Navigation – Plan du site
Dossier: Méthodes et formations en archéométrie en France

Les pigments et les parois des grottes préhistoriques ornées

Apport des développements analytiques récents à l’identification et à l’évaluation de leur évolution dans le temps
Marine Gay, Katharina Müller, Frédéric Plassard et Ina Reiche
p. 14-18

Résumés

L’étude physico-chimique de l’art des grottes ornées préhistoriques était, jusqu’à récemment, généralement focalisée sur les témoignages pariétaux laissés par les artistes du Paléolithique, passant par l’identification et la caractérisation élémentaire et structurale de la matière picturale. Les recherches taphonomiques engagées pour comprendre les principaux processus, passés et présents, responsables de l’évolution des milieux souterrains et sur lesquels reposent la conservation des œuvres pariétales et des vestiges archéologiques, n’émergèrent que plus tardivement. Rares sont encore les études conjointes reliant ces deux thématiques en une réflexion d’ensemble pour acquérir une meilleure appréciation des interactions pigments-paroi, resituées dans leur contexte environnemental global. Ces recherches en grottes ornées ont fortement bénéficié des récentes avancées technologiques survenues dans le domaine des rayons X. De nouvelles perspectives ont ainsi été ouvertes dans l’acquisition directement sur le terrain de données physico-chimiques pertinentes, grâce à la mise en œuvre réfléchie de méthodes analytiques portables non-invasives, respectueuses de l’intégrité de ces archives archéologiques fragiles. Cette mise en œuvre in situ n’est toutefois pas aisée et doit tenir compte des conditions difficiles qu’offrent les milieux karstiques (humidité élevée, température, accès difficile à la grotte, aux parois et plafonds ornés). La fabrication sur mesure d’instruments portables toujours plus adaptés à ces milieux a engendré, ces dernières années, une renaissance dans l’analyse physico-chimique de cet art des cavernes. Le travail de recherche poursuivi dans la grotte de Rouffignac, en Dordogne, profite de ces avancées technologiques pour développer une approche combinant un travail sur la genèse des faciès des parois en même temps qu’une étude des mélanges pigmentaires.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions la région Île-de-France et le Dim Analytics, ainsi que le conservateur régional de l’archéologie pour leur soutien financier.

1La reconnaissance officielle au début du xxe siècle de l’art pariétal comme témoignage artistique des cultures du Paléolithique a engendré une forte sollicitation des méthodes physico-chimiques pour son analyse. Cette sollicitation, de plus en plus systématique, et qu’illustrent les premières analyses réalisées par Henri Moissan des peintures de Font-de-Gaume (Moissan 1902) puis de La Mouthe (Moissan 1903) sur la demande de l’Abbé H. Breuil, traduit le besoin d’une démarche pluridisciplinaire pour accompagner et enrichir l’étude stylistique de cet art dans son contexte archéologique.

2Jusqu’à une époque récente, cette recherche physico-chimique sur l’art des cavernes s’attachait exclusivement à l’analyse de prélèvements. Les études étaient alors focalisées principalement sur la matière picturale et ses modes de préparation en vue d’appréhender le savoir-faire des peuples du Paléolithique et la chaîne opératoire liée à leurs pratiques artistiques (Clottes et al. 1990 ; Menu et al. 1993 ; Chalmin et al. 2003). Dans certains cas, des prélèvements demeurent encore indispensables lorsque, par exemple, l’accès difficile à une grotte et à ses parois ornées rend toute analyse chimique et structurale des mélanges pigmentaires impossible à réaliser seulement avec des instruments portables. Toutefois, en France, cette pratique tend à diminuer fortement en faveur de méthodes de caractérisation respectueuses de l’intégrité des archives archéologiques. Une renaissance s’est donc opérée, ces dernières années, fondée sur les exigences liées au respect des témoignages du passé, uniques et fragiles. Elle s’est nourrie des avancées technologiques, notamment celles utilisant les rayons X et les lasers, survenues dans le domaine médical, et plus récemment dans celui des sciences de l’univers, pour aller plus loin dans la miniaturisation et la portabilité d’instruments de mesure non invasifs.

3Les chercheurs ont ainsi aujourd’hui à leur disposition des instruments portables combinant différentes méthodes analytiques qui leur ouvrent directement, sur le terrain, de nouvelles perspectives d’acquisition de données pertinentes et presque équivalentes à celles acquises avec des équipements de laboratoire, avec l’avantage de pouvoir multiplier les points et les zones d’analyses sans porter atteinte à la paroi. De telles méthodes, telles que la colorimétrie (Vouvé et al. 2000), la spectroscopie Raman (Hernanz et al. 2011 ; Lahlil et al. 2012), la spectrométrie de fluorescence X (FX) (de Sanoit et al. 2005 ; Beck et al. 2012 ; Olivares et al. 013 ; Beck et al. 2014a et b) ou encore la diffraction de rayons X (DRX) (Beck et al. 2012, 2014a et b), ont montré toute leur efficacité et leur complémentarité pour l’étude in situ de l’art pariétal. Mais ces travaux demeurent encore peu nombreux comparés aux nombres de sites à investiguer.

4La recherche sur les colorants dans l’art paléolithique est bien établie, contrairement au travail sur l’état de conservation des parois des grottes ornées qui est resté peu pris en compte jusque dans les années 1950, quand des démarches entamées pour sauvegarder l’intégrité des peintures de la célèbre grotte de Lascaux ont posé les prémices d’une réflexion sur l’environnement karstique et la complexité de son équilibre dynamique. L’émergence de notions nouvelles, sur lesquelles repose la conservation des œuvres pariétales et des vestiges archéologiques, a nourri progressivement les recherches engagées pour comprendre les principaux processus, aussi bien passés que présents, responsables de l’évolution des milieux souterrains. L’article de Ferrier et al. (2012) revient sur l’évolution de ces concepts dans les consciences, évolution qui a marqué le début d’une recherche axée sur les processus taphonomiques.

5Cette recherche a connu un essor lors des découvertes de grottes qui n’ont pas été foulées par l’homme depuis leur ornementation et fournissent ainsi un système fermé où l’impact anthropique contemporain a été minime face à l’équilibre cyclique du milieu. La grotte Chauvet, découverte en 1994, en est un exemple, et les recherches qui y sont menées par une équipe pluridisciplinaire depuis près de 17 ans ont permis de poser les premières bases d’une approche taphonomique des parois ornées (Kervazo et al. 2010). Un projet ambitieux de grotte laboratoire, le programme « Conservation et étude des grottes ornées » (Cego, C. Ferrier dir.), initié en 2011, propose quant à lui de fournir un modèle et une méthodologie pour comprendre le fonctionnement interne d’une cavité et appréhender l’impact de changements environnementaux sur son équilibre et son évolution au cours du temps (Lacanette et al. 2013 ; Ferrier et al. 2014). Ces problématiques restent cependant encore peu traitées et, à l’exception de certains travaux, notamment ceux engagés dans la grotte laboratoire, l’absence d’une vision physico-chimique des altérations de surface qui viendrait compléter le corpus de données obtenues en karstologie, géologie, sédimentologie, microbiologie, etc., est parfois à déplorer.

6La recherche physico-chimique menée dans les grottes ornées préhistoriques s’illustre donc par deux approches, avec d’un côté le désir de remonter jusqu’au savoir-faire des artistes du Paléolithique et, de l’autre, la nécessité de comprendre les milieux karstiques pour pouvoir évaluer leur évolution au cours du temps, dans un souci de conserver et d’exploiter les archives archéologiques qu’ils détiennent. Peu de travaux croisent les données taphonomiques avec celles obtenues sur l’art pariétal. Une étude conjointe de ces deux thématiques est néanmoins indispensable pour conduire une réflexion d’ensemble car elles sont indissociables pour acquérir une meilleure appréciation des interactions pigments-paroi, resituées dans leur contexte environnemental global (Kervazo et al. 2010).

Cas de la grotte de Rouffignac (Dordogne)

Historique des recherches

7La grotte de Rouffignac, située dans le sud-ouest de la France, en Périgord, est mentionnée dans la littérature depuis 1575 ; mais il semblerait qu’elle ait été fréquentée de tout temps puisque son entrée est restée ouverte depuis le Paléolithique (Barrière 1984). Ses œuvres n’ont été reconnues qu’en 1956 par L.-R. Nougier et R. Robert et authentifiées comme paléolithiques la même année par H. Breuil. Les premiers travaux que Cl. Barrière y a entrepris se sont attachés à restituer le contexte archéologique. S’ensuivit l’étude et le relevé détaillé de ses décors pariétaux (Barrière 1982 ; Plassard 2005), complétés, en 2004, par des analyses physico-chimiques poussées de la matière picturale noire qui compose l’essentiel du corpus des représentations dessinées de la grotte (de Sanoit et al. 2005). Une première identification in situ et non invasive de la composition élémentaire de dix représentations a ainsi été réalisée par FX, confirmant l’utilisation exclusive d’oxyde de manganèse. Puis, entre 2009 et 2011, dans le cadre d’un programme de recherche pluridisciplinaire, Anr « Micro-analyses et datation de l’art préhistorique dans son contexte archéologique » (Madapca, P. Paillet dir.), une deuxième étude a été entreprise, étendant la caractérisation des mélanges pigmentaires à quinze autres figures, pour lesquelles les nouvelles données chimiques acquises par FX ont été enrichies par des analyses de la structure minéralogique par DRX (Beck et al. 2012 et 2014b) et Raman (Lahlil et al. 2012). Ces résultats ont permis d’appuyer les observations stylistiques relatives à la composition générale de panneaux ornés et ont ainsi confirmé la présence d’ensembles picturaux homogènes (exemple de la Frise des dix mammouths) et d’autres hétérogènes (exemple du Grand Plafond).

8En parallèle, et dans le cadre de ce programme Anr Madapca, un inventaire des différents états d’altérations rencontrés dans la grotte a été réalisé. Deux panneaux ornés, la Frise des dix Mammouths et le Panneau du Patriarche, situés tous deux dans la Galerie Henri-Breuil, ont été retenus pour un début de caractérisation géophysico-chimique de leur état de surface par des méthodes analytiques non invasives et portables. Cette première caractérisation a permis d’identifier certains phénomènes impliqués dans l’altération des faciès décrits, sans toutefois pouvoir les expliquer de façon précise (Plassard et al. 2014). Des vermiculations ont également été observées dans la grotte. Celles-ci mobilisent des matériaux en surface des parois (matériaux naturels, pigments). Elles font actuellement l’objet d’un suivi photographique et colorimétrique, qui a été enrichi par un début de caractérisation physico-chimique. Ces observations photographiques et colorimétriques posent les bases d’une approche quantitative inédite, axée sur l’acquisition de données colorimétriques, morphométriques et texturales, pour un suivi de l’aspect des parois, des décors et de leur évolution au cours du temps (Konik et al. 2014). Cette approche est actuellement étendue à d’autres phénomènes taphonomiques observés à Rouffignac.

9Outre l’étude inédite de l’art préhistorique de Rouffignac et de ses faciès d’altération, les recherches qui ont été entreprises dans ce programme ont offert la possibilité de tester et de valider (Beck et al. 2012), dans les conditions difficiles que présentent les milieux karstiques (humidité élevée, température, accès difficile à la grotte, aux parois et aux plafonds ornés), l’utilisation de différents instruments portables fabriqués sur mesure pour des interventions sur le terrain et déjà mis en œuvre avec succès en contexte muséal. Il s’agit notamment d’un dispositif unique qui couple des mesures non invasives des FX et de DRX, largement décrit dans Beck et al. 2012 et 2014b.

Enjeux des recherches actuelles

10Ces recherches se poursuivent. Le scénario de la mise en place de certains faciès d’altération reste encore mal défini et une vision claire de la relation pouvant exister entre la présence d’ornementation (gravure, tracés pigmentaires) et l’évolution taphonomique des supports doit encore être apportée par une réflexion d’ensemble conciliant l’étude des pigments préhistoriques et celle des parois. La Frise des dix Mammouths, le Panneau du Patriarche et le Grand Plafond restent le choix le plus judicieux pour ces nouvelles recherches, offrant des degrés de conservation divers de leurs états de surface et des décors pariétaux.

11Les deux premiers, situés presque face à face dans une même galerie, réunissent une large diversité de faciès d’altération qui se succèdent horizontalement ; ces séries étagées diffèrent l’une de l’autre par la présence, dans le cas de la frise, d’un voile de calcite qui perturbe la lisibilité à la base des dessins, contre la présence d’un support pâteux, plastique, s’étendant le long du Panneau du Patriarche et dans lequel une vingtaine de figures animales ont été gravées (Ferrier et al. 2012 ; Plassard et al. 2014). L’évolution taphonomique de ces deux panneaux et la relation des décors pariétaux avec ces altérations restent encore mal comprises. Certains processus ont été avancés pour expliquer, par exemple, le développement du voile de calcite au niveau de la Frise des dix Mammouths ou la formation du faciès plastique observable sur le Panneau du Patriarche. Il a ainsi été envisagé, dans le premier cas, deux mécanismes, une dissolution de la calcite entraînant un lessivage du tracé et/ou une recristallisation de la calcite entre la roche et le pigment, provoquant un détachement de celui-ci ; et, dans le second, une décarbonatation partielle de la paroi accompagnée d’une néogenèse de gypse (Plassard et al. 2014). Mais ces mécanismes doivent être précisés et mis en relation directe avec la présence d’ornementation. Le Grand Plafond présente quant à lui un cas d’étude différent et complémentaire des deux précédents, pour lequel la conservation de la paroi et de ses dessins n’est pour ainsi dire pas menacée par des phénomènes d’altération.

12Cette nouvelle étude sur les pigments et les parois de la grotte de Rouffignac semble dans ce contexte indispensable. Elle se veut innovante pour cette grotte dans le sens où elle combine le travail sur la genèse des faciès des parois à l’évaluation des interactions entre support et œuvres, pour appréhender ces évolutions des supports ornés dans leur contexte karstique général. D’une manière plus générale, elle se place dans la poursuite des études initiées à Chauvet-Pont d’Arc par les pionniers de la discipline (Kervazo et al. 2010) et à l’instigation de Norbert Aujoulat.

De nouvelles analyses à Rouffignac

13De nouvelles analyses physico-chimiques de la Frise des dix Mammouths, du Panneau du Patriarche et du Grand Plafond sont actuellement menées. Elles reposent sur l’acquisition d’informations d’ordres chimique et minéralogique, obtenues avec un dispositif portable déjà testé en milieu karstique qui combine deux types d’analyse non invasive, la FX et la DRX. Ces informations complémentaires ont l’avantage d’être recueillies pour une même zone d’analyse, permettant ainsi une corrélation des données entre elles. Un second appareil portable, uniquement de FX, plus compact, est utilisé en plus pour accéder à certaines zones restées inaccessibles par le premier (fig. 1). Ces analyses élémentaires et structurales sont réalisées dans une réflexion pluridisciplinaire, conjointement à des observations macro- et microscopiques et une étude spectro-radiométrique des parois ornées. Leur caractère non invasif offre en outre la possibilité de multiplier les points de mesure pour acquérir une vision plus statistique des interactions parois/pigments (fig. 2).

Fig. 1

Fig. 1

a. Dispositif portable couplant la FX et la DRX, monté sur une grue et mis en œuvre sur la Frise des dix Mammouths. b. Spectromètre de FX monté sur un pied photo pour l’étude des figures du Grand Plafond

(© M. Gay, Lams)

Fig. 2

Fig. 2

a. Multiplication des points de mesure au niveau des Bouquetins 109 et 110 du Grand Plafond

(© M. Gay, Lams).

b. Spectre de FX caractéristique du mélange pigmentaire du Bouquetin 109 ainsi que de la paroi sous-jacente.

14En revanche, l’influence des décors pariétaux sur les différents processus taphonomiques observés ne peut pas être appréciée sur la seule base d’un travail en champ orné. Une comparaison de l’évolution taphonomique entre paroi ornée et non ornée semble importante à réaliser. Afin qu’une telle association soit cohérente, deux panneaux non ornés présentant les mêmes séries d’étagements de faciès d’altération que les panneaux étudiés ont été sélectionnés et y ont été rattachés macro-scopiquement et microscopiquement. La caractérisation physico-chimique de cet ensemble de quatre panneaux a ensuite été conduite suivant un même protocole analytique pour assurer une comparaison correcte entre données. Les mesures de FX et de DRX ont pu valider cette association entre panneaux, les résultats pour un même faciès étant comparables, comme en témoigne l’exemple du faciès plastique (faciès 3) étudié sur le Panneau du Patriarche et sur le panneau non orné associé, qui présente dans les deux cas une même composition chimique et structurale (fig. 3).

15Ces analyses in situ restent néanmoins limitées en surface, ce qui ne permet pas d’avoir une vision physico-chimique précise de ces altérations dans la profondeur. Elles ne renseignent donc pas sur leur évolution taphonomique, depuis leur état considéré comme d’origine jusqu’au plus récent degré d’altération, ainsi que sur la chronologie de mise en place du décor et de son influence éventuelle sur la genèse de certains faciès. De par la complexité de mise en œuvre des instruments portables, il n’est également pas possible d’apprécier convenablement l’hétérogénéité d’un même faciès. Afin d’obtenir ces informations cruciales, des prélèvements hors champ orné ont été réalisés de manière à conserver leur stratigraphie, aux emplacements précis où les mesures in situ ont été précédemment réalisées afin d’y être reliés (fig. 4). Des analyses plus poussées de ces échantillons en laboratoire permettront de mieux cerner l’hétérogénéité de chacun des faciès ainsi que les phénomènes taphonomiques qui s’y rattachent, et d’évaluer la pertinence des données acquises directement sur le terrain avec les équipements portables. Celles-ci sont en cours.

Fig. 3

Fig. 3

a. Étagement de faciès d’altération dans le cas du panneau à faciès plastique

(© M. Gay, Lams)

b et c. Résultats de FX et de DRX représentatifs du faciès plastique (faciès 3) qui est observable sur le Panneau du patriarche et le panneau non orné associé : b. d’un point de vue élémentaire, ce faciès est caractérisé par un net appauvrissement en Ca accompagné d’un enrichissement en Fe et, en plus faible proportion, d’un enrichissement en As ; c. d’un point de vue structural, des phases argileuses ont été mises en évidence, accompagnant la présence de calcite et de quartz

Fig. 4

Fig. 4

a. Étagement des différents faciès d’altération observables sur la Frise des dix Mammouths

(© M. Gay, Lams)

b. Microprélèvement effectué sur le panneau non orné associé à la Frise des dix Mammouths pour mieux caractériser le faciès 4 et ses hétérogénéités

Conclusion et perspectives

16Le travail de recherche poursuivi dans la grotte de Rouffignac se veut une approche combinant deux thèmes souvent traités séparément. Le travail sur la genèse des faciès des parois est ainsi appréhendé en même temps que l’étude des mélanges pigmentaires afin d’acquérir le recul nécessaire pour mieux évaluer les interactions entre support et œuvres et l’évolution des supports ornés, resituées dans leur contexte karstique général.

17Par ailleurs, l’ensemble de ce travail, reposant pour l’essentiel sur des analyses in situ non invasives, contribue au mouvement qui s’opère depuis quelques années dans le développement et la miniaturisation d’instruments portables toujours plus performants et plus adaptés aux milieux difficiles dans lesquels ils sont mis en œuvre (grotte, abri-sous-roche). La comparaison entre mesure sur le terrain et sur prélèvements permet, de surcroît, de mettre l’accent sur le développement des capacités analytiques de ces instruments, en évaluant la qualité des mesures effectuées directement sur le terrain. Le désir est d’aller vers une acquisition de données dont la pertinence équivaudrait celle obtenue avec des équipements de laboratoire et une suppression définitive du besoin d’effectuer des microprélèvements.

18La finalité d’une telle approche non invasive est de fournir un outil d’étude applicable à d’autres grottes ornées, telle la grotte de Font-de-Gaume en Dordogne qui présente des peintures polychromes.

19Barrière Cl. 1982. L’Art pariétal de Rouffignac. Paris, Picard, Fondation Singer-Polignac.

20– 1984. « Grotte de Rouffignac », in : A. Leroi-Gourhan (éd.), L’art des cavernes. Atlas des grottes ornées paléolithiques françaises. Ministère de la Culture, Imprimerie nationale : 201-207.

21Beck L., Rousselière H., Castaing J., Duran A., Lebon M., Lahlil S., Plassard F. 2012. « Analyse in situ des dessins préhistoriques de la grotte de Rouffignac par fluorescence X et diffraction X portable », ArchéoSciences, 36 : 139-152.

22Beck L., Rousselière H., Castaing J., Duran A., Lebon M., Moignard B., Plassard F. 2014a. “First use of portable system coupling X-ray diffraction and X-ray fluorescence for in situ analysis of prehistoric rock art”, Talanta, 129 : 459-464.

23Beck L., Lebon M., Lahlil S., Grégoire S., Odin G. P., Rousselière H., Castaing J., Duran A., Vignaud C., Reiche I., Lambert E., Salomon H., Genty D., Chiotti L., Nespoulet R., Plassard F., Menu M. 2014b. « Analyse non destructive des pigments préhistoriques : de la grotte au laboratoire », in : Paillet P. (dir.), Les arts de la Préhistoire : microanalyses, mises en contextes et conservation. Actes du colloque « Microanalyses et datations de l’art préhistorique dans son contexte archéologique », Madapca, Paris, n° spécial Paleo : 63-74.

24Chalmin E., Menu M., Vignaud C. 2003. “Analysis of rock art paintings and technology of Palaeolithic painters”, Measurement Science and Technology, 14 : 1590-1597.

25Clottes J., Menu M., Walter Ph. 1990. « La préparation des peintures magdaléniennes des cavernes ariégeoises », Bulletin de la Société préhistorique française, 87, N. 6. : 170-192.

26Ferrier C., Debard E., Kervazo B., Aujoulat N., Baffier D., Denis A., Feruglio V., Fritz C., Gély B., Geneste J.-M., Konik S., Lacanette D., Lastennet R., Maksud F., Malaurent Ph., Plassard F., Tosello G. 2012. « Approche taphonomique des parois des grottes ornées », in : Clottes J. (dir.), L’art pléistocène dans le monde, Actes du Congrès Ifrao, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010, Symposium « Datation et taphonomie de l’art pléistocène », n° spécial de Préhistoire, Art et Sociétés, Bulletin de la Société Préhistorique Ariège-Pyrénées, LXV-LXVI, 2010-2011, CD : 1071-1093.

27Ferrier C., Aujoulat N., Denis A., Kervazo B., Konik S., Lacanette D., Large D., Lastennet R., Malaurent P. 2014. « Une grotte-laboratoire pour l’étude taphonomique des parois des grottes ornées : la grotte de Leye à Marquay (Dordogne, France) », in : Paillet P. (dir.), Les arts de la Préhistoire : micro-analyses, mises en contextes et conservation. Actes du colloque « Micro-analyses et datations de l’art préhistorique dans son contexte archéologique », Madapca, Paris, n° spécial Paleo : 331-338.

28Kervazo B., Feruglio V., Baffier D., Debard E., Ferrier C., Perroux A.-S., Aujoulat N., Delannoy J.-J., Yves P. 2010. « Parois et art pariétal : approche taphonomique. L’exemple de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche) », Paleo, supplément n° 3 : 43-52.

29Konik S., Lafon-Pham D., Riss J., Aujoulat N., Ferrier C., Kervazo B., Plassard F., Reiche I. 2014. « Étude des vermiculations par caractérisation morphologique, chromatique et chimique. L’exemple des grottes de Rouffignac et de Font-de-Gaume (Dordogne, France) », in : Paillet P. (dir.), Les arts de la Préhistoire : microanalyses, mises en contextes et conservation. Actes du colloque « Microanalyses et datations de l’art préhistorique dans son contexte archéologique », Madapca, Paris, n° spécial Paleo : 311-321.

30Lacanette D., Large D., Ferrier C., Aujoulat N., Bastian F., Denis A., Jurado V., Kervazo B., Konik S., Lastennet R., Malaurent Ph., Saiz-Jimenez C. 2013. “A laboratory cave for the study of wall degradation in rock art caves: an implementation in the Vézère area, Journal of Archaeological Science, 40 : 894-903.

31Lahlil S., Lebon M., Beck L., Rousselière H., Vignaud C., Reiche I., Menu M., Paillet P., Plassard F. 2012. “The first in situ micro-Raman spectroscopic analysis of prehistoric cave art of Rouffignac St-Cernin, France, Journal of Raman Spectroscopy, 43 : 1637-1643.

32Menu M., Walter Ph., Vigears D., Clottes J. 1993. « Façons de peindre au Magdalénien», Bulletin de la Société préhistorique française, 90, 6 : 426-432.

33Moissan H. 1902. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences de Paris, 134 : 1536-1540.

34– 1903. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences de Paris, 136 : 144-146.

35Olivares M., Castro K., Corchón M.-S., Gárate D., Murelaga X., Sarmiento A., Etxebarria N. 2013. “Non-invasive portable instrumentation to study Palaeolithic rock paintings: the case of La Peña Cave in San Roman de Candamo (Asturias, Spain)”, Journal of Archaeological Science, 40 : 1354-1360.

36Plassard F. 2005. Les grottes ornées de Combarelles, Font-de-Gaume, Bernifal et Rouffignac. Contexte archéologique, thèmes et style des représentations. Thèse de l’université Bordeaux 1.

37Plassard F., Kervazo B., Ferrier C., Reiche I., Konik S., Castaing J., Rousselière H., Aujoulat N. 2014. « Altérations et dépôts sur les parois de la grotte de Rouffignac : premiers résultats d’analyses », in : Paillet P. (dir.), Les arts de la Préhistoire : microanalyses, mises en contextes et conservation. Actes du colloque « Microanalyses et datations de l’art préhistorique dans son contexte archéologique », Madapca, Paris, n° spécial Paleo : 299-310.

38Sanoit (de) J., Chambellan D., Plassard F. 2005. « Caractérisation in situ du pigment noir de quelques œuvres pariétales de la Grotte de Rouffignac à l’aise d’un système portable d’analyse par fluorescence X (XRF) », ArchéoSciences, 29 : 61-68.

39Vouvé J., Vouvé F., Brunet J., Malaurent Ph. 2000. « Apport de l’analyse colorimétrique à propos de la caractérisation in situ des peintures préhistoriques dans une démarche conservatoire : cas de la grotte Chauvet (Ardèche, France) », Comptes Rendus de l’Académie des Sciences de Paris, Sciences de la Terre et des planètes, 331 : 627-632.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende a. Dispositif portable couplant la FX et la DRX, monté sur une grue et mis en œuvre sur la Frise des dix Mammouths. b. Spectromètre de FX monté sur un pied photo pour l’étude des figures du Grand Plafond
Crédits (© M. Gay, Lams)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 2
Légende a. Multiplication des points de mesure au niveau des Bouquetins 109 et 110 du Grand Plafond
Crédits (© M. Gay, Lams).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2684/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 3
Légende a. Étagement de faciès d’altération dans le cas du panneau à faciès plastique
Crédits (© M. Gay, Lams)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2684/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 4
Légende a. Étagement des différents faciès d’altération observables sur la Frise des dix Mammouths
Crédits (© M. Gay, Lams)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2684/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 805k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Gay, Katharina Müller, Frédéric Plassard et Ina Reiche, « Les pigments et les parois des grottes préhistoriques ornées », Les nouvelles de l'archéologie, 138 | 2015, 14-18.

Référence électronique

Marine Gay, Katharina Müller, Frédéric Plassard et Ina Reiche, « Les pigments et les parois des grottes préhistoriques ornées », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 138 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://nda.revues.org/2684 ; DOI : 10.4000/nda.2684

Haut de page

Auteurs

Marine Gay

 

 

Upmc Univ. Paris 06, Cnrs, Umr 8220, Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale, Lams, FR-75005, Paris,
marine.gay@upmc.fr

Katharina Müller

Upmc Univ. Paris 06, Cnrs, Umr 8220, Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale, Lams, FR-75005, Paris,
katharina.muller@upmc.fr

Frédéric Plassard

Sarl Grotte de Rouffignac, FR-24580 Rouffignac-Saint-Cernin,
frederic.plassard@wanadoo.fr

Ina Reiche

Upmc Univ. Paris 06, Cnrs, Umr 8220, Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale, Lams, FR-75005, Paris et Rathgen-Forschungslabor Staatliche Museen zu Berlin, Stiftung Preussischer Kulturbesitz Berlin,
ina.reiche@upmc.fr,
I.Reiche@smb.spk-berlin.de

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org