Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les chasseurs-cueilleurs

Cueva de los Portales, nord du Michoacan (Mexique)

Un site de l’époque archaïque
Brigitte Faugère
p. 33-38

Résumés

Les fouilles réalisées dans l’abri Cueva de los Portales, dans le nord de l’état du Michoacan, Mexique, ont permis de dégager plusieurs niveaux remontant à l’époque précéramique placés sur l’échelle du temps entre 5200 et 2000 av. J.-C. par 7 dates radiocarbones. Quatre phases ont été identifiées : La Garza (5200-4500 av. J.-C.), Palomo (4500-3100 av. J.-C.), Portales (3100-2500 av. J.-C.) et Salto (approximativement 2500-2000 av. J.-C.). Toutes correspondent à des occupations par des groupes de chasseurs-cueilleurs qui ne pratiquaient pas l’agriculture. Les différents éléments caractéristiques de chaque phase sont décrits brièvement.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

industrie lithique, Michoacan

Index géographique :

Mexique

Index chronologique :

époque archaïque, préhistoire
Haut de page

Texte intégral

1Le nord de l’État de Michoacán a fait l’objet dans les années 1980 et 1990 d’un projet de recherches français, dépendant du Centre d’études mexicaines et centraméricaines (Cemca) et financé par la commission consultative des fouilles du ministère des Affaires étrangères et le Centre national de la recherche scientifique (Cnrs), qui s’est articulé en plusieurs étapes successives. Dans un premier temps, une étude régionale a permis de définir les modes d’occupation de cette région d’environ 1 000 km2 sur un large intervalle chronologique débutant avec le Préclassique récent, soit vers 100 av. J.-C., et se terminant peu avant la conquête espagnole. Quelque 367 sites et loci furent ainsi localisés, des fouilles plus ou moins étendues permettant de définir leur(s) période(s) d’occupation et certaines de leurs caractéristiques culturelles. Dès cette première étape, une attention particulière fut portée aux grottes et abris sous roche de la portion la plus septentrionale de la région étudiée. Le site Cueva de los Portales (Mich. 389) fut localisé lors d’une prospection systématique en mars 1985 et il fut décidé de procéder aussitôt à un test stratigraphique. En effet, contrairement à la plupart des autres abris locaux qui ont été profondément remodelés par les utilisations modernes et ont souvent servi d’étable ou même d’habitation temporaire, son remplissage important était susceptible de conserver des vestiges préhispaniques en place. Le sondage a effectivement dégagé plusieurs niveaux anthropiques, dont les deux derniers se caractérisaient par l’absence de matériel céramique. Une datation 14C a confirmé qu’il s’agissait bien d’occupations précéramiques, remontant au IIIe millénaire av. J.-C.

2C’est au cours de la troisième étape du projet Michoacán, en 1993, que l’abri put enfin être fouillé. Plusieurs niveaux précéramiques datés entre les VIe et IIIe millénaires ont été identifiés. L’enregistrement d’aménagements anthropiques sur les différents sols d’occupation et la collecte d’un abondant matériel lithique constituent les premières données sur les occupations archaïques des hautes terres de l’Ouest mexicain. Les études conduites par des spécialistes de la technologie lithique, de l’anthropologie funéraire, de l’archéozoologie, de l’archéobotanique et de la pédologie ont été publiées dans la monographie du site parue en 2006 (Faugère 2006).

Le contexte géographique

3La Cueva de los Portales se situe à l’extrémité méridionale d’une gorge creusée par un petit cours d’eau près du hameau de La Garza, dans le municipe de Penjamillo. Le village de Penjamillo est placé en bordure de la vallée du fleuve Lerma, qui marque aujourd’hui la frontière entre les États mexicains de Michoacán et Guanajuato (fig. 1). C’est une région située à la rencontre de deux formations écologiques, en bas de versant : au sud, l’altitude augmente progressivement pour culminer vers 3 000 m dans les Hautes Terres de la Meseta tarasque, alors qu’au nord, au-delà de la vallée fertile du Lerma, débutent les régions semi-arides du nord du Mexique. La Meseta tarasque est une région tempérée et bien arrosée, couverte de forêts de chênes et de pins ; elle a été le lieu de développement de sociétés humaines au moins depuis l’époque préclassique (à partir de 200 av. J.-C.) et a connu une occupation continue jusqu’à l’émergence du royaume tarasque, au xive siècle, célèbre pour sa rivalité avec les Mexica (Aztèques) du centre du Mexique. Au nord, au contraire, l’occupation par des populations d’agriculteurs a été interrompue entre le xe et le xie siècle. On note ainsi dans cette région la formation à partir de cette époque d’une zone de frontière entre sédentaires et nomades ou semi-nomades, les sédentaires se repliant dans les hautes terres méridionales, alors que des populations dont la subsistance dépendait moins de l’agriculture ont pu se maintenir dans les secteurs plus secs du nord. La période d’occupation la plus dense se situe entre 600 et 900 apr. J.-C., au cours de l’Épiclassique.

Fig. 1

Fig. 1

Le massif du Cerro Zinaparo ; au premier plan la Barranca de La Pila, Penjamillo, Michoacán

4Bien qu’inespérée, la découverte d’occupations antérieures au Préclassique dans la région n’était pourtant pas improbable. En effet, des restes de faune pleistocène avaient été localisés à plusieurs reprises, soit de manière fortuite lors de travaux agricoles, soit dans la partie inférieure de stratigraphies des sites lacustres. Par ailleurs, deux pointes de javeline de typologie ancienne, appartenant respectivement aux types Clovis et Agate Basin, trouvées le long de la paroi d’un abri qui avait été pillé, renvoyaient également à des occupations remontant à la fin du Pleistocène (Faugère Kalfon 1996). Bien que d’une ancienneté moindre, le caractère exceptionnel du site Cueva de los Portales réside dans le fait qu’il a fourni une séquence d’occupation cohérente, avec des sols conservés et un abondant matériel lithique, répartis sur une fourchette chronologique d’environ 3 000 ans. Le site est localisé au fond d’une gorge étroite pourvue de deux points d’eau permanents, qui ont de tout temps attiré les animaux, notamment au moment de la saison sèche. Plusieurs sites archéologiques témoignent d’une présence humaine répartie sur trois millénaires, plutôt représentée par des occupations temporaires liées à des activités de chasse. Dans cet article, nous nous efforcerons de décrire de façon synthétique les principales caractéristiques des quatre phases précéramiques identifiées.

La phase La Garza (5200-4500 av. J.-C.) : des débuts bien documentés

5Bien que n’ayant pas fourni de sol conservé, la phase La Garza est assez bien documentée grâce à l’abondant matériel lithique (967 pièces en obsidienne et 231 en andésite). L’outillage en andésite comprend des outils lourds et puissants, notamment des rabots taillés sur galets fendus ou sur discoïdes, des discoïdes non repris, mais aussi un certain nombre de grattoirs de plus petites tailles. L’outillage en obsidienne, plus diversifié, présente toute une gamme d’outils tranchants. Les pointes de projectiles adoptent des formes pédonculées (types San Nicolas et Gary, mais aussi à pédoncules larges et droits qui rappellent les traditions du Texas) et amygdaloïdes (types Abasolo ou Catan) ou ogivales (type Nogales). Leur taille moyenne s’adapte à celle des cervidés, proies les plus souvent chassées d’après les ossements trouvés dans les fouilles. À côté des pointes, les outils sont variés, notamment les racloirs dont certains exemplaires remarquablement façonnés rappellent le type Nueces du Texas. Enfin, la présence d’outils sur lame constitue également une caractéristique majeure de l’outillage en obsidienne et correspond à un jalon fondamental dans l’apparition de la technique laminaire dans l’Ouest mexicain (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Exemples d’outils de la phase La Garza (5 200-4 500 av. J.-C.)

6L’utilisation massive de l’obsidienne s’explique en partie par la proximité de gisements de bonne qualité dans les massifs proches de Zinaparo-Prieto (Darras 1999), à quelques kilomètres à l’ouest du site (fig. 1), mais la présence d’obsidienne verte importée, même en proportion minime, atteste également du soin porté au choix des matières premières utilisées. Les tailleurs travaillaient dans l’abri et sur la plateforme, mais aussi vraisemblablement dans les petits abris voisins. Ils taillaient l’obsidienne et l’andésite en dégrossissant les nucleus et en formant des ébauches sur la plateforme elle-même. En revanche, les déchets de façonnage n’ont pas été retrouvés lors des fouilles (Cochin 1995), il est donc probable que ces activités se soient déroulées dans des abris proches.

7L’abri de los Portales dut être utilisé, au cours de cette période, comme un lieu d’étape, peut-être assez prolongée, par un groupe de chasseurs-cueilleurs qui disposait d’un outillage sophistiqué et varié. L’abondance des ressources naturelles disponibles localement favorisait leur installation temporaire. Les activités perceptibles au travers de l’industrie lithique comprennent le travail du bois (déboisements, bois de chauffage, fabrication d’artéfacts ?), les préparations culinaires et, probablement, le traitement des peaux et du cuir.

La phase Palomo (4500-3100 av. J.-C.) : une occupation sporadique ?

8Cette phase aurait connu une (des) occupation(s) plus dispersée(s) et des séjours probablement moins prolongés que précédemment. L’échantillon lithique comprend 932 pièces en obsidienne et 105 en andésite ; il se caractérise par l’apparition relativement massive des instruments de mouture, bien que l’outillage demeure clairement attaché dans sa majorité aux activités de chasse (fig. 3). Les pointes de projectile sont particulièrement abondantes. On reconnaît certains types antérieurs (Nogales, Catan) mais également l’apparition discrète du type La Mina et des pointes foliacées. Le reste de l’outillage en obsidienne ou andésite est peu diversifié. Quelques racloirs de grande taille à retouches bilatérales continuent à exister et, selon toute vraisemblance, l’essentiel des activités de taille se déroulait sur place, les déchets de fabrication ayant été retrouvés. Les outils d’andésite se raréfient et on note une absence totale de discoïdes non repris ainsi qu’un nombre limité de rabots. Néanmoins, une particularité réside dans l’apparition des outils taillés sur dalles (racloirs et grattoirs), même s’ils sont numériquement marginaux. Dans ce contexte, l’apparition des instruments de mouture constitue un événement majeur. Il s’agit de pierres à moudre façonnées dans du basalte vacuolaire local, mais aussi de simples galets utilisés. Les traces d’usure, parfois très marquées, indiquent que ces outils étaient déplacés transversalement sur une meule dormante, dont malheureusement aucun exemplaire n’a été retrouvé en contexte. La rareté des pollens conservés dans les sédiments de l’abri limite l’analyse des végétaux qui devaient être préparés à l’aide de ces molettes, mais on peut, en s’appuyant sur des profils palynologiques établis pour des sites voisins, poser comme hypothèse qu’il s’agissait de plantes sauvages, de graines et de racines. Des charbons de bois de mezquite, un arbre aujourd’hui encore assez fréquent dans la région, caractéristique des régions semi-arides, ont été identifiés dans ce niveau. On sait que ses graines étaient utilisées par les chasseurs-cueilleurs de l’époque tardive pour fabriquer des farines d’une bonne valeur nutritive, utilisées pour préparer des bouillies et des pains qui, pour leur part, pouvait être conservés plusieurs jours et être transportés aisément lors des déplacements. Par ailleurs, l’apparition des pierres à moudre correspond à celle des graminées parmi les quelques pollens recueillis localement, ce qui pourrait indiquer que certaines étaient consommées. Concernant l’alimentation carnée, ces chasseurs consommaient principalement le cerf mais ils péchaient aussi des tortues d’eau douce dans les sources. L’outillage relativement peu varié de ce groupe semble indiquer une économie reposant principalement sur la chasse-cueillette, même si on ne peut totalement exclure une augmentation de la part des végétaux dans l’alimentation, notamment par rapport à la phase précédente.

Fig. 3

Fig. 3

Exemples d’outils de la phase Palomo (4 500-3 100 av. J.-C.)

La phase Portales (3100-2500 av. J.-C.) : l’apogée d’un site

9La phase Portales est sans aucun doute le moment de l’occupation le mieux connu. Les deux sols d’occupations successifs qui ont été identifiés dans l’abri semblent indiquer des activités plus intenses et organisées. Le total du matériel lithique atteint 1 508 pièces pour l’obsidienne et 575 pour l’andésite. On note, par ailleurs, l’apparition de l’outillage en os.

10Le sol le plus ancien (sol B) comprend plusieurs aménagements anthropiques et des aires d’activité. Il a été renforcé par des dalles posées à plat et comporte dans la partie centrale un grand foyer. Celui-ci est formé d’une pierre entourée d’un cercle de pierre légèrement incliné vers le centre, de manière à esquisser une forme de cuvette. Les outils et les déchets de fabrication étaient localisés en grande quantité autour de cet aménagement. Une autre aire d’activité, plutôt destinée à la fabrication des outils sur éclats, a été identifiée sur la plateforme. Le foyer du sol le plus récent (sol C) est construit en un cercle de petites pierres dont certaines ont éclaté sous l’effet de la chaleur, accompagnées d’un large épanchement de cendres. Mais il a été perturbé par les occupations postérieures et sa morphologie originelle, différente de celle du foyer précédent, s’en est trouvée probablement modifiée.

11Concernant les industries lithiques, on retrouve un outillage en andésite particulièrement abondant, avec de nombreux chopping-tools, des discoïdes, des rabots sur chopping-tools ou discoïdes (fig. 4). Plusieurs catégories d’outils localisés sur le sol C sont clairement destinées à être emmanchées, notamment des petits grattoirs distaux très caractéristiques. Parmi les instruments de mouture, les molettes de forme trapue sont présentes. Comme par le passé, l’outillage en obsidienne est dominé par les pointes de projectile, dont certaines ont désormais des bords barbelés. Aux formes ogivales (types Nogales et Tortugas) et amygdaloïdes (Catan, Abasolo, Pelona) vient s’ajouter une pointe de type Pedernales, caractéristique à Guila Naquitz et à Tehuacán de la même période chronologique (Flannery 1986 ; MacNeish 1967).

Fig. 4

Fig. 4

Panoplie du sol B. Exemples d’outils de la phase Portales (3 100-2 500 av.J.-C.)

12Les activités identifiées dans l’abri comprennent, comme pour les phases antérieures, la taille des outils lithiques. Plusieurs percuteurs ont été retrouvés autour des foyers, ainsi qu’un petit amas de taille de biface. L’alimentation se composait de cerfs, de grenouilles, de tortues d’eau douce, de différentes espèces d’oiseaux et de rongeurs, auxquels il faut envisager d’ajouter la consommation de végétaux, plutôt sous leur forme sauvage.

La phase Salto (2500-2000 ? av. J.-C.) : une évolution tronquée

13La dernière phase d’occupation précéramique n’est que très partiellement connue, car les niveaux stratigraphiques correspondants ont été en partie détruits par les occupations postérieures. En effet, afin de maintenir un espace dégagé suffisant sous la voûte, les occupants détruisirent les niveaux supérieurs et recouvrirent l’intérieur de l’abri d’une couche de sédiment blanchâtre importé de l’extérieur. Cet aménagement, qui pourrait être daté de l’époque préclassique, a détruit les vestiges susceptibles d’avoir été déposés dans l’abri entre la fin de la période précéramique et les derniers siècles avant notre ère, et donc une séquence fondamentale qui aurait pu comprendre le passage à la pratique agricole. En effet, les profils palynologiques actuellement connus pour des sites proches indiquent une apparition du maïs domestiqué entre 2300 et 1000 av. J.-C., tandis que les premières traces de l’existence de sociétés sédentaires, à l’organisation sociale déjà complexe, apparaissent avec le site de El Opeño vers 1500-1400 av. J.-C. Les outils localisés dans les niveaux correspondant à la phase Salto semblent s’inscrire en grande partie dans la continuité de la phase antérieure : les pointes de projectile ne présenteraient pas de types nouveaux, les outils en andésite continueraient à être nombreux, avec abondance de chopping-tools et de rabots sur chopping-tools. Ces outils de bûcherons pourraient indiquer une exploitation intense de la forêt, peut-être significative des évolutions liées aux débuts de l’agriculture.

Considérations finales

14Les résultats obtenus dans la Cueva de los Portales contribuent à renforcer l’idée que les modalités qui vont progressivement mener à la sédentarisation des hommes ont suivi, en Mésoamérique, des trajectoires différentes selon les régions. Pendant de nombreuses années le modèle proposé par MacNeish à partir des études réalisées dans la vallée de Tehuacán (MacNeish 1967), qui privilégiait le rôle fondamental de la domestication du maïs dans la sédentarisation et la linéarité des évolutions, a été dominant. Les travaux postérieurs de K. Flannery dans les vallées sèches de l’État de Oaxaca (Flannery 1986) et celles de C. Niederberger dans la région lacustre du centre du Mexique (Niederberger 1976), pour se limiter aux Hautes Terres, montraient que ces processus évolutifs variaient en fonction des conditions écologiques et que des trajectoires différentes devaient être envisagées.

15À cet égard, la position géographique de la Cueva de los Portales présentait l’intérêt de se trouver dans une région totalement dépourvue de connaissances sur ces périodes reculées et d’offrir la possibilité d’étudier les modalités de la sédentarisation dans un secteur placé à la frontière entre la Mésoamérique nucléaire et les vastes étendues arides du nord. Nous avons vu que, de fait, certains artéfacts se rattachent clairement sur le plan typologique aux traditions lithiques du nord, notamment au cours de la phase la plus ancienne La Garza (pointes à pédoncule droit et large, grattoirs Nueces), alors que d’autres s’intègrent sans difficultés dans les typologies proposées pour la Mésoamérique nucléaire. Même si ces comparaisons ne peuvent être que très approximatives en l’état actuel des connaissances, on remarque que, par certains aspects, les matériaux du Michoacán se rapprochent des traditions du nord du Mexique et du Texas, où les modalités de sédentarisation se sont également déroulées selon des processus nettement distincts des trajectoires mésoaméricaines. Au Michoacán, les premiers signes annonçant la pratique effective de l’agriculture apparaissent tard dans les profils palynologiques et la vie nomade aurait pu perdurer jusqu’aux abords du IIIe millénaire. Mais, après ce qui pourrait apparaître comme un certain retard dans les évolutions culturelles, la pratique agraire se serait répandue très rapidement dans les bassins fertiles proches des lacs et dans les vallées. En effet, dans ces secteurs comme dans l’ensemble du territoire mésoaméricain, y compris dans le berceau des civilisations les plus prestigieuses, les preuves du développement de sociétés complexes sont plus ou moins synchrones.

Haut de page

Bibliographie

Cochin, C. 1995. Analyse technologique du matériel lithique de la Cueva de los Portales, Michoacán, couches V à VII. Mémoire de maîtrise, Université Paris-I, Paris.

Darras, V. 1999. Tecnologias prehispanicas de la obsidiana : los centros de produccion de Zinaparo-Prieto, Michoacán. Mexico, Cemca (Cuadernos de Estudios Michoacanos 9).

Faugère, B. (coord.). 2006. Cueva de los Portales : un sitio arcaico del norte de Michoacan. Mexico, Inah/Cemca (Coleccion cientifica, Série Arqueologia n° 494), 288 p.

Faugère Kalfon, B. 1996, Entre Zacapu y rio Lerma : culturas en una zona fronteriza. Mexico, Cemca (Cuadernos de Estudios Michoacanos 7).

Flannery, K. (coord.). 1986. Guila Naquitz, Archaic foraging and early agriculture in Oaxaca, Mexico. New York, Academic Press (Studies in Archaeology).

MacNeish, R.S. et al. 1967. The Prehistory of the Tehuacan valley. Austin, Texas University Press.

Niederberger, C. 1976. Zohapilco : cinco millenios de ocupacion humana en un sitio lacustre de la Ceunca de México. Mexico, Inah (Coleccion cientifica 30).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Le massif du Cerro Zinaparo ; au premier plan la Barranca de La Pila, Penjamillo, Michoacán
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 2
Légende Exemples d’outils de la phase La Garza (5 200-4 500 av. J.-C.)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/267/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 3
Légende Exemples d’outils de la phase Palomo (4 500-3 100 av. J.-C.)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/267/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 4
Légende Panoplie du sol B. Exemples d’outils de la phase Portales (3 100-2 500 av.J.-C.)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/267/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Faugère, « Cueva de los Portales, nord du Michoacan (Mexique) », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 33-38.

Référence électronique

Brigitte Faugère, « Cueva de los Portales, nord du Michoacan (Mexique) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/267 ; DOI : 10.4000/nda.267

Haut de page

Auteur

Brigitte Faugère

Université de Paris-I, Umr 8096 « Archéologie des Amériques »
brigitte.faugere@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

  • Chupícuaro [Texte intégral]
    Dynamique d’une culture formative dans l’Ouest mexicain (600 av. J.-C. à 250 apr. J.-C.)
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008
Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org