Navigation – Plan du site
Dossier: Méthodes et formations en archéométrie en France

Prospection magnétique 3D à haute résolution

Du site à l’objet
François Lévêque et Vivien Mathé
p. 19-23

Résumés

Un nouveau champ d’investigation est ouvert en prospection magnétique grâce à la détermination simultanée des coordonnées de la mesure de champ magnétique, avec une précision centimétrique, à des cadences de 10 à 20 mesures par seconde. La prospection réalisée jusqu’alors à l’échelle du site peut maintenant être effectuée à l’échelle de l’objet, sur quelques mètres carrés, à une résolution infra-décimétrique. À cette échelle, la microtopographie impose de disposer d’une information en 3D afin de discerner les variations du champ magnétique locale produites par le relief de celles traduisant des variations d’aimantation au sein de l’objet étudié. Des milieux complexes tels que des cavités peuvent ainsi être explorés. En plein air, la complexité de grandes structures de chauffe ou de vestige comme des épaves peut aussi être révélée.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

prospection magnétique, 3D, foyers, grottes, épaves

Index by keyword :

magnetic survey, 3D, Hearths, caves, wrecks
Haut de page

Texte intégral

Les archéologues responsables de l’étude archéologique des sites évoqués sont, par ordre des sites, Laurent Carozza, Jacques Jaubert, Bertrand Poissonnier, Michel Brenet, Vincent Ard, Corinne Sanchez et Marie-Pierre Jézégou.

Introduction

1La géophysique offre différentes méthodes de prospection permettant d’imager la géométrie de vestiges archéologiques invisibles, présents sous la surface du sol. Celles-ci sont fondées sur l’existence de contrastes de propriétés physiques entre les matériaux constituant ces vestiges et leur encaissant. Par exemple, les différences de capacité des matériaux à conduire une onde électromagnétique, à laisser passer un courant électrique ou à interagir avec un champ magnétique, qu’il soit naturel ou artificiel, sont les propriétés physiques les plus communément étudiées. Leurs premières utilisations remontent au lendemain de la seconde guerre mondiale. En 1946, R.J.C. Atkinson reconnut le tracé de fortifications par des mesures de résistivité électrique (Atkinson 1953) tandis que M.J. Aitken utilisa un magnétomètre pour la prospection de fours (Aitken et al. 1958).

2Bien que ces différentes propriétés apportent des informations complémentaires, tant du point de vue de la capacité à imager les objets selon la nature du milieu dans lequel ils se trouvent que sur la nature des matériaux les composant, la prospection magnétique reste une méthode privilégiée de par sa rapidité de mise en œuvre. Elle consiste en la mesure de la déformation du champ magnétique terrestre (cmt) local. Cette déformation du champ magnétique dans lequel nous baignons est le fruit de contrastes de propriétés magnétiques entre les matériaux. En effet, tous les matériaux interagissent avec le cmt. Plus la source est proche, plus la déformation du champ magnétique local sera importante. Cet effet est modulé par l’intensité et le contraste des propriétés magnétiques de la source et de l’encaissant.

  • 1 Pour des détails sur le principe de fonctionnement des instruments, consulter par exemple Scollar 1 (...)

3Cette déformation est le plus souvent traduite par la cartographie de la variation spatiale de l’intensité du cmt local, ou de son gradient, au-dessus du sol, selon une surface à distance sol-capteur présumée constante. La méthode est donc passive, ne nécessitant pas de source d’excitation artificielle puisque le cmt constitue à la fois la source qui révèle les contrastes des propriétés magnétiques des matériaux, par l’interaction champ magnétique/matière, et le support du signal recherché. La mesure ne nécessitant pas de contact, elle autorise des cadences d’acquisition élevées, dépendant du type d’instrument, c’est-à-dire du principe instrumental de la détermination de l’intensité du champ magnétique (précession du proton, pompage optique, fluxgate pour ne citer que les plus utilisés1). Communément, la cadence est de quelques dizaines à plusieurs dizaines de mesures par seconde. Les instruments récents (gradiomètre vertical fluxgate ou gradiomètre à pompage optique) permettent de réaliser un minimum de 10 mesures par seconde en enregistrement continu. Ainsi, un opérateur se déplaçant à 1 m/s peut obtenir une mesure tous les 10 cm selon l’axe d’avancée. En réalisant des profils parallèles selon un espacement de 0,5 à 1 m, il est possible d’obtenir rapidement une information à haute résolution, de plusieurs dizaines de points par mètre carré. Ainsi, un opérateur ou une équipe de deux ou trois personnes, selon le mode de mise en œuvre et les conditions environnementales, peut facilement couvrir plusieurs hectares par jour à une résolution permettant d’imager les vestiges enfouis de murs, de fossés ou de structures de chauffe. Ces dernières constituent des cibles privilégiées grâce à l’acquisition d’une aimantation dite thermorémanente au cours de leur dernier refroidissement, qui fossilisent le cmt ambiant, associée à la création de minéraux magnétiques, sous l’effet thermique des premières chauffes.

4Quel que soit l’apport de l’imagerie géophysique, la fouille reste la démarche incontournable pour apporter une information stratigraphique, seule apte à permettre une reconstitution chronologique de l’occupation. Dans le cas idéal, la géophysique apporte une vue d’ensemble d’un site qui permet de cibler des fenêtres pour l’ouverture de fouilles des structures mises en évidence, suspectées ou encore énigmatiques. Cette démarche apporte à la fois une optimisation des moyens mis en œuvre, tout en conservant au maximum le patrimoine enfoui sans pour autant perdre la vue d’ensemble qu’apporterait une fouille exhaustive. La géophysique permet ainsi de réaliser un changement d’échelle entre l’information acquise par télédétection, telle que la photographie aérienne, et l’information obtenue par la fouille.

Du site à l’objet

5Pour autant, au moment de l’exhumation, une partie des informations reste inaccessible à l’observation directe. L’œil peut être assisté par des mesures de terrain permettant d’appréhender des variations de capacité d’aimantation des matériaux. Cela consiste à utiliser des capteurs de contact mesurant la réponse d’un matériau lorsqu’il est soumis à un champ magnétique. Ces instruments sont des susceptibilimètres. La grandeur mesurée est la susceptibilité magnétique en champ faible (grandeur sans dimension dans le système international SI). La mesure est obtenue avec l’excitation d’un champ magnétique artificiel alternatif ne dépassant pas en général une fréquence de 10 kHz. Certaines particules magnétiques, des aimants naturels de taille nanométrique, ont une réponse à cette excitation, qui dépend de la fréquence de variation du champ magnétique (fraction dite superparamagnétique). Leur présence témoigne principalement soit du développement de l’horizon organique d’un sol, trahissant une phase d’absence de comblement, soit de la présence de matériaux brûlés. Obtenir une image de la variation spatiale de la susceptibilité magnétique ou de la concentration de fraction magnétique ayant une réponse à la variation de la fréquence du champ magnétique d’excitation (avec un « viscosimètre magnétique ») est un travail laborieux, chaque mesure nécessitant plusieurs secondes. De plus, le contact entre la surface du capteur et celle du matériau doit être le plus parfait possible sinon l’effet du vide induit par les aspérités réduit les valeurs de mesure de façon notable, la susceptibilité magnétique de l’air étant nulle par définition. Cet effet est accentué par la forte décroissance de la réponse instrumentale avec la distance et la faible profondeur d’investigation d’un susceptibilimètre, de l’ordre de quelques centimètres, en relation avec la dimension du capteur (Lecoanet et al. 1999). À titre d’exemple, avec une maille de 5 cm de côté, il faut deux heures pour mesurer un mètre carré.

6Une alternative à cette approche consiste à déterminer la déformation spatiale du champ magnétique à une résolution infradécimétrique. La nature de l’information alors acquise est plus complexe, mais aussi plus riche. Par exemple, la profondeur d’investigation est potentiellement accrue et des indices sur la conservation ou la perte de l’intégrité physique de structures de chauffe peuvent être apportés.

7Concernant la profondeur d’investigation, celle-ci ne peut être déterminée a priori. Elle dépend de l’intensité du signal magnétique de la source, donc de sa taille, de sa forme, des aimantations qu’elle porte, ainsi que de celles de l’encaissant. Par exemple, des objets magnétiques tels qu’un four ou le substrat d’un foyer, les métaux ferreux et leurs produits de corrosion, ou encore des poteries constituent des sources facilement détectables même si elles sont enfouies sous quelques décimètres, voire quelques mètres, de sols ou de sédiments, pour des sources de gros volume ou aux propriétés magnétiques intenses. Au-delà de quelques centimètres de profondeur, voir un décimètre pour les matériaux très magnétiques, la distance rend ces sources indétectables avec un susceptibilimètre qui n’explore que les premiers centimètres.

8Concernant l’intégrité physique de matériaux cuits – notamment des substrats ou des blocs rubéfiés, des indices de feu localisés ou plus étendus selon les surfaces ayant été en contact avec la chaleur – il faut rappeler que, au cours de leur dernier refroidissement, ces matériaux acquièrent une aimantation, dite thermorémanente, pour autant qu’ils possèdent des minéraux magnétiques au moins à l’état de traces, enregistrant les caractéristiques du champ magnétique dans lequel ils baignent à ce moment-là. Ils fossilisent ainsi le cmt local, recherché par les études archéomagnétiques. Cette aimantation contribue à accentuer la déformation locale du champ magnétique. En effet, celle-ci résulte de la contribution de cette aimantation permanente (dite rémanente) et de celle induite par l’interaction entre le cmt et les matériaux, en particulier avec les minéraux magnétiques néoformés par la cuisson qui ont un effet prédominant du fait de leur très forte susceptibilité magnétique. Cette néoformation, qui n’existe que si les phases précurseurs sont présentes, se manifeste par une rubéfaction, changement de couleur indiquant la formation d’oxydes magnétiques. Ainsi, un matériau encore en position de sa dernière chauffe génèrera une déformation du champ magnétique local (plus communément appelée anomalie) plus intense que celle produite par un matériau déplacé et ayant perdu son intégrité physique, telles des argiles plastiques. Au contraire, si l’intégrité physique d’un bloc est conservée, un galet par exemple, mais que ce dernier n’est plus en position d’origine, alors la forme de l’anomalie qu’il générera, ou plutôt son orientation, trahira ce déplacement.

Prospection magnétique 3D à haute résolution

9Rendre visible une information magnétique inaccessible à l’œil, à l’échelle d’un objet aux dimensions pluridécimétriques, nécessite une résolution spatiale de l’information à une échelle infradécimétrique afin de disposer d’une image interprétable à l’œil. Au-delà de la résolution spatiale nécessaire, le contraste de propriété magnétique entre l’objet espéré et son encaissant est une information a priori inconnue, ce qui impacte aussi le protocole à mettre en œuvre. En effet, il est important d’envisager les conditions les moins favorables, à savoir un faible contraste, afin de ne pas passer à côté d’informations magnétiquement accessibles.

10Ces deux contraintes, une résolution infradécimétrique et des contrastes de propriétés magnétiques faibles, nécessitent autant que faire se peut de mesurer la variation spatiale de l’intensité du champ magnétique au plus proche de la surface étudiée. En effet, la déformation du champ magnétique s’atténue très rapidement dès qu’on s’éloigne de la source, selon une loi s’approchant de l’inverse du cube de la distance. À cette échelle, la moindre variation de la microtopographie constitue une source de déformation du champ magnétique local par contraste des interactions du champ magnétique entre l’air et la matière constituant la surface étudiée. Ainsi, afin de distinguer les effets respectifs de la microtopographie et des variations de propriétés magnétiques des matériaux de la surface étudiée, il est nécessaire de disposer d’une information spatiale en volume.

11Accéder à une information en volume soulève de nouveaux problèmes. La méthode de prospection magnétique conventionnelle consiste à couvrir la surface selon un carroyage régulier, les coordonnées des mesures magnétiques sont alors déterminées soit par l’interpolation temporelle entre le début et la fin de chaque profil, soit par des méthodes de géo-positionnement satellitaire (gnss). Pour ces dernières, les dispositifs récents offrent des précisions centimétriques, après un post-traitement, et des cadences de mesures pouvant atteindre 20 Hz, compatibles avec les besoins pour la spatialisation des mesures magnétiques. En revanche, ces dispositifs ne fonctionnent pas lorsque le ciel est masqué, par exemple dans les grottes. Ils nécessitent aussi de déporter l’antenne par rapport à la mesure magnétique pour ne pas engendrer de pollution. Le déplacement relatif entre l’antenne et le capteur est alors une source d’erreur de positionnement pouvant être trop élevée par rapport au maillage réalisé. D’un autre côté, l’implantation d’un carroyage à résolution infradécimétrique en trois dimensions constitue un travail colossal, le plus souvent irréalisable compte tenu des conditions topographiques.

12Par conséquent, ces modes de détermination des coordonnées des mesures magnétiques ne sont pas appropriés à l’acquisition d’une information 3D avec une résolution spatiale infradécimétrique. La solution, mise en œuvre pour la première fois dans le cadre de l’étude de la grotte des Fraux (Dordogne), consiste à utiliser la fonction de poursuite d’une cible par une station totale, la cible étant solidarisée aux capteurs magnétiques (Burens et al. 2013, 2014). La précision centimétrique de la détermination des coordonnées d’un prisme 360° par une station totale en mode poursuite est suffisante au regard d’une prospection à maille minimale de 5 cm de côté. Nous utilisons une station Trimble S8 permettant une cadence de mesure maximale de 20 Hz (la distance est mesurée à une fréquence de 20 Hz interpolée).

13La mesure du champ magnétique est réalisée avec un magnétomètre G-858 Geometrics à double capteurs disposant chacun de câbles rallongés de 5 m de long. La cadence de mesure est de 10 Hz et la précision de l’ordre de 0.1 nT (Mathé et al. 2006) pour des mesures d’intensité du cmt de l’ordre de 40 000 à 50 000 nT.

14Lors d’une prospection géophysique, il est important que la répartition spatiale des données soit la plus régulière possible. En l’absence d’un carroyage 3D, ou d’un contrôle en temps réel de la répartition spatiale des données acquises, un contrôle mécanique du déplacement permet une couverture régulière. Les capteurs sont positionnés à l’extrémité d’une perche téléscopique, elle-même fixée sur un trépied à l’aide d’une rotule articulée, de manière analogue à une girafe de preneur de son. Ainsi, l’opérateur peut aisément balayer l’espace avec les capteurs tout en contrôlant la surface couverte par le déploiement progressif de la perche. Chaque position du trépied couvre un arc de cercle de 2 à 5 m de rayon en fonction du déploiement de la perche télescopique, la console d’acquisition étant solidarisée à la perche au niveau du trépied. Grâce au déport de la mesure par rapport au point d’appui, des prospections peuvent être réalisées au-dessus de vestiges fragiles.

15Dans les cas où la géométrie des lieux ne permet pas la mise en place de ce dispositif, qui nécessite un débattement en arrière de la zone couverte pour le passage des contrepoids, les capteurs peuvent toujours être déplacés à la main par un opérateur. L’exploration de l’espace ne peut alors être régulière à cause de la difficulté de mémorisation de la trajectoire dans l’espace couvert.

Applications

16La mise au point de ce protocole a été commandée par la volonté d’étudier la répartition spatiale de foyers dans une grotte aux volumes réduits, sur un réseau de plusieurs centaines de mètres. L’existence présumée de ces foyers est attestée par la présence au sol de surfaces rubéfiées et de cendres. La grotte des Fraux (Dordogne), inscrite aux monuments historiques, réunit art pariétal et vestiges archéologiques dans un état de conservation exceptionnel, grâce à l’effondrement de son entrée qui a mis un terme à sa brève occupation par des hommes de l’âge du Bronze. Son intérêt patrimonial a incité l’équipe en charge de son étude, sous la responsabilité de L. Carozza2, à développer de nouvelles approches non invasives. Les contraintes conservatoires étant moins sévères que pour des grottes d’occupation plus anciennes, le protocole a été mis au point par étape de perfectionnement croissant, entre 2009 et 2012, avec la mise en œuvre d’un déport des mesures dans la dernière étape (Burens et al. 2013, 2014).

17De manière concomitante aux développements du protocole, des prospections ont été réalisées sur d’autres sites, en grottes préhistoriques, mais aussi en extérieur. Les informations apportées sont de nature variée. Par exemple, la cartographie réalisée au-dessus de bauges à ours contenant des restes humains dans la grotte de Cussac (Dordogne), renseigne sur la géométrie des corps sédimentaires. Croisées avec l’information topographique, ces données témoignent de l’évolution de la géométrie des excavations réalisées initialement par les ours, et sur le volume de leur comblement, en partie constitué de restes humains.

18Parmi les résultats les plus probants en extérieur, la cartographie réalisée au-dessus d’un amas de galets, attribué à un feu dit polynésien, révèle que cet amas ne correspond pas à une structure de chauffe unique, mais qu’il existe plusieurs petits foyers. Parmi les galets les plus magnétiques en roches basaltiques, certains génèrent une anomalie non concordante avec la direction du cmt local indiquant que ces galets ont changé de position depuis leur dernière chauffe.

19Dans un contexte semblable, la cartographie de feux d’un campement solutréen ne montre aucune anomalie structurée attribuable au substrat d’un foyer. Pour autant, la chauffe expérimentale au-delà de 250°C de matériaux provenant du substrat du campement engendre la formation de phases magnétiques. L’absence d’une déformation significative du champ magnétique local révélerait alors que le substrat des foyers n’a pas subi une forte élévation de température, probablement parce qu’il était gelé au départ. En effet, la présence d’eau gelée limite très fortement l’élévation de température à cause de la chaleur latente de fusion puis d’évaporation qui capte les calories tant que l’eau ne s’est pas échappée. Lors de la fouille, l’orientation préférentielle des blocs observés est un indice de fluage de la berge de la rivière sur laquelle était implanté le campement, attribuable à un processus de solifluxion au cours du dégel. L’absence d’organisation directionnelle des anomalies portées par quelques blocs rubéfiés ayant servi à délimiter les foyers indique que ceux-ci ont perdu leur position initiale. Ce fait étaye l’hypothèse d’un campement sur un substrat gelé s’étant déformé par glissement gravitaire au dégel.

20La précision centimétrique du géopositionnement et l’utilisation de points de référence locaux pour l’implantation de la station totale permettent d’intégrer plusieurs campagnes dans un même référentiel. Cette démarche ouvre un nouveau champ d’investigation, des relevés magnétiques étant réalisables à différentes étapes d’une fouille, avant son ouverture, après décapage et au cours de la mise au jour des vestiges.

21Les fossés néolithiques sont un cas d’application de choix, leur remplissage étant constitué de matériaux plus magnétiques que l’encaissant. Des variations d’amplitude du signal sont souvent constatées au sein des fossés d’une même enceinte. La réalisation de relevés magnétiques montre, dans les cas étudiés, que ces différences d’amplitude pouvaient résulter soit des différences d’utilisation des fossés au sein du même campement (Ard et al. 2014), soit de processus pédologiques liés aux conditions hydromorphiques des parties topographiques basses, depuis le comblement des fossés.

22La fouille d’une épave antique et de son chargement d’amphores, dans le cadre des recherches sur les ports antiques de Narbonne, a été l’occasion de réaliser un suivi à différentes étapes de la fouille (Fig. 1). Les prospections magnétiques 3D mettent en évidence d’importantes différences de comportement magnétique des amphores, certaines générant de fortes anomalies dipolaires tandis que d’autres n’ont pratiquement pas d’incidence sur le champ local. La relation entre le type d’amphore et l’anomalie qu’elle génère reste à définir et pourrait renseigner sur l’origine des premières. Une fois qu’elles ont été retirées, les anomalies enregistrées sont le fruit des matériaux constituant l’épave. De nombreuses anomalies positives, générées par des matériaux magnétiques, sont alignées selon les structures du bateau. La source correspond à une partie des produits de corrosion de pièces d’assemblage ferreux, tel que des clous. En effet, ceux-ci se sont transformés en pyrite pour l’essentiel, mais la partie interne de cette gangue présente des produits de corrosion magnétiques, comme la magnétite ou la pyrrhotite. Les pièces de bois génèrent des anomalies positives plus modestes. Le bois n’est pas naturellement magnétique. Celui-ci s’est donc imprégné de phases magnétiques, probablement des sulfures de fer telle la pyrrhotite, dans les conditions anoxiques du milieu d’enfouissement. C’est l’oxydation à l’air libre de ces sulfures qui est la source des problèmes de conservation des bois après leur mise au jour. Ainsi, la prospection magnétique pourrait être un outil de diagnostic précoce permettant d’envisager les moyens de préservation à mettre en œuvre avant prélèvement des vestiges.

Fig. 1

Fig. 1

Mise en œuvre de la prospection 3D au-dessus de l’épave antique du site de Narbonne. Une partie du chargement d’amphores a été retiré, les bois de l’épave sont recouverts de tissus humides pour assurer leur préservation. L’opérateur est en train d’étendre la canne télescopique.

23Le secteur de l’épave a été couvert par une prospection magnétique conventionnelle. Celle-ci a révélé des figures sédimentaires correspondant à la migration du lit d’un cours d’eau au cours de la phase terminale du comblement du secteur. Une prospection magnétique a été réalisée sur le flanc d’une tranchée recoupant ces figures sédimentaires avec le dispositif de détermination des coordonnées des mesures par poursuite. Elle a permis de montrer la géométrie des corps sédimentaires, non visible à l’œil. La cartographie de susceptibilité magnétique réalisée sur cette même paroi présente une image beaucoup plus bruitée, difficilement interprétable.

24Les différentes informations acquises à une échelle locale à une résolution décimétrique permettent d’acquérir des informations originales. Certaines accroissent notre capacité à interpréter les images obtenues par des prospections magnétiques conventionnelles, pour autant que les moyens mis en œuvre pour la détermination des coordonnées des mesures offrent une précision en accord avec la résolution d’observation espérée.

Haut de page

Bibliographie

Ard V., Mathé V., Lévêque F. & Camus A. 2014. “A comprehensive magnetic survey of a Neolithic causewayed enclosure in West-Central France: for the understanding of archaeological features”, Archaeological Prospection, doi: 10.1002/arp.1495.

Atkinson R.J.C. 1953. Field Archaeology. Methuen.

Aitken M.J., Webster G. & Rees A. 1958. “Magnetic Prospecting”, Antiquity, 32 : 270-271.

Burens A., Grussenmeyer P., Guillemin S., Carozza L., Lévêque F. & Mathé V. 2013. “Methodological developments in 3D scanning and modelling of archaeological French heritage site: the Bronze age painted cave of ‘Les Fraux’, Dordogne (France)”, 24e Symposium du Cipa, Strasbourg, 2-6 septembre 2013. Int. Arch. Photogramm. Remote Sens. Spatial Inf. Sci., XL-5/W2, 131-135, 2013. doi:10.5194/isprsarchives-XL-5-W2-131-2013.

Burens A., Grussenmeyer P., Carozza L., Lévêque F., Guillemin S. & Mathé V. 2014. “Benefits of an accurate 3D Documentation in Understanding the Status of the Bronze Age Heritage Cave ‘Les Fraux’ (France)”, International Journal of Heritage in the Digital Era, 3, 1 : 179-195.

Lecoanet H., Lévêque F. & Segura S. 1999. “Magnetic susceptibility in environmental applications: comparison of field probes”, Phys. Earth Planet. Interiors, 115 : 191-204.

Mathé V., Lévêque F., Mathé P.-E., Chevallier C. & Pons Y. 2006. “Soil anomaly mapping using a caesium magnetometer: limits in the low magnetic amplitude case”, Journal of Applied Geophysics, 58, 3 : 202-217.

Scollar I., Tabbagh A., Hesse A. & Herzog I. 1990. Archaeological prospecting and remote sensing. Cambridge university press.

Haut de page

Notes

1 Pour des détails sur le principe de fonctionnement des instruments, consulter par exemple Scollar 1990.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Mise en œuvre de la prospection 3D au-dessus de l’épave antique du site de Narbonne. Une partie du chargement d’amphores a été retiré, les bois de l’épave sont recouverts de tissus humides pour assurer leur préservation. L’opérateur est en train d’étendre la canne télescopique.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Lévêque et Vivien Mathé, « Prospection magnétique 3D à haute résolution », Les nouvelles de l'archéologie, 138 | 2015, 19-23.

Référence électronique

François Lévêque et Vivien Mathé, « Prospection magnétique 3D à haute résolution », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 138 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/2697 ; DOI : 10.4000/nda.2697

Haut de page

Auteurs

François Lévêque

Umr 7266 Lienss, Université de La Rochelle, Cnrs, La Rochelle, France,
fleveque@univ-lr.fr

Vivien Mathé

Umr 7266 Lienss, Université de La Rochelle, Cnrs, La Rochelle, France,

vmathe@univ-lr.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org