Navigation – Plan du site
Dossier: Méthodes et formations en archéométrie en France

Dernières avancées des études sur la production, la circulation et la datation des métaux ferreux archéologiques

Philippe Dillmann, Stéphanie Leroy, Alexandre Disser, Sylvain Bauvais, Enrique Vega et Philippe Fluzin
p. 28-34

Résumés

Cet article présente les dernières avancées archéométriques en matière d’archéométallurgie du fer. Celles-ci se placent dans la lignée des approches menées depuis de longues années de manière interdisciplinaire tant sur les sites de production du métal que sur les objets eux mêmes. Ces avancées, basées sur le couplage d’analyses chimiques de pointe, notamment avec des inférences statistiques adaptées, permettent aujourd’hui de déterminer les procédé d’obtention du métal (direct ou indirect) mais également de vérifier des hypothèses de lieux de production. Cette dernière approche nécessite cependant la réalisation de référentiels importants, basés sur l’analyse de scories provenant de zones de production. Enfin, il est aujourd’hui possible de dater par technique radiocarbone les objets ferreux. L’ensemble de ces avancées ouvrent la voie à des études spatiales et chronologique de grande ampleur pour les années à venir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En parallèle des études métallographiques d’objets archéologiques (Benoit et al. 1995 ; Bocoum et al. 1988 ; Fluzin 1983 ; Guillot et al. 1991, 1987 ; Piaskowski 1964, 1977, 1984  ; Pleiner 1981, 1989 ; Pleiner et al. 2004 ; Rogalla Von Bieberstein & Dillmann 2011 ; Tylecote 1986) pratiquées depuis les débuts de l’archéométallurgie, les années 1980 et 1990 ont vu le développement important des études techniques de sites de production et de transformation sidérurgiques. Ces travaux interdisciplinaires alliant étroitement les approches archéologiques et archéométriques ont permis des avancées décisives dans la compréhension de l’organisation des sites et de la nature des opérations techniques qui y ont été conduites. Dans ce cadre, les études métallographiques et pétrographiques des déchets trouvés lors les fouilles (parois de four, scories piégées et coulées, fonds de four, culots de forge), intégrées dans des approches typo-morphologiques systématiques, ont mis en place des outils de lecture efficaces permettant de cerner la nature des opérations (réduction, épuration, affinage, transformation) et des gestes techniques de forge (compactage grossier, mise en forme d’ébauches, réalisations de tôles, soudures, etc.). L’ensemble de ces grilles interprétatives constitue aujourd’hui un référentiel essentiel à une meilleure appréhension de la nature et de l’ampleur des opérations et des sites de production. Il peut être consulté dans un certain nombre d’ouvrages de référence, monographies de sites ou bilans (Bauvais 2009 ; Domergue 1993 ; Fluzin et al. 2000a, 2004, 2011 ; Jarrier 1993 ; Mangin et al. 2000a et b). Parallèlement, un certain nombre d’études sur la composition chimique des déchets a éclairé la nature des productions ou des minerais employés, et renseigne sur les rendements (Fluzin et al. 2000b ; Leroy et al. 1993 ; Mahé-Le-Carlier et al. 1998 ; Ploquin 1994). Une première base de données des compositions de minerais et scories, dite PalSid, a été réalisée à cette occasion (Ploquin 1994). Précisons également que l’expérimentation archéologique, destinée à vérifier des hypothèses archéométriques en lien avec les gestes techniques, a souvent joué un rôle important dans ces approches (Crew & Crew 1994 ; Dillmann et al. 2012 ; Leroy et al. 1999 ; Salter & Crew 1997 ; Urteaga et al. 2000 ).

2Depuis le milieu des années 2000, grâce aux avancées décisives dans la compréhension de la chaîne opératoire de la métallurgie du fer, les objets en eux-mêmes ont suscité des études novatrices. Les premières, basées essentiellement sur les analyses typo-morphologiques et métallographiques d’importants corpus de différentes périodes (âge du Fer, Antiquité et Moyen Âge), ont permis de qualifier la nature du métal employé et sa variété (fer, acier plus ou moins hétérogène, voire fonte) en fonction de sa finalité d’usage. À titre d’exemple, on peut citer les travaux sur les demi-produits aux âges du Fer (Berranger & Fluzin 2012), les barres des épaves antiques des Saintes-Maries-de-la-Mer (Pagès et al. 2011) ou les renforts métalliques des cathédrales gothiques de la fin du Moyen Âge (L’Héritier et al. 2011, 2012, 2014 ; Disser et al. 2014).

3Simultanément, et toujours de manière interdisciplinaire, les études portant sur les inclusions non métalliques piégées au sein des objets, fragments de scories issus de la réduction du minerai mais aussi d’ajouts ultérieurs, se sont progressivement développées. Pour arriver à distinguer les procédés de production du métal, elles ont d’abord confronté le procédé direct et le procédé indirect, nouvelle filière apparue au Moyen Âge en Europe occidentale et basée sur la production de fonte et son affinage pour obtenir de l’acier ou du fer. Après avoir trouvé un moyen de distinguer ces procédés par l’analyse chimique des inclusions piégées dans les objets (Dillmann & L’Héritier 2007), la méthode a été récemment consolidée par une approche statistique (Disser et al. 2014). En parallèle, la preuve a été faite que, dans des cas favorables, la signature chimique de certains éléments présents à l’état de traces dans le minerai initial pouvait être préservée dans les inclusions de scories (Coustures et al. 2003, 2006). Il convenait cependant d’approfondir la démarche en dépassant le cadre des études de faisabilité, ce qui a été fait non seulement en décrivant le comportement des éléments chimiques pendant les opérations sidérurgiques, mais aussi en mettant en place des méthodologies basées sur les statistiques multivariées et l’utilisation de bases de données. Deux articles portant sur les périodes médiévales autour du Pays de Bray (Desaulty et al. 2009) et du Comté de Foix (Leroy et al. 2012) ont permis d’établir des signatures chimiques, de valider ou non des hypothèses de provenance et de confronter les données des sources écrites, archéologiques et archéométriques. Aucun de ces travaux n’aurait pu aboutir sans, d’une part, s’ancrer sur le socle conceptuel et méthodologique des recherches menées sur les sites et les déchets de production, et d’autre part allier l’archéologie de terrain et les restitutions expérimentales de manière intégrée et interdisciplinaire. On pourra à ce titre consulter utilement le bilan réalisé autour des savoir-faire métallurgiques (Téreygeol 2012). Plus récemment, certaines équipes ont tenté de déterminer la provenance des objets par des analyses isotopiques, notamment avec l’isotopie de l’osmium (Brauns et al. 2013), un complément très utile aux recherches sur les éléments traces.

4Ces études sur les objets ont été efficacement complétées par une avancée méthodologique majeure en chronologie : la datation radiocarbone du fer des alliages ferreux, mise en place sous l’égide du Programme national de recherche sur la connaissance et la conservation des matériaux du patrimoine culturel (Pnrcc) du ministère de la Culture (Dillmann & Leroy 2012 ; Leroy et al. 2013, 2015). Elle offre désormais la possibilité de dater tout alliage ferreux contenant suffisamment de carbone.

5Le but de cet article est de dresser un bilan technique des récentes avancées dans l’étude des objets ferreux (détermination des procédés, provenance et circulation des métaux, datation) et d’en présenter sommairement les principes, les conditions de faisabilité et les limites actuelles, en renvoyant aux articles majeurs traitant du sujet.

Quelques rappels sur la chaîne opératoire de production des métaux ferreux

6Le but n’est pas ici d’aborder en détail la chaîne opératoire sidérurgique mais de fournir les éléments nécessaires à la compréhension des méthodes exposées dans cet article. Nous n’entrerons donc pas dans des considérations typologiques et chronologiques que l’on pourra trouver dans d’autres ouvrages de synthèses (Fluzin 1983, 2002 ; Fluzin et al. 2011 ; Pleiner 2000, 2006).

7Le fer est, sur Terre, associé à des oxydes, des sulfures ou des carbonates, thermodynamiquement plus stables. Quand ils sont jugés exploitables, ces composés sont qualifiés de minerai. Leur transformation en métal est obtenue par l’opération de réduction qui, dans un fourneau, utilise la combustion du charbon de bois pour produire du monoxyde de carbone. Celui-ci, en s’associant à l’oxygène pour former du dioxyde de carbone, permet d’obtenir le fer à l’état métallique. Deux aspects sont cependant très importants dans cette opération :

8Jusqu’à la fin du Moyen Âge en Europe, et avant l’apparition du procédé indirect utilisant les hauts-fourneaux, les températures n’atteignent pas le point de fusion du fer métallique (Tf = 1535 °C pour du fer pur). Le métal est par conséquent obtenu à l’état solide sous forme de loupe, masse brute hétérogène pouvant contenir en quantité importante des inclusions de composés non métalliques issus de la gangue du minerai. Une partie de ces inclusions reste piégée dans l’objet fini à l’issue de la chaîne opératoire.

9Du fait de la température importante régnant dans le four, une partie du carbone du charbon de bois est incorporée au métal et donne naissance, au sein de la loupe, à des zones plus ou moins aciérées que l’on retrouve dans les produits finaux.

10Avant d’obtenir un objet fini, la loupe sortant du fourneau doit être travaillée par un long martelage à chaud afin d’en extraire le plus possible les composés non métalliques et de mettre en forme le métal. Les différentes étapes de martelage ne sont pas nécessairement réalisées sur les lieux mêmes de la réduction du minerai. Par ailleurs, elles exigent souvent du forgeron qu’il procède à des ajouts sableux ou argileux afin d’éviter la réoxydation du métal lors de sa mise en forme. Ces ajouts peuvent générer une nouvelle catégorie d’inclusions non métalliques.

11Cette brève description suffit à montrer que les métaux ferreux sont hétérogènes, tant du point de vue de leur teneur en carbone que de la nature et de la quantité d’inclusions piégées pendant la réduction. Toutes ces hétérogénéités « fossilisent » une partie des opérations techniques aboutissant à la production d’objets finis. Leur analyse est par conséquent essentielle à l’interprétation des contextes artisanaux et des modalités de commercialisation du métal. Une démarche graduée est alors employée en fonction de l’information que l’on désire obtenir. La figure 1 en présente les différentes étapes.

Fig. 1

Fig. 1

Méthodologie pour l’étude des objets ferreux (procédés, provenance, datation)

Choix des inclusions représentatives de la réduction (fig. 1, étapes 3 et 4), prétraitement des résultats

12L’identification des inclusions constitue un prérequis incontournable à toute démarche interprétative. Il s’agit de distinguer celles liées aux opérations de réduction de celles incorporées ultérieurement lors des opérations de forge ne portant aucune information relative aux procédés de réduction et à la provenance du métal. On en analyse près d’une centaine au sein d’un même objet et puis on confronte leur composition chimique (Disser 2014). Sans cette étape préalable, l’analyse des inclusions risque d’aboutir à des résultats erronés, notamment quand elle ne concerne qu’un petit nombre d’individus.

13Une fois réalisée cette sélection, il faut déterminer sous quelle forme les compositions élémentaires doivent être traitées. En effet, pour un même minerai réduit, les teneurs absolues des éléments chimiques peuvent ainsi sensiblement varier d’une opération à l’autre. Toutefois, leurs rapports ne sont pas affectés par ce phénomène et ils peuvent être utilisés pour déterminer la provenance d’un artefact. Des procédures de transformation des données plus ou moins complexes peuvent être employées afin d’augmenter l’efficacité de la démarche (Disser 2014  ; Leroy et al. 2012).

14Dans d’autres cas, on préférera considérer les teneurs absolues des éléments, qui renseignent sur les conditions thermodynamiques caractérisant les étapes successives des chaînes opératoires. Cette démarche permet, par exemple, de déceler d’importants changements de gestes techniques au sein d’un même atelier métallurgique ou de cerner les procédés de réduction (Dillmann & L’Héritier 2007).

15Le tableau 1 résume les différentes méthodes et normalisations des données de composition à appliquer en fonction des informations recherchées.

Distinction des procédés (fig. 1, étape 5)

16L’objet de cet exposé n’est pas de traiter de l’apparition du procédé indirect au Moyen Âge et de sa diffusion entre le xiiie et le xve siècle dans le nord de l’Europe (Awty 2007 ; Dillmann et al. 2012). Nous allons simplement montrer comment il est possible de déterminer si un métal a été produit à partir du procédé direct ou à partir de la filière fonte suivie d’un affinage. Le procédé indirect bénéficie en effet de la généralisation du recours à l’énergie hydraulique pour actionner mécaniquement les soufflets du fourneau de réduction. L’augmentation de la température qui en résulte amène l’apparition d’un nouveau matériau, la fonte, fortement chargée en carbone mais aussi en d’autres éléments tels le silicium et le phosphore. L’affinage permet d’extraire par oxydation ces éléments du métal et d’obtenir du fer ou de l’acier, de teneur moindre en carbone. Cette étape, spécifique au procédé indirect, génère également des inclusions non métalliques que l’on retrouve dans l’objet fini. Nous savons par ailleurs que selon le procédé appliqué, pour certains éléments une partition s’opère entre la matrice métallique et les inclusions. Ainsi, pour le procédé indirect, le phosphore se concentre dans la fonte puis s’oxyde en grandes quantités dans les inclusions au cours de l’affinage. Pour le procédé direct, son comportement diffère sensiblement puisqu’il se répartit de façon irrégulière entre le métal et les inclusions. À l’inverse, les oxydes d’aluminium ou de magnésium sont éliminés dès l’étape d’obtention de la fonte, sous forme de laitier qui surnage en surface du métal liquide ; ils sont donc présents en moindre quantité dans les inclusions du procédé indirect. Ainsi, l’étude par régression logistique de la composition chimique en éléments majeurs d’un corpus représentatif d’objets obtenus de manière certaine par l’un ou l’autre des procédés permet de calculer un modèle statistique les distinguant de manière satisfaisante (Disser 2014). Dans le cas de contextes où les deux filières ont pu être employées, ce modèle de référence sert ensuite à identifier le procédé sidérurgique d’où sont issus les artefacts (voir un exemple sur la fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Application de la régression logistique pour les agrafes de la tour de Mutte de la cathédrale de Metz (xiiie xve s.). En haut : abaque représentant les corpus direct et indirect de référence. Chaque ligne verticale représente la position des inclusions analysées pour une agrafe donnée. En bas : position des agrafes et procédé correspondant, sur la tour de Mutte.

Provenance des objets (fig. 1, étapes 6, 7 et 8)

17De récents travaux ont montré qu’il est possible de définir, en fonction du minerai utilisé, des groupes d’ateliers sidérurgiques présentant une signature chimique homogène. Ainsi, une cartographie chronologique et spatiale des sources potentielles de métal est dressée à partir des « ensembles géochimiques de production ». Nous avons vu par ailleurs qu’il est possible d’établir, dans le cas du procédé direct, un lien chimique entre le minerai et la scorie produite lors de la réduction, et donc les inclusions dans l’objet. Plusieurs éléments chimiques, et notamment certains présents à l’état de trace, sont peu sujets aux phénomènes de pollution, à la fois au cours de la réduction du minerai mais aussi dans les étapes ultérieures de la chaîne opératoire. Les rapports élémentaires évoqués précédemment sont ainsi conservés du minerai aux inclusions, en passant par les scories générées lors de la réduction et trouvées massivement sur les sites de production du métal. Il est donc possible, après normalisation (voir plus haut) et grâce à une analyse statistique des données, de comparer la signature des compositions chimiques des inclusions d’un objet de provenance inconnue avec celle de scories trouvées sur les sites de production.

18Il est nécessaire de prendre en compte une population (nombre d’échantillons) importante et le plus grand nombre possible de variables descriptives (rapports élémentaires) pour distinguer de manière pertinente différents ensembles géochimiques de production (groupes d’ateliers, « districts » sidérurgiques, etc.). En effet, plus les effectifs et les critères d’analyse sont nombreux, plus la signature chimique d’un ensemble particulier est susceptible de se différencier de celles des autres ensembles. À l’heure actuelle, environ une quinzaine d’éléments traces sont considérés pour établir la signature chimique d’un ensemble géochimique de production (voir tabl. 1) et la comparer à celle des autres ensembles ou aux objets inconnus. Toute étude de provenance ne mettant en jeu qu’un faible nombre d’éléments risque de ne pas être suffisamment discriminante. Le nombre important d’échantillons et d’éléments pris en compte dans l’étude impose l’utilisation de techniques statistiques multivariées pour réaliser les intercomparaisons des signatures chimiques (Dillmann & Leroy 2012 ; Leroy et al. 2015).

Tabl. 1

Information

Éléments

Méthode analytique

Normalisation
des données

Méthode statistique

Références

Inclusions issues de la réduction

Majeurs : Mg, Al, Si, K, Ca

EDS couplée
au MEB

Rapports de log
ou rapports simples

Classification hiérarchique

Dillmann & L’Héritier 2007 ; Disser 2014

Procédés

Majeurs : Mg, Al, Si, P, K, Ca, Mn

EDS couplée
au MEB

Teneur moyenne pondérée de la surface

Régression logistique

Dillmann & L’Héritier 2007 ; Disser 2014

Provenance

Éléments traces : terres rares (Y, Nb, Cs, La, Ce, Nd, Sm, Eu, Yb, Hf, Th, U…)

Isotopes

ICP-MS

LA-ICP-MS

Rapports de log

Combinaison de plusieurs méthodes (classification hiérarchique, analyse factorielle discriminante…)

Leroy etal. 2012, 2014

Datation

Carbone de l’acier

AMS

/

/

Leroy 2013

Méthodes d’analyse et statistiques employées en fonction du type d’information recherchée.

19Ces dernières années, certaines approches se sont intéressées aux isotopes et plus particulièrement à l’osmium, qui se concentre essentiellement dans le métal ; la composition de celui-ci, et non celle des inclusions, peut donc renseigner sur la provenance d’un objet. Toutefois, comparer les valeurs d’un seul rapport isotopique est peu discriminant, un grand nombre d’ensembles de production pouvant avoir la même signature isotopique. En revanche, cette approche peut se révéler complémentaire lorsque deux ensembles géochimiques sont indissociables du point de vue des rapports élémentaires.

  • 1 Circulation des produits sidérurgiques aux âges du Fer de l’est de la France et du sud de l’Allemag (...)
  • 2 Iron and Angkor: an integrated, multidisciplinary approach to evaluate the role of iron (production (...)
  • 3 Base de données interdisciplinaire (archéologie/archéométrie) pour la caractérisation des dépôts no (...)

20La constitution d’un référentiel géochimique est de première importance pour la réalisation d’études de provenance. La définition d’une zone géographique de provenance est astreinte à plusieurs facteurs dont le principal est, bien sûr, la variabilité de la signature géochimique du minerai en éléments traces et en isotopes, variabilité directement tributaire des hypothèses considérées. Le questionnement historique et archéologique qui les détermine peut amener à considérer, comme zone géographique de production probable, un espace lié à des minerais ayant des signatures géochimiques différentes. Par ailleurs, un minerai donné peut avoir été utilisé pendant de longues périodes. La première étape de toute étude de provenance consiste donc à déterminer la nature et la variabilité chimique de l’ensemble de production dont on désire tester l’hypothèse. Elle passe par la réalisation d’un référentiel adapté qui, dans la plupart des cas, implique la collecte et l’analyse de plus d’une centaine d’échantillons de minerai et de scories pour un ensemble donné, afin de bien cerner les variations de composition éventuelles. Ici encore, sans méthode statistique adaptée, les études de provenance sont hasardeuses. L’Institut de recherche sur les archéomatériaux est probablement détenteur du principal référentiel disponible à ce jour. Enjeu majeur des années à venir, la réalisation d’une base de données de scories et de minerais analysés en éléments traces, en lien avec les données archéologiques, est en cours dans le cadre de plusieurs projets de l’Agence nationale de la recherche du type Cipia1, Irangkor2 ou Depometal3. Précisons enfin que, une fois un ensemble de production défini, il est crucial de vérifier par des approches statistiques multivariées qu’il se différencie bien d’autres ensembles. La figure 3 illustre ceux dont les signatures chimiques élémentaires, étudiées pour Cipia, servent à déterminer différentes provenances de lingots bipyramidés et de bandages de roues de chars des âges du Fer.

Fig. 3

Fig. 3

Projet Anr-Dfg Cipia. Répartition des ensembles sidérurgiques dont la signature en éléments traces a été étudiée. Analyse factorielle discriminante permettant d’attribuer la loupe de Hochdorf à l’un des ensembles de production

Datation des objets ferreux (fig. 1, étapes 9 et 10)

21Lors de la transformation du minerai en métal, une partie du carbone du charbon de bois peut pénétrer dans celui-ci et s’y retrouver sous la forme de carbures (Fe3C) dans les zones aciérées. Ainsi, l’extraction du carbone de la matrice métallique et l’analyse de ses rapports isotopiques permettent-elles de dater par le radiocarbone le bois de l’arbre réduit en charbon de bois. Cependant, la teneur en carbone dans ces zones aciérées ne dépasse jamais quelques dixièmes de pourcents massiques. Cette quantité est suffisamment faible pour nécessiter, lors de son dosage, l’usage d’un spectomètre de masse à accélérateur (Sma), accessible sur la plateforme Artemis basée au centre du Commissariat à l’énergie atomique (Cea) de Saclay4. Outre cette exigence instrumentale liée à la faible quantité de carbone, d’autres difficultés propres à la datation radiocarbone des métaux ferreux expliquent qu’elle ait été très peu appliquée depuis l’apparition des accélérateurs dans les années 1980. Tout d’abord, le carbone issu du charbon de bois n’est pas distribué de manière homogène dans les objets ferreux anciens et il faut donc le localiser précisément dans l’objet avant tout prélèvement. Ensuite, le carbone de l’acier ne provient pas toujours de l’opération de réduction. Il existe d’autres moyens d’introduire, par diffusion, une certaine quantité de carbone dans le métal, par une opération appelée cémentation. Souvent accompagnée d’une trempe et destinée à durcir la surface d’un outil ou d’une arme, elle consiste à mettre au contact du métal, à haute température, un cément de matières organiques d’origines diverses. En troisième lieu, les prélèvements limités à la surface externe de l’objet incluent des produits de corrosion qui peuvent contenir des carbonates, faussant la datation. Enfin, les objets étudiés peuvent avoir été réalisés à partir de la soudure de lopins d’origines différentes et donc d’âges potentiellement différents. Pour toutes ces raisons, l’étude métallographique préalable du métal et le prélèvement au sein de l’objet sont indispensables. Toute datation qui n’appliquerait pas cette procédure serait des plus hasardeuses.

Conclusions

22Ce bref panorama a montré les progrès significatifs accomplis, ces dernières années, par les analyses archéométriques sur les objets, qui ont ouvert la voie à de nouveaux questionnements archéologiques. La distinction des procédés, la provenance des matériaux et leur datation sont extrêmement efficaces si une méthodologie rigoureuse et adaptée est suivie.

23Ces méthodologies sont aujourd’hui mises en œuvre dans les laboratoires d’archéométrie. Quant à la base de données des scories et minerais, référentiel essentiel des études de provenance, en cours de réalisation à l’Iramat, elle est d’ores et déjà disponible pour la communauté nationale et internationale dans le cadre des publications des études archéométriques de ce laboratoire.

Haut de page

Bibliographie

Awty B.G. 2007. “The development and dissemination of the walloon method of ironworking”, Technology and culture, 48 : 783-803.

Bauvais S. 2009. « Du prestige à la proto-industrie : évolution des pratiques sidérurgiques au second âge du Fer dans le nord du Bassin parisien », The Arkeotek Journal, 2.

Benoit P., Dillmann P. & Fluzin P. 1995. Iron, cast iron and bronze, New approaches of the artillery history, in : Magnusson G. (éd.), The importance of ironmaking, Technical innovation and social change, CSA-UISPP, Jernkontorets Bergshistoriska Utskot, Norberg : 241-257.

Berranger M. & Fluzin P. 2012. “From raw iron to semi-product : quality and circulation of materials during the iron age in France”, Archaeometry, 54 : 664-684.

Bocoum H., Guillot I. & Fluzin P. 1988. « Apport de la métallographie structurale à l’interprétation fonctionnelle de trois objets en fer du Sénégal », La Revue d’Archéométrie, 12 : 57-70.

Brauns M. et al. 2013. “Provenance of Iron Age iron in southern Germany: a new approach”, Journal of Archaeological Science, 40 : 841-849.

Coustures M.-P. et al. 2003. “The use of trace element analysis of entrapped slag inclusions to establish ore - Bar iron links: examples from two galo-roman iron-making sites in France (Les Martys, Montagne Noire and Les Ferrys, Loiret)”, Archaeometry, 45 : 599-613.

Coustures M.-P. et al. 2006. « La provenance des barres de fer romaines des Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône) », Gallia, 63 : 243-261.

Crew P. & Crew S. 1994. “The expérimental production of bar iron”, in : Mangin M. (éd.), La sidérurgie ancienne de l’Est de la France dans son contexte européen. Archéologie et archéométrie. Colloque de Besançon, Les Belles Lettres : 175-176.

Desaulty A.-M. et al. 2009. “Does it come from the Pays de Bray? Examination of an origin hypothesis for the ferrous reinforcements used in French medieval churches using major and trace element analyses”, Journal of Archaeological Science, 36 : 2445-2462.

Dillmann P. & L’Héritier M. 2007. “Slag inclusion analyses for studying ferrous alloys employed in French medieval buildings: supply of materials and diffusion of smelting processes”, Journal of Archaeological Science, 34 : 1810-1823.

Dillmann P. & Leroy S. 2012. Études sur la production, la circulation et la datation des matériaux ferreux anciens, in : Thiébault S. & Depaepe P. (éd.), L’archéologie au laboratoire, La Découverte, Paris : 155-168.

Dillmann P. et al. 2012. “Understanding the Walloon Method of Iron Refining: Archeological and Archeometric Experiments”, Journal of Historical Metallurgy, 46 : 19-31.

Disser A. et al. 2014. “Iron reinforcements in Beauvais and Metz Cathedrals: from bloomery or finery? The use of logistic regression for differentiating smelting processes”, Journal of Archaeological Science, 42 : 315-333.

Domergue C. 1993. Un centre sidérurgique romain de la Montagne Noire : Le Domaine des Forges (Les Martys, Aube). Revue archéologique de la Narbonnaise, supplément n° 27, Cnrs, Paris.

Fluzin P. 1983. « Notions élémentaires de sidérurgie », in : Échard N. (éd.), Métallurgies africaines. Nouvelles contributions, Paris, Musée de l’Homme : 13-44.

2002. « La chaîne opératoire en sidérurgie : matériaux archéologiques et procédés. Apport des études métallographiques », in : Bocoum H. (éd.), Aux origines de la métallurgie du fer en Afrique. Une ancienneté méconnue, Unesco : 59-91.

Fluzin P., Ploquin A. & Serneels V. 2000a. « Archéométrie des déchets de production sidérurgique. Moyens et méthodes d’identification des différents éléments de la chaîne opératoire directe », Gallia, 57 : 1-158.

2000b. « Archéométrie des déchets de production sidérurgique. Moyens et méthodes d’identification des différents éléments de la chaîne opératoire directe », Gallia, 57 : 101-121.

Fluzin P. et al. 2004. « Approches métallurgiques et archéométriques », in : Mangin M. (éd.), Le Fer, Paris, Errance : 113-174.

2011. “The multidisciplinary approach (archaeology and archaeometry) to bloomsmithing activities in France: examples of results from the last twenty years”, in : Hosek J., Cleere H. & Mihok L. (éd.), The archaeometallurgy of Iron – Recent Developments in Archaeological and Scientific Research, Prague : 223-236.

Guillot I. et al. 1987. « Structure d’outils miniers du xve et du xviiie siècle ; interprétation thermomécanique », Matériaux et Techniques, 75 : 411-419.

1991. « Études paléométallurgiques comparatives d’outils miniers du xve et du xvie siècles », Symposion Archäometallurgie von Kopfer und Eisen, Jarhrbuch des Romish-Germanischen Mueseums Mainz : 641-655.

Jarrier C.C. 1993. « Minéralogie et géochimie de résidus sidérurgiques romains des Martys (Montagne Noire, Aude). Approche des conditions de fonctionnement de la réduction directe », in : Mangin M. (éd.), La sidérurgie de l’est de la France dans son contexte européen - Archéologie et archéométrie, Université de Besançon, Besançon : 57-64.

L’Héritier M., Aumard S. & Dillmann P. 2011. « Le métal selon l’archéologue et l’archéomètre », in : Aumard S. (éd.), Saint Étienne d’Auxerre. La seconde vie d’une cathédrale, Auxerre, CEM - Picard.

L’Héritier M. et al. 2012. “The role of iron armatures in gothic constructions: reinforcement, consolidation or commissioner’s choice”, in : Carvais R., Guillerme A., Nègre V. & Sakarovitch J. (éd.), Nuts and bolt of construction history. Culture, technology and society. Vol. 2, Paris, Picard.

2014. « Oculi des baies hautes du chœur ; étude archéologique et archéométrique des éléments métalliques », in : Timbert A. (éd.), Chartres. Construire et restaurer la cathédrale (xiiie-xxie s.), Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion : 307-320.

Leroy M. et al. 1993. « La sidérurgie ancienne en Lorraine et les conditions de l’utilisation du minerai oolithique lorrain en réduction directe. L’exemple de l’atelier de Frouard (ve-vie s.) », in : Mangin M. (éd.), La sidérurgie de l’est de la France dans son contexte européen - Archéologie et archéométrie, Les Belles Lettres, Besançon : 34-41.

1999. « La restitution des savoir-faire pour comprendre un procédé technique : l’apport de l’expérimentation en archéologie du fer », in : Pétrequin P., Fluzin P., Thiriot J. & Benoit P. (éd.), Arts du feu et productions artisanales. XXe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Apdca, Antibes : 37-51.

2012. “The medieval iron market in Ariège (France). Multidisciplinary analytical approach and multivariate analyses”, Journal of archaeological science, 39 : 1080-1093.

2013. “Datation radiocarbone des alliages ferreux anciens”, in: Communication, M.d.l.C.e.d.l. (éd.), Actes du colloque Sciences des matériaux du patrimoine culturel, Paris, 20 et 21 novembre 2012, Ministère de la Culture et de la Communication, Paris : 57-63.

2014. « Provenance et circulation des alliages ferreux », in : Dillmann P. & Bellot-Gurlet L. (éd.), Circulation des matériaux et des objets dans les sociétés anciennes, Paris, Éditions des Archives Contemporaines : 79-108.

2015. “Consolidation or initial designe ? Radiocarbon dating of ancient iron alloys shed light on the reinforcements of French Gothic Cathedrals”, Journal of archaeological science, 53 : 190-201.

Mahé-Le-Carlier C., Dieudonné-Glad N. & Ploquin A. 1998. « Des laitiers obtenus dans un bas-fourneau ? Études chimique et minéralogique des scories du site d’Oulches (Indre) », La Revue d’Archéométrie, 22 : 91-101.

Mangin M. et al. 2000a. Villages, forges et parcellaire aux sources de la Seine. L’agglomération antique de Blessey-Salmaise (Côte-d’Or). Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises.

2000b. Forgerons et paysans des campagnes d’Alésia (Haut-Auxois, Côte-d’Or). La terre, le fer, la route en pays Mandubien, Haut Auxois (Côte-d’Or), ier siècle avant – viiie siècle après J.-C., Paris, Cnrs.

Pagès G. et al. 2011. “A study of the roman iron bars of Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône, France). A proposal for a comprehensive metallographic approach”, Journal of Archaeological Science, 38: 1234-1252.

Piaskowski J. 1964. “The manufacture of medieval damascened knives”, Journal of the Iron and Steel Institute, 202 : 561-568.

1977. “Examinations of early iron objects: part I - purposes and standardisation of methods”, Irish Archaeological Research Forum, IV : 13-22.

1984. “Proposals for a Standardization of the criteria for Determining Technological Processes in Early Iron and Steel Metallurgy”, in: Scott (éd.), The crafts of the Blacksmith. Symposium pour la sidérurgie ancienne : 157-168.

Pleiner R. 1981. “Metallography of the La Tène period iron implements from the Celtic oppida”, Nouvelles archéologiques dans la république socialiste tchèque. Actes du Xe Congrès international des Sciences préhistoriques et protohistoriques, Mexico, Institut d’archéologie de l’Académie des sciences tchécoslovaque : 106-107.

1989. “Examination of some early La Tène period knives from Bohemia”, in: Pleiner R. (éd.), Archaeometallurgy of Iron: International symposium of the Comité pour la Sidérurgie Ancienne de L’UISPP, Librice, Archeologicky Ustav CSAV, Prague : 73-82.

2000. Iron in Archaeology The european bloomery smelters, Prague, Archeologicky Ustav av Cr p.

2006. Iron in Archaeology. Early European Blacksmiths, Prague, Archeologický ústav AV ČR p.

Pleiner R. et al. 2004. « Lingots et couteaux en fer d’Alésia : études archéométriques », Revue archéologique de l’Est, 52 (2003) : 91-130.

Ploquin A. 1994. « L’analyse chimique en paléosidérurgie », in: Mangin M. (éd.), La sidérurgie ancienne de l’est de la France dans son contexte européen. Archéologie et archéométrie. Colloque de Besançon, Les Belles Lettres : 13-20.

Rogalla Von Bieberstein A. & Dillmann P. 2011. « Le damas d’assemblage du haut Moyen Âge en Occident : étude historiographique et critique des analyses métallographiques », in : Dillmann P., Perez L. & Verna C. (éd.), L’acier en Europe avant Bessemer, Paris, Cnrs, Université de Toulouse-Le Mirail : 195-213.

Salter C. & Crew P. 1997. “High phosphorus steel from experimentally smelted bog-iron ore”, in: Crew P. & Crew S. (éd.), Early ironworking in Europe. Archaeology and experiment, Plas tan y Bwlch : 83-84.

Téreygeol F. 2012. Comprendre les savoir-faire métallurgiques antiques et médiévaux, Paris, Errance.

Tylecote R.F. & Gilmour B.J.J. 1986. The metallography of early ferrous edge tools and edged weapons, Oxford, B.A.R.

Urteaga M. et al. 2000. « Restitution ethnoarchéologique et conduite des procédés, Forges d’Agorregi, Pays basque, Espagne », in: Petrequin Y., Fluzin P., Thiriot J. & Benoit P. (éd.), Arts du feu et production artisanale. Actes des XXe Rencontres d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Apdca : 53-72.

Haut de page

Notes

1 Circulation des produits sidérurgiques aux âges du Fer de l’est de la France et du sud de l’Allemagne : approches multidisciplinaires et méthodologiques pour l’étude de provenance des fers anciens. Projet sélectionné en 2010 dans le cadre du Programme franco-allemand de sciences humaines et sociales Anr-Dfg. Voir http://www.agence-nationale-recherche.fr/projet-anr/?tx_lwmsuivibilan_pi2%5BCODE%5D=ANR-10-FRAL-0007.

2 Iron and Angkor: an integrated, multidisciplinary approach to evaluate the role of iron (production, trade, consumption) in the expansion of the Khmer Empire, Cambodia (9th to 15th c. CE), http://www.agence-nationale-recherche.fr/en/anr-funded-project/?tx_lwmsuivibilan_pi2%5BCODE%5D=ANR-14-CE31-0007.

3 Base de données interdisciplinaire (archéologie/archéométrie) pour la caractérisation des dépôts non funéraires métalliques (France, fin du IVe millénaire - fin du Ier siècle av. J.-C.).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Méthodologie pour l’étude des objets ferreux (procédés, provenance, datation)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 2
Légende Application de la régression logistique pour les agrafes de la tour de Mutte de la cathédrale de Metz (xiiie xve s.). En haut : abaque représentant les corpus direct et indirect de référence. Chaque ligne verticale représente la position des inclusions analysées pour une agrafe donnée. En bas : position des agrafes et procédé correspondant, sur la tour de Mutte.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2723/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 3
Légende Projet Anr-Dfg Cipia. Répartition des ensembles sidérurgiques dont la signature en éléments traces a été étudiée. Analyse factorielle discriminante permettant d’attribuer la loupe de Hochdorf à l’un des ensembles de production
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2723/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dillmann, Stéphanie Leroy, Alexandre Disser, Sylvain Bauvais, Enrique Vega et Philippe Fluzin, « Dernières avancées des études sur la production, la circulation et la datation des métaux ferreux archéologiques », Les nouvelles de l'archéologie, 138 | 2015, 28-34.

Référence électronique

Philippe Dillmann, Stéphanie Leroy, Alexandre Disser, Sylvain Bauvais, Enrique Vega et Philippe Fluzin, « Dernières avancées des études sur la production, la circulation et la datation des métaux ferreux archéologiques », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 138 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/2723 ; DOI : 10.4000/nda.2723

Haut de page

Auteurs

Philippe Dillmann

Laboratoire Métallurgies et cultures et Laboratoire Archéomatériaux et prévision de l’altération, Iramat Umr 5060 Cnrs, Sis2m, Umr 3299, Cea/Cnrs (Nimbe),
philippe.dillmann@cea.fr

Articles du même auteur

Stéphanie Leroy

Laboratoire Métallurgies et cultures et Laboratoire Archéomatériaux et prévision de l’altération, Iramat Umr 5060 Cnrs, Sis2m, Umr 3299, Cea/Cnrs (Nimbe),
stephanie.leroy@cea.fr

Alexandre Disser

Laboratoire Métallurgies et cultures et Laboratoire Archéomatériaux et prévision de l’altération, Iramat Umr 5060 Cnrs, Sis2m, Umr 3299, Cea/Cnrs (Nimbe),
alexandre.disser@cea.fr

Sylvain Bauvais

Laboratoire Métallurgies et cultures et Laboratoire Archéomatériaux et prévision de l’altération, Iramat Umr 5060 Cnrs, Sis2m, Umr 3299, Cea/Cnrs (Nimbe),
protosly@hotmail.com

Enrique Vega

Laboratoire Métallurgies et cultures et Laboratoire Archéomatériaux et prévision de l’altération, Iramat Umr 5060 Cnrs, Sis2m, Umr 3299, Cea/Cnrs (Nimbe),
enrique.vega@cea.fr

Philippe Fluzin

Laboratoire Métallurgies et cultures et Laboratoire Archéomatériaux et prévision de l’altération, Iramat Umr 5060 Cnrs, Sis2m, Umr 3299, Cea/Cnrs (Nimbe),
philippe.fluzin@utbm.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org