Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie pour la ville
2/Aménager et partager la ville, le "vivre ensemble"

Jublains (Mayenne), de la capitale antique au village actuel

Regards croisés de l’élu et de l’archéologue
Pierrick Tranchevent
p. 56-59

Résumé

Jublains, petit village mayennais, est installé sur les vestiges d’une capitale de cité antique. Comment les habitants sont-ils passés d’une relation que l’on peut qualifier d’hostile vis-à-vis de l’archéologie à une attitude plus coopérative, voire participative ? Pour répondre au propos, seront d’abord évoquées les origines des conflits puis les moyens mis en œuvre conjointement par les élus et les archéologues (requalification, respect, modification des circulations, appropriation), pour cohabiter, échanger et cheminer ensemble vers la reconnaissance commune du site.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Jublains, diablinte, conflit, aménagement, romanité
Haut de page

Texte intégral

1Le titre du propos laisse supposer que l’archéologue et l’élu croisent naturellement leurs regards. Or, si les intérêts sont parfois communs, échanger et cheminer ensemble vers le même objectif ne font pas partie des réflexes, ni pour l’un, ni pour l’autre. L’expérience des vingt dernières années à Jublains montre pourtant bien que les élus et les archéologues sont liés, de manière fondamentale et durable.

2La thématique proposée pour les 6e rencontres nationales de l’Association nationale d’archéologie des collectivités territoriales (Anact), « L’archéologie pour la ville », nous a donné envie de réfléchir à ce qui avait permis, à Jublains, de passer d’une relation que l’on peut qualifier d’hostile vis-à-vis de l’archéologie à une attitude plus coopérative, voire participative, des habitants.

3Jublains est actuellement un petit village de Mayenne d’environ 700 habitants. Il occupe une partie d’un site antique bien plus vaste, correspondant à la ville de Noviodunum, capitale du territoire des Aulerques Diablintes (fig. 1 et 2). Cette ville a périclité au début du ive siècle mais une petite occupation a perduré jusqu’à aujourd’hui. De toute éternité, il semble que les Diablintes, nom que portent toujours aujourd’hui les habitants de ce village, ont vécu sur les vestiges antiques. Le souvenir de la ville romaine ne s’est jamais vraiment perdu, même si l’on doit à Prosper Mérimée la redécouverte officielle de Noviodunum, en 1839. C’est l’histoire de cette cohabitation, avec les ruines et avec ceux qui s’en occupent, les archéologues, qui est l’objet de cet article.

Fig. 1

Fig. 1

Plan de la ville antique et du village actuel (© CG 53).

Fig. 2

Fig. 2

Vue aérienne du site de Jublains (© 4 Vents).

À l’origine, une situation de conflit

4Entre les années 1970 et 1980, pendant plus de dix ans, les archéologues et les élus de la commune se sont opposés de manière parfois très frontale. Jublains est un village de paysans et l’agriculture est sa principale ressource. Les habitants ont souvent été gratifiés par les autorités administratives d’une série de qualificatifs peu élogieux et condescendants, montrant leur supériorité intellectuelle et statutaire. L’opinion répandue était que les habitants de Jublains étaient des rustres qui ne comprenaient rien à rien et ignoraient le trésor sur lequel ils étaient assis.

5Dans les années 1980, la réfection du chauffage de l’église a conduit à la redécouverte du bâtiment thermal antique. En est né un conflit qui a particulièrement marqué le village : le curé était favorable au déplacement de l’église pour sauver les thermes alors que, à l’inverse, le maire souhaitait conserver l’église au détriment des thermes ! D’autres « folies » ont eu lieu à la même époque. La construction du stade de football s’est soldée par la disparition des vestiges d’une domus romaine qui ont été purement et simplement rasés en pleine nuit sur ordre du maire. À cette époque, lorsque des fondations étaient nécessaires pour construire une maison neuve, elles étaient réalisées la nuit pour ne pas être vues des archéologues. Le vécu des habitants par rapport à l’archéologie se résumait donc simplement à une somme de contraintes pesant sur leur quotidien et sur leurs projets.

6En 1995, alors que le conflit avait déjà diminué d’intensité, deux événements se sont croisés : j’ai été élu maire et le musée archéologique départemental a été inauguré. Les autorités politiques du département me rappelaient alors, chaque fois que possible, les montants très conséquents investis dans un village hostile au développement, en soulignant le fait que cela ne pouvait durer !

7Comprendre et analyser cette opposition sont donc devenus pour moi un besoin et une envie, afin d’obtenir d’une partie plus importante de la population un soutien et une appropriation du passé antique. Quatre phases ont été déterminantes et ont contribué à un changement de posture de la part des habitants.

Une phase de requalification des Diablintes comme des acteurs positifs de l’archéologie

8En consultant les délibérations du conseil municipal, j’ai pris connaissance des positions sur les questions de développement et de grands travaux tels que l’arrivée de l’eau potable ou de l’électricité, ou encore la création de zones artisanales. Tous les élus qui se sont succédé à la mairie de Jublains ont dû faire face au refus des habitants, affirmé avec une grande constance, de toute innovation concernant l’eau, l’électricité, la construction des routes et surtout le développement du commerce et de l’artisanat.

9Je pense, même si cette position peut sembler iconoclaste, que les Diablintes ont, sans doute inconsciemment, protégé collectivement et efficacement le site archéologique en refusant tout progrès. J’ai donc commencé, avec l’archéologue départemental mais aussi avec le président du Conseil général et les autorités préfectorales, à tenir un discours officiel sur la reconnaissance nécessaire qui devait être témoignée aux habitants.

Des postures relationnelles nouvelles

10Il y a eu également des éléments de contexte très favorables puisque nous avons eu rapidement avec le conservateur de l’époque, M. Jacques Naveau, une excellente entente et une complicité qui nous ont permis de favoriser cette réconciliation entre les habitants et l’archéologie. Une nécessaire phase d’explication, de pédagogie et d’écoute a permis un travail de réconciliation, d’adhésion et d’engagements pour le développement du site.

11J’insiste sur les dynamiques d’interactions de ce processus : quand on sait entendre, écouter, comprendre véritablement, on finit toujours, en retour, par être entendu et compris soi-même, d’une manière tout aussi véritable.

Apprendre avec les pieds : une proposition paradoxale

12Une autre proposition paradoxale a été d’acquérir des terrains dans l’emprise de la ville antique afin d’y créer un lotissement. Deux objectifs étaient visés. Le premier était de « régler les dettes » entre le village et les autorités, quelles qu’elles soient, et de répondre à la demande des Diablintes de construction d’un lotissement pour vivre à cet endroit. C’était, selon moi, un acte de reconnaissance envers le « sacrifice » qu’avaient consenti les habitants et qui avait permis de protéger le site très efficacement. La seconde idée était que l’implantation de ce lieu de vie allait modifier profondément les habitudes de circulation dans le village. Il allait permettre d’abattre les murs physiques, mais aussi les murs invisibles des résistances anciennes, modifiant par là même la déambulation des habitants. J’ai fait le pari que lorsque l’on modifie ses chemins, on modifie aussi ses apprentissages et ses croyances.

13Cette méthode est souvent bien plus efficace que les discours ancrés dans de profondes convictions, qui ne font que renforcer les réticences. Le résultat est aujourd’hui tel qu’on l’espérait : les enfants ont d’abord modifié leur chemin pour aller à l’école en empruntant le parcours archéologique ; ils ont été suivis très rapidement par les personnes âgées.

14La construction du lotissement a été précédée d’une phase de fouille à la fois contraignante et enrichissante. En effet, la découverte d’un véritable quartier artisanal a généré des réflexions sur la place de l’artisanat dans le village. Cela a abouti, en lien avec la communauté de communes du pays de Mayenne, à l’ouverture d’un « Forum des métiers d’art », véritable vitrine des artisans d’art du département. Ainsi, les contraintes se sont transformées en opportunités.

La rénovation du bourg, ou comment la contrainte change de camp

15En 1997, un projet d’aménagement du bourg voit le jour ; il fédère les élus, les habitants et les acteurs de l’archéologie et du patrimoine. Il rassemble la commune, le département et l’État. Pour la première fois, c’est la commune qui porte le projet et qui invite le département, et non l’inverse. Après une phase de concertation, l’exécution du projet passe notamment par des réunions de chantier où les acteurs sont, et cela est extrêmement important, physiquement réunis. Cela contribue à mettre en scène, après la période conflictuelle, une phase de « coproduction », celle où les hommes se rassemblent et se parlent. L’horizontalité fait place à la verticalité précédente.

16Un dogme a servi de guide, en permanence, pour l’aménagement de Jublains : signifier la romanité de la ville, chaque fois que possible, de manière sobre et contemporaine. Nous avons décidé de décliner cette maxime à tous les niveaux : aménagements urbains, programmation culturelle, mais également fleurissement et dans l’ensemble des projets de réhabilitation.

17Le projet d’aménagement du bourg a donné lieu à des moments particulièrement forts. Les travaux autour de l’église ont permis de mener des fouilles sur des salles du bâtiment thermal parfaitement conservées sous la couche de bitume (fig. 3). Les habitants ont pu, pendant plusieurs mois, cohabiter avec les vestiges archéologiques au cœur de leur quotidien. Cette situation n’était pas banale ; alors qu’habituellement les rues sont calmes et désertées, les habitants sortaient de chez eux le soir pour prendre connaissance des vestiges présents devant leur porte.

Fig. 3

Fig. 3

Fouilles des thermes autour de l’église lors des travaux d’aménagement (© CG 53).

18C’était donc bien une forte émotion qu'ils partageraient avec les archéologues ! Et, pour la première fois également, la contrainte avait probablement changé de camp puisque ceux-ci ont réalisé les fouilles dans un temps minimum et en plein hiver. Le monde rural est habitué au travail difficile ; le fait de voir les archéologues au travail au cœur du village par tous les temps est un élément important qui force le respect et permet la reconnaissance mutuelle, « entre travailleurs », s’il est possible de s’exprimer ainsi.

19La politique d’aménagement du bourg s’est achevée en 2001 et la commune a été récompensée pour son embellissement (fig. 4). Ces récompenses, dont la presse s’est faite largement l’écho, ont aussi contribué à participer à la reconnaissance que les habitants étaient en droit d’avoir, pour la protection inconsciente du site qu’ils avaient menée avant et après la seconde guerre mondiale. Cette période de cinq ans a été synonyme de profonde mutation pour l’ensemble du village.

Fig. 4

Fig. 4

Aménagement autour de l’église restituant le tracé du bâtiment thermal (© Pierrick Tranchevent).

En guise de conclusion

20On pourrait tout d’abord proposer, en quelques phrases, des principes forts à ne pas oublier : l’importance de la posture et de la qualité relationnelle, l’importance du travail collectif, la création d’un contexte favorable plutôt que la volonté de convaincre par des discours, la reconnaissance officielle des mérites de chacun.

21Aujourd’hui, il n’y a plus vraiment de conflits à Jublains sur les questions archéologiques mais la question de la relation entre la ville et son passé se pose toujours. Les solutions trouvées ces quinze dernières années ont apaisé les tensions et intégré la dimension antique de la ville dans le quotidien des habitants. Pour autant, cette adhésion n’est en aucun cas un fait acquis. Dans ce contexte, la réhabilitation du parcours archéologique, engagée en 2014, et l’existence du musée sont des outils qui doivent permettre de maintenir le lien et tisser de nouvelles formes de relations. En effet, la plupart des Diablintes ne vont pas naturellement au musée et se méfient, a priori, d’un lieu de savoir qu’ils ne pensent « pas fait pour eux ». C’est donc par d’autres chemins, au détour d’une promenade que permettra le nouveau parcours (l’enjeu de la gratuité est ici réel), en emmenant les enfants participer à un atelier des vacances au musée (alors que les parents n’iraient pas pour eux-mêmes), ou encore en intégrant l’Association des parents d’élèves par le biais d’une buvette à une manifestation, que les Diablintes font peu à peu entrer l’histoire de la ville dans leur quotidien.

22C’est cependant par une question que je souhaite terminer mon propos, en évoquant les jeunes générations, qui semblent nettement moins sensibles à l’attrait du site et au patrimoine que leurs aînés. Qu’est-ce qui pourrait aujourd’hui faire sens pour ces générations hyper-connectées, dans une société totalement mondialisée ? Qu’est-ce qui pourrait continuer à faire adhésion au projet archéologique et leur donner l’envie de s’engager ?

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan de la ville antique et du village actuel (© CG 53).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 2
Légende Vue aérienne du site de Jublains (© 4 Vents).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2551/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig. 3
Légende Fouilles des thermes autour de l’église lors des travaux d’aménagement (© CG 53).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2551/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 4
Légende Aménagement autour de l’église restituant le tracé du bâtiment thermal (© Pierrick Tranchevent).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2551/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierrick Tranchevent, « Jublains (Mayenne), de la capitale antique au village actuel  », Les nouvelles de l'archéologie, 136 | 2014, 56-59.

Référence électronique

Pierrick Tranchevent, « Jublains (Mayenne), de la capitale antique au village actuel  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 136 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/2551 ; DOI : 10.4000/nda.2551

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org