Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie moderne et contemporaine

Mémoires d’outre-monde

Retour d’expérience sur l’archéologie des conflits du xxe siècle dans le Nord-Pas-de-Calais et en Île-de-France
Yves Roumégoux
p. 9-13

Résumé

La prise en compte des sites de mémoire liés aux conflits du XXe siècle en France a bien souvent été le fait de sollicitations issues de pays, principalement anglo-saxons, qui possèdent une approche très différente de celle adoptée en France. En effet, ces nations, qui ont une acception du patrimoine du passé récent plus généreuse que la nôtre, entretiennent un lien très fort avec la mémoire liée aux conflits mondiaux. La confrontation des expériences et des attentes des uns et des autres a sans nul doute permis une meilleure intégration de la prise en compte de ces sites de mémoire dans l'archéologie nationale.

Haut de page

Texte intégral

1Archéologue de formation classique, donc antique comme le plus souvent il y a 40 ans, j’ai suivi un enseignement général en histoire de l’art qui m’a certainement permis d’avoir une appréciation très générale des choses.

Premiers pas dans l’archéologie du récent

2L’aventure du chantier de la Cour Napoléon du Louvre, au milieu des années 1980, fut une expérience pionnière d’ampleur inégalée. Elle nous confronta aux périodes modernes qu’en Grande-Bretagne archéologues et historiens qualifiaient déjà de Post-Medieval, de crainte sans doute de perdre le lien sémantique avec la légitimité chronologique de leurs disciplines. C’est d’ailleurs vers Londres et York, où nos collègues d’outre-Manche développaient des systèmes d’enregistrement stratigraphiques bien plus rigoureux que ceux auxquels nous étions jusqu’alors habitués, que nos regards se tournèrent.

3Les stratégies de fouille appliquées pour appréhender la matérialité d’un quartier de Paris occupé du Moyen Âge au xixe siècle firent leurs preuves et connurent un indéniable succès. Le revers fut sans doute que l’énorme masse d’informations, produite au cours de ces deux années, constituait en soit une somme documentaire telle que l’équipe de publication réduite n’était pas en capacité de la traiter, ce qui provoqua une forme d’embolie de données. L’opération ne connut pas l’épilogue qu’elle méritait. Les archéologues à l’esprit chagrin, tenants de la vraie foi, se réjouirent d’un tel échec qui entacha longtemps la réputation de l’archéologie moderne. En effet, à quoi bon fouiller des vestiges aussi récents puisque tout est dans les textes et le reste dans les musées ? Faute d’avoir pu correctement publier et diffuser les résultats de l’énorme travail d’acquisition de données réalisé, il était difficile de répondre efficacement aux contradicteurs.

4Sans avoir la prétention de fixer une ligne de conduite ni de définir une pratique de l’archéologie pour les périodes récentes, je veux faire part de mon retour d’expérience afin de montrer que la sollicitation nous vient souvent de l’extérieur, d’autres pays dont la culture a depuis longtemps intégré le plus récent dans l’archéologie, sans s’interroger sur les limites et les cloisonnements qu’on impose trop souvent chez nous à l’histoire.

Quand le président s’en mêle

5Le président François Mitterrand a voulu l’organisation des fouilles du quartier du Louvre. De même, il a encouragé la fouille de la tombe d’Alain Fournier et de ses compagnons, tombés en 1914 à Saint-Rémy-la-Calonne (Meuse) mais jamais retrouvés. Réaliser une fouille en 1991 sur une sépulture collective de la Première Guerre mondiale était une première (Boura 1997, 2000). Une partie de la communauté scientifique s’émut à l’époque de voir appliquer ici les méthodes de l’archéologie classique, évoquant la « crainte d’un dévoiement de la discipline » (Duménil 1998).

6Quelques années plus tard, en 1997, toujours en Lorraine, un autre collègue découvrit, à la faveur de travaux routiers, les restes d’un bombardier Lancaster britannique qui s’était écrasé à Fléville (Meurthe-et-Moselle), à son retour d’une mission en Allemagne en 1945. L’analyse des restes permit non seulement d’identifier l’appareil mais encore de rentrer en contact, en Grande-Bretagne, avec les survivants de l’équipage, mettant en évidence l’imbrication de la mémoire vivante avec les résultats acquis sur des sites très récents (Legendre 2000). Mais ces interventions étaient encore très mal perçues par les hautes instances de l’archéologie française et le collègue en question me confia, dix ans après, s’être fait sévèrement rappeler à l’ordre par l’administration centrale, laquelle estimait que les services régionaux n’avaient pas à se compromettre dans ce type d’opération, ne relevant en aucun cas de leurs missions. Il restait donc bien du chemin à parcourir pour faire évoluer les mentalités et nous ne semblions guère en passe de trouver un compromis acceptable avec les contempteurs de l’archéologie du très récent, ce qui nous portait parfois à douter du bien fondé de notre démarche.

L’avènement des grands travaux au xxie siècle et l’évidente confrontation avec le précédent

7Cependant, plusieurs facteurs ont joué en faveur de sa légitimation progressive. Tout d’abord, le développement de l’archéologie préventive – en particulier dans les zones de conflit du nord et de l’est de la France – a mis en évidence, sur de vastes superficies, les traces laissées par la Première Guerre mondiale : tranchées, abris, inhumations parfois assimilables à de véritables sépultures collectives, comme celle mise au jour en 2002 sur le chantier d’Arras Actiparc, qui contenait les dépouilles de 20 soldats britanniques du Lincolnshire Regiment (Desfossés et al. 2008). Il devenait impossible d’éluder plus longtemps la question, ces découvertes méritant, pour une question évidente de dignité, que l’on cesse de les ignorer.

8De plus, le secteur nord du front de la Grande Guerre a été défendu majoritairement par les troupes du Commonwealth ; de ce fait, nous étions les garants de la mémoire enfouie des nations ayant participé au conflit. Dans les pays anglo-saxons, le lien en prise avec la mémoire et le patrimoine des conflits mondiaux est très fort et nous ne l’appréhendons pas nécessairement avec la même intensité en France. Cet état de fait a certainement été un levier puissant pour la prise en compte de ces sites et vestiges.

Un crime de lèse-majesté

9Mesurant encore mal l’importance que représentait ce patrimoine au regard de l’opinion publique britannique, quelques incidents se produisirent. Nous avions ainsi autorisé en 2004 la réalisation d’un dépôt de déchets inertes à Auchy-les-Mines car nous n’avions encore qu’une vague idée de l’emplacement de la ligne de front de la Première Guerre mondiale qui, d’ailleurs, ne déterminait pas vraiment les choix en matière de prescription archéologique.

  • 1 Le champ de bataille n’est pas une décharge à ordures.

10L’affaire s’ébruita outre-Manche et les autorités françaises furent la cible des tabloïds britanniques qui titraient « Battlefield is not a garbage dump »1. L’endroit en question a été, en 1915, le théâtre de violents combats livrés autour d’une position allemande, la redoute Hohenzollern, dans le cadre de la bataille de Loos, aussi emblématique outre-Manche que la bataille de Verdun et le fort de Douaumont pour les Français : le capitaine Bowes-Lyon, propre frère de la Reine mère, a trouvé la mort au cours de ces combats mais son corps n’a jamais été retrouvé.

11Ce quasi-crime de lèse-majesté nous valut d’être convoqués, avec le directeur régional des affaires culturelles, par le consul de Grande-Bretagne qui exigea des explications et le projet fut enterré, à la grande satisfaction de la Couronne britannique.

12Par la suite, nous avons été amenés à délivrer des autorisations de sondages archéologiques en bonne et due forme à des équipes britanniques, canadiennes et même québécoises, sur des sites identifiés du front de la Grande Guerre. Limitées dans le temps et dans l’espace, ces interventions ont fourni la matière au tournage de plusieurs documentaires sur les sites de la Première Guerre mondiale – dimension du show qui nous est assez étrangère sur le continent (Robertshaw & Kenyon 2008).

Les disparus du bout du monde

13Une autre opération menée de 2007 à 2010 à Fromelles, non loin de Lille, se distingua par son ampleur et les moyens engagés. Cet épisode de la Première Guerre mondiale, dont la plupart d’entre nous ignorent l’existence, figure dans tous les manuels d’histoire des petits Australiens. C’est ici que les troupes australiennes furent engagées pour la première fois sur le front occidental, en juillet 1916, contre des unités allemandes aguerries. Elles essuyèrent des pertes si importantes (5 533 hommes en 27 heures, soit un taux ahurissant de 75 à 80  % des effectifs) que l’opinion publique australienne en fut marquée durablement. À Canberra, au mémorial de la guerre, ces instants sont désignés comme les « pires 24 heures de toute l’histoire de l’Australie ». Les corps de plus de 2 000 combattants n’ont pas été pas retrouvés. Certains furent inhumés anonymement par les Allemands mais la localisation de ces sépultures n’était pas connue. Comme la campagne de Gallipoli en 1915-1916, ces événements constituent les éléments fondateurs de l’identité nationale australienne et néo-zélandaise.

14À la faveur de nouveaux indices, le gouvernement australien, par le biais de son ambassade, entreprit des démarches auprès des autorités françaises pour mener des investigations de terrain sur le lieu présumé des fosses communes réalisées par les Allemands. Une prospection géophysique repéra bientôt la présence de huit fosses au lieu-dit Pheasant Wood.

15Les sondages autorisés par le conservateur régional de l’archéologie et réalisés en 2008 par la Division de recherches archéologiques (Guard) de l’université de Glasgow ont confirmé la présence des fosses, dont seulement six ont reçu des inhumations. Après lecture du rapport de diagnostic, la Commission interrégionale de la recherche archéologique approuva le principe d’une fouille, l’autorisation fut délivrée et le cahier des charges élaboré en liaison avec la Commonwealth War Grave Commission. L’opérateur britannique Oxford Archaeology, qui possède un département spécialisé en archéologie funéraire, fut retenu par le gouvernement australien pour réaliser la fouille en 2009. De fait, hormis les autorisations administratives accordées par l’administration française, la gestion de l’opération a presque exclusivement été assumée par les Australiens et les Britanniques sur le sol français.

16Au même moment, en Australie, une vaste campagne était organisée auprès des descendants des combattants tombés à Fromelles pour collecter leur Adn et constituer une base de références pour le comparer à celui qui pourrait être recueilli sur les dépouilles des soldats exhumés. La fouille a permis de découvrir les restes de 250 combattants. Les résultats obtenus par la confrontation des données ont dépassé les espérances puisque 110 des 250 dépouilles (soit 44 %) ont été identifiées. Pour une centaine d’autres, seuls les corps d’armée auxquels appartenaient les soldats ont pu être déterminés grâce aux indices matériels (insignes, boutons, etc.). On recense 100 Australiens et seulement 2 Britanniques. Cependant, 38 dépouilles restent anonymes, aucun indice n’ayant permis de les identifier.

17Un cimetière militaire (Pheasant Wood Cemetery) a été aménagé à proximité du site et les soldats y ont été progressivement réinhumés dès le début de l’année 2010 avec les honneurs militaires. La dernière inhumation a eu lieu le 19 juillet 2010, jour du 94e anniversaire de la bataille de Fromelles, à l’occasion de l’inauguration officielle du cimetière par le prince Charles d’Angleterre et Mme Quentin Bryce, gouverneure générale d’Australie (Summers et al. 2010) (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Fromelles (Nord) : le Docteur Tony Parker (Guard) et le Major General Mike O’Brien, délégué de l’armée australienne, répondant à la presse anglo-saxonne lors d’un point d’information

(cliché Y. Roumegoux).

La guerre mécanique : en remuant terre et ciel

18Il arrive que les vestiges exhumés soient de taille imposante : ce fut le cas à Flesquières où un char de combat britannique ayant pris part à la bataille de Cambrai en 1917, un « tank » Mark IV, a été mis au jour en 1998 (Desfossés et al. 2008). Il est d’autres engins de guerre qui ont marqué de façon significative le sol des Flandres, comme les nombreux avions qui se sont écrasés au cours de la Seconde Guerre mondiale dans des missions de bombardement, de chasse, d’attaque au sol et de protection, souvent menées vers l’Allemagne. On a du mal à réaliser l’ampleur du phénomène qu’a constitué la bataille de l’air. Parmi les centaines d’appareils tombés sur le sol français, certains ont pu être ferraillés par les troupes d’occupation allemandes mais un bon nombre s’est fiché si profondément dans le sol qu’il est difficile de les détecter (Le Maner 2009).

19Au cours des années 1990, la presse faisait de temps en temps état de la trouvaille d’un appareil, en général par des intervenants locaux. J’éprouvais un malaise grandissant et un sentiment de démission accru devant la diffusion de reportages montrant certaines associations se livrer à une véritable curée sur les lieux de crashes de ces appareils et de leurs pilotes, souvent encore présents dans la carlingue, afin d’arracher une plaque d’identification, une boucle de ceinture ou tout autre trophée. En tant qu’archéologue, je devais assister, l’arme au pied, à ce simulacre de fouille au motif qu’une barrière chronologique ne saurait être transgressée pour des raisons éthiques.

Le Hollandais volant et le sergent allemand : un avion peut en cacher un autre

20L’opportunité d’intervenir sur ce type de site nous a été fournie par une sollicitation venue des Pays-Bas. La famille Plesman, fondatrice de la compagnie KLM, a demandé en avril 2006 à la direction d’Air France, avec laquelle elle venait de fusionner, d’intervenir auprès des autorités françaises pour entamer des recherches sur le lieu du crash présumé de Jan Plesman, le fils du fondateur, disparu en septembre 1944 près d’Hazebrouck aux commandes d’un Spitfire de la Royal Air Force dans laquelle il s’était engagé. Un site de crash avait été localisé sur la foi de témoignages après un repérage au détecteur.

21La Préfecture de région sollicita le service régional de l’archéologie pour superviser cette intervention. Malgré des avis mitigés, c’était une occasion inespérée de normaliser une pratique anarchique échappant à tout contrôle. J’en ai convaincu sans mal mon supérieur, plutôt acquis à l’idée que les archéologues avaient légitimité à intervenir sur le patrimoine du xxe siècle auquel nous étions régulièrement confrontés. Les diverses opérations réalisées sur les sites de la Grande Guerre étaient là pour en attester mais avoir à intervenir sur un site de la Seconde, c’était une première !

22Le sondage révéla, au grand dam des Néerlandais, non pas la présence d’un Spitfire britannique, mais celle d’un Messerschmitt 109 allemand. Grâce à sa plaque d’identité, la dépouille du pilote fut bientôt reconnue comme celle du sergent Horst Seemann. Appartenant à une escadrille de chasse basée aux Pays-Bas, il avait été abattu en septembre, mais de l’année 1943. Les témoins de l’époque, venus assister à l’opération, se rappelaient bien que l’événement s’était produit à la fin de l’été, mais ne se souvenaient plus vraiment de l’année : « c’était vers la fin de la guerre... ».

23Le corps pris en charge par le service des tombes militaires a été restitué aux autorités allemandes puis inhumé au cimetière militaire allemand de Bourdon (Somme) après que les honneurs militaires lui aient été rendus par un peloton de la base aérienne de Cambrai. L’épouse de son frère cadet était venue d’Allemagne avec plusieurs de ses neveux et de ses nièces. J’avais, bien entendu, déjà fouillé de nombreuses tombes au cours de ma carrière mais, il me faut bien l’avouer, être confronté à la famille d’un défunt exhumé à la faveur d’une fouille est une expérience inusitée qui a bouleversé ma vision des choses. La cérémonie a été l’occasion d’échanger les témoignages d’une réelle gratitude et d’un respect mutuel. C’est toute la puissance émotionnelle des interventions en prise avec la mémoire vivante qui s’exprime alors (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Hazebrouck (Nord) : les obsèques du sergent Horst Seemann à Notre-Dame-de-Lorette, dans le Pas-de-Calais

(cliché Y. Roumegoux)

Un cimetière dans un autre cimetière : les soldats oubliés de la Wehrmacht

24Quelques années plus tard, affecté en Île-de-France, je pensais que je ne serais plus confronté au patrimoine militaire du xxe siècle. C’était sans compter avec les surprises de l’histoire et les zones d’ombre de la mémoire immédiate du siècle dernier. En charge du Val-de-Marne, j’ai prescrit un diagnostic dans l’enceinte de l’immense cimetière parisien de Thiais, où le service des cimetières de la Ville de Paris projetait de construire un nouvel ossuaire souterrain. Les indices d’occupations protohistoriques et antiques m’ont incité à émettre une prescription archéologique, somme toute assez classique. Peu de temps après son démarrage en mai 2014, mon jeune collègue du service archéologique départemental du Val-de-Marne me prévient qu’il a trouvé des tombes. Dans les quelques tranchées déjà ouvertes, on dénombre près d’une centaine de sépultures certainement récentes, remontant probablement à la Seconde Guerre mondiale, et les indices matériels observés indiquent qu’il s’agit sans doute de soldats allemands. La surprise est totale pour tout le monde, personne ne connaissant la présence de ce cimetière pourtant établi il y a tout juste 70 ans (Kiefer 2014) (fig. 3) !

Fig. 3

Fig. 3

Thiais (Val-de-Marne) : alignement des tombes allemandes apparues dans une des tranchées de diagnostic

(cliché Y. Roumegoux)

25La collaboration avec le service des cimetières parisiens a permis de retrouver dans les archives communales des documents attestant d’un projet de cimetière militaire élaboré par les autorités allemandes d’occupation au début de l’année 1944. On en a oublié l’existence à un point tel que personne ne s’est jamais demandé s’il a connu un début d’exécution. Le diagnostic archéologique en apporte la preuve. En appliquant les ratios en vigueur, les archéologues estiment qu’il pourrait contenir entre 800 et 1 000 sépultures, ce qui correspond d’ailleurs au nombre de soldats allemands couchés sur les registres d’inhumation du cimetière de Thiais.

26Le service archéologique départemental du Val-de-Marne et la direction régionale des affaires culturelles (Drac) Île-de-France ont alerté les autorités compétentes pour que les dispositions adéquates soient prises. Les autorités allemandes ont délégué sur place un représentant de l’association en charge de l’entretien des cimetières militaires allemands, Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge e. V. (VDK). Une copie des listes consignées au registre de Thiais lui a été remise afin que les services dédiés à Berlin procèdent aux recoupements avec leurs propres bases de données. Un test a été effectué sur une cinquantaine de noms. Il nous a été répondu que les corps des individus en question avaient été exhumés en 1948 et réinhumés dans le cimetière militaire allemand de Champigny-la-Futelaye (Eure). Le fait que le transfert n’ait pas été consigné dans le registre relevait simplement pour eux d’une négligence ou d’un oubli.

27L’affaire paraît donc entendue outre-Rhin, mais nous avons bel et bien constaté la présence des défunts dans les fosses dégagées au cours du diagnostic et il y aura sans doute lieu de procéder à la levée des dépouilles « pour rendre le terrain libre de corps ». On peut cependant s’interroger sur cette forme d’amnésie affichée par nos voisins allemands, très éloignée des positions habituellement prises par d’autres nations dans des circonstances analogues. Au regard de l’histoire, leur engagement se veut peut-être plus discret.

Et donc ?

28Après ce rapide tableau illustrant la réelle évolution de la prise en compte archéologique des sites et des vestiges militaires du xxe siècle, il reste à souligner que ces avancées sont bien souvent le résultat de sollicitations extérieures à la communauté scientifique française, la plupart du temps réticente en dehors de quelques bonnes volontés. Le lien mémoriel que les pays anglo-saxons entretiennent à l’égard de cette période très récente est très différent du nôtre et c’est en partie grâce à leurs incitations que nous avons peu à peu appris à en tenir compte et à travailler sur les sites du passé récent.

29En revanche, nos amis allemands, sans nullement manquer de respect à ces lieux de mémoire, sont plus réservés émotionnellement face à la fouille des traces de ces événements proches. En tant qu’archéologues, nous sommes dépositaires, en quelque sorte, de la mémoire des soldats tombés sur notre sol, quelles que soient leur nationalité et l’attitude contrastée de leur pays d’origine. Par notre approche méthodologique de ces sites, nous pouvons les traiter avec une évidente égalité et une même considération.

Haut de page

Bibliographie

Boura F. 1997. « Le poids des morts ou comment s’en débarrasser : que faire de l’encombrant patrimoine de la Grande Guerre ? », Les Nouvelles de l’archéologie, 70 : 15-17.

Boura F. 2000. « Autour de la tombe d’Alain Fournier », Archéologia, 367 : 28-31.

Desfosses Y., Jacques A. & Prilaux G. 2008. L’archéologie de la Grande Guerre, Coédition Inrap/Éditions Ouest-France, Rennes.

Dumenil A. 1998. « La Grande Guerre a-t-elle besoin de l’archéologie ? », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 59 : 153-155.

Kiefer M. 2014. Thiais - Cimetière parisien - 261, route de Fontainebleau, Rapport final de diagnostic, Service archéologie – Conseil général du Val-de-Marne.

Legendre J.-P. 2000. « Le crash du bombardier Lancaster », Archéologia, 367 : 43-45.

Le Maner Y. dir. 2009. Tombés du Ciel. Les aviateurs abattus au-dessus du Nord-Pas-de-Calais, 1940-1944, catalogue de l’exposition présentée à La Coupole en 2007, Saint-Omer, association Menor.

Robertshaw A. & Kenyon D. 2008. Digging the Trenches: The Archaeology of the Western Front. Barnsley, Pen & Sword Books.

Summers J., Loe L. & Steel N. 2010. Remembering Fromelles: A New Cemetery for a New Century. The Commonwealth War Graves Commission Publishing.

Haut de page

Notes

1 Le champ de bataille n’est pas une décharge à ordures.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Fromelles (Nord) : le Docteur Tony Parker (Guard) et le Major General Mike O’Brien, délégué de l’armée australienne, répondant à la presse anglo-saxonne lors d’un point d’information
Crédits (cliché Y. Roumegoux).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 2
Légende Hazebrouck (Nord) : les obsèques du sergent Horst Seemann à Notre-Dame-de-Lorette, dans le Pas-de-Calais
Crédits (cliché Y. Roumegoux)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2576/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 3
Légende Thiais (Val-de-Marne) : alignement des tombes allemandes apparues dans une des tranchées de diagnostic
Crédits (cliché Y. Roumegoux)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2576/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 878k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Roumégoux, « Mémoires d’outre-monde », Les nouvelles de l'archéologie, 137 | 2014, 9-13.

Référence électronique

Yves Roumégoux, « Mémoires d’outre-monde », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/2576 ; DOI : 10.4000/nda.2576

Haut de page

Auteur

Yves Roumégoux

Drac Île-de-France, Service régional de l’archéologie,

 

yves.roumegoux@cult

 

ure.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org