Navigation – Plan du site
Politique de la recherche

« Sciences en marche »,ou durablement encalminées ?

p. 61

Texte intégral

1Au Cnrs, le nombre de postes de chercheurs mis au concours est en chute libre – 400 en 2010, 300 en 2013, 200 en 2016 si l’on tient compte des départs à la retraite prévus –, et les recrutements d’ingénieurs et techniciens sont passés de plus de 600 en 2010 à 253 en 2014. Pour les enseignants--chercheurs, le nombre de postes effectivement ouverts au concours a reculé de 26 % entre 2009 et 2013 et les effectifs de 17 sections du Conseil national des universités (Cnu) ont également diminué, ce qui fait craindre la disparition de certaines disciplines.

2Depuis l’instauration du financement de la recherche par appels à projets, notamment ceux de l’Agence nationale de la recherche (Anr), le financement direct des laboratoires ne couvre parfois même plus leur fonctionnement courant. Dans le même temps, le taux de sélection des projets proposés à l’Anr dans le cadre de l’appel d’offres générique se réduit d’une année sur l’autre : il est passé de 20 % des demandes financées il y a 5 ans à 8,5 % en 2014.

3Une réforme du crédit d'impôt recherche (Cir) permettrait de remédier à ce désastre annoncé en finançant notamment un plan pluriannuel pour l’emploi scientifique, ambitieux mais indispensable. À titre d’exemple, la création de 3 000 postes représente une somme de 180 millions d’euros, soit 3 % du Cir, qui s’élève à plus de 6 000 millions d’euros.

4Le vendredi 17 octobre dernier, la pétition lancée au début de l’été par la réunion plénière du Comité national de la recherche scientifique comptait 16 000 signataires1, le gouvernement rejetait tous les amendements visant à réformer le Cir, et 8 000 personnes défilaient de la porte d’Orléans à la place Vauban pour saluer l’arrivée de « Sciences en marche » à Paris.

5Le même jour, 660 directrices et directeurs de laboratoires mixtes des universités et des organismes de recherche réclamaient, dans une lettre adressée au Président de la République :

61. la mise en œuvre d’un plan d’urgence pluriannuel et exceptionnel de recrutement des personnels de l’université et des organismes de recherche financé par une réforme du Cir ;

72. une révision radicale du mode de financement des laboratoires et un allégement du dispositif institutionnel actuel de façon à assurer leur capacité de recherche fondamentale sur la longue durée.

8En réponse, Vincent Berger, ancien président de l’université Paris-Diderot, rapporteur général des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche en 20122, devenu conseiller de François Hollande pour l’enseignement supérieur et la recherche, annonçait qu’il recevrait une délégation du comité de pilotage et du comité national le 4 novembre prochain – jour du vote du budget 2015 à l’Assemblée nationale.

9Bref, Vincent Berger tient le même discours que Geneviève Fioraso : la politique conduite est la seule possible, « les effectifs de l’ESR sont en augmentation continue et constante depuis dix ans » et d’ailleurs, loin de s’aggraver, la situation s’améliore : il en veut pour preuves l’attribution du prix Nobel de physique à Serge Haroche en 2012 et celle, en 2013, du prix Nobel d’économie à Jean Tirolle, ou le fait que 21 établissements français apparaissent cette année au top 500 du classement de Shanghaï, contre 20 l’an dernier3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« « Sciences en marche »,ou durablement encalminées ? », Les nouvelles de l'archéologie, 137 | 2014, 61.

Référence électronique

« « Sciences en marche »,ou durablement encalminées ? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/2634

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org