Navigation – Plan du site

Le moulage en archéologie préventive

Un exemple d’exploitation à l’Inrap en Île-de-France
Pascal Raymond
p. 38-43

Résumé

La fonction du moulage a progressivement évolué de l’objet de partage à un outil de comparaison des collections pour devenir aujourd’hui un moyen de conservation. C’est une solution technique d’enregistrement complémentaire considérée en archéologie comme faisant partie de la documentation scientifique. Tous les objets ou faits ne peuvent pas être conservés. En se substituant à un original, la copie conserve de nombreuses informations contribuant à l’analyse et offre la possibilité de constituer des collections de référence manipulables et exportables sans risque. L’expérience menée en Île-de-France à l’Inrap montre à partir de plusieurs exemples comment le moulage a permis de répondre à des impératifs propres à chaque opération couvrant ainsi l’ensemble du champ d’application de cette technique. Il a été employé pour la conservation des vestiges, pour faciliter leur étude, pour constituer des collections de référence et comme support pédagogique. Souvent réalisé dans le but de sauvegarder une information que l’on sait être vouée à disparaître ou difficilement communicable, le moulage n’est plus la simple reproduction d’un objet mais prend le statut d’élément archéologique. Enfin, ces reproductions qui sont réalisées pour les archéologues afin de les aider dans la conception et la présentation des résultats de leurs études, peuvent également être destinées à des publics variés afin de les accompagner dans un processus d'apprentissage.

Haut de page

Texte intégral

1L’archéologie, comme d’autres sciences, se fait par confrontation d’hypothèses et de modèles théoriques. Elle a cependant comme particularité de se fonder sur les vestiges et les cultures matérielles et constitue à cette fin des collections de référence. Il est alors fréquent que des vestiges nécessitent d’être examinés par des spécialistes basés loin des découvertes ou d’être comparés avec des éléments dispersés géographiquement.

2Par ailleurs, nous avons tous été confrontés, faute de moyens pour leur restauration, à la destruction de mobiliers ou de structures archéologiques parfois d’un grand intérêt. L’archéologie, qui est par nature destructrice de faits, doit toutefois garantir les conditions de l’exploitation scientifique, immédiate et future, des vestiges. Le moulage constitue un élément de la documentation et doit être considéré comme un moyen de conservation et de diffusion de l’information déjà utilisé dans ce sens par de grandes institutions. Il est, de plus, une solution peu coûteuse au regard de l’enrichissement des collections qu’il offre.

3Ainsi, le moulage en archéologie peut avoir des intérêts différents selon l’importance du sujet, sa nature ou la diffusion qui doit en être faite. Tels qu’ils sont utilisés en Île-de-France, on peut distinguer quatre fonctions principales du moulage : à des fins conservatoires, comme support pédagogique, comme outil d’analyse et pour constituer des collections de référence. Cette démarche n’est pas une pratique généralisée au sein de l’Inrap. Son émergence en Île-de-France a été rendue possible grâce à l’implication de responsables d’opérations et de la chaîne hiérarchique locale.

Histoire et statut légal

4Le moulage, né d’un besoin lié à la production de métaux au Chalcolithique, a d’abord permis la production d’objets en série et a surtout eu une fonction économique. Il tient depuis cette période une grande part dans notre quotidien. Cette technique a accompagné l’évolution des moyens de production et a contribué à l’essor du développement industriel. Il faut attendre le xviiie siècle pour que le moulage change de fonction et soit utilisé en France pour la copie à des fins pédagogiques. Il participe alors à la diffusion des collections et à la formation culturelle et artistique. Plus tard, la nécessité de sauvegarde du patrimoine architectural utilise la copie afin de conserver au sein de musées ou gypsothèques des éléments menacés, à l’exemple du musée de Sculpture comparée fondé par Eugène Viollet-le-Duc en 1879. À cette époque, et surtout à la fin du xixe siècle, les explorateurs et archéologues viennent enrichir et diversifier les collections. Les notions esthétiques ne sont plus alors les seuls critères pour la réalisation de moulages. Ces derniers transcrivent également une information factuelle, ne servent plus simplement de modèles pour les artistes mais participent à la promotion des connaissances et à la pédagogie. Parallèlement, le moulage scientifique s’affirme avec la création de lieux dédiés à sa conservation, comme le musée de l’Hôpital Saint-Louis. Dans cet espace ouvert en 1889, le moulage devient le témoin d’un fait, objet de référence qui caractérise une pathologie en complément des planches anatomiques et photographiques. Le moulage a été rapidement utilisé par toutes les disciplines et pour des sujets de plus en plus variés. L’archéologie l’utilise alors dans un but de conservation, de partage et de comparaison des collections, non plus d’un point de vue esthétique mais typomorphologique. Il sert de substitut à un original unique ou à du mobilier dont l’état ne permet pas le déplacement ou les manipulations. Enfin, à l’image des musées nationaux, le moulage de mobilier archéologique est utilisé par des institutions comme un moyen de production d’objets en série à des fins commerciales.

5Le moulage en archéologie est considéré comme faisant partie de la documentation scientifique, comme le définit l’arrêté du 16 septembre 2004 portant définition des normes d’identification, d’inventaire, de classement et de conditionnement de la documentation scientifique et du mobilier issu des diagnostics et fouilles archéologiques.

6Le Code du patrimoine précise le régime juridique de la documentation scientifique en distinguant plusieurs types de documentation. Les moulages et empreintes font ainsi partie des documents créés par l’opérateur. De ce fait, ils sont considérés comme un moyen d’enregistrement et devront être transmis à l’État avec l’ensemble de la documentation scientifique selon les dispositions légales. Ils sont conservés dans le même lieu et sont accessibles au public selon les mêmes conditions que les vestiges archéologiques. Toutefois, leur statut de documents scientifiques ne permet pas leur partage entre l’État et le propriétaire du terrain. D’autre part, leur qualité impose l’application des droits d’auteur dans les limites déterminées par les articles L121-7-1 et L131-3-1 à 3 du Code de la propriété intellectuelle.

7D’après le Code du patrimoine, l’opérateur peut constituer un double complet ou partiel de la documentation qu’il a produite, pour ses besoins propres. Ainsi, des tirages faits à partir des moulages peuvent être conservés par l’opérateur.

Un moyen de conservation de l’information archéologique

La protection du mobilier archéologique

8Le mobilier archéologique est fragile, il exige pour être reproduit l’emploi d’une méthode qui ne risque pas de l’endommager. La complexité du sujet, sa taille et son état de conservation déterminent la technique de prise d’empreinte. Le moulage est d’autant plus risqué pour l’objet à traiter que les produits qui y seront appliqués peuvent l’altérer. Certains produits comme le latex contiennent de l’ammoniac qui accroît la corrosion des alliages cuivreux. Les silicones contiennent des huiles qui peuvent pénétrer l’objet et compliquer sa restauration. De plus, même si les silicones actuels sont autodémoulants, ils peuvent toutefois altérer le support lors de la prise d’empreinte. En effet, l’extrême finesse du silicone liquide favorise son infiltration dans les microfissures et enserre les microreliefs, ce qui peut provoquer leur arrachement au démoulage ou une desquamation des surfaces friables.

9Ainsi, lorsqu’on projette de réaliser un moulage, il est important pour la conservation du sujet de bien évaluer les risques de dégradation qui pourraient être provoqués. C’est pourquoi il est souvent souhaitable de réaliser des tests sur des petites surfaces peu visibles pour mesurer les dommages que pourrait occasionner ce travail. Enfin, il est indispensable de protéger le mobilier par un agent de démoulage qui sert d’écran de protection (Garcia 1979).

Un moyen de conservation

10De nombreux exemples montrent que tous les moulages sont potentiellement des objets destinés à devenir les témoins uniques des aléas de l’histoire. C’est notamment le cas pour les restes de l’homme de Pékin disparu depuis 1941 lors d’un transport vers les États-Unis et dont les copies sont les seuls témoins (Coppens 2008). Citons également « l’ange au sourire » du portail de la cathédrale de Reims qui a été détruit lors des bombardements de septembre 1914 et qui a pu être reproduit grâce au moulage conservé au musée des Monuments français (Kurman 1987).

11Toutefois, certains sont réalisés dans le but de sauvegarder une information que l’on sait être vouée à disparaître. Le moulage n’est plus la simple reproduction d’un objet mais prend le statut d’élément archéologique lorsqu’il matérialise un élément disparu et permet l’interprétation des faits. Ainsi, le moulage d’un espace vide dans la chaîne opératoire d’un débitage lithique permet de restituer l’éclat préférentiel manquant. L’exemple le plus spectaculaire reste celui des victimes du Vésuve à Pompéi réalisé par Giuseppe Fiorelli en 1860 (Collectif 1988). Le moulage devient un objet archéologique quand l’original ou la structure sont détruits pour les nécessités d’une étude. En effet, lorsque le mobilier utilisé pour des datations ou des analyses faisant appel à des procédés physico-chimiques est détruit, le moulage est alors le meilleur moyen de conserver les informations utiles aux collections de référence.

12Cette méthode est idéale pour la conservation des informations sur la structure, la production et l’utilisation du bois issu des fouilles qui nous parvient lorsque les conditions particulières sont réunies pour leur conservation. Une fois dégagé de son contexte et exposé à l’air et la lumière, le bois se dégrade très vite. Sa conservation impose des traitements physico-chimiques complexes et des conditions de stockage contraignantes entraînant un coût de restauration élevé. Le moulage de ce type de mobilier est fréquemment utilisé par des institutions renommées comme le Laténium de Neuchâtel (Suisse) qui expose de nombreux tirages réalisés d’après des originaux conservés pour certains dans leur milieu d’origine après étude (Renaud 1989).

  • 1 Fouille réalisée en 2010, “lot E2D4a et E2D4” (Mondoloni A., Inrap).

13En Île-de-France, les éléments d’un seau gallo-romain découvert sur le site de la Zac de la Pyramide à Lieusaint (Seine-et-Marne)1 ont été reproduits à l’occasion de l’exposition Homo Senartus. Cette copie a facilité sa reconstitution et a ainsi permis une lecture typologique (fig. 1). En effet, la fragmentation des douelles et du fond en plus de trente morceaux rendait difficile l’évaluation de sa forme, de ses dimensions et de son assemblage. La reproduction de chaque fragment a fourni un puzzle facilement manipulable dont les pièces conservent la structure visible du bois, les traces d’outil, d’usure ou d’aménagement technique, offrant les repères utiles à leur réassemblage. Sa reconstitution a mis en évidence son assemblage, sa forme et a ainsi facilité sa détermination.

Fig. 1

Fig. 1

Reconstitution en résine polyuréthane des éléments d’un seau en bois

  • 2 Fouille réalisée en 2007 au 5-7, rue des Sources (Charamond C., Inrap).

14Un pieu équipé d’une serrure en bois comprenant douze pièces – dont quatre mobiles – découvert à Chelles (Seine-et-Marne)2 a également été reproduit. L’ensemble de la serrure a été moulé avant restauration et un tirage a été exposé au musée de Chelles pendant la restauration de l’original. Le caractère exceptionnel de cet objet justifiait sa restauration mais impose un suivi de ses conditions d’exposition. La décision pour réaliser un moulage sur ce type de mobilier doit être rapide. En effet, pour conserver un maximum d’informations, le moulage de mobilier en bois doit être réalisé le plus tôt possible avant l’inévitable dégradation du sujet. La copie réalisée n’est toutefois pas redondante avec la restauration et elle rend possible la manipulation du mécanisme et des déplacements dans des conditions plus favorables puisqu’elle supporte d’être exposée en extérieur. Cet exemple de réalisation est, par sa taille, exceptionnel dans notre région, et démontre que le moulage du mobile en bois est une solution peu coûteuse de conservation de vestiges, habituellement détruits après étude.

  • 3 Sondages réalisés en 2011 (Adrot D., Inrap).

15Enfin, la mise au jour à l’occasion d’un diagnostic de blocs de grès couchés et ornés de gravures sur la commune de Citry (Seine-et-Marne)3 a récemment motivé la réalisation de moulages partiels pour trois d’entre eux. Ces blocs, couvrant 4 m² et pesant près de 3,5 tonnes pour le plus volumineux, ne pouvaient être déplacés dans ce contexte particulier. La situation spécifique du diagnostic implique un mode de collecte de l’information adapté. L’étude se fonde sur l’échantillonnage et doit concilier le besoin d’identification avec la nécessité de ne pas endommager un site éventuel. La découverte d’alignements de blocs de grès ornés impose d’en déplacer certains pour effectuer les observations mais ne permet pas, à ce stade de l’étude, de prélever des éléments de ce volume et de cette qualité. En effet, la recherche sur ce type de vestiges nécessite des moyens qui ne peuvent être mis en œuvre dans le cadre d’un diagnostic. Cependant, le projet d’aménagement, en l’occurrence une carrière, peut être annulé ou transformé et ainsi rendre inaccessible ces blocs durant de longues années. Le temps du diagnostic étant court, certains spécialistes n’auront pu réaliser les observations nécessaires à leur interprétation. Les dalles ont alors fait l’objet d’une modélisation 3D pour les resituer dans leur contexte et d’une prise d’empreinte partielle sur des zones denses en gravures. Ces témoins matériels, bien que partiels, pourront être accessibles et servir de support à une étude préliminaire.

Un outil de travail en fouille et en phase d’étude

Une aide à l’étude

16Le moulage peut également faciliter l’étude de mobilier. C’est notamment le cas pour des pièces de bois fragilisées dont l’intérêt archéologique est évident et qu’il est utile de manipuler. Le besoin est identique pour les reliefs placés sur des supports difficilement accessibles, parce qu’immergés ou placés au-delà d’obstacles qui rendent dangereuse son approche par des spécialistes ou le public. Les inscriptions sur les blocs immergés du phare d’Alexandrie ont ainsi été moulées in situ, selon la méthode développée par Georges Brocot (Drassm), pour faciliter leur interprétation par des spécialistes (Empereur 2000).

  • 4 Fouille réalisée en 2007 au lieu-dit Les Petits-Ormes (Hurard S., Inrap).

17Une chaudière gallo-romaine en plomb (Milarium) découverte couchée à proximité de l’aire de chauffe des thermes d’un établissement agricole du Bas-Empire à Saint-Pathus (Seine-et-Marne)4 a été partiellement moulée pour mieux comprendre la réalisation de son décor. Cette chaudière est constituée d’un bouclier concave en bronze soutenant la base d’un cylindre formé par deux tôles en plomb, le tout étant assemblé par soudure. Lors de son transfert pour restauration, il est apparu que la face qui se trouvait contre terre était décorée sur sa partie supérieure. Malgré sa restauration, les motifs restaient difficiles à déchiffrer. En effet, l’oxydation du plomb dans ce contexte avait créé des variations de couleur et des déformations de la surface qui gênaient la lecture. De plus, la forme cylindrique et le poids de la citerne interdisaient sa manipulation et ne permettaient pas une vision complète du décor. Le moulage a permis sa mise à plat par un tirage monochrome pour en faciliter la lecture. Toutefois, ce geste doit aussi nous apporter des indications sur le procédé de fabrication des plaques de plomb. Ces motifs pouvaient-ils être appliqués ou étaient-ils coulés en même temps que la plaque ? Cette question implique des modes de production et une économie différente. Pouvait-on se passer de sondage ou de coupe dans le métal pour y répondre ?

18Le moulage est un geste peu invasif. Cette copie, en permettant une observation plus facile, a mis en évidence le caractère répétitif du motif composé de trois éléments : une baguette lisse, une autre simulant une torsade et un masque. Ces éléments sont solidaires de la plaque et aucune contre-dépouille ne semble illustrer le décollement ou une mauvaise soudure d’un motif qui serait appliqué. De plus, les relevés des masques réalisés d’après le tirage montrent une forte similitude qui suppose la répétition d’un motif unique. Les légères variations du sujet attestent son estampage par un geste peu appliqué dans un support meuble préalablement à la coulée du métal.

Un moyen d’enrichissement des collections de référence

19Une fonction commune à tous les moulages est la conservation des caractéristiques typomorphologiques et, de ce fait, la constitution de collections de référence. Toutefois, l’intérêt esthétique ou artistique de certains objets et petit mobilier décoré, comme des statuettes (fig. 2), des bijoux, des pièces d’ornement divers pouvant faire l’objet de reproductions, est la constitution de collections de comparaison utilisées d’un point de vue stylistique, qui peuvent sur le long terme être enrichies par des apports réguliers. Ces collections ont aussi vocation à soutenir un discours pédagogique en interne ou lors d’interventions extérieures. Elles peuvent être utilisées de façon thématique pour décrire par exemple le panthéon gallo-romain, l’évolution du biface ou pour enseigner l’évolution du geste funéraire, l’évolution typologique des fibules…

Fig. 2

Fig. 2

Statuette en terre cuite de la déesse Epona découverte à La Trussonnerie, à Saint-Memmie (Marne). Moule souple en silicone sous chape de plâtre et tirages en résine polyuréthane (un brut de décoffrage, un ébarbé et un peint)

20Pour répondre à cet objectif, les tirages sont, dans la mesure du possible, produits en plusieurs exemplaires, conservés par la personne en charge de la gestion du mobilier au centre archéologique Inrap de La Courneuve (Seine-Saint-Denis). Les reproductions sont gérées comme le reste du mobilier et font l’objet de prêt selon les mêmes conditions pour les besoins d’expositions temporaires ou permanentes de musées, ou à des agents qui ont une mission de communication.

Un support pédagogique et de diffusion

Un support pédagogique

21Une illustration ou une description ne peut pas remplacer la perception que l’on se fait d’un vestige en l’observant ou en le manipulant. Combien ont été surpris de découvrir l’échelle de la « Dame à la capuche » qu’ils ne connaissaient qu’à travers leur manuel scolaire ?

22Les reproductions de vestiges archéologiques sont réalisées pour les archéologues afin de les aider dans la conception et la présentation des résultats de leurs études mais sont également destinées à des publics variés afin de les accompagner dans un processus d’apprentissage (fig. 3). Les moulages constituent un support pédagogique pratique en substituant à des vestiges fragiles un fac-similé résistant. Ils restituent les volumes dans toute leur complexité ainsi que l’échelle et la texture de l’original. Ils peuvent être teintés de façon réaliste pour leur donner un caractère naturel, ou être colorés de manière abstraite pour valoriser certaines informations et ainsi mieux s’adapter au discours des archéologues. Les matériaux variés sont opaques ou translucides, souples ou rigides, ne craignant ni les intempéries ni les manipulations. Ce potentiel autorise également leur découpe, leur assemblage ou leur mise en scène sur des supports favorisant leur présentation.

Fig. 3

Fig. 3

Journées de la science 2011 à Saclay (Yvelines). Intervention d’un anthropologue de l’Inrap utilisant des moulages de sépultures comme support pédagogique auprès d’un groupe d'écoliers

(© Ferry Laure)

  • 5 Fouille réalisée en 2009, Zac de la Plaine du Moulin-à-Vent (Granchon Ph. et Kepper A.-G., Inrap).

23La plupart des copies peuvent servir de support pédagogique. Cependant, il est parfois nécessaire de réaliser des moulages spécifiques pour rendre compte d’un geste ou d’un processus complexe et, ainsi, en créer une représentation didactique. à l’occasion du chantier de Cesson (Seine-et-Marne)5 où de nombreuses incinérations ont été mises au jour, un support pédagogique a été réalisé sur le thème de ce geste funéraire particulier. Des restes humains fortement altérés par la crémation peuvent livrer de nombreuses informations que des anthropologues spécialisés savent décrypter. Pour en faciliter la transmission, des reproductions de ces dépôts cinéraires sont des outils particulièrement adaptés. Les moulages restituent la taphonomie, la fragmentation des restes osseux et les traces caractéristiques de la crémation. Une incinération a été moulée successivement lors de trois phases de fouille. Les tirages obtenus reproduisent fidèlement les éléments porteurs d’information et peuvent alors servir à commenter le geste du spécialiste.

Structures archéologiques et portions de sites

24Le moulage est un moyen de conservation pour des structures archéologiques complexes ou pour des parties de sites dont il fait de formidables outils éducatifs (David, Desclaux 1979). C’est le cas du moulage d’un sol du site préhistorique de Pincevent, découvert dans la commune de La Grande-Paroisse (Dinh et al. 1976) et exposé au musée de Préhistoire d’Île-de-France de Nemours.

25Ces empreintes de grandes dimensions sont des supports didactiques efficaces, tant du point de vue scientifique que technique ou esthétique, pour tous les publics. En effet, le moulage de vestiges archéologiques in situ a la particularité de sauvegarder sur un même support des informations taphonomiques à un instant t de la fouille. En enregistrant la disposition des vestiges, leur dispersion et la texture de l’encaissant, le moulage conserve une information complexe et difficile à restituer autrement. Il rend compte également, sous la forme d’un instantané, des techniques de fouille mises en œuvre en sauvegardant les reliefs du terrain associés aux vestiges à un stade défini par l’archéologue comme celui qui permet de façon évidente l’interprétation des faits. Le moulage n’immortalise plus seulement un objet détaché d’un contexte mais une scène qui met en perspective des vestiges, leur abandon, les conditions qui ont permis leur conservation et les gestes de l’archéologue. Ces reproductions sont alors les témoins précieux de sites parfois célèbres et aujourd’hui détruits. Elles ont une portée pédagogique importante alors que, pris séparément, les artefacts qui la composent peuvent être perçus par le profane comme des éléments de faible intérêt.

  • 6 Fouille réalisée en 2006, rue Nast (Charamond C., Inrap). Le moulage est actuellement en dépôt au m (...)
  • 7 Fouille réalisée en 2006 au lieu-dit Pré-au-Chêne, Pré-du-But (Brunet V., Inrap).

26Ce type de moulage peut concerner une grande variété de structures. En Île-de-France, plusieurs vestiges de grandes dimensions ont été moulés : un quai gaulois en bois6découvert en milieu humide à Chelles ou un amas de silex néolithique7 fouillé à Jossigny permettent d’aborder de nombreux sujets avec des publics variés (fig. 4). Ces ouvrages de grande dimension exigent des moyens importants et doivent être programmés en amont des interventions. Le coût élevé des produits utilisés impose à l’opérateur d’établir des devis adaptés à la complexité et à la surface du sujet. Enfin, le temps utile à la réalisation des empreintes doit être planifié pour s’intégrer au protocole de fouille et d’analyse des structures.

Fig. 4

Fig. 4

Moulage de l’amas néolithique n° 4 découvert au Pré-au-Chêne, Pré-du-But, à Jossigny (Seine-et-Marne). Fouille réalisée en 2010, “lot E2D4a et E2D4b”

(Mondoloni A., Inrap)

Des copies comme objet promotionnel

27Il s’agit d’une utilisation marginale du moulage en Île-de-France qui, dans certains cas, a nécessité des contrats de spécialistes. Des reproductions ont pu être employées pour la communication auprès d’aménageurs et d’élus comme cadeaux institutionnels.

  • 8 « Fouille » de L’Enterrement du tableau-piège, œuvre de Daniel Spoerri enterrée dans le parc du châ (...)

28La « fouille » du Déjeuner sous l’herbe à Jouy-en-Josas (Yvelines)8 (Demoule 2012) a fait l’objet d’un moulage sur une surface de plus d’un mètre carré (fig. 5). Cette intervention, qui faisait le lien entre le geste scientifique et le geste artistique, met en perspective le regard que porte l’archéologue sur les vestiges mobiliers anciens, notamment les restes de consommation, comparés à des restes extrêmement récents. Le moulage fige un instantané et illustre une méthode d’enregistrement utilisée en archéologie avec une portée symbolique et artistique forte. Enfin, des tirages en bronze de l’œuvre ont été réalisés en vue d’expositions.

Fig 5a

Fig 5a

Fouille du Déjeuner sous l’herbe à Jouy-en-Josas. Prise d’empreinte d’une portion de la fouille : coulée de la première couche de silicone liquide

(©Belarbi Mehdi)

Fig. 5b

Fig. 5b

Fouille du Déjeuner sous l’herbe à Jouy-en-Josas. Tirage en résine

29(©Belarbi Mehdi)

Conclusion

30La copie offre la possibilité de constituer des collections de référence manipulables et exportables sans risque. Pour être exploitables, celles-ci doivent se bâtir sur des échanges nourris par un réseau qui reste à constituer. L’intérêt d’un fonds documentaire de cette nature est multiple puisqu’il peut servir aux archéologues dans le cadre de leurs recherches mais également auprès du public dans une optique de communication et de valorisation. Tous les objets ou faits ne peuvent pas être conservés. Les raisons qui interdisent leur sauvegarde sont dues à leur nature, l’état dans lequel ils nous parviennent et le coût de leur traitement. En se substituant à un original, la copie conserve des informations volumétriques et de texture de l’objet. Ainsi, les renseignements préservés offrent une qualité d’observation que des illustrations ou des clichés ne peuvent apporter. L’expérience nous montre que le moulage peut être une alternative à la restauration et devient de ce fait un moyen de conservation.

31Le moulage en archéologie préventive est une solution technique facilitant l’analyse d’un fait par un moyen d’enregistrement complémentaire. Toutefois, cette activité reste à développer et doit être intégrée au protocole d’étude comme moyen d’assistance à l’analyse de certains vestiges. L’expérience menée en Île-de-France à l’Inrap utilise le moulage de façon exceptionnelle pour répondre à des impératifs ponctuels propres à chaque opération, couvrant ainsi l’ensemble du champ d’application de cette technique.

Haut de page

Bibliographie

Collectif. 1988. Le Moulage : actes du colloque international, 10-12 avril 1987. Paris, La Documentation française, 240 p.

Coppens, Y. 2008. L’histoire de l’homme : 22 ans d’amphi au Collège de France. Paris, Odile Jacob, 246 p.

David, R. & M. Desclaux. 1992. Pour copie conforme : les techniques de moulage en paléontologie, en préhistoire et en archéologie historique. Nice, Serre, 334 p.

Demoule, J.-P. 2012. On a retrouvé l’histoire de France. Comment l’archéologie raconte notre passé. Paris, Robert Laffont : 162-166.

Dinh, T.H., Ph. Soulier, M. Girard et alii. 1976. « Techniques de moulages appliqués à l’archéologie », Cahiers du Centre de recherches préhistoriques, 5 : 75-102.

Empereur, J.-Y. 2000. « Alexandrie ( Égypte) », Bulletin de correspondance hellénique, 124 : 595-619.

Garcia, M.-A. 1979. « Les silicones élastomères R.T.V. appliqués aux relevés des vestiges préhistoriques (art, empreintes humaines et animales) », L’Anthropologie, 83 : 5-42.

Kurman, P. 1987. La façade de la cathédrale de Reims. Architecture et sculpture des portails : étude archéologique et stylistique, t. 1. Paris/Lausanne, éd. du Cnrs / Payot : 314.

Renaud, J.-D. 1989. « Barque gallo-romaine de Bevaix : premiers résultats du moulage intégral d’un bateau long de 20 m », Helvetia archaeologica, 20/77 : 29-37.

Haut de page

Notes

1 Fouille réalisée en 2010, “lot E2D4a et E2D4” (Mondoloni A., Inrap).

2 Fouille réalisée en 2007 au 5-7, rue des Sources (Charamond C., Inrap).

3 Sondages réalisés en 2011 (Adrot D., Inrap).

4 Fouille réalisée en 2007 au lieu-dit Les Petits-Ormes (Hurard S., Inrap).

5 Fouille réalisée en 2009, Zac de la Plaine du Moulin-à-Vent (Granchon Ph. et Kepper A.-G., Inrap).

6 Fouille réalisée en 2006, rue Nast (Charamond C., Inrap). Le moulage est actuellement en dépôt au musée Alfred‑Bonno, à Chelles.

7 Fouille réalisée en 2006 au lieu-dit Pré-au-Chêne, Pré-du-But (Brunet V., Inrap).

8 « Fouille » de L’Enterrement du tableau-piège, œuvre de Daniel Spoerri enterrée dans le parc du château du Montcel.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Reconstitution en résine polyuréthane des éléments d’un seau en bois
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2652/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 2
Légende Statuette en terre cuite de la déesse Epona découverte à La Trussonnerie, à Saint-Memmie (Marne). Moule souple en silicone sous chape de plâtre et tirages en résine polyuréthane (un brut de décoffrage, un ébarbé et un peint)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2652/img-2.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Fig. 3
Légende Journées de la science 2011 à Saclay (Yvelines). Intervention d’un anthropologue de l’Inrap utilisant des moulages de sépultures comme support pédagogique auprès d’un groupe d'écoliers
Crédits (© Ferry Laure)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2652/img-3.png
Fichier image/png, 4,5M
Titre Fig. 4
Légende Moulage de l’amas néolithique n° 4 découvert au Pré-au-Chêne, Pré-du-But, à Jossigny (Seine-et-Marne). Fouille réalisée en 2010, “lot E2D4a et E2D4b”
Crédits (Mondoloni A., Inrap)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2652/img-4.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Fig 5a
Légende Fouille du Déjeuner sous l’herbe à Jouy-en-Josas. Prise d’empreinte d’une portion de la fouille : coulée de la première couche de silicone liquide
Crédits (©Belarbi Mehdi)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2652/img-5.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fig. 5b
Légende Fouille du Déjeuner sous l’herbe à Jouy-en-Josas. Tirage en résine
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2652/img-6.png
Fichier image/png, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Raymond, « Le moulage en archéologie préventive », Les nouvelles de l'archéologie, 130 | 2012, 38-43.

Référence électronique

Pascal Raymond, « Le moulage en archéologie préventive », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 130 | 2012, mis en ligne le 21 janvier 2015, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/2652 ; DOI : 10.4000/nda.2652

Haut de page

Auteur

Pascal Raymond

Inrap Centre–Île-de-France,
pascal.raymond@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org