pas eu lieu.

Les sociétés agraires

8De nouveaux styles de représentation et des thématiques singulières apparaissent avec les sociétés agro-céramistes (2000 av. J.-C. à 1532 apr. J.-C.). Les figures animales et humaines, peintes de couleurs diverses, sont figurées de manière stylisée, parfois par de simples traits. Au côté des camélidés apparaissent d’autres animaux – cervidés, oiseaux, serpents – ainsi que de nombreuses figures géométriques – cercles, damiers spirales, croix… Les êtres humains sont généralement représentés de face et portent fréquemment un couvre-chef, parfois des vêtements. Les figures peintes sont en général juxtaposées, parfois superposées, sur de grands panneaux et parois rocheuses (fig. 2b). Elles sont dans l’ensemble assez semblables aux figures gravées à la même époque sur d’autres sites.

9Les gisements de cette tradition existent dans toutes les Andes d’altitude ainsi que sur leur versant oriental. La période incaïque (xv-xvie siècle) est caractérisée par une schématisation encore plus importante des figures animales et humaines, associées à des motifs géométriques complexes (damiers, tuniques) que l’on retrouve du nord au sud du pays.

Fig. 2b

Fig. 2b

Peintures de Faical (département de Cajamarca)

10Dans la région côtière, où les peintures rupestres sont rares, on a pu reconnaître l’existence d’une tradition polychrome représentant des êtres surnaturels, des animaux monstrueux et des figures géométriques, comparables aux représentations des styles Chavín et Cupisnique. Sur la côte centrale, dans les vallées des ríos Huara, Chancay et Chillón, quelques grottes ornées de peintures, principalement des figures géométriques, datent des phases tardives de la période précolombienne. Elles pourraient refléter la venue de populations d’origine andine. Dans la région de Cuzco, la tradition de peinture rupestre s’est maintenue postérieurement à la Conquête.

Les roches et parois gravées (fig. 3)

Fig. 3

Fig. 3

Carte de répartition des principales traditions de pétroglyphes

11Quelques gisements des départements méridionaux témoignent de l’usage de la gravure, souvent associée aux peintures, depuis une période relativement ancienne. Ainsi, les pétroglyphes découverts sur le site de la vallée de Salcedo, dans le département de Puno, représentent des scènes de chasse comparables à celles de Toquepala et Macusani et pourraient donc dater de l’Holocène moyen. Ce mode d’expression est cependant très minoritaire, et la grande majorité des sites à pierres gravées actuellement enregistrés appartiennent à des époques plus récentes. Ils sont distribués principalement sur le versant occidental des Andes et situés à moins de 2 000 m d’altitude. Rares dans les hautes Andes, ils sont de nouveau relativement fréquents dans certaines des vallées orientales.

La tradition  A « Formative »

12La tradition côtière débute durant la période Formative (2000-300 av. J.-C.), sur la côte nord (vallées des ríos Chancay, Jequeteque, Chicama, Moche), dans l’aire culturelle des cultures Sechin et Cupisnique. Les figures gravées représentent essentiellement des animaux et êtres mythiques dotés d’attributs monstrueux (dents, crocs, griffes) (fig. 2c), comparables à ceux figurés à la même époque sur les parois des temples, les récipients céramiques et les pièces textiles. Ces figures, d’assez grandes dimensions, sont fréquemment isolées sur le bloc rocheux qui les supporte et témoignent d’une certaine maîtrise artistique. Il existe aussi quelques représentations de signes conventionnels (œil à pupille excentrée, croix). Ces pétroglyphes, qui témoignent d’un art relativement stéréotypé, sont souvent situés à proximité d’autres structures cérémonielles et appartiennent probablement à des dispositifs rituels complexes.

Fig. 2c

Fig. 2c

Pétroglyphe de Cerro Mulato (département de Lambayeque)

La tradition  B méridionale 

13La présence de quelques rares figures de style A au nord et au sud du foyer initial semble dater l’expansion de cette tradition de la fin de la période Formative. Elle connaîtra un développement conséquent durant la période suivante (200 av. J.-C. à 600 apr. J.-C.), à laquelle sont attribuables plusieurs dizaines de gisements dispersés entre le centre de l’Équateur et la côte centrale péruvienne.

14On peut reconnaître à cette époque deux grands ensembles présentant des points communs et certaines singularités. La tradition B méridionale est présente sur la côte nord et centrale du Pérou depuis la vallée du río Chancay jusqu’à Nazca. Elle est caractérisée par la représentation de figures complexes et de très nombreux signes géométriques, souvent indéchiffrables. De taille réduite, les figures gravées représentent de manière schématique des êtres humains et surnaturels et de nombreux animaux appartenant à la faune locale (renard, serpent, lézard, insectes, poissons, oiseaux, batraciens). Parmi les éléments remarquables, on note l’existence dans plusieurs sites, de pierres couvertes de cupules, probablement utilisées lors de pratiques rituelles ou sacrificielles. Les sites de cette tradition sont d’importance variable : ceux qui contiennent plusieurs centaines de pierres gravées (une dizaine) peuvent être définis comme des « temples de plein air », mais le plus grand nombre se limite à quelques dizaines de pétroglyphes. On les retrouve dans chacune des vallées côtières, où leur distribution ne paraît pas aléatoire. Un des schémas récurrents est celui d’un site principal entouré de localités de moindre importance. Les vestiges céramiques et restes culinaires y sont généralement rares, mais on y note fréquemment l’existence de petites enceintes de pierre, ainsi que la proximité d’anciens chemins de communication ou de la confluence de rivières. Le fait qu’ils soient, pour certains d’entre eux, localisés dans des zones productrices de coca à l’époque préhispanique est probablement significatif. Le caractère simple et souvent abstrait, ainsi que l’absence de maîtrise artistique des pétroglyphes de cette époque, paraissent témoigner d’une certaine « démocratisation » de l’acte de graver, probablement associé à d’autres rituels (danses, sacrifices, offrandes, vœux…) à l’intérieur d’espaces organisés suivant des critères discrets.

La tradition  B septentrionale

15La tradition B septentrionale, sans doute contemporaine de la précédente, s’étend dans l’extrême nord du Pérou (départements de Lambayeque, Cajamarca et Piura), ainsi dans les provinces du Sud et de l’Est équatorien (Loja, Azuay, Morona Santiago). Les roches gravées n’y forment jamais de concentrations importantes et elles sont en général dispersées sur d’assez vastes territoires, souvent près ou dans le lit d’une rivière. Les cupules sont fréquentes, comme dans la tradition méridionale, mais elles sont le plus souvent disposées en lignes, parfois suivant les arêtes des roches. Les pétroglyphes les plus communs dans cette tradition sont les représentations stylisées d’êtres et de têtes humaines, les figures serpentiformes, les spirales et les figurations de mains et de pieds. On note aussi l’existence, dans plusieurs secteurs, de roches présentant des dépressions circulaires profondes, ainsi que de petites stèles et pierres dressées. Les figures complexes et les représentations d’oiseaux, de mammifères et d’insectes sont rares. L’organisation des sites et la nature des figures gravées semblent témoigner des pratiques sociales et rituelles sensiblement différentes de celles de la tradition B méridionale.

La tradition C

16L’autre grande tradition qui apparaît plus tard (700-1532) dans le sud du Pérou, est semble-t-il en relation étroite avec les voies de communication et le trajet des caravanes. Elle se singularise aussi par la présence très fréquente d’inhumations à proximité des pétroglyphes. Le plus important site de cette tradition, Toro Muerto (département d’Arequipa) contient plusieurs milliers de blocs gravés couverts de représentations stéréotypées exécutées avec un certain soin. On y reconnaît principalement des êtres humains se livrant à différentes activités (danse, musique, élevage), des félins, oiseaux, serpents et camélidés, des lignes en zigzag et quelques cupules (fig. 2d). Les associations relativement répétitives paraissent constituer une véritable graphie symbolique, unique dans l’art rupestre andin. L’usage et le fonctionnement de ces sites semblent répondre à des finalités quelque peu distinctes de celles des traditions antérieures.

17Un dernier ensemble situé dans les départements méridionaux de Tacna et Moquegua se distingue par la représentation de scènes réalistes (chasse, affrontements). Il paraît associé aux populations de l’ethnie Aymara et date très probablement de la fin de l’ère préhispanique.

Fig. 2 d

Fig. 2 d

Pétroglyphe de Toro Muerto (département de Cajamarca)

Autres manifestations associées (géoglyphes, art mobilier)

18L’historique des géoglyphes (faits par alignements de pierres ou balayage) est comparable à celui des pétroglyphes, avec un développement relativement ancien dans l’aire Cupisnique, une diffusion postérieure sur la côte centrale où existent des ensembles importants (Nazca, Palpa), et une apparition plus tardive sur la côte sud, où ils se retrouvent parfois dans les mêmes gisements que les pétroglyphes. Ces deux types de manifestations participèrent conjointement à l’appropriation culturelle et à la transformation du paysage.

19L’art mobilier, gravé ou peint, sur des plaquettes de pierres ou des tessons céramiques, s’est essentiellement développé dans la région sud, et tout particulièrement dans le département d’Arequipa. Ces objets ont fréquemment été déposés en assez grande quantité dans des contextes d’offrande ou de rituels funéraires. Les figures humaines ou animales et les signes représentés sont comparables à ceux des gravures et peintures tardives.

Haut de page

Bibliographie

Guffroy, J. 1999. El arte rupestre del antiguo Perú. Lima, Ifea-Ird.

Guffroy, J. 2003. « New researches and discoveries in Peruvian rock art studies », in : P. G. Bahn et R. Fossati (ed.), Rock art studies : News of the world 2. Oxford, Oxbow : 221-226.

Guffroy, J. 2007. « Reflexiones acerca del funcionamiento y de las finalidades de los sitios con piedras grabadas », in : R. Hosnig, M. Strecker et J. Guffroy (ed.), Actas del primer simposio nacional de arte rupestre. Lima, Ifea-Ird : 117-134.

Hostnig, R. 2003. Arte rupestre del Perú, inventario nacional. Lima, Concytec.

Núñez Jimenez, A. 1986. Petroglifos del Perú. Panorama mundial del arte rupestre. La Habana, Pnud-Unesco.

Ravines, R. 1986. El arte rupestre del Perú. Inventario general. Lima, Instituto Nacional de Cultura.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte de répartition des principales traditions de peintures rupestres
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/277/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig. 2a
Légende Peintures de Toquepala (département de Tacna)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/277/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 2b
Légende Peintures de Faical (département de Cajamarca)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/277/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 3
Légende Carte de répartition des principales traditions de pétroglyphes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/277/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 2c
Légende Pétroglyphe de Cerro Mulato (département de Lambayeque)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/277/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 2 d
Légende Pétroglyphe de Toro Muerto (département de Cajamarca)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/277/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Guffroy, « L’art rupestre de l’ancien Pérou », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 39-44.

Référence électronique

Jean Guffroy, « L’art rupestre de l’ancien Pérou », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/277 ; DOI : 10.4000/nda.277

Haut de page

Auteur

Jean Guffroy

Institut de recherche pour le développement (Ird)
Jean.Guffroy@orleans.ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org