Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie moderne et contemporaine

La stratigraphie complexe du camp de Drancy

Une contribution à l’archéologie de la Seconde Guerre mondiale
Benoît Pouvreau
p. 34-39

Résumés

L’archéologie des camps de la Seconde Guerre mondiale est encore peu développée en France. Les travaux récemment menés sur la cité de la Muette à Drancy, ensemble HLM devenu camp de concentration et de transit des Juifs de France, constituent de ce point de vue un exemple intéressant du dialogue qui peut se nouer entre archéologues et historiens. Mais ces graffiti sur carreaux de plâtre n’auraient vraisemblablement pas été mis au jour sans le classement au titre des Monuments historiques de la cité de la Muette. Objet de débats en 2001, ce classement démontre aujourd’hui sa pertinence et permet d’espérer de nouvelles découvertes pour l’histoire et la mémoire du camp mais aussi une meilleure reconnaissance des qualités architecturales et urbaines de la cité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les camps de la Seconde Guerre mondiale protégés au titre des Monuments historiques, il faut (...)
  • 2 Cité de la Muette (Drancy) [029inv052] – Notice de site publiée dans la base documentaire de L’Atla (...)

1L’archéologie des camps de la Seconde Guerre mondiale émerge à peine en France quand l’Allemagne, qui la pratique depuis une quinzaine d’années, a prouvé largement la pertinence d’une telle démarche. Faute d’inscription dans une archéologie programmée, le « retard » français s’est trouvé accentué par les hasards de l’archéologie préventive qui a priorisé, de fait, la recherche sur les camps de prisonniers de guerre plutôt que sur les camps d’internement de civils. Ainsi, dans le dossier qu’il a consacré à ce sujet dans la revue Archéologia d’avril 2013, Jean-Pierre Legendre soulignait que les camps de concentration de Thil et de Natzweiler-Struthof avaient fait récemment l’objet de travaux « sans qu’aucun suivi archéologique n’ait été réalisé » (Legendre 2013). Il concluait sur la récente découverte des graffiti de Drancy comme exemple fructueux d’échanges entre archéologues et historiens. C’est sur cette découverte et ses suites que nous concentrerons notre propos qui permet d’aborder une dimension assez rare pour les camps de la Seconde Guerre mondiale : le classement au titre des Monuments historiques1. Cette protection se singularise par une originalité, longtemps vue comme un handicap : elle s’est faite à un double titre. La cité de la Muette est en effet protégée en tant que « réalisation architecturale et urbanistique majeure du xxe siècle […] et en raison également de son utilisation durant la Seconde Guerre mondiale […] qui en fait aujourd’hui un haut lieu de la mémoire nationale »2. Enfin, pour achever la présentation de ce site et des enjeux auxquels il est confronté, il importe de préciser qu’il a été conçu avant-guerre pour être un ensemble de logements sociaux, ce qu’il n’est devenu qu’après-guerre. Depuis, il n’a jamais cessé d’être habité. Histoire, mémoire, patrimoine, architecture et hlm sont ici étroitement imbriqués.

La cité de la Muette : un seul site, plusieurs camps

2Construite entre 1931 et 1935 par l’Office public d’habitations à bon marché (Ophbm) de la Seine, la cité de la Muette est un grand ensemble conçu par les architectes Eugène Beaudouin et Marcel Lods. Modernes, avant-gardistes, « les premiers gratte-ciel de la région parisienne » bénéficient rapidement d’une reconnaissance internationale. C’est notamment là que, pour la première fois, sont mises en œuvre, à grande échelle, les techniques de préfabrication. La cité comprend cinq tours de quatorze étages associées à des bâtiments bas en « peignes » ou en « redents », et à une construction de quatre étages en « U », restée inachevée. Sa construction est, en effet, fortement perturbée par la crise économique. Dans ce contexte, les loyers de la cité sont trop chers. L’Ophbm du département de la Seine se résout, à l’automne 1938, à louer la partie achevée de la cité au ministère de la Guerre et de la Défense nationale pour y loger une légion de gendarmes, des gardes républicains mobiles, et leurs familles (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Carte postale de la cité de la Muette, légendée : « Les premiers gratte-ciel de la région parisienne ». Datant de 1933 environ, elle est une des rares donnant à voir le U ou fer à cheval, bâtiment de quatre étages construit après les gratte-ciel, les « peignes » et « redents ». Après-guerre, des photographies identiques sont utilisées par les éditeurs de cartes postales qui ne modifient que la légende : « Les gratte-ciel. Camp de concentration tristement célèbre de 1940 à 1944 »

(édition J. Godneff / Collection Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, 49 Fi /5861)

3C’est dans l’ensemble en U que les autorités allemandes installent un premier camp en juin 1940, le Frontstalag 111, où transitent des prisonniers de guerre français puis britanniques vers stalags et oflags. En décembre 1940, ce camp est transformé en annexe du camp d’internement de la caserne des Suisses de Saint-Denis, le Frontstalag 220. Ce dernier est destiné depuis août 1940 à l’internement de civils « ressortissants de puissances ennemies du Reich » issus de Grande-Bretagne et du Commonwealth. Le camp de Drancy accueille notamment, jusqu’en juillet 1941, des Britanniques et des Canadiens.

4Le site devient camp d’internement des juifs à partir du 20 août 1941. Il reçoit alors plus de 4 200 hommes raflés à Paris. Pour la plupart étrangers, ils sont placés sous la surveillance des gendarmes français habitant les tours de la cité depuis 1938. Ils sont vite rejoints par des juifs français, raflés les jours suivants puis en décembre 1941. Il s’agit alors avant tout d’un camp de représailles contre les attentats « judéo-bolchéviques » et d’une réserve d’otages. Au cours de l’été 1942, après la rafle du Vél’ d’Hiv’, femmes et enfants y sont également internés et la Muette devient le principal camp pour les juifs dans la France occupée : 63 000 des 76 000 juifs déportés de France sont partis de Drancy, essentiellement vers Auschwitz-Birkenau (Klarsfeld 2001, 2012 ; Fontaine 2013 ; Wieviorka & Laffitte 2012 ; Rajsfus 2012 ; Peschanski 2002 ; Poznanski 1994).

5À la Libération et jusqu’au début de l’année 1946, les « suspects de collaboration » y sont internés. Sacha Guitry, Arletty, notamment, y sont détenus. Après des travaux de réaménagement, l’Ophbm de la Seine réaffecte en 1949 le U au logement social tandis que la caserne de gendarmerie est maintenue dans les tours en peignes et redents. Ces dernières sont rachetées en 1973 par le ministère de la Défense pour une démolition-reconstruction qui débute en 1975 et s’achève en 1976.

Un long cheminement vers une protection

6La première tentative de protection, qui intervient au printemps 1976, est trop tardive – une seule tour est encore debout –, et le secrétaire d’État à la Culture, Michel Guy, y renonce. La même année, le mémorial conçu par le sculpteur Shelomo Selinger pour le « Comité de soutien pour l’érection d’un monument à la mémoire des victimes des persécutions raciales internées au camp de Drancy, antichambre des camps d’extermination nazis » est inauguré devant le « U » où fut implanté le camp (fig. 5). C’est l’aboutissement d’un projet municipal et associatif porté depuis 1964 par le député-maire de Drancy, Maurice Nilès, et par les associations d’anciens internés et déportés juifs de France (Posnanski et al. à paraître). Fin septembre 1980, la construction du gymnase Joliot-Curie ayant mis fortuitement au jour le tunnel creusé par les internés en septembre 1943, la décision est prise de matérialiser son tracé au sol et de poser une plaque commémorative (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Vue générale du site : à gauche, le gymnase construit en 1980 qui permit la redécouverte du tunnel, témoin d’une tentative d’évasion en 1943 ; à droite, le mémorial sculpté par Shelomo Selinger et inauguré en 1976 ; derrière celui-ci, le wagon mémorial implanté en 1988 ; et, enfin, la cité de la Muette. Au fond, la nouvelle caserne de gendarmerie mobile qui s’est substituée aux gratte-ciel

(© Jean-Bernard Vialles, région Île-de-France, Inventaire général du patrimoine culturel, département de la Seine-Saint-Denis, Adagp, 2011)

7À l’issue du procès de Klaus Barbie, le député-maire souhaite compléter cet acte commémoratif fondateur par l’ajout au mémorial d’un « wagon du souvenir » qui soit un lieu d’exposition et de pédagogie. Le Comité de soutien du monument est réactivé pour une nouvelle souscription. Le wagon témoin est inauguré le 6 novembre 1988, date anniversaire de la Nuit de cristal. C’est dans ce contexte que naît le Conservatoire historique du camp de Drancy (Chcd). Cette association non confessionnelle reçoit le soutien de nombreuses personnalités et du maire, sans pour autant être un projet municipal. Le Conservatoire se veut un centre de documentation et de recherches, d’exposition et de pédagogie mais aussi un lieu de recueillement. L’ensemble ouvre ses portes en 1990 au rez-de-chaussée de la cité, dans un espace de 115 m², avec des ambitions revues à la baisse. Cependant, le Conservatoire historique accueille de nombreux écoliers, collégiens et lycéens. Il conserve quelques objets liés au camp et au tunnel découvert en 1980. De même, c’est naturellement là qu’est déposée et conservée la portion de conduit de cheminée revêtue de graffiti découverte en 1989 lors de travaux de réaménagement de logements. Ces graffiti sont majoritairement l’œuvre de « suspects de collaboration avec l’ennemi » internés de la fin août 1944 au début de l’année 1946. Seuls deux graffiti du conduit de cheminée ont pour auteurs des internés juifs. Parallèlement, le wagon témoin est protégé au titre des Monuments historiques en mars 1990, mais il l’est comme bien mobilier et n’engendre donc pas de servitudes sur les abords dans un périmètre de 500 m de rayon qui entraînerait le contrôle de l’architecte des Bâtiments de France.

  • 3 Mal situé lors de la première protection, le tunnel fait l’objet d’un second arrêté de classement l (...)

8La redécouverte des graffiti des « caves-prisons » en 1998 et 1999 par le photographe américain William Betsch va achever le processus de reconnaissance mémorielle et patrimoniale du camp de Drancy. Étroitement lié à un contexte national qui s’est profondément modifié depuis le procès Barbie, il a pour point d’orgue le discours présidentiel de juillet 1995 reconnaissant la responsabilité de la France dans la Shoah. Photographe professionnel, Betsch expose ses clichés sous le titre Graffitis (Vive la France !) en 2000 (Betsch 2010). Alors que des demandes de classement sont déjà engagées par le Conservatoire historique, la cité et le tunnel, Betsch informe la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) d’Île-de-France de sa découverte et pointe la destruction en cours des huisseries d’origine dessinées par Jean Prouvé. Cette information sur les « fenêtres Prouvé » accélère le processus administratif en cours. Le 19 juin 2000, Catherine Tasca, ministre de la Culture et de la Communication, signe l’instance de classement au titre des Monuments historiques, la transmet à l’Office départemental d’hlm de la Seine-Saint-Denis, propriétaire, pour stopper les travaux, et sollicite l’architecte en chef des Monuments historiques pour qu’il mène une étude préalable sur les huisseries. Le classement est confirmé par un arrêté du 25 mai 2001. Outre le double titre exceptionnel, « réalisation architecturale et urbanistique majeure du xxe siècle [et] haut lieu de la mémoire nationale », sont précisément classés « les façades et toitures, les escaliers et leurs cages, les caves, le tunnel des déportés, pour sa partie située sous la parcelle n° 104, le sol de la cour »3 (Zimmer 2014). Dès cette période, le service régional d’archéologie de la Drac Île-de-France fait savoir qu’il est impératif de prévoir une fouille archéologique du tunnel, des caves et du sol de la cour.

Des noms sur des murs, la découverte de nouveaux graffiti en 2009

  • 4 Cette restauration a été menée par Mélanie Curdy avec Géraldine Fray et Cécile Bringuier, dans le c (...)
  • 5 Treize de ces graffiti ont été présentés dans l’exposition intitulée Des noms sur des murs. Les gra (...)

9Suite à l’étude de l’architecte en chef des Monuments historiques, une reconstitution à l’identique des huisseries Prouvé est décidée pour une partie de la cité. Il s’agit des quatre premières travées correspondant aux « escaliers des départs » où étaient concentrés les « déportables », la veille de leur déportation. C’est lors du changement de ces huisseries coulissantes nécessitant la dépose de la contre-cloison que de nouveaux graffiti sont découverts en 2009 (fig. 3 et 4). Dès cette période, sous l’égide du Comité de pilotage autour de l’avenir de la cité de la Muette et de la gare de Bobigny, animé par le préfet de région puis le préfet de Seine-Saint-Denis, une cellule de veille est constituée dans l’éventualité de la découverte de graffiti à l’occasion de ces travaux, envisagés depuis 2007 mais retardés. Réunissant l’ensemble des partenaires concernés, cette cellule est activée dès la première découverte sur le revers d’un mur de façade. Très rapidement, les ouvriers sensibilisés alertent sur la présence de graffiti inscrits sur des carreaux de plâtre servant de contre-cloison. Environ 700 de ces carreaux, déposés et stockés avec soin par leur propriétaire, l’Office public de l’habitat (Oph) de Seine-Saint-Denis, sont restaurés en 2011 sous la responsabilité scientifique du service du patrimoine culturel du département de la Seine-Saint-Denis, avec le soutien de la Drac Île-de-France4. Tous les carreaux sont analysés, numérotés et répertoriés systématiquement dans une base de données, ceux recouverts de graffiti étant photographiés par Jean-Bernard Vialles qui photographie aussi ceux déjà connus du camp de Drancy, ceux des caves-prisons et ceux dits « du conduit de cheminée ». Enfin, en 2012, l’Oph de Seine-Saint-Denis cède les graffiti sur carreaux de plâtre aux Archives nationales. Ils sont désormais conservés dans le Centre des archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine5.

Fig. 3

Fig. 3

Graffiti sur carreau de plâtre formant contre-cloison découvert en 2009 et restauré en 2011 : « Lonker Otton / Lonker Mindel / déportés le 11 février 1943 / destination inconnue / Vive la France »

(© Jean-Bernard Vialles, région Île-de-France, Inventaire général du patrimoine culturel, département de la Seine-Saint-Denis, Archives nationales, Adagp, 2011)

Fig. 4

Fig. 4

Graffiti sur carreau de plâtre formant contre-cloison découvert en 2009 et restauré en 2011 : « RODOLPHE / Szmidt / 5 mars / 1943 » « Bernard Szejwac / 5 Mars / 1943 » « Sonia Popiolek / Victor Popiolek 5 / B. Gerszanowitz 194[3], [Ger]szanowitz […] »

(© Jean-Bernard Vialles, région Île-de-France, Inventaire général du patrimoine culturel, département de la Seine-Saint-Denis, Archives nationales, Adagp, 2011)

10Les graffiti découverts en 2009 l’ont été dans les anciennes chambrées situées dans les étages, sur des contre-cloisons intérieures constituées de carreaux de plâtre, bruts ou couverts d’un badigeon. Gravés ou écrits au crayon, ils ont été inscrits très majoritairement par des internés juifs mais certains proviennent d’internés « suspects de collaboration » après la Libération. Des dessins y côtoient des messages. Le plus ancien dont on connaisse la date a été inscrit le 21 août 1941, second jour de la rafle, et coïncide avec la nouvelle affectation du camp, son auteur indiquant son nom et la date de son arrivée au camp. Cette pratique se poursuit mais s’y ajoute bientôt une autre information : la date de départ. Adressés à tous et pour mémoire, ces graffiti deviennent un rituel pour de nombreux « déportables », la veille ou le jour de la déportation. Ces noms inscrits sur les murs ont été croisés avec les informations recueillies par le mémorial de la Shoah, le Centre de documentation juive contemporaine, et les archives du Service historique du ministère de la Défense. En effet, après-guerre, le ministère des Anciens combattants et des Victimes de guerre se devait, pour des raisons morales mais aussi administratives et juridiques, de répondre aux familles sur le sort de leurs proches déportés. Après recherches et en cas d’absence d’information sur les disparu(e)s, le ministère prononçait le décès, en application, notamment, de la loi du 30 avril 1946, en ajoutant 5 jours à la date de déportation. L’arrêté était ensuite publié au Journal officiel de la République française. Croisées, toutes ces informations ont permis de retrouver, de la façon la moins lacunaire possible, l’identité de ces personnes et de perpétuer ainsi leur mémoire.

Une exposition complétée d’un catalogue scientifique

11Ce travail de recherches a ensuite été systématisé à l’ensemble des graffiti connus du camp de Drancy afin de pouvoir en dresser le catalogue scientifique exhaustif. Contrairement aux graffiti sur carreaux de plâtre, les graffiti du conduit de cheminée et des caves-prisons sont majoritairement dus à des personnes suspectes de collaboration, internées dans le camp entre la fin août 1944 et le début de l’année 1946. À côté des graffiti des juifs de France qui les ont précédés dans le camp, certains de ces suspects témoignent à leur tour en inscrivant leurs noms et prénoms, la date de leur détention dans les caves-prisons ou celle de leur internement sur le conduit de cheminée. Volontairement, ces graffiti sont reproduits mais non documentés. Si leur intérêt historique et documentaire est bien réel, ils relèvent plus du « graffiti de détention », au sens général du terme, et n’ont pas la spécificité du sort des juifs de France. Enfin, les techniques diffèrent : dans les caves ayant servi de prison pendant la guerre, les graffiti furent inscrits (au crayon, à la craie) sur les structures en béton et les murs de brique.

12Au-delà des graffiti du conduit de cheminée et des caves-prisons, une recherche systématique des photographies de graffiti a été entreprise. Celles-ci furent prises en marge des cérémonies commémoratives en 1946 et 1947, une fois le camp-cité définitivement libéré de toute affectation d’internement. Très rares, elles sont l’œuvre de survivants ou des familles de déportés. Disparus lors du réaménagement de la cité en 1949, ces graffiti se situaient, semble-t-il, dans les chambrées mais aussi dans les cages d’escalier et au rez-de-chaussée de la cité transformée en camp. Ces photographies anciennes nous donnent à voir leur foisonnement et leur concentration sur certains murs, malheureusement non localisés. S’y côtoient des dessins (portraits, nus féminins, caricatures politiques ou dessins humoristiques, enfin un dessin d’adieu mêlant texte et image), des slogans (« Vive la France », « On les aura », « Mort aux vaches ») et des noms et prénoms, le plus souvent associés à une date. Jour d’arrivée, de départ, ou les deux, ces graffiti sont ceux des « déportables » ; s’y ajoutent des formules telles que « bon moral », « destination inconnue », souvent reprises, ou des propos plus personnels, témoignant de leur espoir : « gonflé à bloc », ou de leur désespoir : « merci quand même à la France ». Certains sont très courts et laconiques quand d’autres sont au contraire très précis, détaillant parcours et dates d’internements successifs jusqu’à Drancy. Sur ces photographies enfin n’apparaît aucun graffiti de « suspects de collaboration avec l’ennemi », et une seule atteste de la courte incarcération de soldats allemands qui ont reproduit la pratique des « déportables ».

  • 6 En 1951, le musée bénéficie du don de l’organisation américaine Jewish Restitution Successor Organi (...)

13À la faveur des dons des familles de victimes (en cours de traitement ou à venir), il est probable que de nouveaux clichés de graffiti de cette période apparaîtront prochainement. Ces documents sont principalement conservés au mémorial de la Shoah, Centre de documentation juive contemporaine, créé dans la clandestinité à Grenoble en 1943. Quelques-unes appartiennent au Musée d’art et d’histoire du judaïsme, héritier en 1998 du Musée d’art juif de la rue des Saules, à Paris 18e, créé en 19486. Enfin, de rares photographies se trouvent en Israël, au mémorial de Yad Vashem et dans les Archives des combattants du ghetto. Elles sont pour la première fois réunies dans l’ouvrage publié en 2014 (Pouvreau et al. 2014).

14Par leur nombre, leur forte représentativité de l’histoire du camp (août 1941-août 1944), les graffiti sur carreaux de plâtre ont complété un corpus jusqu’alors trop partiel. Enfants, femmes et hommes seuls, familles, tous ont voulu laisser une trace personnelle, leur nom, un poème, un dessin « pour mémoire ». À travers leurs parcours particuliers et souvent exemplaires, c’est la singularité mais aussi la diversité des 63 000 victimes déportées depuis le camp de Drancy qui sont ici restituées, à rebours du projet nazi qui, en les exterminant, voulait effacer toute trace de leur existence. Systématisé, le travail de recherche historique croisant les archives disponibles a permis de restituer un nom, parfois une photographie (de famille, d’identité) mais aussi l’itinéraire, « des bribes de la vie broyée » de ces auteurs et autrices, venant de toute la France occupée (zones nord, sud, « italienne », « interdite » et annexée). Complété par quelques témoignages d’auteurs de graffiti ayant survécu, qui nous éclairent sur ce rituel du départ, ce corpus constitue dès lors une introduction sensible, une invitation à des allers-retours entre « micro- » et « grande » histoire, pour connaître et comprendre ce que fut la persécution des juifs en France durant la Seconde Guerre mondiale.

Chantiers à venir

  • 7 Merci à Sylvie Zaidman, Christel Margottin, Rosella Lowenski, Jean-Pierre Legendre, Thomas Fontaine (...)

15Ce travail aujourd’hui achevé, il convient de poursuivre la revalorisation du site, désormais clairement engagée. La construction du mémorial de la Shoah de Drancy et son inauguration par le président de la République en septembre 2012 témoignent de ce renouveau (fig. 5). Outre les huisseries, les entrées et les cages d’escaliers vont être prochainement restaurées sous l’égide d’un architecte en chef des Monuments historiques, en étroite concertation avec l’Oph de Seine-Saint-Denis et la Drac Île-de-France. De même, le réaménagement de la cour centrale est envisagé. Dans ce cadre, l’ensemble des partenaires continue d’être mobilisé. Après avoir commandité la réalisation d’une étude urbaine et architecturale en vue d’établir un schéma directeur des aménagements futurs du site et de ses abords, la municipalité de Drancy travaille à une nouvelle étude dédiée cette fois au tunnel protégé en 2001. À cette fin, le service du patrimoine culturel du département de la Seine-Saint-Denis apporte ses compétences archéologiques au côté du service régional de l’archéologie d’Île-de-France qui prévoit, en 2015, une fouille programmée de la cour centrale, également classée. Enfin, la sanctuarisation complète des caves-prisons devrait permettre d’y mener une campagne de restauration des graffiti dont pourront également bénéficier ceux du conduit de cheminée. L’ensemble de ces projets achèvera de démontrer combien ce classement au titre des Monuments historiques, qui fit polémique en 2001 (Choay 2002), s’avère finalement fructueux pour l’histoire et la mémoire du camp comme pour la reconnaissance des qualités architecturales et urbaines de la cité7 (Dolff-Bonekämper 2001 ; Wieviorka 2001 ; Guigueno 2011).

Fig. 5

Fig. 5

Le mémorial de la Shoah de Drancy, inauguré par le président de la République en septembre 2012. Conçu par l’architecte suisse Roger Diener, ce bâtiment fait face à la cité et à l’espace commémoratif qui se reflète au niveau du rez-de-chaussée de l’édifice

(© Jean-Bernard Vialles, région Île-de-France, Inventaire général du patrimoine culturel, département de la Seine-Saint-Denis, Adagp, 2013)

Haut de page

Bibliographie

Betsch W. 2010. Drancy ou le travail d’oubli. Londres, Thames & Hudson.

Choay F. 2002. « Cité de la Muette, Drancy : le culte patrimonial », Urbanisme, 325, juillet- août 2002 : 90-92.

Curdy M. 2012a. « L’étude préalable et la conservation – restauration des graffiti des internés au camp de Drancy », CeROArt, revue électronique, mis en ligne le 19 juin 2012 : http://ceroart.revues.org/2598.

Curdy M. 2012b. « Les graffiti des internés au camp de Drancy, Étude préalable et restauration », Patrimoine 2012, Revue de l’Institut national du patrimoine, 8.

Dolff-Bonekämper G. 2001. « Les vestiges du camp de Drancy… », Bulletin de Docomomo France, 6.

Fontaine T. 2013. Déporter. Politiques de déportation et répression en France occupée. 1940-1944. Université Paris I, thèse d’histoire.

Guigueno V. 2011. « Peut-on entrer dans l’histoire de la Shoah par la fenêtre ? L’aménagement de la cité de la Muette (Drancy), entre devoir de mémoire et politique du patrimoine », in : J.-Y. Andrieux (dir.), Patrimoine. Sources et paradoxes de l’identité. Rennes, PUR : 219-228.

Klarsfeld S. 2001. La Shoah en France. Paris, Fayard, 4 tomes.

Klarsfeld S. 2012. Mémorial de la déportation des Juifs de France. Paris, Association des fils et filles de déportés juifs de France (Ffdjf).

Legendre J.-P. 2013. « Vestiges des camps d’internement de la Seconde Guerre mondiale », Archéologia, 509 : 40-65.

Peschanski D. 2002. La France des camps. L’internement 1938-1946. Paris, Flammarion.

Pouvreau B. dir., Curdy M., Peschanski D. & Zimmer T. 2014. Les graffiti du camp de Drancy. Des noms sur des murs. Courtrai, CG93, éditions Snoeck.

Poznanski R. 1994. Être juif en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Paris, Hachette.

Rajsfus M. 2012. Drancy. Un camp de concentration très ordinaire, 1941-1944. Paris, Le Cherche Midi.

Wieviorka A. 2001. « Drancy : un monument historique ? », L’Histoire, 257, septembre 2001 : 24-25.

Wieviorka A. & Laffitte M. 2012. À l’intérieur du camp de Drancy. Paris, Perrin.

Zimmer T. 2014. « Drancy, monument historique », in : B. Pouvreau (dir.), M. Curdy, D. Peschanski, T. Zimmer, Les graffiti du camp de Drancy. Des noms sur des murs, Courtrai, Département de la Seine-Saint-Denis, éditions Snoeck : 89-93.

Haut de page

Notes

1 Parmi les camps de la Seconde Guerre mondiale protégés au titre des Monuments historiques, il faut souligner la décision, très précoce et très politique, de classement du camp de Natzweiler-Struthof dès 1951. Prise après celle concernant le village d’Oradour-sur-Glane, intervenue en 1946, elle reste peu représentative puisque l’essentiel des mesures de protection a été pris à la fin du xxe  ou au xxie siècle. Le camp des Milles a été classé en 1993 (Cmh), puis le camp de Rivesaltes a été inscrit (Ismh) en 2000. Ont suivi le camp de Drancy en 2001, une inscription ajoutée aux Milles en 2004 et les camps de Voves (Ismh 2004), de Montreuil-Bellay (Ismh 2010, Cmh 2012), de Judes et son cimetière espagnol (Ismh 2011), enfin, le camp du Moulin du Lot (Ismh 2012). Subsistent quelques anomalies, tel le sanatorium d’Aincourt, protégé dès 1999 au titre de son architecture, sans aucune mention de son utilisation comme camp durant la Seconde Guerre mondiale malgré le travail de mémoire porté par les associations d’anciens internés.

2 Cité de la Muette (Drancy) [029inv052] – Notice de site publiée dans la base documentaire de L’Atlas du Patrimoine de la Seine-Saint-Denis : http://www.atlas-patrimoine93.fr.

3 Mal situé lors de la première protection, le tunnel fait l’objet d’un second arrêté de classement le 6 mai 2002 spécifiant l’ensemble des parcelles concernées (parcelles BZ 104, 54, 52, 103).

4 Cette restauration a été menée par Mélanie Curdy avec Géraldine Fray et Cécile Bringuier, dans le cadre d’un partenariat avec le département des restaurateurs de l’Institut national du patrimoine. Un atelier de restauration a été spécifiquement dédié à ce projet, qui a duré un an (Curdy 2012a et b).

5 Treize de ces graffiti ont été présentés dans l’exposition intitulée Des noms sur des murs. Les graffiti du camp de Drancy, 1941-1944 au mémorial de la Shoah à Paris puis aux Archives départementales à Bobigny et enfin au nouveau mémorial de la Shoah de Drancy, en 2012-2014.

6 En 1951, le musée bénéficie du don de l’organisation américaine Jewish Restitution Successor Organization, chargée de la redistribution des biens culturels juifs spoliés par les nazis.

7 Merci à Sylvie Zaidman, Christel Margottin, Rosella Lowenski, Jean-Pierre Legendre, Thomas Fontaine, Ivan Lafarge et Olivier Meyer.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte postale de la cité de la Muette, légendée : « Les premiers gratte-ciel de la région parisienne ». Datant de 1933 environ, elle est une des rares donnant à voir le U ou fer à cheval, bâtiment de quatre étages construit après les gratte-ciel, les « peignes » et « redents ». Après-guerre, des photographies identiques sont utilisées par les éditeurs de cartes postales qui ne modifient que la légende : « Les gratte-ciel. Camp de concentration tristement célèbre de 1940 à 1944 »
Crédits (édition J. Godneff / Collection Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, 49 Fi /5861)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 2
Légende Vue générale du site : à gauche, le gymnase construit en 1980 qui permit la redécouverte du tunnel, témoin d’une tentative d’évasion en 1943 ; à droite, le mémorial sculpté par Shelomo Selinger et inauguré en 1976 ; derrière celui-ci, le wagon mémorial implanté en 1988 ; et, enfin, la cité de la Muette. Au fond, la nouvelle caserne de gendarmerie mobile qui s’est substituée aux gratte-ciel
Crédits (© Jean-Bernard Vialles, région Île-de-France, Inventaire général du patrimoine culturel, département de la Seine-Saint-Denis, Adagp, 2011)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2604/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 3
Légende Graffiti sur carreau de plâtre formant contre-cloison découvert en 2009 et restauré en 2011 : « Lonker Otton / Lonker Mindel / déportés le 11 février 1943 / destination inconnue / Vive la France »
Crédits (© Jean-Bernard Vialles, région Île-de-France, Inventaire général du patrimoine culturel, département de la Seine-Saint-Denis, Archives nationales, Adagp, 2011)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2604/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig. 4
Légende Graffiti sur carreau de plâtre formant contre-cloison découvert en 2009 et restauré en 2011 : « RODOLPHE / Szmidt / 5 mars / 1943 » « Bernard Szejwac / 5 Mars / 1943 » « Sonia Popiolek / Victor Popiolek 5 / B. Gerszanowitz 194[3], [Ger]szanowitz […] »
Crédits (© Jean-Bernard Vialles, région Île-de-France, Inventaire général du patrimoine culturel, département de la Seine-Saint-Denis, Archives nationales, Adagp, 2011)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2604/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Fig. 5
Légende Le mémorial de la Shoah de Drancy, inauguré par le président de la République en septembre 2012. Conçu par l’architecte suisse Roger Diener, ce bâtiment fait face à la cité et à l’espace commémoratif qui se reflète au niveau du rez-de-chaussée de l’édifice
Crédits (© Jean-Bernard Vialles, région Île-de-France, Inventaire général du patrimoine culturel, département de la Seine-Saint-Denis, Adagp, 2013)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2604/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Pouvreau, « La stratigraphie complexe du camp de Drancy », Les nouvelles de l'archéologie, 137 | 2014, 34-39.

Référence électronique

Benoît Pouvreau, « La stratigraphie complexe du camp de Drancy », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/2604 ; DOI : 10.4000/nda.2604

Haut de page

Auteur

Benoît Pouvreau

Service du patrimoine culturel, Conseil général de la Seine-Saint-Denis,
bpouvreau@cg93.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org