Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Les traces archéologiques du Camp retranché de Paris dans le Val-d’Oise

Patrice Rodriguez et Guillaume Benaily
p. 45-50

Résumés

À la veille de la Grande Guerre, la défense de Paris a été basée sur une triple enceinte de fortifications du XIXe siècle et de structures légères prévues en cas de conflit. Ce dispositif a été mis en œuvre mais n'a pas servi. Des recherches récentes dans le Val-d'Oise ont révélé ses traces, particulièrement bien conservées en zones forestières.

Haut de page

Texte intégral

À Armelle Bonis, chargée de mission Études & Publications à la direction de l’Action culturelle du Val-d’Oise.

1À la croisée des domaines du patrimoine, de la science historique et du devoir de mémoire, l’archéologie dite des conflits s’est renforcée ces dernières années. Ainsi, l’étude des vestiges de la première guerre mondiale s’est beaucoup développée, principalement dans le nord-est de la France. En Île-de-France, toutefois, ce patrimoine est encore souvent ignoré et demande à être étudié, valorisé et préservé des menaces que font peser sur lui l’urbanisation et les pratiques agricoles.

2Des recherches récentes sur la défense de Paris dans le Val-d’Oise durant la Grande Guerre ont été relayées dans l’exposition itinérante 1914-1918. Le Camp retranché de Paris. La forêt mobilisée dans le Val-d’Oise1, circulant dans le département depuis le mois de septembre 2014. Conçue par le Service départemental d’archéologie du Val-d’Oise (Sdavo) et l’Office national des forêts (Onf), cette exposition de treize panneaux explore les traces du dispositif de défense aménagé autour de la capitale. Couplée à des animations et à des ateliers pédagogiques destinés aux publics scolaires ainsi qu’à des visites commentées sur le terrain, elle s’intègre au projet départemental des commémorations de la première guerre mondiale, Vivre entre le front et Paris, la Grande Guerre dans l’actuel Val-d’Oise, développé par le Conseil général et labellisé par la Mission nationale du centenaire2.

L’organisation du Camp retranché de Paris

  • 3 Dans le cadre des manifestations du centenaire de la Grande Guerre, le Conseil régional d’Île-de-Fr (...)

3Les conflits armés du xixe siècle ont modifié le système de défense du territoire français et notamment celui de Paris. À la veille de la Grande Guerre, la défense de Paris repose sur une triple ceinture de fortifications qui constitue le « Camp retranché de Paris » (Bourachot 2014)3.

  • 4 Fort de Charenton ; fort neuf de Vincennes ; fort et lunette de Nogent-sur-Marne ; forts de l’Est, (...)

4Sous le règne de Louis Philippe (1830-1848), Adolphe Thiers, président du Conseil, a mis en œuvre un nouveau dispositif pour la capitale. Entre 1840 et 1846, 25 000 ouvriers ont érigé une enceinte fortifiée de 34 km, armée de 94 bastions, fixant les contours de la ville actuelle. Au-delà, s'étend une zone non aedificandi large de 250 m, occupée depuis le Second Empire par des bidonvilles et des terrains vagues (les « fortifs »). Seize forts détachés, redoutes et batteries construits à quelques kilomètres de Paris complètent l’ensemble4. Pendant la guerre de 1870, ce dispositif n’a pas résisté à la puissance de feu de l’artillerie.

5Suite à la défaite de 1871, un nouveau plan de fortification, englobant le système précédent, a été mis en œuvre par le général Séré de Rivières de 1874 à 1882. Il s’agit d’une ceinture défensive bâtie à une douzaine de kilomètres de Paris, constituée de 18 forts, 5 redoutes et 24 batteries organisés en trois groupements géographiques : au nord, sur les hauteurs de Cormeilles-en-Parisis, Domont, Écouen, Sannois, Montlignon et Montmorency (Val-d’Oise) ; à l’est, entre les vallées de la Marne et de la Seine ; et au sud-est de Versailles, entre Marly (Yvelines) et Palaiseau (Essonne). Ainsi est né ce qu’on appelle le Camp retranché de Paris.

  • 5 Inventée en 1885 par le chimiste Eugène Turpin, cette composition à base d’acide picrique, beaucoup (...)

6En 1885, au fort de la Malmaison (Aisne), une expérience de tir réel avec des canons chargés de mélinite5 a révélé qu’en cas de guerre, les forts Séré de Rivières ne résisteraient pas mieux que l’enceinte de Thiers. Les nouveaux matériels apparus à la fin du siècle permettaient bien de cuirasser l’armement sous des coques de fonte, de fer ou d’acier laminé, et de renforcer les ouvrages militaires avec des dalles de béton armé, mais leur coût était tel que blindage et bétonnage furent réservés aux forts de l’Est.

7Entre 1911 et 1913, les nouvelles pièces d’artillerie de l’armée prussienne, plus puissantes et plus mobiles, et les menaces pesant sur Paris ont justifié l’élaboration de nouveaux plans de défense. Afin de protéger les forts Séré de Rivières en cas d’attaque ennemie, il fut prévu d’aménager une dernière ligne de fortifications légères, appelées ouvrages « du moment », à 30 km au nord, à l’est et au sud-ouest de la capitale. Elle était constituée de centres de résistance et de positions d’infanterie (tranchées, abris, réseaux de fil de fer, mitrailleuses et batteries de canons).

8À la déclaration de la guerre, le 3 août 1914, le général Michel, gouverneur militaire de Paris depuis trois ans, fut chargé de l’exécution des travaux. Initialement prévus sur quarante jours, ceux-ci prirent du retard. Le général fut remplacé, le 26 août 1914, par le général Gallieni : 210 000 hommes mobilisés dans l’armée territoriale, aidés par 46 000 civils, aménagèrent ainsi un immense réseau de 350 km de tranchées et fils de fer barbelés, avec des centaines d’abris pour l’infanterie, des batteries de quatre à six canons et des dépôts de munitions, le tout relié par d’étroites voies ferrées, qui ne fut achevé qu’en 1915 (fig. 1 et 2).

Fig. 1

Fig. 1

Le Camp retranché de Paris, carte réalisée vers le mois de mars 1915. Feuille 2, L’Isle-Adam. La carte originale en couleur fait apparaître des plages figurant notamment les zones déboisées

© Service historique de la Défense

Fig. 2

Fig. 2

Entrée de la batterie n° 113 à Montigny-lès-Cormeilles ; au sol, un aiguillage de voies ferroviaires étroites dites « voies de 60 », août 1915

© Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (Ecpad), Tétart

Les installations du Camp retranché de Paris dans le Val-d’Oise

9Au début de la guerre, la partie septentrionale du Camp retranché de Paris, à laquelle correspond largement le territoire du Val-d’Oise, était censée faire rempart à l’avancée de l’ennemi sur la capitale. Sur près de 150 km, plusieurs lignes d’ouvrages étaient reliées par un dense réseau de tranchées (Terrier 2014). La ligne principale, s’appuyant sur les trois forts Séré de Rivières de Montlignon, Domont et Montmorency, n’était pas achevée le 3 septembre, quand la première armée allemande, dirigée par le général von Kluck, atteignit la vallée de l’Ysieux et s’arrêta entre Luzarches (Val-d’Oise) et Mortefontaine (Oise), avant d’obliquer vers Meaux (Seine-et-Marne) pour contourner le Camp retranché de Paris par le sud. Du 5 au 12 septembre 1914, la première bataille de la Marne contraignit les Allemands à reculer jusqu'à l'Aisne, marquant les débuts d'une interminable guerre de position.

10Avant d’être nommé ministre de la Guerre le 29 octobre 1915, Gallieni avait renforcé le Camp retranché de Paris au nord, en reliant l’Epte à Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne) puis à Sénart (Seine-et-Marne/Essonne) au sud. Les généraux qui lui ont succédé au poste de gouverneur militaire de Paris ont au contraire désarmé peu à peu les ouvrages du Camp retranché de Paris et envoyé leurs pièces d’artillerie au front.

11Le territoire du Val-d’Oise n’a été le théâtre d’aucun combat durant toute la guerre. En revanche, il a très tôt joué un rôle stratégique dans la défense anti-aérienne. Dès septembre 2014, c’est-à-dire deux mois avant la création du service de Défense contre aéronefs (Dca), des postes de tirs y ont été mis en place et, le 28 juin 1915, le Centre d’instruction du tir contre aéronefs s’est installé à Arnouville-lès-Gonesse.

12Jusqu’à l’armistice, le dispositif n’a cessé d’évoluer, intégrant postes de guet et mitrailleuses, projecteurs, secteurs de fumée et réseaux d’écoute – sans parler des leurres installés pour égarer les aviateurs ennemis, comme le « Faux Paris » imaginé par l’état-major en 1917 dans la boucle de la Seine, entre Maisons-Laffitte et Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Finalement, seule une maquette grandeur nature de la gare de l’Est fut construite à Herblay dans le Val-d’Oise, au lieu-dit L’Orme de Morlu (Boissel 2012)6.

Fig. 3

Fig. 3

Confection de pieux pour les tranchées par des chasseurs-forestiers dans la forêt de L’Isle-Adam, août 1915

© Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (Ecpad), Tétart

La forêt, un conservatoire archéologique du Camp retranché de Paris

13En milieu ouvert, peu de vestiges du Camp retranché de Paris sont perceptibles car les aménagements militaires, démontés ou abandonnés, ont été pour la plupart détruits ou rebouchés et les terrains nivelés. Certains se révèlent toutefois lors de prospections aériennes ou à l’occasion de chantiers d’archéologie préventive. Ainsi, lors de diagnostics, des tranchées d’infanterie au plan crénelé, visant à éviter les tirs en enfilade, ont été mises au jour à Cergy sur une centaine de mètres (Plaine des Linandes, 2011 ; fig. 4), ou à Louvres, sur près de 40 m (Les Frais-lieux, 2014). Exceptionnellement enfin, pour un œil averti, de rares tranchées non comblées sont encore visibles dans des secteurs ouverts peu perturbés, comme par exemple sur les hauteurs de Sagy (Saillancourt, 2014).

Fig. 4

Fig. 4

Tranchée mise au jour en 2011 lors d’un diagnostic dans la plaine des Linandes à Cergy

© Sdavo, J.-G. Pariat

Les forestiers dans la guerre

Par décret du 2 avril 1875, l’administration des Eaux et Forêts est intégrée aux forces militaires françaises et son personnel rattaché en temps de guerre aux compagnies de chasseurs forestiers. Elle a pour mission de favoriser la progression des troupes en campagne et d’appuyer le Génie dans l’approvisionnement en bois. En été 1914, 18 compagnies de 150 à 250 chasseurs forestiers sont formées pour rejoindre les différents corps d’armée. Équipés et armés comme les fantassins qu’ils accompagnent, ils sont mêlés, dès les premiers mois de la guerre, à la violence des combats. Les forestiers âgés de plus de 48 ans sont mobilisés mais affectés à l’arrière. En effet, il est nécessaire de dégager la vue des champs de tir au-devant des positions avancées du Camp retranché de Paris et des crêtes de feu des forts Séré de Rivières. On prévoit 2 400 ha de coupes dites stratégiques. Dans le Val-d’Oise, elles débutent dès septembre 1914, sous la surveillance d’un détachement issu de la 13e compagnie de chasseurs forestiers. En novembre 1914, une note de l’état-major fait état de 675 ha déboisés dans l’ensemble de la zone nord du Camp retranché de Paris. En mars 1915, 380 ha ont été ouverts pour la seule forêt de Montmorency. Les bois abattus servent essentiellement au renforcement des ouvrages dits « du moment » (tranchées, boyaux de communication, positions d’artillerie, etc.). Dès la fin de 1914, les ressources en bois sont menacées de sur-exploitation compte tenu de l’importance des besoins du front (soutènement des tranchées et abris, fabrication des crosses de fusils, des fuselages ou des hélices des avions dont l'usage est en plein essor, etc.). Une gestion plus raisonnée et contrôlée s’organise (fig. 3). Le 19 mai 1915, une ordonnance crée les centres d’approvisionnement de bois. Pour mobiliser les quantités nécessaires, une instruction du 25 juillet 1915 instaure le Service forestier aux armées (Sfa), véritable administration forestière militaire dont l’objectif est de concilier au mieux les exigences de la guerre et la conservation des massifs boisés.

  • 7 Voire des anomalies botaniques, ce qui n’a pas été constaté pour les vestiges de la Grande Guerre d (...)

14Dans les secteurs forestiers, en revanche, les traces du Camp retranché de Paris sont en général bien conservées, comme les forts Séré de Rivières bien sûr, et aussi des ouvrages « du moment », à peine masqués par la végétation. Les forêts d’Île-de-France ont en effet été épargnées durant la Grande Guerre, contrairement à celles situées dans les zones de combat, qui furent gravement endommagées. De plus, en raison d’une faible érosion, elles constituent un milieu propice à la conservation des vestiges, toutes périodes confondues, signalés par une topographie particulière7.

15Pour inventorier le patrimoine archéologique des forêts domaniales d’Île-de-France, y sensibiliser les forestiers et valoriser certains vestiges, l’Onf a créé une mission archéologique en 1999. En 2007, celle-ci a ainsi démontré la permanence des vestiges du Camp retranché de Paris dans la forêt domaniale de Sénart (Seine-et-Marne) en conjuguant l’inventaire des sites dans les archives, leur repérage sur le terrain et leur relevé topographique par le biais du procédé aéroporté LidarLight Detection and Ranging (Gauvry 2008).

  • 8 De 1901 à 1906, le Service géographique de l’armée a procédé aux levés topographiques de la région (...)

16À partir de 2012, les archéologues de l’Onf et le Sdavo ont mené un travail équivalent dans les forêts domaniales de Montmorency et de L’Isle-Adam (Val-d’Oise). En se guidant sur les indications fournies par la carte d’état-major du Camp retranché de Paris datée de mars 19158, leurs équipes accompagnées de bénévoles ont pu repérer de nombreux vestiges du Camp retranché de Paris (Barrière 2012) (fig. 5). En 2014, avec le concours financier décisif du service régional de l’archéologie, l’Onf et le Sdavo ont organisé une campagne Lidar au-dessus de la forêt de Montmorency et d’un secteur de la forêt de L’Isle-Adam, soit au total sur près de 2 000 ha (David & Trouvé 2014).

Fig. 5

Fig. 5

Tranchée rectiligne dans la forêt de Montmorency

© Onf, C. Dardignac, 2014

17En permettant une modélisation en trois dimensions du sol malgré le couvert des arbres, les données laser, une fois traitées et exploitées, ont fourni une cartographie et une topographie détaillées du massif forestier faisant apparaître avec une incroyable précision les tranchées, conservées parfois sur de très longs tronçons (jusqu’à 560 m), les postes d’artillerie et de Dca, les abris et les batteries de canons (fig. 6 & 7). Les archéologues ont ensuite vérifié sur le terrain un grand nombre de ces données (6,2 km linéaires dont 4,5 km de tranchées).

18À grande échelle, une correspondance apparaît entre les indications de la carte d’état-major de mars 1915 et les vestiges archéologiques repérés par le Lidar en 2014. Cette correspondance est même parfois remarquable, comme en amont du château de la Chasse, sur la commune de Saint-Prix, où les tranchées ont parfaitement été retrouvées. En revanche, à petite échelle, des disparités de formes ou de répartition se révèlent. Ainsi, dans la forêt de L’Isle-Adam, une batterie d’artillerie n’est portée sur aucune carte tandis qu’aucune structure n’est rattachable aux deux lignes de tranchées dessinées entre Neuville et Maffliers. Ce constat laisse à penser que le document militaire était, au moins en partie, un plan d’intention – fait surprenant si l’on considère qu’il fut dressé au moment où les aménagements initialement prévus étaient pratiquement interrompus.

19Si l’histoire du Camp retranché de Paris est si méconnue, c’est sûrement parce qu’il n’a jamais été au cœur des combats et que ses défenses n’ont pas été éprouvées par le feu de l’ennemi. Pourtant, les efforts consentis pour mettre la capitale en défense méritent d’être rappelés et les traces, même légères, qu’ils ont laissées, oubliées depuis un siècle, méritent d’être protégées, voire classées, comme le sont d’autres vestiges de la Grande Guerre.

Fig. 6

Fig. 6

Image Lidar de la forêt de Montmorency, montrant la ligne de tranchées, au nord du château de la Chasse (Saint-Prix), et la batterie n° 118 (Domont), en bas à droite

© Onf S. David, Sdavo G.-G. Renault, 2014

Fig. 7

Fig. 7

Image Lidar. Détail de la batterie n° 118 installée à Domont, dans la forêt de Montmorency

© Onf, C. Dardignac et S. David, 2014

Haut de page

Bibliographie

Barrière A. 2012. Forêt de Montmorency, département du Val-d’Oise (95), Camp retranché de Paris (1914) : rapport de prospection inventaire du 8/6/2012 au 31/12/2012. Paris, SRAIF ; Saint-Ouen-l’Aumône, SDAVO.

Boissel X. 2012. Paris est un leurre : la véritable histoire du faux Paris. Paris, Éditions Inculte.

Bourachot A. 2014. Le Camp retranché de Paris, 1792-1940. Paris, Bernard Giovanangeli Éditeur.

David S. & Trouvé F. 2014. Rapport d’analyse et d’interprétation de données Lidar : Forêts domaniales de Montmorency et de L’Isle-Adam, Val-d’Oise. Fontainebleau, ONF ; Paris, SRAIF ; Saint-Ouen-l’Aumône, SDAVO.

Gauvry Y. dir. 2008. Sénart, forêt retranchée : mémoires et traces de la Grande Guerre. Fontainebleau, ONF ; Évry, Conseil général de l’Essonne ; Paris, ministère de la Défense, direction de la mémoire, du patrimoine et des archives.

Terrier Th. 2014. Le camp retranché de Paris pendant la Grande Guerre. Organisation et enjeux du Camp retranché de Paris sur le territoire de l’actuel Val-d’Oise et en forêt de Montmorency. Mémoire de Master II Sciences humaines et sociales, mention Études européennes et relations internationales, sous la direction de J.-C. Lescure. Université de Cergy-Pontoise, septembre 2014.

Haut de page

Notes

1 file://localhost/www.valdoise.fr %3B http/::archives.valdoise.fr:n:le-camp-retranche-de-paris-une-exposition:n/140.

2 http://www.onf.fr/forets-grande-guerre/ ; http://centenaire.org/fr/agenda?nid=3792.

3 Dans le cadre des manifestations du centenaire de la Grande Guerre, le Conseil régional d’Île-de-France et le musée de l’Armée ont réuni un colloque sur le Camp retranché de Paris les 9 et 10 octobre 2014, à Paris.

4 Fort de Charenton ; fort neuf de Vincennes ; fort et lunette de Nogent-sur-Marne ; forts de l’Est, de la Double couronne du Nord et de la Briche ; fort et lunette de Rosny-sous-Bois ; redoutes de la Boissière et de Montreuil ; fort, lunette et redoute de Noisy-le-Sec ; fort, courtine et lunette de Romainville ; fort du Mont-Valérien ; fort et batterie d’Aubervilliers ; batteries de Pantin, du Rouvray et des Vertus.

5 Inventée en 1885 par le chimiste Eugène Turpin, cette composition à base d’acide picrique, beaucoup plus puissante que l’ancienne poudre noire, est utilisée pour la charge détonante des obus.

6 Voir http://centenaire.org/fr/tresors-darchives/photographie/paris-est-un-leurre : « Paris est un leurre », archives de la Grande Guerre et archéologie urbaine, par Xavier Boissel, Didier Vivien et Gaspard Vivien.

7 Voire des anomalies botaniques, ce qui n’a pas été constaté pour les vestiges de la Grande Guerre dans les forêt d’Île-de-France.

8 De 1901 à 1906, le Service géographique de l’armée a procédé aux levés topographiques de la région parisienne, suivis de leur publication. « C’est sur un jeu de ces neuf cartes imprimées en douze couleurs que l’autorité militaire reporte de façon manuscrite et confidentielle, en 1915, l’état du Camp retranché de Paris » (http://www.ign.fr/actualites/1914-2014). En juin 2014, cette carte agrandie à une échelle monumentale (20 x 25 m) a été exposée sur la place de l’Hôtel de Ville de Paris, à côté d’une autre, contemporaine et à la même échelle, établie à partir des bases de données topographiques de l’Institut géographique national (Ign). Intitulée 1914-2014. Stratégique Forêt ! Du Camp retranché de Paris à la ceinture verte, cet événement conçu par l’Ign, l’Onf et France Bois Forêts, avec le soutien du ministère de la Défense et de la mairie de Paris, s’inscrivait dans le cadre des commémorations du centenaire de la guerre de 14-18.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Le Camp retranché de Paris, carte réalisée vers le mois de mars 1915. Feuille 2, L’Isle-Adam. La carte originale en couleur fait apparaître des plages figurant notamment les zones déboisées
Crédits © Service historique de la Défense
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2
Légende Entrée de la batterie n° 113 à Montigny-lès-Cormeilles ; au sol, un aiguillage de voies ferroviaires étroites dites « voies de 60 », août 1915
Crédits © Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (Ecpad), Tétart
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 3
Légende Confection de pieux pour les tranchées par des chasseurs-forestiers dans la forêt de L’Isle-Adam, août 1915
Crédits © Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (Ecpad), Tétart
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 4
Légende Tranchée mise au jour en 2011 lors d’un diagnostic dans la plaine des Linandes à Cergy
Crédits © Sdavo, J.-G. Pariat
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2622/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5
Légende Tranchée rectiligne dans la forêt de Montmorency
Crédits © Onf, C. Dardignac, 2014
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2622/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 6
Légende Image Lidar de la forêt de Montmorency, montrant la ligne de tranchées, au nord du château de la Chasse (Saint-Prix), et la batterie n° 118 (Domont), en bas à droite
Crédits © Onf S. David, Sdavo G.-G. Renault, 2014
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2622/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 7
Légende Image Lidar. Détail de la batterie n° 118 installée à Domont, dans la forêt de Montmorency
Crédits © Onf, C. Dardignac et S. David, 2014
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2622/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Rodriguez et Guillaume Benaily, « Les traces archéologiques du Camp retranché de Paris dans le Val-d’Oise », Les nouvelles de l'archéologie, 137 | 2014, 45-50.

Référence électronique

Patrice Rodriguez et Guillaume Benaily, « Les traces archéologiques du Camp retranché de Paris dans le Val-d’Oise », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/2622 ; DOI : 10.4000/nda.2622

Haut de page

Auteurs

Patrice Rodriguez

Conservateur du patrimoine, chef du service départemental d’archéologie du Val-d’Oise,
patrice.rodriguez@valdoise.fr

Articles du même auteur

Guillaume Benaily

Archéologue à l’Office national des forêts, Direction territoriale Île-de-France nord-ouest,
guillaume.benaily@onf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org