Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie moderne et contemporaine

L’archéologie à l’épreuve de la modernité

De l’opportunisme à la maturité
Séverine Hurard, Yves Roumégoux et Dorothée Chaoui-Derieux
p. 3-9

Texte intégral

1Le présent dossier des Nouvelles de l’Archéologie pourrait paraître superflu si l’on se souvient qu’un numéro consacré aux mêmes périodes avait été coordonné en 2004 par Joëlle Burnouf et Florence Journot (Burnouf & Journot 2004). Elles y interrogeaient le caractère opportuniste et dérobé de l’archéologie du « passé récent », encore trop souvent délaissée au profit de vestiges plus anciens.

2Aujourd’hui, la situation de l’archéologie des périodes moderne et contemporaine a singulièrement évolué. L’état des lieux, dix ans après, permet de dresser un bilan constructif sur son remarquable essor, perceptible autant dans l’évolution des champs de recherche que dans l’élargissement des problématiques et des thématiques. L’acquisition des données, qui s’est faite en quelques décennies seulement, a permis de renouveler, voire de construire, des pans entiers de la connaissance. Floraison ou fructification de graines plantées dans les années 1970-1980 (tout dépend de la façon dont on mesure le chemin à parcourir ou celui parcouru), c’est à bien des égards un héritage en devenir qui doit être entretenu.

3Si la place de cette archéologie en France est désormais mieux assurée, la pratique montre que des efforts importants restent à faire pour la garantir définitivement. Certains diront qu’elle est à la mode puisqu’il semble qu’on en parle beaucoup. Il semble surtout que le dynamisme indéniable de ses champs de recherche et de ses acteurs est lié au retard à rattraper et aux acquis, encore fragiles, à consolider.

4Le présent dossier n’a pas pour ambition d’en dresser un panorama exhaustif mais plutôt de montrer à travers quelques exemples les dynamiques engagées, les problématiques et les questionnements qui touchent à des domaines variés, parfois inattendus. À l’heure où nous publions ce numéro, il est impossible de ne pas avoir une pensée soutenue pour Pierre-Jean Trombetta, brillant défenseur de ces archéologies du récent, disparu en 2013.

L’archéologie préventive comme moteur d’innovation

5La pratique systématique du diagnostic, Pierre-Jean Trombetta le soulignait déjà en 2004 (Trombetta 2004), a confronté les archéologues de manière répétée aux occupations modernes et contemporaines en milieu urbain mais aussi en milieu rural. Initiée dès les années 1970 sous la pression des destructions du bâti récent, et par les changements d’échelle qu’elle induit, l’archéologie préventive a multiplié les occasions de rencontrer ces occupations sous des formes inattendues, favorisant clairement leur prise en compte. Investis sous la pression de découvertes hasardeuses et répétées, un grand nombre de sites ou de thèmes ont eu un effet moteur sur l’élargissement des champs de la recherche.

6Dans les années 1980, les grands chantiers de la Cour Napoléon et du Carrousel du Louvre ont marqué une étape fondamentale dans cette légitimation. Les données considérables exhumées du sous-sol de la forteresse puis de la résidence royale et de ses alentours, l’importance des équipes mobilisées (jusqu’à 200 personnes pour les fouilles de la Cour Napoléon) et du budget (52 millions de francs) ont offert un écho particulier à ces opérations alors pionnières.

7Développée dans les années 1990, en particulier dans le nord de la France, l’archéologie des deux guerres mondiales s’est également imposée par la multiplication des découvertes de vestiges variés et, surtout, par la fouille de sépultures de soldats (Desfossés et al. 2008 ; Carpentier & Marcigny 2014). Dans le même temps, les archéologues ont éclairé les pratiques maraîchères du xixe siècle dans la région parisienne ou renouvelé la lecture des aménagements ornementaux dans les jardins (Péru & Dufour à paraître). Ces exemples montrent que ce sont aussi la volonté militante et la curiosité d’un certain nombre d’archéologues, dont le premier réflexe n’a pas été d’écarter du revers de la main des vestiges supposés trop récents pour être appréciés comme objets d’étude, qui ont conféré à leur pratique une nouvelle légitimité.

8La mise en évidence de ces vestiges, auxquels s’applique une méthodologie similaire à celle adoptée pour les périodes anciennes, la conscience de leur disparition rapide face à la pression des aménagements résonnent comme autant d’injonctions de procéder à leur conservation.

Une archéologie mieux affirmée

9La pratique, dans notre discipline, a souvent précédé la réflexion théorique et, de ce point de vue, l’archéologie des périodes modernes et contemporaines ne fait pas exception : elle reste opportuniste, faisant feu de tout bois. Mais dérobée, elle ne l’est plus. Elle s’est affirmée comme légitime et justifie aujourd’hui de nombreuses prescriptions de fouille, bien que cette extension ne soit pas encore reconnue dans le Code du Patrimoine. Nul besoin, aujourd’hui, d’un caractère antique ou médiéval pour explorer des sites qui font l’objet de prescriptions indépendantes et où l’enquête, parfois, met en évidence des occupations plus anciennes : à Saint-Germain-en-Laye, en 2011-2012, c’est la fouille prescrite de camps militaires du xviie siècle qui a permis la découverte d’une importante nécropole à incinérations de l’âge du Bronze (Hurard 2012b).

10Camps militaires napoléoniens (Lemaire 2010), dépotoirs industriels du xixe siècle, camps américains de prisonniers allemands de 1944 à Marseille ou Cherbourg, habitats ruraux des siècles classiques font maintenant partie des usages courants, bien que non systématiques, de la prescription archéologique. Le nombre de sites fouillés s’est donc considérablement accru en une décennie sur l’ensemble du territoire, toutes institutions confondues. Désormais, les acteurs de cette évolution peuvent ouvertement s’afficher comme modernistes ou contemporanéistes. Les deux qualificatifs sont souvent liés et assumés par les mêmes personnes, alors qu’entre un xviie siècle rural et les xixe et xxe siècles industriels, l’écart en termes de vestiges et de problématiques est tel qu’il requiert des compétences spécifiques.

11L’essor de l’archéologie préventive a permis une meilleure intégration et une meilleure approche scientifique du patrimoine récent. Les champs de recherches se sont étendus à l’ensemble du monde matériel, enfoui ou non (Journot & Bellan 2011 ; Mientjes 2009). On y intègre de plus en plus les questions de territoire et de milieu – largement soutenues par les disciplines paléo-environnementales. L’échelle de lecture spatiale s’est également modifiée. Réseaux de fossés, murs à pêche, cultures d’asperges (Billoin & Dufour 2005), fosses de plantation sont aujourd’hui enregistrés comme des faits archéologiques pour ce qu’ils nous disent des techniques agricoles, des modes d’occupation et d’exploitation de l’espace agraire, des transformations et de la fabrication de cet espace vécu comme naturel quoique largement anthropisé, artificialisé. En témoignent les vestiges des pratiques maraîchères des xixe et xxe siècles autour de Paris, dont les destructions se sont accélérées avec la réhabilitation des centres urbains, mais aussi les réserves de chasse, parcs à gibiers et autres faisanderies isolées des xviie et xviiie siècles (Dufour & Hurard 2010) (fig. 1 et 2).

Fig. 1

Fig. 1

La fouille dans le jardin du cloître du couvent des Jacobins à Rennes (Ille-et-Vilaine, Gaëtan Le Cloirec, 2012) a révélé les fondations d’un bâtiment militaire du xxe siècle comprenant quatre imposantes cuves de blanchisserie

(© Hervé Paitier, Inrap).

Fig. 2

Fig. 2

Le Clos des Pêches à Montreuil-sous-Bois, carte postale du xixe siècle

12Les recherches menées sur l’habitat des élites, en particulier en milieu rural, mettent en lumière la diversité des statuts sociaux, des franges supérieures de la paysannerie aux franges supérieures des élites seigneuriales. La multiplication des fouilles à Marseille (Bouiron et al. 2012), Lyon (Ayala 2013) et dans bien d’autres villes conduit aujourd’hui à une lecture de ces espaces sur la longue durée et à une compréhension accrue des transformations profondes opérées au cours des périodes modernes et contemporaines. Les approches géoarchéologiques confortent la prise en compte de toutes les couches constitutives de l’histoire stratigraphique, y compris celles des niveaux contemporains du xixe siècle et du début du xxe siècle.

13Beaucoup d’autres thèmes pourraient être évoqués. Pratiques funéraires, habitudes de consommation, stratégies de distinction sociale, exploitation des ressources sont autant de sujets dont nous ne parlerons pas ici, qui révèlent clairement le dynamisme de la recherche (Journot & Bellan 2011). Pour la plupart, ces thématiques ne sont pas nouvelles, elles font fructifier un héritage en expansion. Ce qui est nouveau en revanche, c’est que modernistes et contemporanéistes profitent de l’essor de disciplines et techniques d’enquête novatrices et de l’ouverture de ces champs les uns vers les autres, la culture matérielle apparaissant désormais autant comme le reflet que comme une des forces motrices de la société (Bruneau & Balut 1982).

Mise en débat, mise en discours

14L’accroissement rapide des données, conjugué à la diversification des champs de recherche et aux changements d’échelles, impose une mise en discours et une réflexion sur les attendus, les problématiques et la politique à mener en matière d’archéologie moderne et contemporaine. La multiplication et la fréquence des manifestations qui lui sont dédiées sont un excellent indicateur du caractère florissant de la discipline et de l’émulation intellectuelle qu’elle génère. Sans revenir dix ans en arrière, il suffit de parcourir les programmes des congrès et colloques récents pour observer ce phénomène croissant.

15Le congrès Medieval Europe organisé à Paris en 2007 avait complètement intégré le moderne et le contemporain, affichant ainsi la longue durée des pratiques sociales observées par les archéologues, bien en peine de faire correspondre leurs observations sur la continuité des choix d’exploitation ou des pratiques de consommation avec les grandes ruptures chronologiques académiques. Cette longue durée de l’histoire invite, comme le rappelait encore récemment le regretté Jacques Le Goff (2014), à repenser ces découpages et à intégrer légitimement le récent et le très récent à l’analyse archéologique, sans considérer que « l’archéologicité » est liée à l’ancienneté et à l’enfoui (Bruneau & Balut 1982 ; Journot & Bellan 2011).

16En février 2013, une journée d’étude consacrée à l’archéologie du monde moderne et contemporain et à ses enjeux a eu lieu à l’Institut national d’histoire de l’art (Inha). Coorganisée par Antoine Gournay (Paris IV), Florence Journot (Paris I) et Gilles Bellan (Inrap), elle a été l’occasion de mettre en débat, à partir de cas d’étude récents, la place de cette spécialité dans le champ des sciences sociales. Les participant(e)s se sont accordé(e)s sur le fait que, « en tant que méthode d’interprétation, [elle] dépasse l’enregistrement de la mise en sédiments du monde matériel, et ne s’y réduit pas », ouvrant également le débat sur la question de l’archéologie du présent. Une autre journée d’étude, organisée en avril 2013 par les musées Gadagne de Lyon, l’Inrap et le service archéologique de la Ville de Lyon, a également été dédiée aux enseignements de l’archéologie de l’époque moderne.

17Aujourd’hui encore, en France, consacrer une table ronde ou un colloque à ces périodes est un acte militant, tant les cloisons entre les périodes sont parfois difficiles à déplacer. Intitulé Les enjeux prioritaires: une évaluation critique de l’archéologie historique au xxie siècle, le 47e colloque de la Society for Historical Archaeology qui s’est tenu à Québec en janvier 2014 montrait a contrario et à travers force sessions la place qu’elle occupe dans la construction historique, sans qu’il soit à aucun moment question de sa légitimité.

18Une littérature abondante permet pourtant de mesurer son essor dans notre pays. Les périodes moderne et contemporaine trouvent, depuis une dizaine d’années, une place plus importante dans le flot des publications archéologiques, notamment dans les collections destinées à un lectorat élargi (Journot & Bellan 2011), ou sous forme de chapitres de manuels universitaires (Burnouf et al. 2012). Moins rejetées qu’auparavant dans les pages de conclusion des ouvrages, elles acquièrent petit à petit droit de cité, seules ou accompagnées. En témoignent les ouvrages récemment parus sur Marseille (Bouiron et al. 2012), Lyon (Ayala 2013 ; Horry 2012), Roissy-en-France (Dufour 2014) ou Varennes-sur-Seine (Hurard 2012a).

19Enfin, la part de l’archéologie moderne et contemporaine dans les médias est également un bon indicateur. Étonnamment, le « grand public » paraît souvent plus curieux et plus intéressé par la culture matérielle de ces époques. Son enthousiasme toujours renouvelé pour l’archéologie ne se dément pas lorsque celle-ci les investit, qu’il s’agisse des vestiges des deux guerres mondiales, du Thésée, un navire de guerre de 74 canons localisé il y a quelques semaines au large du Croisic, ou du patrimoine industriel. Tant il est vrai que la curiosité est un puissant moteur d’adhésion.

Une légitimité toujours en question ?

20Pour autant, le portrait esquissé ici ne doit pas cacher une réalité beaucoup plus contrastée. Tout d’abord, parce que les archéologies du récent ont encore des détracteurs, qui sont en général issus des rangs mêmes des archéologues. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, il s’agit moins souvent de préhistoriens, formés à l’anthropologie sociale et à l’ethnologie, que de spécialistes de l’Antiquité ou du Moyen Âge.

21La légitimité de l’archéologie moderne et contemporaine peut être remise en cause par des jugements à l’emporte-pièce, considérant qu’elle n’a de raison d’être que s’il n’existe pas d’autres sources d’informations. Largement répandue il y a encore quelques décennies, cette idée a aujourd’hui tendance à s’estomper mais il est parfois difficile de terrasser des concepts historiographiques profondément assimilés depuis le xixe siècle (Demoule & Landes 2009).

22La question, latente ou patente, est celle du bien-fondé d’une archéologie du récent dont on pourrait faire l’économie pour des périodes abondamment documentées en archives et par des données issues d’autres champs des sciences humaines (inventaire, ethnologie…), ce qui revient à ignorer le fait qu’elle est elle-même une source historique, celle de la matérialité, une source « sédimentaire » (Burnouf et al. 2012).

23De fait, il faut encore trop souvent justifier la prescription et la fouille de gisements récents en exposant ses problématiques au préalable, exigence rarement formulée pour d’autres plus anciens. Le corollaire de la pression économique grandissante sur le nombre de prescriptions est la taille des filtres choisis pour déterminer l’intérêt scientifique d’un site. De manière générale, et pour l’ensemble des périodes, sont privilégiées les occupations riches, denses, de grande ampleur, sinon spectaculaires. Le rare, l’inédit, le patent sont les indicateurs les plus forts. Évidemment, quand il faut faire des choix, c’est sur ce postulat que l’on écarte trop souvent le modeste et l’ordinaire, le moderne et le contemporain, de la recherche et de la fouille. Aussi existe-t-il encore des champs d’investigation en déshérence, des terrains trop rarement explorés, qui mériteraient pourtant de voir se développer des discours fondés sur les données archéologiques. Ainsi de la société rurale des temps modernes : alors que les paysans composaient les deux tiers de la population européenne, on ne sait rien ou presque de leur habitat qui échappe à la mise en discours.

24La ferme du Colombier de Varennes-sur-Seine offre une bonne illustration de ces difficultés (Hurard 2012a). Elle n’aurait pas été fouillée en l’absence du fossé d’enceinte servant de marqueur social autant que de marqueur archéologique et l’a été en vertu d’une prescription fondée sur le pré-supposé de « maison forte ». Ce concept, dont les archéologues ont démontré qu’il était caduc, a été forgé par les historiens pour lesquels ce type d’habitat serait révélateur des stratégies d’ascension sociale mises en œuvre par les franges inférieures des petites élites seigneuriales. Cette grosse ferme fossoyée n’en a pas moins révélé les vestiges du monde matériel paysan des xvie, xviie et xviiie siècles et d’une culture commune aux laboureurs et aux bourgeois vivant noblement à la campagne. Le problème est le même pour les habitats d’artisans en milieu urbain, les fermes maraîchères et autres ateliers. De manière générale, la lecture archéologique du bâti moderne et, a fortiori, contemporain n’est pas encore acquise. Les exemples en sont rares et souvent motivés par une occasion inespérée d’intégrer l’analyse de bâti à l’étude, la plupart du temps dans des conditions inadaptées, comme l’a montré l’exemple récent d’une auberge du xixe siècle de Neuilly-sur-Marne (Dufour, 2012).

L’acceptation de l’archéologie très récente et actuelle ?

25Malgré le terrain gagné ces dernières décennies, certains travaux publiés il y a peu montrent la fragilité du processus qui mérite encore et toujours d’être consolidé. Ils témoignent également du fait que, si l’archéologie moderne a pris sa place bon an mal an, il n’en va pas de même pour l’archéologie contemporaine. La première, qui prolonge l’étude du Moyen Âge, bénéficie du soutien d’un grand nombre de médiévistes et elle est logiquement appréhendée dans la longue durée. C’est le fruit de combats anciens et d’une pédagogie soutenue. La seconde, en revanche, est loin d’être évidente. Deux exemples permettent de le mesurer. La découverte en 2004, dans la glacière du château de Baillet-en-France, des impressionnants vestiges du pavillon soviétique de l’exposition universelle de Paris de 1937, détruit et jeté aux oubliettes en 1941 (Gentili 2013), a réactivé un processus de commémoration jusqu’en Russie. Il a aussi initié, à l’intérieur de la communauté archéologique, de vigoureux débats sur la légitimité archéologique de l’objet d’étude, ses conditions d’enfouissement et sa chronologie. L’expérimentation archéologique et artistique du Déjeuner sous l’herbe de Daniel Spoerri, menée en 2010, a suscité le même type de débats. La fouille des restes d’un banquet qui avait eu lieu en 1983, et qui s’était conclu par « l’enterrement du tableau-piège », questionnait en effet ouvertement le caractère anthropologique de l’archéologie et sa définition même (Demoule 2013).

26Tous ces objets d’étude bouleversent les mentalités à plus d’un titre. Les archéologues se demandent en permanence pourquoi fouiller, pour quel apport. Chaque cas est une nouvelle interrogation qui place la personne de bonne foi face à ses propres paradoxes et à ses motivations subjectives, même inconscientes. Paradoxes et motivations surgissent de manière plus violente pour qui s’intéresse aux quartiers et aux cimetières d’esclaves, aux tranchées, dispositifs d’attaque ou de défense et sépultures collectives des deux guerres mondiales, fosses communes de la Shoah par balles. Difficile d’adopter une attitude distanciée face aux traces matérielles laissées par de tels événements dont les images mentales, formées au collège et au lycée, sont régulièrement alimentées par les médias. La connaissance pointue de ces champs historiques très documentés produit l’idée selon laquelle l’archéologie ne pourrait que les illustrer.

27Que dire alors de sa place quand elle est sollicitée pour exhumer les corps enfouis dans les charniers de la guerre civile espagnole et du franquisme1, des dictatures argentine2 et chilienne, du génocide des Tutsis au Rwanda, du massacre de Srebrenica3 en Bosnie-Herzégovine, ou pour localiser les sépultures des victimes d’un tueur en série du Yorkshire ? Ce qu’il est d’usage d’appeler la Forensic Archaeology fait appel aux compétences techniques, à la méthodologie et à la qualité d’analyse des processus taphonomiques des archéologues formés à l’anthropologie. Pourquoi le rôle social de l’archéologie, en plus de celui de construire de la connaissance, ne serait-il pas aussi celui-là ? (Haglund 2008).

28L’extension des champs de recherche au récent et à l’actuel est une question de logique déjà soulignée par Philippe Bruneau (Bruneau & Balut 1982). C’est une question de cohérence de la longue durée où l’ensemble de la chronologie est pris dans une continuité qui n’a aucune raison de s’arrêter arbitrairement à 1600 ou à 1799 en faisant l’impasse sur les xixe et xxe siècles. De nos jours, les historiens s’attachent déjà à mettre en perspective des affrontements qui se déroulent en Ukraine ou en Syrie. Pourquoi les archéologues devraient-ils s’empêcher de travailler sur les formes sociales des bidonvilles roms en Seine-Saint-Denis et sur les traces qui s’y retrouvent après leur démantèlement ? Pourquoi n’étudieraient-ils pas les dépotoirs industriels du xxe siècle en tant qu’objets à part entière? Ces interrogations, confrontées à celles d’autres disciplines, d’autres discours épistémologiques et méthodologiques, peuvent ébranler les certitudes et les interprétations.

  • 4 « Un passé factice ? L’étude des vestiges contemporains comme outil critique de l’archéologie », ta (...)

29Le retentissement du colloque international « Archéologie de la violence. Violence de guerre, violence de masse », réuni par l’Inrap et Le Louvre-Lens du 2 au 4 octobre 2014, puis la table ronde sur l’étude des vestiges contemporains organisée à Metz par Jean-Pierre Legendre et Laurent Olivier, ont clairement démontré les apports de l’archéologie à l’expérience contemporaine de la guerre, de l’exercice de la violence, de la reconnaissance des victimes, et l’intérêt du dialogue qu’elle a su nouer avec les autres sciences humaines4.

Sources archéologiques, sources écrites = sources historiques

30Comme le rappelaient Joëlle Burnouf et Florence Journot (2004), aucune spécificité méthodologique ne caractérise l’archéologie moderne et contemporaine. Pourtant, l’abondance de la documentation pour ces périodes, qu’il s’agisse des sources écrites, cartographiques ou planimétriques, déplace le centre de gravité des données archéologiques et oblige l’archéologue à s’appuyer sur tous les types d’informations disponibles. Cette démarche d’investigation n’est pas nouvelle et tous, médiévistes ou modernistes, sont bien conscients de son absolue nécessité et de la difficulté de l’exercice.

31L’enrichissement des champs d’étude et des problématiques montre, s’il en était besoin, que l’histoire fondée sur les archives ne dispense pas de l’archéologie ; les deux sources sont comme les fils d’une même trame qui, tout en se tissant l’un avec l’autre, ne se mélangent pas. Leur analyse critique, menée indépendamment, puis leur mise en relation relèvent d’un travail d’équilibriste. Toute la difficulté est en effet d’éviter de plaquer la première sur la seconde ou vice versa, pour trouver dans l’une ce que l’autre ne voudrait pas révéler.

32D’ailleurs, il ne faut pas s’y tromper, quand les archéologues se livrent à une étude des sources écrites pour les besoins de leur recherche, leurs analyses ne sont pas celles des historiens, puisque leur démarche et leurs questionnements sont propres à leur discours À l’heure actuelle, ils sont rares, parmi eux, à être correctement formés à l’analyse des sources écrites et ils souffrent, de la part des institutions, d’un manque de reconnaissance de leur spécialité, fréquemment ignorée dans les prescriptions. Il est donc urgent de remédier à cet état de fait. Science de la société perçue à travers les indices matériels, l’archéologie est une source « sédimentaire » (Burnouf et al. 2012) dont les données, confrontées à celles tirées des archives, sont productrices de discours historiques plus riches, mieux étayés. La prise de risque est d’ailleurs réciproque à ce jeu, puisque la finesse d’analyse qu’apportent la confrontation des sources et l’interdisciplinarité peut remettre en cause la validité de certaines interprétations archéologiques hâtives et mal étayées mais qui fonctionnent comme des paradigmes et pèsent lourdement sur la construction des modèles.

33Il ne semble pas pertinent d’opposer l’Historical archaeology anglo-saxonne, qui couvre les périodes postérieures à 1492, à l’archéologie moderne et contemporaine française. Méthodologiquement, les pratiques ne divergent pas fondamentalement. En France comme ailleurs, l’exploitation combinée de l’ensemble des sources d’informations disponibles est une évidence, même si elle repose sur des usages et des pratiques hétérogènes. De fait, le moderne et le contemporain sont une évidence dans l’histoire de la recherche anglo-américaine. Ce n’est pas seulement lié au caractère récent de la colonisation européenne puisque la Grande-Bretagne, qui a aussi des sites paléolithiques et une Antiquité classique, les a assimilés de longue date quand l’historiographie française, fondée pour les périodes anciennes sur les vestiges préhistoriques, gaulois et antiques, a longtemps privilégié le récit politique de la construction du pays, fondé sur les archives écrites (Journot & Bellan 2011 ; Demoule & Landes 2009). La recherche anglo-américaine s’est davantage construite sur les notions héritées de l’anthropologie sociale, position qui a eu pour mérite d’émanciper la source archéologique de la source écrite sans subordonner l’une à l’autre. Libérée du statut déprimé de « science auxiliaire », l’archéologie a pu se construire dans un dialogue plus libre avec les autres sciences. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de voir qu’aujourd’hui en France, comme en témoigne ce numéro des Nouvelles de l’archéologie, les préhistoriens formés à l’anthropologie sont plus enclins à accepter la place de l’archéologie du très récent dans le champ légitime de la recherche. Les questions ne se posent pas selon l’angle de l’ancienneté des vestiges, mais sous l’angle élargi des groupes humains et des phénomènes sociaux.

La place de l’archéologie du récent dans les sciences humaines

34Quelle est la place de l’archéologie dans le champ des sciences humaines avec lesquelles elle a en commun, à défaut de les partager, maints sujets de recherche moderne et contemporaine ? L’abondance des sources nous confronte inévitablement à la question. Si les méthodes et angles d’analyse diffèrent, le volume et la qualité des données archéologiques n’autorisent plus à les considérer comme complémentaires. La lecture sédimentaire et stratigraphique, essence de notre discipline, est une mise en séquences d’un processus souvent sous forme de fourchettes : de la construction au dépôt, du vécu à l’abandon, puis à l’hérité. L’enjeu est de comprendre l’épaisseur du temps en établissant la chronologie des différents états, transformations, rythmes, processus ou successions de gestes, d’intentions, et donc de percevoir les changements et les évolutions qui ont permis aux hommes de s’adapter à leur environnement. Cette lecture s’applique aussi bien aux habitats de l’âge du Fer qu’aux phases de recomposition des villes ou aux charniers contemporains.

35Pourtant, nos disciplines restent trop cloisonnées et peinent à croiser leurs analyses et leur discours. Chacun restant dans son pré carré, les ouvrages interdisciplinaires sont encore trop rares. On peut tout de même observer que, dans la filiation des arts et traditions populaires, certains sujets comme l’habitat vernaculaire, par exemple, ont davantage fait l’objet d’échanges et de dialogues entre géographes, ethnologues, archéologues et historiens.

36Science humaine, science sociale, le champ d’expertise de l’archéologie, la mise en discours de ses données ne se limitent pas aux dimensions techniques et technologiques. Elle est une science de l’analyse spatiale et sociale où production, exploitation, distribution et consommation des ressources et des biens forment une seule chaîne opératoire. La notion de culture matérielle, partagée avec les anthropologues et les historiens, n’enferme pas les archéologues dans la matérialité et la dimension technique de l’objet produit. Elle leur offre au contraire les moyens de penser l’objet, l’espace et le milieu comme des productions sociales aux significations plus ou moins manifestes, des marqueurs privilégiés de l’adaptation de l’homme à un milieu donné. Il n’y a certainement pas de frontières chronologiques à ces champs d’analyse, dont l’expansion a forcément vocation à les pousser à s’interroger sur les limites et, de ce fait, les interprétations de données qui sont de simples échantillons conservés.

Conclusion

37Le développement de l’archéologie des périodes moderne et contemporaine a démontré à ceux qui en doutaient l’intérêt de procéder à une enquête sur ces périodes pour les mettre ensuite en discours. Il faut encore militer pour une meilleure prise en compte du subactuel et de l’actuel, rappeler l’importance des enjeux en transcendant la barrière de l’enfoui et de l’ancien, affirmer la capacité de la discipline à interroger le monde et les sociétés selon des méthodes d’analyse qui n’appartiennent qu’à elle. Plus qu’aucun autre des champs où elle intervient, le moderne et le contemporain lui imposent toujours de justifier ses choix en précisant au préalable attendus et questionnements, en affûtant ses argumentaires et ses problématiques. Au lieu d’une contrainte, il s’agit d’une véritable opportunité, d’une stimulation, voire d’une gageure.

Haut de page

Bibliographie

Ayala G. dir. 2013. Lyon, Saint-Georges : Archéologie, environnement et histoire d’un espace fluvial en bord de Saône. Éditions de la MSH, Paris (Document d’archéologie française, 106).

Billoin D. & Dufour J.-Y. 2005. « La reconnaissance archéologique des cultures maraîchères anciennes : l’exemple des aspergeries », Archéopages, 15, mars 2005 : 12-15 [http://www.inrap.fr/userdata/c_bloc_file/7/7398/7398_fichier_recherches15-billoin.pdf].

Bouiron M., Paone F., Sillano B., Castrucci C. & Scherrer N. 2012. Fouilles à Marseille. La ville médiévale et moderne. Éditions Errance/Centre Camille-Jullian, Paris/Aix-en-Provence (Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine, 7 ; Études massaliètes, 10).

Bruneau P. & Balut P.-Y. 1982. « Positions », Ramage, 1 : 3-33.

Burnouf J. & Journot F. 2004. « L’archéologie moderne : une archéologie opportuniste et dérobée ? », Les Nouvelles de l’archéologie, 96 : 5-6.

Burnouf J., Arribet-Deroin D., Desachy B., Journot F. & Nissen A. 2012. Manuel d’archéologie médiévale et moderne, Armand Colin, Paris (collection U Histoire).

Carpentier V. & Marcigny C. 2014. Archéologie du Débarquement et de la Bataille de Normandie. Coédition Éditions Ouest-France/Inrap, Rennes (collection Histoire).

Demoule J.-P. & Landes C. 2009. La fabrique de l’archéologie en France. Coédition La Découverte/Inrap/Inha.

Demoule J.-P. 2013. « Nouveaux réalistes, nouveaux archéologues ? », Les Nouvelles de l’archéologie, 134 : 25-29.

Désfosses Y., Jacques A. & Prilaux G. 2008. L’archéologie de la Grande Guerre. Coédition Éditions Ouest-France/Inrap, Rennes (collection Histoire).

Dufour J.-Y. 2012. « Étude du bâti de l’auberge du Grand Cerf à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) », L’architecture vernaculaire, 36-37, 2012-2013.

http://www.pierreseche.com/AV_2012_dufour_grand_cerf

Dufour J.-Y. 2014. Le château de Roissy-en-France (95). Origine et développement d’une résidence seigneuriale en Pays-de-France (xiie-xixe siècle). Les Amis de la Revue archéologique d’Île-de-France, Vendrest (2e supplément à la Revue archéologique d’Île-de-France).

Dufour J.-Y. & Hurard S. 2010. « Les lieux auxiliaires de chasse à l’époque moderne. Trois exemples franciliens », Archéopages, 28, janvier 2010 : 60-65 [http://www.inrap.fr/userdata/c_bloc_file/8/8501/8501_fichier_dossier-dufour.pdf].

Gentili F. 2013. « Les sculptures du pavillon de l’Urss à l’exposition de 1937 », Les Nouvelles de l’archéologie, 134 : 12-19.

Haglund W. 2008. « L’archéologie et l’anthropologie médico-légales dans le contexte international », in : J.-P. Demoule & B. Stiegler, L’avenir du passé, modernité de l’archéologie. Coédition La Découverte/Inrap : 114-131.

Hurard S. 2012a. La ferme du Colombier à Varennes-sur-Seine (xvie-xviie siècles). Coédition Cnrs Éditions/Inrap (Recherches archéo-logiques, 3).

Hurard S. 2012b. « Le fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye, camp d’entraînement du xviie siècle  », in : J. Burnouf, D. Arribet-Deroin, B. Desachy, F. Journot & A. Nissen-Jaubert, Manuel d’archéologie médiévale et moderne. Armand Colin, Paris (collection U Histoire) : 45-46.

Horry A. 2012. Poteries de Lyon 1500-1850. Morceaux choisis du quotidien à Saint-Georges. Coédition Éditions lyonnaises d’art et d’histoire/Inrap.

Journot F. & Bellan G. 2011. Archéologie de la France moderne et contemporaine. Coédition La Découverte/Inrap, Paris.

Le Goff J. 2014. Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Le Seuil, Paris (La Librairie du xxie siècle).

Lemaire F. 2010. « Les camps napoléoniens d’Étaples-sur-Mer (camp de Montreuil 1803-1805). Recherches en cours », Revue du Nord, 388 : 39-49.

Mientjes A.C. 2009. « Une archéologie du monde moderne. La culture matérielle de la Renaissance à nos jours », in : J.-P. Demoule (dir.), L’Europe, un continent redécouvert par l’archéologie. Gallimard, Paris.

Péru J.-J. & Dufour J.-Y. À paraître. « Eléments d’histoire et d’archéologie des techniques arboricoles fruitières du village de Montreuil du milieu du xviie siècle aux années 1950. Le cas du pêcher ». In : Actes des rencontres d’archéobotaniques, Montpellier, à paraître.

Trombetta P.-J. 2004. « Archéologie du plus récent que l’ancien (xvie-xxie siècles) », Les Nouvelles de l’archéologie, 96 : 7-13.

Haut de page

Notes

1 http://www.memoriahistorica.gob.es/MapaFosas/index

2 http://www.irinnews.org/fr/report/99627

3 http://conflits.revues.org/2198?lang=en

4 « Un passé factice ? L’étude des vestiges contemporains comme outil critique de l’archéologie », table ronde Metz, 29-31 octobre 2014 [http://www.quentinletesson.com/wp-content/uploads/2014/09/Un-passé-factice.pdf].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende La fouille dans le jardin du cloître du couvent des Jacobins à Rennes (Ille-et-Vilaine, Gaëtan Le Cloirec, 2012) a révélé les fondations d’un bâtiment militaire du xxe siècle comprenant quatre imposantes cuves de blanchisserie
Crédits (© Hervé Paitier, Inrap).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2
Légende Le Clos des Pêches à Montreuil-sous-Bois, carte postale du xixe siècle
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2574/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Hurard, Yves Roumégoux et Dorothée Chaoui-Derieux, « L’archéologie à l’épreuve de la modernité », Les nouvelles de l'archéologie, 137 | 2014, 3-9.

Référence électronique

Séverine Hurard, Yves Roumégoux et Dorothée Chaoui-Derieux, « L’archéologie à l’épreuve de la modernité », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 137 | 2014, mis en ligne le , consulté le 26 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/2574 ; DOI : 10.4000/nda.2574

Haut de page

Auteurs

Séverine Hurard

Inrap Île-de-France, ArScan, Umr 7041, équipe Archéologies environnementales,
severine.hurard@inrap.fr

Articles du même auteur

Yves Roumégoux

Drac Île-de-France, Service régional de l’archéologie,
yves.roumegoux@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

  • Mémoires d’outre-monde [Texte intégral]
    Retour d’expérience sur l’archéologie des conflits du xxe siècle dans le Nord-Pas-de-Calais et en Île-de-France
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 137 | 2014

Dorothée Chaoui-Derieux

Drac Île-de-France, Service régional de l’archéologie, Umr 7041, équipe Archéologies environnementales,
dorothee.derieux@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org