Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie moderne et contemporaine

Une archéologie de la guerre de siège moderne (xviie-xviiie siècles) à l’échelle européenne

Séverine Hurard, Yann Lorin et Arnaud Tixador
p. 19-24

Résumé

L’archéologie de la guerre de siège des périodes modernes est aujourd’hui en pleine expansion. Du champ de bataille au champ de recherche, l’archéologie révèle aujourd’hui les traces de l’engagement militaire réalisé, vécu, et expérimenté, les conditions de vie de la société des gens de guerre et sa complexité. Face à un objet d’une telle ampleur, les changements d’échelle de lecture sont indispensables. La confrontation des données archéologiques et historiennes sur le sujet doit être une source d’enrichissement des connaissances sur les sociétés militaires d’Ancien Régime.

Haut de page

Texte intégral

1La guerre de l’Époque moderne n’a pas connu le même développement que celle de la période contemporaine. Les champs de bataille modernes ont largement été laissés aux historiens.

2La faiblesse des données ne permettait pas nécessairement d’en faire une véritable analyse. Depuis une dizaine d’années, grâce en partie au développement de l’archéo-logie préventive, l’apport de données plus abondantes permet de proposer une approche sédimentaire et matérielle du sujet, surtout concentrée autour des xviie et xviiie siècles. Plus qu’un renouvellement de la question, il s’agit de l’émergence d’un champ où tout ou presque reste à faire. C’est d’ailleurs largement le cas des pratiques militaires modernes (xvie-xviiie siècles).

3La guerre de siège offre à l’archéologie les témoignages matériels du champ de bataille dans une version statique où la préparation et l’attente des troupes armées sont les meilleurs atouts de l’archéologue qui récoltera peut-être les fruits, inscrits dans le sol, de cet investissement. L’attaque d’une place forte, le blocus organisé censé empêcher tout secours ou approvisionnement, nécessitent d’importants moyens logistiques et humains, la concentration des efforts sur quelques points précis pendant un temps limité. La guerre de siège offre donc un instantané de la société militaire et permet, en explorant la périphérie des anciennes places fortes, de se mettre dans le camp de la force d’invasion qui, à 450 m de la citadelle, commence les travaux -d’approche et stationne ses armées.

4L’archéologie est en mesure d’éclairer l’engagement militaire réalisé, vécu et expérimenté, les conditions de vie de la société des gens de guerre et sa complexité. Face à un objet d’une telle ampleur, les changements d’échelle de lecture sont indispensables. La confrontation des données archéologiques et archivistiques doit être une source d’enrichissement des connaissances sur les sociétés militaires d’Ancien Régime.

La conquête de l’Europe

5L’archéologie de la guerre de siège moderne est par nature européenne puisque les nombreux conflits qui agitèrent les puissances occidentales à l’âge classique engagèrent l’Espagne, les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Angleterre. Au cœur de leurs rivalités, l’Artois, les Flandres et les Pays-Bas, où une forte concentration de places fortes permettait le jeu de la guerre de position, furent les principaux champs de bataille des xviie et xviiie siècles. Ces pays partageaient d’ailleurs une culture militaire -commune, favorisée par une large diffusion des méthodes et des techniques d’une poli-orcétique dont les progrès étaient surtout liés à ceux de l’artillerie et des armes à feux. Il est donc logique qu’à travers l’Europe, les témoignages matériels collectés montrent une bonne homogénéité. À cela, il faut également ajouter qu’il est possible de lire, à Valenciennes, Luxembourg ou Maastricht par exemple, les vestiges d’une même armée en déplacement, celle de Louis XIV.

6Bien qu’il ne soit pas encore question d’une recherche européenne, la récurrence des découvertes et la cohérence des données permettent d’ores et déjà une multiplication des échanges qui semble prometteuse. Si les recherches sont encore disparates, allant de quelques structures à des fouilles de grande ampleur, la multiplication des occurrences à travers l’Europe reflète sans doute une meilleure prise en compte des sites relatifs à la guerre de siège et un intérêt résolument croissant pour le sujet.

7Les données françaises récemment collectées sont souvent plus abondantes du fait des surfaces appréhendées. D’importants ouvrages de terre élevés pour les sièges sont aujourd’hui redécouverts à la faveur de fouilles préventives, à la périphérie des villes d’Arras, de Douai ou de Lille. Le présent article s’appuie essentiellement sur trois opérations dont les résultats sont en cours d’exploitation : Aire-sur-la-Lys (Yann Lorin), Valenciennes (Arnaud Tixador) et Saint-Germain-en-Laye (Séverine Hurard).

8Les opérations menées depuis 2004 à Famars (Nord) ont permis au service archéologique de Valenciennes et à -l’Inrap d’examiner, sur une dizaine d’hectares, les vestiges des quatre sièges successifs (1567, 1656, 1677, 1793) qu’a connus Valenciennes. Les fouilles conduites dans le village de Famars, systématiquement employé comme base arrière par les assiégeants, ont en effet pu recouper les lignes de fortifications et les cantonnements militaires (Tixador 2014).

9À Aire-sur-la-Lys (Nord), une vaste emprise de 15 hectares a livré les vestiges des sièges répétés entre les xviie et xviiie siècles. Un fort en forme de bastion étoilé, dit « Fort de Bretagne », a été reconnu sur près d’un hectare. Deux réseaux fossoyés de circonvallation ont été perçus respectivement sur 340 et 380 m de long, et une partie du cantonnement des troupes espagnoles du siège d’août-décembre 1641 (guerre de Trente Ans), matérialisé par des séries de baraques excavées, a été reconnue (Lorin 2005).

10Le fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), exploré en 2011 et 2012, illustre de manière massive et inédite l’entraînement des troupes d’élite de la maison militaire du roi à la guerre de siège. Menée sur une surface de 28 hectares, la fouille a permis d’exhumer un site militaire dont on ne savait rien ou presque malgré sa taille et son importance. Construit à l’instigation de Louis XIV, deux camps successifs y accueillirent, entre 1669 et 1671, de 9 000 à 30 000 hommes pour les former à la poliorcétique (Hurard & Rochart 2013 ; Hurard 2014). 3 500 structures archéologiques, cahutes, puits, latrines, cuisines ou tranchées d’approche, ainsi que 1 800 m de fossés défensifs, donnent la mesure des aménagements militaires mis au jour. L’ampleur de la fouille et l’abondance des données recueillies en font aujourd’hui un site de référence sans équivalent.

11Dans le reste de l’Europe du Nord-Ouest, les occurrences sont au moins aussi nombreuses, mais les données peut-être moins abondantes. Les enceintes successives de la ville de Maastricht font l’objet d’une surveillance soutenue depuis les années 1980 (Dijkman 1999) mais, jusqu’à présent, aucune intervention n’a pu être menée sur les lignes de circonvallation des sièges successifs, notamment celui du célèbre siège de 1673 où fut tué d’Artagnan. Les informations recueillies sont souvent éparses. À Gasperich, au Luxembourg, Laurent Brou et Robert Wagner (service d’archéologie préhistorique du Musée national d’histoire de l’art du Luxembourg) ont fouillé en 2011 un ensemble de structures liées au siège de la ville par les troupes de Louis XIV en 1684, pendant la guerre des Réunions, et mis au jour les structures de campement matérialisées notamment par d’imposantes batteries de cuisine collectives, regroupées sur près de 90 foyers (Wagner 2011). Dans le Brabant belge, la récente découverte d’éléments d’un camp militaire relatifs au siège de la forteresse de Louvain en 1635, pendant la Guerre de Trente Ans, devrait donner lieu à une fouille de grande envergure (Marc Brion, service régional archéologique du Brabant) ; en Wallonie, plusieurs campements des xvie et xviie siècles ont été détectés près de Namur ainsi qu’à Frameries (Siebrand & Colette 2014 ; Denis 2014), et à Gislenghien, l’un des sièges d’Ath (1667 ou 1697) pourrait être matérialisé (Tixador 2014).

Ouvrages fortifiés et vestiges de l’engagement militaire

12La guerre de siège exige le déplacement de troupes composées de plusieurs dizaines de milliers d’hommes, de chevaux, de vivres et de munitions. De cette guerre de position et d’usure subsistent essentiellement deux types de vestiges : les vestiges de l’engagement tactique liés aux pratiques de poliorcétique, au combat ou à l’exercice (tranchées, mines, fossés, fortifications) ; les vestiges du stationnement des troupes, relatifs aux pratiques de castramétation (baraques, tentes, caves, latrines ou puits).

13Le signal le plus manifeste de la guerre de siège, et souvent le premier repéré, est l’ouvrage fortifié.

14Les lignes de fortifications, circonvallation et contrevallation, qui encerclent la place forte à réduire sont des ouvrages de campagne non pérennes composés de terre et de bois. La plupart du temps, ces fortifications ont été rapidement arasées, rebouchées, et n’en sont conservées que les parties creusées, talus et remparts ayant disparu. Sans reconnaissance archéologique, leur fragilité les expose à un risque particulièrement élevé de disparition, sous la pression des aménagements et de l’intensification des pratiques agricoles (Courtney 2001).

15Ces importants réseaux fortifiés, munis de bastions et de redans, se signalent par la taille des dispositifs et l’importance des mouvements de terre qu’ils nécessitent. Mais les fossés, même rebouchés, ne passent pas inaperçus. Si les fortifications de Lille ou Maastricht, ouvrages urbains permanents, atteignent sans difficulté 20 m de large pour 7 m de profondeur, rempart compris (Dijkman 1999), les ouvrages de campagne sont souvent plus modestes mais représentent néanmoins de très importants terrassements.

16À Aire-sur-la-Lys, la redoute de campagne correspond à un ouvrage fortifié de plus d’un hectare de surface muni de quatre bastions (fig. 1). Ceux du fort Saint-Sébastien – le premier occupe un quadrilatère de 650 sur 500, muni de bastions d’angle et de redans (fig. 2) – sont matérialisés par d’impressionnants réseaux de fossés de 7 à 12 m de large pour 3 m de profondeur conservée.

Fig. 1

Fig. 1

Vue d’ensemble du site d’Aire-sur-la-Lys et du « Fort de Bretagne »

(Y. Lorin, Inrap)

Fig. 2

Fig. 2

Plan général des deux camps d’entraînement dits fort Saint-Sébastien de Saint‑Germain-en-Laye

(S. Hurard, P. Raymond, Inrap)

17Il ne s’agit donc en aucun cas d’ouvrages improvisés et construits à la hâte, tout éphémères qu’ils soient. Les travaux d’implantation, sans doute effectués en quelques semaines seulement, sont un préalable dont la bonne exécution et la bonne préparation conditionnent l’issue du siège. L’ouvrage doit résister à l’érosion mais aussi aux assauts de l’artillerie. À Saint-Germain, l’escarpe du fossé du premier ouvrage présente même un parement d’argile crue, rigoureusement maçonné, dont on ne connaît aujourd’hui aucun autre équivalent, toutes périodes confondues. Le soin apporté à la protection de l’escarpe est ici d’autant plus étonnant qu’il ne s’agit que d’un fort d’entraînement, utilisé lors d’une seule campagne de quelques mois.

18Les terrassements nécessitent un outillage spécialisé – pioches, haches, pelles, bêches… –, qui a été découvert à Saint-Germain comme à Maastricht (Dijkman 2003), et une main-d’œuvre abondante recrutée chez les soldats mais aussi chez les civils. Vauban préconisait l’utilisation de 15 000 à 18 000 hommes.

19Difficiles à détecter, d’autres fossés de dimensions beaucoup plus modestes peuvent être aisément confondus avec de simples réseaux parcellaires. Il s’agit des réseaux de tranchées en zigzag, dites tranchées d’approche, creusées afin de permettre l’avance des troupes à l’abri des tirs d’enfilade des assiégés pendant que le point faible, bastion ou porte, est battu en brèche par l’artillerie (Childs 2004). Positionnés dans un rayon de 450 m autour d’une place forte et reliés par des parallèles de centaines de mètres de long, ces réseaux complexes ne peuvent être correctement compris qu’à partir du moment où ils sont dégagés sur d’importantes surfaces.

20Le fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye représente à l’heure actuelle le seul témoignage archéologique de tranchées d’approche pour la préparation tactique des soldats. Directement associées au premier fort et à la campagne d’entraînement de 1669, elles constituent sans doute le prototype d’une technique systématisée par Vauban et utilisée pour la première fois lors du siège de Maastricht en 1673. Outre la précocité du témoignage qu’elles apportent, elles révèlent donc clairement la nature de laboratoire militaire du fort en matière d’évolution de la poliorcétique.

21L’engagement du combat est plus difficile à documenter. De l’armement, dont la découverte peut paraître anecdotique, nous n’avons souvent que les projectiles, boulets de canon (Maastricht) ou balles de mousquets (Maastricht ou Saint-Germain). La rapière du xviie siècle trouvée à Valenciennes est une rareté (Tixador 2004). Plusieurs armes à feu ont été exhumées en 1993 autour de Maastricht. À Saint-Germain, la récurrence des balles de mousquets retrouvées aux alentours d’un redan laisse à penser que des exercices y ont été menés. C’est dans le même secteur que l’on observe une dislocation de l’escarpe maçonnée qui, associée à des structures de retranchement à l’intérieur du fort et à deux impacts sphériques dans la maçonnerie, pourrait résulter d’impacts de tirs de boulets. Ces traces sont peut-être le résultat d’un exercice d’assaut avec brèche ouverte dans le rempart (Hurard & Rochart 2013). Seule la fouille d’une sépulture collective de quatre soldats inhumés à Maastricht lors du siège de 1673 Maastricht témoigne d’un engagement physique au combat et d’une pratique de l’inhumation d’urgence (Dijkman 2003).

Vestiges du déplacement de masse : le quotidien de la société des gens de guerre

22L’archéologie de la guerre de siège introduit aussi à la société des gens de guerre en renseignant sur leur culture matérielle. Cette approche est rendue possible grâce à la multiplication des découvertes des zones de campement des forces d’invasion déployées derrière les lignes de circonvallation. À bien des égards, ces campements relèvent d’une archéologie de l’habitat rural, de la structure en creux, pas toujours très lisible et peu spectaculaire. Ils représentent pourtant une véritable mine d’or pour comprendre les pratiques sociales des sociétés militaires.

23Si les latrines, les puits ou les caves sont imposantes, l’essentiel des vestiges est relativement ténu. De faibles creusements matérialisent les alignements de tentes, légères, en toile ou plus souvent en branchages. Ces alignements sont perçus grâce à la présence et à l’organisation des annexes qui les entouraient, et dont la plus représentative est certainement la structure de combustion. Foyers ou potagers ont été identifiés en grand nombre sur les sites de Gasperich au Luxembourg, à Famars et à Saint-Germain, où l’on en compte plusieurs centaines. Retrouvées partout, de vastes fosses rubéfiées, batteries de cuisson interprétées comme les vestiges des cuisines servant à la préparation des rations, semblent constituer un marqueur caractéristique des sites liés à la guerre de siège des campagnes de Louis XIV.

24L’analyse du quotidien de la société des gens de guerre est fortement liée à la qualité et à la diversité des assemblages de mobilier mis en évidence. Pots tripodes, pipes en terre cuite, épingles, compas d’artillerie, monnaies, bouteilles d’eau de Spa, verres à jambe ou dés à jouer composent un témoignage varié des modes de vie des soldats, de leurs pratiques de consommation et de leurs types d’approvisionnement. À Saint-Germain, où ils sont particulièrement abondants, artefacts et ecofacts délivrent une image rare des modes de vie d’une société militaire reliée à la société civile – vivandiers, marchands ambulants ou lingères suivant les troupes en déplacement (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Culture matérielle et consommation au fort Saint-Sébastien

(L. Petit, Inrap)

25Modes d’approvisionnement, diversité des ressources, gestion des contingents militaires, des temps d’attente et du quotidien apparaissent à la faveur d’une confrontation entre les données de terrain et celles recueillies dans les sources écrites. La richesse et la diversité du mobilier témoignent également des pratiques de distinction sociale. Elles sont en effet révélatrices de la diversité des conditions et des niveaux de vie comme des inégalités d’accès à diverses ressources, au sein de régiments de cavalerie et d’infanterie où se côtoient simples fantassins, capitaines, lieutenants ou maréchaux de camp, et où entrent en concurrence hiérarchies nobiliaire et militaire. L’archéologie est ainsi en mesure de renseigner sur la société de guerre dans sa diversité et sa complexité. L’étude des données archéologiques récoltées à Saint-Germain, qui reflètent plus les modes de vie de la troupe que ceux de l’élite des officiers ou de l’état-major, éclaire ainsi d’un jour nouveau les conditions de vie et d’exercice des militaires les plus modestes, rarement pris en compte par les textes.

Guerre de siège et archéologie des grands travaux : le changement des échelles de lecture

26La guerre de siège est une guerre des très grands terrassements. La taille des structures fortifiées et les surfaces qu’elles bouleversent peuvent donner le vertige. Lignes de fortifications, de contrevallation, tranchées d’approche, fortins, redoutes, parcs d’artillerie, parcs à vivre et cantonnements se déploient sur des surfaces de plusieurs centaines d’hectares. La ligne de circonvallation du siège de Maastricht lors du siège de 1673 mesurait 14 km, celle de Lille en 1708, 26 km. Le premier camp d’entraînement miniature du fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye couvrait une surface de 32 ha, le second s’étendait sur 192 ha pour le second et une ligne de circonvallation se déployait sur près de 4 km. Sur les 28 hectares dégagés, nous estimons n’avoir fouillé qu’un tiers du premier camp et un dixième du second. De facto, il s’agit d’une archéologie des grands travaux. L’engagement des moyens archéologiques est à la mesure de l’engagement des moyens militaires et des enjeux. Pour fouiller ce genre de site, on peut difficilement se dispenser des outils mécaniques. Habilement articulée avec des techniques plus traditionnelles, la fouille mécanisée permet d’accélérer l’exploration des ouvrages fortifiés, à l’origine creusés et rebouchés à la main. À Maastricht, l’opération nécessita la réquisition de 7 000 paysans. À Saint-Germain, les 1 800 m de fossés fouillés ont produit 30 000 m³ de déblais qui ont été stockés en cordon de plusieurs mètres de haut sur la contrescarpe du fossé, reconstituant le rempart de terre à l’origine construit au-dessus de l’escarpe. Et si, à Saint-Germain, les fossés ont fait l’objet d’un dégagement intégral motivé par l’existence de la maçonnerie en argile crue, à Aire-sur-la-Lys, les terrassements n’ont eu lieu que sous forme de sondages ponctuels.

27La taille des aménagements militaires impose d’agrandir les fenêtres d’observation qui, trop petites, n’aident pas à comprendre l’organisation spatiale et sociale de ces vastes dispositifs. Au mieux, les données trop éparses viennent compléter les corpus de structures et de mobilier. Limiter la fouille à quelques centaines ou milliers de mètres carrés, voire à quelques hectares, empêche de prendre la vraie mesure du sujet. La surface de décapage est donc primordiale afin d’appréhender des ensembles cohérents.

28L’étude de ce type de site impose le changement des échelles de lecture. De la structure au site, il faut évidemment aller à celle du territoire. On pourrait considérer l’archéologie de la guerre de siège comme une des facettes de la Landscape Archaeology (Courtney 2001). Les méthodes non invasives sont évidemment privilégiées, par exemple une reconnaissance des ouvrages fortifiés en prospection aérienne pour localiser les fortifications du siège français d’Amiens de 1597 (Agache 2000), ou l’analyse des documents cartographiques afin de repérer les vestiges des lignes françaises dressées par Vauban entre Ypres et Comines en Belgique (Blanchaert & Bourgeois 2010). L’utilisation du Lidar est également favorisée dans les cas où la morphologie particulière des fortifications permet de les identifier au sein d’un nombre d’anomalies qu’il n’est pas toujours facile de caractériser. À Saint-Germain-en-Laye, la fouille du fort a été l’occasion de mettre en œuvre une étude archéogéographique visant à mesurer l’impact de l’implantation du site militaire dans la transformation du paysage et des réseaux. Les modalités de son insertion géographique, les ruptures qu’elle a entraînées dans les logiques de circulation et de franchissement de la boucle de la Seine, apparaissent à la faveur d’une comparaison avec les sources écrites et cartographiques.

Discours d’état et guerre vécue

29Archives textuelles, documents cartographiques et planimétriques, dessins, gravures et peintures de genre sont autant de sources sur les expressions, les discours et les représentations entraînés par la guerre de siège. Leur comparaison met surtout en évidence l’existence de fortes contradictions entre elles. Plus qu’aucun autre sujet, la relation de la guerre et de la bataille est soumise aux filtres de la censure et de la propagande. C’est en particulier le cas de Louis XIV qui trouva dans l’expression militaire et guerrière imposée à toute l’Europe l’un des fondements majeurs de sa légitimité.

30Les supports de propagande exaltant la puissance militaire du roi, auxquels contribuent les gazetiers, les mémorialistes ou les peintres officiels, sont autant de sources précieuses qu’il faut néanmoins décortiquer avec rigueur car elles donnent souvent une image idéalisée de la guerre et de la violence. Les camps y sont bien tenus, les soldats toujours réjouis et correctement équipés. Les écrits littéraires, les gazettes officielles montrent, à propos du site de Saint-Germain, l’image théâtralisée d’une société de cour très imprégnée de la culture de la guerre, relatant à travers des proses panégyriques les revues militaires et autres manifestations organisées autour des visites du roi. La lecture du terrain livre un récit bien différent sur l’organisation sociale, la diversité des ressources disponibles, la pénibilité de la vie de camp de régiments et de bataillons dont on ne sait rien, si ce n’est l’origine géographique quand, à la fin du xviie siècle, l’état civil des conscrits a commencé à être enregistré.

31Les recherches historiques se sont longtemps concentrées sur l’art de la guerre, sur les grands enjeux stratégiques et sur l’apex de la bataille, le moment de l’assaut, le fait d’arme glorieux. Une approche plus anthropologique et sociologique de l’histoire permet aujourd’hui de rééquilibrer la balance. Néanmoins, la préparation de l’assaut, le creusement des tranchées, la vie de camp ne font l’objet d’aucun récit. La guerre de siège vue par l’archéologie, c’est la guerre vécue et expérimentée. Loin des traités théoriques, elle renseigne sur ce qui a été réalisé dans la pratique. Le fort Saint-Sébastien en constitue un exemple patent alors même que, malgré l’éminente qualité de son instigateur, il est loin d’être documenté par des archives pléthoriques. Les mentions lacunaires du premier fort sont heureusement complétées d’un magnifique plan aquarellé le représentant appuyé à la Seine, plan qui s’est révélé être une belle image idéale aux dimensions et formes erronées et qui est sans doute postérieur à la destruction de l’ouvrage. La commande d’agrandissement signée par Louvois en 1670 prévoyait un remplacement pur et simple du fort de 1669 ; l’archéologie prouve que sa condamnation a consisté en un rebouchage, suivi de la mise en place d’une nouvelle fortification et de nouveaux campements orientés de manière différente.

32Malgré l’ampleur des travaux nécessaires à l’édification des forts Saint-Sébastien, la brièveté de leur occupation est une illustration unique et inattendue des prémices de la véritable formation d’une armée de métier à la fin du xviie siècle. En révélant l’importance des enjeux liés à la guerre de siège et l’importance concrète attachée l’apprentissage de la troupe, l’archéologie confirme que les pratiques militaires ont bien été un laboratoire de la rationalisation administrative opérée sous Louis XIV (Drévillon 2005).

Conclusion

33Si, dans bien des cas, rien ne reste d’un champ de bataille après les combats (Freeman 2001), la guerre de siège est définitivement une archéologie du champ de bataille rendue possible par l’investissement dans une guerre de position. Les vestiges de cet engagement, fortement marqués dans le sol, permettent d’appréhender la connaissance des conditions techniques, logistiques et sociales qui précèdent l’affrontement. De tels investissements ne seront réitérés que lors de la Première Guerre mondiale.

34Discipline par excellence de l’analyse spatiale, topographique et de l’adaptation au milieu, l’archéologie livre de la guerre de siège un témoignage matériel rare du champ de bataille et de la conflictualité moderne, qui mérite évidemment d’être enrichi et approfondi. Au-delà de la poliorcétique, les enjeux sont ceux de l’examen des pratiques sociales des gens d’armes et de l’impact d’une très forte culture de guerre sur la société tout entière.

Haut de page

Bibliographie

Agache R. 2000. « La poliorcétique revue d’avion. Le cas du siège d’Amiens par Henri IV », Ramage, 4 : 15-32.

Blanchaert H. & Bourgeois J. 2010. « La localisation des lignes françaises du xviie siècle entre Ypres et Comines (Belgique) : une contribution archéologique et géographique », Revue du Nord, 388 : 9-18.

Childs J. 2004. Warfare in the Seventeenth century. Smithsonian Books, Washington.

Courtney P. 2001. “The archaeology of the early-modern siege”, in : Fields of conflict: Progress and prospect in Battlefield Archaeology, Proceedings of a conference held in the Department of Archaeology, University of Glasgow, April 2000. Archeopress : 105-115.

Denis M. 2014. « Frameries : vestiges de campements militaires (fin xvie-début xviie et xviiie siècle) », Jambes, Service public de Wallonie, Chronique de l’archéologie wallonne, 21 : 130-132.

Dijkman W. 1999. « L’apport de l’archéologie à la connaissance des fortifications urbaines : l’exemple de Maastricht », in : Blieck G., Contamine P., Faucherre N., Mesqui J., Les enceintes urbaines (xiiie-xvie siècle), actes du 121e congrès du Cths, Nice. Paris, éd. du Cths : 101-117.

Dijkman W. 2003. « Archeologische testimonia van de belegering van 1673 », Stichting Historische Reeks Maastricht : 257-265.

Drévillon W. 2005. L’impôt du sang, le métier des armes sous Louis XIV. Paris, Éditions Tallandier.

Freeman P. 2001. “Introduction: issues concerning the archaeology of battlefields”, in : Fields of conflict : Progress and prospect in Battlefield Archaeology, Proceedings of a conference held in the Department of Archaeology, University of Glasgow, April 2000. Archeopress : 1-11.

Hurard S. 2014. Le camp d’entraînement des troupes du Roi, catalogue de l’exposition « Mousquetaires ! », musée de l’Armée, avril-juillet 2014. Paris, Gallimard : 220-221.

Hurard S. & Rochart X. 2013. « Le fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye. Camp d’entraînement des troupes de Louis XIV », in : Actes des journées archéologiques d’Île-de-France : 65-79.

Lorin Y. 2005. « Aire-sur-la-Lys – ZAC du Hameau de Saint Martin », Bilan scientifique régional du Nord-Pas-de-Calais : 127-129.

Siebrand M. & Colette O. 2014. « Namur/Bouge : occupation de Hallstatt et bivouacs des Temps modernes », Jambes, Service public de Wallonie, Chronique de l’archéologie wallonne, 21 : 274-277.

Tixador A. 2004. « Famars, Mont Houy », Bilan scientifique régional du Nord-Pas-de-Calais : 47.

Tixador A. 2014. « Époque moderne et Ancien Régime », in : R. Clotuche (dir.), Famars : parc scientifique du Mont-Houy, Technopole-Transalley. Rapport d’étape annuel : fouilles 2011 à 2013, tranche 1, phases 1 et 2. Inrap Nord-Picardie / Service archéologique municipal de Valenciennes, février 2014 : 111-121.

Wagner R. 2011. Fouilles archéologiques préventives Gasperich – « Grossfeld ». Aménageurs et archéologues : un dialogue réussi. Luxembourg, Musée national d’histoire et d’art.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Vue d’ensemble du site d’Aire-sur-la-Lys et du « Fort de Bretagne »
Crédits (Y. Lorin, Inrap)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 2
Légende Plan général des deux camps d’entraînement dits fort Saint-Sébastien de Saint‑Germain-en-Laye
Crédits (S. Hurard, P. Raymond, Inrap)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2584/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 3
Légende Culture matérielle et consommation au fort Saint-Sébastien
Crédits (L. Petit, Inrap)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2584/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Hurard, Yann Lorin et Arnaud Tixador, « Une archéologie de la guerre de siège moderne (xviie-xviiie siècles) à l’échelle européenne », Les nouvelles de l'archéologie, 137 | 2014, 19-24.

Référence électronique

Séverine Hurard, Yann Lorin et Arnaud Tixador, « Une archéologie de la guerre de siège moderne (xviie-xviiie siècles) à l’échelle européenne », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/2584 ; DOI : 10.4000/nda.2584

Haut de page

Auteurs

Séverine Hurard

Inrap Île-de-France, ArScan, Umr 7041, équipe Archéologies environnementales,
severine.hurard@inrap.fr

Articles du même auteur

Yann Lorin

Inrap Nord-Picardie,
yann.lorin@inrap.fr

Arnaud Tixador

Archéologue municipal de la ville de Valenciennes,
atixador@ville-valenciennes.fr

 

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org