Navigation – Plan du site
Compte rendu

Archéologie du débarquement et de la bataille de Normandie, Vincent Carpentier & Cyril Marcigny

François Giligny
p. 57-58
Référence(s) :

Vincent Carpentier & Cyril Marcigny, Archéologie du débarquement et de la bataille de Normandie, Éditions Ouest-France / Inrap, 2014, ISBN 978-2-7373-6345-0

Texte intégral

1En cette année de commémoration des deux guerres mondiales, l’ouvrage de Vincent Charpentier et Cyril Marcigny, sorti en mai dernier, participe de manière judicieuse à l’abondance éditoriale suscitée par le 70e anniversaire du débarquement en Normandie, en comblant une lacune.

2En effet, si l’apport de l’archéologie à la compréhension du patrimoine de la Première Guerre mondiale est désormais bien admis, y compris par les historiens (Desfossé et al. 2008, ouvrage traduit en anglais), rares sont les publications archéologiques consacrées à la Seconde Guerre mondiale, à l’exception d’un ouvrage sur le patrimoine de Grande-Bretagne (Moschenska 2013) et d’un numéro de la revue Archaeology paru en juin 2011.

3L’ambition affichée par Vincent Charpentier et Cyril Marcigny est d’embrasser l’ensemble des champs que l’archéologie peut couvrir dans cette région de Normandie, ô combien meurtrie pendant l’été 1944. Ils abordent ainsi successivement le mur de l’Atlantique, les installations logistiques et de combat, les effets des bombardements sur les civils, le quotidien des soldats et des prisonniers. Des informations inédites tirées des fouilles, essentiellement préventives, réalisées ces dernières années par les équipes de l’Inrap ou d’autres opérateurs, complétées par des extraits de travaux d’amateurs, d’historiens, d’architectes, etc., ponctuent régulièrement le texte. L’ensemble, d’un grand intérêt pour le lecteur, l’aide à mesurer l’étendue des recherches qui restent à conduire mais aussi l’importance des résistances ou des difficultés rencontrées. À quelques exceptions près, rares sont en effet les programmes archéologiques systématiques qui ont été menés sur les vestiges de la bataille de Normandie. Or, ce patrimoine est doublement menacé, par l’érosion naturelle et par l’intervention humaine, qui entraînent la destruction des installations implantées sur le littoral ou en mer, la corrosion ou la récupération des pièces métalliques d’armement par des amateurs de militaria, l’effacement des traces à la suite d’aménagements publics ou privés. Il est donc plus qu’urgent de prendre les mesures de protection adéquates.

4L’archéologie funéraire, documentée par les découvertes de corps dans des tombes provisoires, individuelles ou collectives, et par les traces de crimes de guerre, souligne le caractère de « gigantesque cimetière » du théâtre des opérations. Le sujet, qui tient une place importante dans l’ouvrage, n’est d’ailleurs pas spécifique à ce conflit et les auteurs rappellent les fouilles de sépultures de catastrophes liées à la Première Guerre mondiale, à la guerre d’Espagne ou aux guerres de Yougoslavie. Les difficultés administratives, en particulier, sont inéluctables lors de la découverte de corps de soldats et elles empêchent toute approche scientifique : dès l’identification de la nationalité du défunt, les services de la gendarmerie, du Commonwealth War Grave Commission ou de l’ambassade concernée se chargent du prélèvement des restes pour les inhumer dans un cimetière militaire ou les restituer à la famille, en cas d’identification précise et selon la volonté des descendants. C’est le sort qu’ont connu les restes d’un soldat canadien découverts en 1995 lors de sondages à l’abbaye Notre-Dame d’Ardenne (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, Calvados), qui avait probablement été exécuté par les SS avec 155 autres prisonniers de guerre canadiens.

5Aujourd’hui bien admises et courantes sur les chantiers de Picardie ou du Nord-Pas-de-Calais, les fouilles de sépultures provisoires faisaient polémique il y a vingt ans à peine : après la fouille, en 1991, de la tombe collective de 21 soldats de la 23e compagnie du 288e régiment d’infanterie, tombés avec leur lieutenant Alain Fournier dans les bois de Saint-Rémy-la-Calonne (Meuse), historiens et archéologues ont confronté leurs points de vue lors d’un colloque intitulé « L’histoire de la Grande Guerre a-t-elle besoin de l’archéologie ?» (1997). Dans son compte rendu, Anne Duménil soulignait un des nœuds du débat : « Les historiens se sont en outre interrogés sur l’attitude à adopter à l’égard des apports possibles de l’archéologie pour leur discipline, la question posée étant classiquement celle de la fiabilité et de la représentativité du matériel. En outre, dans un contexte caractérisé par l’abondance et la diversité des autres sources disponibles, se pose le problème du rapport entre gain historique réel et investissement nécessaire à la mise en œuvre de programmes archéologiques cohérents » (Duménil 1998 : 155).

6L’ouvrage de V. Charpentier et C. Marcigny répond à cette question grâce à des éléments de démonstration très clairs qui soulignent l’apport original de l’archéologie. Jusqu’à présent en effet, à l’exception de quelques pionniers défenseurs et protecteurs du patrimoine de la Seconde Guerre mondiale et de la « bunker-archéologie » défendue par l’architecte Paul Virilio, ce sont surtout des amateurs et des chercheurs de souvenirs militaires qui ont investi le terrain, sans se soucier des dommages entraînés par leurs prospections ni hésiter à s’adonner à des fouilles clandestines. L’exemple d’un Spitfire de la Royal Australian Air Force (Raaf) abattu le 11 juin 1944 est à cet égard éclairant : la Drac a exigé la restitution de l’épave repêchée en toute illégalité, en novembre 2010, dans la baie de Sallenelles (Calvados), qui est comprise dans le domaine public maritime ; les ossements du pilote, découverts dans le cockpit, ont été identifiés comme ceux d’Henri Lacy-Smith et solennellement inhumés dans le cimetière américain de Ranville, en avril 2011 ; enfin, la carcasse métallique de l’avion a été restituée à la demande des autorités australiennes et elle est aujourd’hui exposée dans un musée proche de Melbourne.

7Le travail de relevé délivre des informations essentielles à la compréhension et à la préservation d’un patrimoine menacé. Ainsi, celui mené à Longues-sur-Mer (Calvados), sur une des rares batteries d’artillerie de marine du mur de l’Atlantique à avoir conservé ses canons, représente une étape indispensable avant l’aménagement paysager du site. Lancé en 2002, le recensement des épaves naufragées dans la baie de Seine pendant l’opération Neptune, volet maritime et sous-marin du « Jour J », s’est poursuivi jusqu’en 2012-2013. Ce modèle exemplaire de coopération entre la Marine nationale et le Département des recherches archéologiques sub-aquatiques et sous-marines (Drassm), l’US Navy et la Woods Hole Oceanographic Institution, a croisé les méthodes les plus sophistiquées pour cartographier 500 km2 de fonds (sonars de prospection acoustique multifaisceaux, scanners 3D, robots 3D), avant l’envoi de sous-marins de poche et de plongeurs pour l’identification finale des vestiges (Phaneuf 2005 & Opération D-day, documentaire de Sylvain Pascaud).

8D’autres fouilles ont porté sur des sépultures, des trous d’homme, des abris souterrains, des dépôts logistiques, des pistes d’aérodromes, des fondations de ponts provisoires ou des rampes de lancement de missiles. C’est ainsi tout un pan de l’histoire du débarquement qu’illustrent ces découvertes. Elles révèlent aussi les vestiges et les conditions de la vie quotidienne – et de la mort – des soldats.

9Vincent Charpentier et Cyril Marcigny n’oublient pas pour autant les civils. Ils s’intéressent aux destructions et remblaiements qui ont succédé aux bombardements et dont les traces sont régulièrement repérées dans les diagnostics et les fouilles. Ils évoquent aussi une « archéologie des refuges » à travers le relevé minutieux des carrières de Fleury-sur-Orne (Calvados), où 6 000 habitant(e)s de Caen s’abritèrent entre le 6 juin et le 19 juillet 1944. Ce travail, initié par un historien et un géologue, devrait se prolonger dans d’autres carrières d’exploitation de la célèbre pierre de Caen, sous la forme d’un programme de recherches archéologiques et de mesures de protection d’un patrimoine unique.

10Le dernier champ ouvert par cette archéologie des conflits concerne les camps de prisonniers : en 2009, une équipe d’Oxford Archéologie Grand Ouest fouillait une petite partie (4 ha / 56 ha) du premier camp de prisonniers allemands, ouvert le 1er août 1944 par les autorités militaires américaines à La Glacerie, près de Cherbourg (Manche) ; aujourd’hui, avant la construction d’un lotissement à Fleury-sur-Orne, les archéologues de l’Inrap explorent un camp militaire canadien, un camp de prisonniers allemands, le site des carrières et une nécropole néolithique.

11Fig. 1

12Le livre aurait mérité un chapitre final sur la valorisation et la patrimonialisation du débarquement dans les nombreux musées de Normandie qui s’y attachent, aux côtés du Mémorial de Caen, et les dispositifs particuliers de muséographie ou de recours à la mémoire vivante qu’ils mettent en œuvre. Il s’agit là d’un enjeu majeur pour l’histoire et l’archéologie de ce passé récent – comme le montrent la reconstitution du port artificiel d’Arromanches par Dassault Systèmes, présenté à la cité de la Mer à Cherbourg, ou la réalité augmentée via des applications pour mobiles (Arromanches 1944). Cette légère nuance n’atténue en rien un jugement critique au final très favorable : d’une lecture aisée, remarquablement illustré, Archéologie du débarquement et de la bataille de Normandie fera certainement découvrir au plus grand nombre l’intérêt et la pertinence de la démarche archéologique pour une meilleure connaissance et une meilleure compréhension des périodes les plus récentes et les mieux documentées de notre histoire.

Haut de page

Bibliographie

Archaeology of World War II, Archaeology, Vol. 64, N° 3, May/June 2011.

Duménil A. 1998. « La grande guerre a-t-elle besoin de l’archéologie ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 59 : 153-155.

Desfossés Y., Jacques A., Prilaux G., 2008. L’archéologie de la Grande Guerre. Rennes, Éditions Ouest-France.

Moshenska G. 2013. The Archaeology of the Second World War. Uncovering Britain’s Wartime Heritage. Barnsley, Pen & Sword Archaeology.

Phaneuf B. 2005. Exploring D-Day Landing Craft: Normandy, France, in : Bass G. (éd.), Beneath the Seven Seas. New York and London, Thames & Hudson : 242-245. 

Opération D-day : http://www.reseau-canope.fr/d-day/lespace-pedagogique/mediatheque/dday_ressource/show/Ressource/operation-d-day-la-cartographie-des-epaves-du-debarquement.html

Application Arromanches 44 : http://projet4d.net/news/3d-realite-augmentee-et-application-mobile-pour-revivre-le-jour-j/

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Giligny, « Archéologie du débarquement et de la bataille de Normandie, Vincent Carpentier & Cyril Marcigny », Les nouvelles de l'archéologie, 137 | 2014, 57-58.

Référence électronique

François Giligny, « Archéologie du débarquement et de la bataille de Normandie, Vincent Carpentier & Cyril Marcigny », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/2631

Haut de page

Auteur

François Giligny

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org