Navigation – Plan du site

Gestion, conservation et restitution de la documentation archéologique

Une dynamique nationale sous le prisme alsacien
Marie Stahl, Raphaël Angevin et Juliette Rémy
p. 28-34

Résumés

Soucieux d'améliorer l'accès à la documentation scientifique, le SRA Alsace a développé depuis 2006 un système de gestion global de la documentation. Mis au point en collaboration avec les partenaires régionaux, celui-ci inclut un outil d'inventaire des archives de fouille (AFX) et du mobilier (MobX), ainsi qu'une base de consultation mutualisée, Pléade. Bâtis selon la même structure, les modules AFX et MobX offrent d'abord une orientation pour le responsable d'opération dans l'enregistrement et l'inventaire du mobilier et de la documentation, et fournissent des données homogènes au SRA. Ils permettent dans un second temps une consultation et une interrogation transversale des inventaires grâce à la base Pléade – dans laquelle sont par ailleurs versés d'autres types de documents (rapports numériques, notices BSR, etc). En parallèle se pose la question de la conservation à long terme des données, notamment numériques (stockage, format). Pour ce qui est de la consultation des fonds, le futur CCE régional conservera non seulement le mobilier archéologique, mais également une copie numérique de la documentation y afférent. Il apparaîtra, à l'horizon 2015, comme un lieu unique de l'accès à la documentation régionale.

Haut de page

Texte intégral

1Il est peu de dire que l’accès à la documentation scientifique, c’est-à-dire aux sources primaires découvertes (mobilier) et constituées (documents) lors des opérations archéologiques, a connu quelques heurts et malheurs tout au long de l’histoire de la discipline et ce, pour diverses raisons.

2En premier lieu, bien des producteurs de ces données, archéologues et spécialistes, ont longtemps entretenu un rapport ambigu avec le fruit de leurs recherches. Certains ont ainsi pu afficher un désintérêt évident pour leurs archives et les collections placées sous leur responsabilité dès le rapport édité. La documentation était alors entreposée sans être archivée et sa localisation se perdait au cours du temps et au gré des générations successives. À l’opposé, quelques archéologues ont toujours estimé être les dépositaires naturels de ces documents tant que leurs découvertes n’étaient pas publiées et, par conséquent, les gardaient au sein de leurs archives professionnelles ou privées pendant de nombreuses années, voire toute leur vie. D’autres, enfin, considéraient cette documentation scientifique comme leur œuvre personnelle et incessible. Si cette propriété intellectuelle ne peut être niée pour la partie documentaire de ces fonds, il est néanmoins nécessaire de se poser la question de la restitution des archives pour les fouilles qui ne donneront vraisemblablement pas lieu à publication par manque de temps, de financement ou, tout simplement, parce qu’une fouille chasse l’autre. Par ailleurs, il faut tenir compte du fait que, de nos jours, cette production documentaire est souvent réalisée dans un cadre contractuel, où l’archéologue, s’il en est auteur, n’est que rarement le titulaire des droits, intellectuels et patrimoniaux, qui s’exercent sur elle.

3À cet égard, les organismes de recherche (laboratoire, musées, opérateurs, etc.) et les services régionaux de l’archéologie (Sra), qui sont censés jouer un rôle primordial dans la conservation de ces documents, n’ont pas toujours été « forces de proposition » pour aider les archéologues dans ce travail de mémoire, faute de personnel ou de moyens alloués à cette tâche. Cette mission n’étant jamais considérée comme prioritaire – à quelques rares exceptions près –, le stockage de documents et de mobilier s’effectuait donc, jusque récemment, sans réel inventaire du fonds et dans des locaux inadaptés.

4Depuis le milieu des années 1970 et le développement de l’archéologie de sauvetage puis préventive, la densité de l’information recueillie, à l’échelle de chaque région, aurait dû changer totalement la perception de l’occupation du sol et de ses transformations. Les séries archéologiques constituées, de matériels ou de sites, devraient désormais permettre la construction de discours historiques nouveaux sur le fondement d’une documentation soigneusement compilée au cours des différentes opérations archéologiques. La condition indispensable à cet effort de synthèse est toutefois que l’information engrangée puisse être cumulée, ce qui passe par une organisation de la recherche et la mise au point d’outils performants. Or, cette exigence n’a que trop rarement été prise en compte pour favoriser le croisement des données collectées depuis plus de quarante ans (Braemer & Angevin 2011).

5Les questions de conservation – nombreuses et délicates – soulevées par « l’explosion » de l’activité archéologique ont été trop rapidement éludées, nous semble-t-il, par la réglementation actuelle relative à l’archéologie préventive. Ces enjeux cruciaux recouvrent évidemment le problème de la protection éventuelle des sites eux-mêmes et de la conservation des vestiges archéologiques mobiliers au sein de structures adaptées à leur volume et à leurs exigences en termes d’étude. Mais la conservation des données est tout autant cruciale. Ainsi, une réflexion collective sur les clefs d’indexation, d’échantillonnage et de tri de la documentation est-elle nécessaire, en tant que débat scientifique ouvert et non comme simple gestion des « déchets » (pour le mobilier) ou de fonds d’archives intermédiaires (pour la documentation scientifique). L’accès aux données primaires de fouille par leur signalement, leur traitement et leur préservation, la maîtrise des informations issues d’un nombre d’opérations toujours croissant sont parmi les responsabilités majeures des structures de recherche en archéologie et des institutions chargées de la gestion du patrimoine.

6Avec le changement de génération, le développement de véritables centres d’archivages, aptes à collecter et conserver la documentation des chercheurs, devient impératif. À cet égard, la réflexion initiée autour des centres de conservation et d’étude par la direction de l’architecture et du patrimoine (Dapa) en 2006 plaide en faveur d’un dialogue entre fonds documentaires (publications, etc.), mobiliers archéologiques et archives de fouille. Si plusieurs textes réglementaires existaient déjà sur le sujet, le décret du 3 juin 2004 et l’arrêté du 16 septembre 2004 ont formalisé le caractère obligatoire de l’inventaire et du versement de la documentation scientifique archéologique. Ces deux aspects constituent le pré-requis indispensable à l’accès aux données de la recherche. Car, sans inventaire, point de salut : un document n’existe pour les chercheurs que s’il a été enregistré et identifié ; un document n’est communicable à la communauté scientifique que s’il a été déposé dans une structure qui en garantit sa conservation et sa consultation.

7Depuis 2006, le Sra d’Alsace, soucieux d’améliorer l’accès à la documentation scientifique, a ainsi fait le choix de réaliser un système de gestion « global » de cette documentation, en collaboration avec ses partenaires régionaux. Celui-ci inclut un outil d’inventaire des archives de fouille et du mobilier et une base de consultation mutualisée, privilégiant le rapport étroit existant entre les deux types de sources.

Le projet AfX et MobX

8L’arrêté du 16 septembre 2004 rend obligatoire le versement à l’État (service régional de l’archéologie) du mobilier et de la documentation archéologique issus des opérations préventives. L’arrêté du 27 septembre 2004 fixe quant à lui les modalités de leur indexation au sein des inventaires techniques, annexés aux rapports d’opérations. Sur le fondement de ce cadre réglementaire strictement établi, l’ensemble de la documentation scientifique doit être classé et faire l’objet d’un inventaire à la pièce. De même, chaque mobilier ou ensemble quantifié de mobilier doit être signalé par un code identifiant unique.

AFX : une expérience originale

9La conception de cet outil a été réalisée grâce à la collaboration des différents opérateurs d’archéologie préventive présents dans la région. L’inventaire, effectué par les responsables d’opération sur un tableur Open Office Calc nommé AFX (Archives de Fouille en Xml), sert alors aux échanges de données entre opérateur et Sra (Pierrez & Stahl 2008 ; Stahl 2009 et 2012a et b ; Rémy 2012) (fig. 1). Les renseignements relatifs à l’opération figurent en tête de classeur. Puis la description des archives reprend les champs minimums requis pour une gestion de documents, à savoir : auteur, légende, année, code identifiant et, éventuellement, mots-clés. Une série de fonctions et de macrocommandes jalonne le tableur afin d’automatiser l’entrée des informations. Lorsque l’inventaire est achevé, un onglet « Liste » génère l’inventaire réglementaire à annexer au rapport d’opération. L’onglet « Étiquette » permet de créer les autocollants à apposer sur les boîtes d’archives.

  • 1 Dtd : Document Type Description ; Ead : Encoded Archival Description.

10Le fichier est remis au Sra en même temps que la documentation. Après vérification des données, l’onglet « Administration » convertit l’ensemble de l’inventaire en un instrument de recherche en xml, conforme à la Dtd Ead1, norme internationale en vigueur dans les services d’archives.

Fig. 1

Fig. 1

Tableur AFX : inventaire de la documentation de l'opération 4675, Cernay, Cour de Ferrette, 2008, responsable : Jacky Koch (Pair)

MobX : une extension du système au mobilier archéologique

11À la suite de cette première expérience fructueuse, le Sra d’Alsace a mené une réflexion sur une méthode d’enregistrement, d’inventaire et de conditionnement du mobilier archéologique, dans la continuité de la démarche initiée pour le classement et la conservation de la documentation scientifique. Une réflexion générale a tout d’abord été conduite en interne sur les modalités de description et d’inventaire du mobilier archéologique, les informations obligatoires liées à cette description, les différents codes et numéros d’inventaire disponibles dans la base Patriarche, les listes d’autorité et les thésaurus permettant une indexation dans le domaine archéologique, les logiciels disponibles, etc., le tout respectant les conditions définies plus haut. Parallèlement, un dialogue a été instauré avec les autres services régionaux de l’archéologie ainsi qu’avec les opérateurs d’archéologie préventive afin de bénéficier de leur savoir-faire.

12Parmi les multiples solutions avancées ces dernières années, le Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan (Pair) nous fournit un exemple raisonné de gestion du mobilier archéologique qui apparaît, en l’état, comme l’un des plus aboutis. Nous avons repris son cadre de classement des matériaux selon une hiérarchie à deux niveaux, qui ménage la possibilité de classer les collections par unités d’enregistrement. À la suite de ce tour d’horizon, un préalable s’est imposé afin de faciliter la conservation et la gestion de cette documentation : l’établissement d’un schéma de répartition des fonds devait en premier lieu s’appuyer sur un code identifiant unique faisant tout à la fois référence aux circonstances de la découverte, au type de mobilier rencontré (matériau, typologie, etc.) et à l’unité d’enregistrement stratigraphique auquel il se rapporte. Dans le cadre de la réflexion engagée, nous avons aussi souhaité privilégier un double enregistrement du mobilier archéologique en fonction de sa nature et de sa provenance stratigraphique. Enfin, il convenait de distinguer les inventaires techniques, imposés par la loi et répondant à une exigence patrimoniale, des inventaires scientifiques répondant aux impératifs des études spécialisées.

13Pour faciliter l’enregistrement des données selon ce cadre de classement, le Sra d’Alsace a élaboré un tableau d’aide à la saisie de l’inventaire des archives de fouille, nommé MobX.ods (Mobilier archéologique en Xml) dont la structure est très proche du modèle AFX.ods utilisé depuis 2006 pour l’inventaire de la documentation scientifique (fig. 2). Les informations relatives à l’opération sont identiques. Les informations spécifiques à l’objet ou au lot d’objets reprennent quant à elles le code identifiant, l’état de conservation, la date de découverte, la parcelle, le nom du propriétaire, le nombre de restes, le poids, la description et des mots-clés. Enfin, des champs de gestion complètent l’inventaire : numéro et type de contenant, localisation. Tout comme dans AFX, MobX génère des séries de listes, des étiquettes, etc.

Fig. 2

Fig. 2

Tableur MobX : inventaire du mobilier archéologique de l'opération 4675

Inventaire de la documentation et inventaire du mobilier : des modules complémentaires pour une confrontation indispensable

14Ces deux outils répondent à plusieurs objectifs :

  • orienter le responsable d’opération dans l’enregistrement et l’inventaire du mobilier en lui offrant un support informatisé normé accompagné de nombreux outils d’aide à la saisie (listes déroulantes, support de documentation, listes d’autorité, etc.) ;

  • fournir des données homogènes au Sra, quels que soient l’opérateur ou le responsable d’opération ;

  • permettre une consultation et une interrogation transversales des inventaires ainsi réalisés ;

  • autoriser un versement dans les bases nationales grâce à la compatibilité des champs.

15De ce point de vue, l’utilisation d’un cadre de classement fondé sur le même dénominateur princeps (code opération de la base de données Patriarche) et le même principe directeur (organisation hiérarchisée par type de matériau ou de document), alliée au renseignement de champs communs, créent un système interopérable et complémentaire.

16À titre d’exemple :

  • 2536-OFA-1127-0001 correspond à un échantillon de faune provenant de l’US 1127 de l’opération 2536 de la base de données Patriarche ;

  • 2536-NIMFO-0013-NUC1A.jpg correspond à une photographie numérique de terrain de la même opération.

17Ainsi, un traitement similaire du mobilier et de la documentation qui l’accompagne est-il susceptible d’autoriser une recherche croisée au sein du fonds général, à condition de disposer d’un outil efficace de consultation des sources documentaires.

La base Pleade : un outil de consultation des sources documentaires

18Nous avons précisé que les tableurs AFX et MobX constituent des outils d’échanges de données entre les opérateurs et le Sra d’Alsace : ils ne sont donc pas utilisés à des fins de recherche documentaire. Dans cette perspective, le tableau permet toutefois d’effectuer un export/import des données dans n’importe quel système de gestion de base de donnée (File Maker, MicroMusées, etc.) informatisé, en vue de fournir aux lieux de conservation des collections (musées, Cce, etc.) un instrument de recherche efficace permettant d’accéder à un fonds déjà classé et indexé.

19Les informations contenues dans les fichiers sont converties en documents xml grâce à une série de fonctions et macrocommandes. Ces documents, véritables instruments de recherche archivistique, alimentent une base de données permettant de les consulter et de les interroger de manière isolée ou collective. L’application retenue, Pleade, possède un système de publication dont le paramétrage autorise une grande souplesse dans le classement et la présentation des inventaires, de la série à la pièce.

20Le lien entre la documentation et le mobilier se fait à deux niveaux :

  • au niveau de l’inventaire, chaque instrument de recherche renvoie à l’autre par un lien dynamique ;

  • par le code de l’objet ou du lot d’objets dans l’inventaire de la documentation, si celuici est mentionné.

21Ainsi, le fait de naviguer d’un inventaire à l’autre renforce la cohérence du fonds relatif à chaque opération (fig. 3 et 4).

22Mais l’accès à l’information ne se limite pas à l’opération. Les mots-clés autorisent également une recherche thématique, géographique, chronologique ou, encore, en texte libre dans l’ensemble de la base de données (environ 270 opérations inventoriées, soit près de 25 000 documents et collections enregistrés).

Fig. 3

Fig. 3

Base Pleade: inventaire de la documentation de l'opération 4675

Fig. 4

Fig. 4

Base Pleade: inventaire du mobilier archéologique de l'opération 4675

23Parallèlement à la documentation de fouille, les rapports numériques ou numérisés disponibles, accompagnés des notices des Bilans scientifiques régionaux, sont versés au fur et à mesure dans la base Pleade. En outre, un lien systématique avec les dossiers administratifs a été initié : une numérisation des arrêtés préfectoraux concernant les opérations d’archéologie préventive a ainsi été mise en place en vue de l’intégration de ces documents dans la base de consultation générale.

Accessibilité : interopérabilité et pérennité

24Comme nous venons de le voir, l’inventaire de la documentation archéologique est une démarche fondamentale afin de faciliter l’accès du plus grand nombre (chercheurs mais aussi grand public) à cette dernière. Mais elle ouvre aussi la « boîte de Pandore » sur un autre chantier, tout aussi crucial : la conservation et l’interopérabilité des données. Car ne pas mettre en place un système de conservation à long terme revient à perdre des informations, notamment pour les documents numériques (fig. 5).

Fig. 5

Fig. 5

La diversité de la documentation scientifique pose le problème de la conservation des supports et des données (cl. Marie-Dominique Waton, Sra d’Alsace)

25À moyen terme, un serveur dédié à la conservation doit donc être acquis et un plan d’archivage numérique établi. Les fichiers, reçus sur supports divers (Ftp, Dvd, Cd, voire disquettes), seront ensuite renommés puis versés sur le serveur le plus rapidement possible, en lien avec leurs métadonnées descriptives, faute de quoi, en raison de l’évolution technologique et de la faible durée de vie des supports, les données ne pourront plus être décryptées. Ce constat pose également la question des formats retenus, pour lesquels l’interopérabilité, si elle doit être la règle générale à suivre, impose une réflexion sur la conservation des fichiers issus des logiciels-métiers (Dao, etc.) qui ne rentrent pas dans les recommandations du référentiel Rgi2 : faut-il archiver sans modification ces fichiers, même si nous n’avons pas la possibilité technique de faire migrer ou consulter les données ? À défaut, comment convertir ces documents afin d’assurer leur pérennité ?

Un lieu unique pour l’accès à la documentation régionale : le Cce

  • 3 Circulaire 2007/020 du 6 juillet 2007.

26Dans le cadre du projet de développement des centres de conservation et d’études (Cce) conçu par le ministère de la Culture et de la Communication en 20073, et au vu de l’important passif en matière de gestion et de conservation des mobiliers et de la documentation archéologiques, le Sra d’Alsace a lancé en 2008 une première étude de faisabilité, dont la maîtrise d’ouvrage a été déléguée au Pair. Cette étude a permis de dégager les conditions d’un partenariat entre le service régional et l’établissement public interdépartemental pour la création, à l’horizon 2015, du futur Cce d’Alsace à Sélestat.

  • 4 Convention quadripartite (État-Pair-conseil général du Bas-Rhin-conseil général du Haut-Rhin) relat (...)

27Formalisé par une convention4, il prévoit une mutualisation des moyens et des compétences pour répondre aux deux missions fondamentales des Cce : assurer la conservation pérenne des mobiliers et de la documentation archéologiques et favoriser leur étude – et donc leur accès. Pour mener à bien ces différentes missions, chacun des deux partenaires met à disposition du Cce un personnel qualifié, à hauteur d’un équivalent temps plein (Etp) réparti parmi les agents en charge de la conservation et de la régie des collections au Pair, et d’un autre Etp partagé entre le poste de conservateur du patrimoine en charge du mobilier archéologique et le poste de chargé d’études documentaires au Sra.

  • 5 Lettre circulaire du 21 septembre 2004 définissant les normes de tri et de conservation pour les ar (...)

28Le choix a été fait de conserver au service régional l’ensemble des archives de fouille remises par les opérateurs, en attendant leur versement aux archives départementales prévu par le tableau de gestion5. Elles seront néanmoins présentes au Cce sous la forme de copies dématérialisées : les documents numériques remis par les opérateurs pourront facilement être dupliqués ; quant à la documentation papier, une réflexion est aujourd’hui en cours concernant sa numérisation. L’outil Pleade sera également accessible au centre de conservation et d’étude, afin de permettre l’optimisation des recherches sur les fonds, à la fois mobiliers et documentaires. Grâce à cet outil, leur rapprochement ne sera plus seulement virtuel mais bien physiquement réel au Cce, puisque les mobiliers archéologiques et la documentation scientifique afférente seront réunis au même endroit.

Conclusion

29Le Sra d’Alsace a développé, en collaboration avec les différents partenaires locaux, des outils efficaces pour faciliter l’accès à la documentation et aux mobiliers archéologiques : systèmes d’inventaires d’une part, permettant le classement et l’enregistrement des informations selon des normes harmonisées ; plateforme web d’autre part, permettant l’interrogation des données. Si les fonds récents sont désormais traités avec ces outils au fur et à mesure de leur réception par le Sra, un grand chantier est actuellement en cours sur les fonds anciens (rétroconversion des inventaires, recension et récolement des archives anciennes, numérisation des fonds iconographiques, etc.) afin de les rendre également accessibles et de permettre aux usagers une interrogation aussi complète que possible de la documentation compilée depuis plus d’un siècle dans la région et conservée actuellement à la direction régionale de l’action culturelle (Drac) d’Alsace.

  • 6 Fonds documentaire constitué par l’administration allemande au début du xxe s., le Denkmalarchiv ra (...)

30Il faut cependant souligner qu’en dehors de la documentation reçue et produite par le Sra, d’autres fonds patrimoniaux sont actuellement intégrés à la base Pleade et permettent d’enrichir les informations relatives à l’archéologie du bâti. Si l’on tourne notre regard vers la Conservation régionale des monuments historiques, la collection ancienne du Denkmalarchiv6, en cours de numérisation et d’indexation, et le catalogue des études, projets architecturaux et techniques, dossiers des ouvrages exécutés, dévoilent l’évolution d’un édifice régional du xviiie siècle à nos jours. Enfin, le versement projeté des dossiers de protection électroniques achèvera de compléter ce « guichet unique » de consultation de la documentation patrimoniale lato sensu.

  • 7 AdlFI : Archéologie de la France – Informations, une revue Gallia. Revue en ligne coéditée par le m (...)
  • 8 Base de données documentaires mise en œuvre par la direction de l’architecture et du patrimoine et (...)
  • 9 Accès cartographique à des informations culturelles et patrimoniales (ethnographiques, archéologiqu (...)
  • 10 Doc et patrimoine Drac Alsace :http://docpatdrac.hypotheses.org.

31Soulignons toutefois que la consultation de Pleade n’est pour le moment pas possible à distance. C’est pourquoi un certain nombre de données sont par ailleurs en cours de versement sur des sites internet (notices de sites et illustrations sur la revue en ligne AdlFI 7, documents iconographiques sur la base Mémoire8, projet de l’Atlas des patrimoines9, etc.). Parallèlement à la diffusion de ces sources scientifiques, un carnet de recherche ayant pour but le partage de la méthodologie développée au service des patrimoines et l’échange d’informations patrimoniales est actuellement consultable en ligne10.

32Grâce à ces deux niveaux d’accès aux données – en réalité complémentaires –, la documentation peut désormais bénéficier d’une diffusion élargie et d’un accès garanti au plus grand nombre.

Haut de page

Bibliographie

Braemer, F., & R. Angevin. 2011. L’archéologie en Méditerranée : situation internationale, évolutions. Rome, École française de Rome, 148 p.

Pierrez, E., & M. Stahl. 2008. « La gestion des archives de fouille au service régional de l’archéologie d’Alsace », in : Gestion de la documentation scientifique et des mobiliers issus des opérations archéologiques dans le cadre de la réglementation actuelle : actes du séminaire, Centre archéologique du Mont-Breuvray, Glux-en-Glenne, 25-27 septembre 2006. Paris, ministère de la Culture et de la Communication : 26-40.

Rémy, J. 2012. « Le mobilier archéologique au Sra Alsace », Doc et patrimoine Drac Alsace, http://docpatdrac.hypotheses.org/323.

Stahl, M. 2009. « Xml et l’Ead au Sra d’Alsace », Bulletin sur les ressources archivistiques numériques, 38, http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/static/3401.

Stahl, M. 2012a. « Inventaire des archives de fouille : mode d’emploi », Doc et patrimoine Drac Alsace, http://docpatdrac.hypotheses.org/248.

Stahl, M. 2012b. « Contrôle, conversion et publication des inventaires d’archives de fouille : mode d’emploi », Doc et patrimoine Drac Alsace, http://docpatdrac.hypotheses.org/374.

Haut de page

Notes

1 Dtd : Document Type Description ; Ead : Encoded Archival Description.

2 Rgi : Référentiel général d’interopérabilité : http://references.modernisation.gouv.fr/sites/default/files/RGI_Version1%200.pdf.

3 Circulaire 2007/020 du 6 juillet 2007.

4 Convention quadripartite (État-Pair-conseil général du Bas-Rhin-conseil général du Haut-Rhin) relative à la création et au fonctionnement du centre de conservation et d’études d’Alsace à Sélestat (Bas-Rhin) signée le 3 janvier 2012.

5 Lettre circulaire du 21 septembre 2004 définissant les normes de tri et de conservation pour les archives produites et reçues par les directions régionales des affaires culturelles.

6 Fonds documentaire constitué par l’administration allemande au début du xxe s., le Denkmalarchiv rassemble environ 60 000 documents en rapport avec le patrimoine alsacien et mosellan.

7 AdlFI : Archéologie de la France – Informations, une revue Gallia. Revue en ligne coéditée par le ministère de la Culture et de la Communication et le Cnrs, destinée à publier l’actualité des opérations archéologiques menées en France.

8 Base de données documentaires mise en œuvre par la direction de l’architecture et du patrimoine et contenant des images illustrant entre autres les notices d’œuvres des bases Mérimée (architecture) et Palissy (mobilier) (http://culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine).

9 Accès cartographique à des informations culturelles et patrimoniales (ethnographiques, archéologiques, architecturales, urbaines, paysagères) mis en œuvre par le ministère de la Culture et de la Communication et permettant de connaître, visualiser, éditer, contractualiser et télécharger des données géographiques sur un territoire. (http://atlas.patrimoines.culture.fr).

10 Doc et patrimoine Drac Alsace :http://docpatdrac.hypotheses.org.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Tableur AFX : inventaire de la documentation de l'opération 4675, Cernay, Cour de Ferrette, 2008, responsable : Jacky Koch (Pair)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2648/img-1.png
Fichier image/png, 804k
Titre Fig. 2
Légende Tableur MobX : inventaire du mobilier archéologique de l'opération 4675
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2648/img-2.png
Fichier image/png, 819k
Titre Fig. 3
Légende Base Pleade: inventaire de la documentation de l'opération 4675
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2648/img-3.png
Fichier image/png, 755k
Titre Fig. 4
Légende Base Pleade: inventaire du mobilier archéologique de l'opération 4675
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2648/img-4.png
Fichier image/png, 878k
Titre Fig. 5
Légende La diversité de la documentation scientifique pose le problème de la conservation des supports et des données (cl. Marie-Dominique Waton, Sra d’Alsace)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2648/img-5.png
Fichier image/png, 6,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Stahl, Raphaël Angevin et Juliette Rémy, « Gestion, conservation et restitution de la documentation archéologique », Les nouvelles de l'archéologie, 130 | 2012, 28-34.

Référence électronique

Marie Stahl, Raphaël Angevin et Juliette Rémy, « Gestion, conservation et restitution de la documentation archéologique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 130 | 2012, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 18 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/2648 ; DOI : 10.4000/nda.2648

Haut de page

Auteurs

Marie Stahl

Chargée d’études documentaires, service régional de l’archéologie, Drac Alsace,
marie.stahl@culture.gouv.fr

Raphaël Angevin

Conservateur du patrimoine, service régional de l’archéologie, Drac Centre,
raphael.angevin@culture.gouv.fr

Juliette Rémy

Conservateur du patrimoine, service régional de l’archéologie, Drac Centre,
juliette.remy@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org