Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie pour la ville
2/Aménager et partager la ville, le "vivre ensemble"

Saint-Denis, une lecture archéologique entre visible et invisible

Christelle Amand-Chamousset et Nicole Rodrigues
p. 52-56

Résumés

Au nord de la basilique de Saint-Denis, dans les années 1970–1980, 13,5 hectares de rénovation urbaine ont permis de développer un programme de recherches en archéologie urbaine qui a mis en évidence les grandes étapes du développement de l’agglomération. Depuis, l’Unité d’archéologie de Saint-Denis, avec plus de 220 interventions, a constitué un maillage archéologique du territoire communal, sur les bases duquel s’est construit le projet « Archéologie territoire et citoyenneté ». Le travail de sensibilisation de la population multiculturelle de Saint-Denis, autour de la lecture de la ville, s’est construit à partir d’outils innovants créés en fonction d’une réflexion en constant renouvellement. Ainsi, renforcée par la Fabrique de la ville, une démarche s’impose aujourd’hui autour d’une approche sensible du territoire et active des habitants, d’une inscription dans un temps long facilitant le passage du quartier à la ville.

Haut de page

Texte intégral

Des données archéologiques pour comprendre la ville visible

1Depuis 1995, 220 opérations d’archéologie préventive ont été effectuées à Saint-Denis, tissant progressivement un véritable maillage archéologique du territoire se tisse et l'étoffant par des données nouvelles. Pendant près de vingt ans, elles se sont concentrées au nord de l’église abbatiale, à l’intérieur du périmètre de la « Zac-Ru Basilique », permettant de mieux cerner les mécanismes du développement urbain (Wyss 1996). Depuis 2009, une fouille programmée a pour objectif de préciser, valider ou infirmer certaines des hypothèses émises lors de ce vaste programme de recherche en archéologie urbaine.

2Au nord de la basilique, ce sont des secteurs clefs qui ont été fouillés : un ensemble monumental composé d’églises constituant, dès le vie siècle, une limite à l’aire funéraire ; plus au nord, les structures du bourg monastique carolingien puis celles de la ville médiévale avec son quartier artisanal. Aucune des ces structures révélées par l’archéologie n’a été conservée en place et, lors de la rénovation urbaine, seul le tracé du réseau viaire a été évoqué.

3Saint-Denis n’est pas une ville-musée. Elle compte environ 104 000 habitants – auxquels s’ajoute quotidiennement un flux de plus de 70 000 salariés. Dans cette ville, multiculturelle où cohabitent cent nationalités, le taux de chômage dépasse 20 %, les moins de 20 ans représentent 28 % de la population et un groupe scolaire est inauguré tous les deux ans. L'urbanisation y est très intense et, sur les friches d'anciennes usines désaffectées s'implantent, des quartiers d’affaires et de logements. Dans le centre-ville, les cœurs d’îlots sont maintenant investis pour accroître la densité urbaine.

4Dans ces territoires de banlieue, la trame urbaine masque la ville ancienne et les habitants manquent de repères spatiaux et temporels. C’est pour y remédier qu’a été expérimenté, à partir de 1998, puis validé en 2011, le projet « Archéologie, territoire et citoyenneté » ; conjuguant une visée scientifique à des objectifs de socialisation, il s’inscrit pleinement dans la dynamique de l’archéologie territoriale tout en participant au développement local (Rodrigues 2010).

5De manière générale, une infime partie du Saint-Denis ancien, y compris ses équipements de l'ère industrielle, est encore visible et seule la basilique-cathédrale évoque son passé médiéval. L’archéologie permet de porter à la connaissance de tous les vestiges des différentes périodes de l’histoire qui ont « fait » la ville, d’en offrir une approche concrète, presque palpable. Elle permet de faire resurgir une « ville invisible » (Rodrigues 2000), de déceler la cohérence d’un réseau viaire, de révéler les anciennes fonctions des cœurs d’îlots urbains, de porter un nouveau regard sur des quartiers périphériques.

6Plusieurs projets ont été menés pour rendre visible cette ville invisible. Grâce aux restitutions 3D de l’ensemble monumental qui s’est développé aux abords immédiats de l’église abbatiale, il est possible de visualiser l’évolution de ce complexe ecclésiastique, de ses origines tardo-antiques jusqu’au xiiie siècle (Saint-Denis 2006). Dans le même secteur, les données archéologiques ont été mises à profit lors de l’aménagement du jardin Pierre de Montreuil pour rendre lisibles certains de ces édifices. Ainsi, la succession de trois églises de fondation mérovingienne a été matérialisée par des charmilles et l’emprise exacte du mausolée des Valois, qui adoptait le plan circulaire d’une rotonde, a été évoquée de manière minérale et végétale (Saint-Denis 2006).

7Tout en travaillant ce type d’approche, l’Unité d’archéologie a développé une série de projets, à la fois concrets et sensibles, et a inventé des outils de lecture de l’espace urbain destinés à capter l’attention du public le plus large, à inciter ceux qui vivent et travaillent à Saint-Denis à découvrir leurs racines urbaines et à mieux se repérer dans le territoire. Il s’agit d’une médiation entre le visible et l’invisible.

Expériences de socialisation à partir de la ville invisible

8Le « Parcours historique de la basilique au stade de France » est marqué par vingt bornes de taille humaine qui invitent à découvrir les étapes de la formation de la ville, depuis ses origines jusqu’au xxie siècle, en prenant le temps de s’arrêter pour lire les informations qu’elles offrent : textes et plans, images ou reproductions d’objets emblématiques d’une période ou d’une activité. Ce parcours, dans l’espace et dans le temps, invite à découvrir une ville invisible qui se révèle pas à pas. Il propose d’apprivoiser la ville ancienne et de se laisser apprivoiser par la ville actuelle. Ce projet, réalisé en 1998 et restauré en 2011, a structuré les premières approches du service en matière de lecture du territoire.

9Le « puzzle évolutif du territoire communal » se présente sous la forme d’une mallette renfermant des plans et des calques présentant les principales transformations du territoire, de la période carolingienne à nos jours. Cette série de puzzles superposés à l'image de strates archéologiques permet ainsi de remonter le temps et d'aborder le phénomène urbain de manière très visuelle, entre changements et persistances. Ce support pédagogique se transporte d’un collège ou d’un quartier à l’autre. Lors de réunions organisées avec les habitants, il se transforme en table d’information, éveille la mémoire des anciens, aiguise la curiosité des plus jeunes ou des nouveaux arrivés, permet de créer des passerelles entre les générations et de tisser du lien social. À contre-courant des approches virtuelles, ces morceaux de puzzle cartonnés offrent la sensation de palper des tranches urbaines, de tenir sa ville entre ses mains.

10« Archéo à Joliot » est une exposition montée dans une « antenne jeunesse » de la cité Joliot-Curie à Saint-Denis par les jeunes fréquentant ce local. Il s’agit du projet « égalité des chances » mené par un élève conservateur de l’Institut national du patrimoine, lors d’un stage à l’Unité d’archéologie en 2007, en collaboration avec l’équipe de médiation culturelle du service et en partenariat avec les directions municipales Jeunesse, Communication et Vie des quartiers. L’objectif était de sensibiliser les jeunes à l’histoire de Saint-Denis au travers des résultats d’un diagnostic archéologique effectué au pied de leur cité. Pendant trois mois, les jeunes ont découvert l’archéologie et l’histoire de la ville, les protocoles d’enregistrement et de conservation préventive, la scénographie. Ils ont appris à manipuler des objets, à lire et à recopier des numéros d’inventaire. Ils se sont attachés à rédiger des cartels, à travailler avec différents intervenants, à aménager des vitrines, à respecter des normes, un protocole et un planning précis avec une date d’inauguration officielle à la clef. Ce projet, tout en exigence et en patience, en pédagogie et en confiance, a débuté avec deux participants et s’est conclu avec douze. Il s'est ensuite prolongé par la réalisation d’un calendrier élaboré par les jeunes.

11« La Fabrique de la ville » (fig. 1) comporte une fouille programmée en archéologie urbaine visant à étudier le cœur d’un îlot urbain, à moins de 150 m de la basilique. Cet espace traversé par l’enceinte du bourg monastique carolingien recèle des vestiges tangibles de l’artisanat urbain, du Moyen Âge à la période contemporaine, et conserve encore quelques édifices du Saint-Denis préindustriel. Ce projet comprend également une opération d’archéologie du bâti engagée sur deux maisons de ville lors de leur réhabilitation en Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine de Saint-Denis. Elle a abouti à une structure innovante, la « Maison échafaudage ». Avec leurs charpentes apparentes, semblables à des squelettes de maisons, ces édifices ont été englobés dans un échafaudage accessible au public. Cette structure métallique couverte d’une bâche circassienne est construite pour dix ans. Elle a été conçue par une équipe d’architectes renommés, Patrick Bouchain et Loïc Julienne (Construire), Pierre Schneider et François Wunschel (1024 architecture). Les visiteurs peuvent la longer, la traverser, la surplomber mais aussi monter sur une tour, également en échafaudage, pour voir l’îlot d’en haut et la ville alentour. « La Fabrique de la ville » est le fruit d’un travail scientifique et d'une médiation culturelle, une approche coordonnée, concertée qui conçoit la lecture de la ville comme un pas vers la citoyenneté (Rodrigues & Goret 2012).

Fig. 1

Fig. 1

Fabrique de la ville : sa fouille programmée et sa Maison-échafaudage (cliché J. Mangin, doc. Uasd).

Donner un sens à son territoire, en être acteur : quelle réception en ont les publics ?

12Deux entrées ont été expérimentées, à partir du centre-ville et des quartiers.

Centre-ville, centre historique

13Un constat s’est imposé :, perçue comme une « simple » église, déconnectée d’un environnement urbain qui ne permet plus de la lire, la basilique était mal comprise. Si le Saint-Denis médiéval avait déjà disparu au xixe siècle, la rénovation urbaine des années 1970 et 1980 a renforcé le phénomène : d’un point de vue architectural, le centre-ville ne correspond plus à (et ne se lit plus comme) la partie la plus ancienne de la ville. Ce constat fait à la suite de l’accueil de nombreux groupes, originaires ou non de Saint-Denis, s'est confirmé lors des ouvertures publiques de la fouille programmée de « La Fabrique de la ville » menée, rappelons-le, à 150 m de la basilique (Chamousset & Goret 2011). L’enjeu est donc de comprendre un centre historique qui, visiblement, n’existe plus, d’appréhender l’héritage long de la ville et de prendre conscience d’une histoire qui se poursuit.

14La fouille programmée crée d’abord une surprise, celle de voir des fouilles à Saint-Denis, perçue comme une ville « de banlieue » avec tous les préjugés liés à cette qualification (une histoire récente, uniquement, ou presque, liée à Paris). L’idée est alors de faire émerger une évidence et un cheminement de pensée : la basilique, qui est aussi la nécropole royale, ne fonctionne pas seule ; elle est en fait une abbatiale, le centre d’un complexe qui rayonne sur un territoire donné.

15Nous retenons et assimilons ce que nous avons compris et déduit mieux que ce que nous avons entendu. La médiation développée reprend en conséquence le principe des poupées russes : tout s’imbrique. Elle a pour objectif, par le « prétexte archéologique », d’interroger ce qui nous entoure, de porter un regard neuf, plus que critique, sur ce qui constitue notre paysage urbain, et de voir tous ses constituants comme autant d’indices d’une ville à lire. « La Fabrique de la ville » s’y prête car, au-delà de la fouille, nous nous fondons sur la morphologie urbaine actuelle et sur celle reçue en héritage. Au-dessus de la ville, depuis la tour-belvédère, ou encore à l’aide d’un plan ancien au cours d'une balade urbaine, nous interrogeons la ville visible en la confrontant à des éléments concrets : toponymie, voiries, places et bâti reprenant les tracés des enceintes successives, etc. Les témoignages du bâti ancien sont relevés : à l’ouest de l’emprise de la fouille programmée, lavoir et séchoir, témoignages du Saint-Denis préindustriel, se dressent encore. Le public ne les voit qu’une fois signalés… L’archéologie, ce n’est pas uniquement baisser la tête pour observer des « trous » !

16La sensibilisation commence donc avec un ancrage fort, monumental – c’est-à-dire visible et concret – : la basilique Elle s’appuie ensuite sur la curiosité et la surprise grâce à la fouille en aire ouverte en cœur d’îlot, dont les problématiques renvoient à l'organisation évolutive d’espaces. Elle s’ouvre enfin vers le reste du territoire à l’aide de la Maison-échafaudage, toujours en partant d’éléments tangibles. À titre d'exemple, prenons l'état au xviiie siècle de la maison, avec son écurie au rez-de-chaussée. Ce vaste bâtiment, tronqué à cause du réalignement de la rue, traduit les embellissements de la ville à cette époque. Littéralement coupé en deux et transformé en logement vers 1900, l'édifice témoigne ensuite de l'explosion démographique, consécutive à la révolution industrielle.

17Ce travail, qui prend ainsi le centre-ville comme point de départ, fonctionne avec les publics qui viennent à nous : touristes orientés par les relais-partenaires (Centre des monuments nationaux/basilique nécropole royale, Office de tourisme intercommunal Saint-Denis-Plaine commune), habitants du centre-ville, associations, groupes scolaires, etc., attirés d'abord par la basilique ou l'archéologie en tant que science. Cette approche s'appuie, en toute cohérence, sur l’histoire du service qui s'est forgée à partir de la fouille de la Zac-Ru Basilique.

Les quartiers dits périphériques… passer du quartier à la ville

18Partir des quartiers s’est révélé une nécessité. La pratique du territoire nous a incités à développer cette démarche inverse de la précédente pour attirer des publics dits "empêchés" ou éloignés des pratiques culturelles. De nouveau, un constat s'impose : il existe une identité de quartier très forte, à l’échelle de la cité. Venir en centre-ville, « c’est venir à Saint-Denis ».

19Comment « retravailler » avec les habitants de ces quartiers pour renforcer la cohésion du territoire de la ville ? Quel lien faire entre celui-ci, une histoire de quartier et une histoire de centre-ville ? Comment inciter à s'aventurer, intellectuellement et physiquement, de ces mêmes quartiers ?

20Il s’agit de procéder par étapes. La première – prendre conscience que « mon quartier a une histoire et qu'elle se poursuit » –, prend tout son sens lorsqu’il s’agit d’inscrire le quartier et ses mutations actuelles dans un temps long.

21Dans le cas du quartier Saint-Rémy (faubourg attesté dès le haut Moyen Âge, à l’est du centre-ville actuel), l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) a programmé la démolition de barres d'immeubles, la réhabilitation de logements et la construction d'un nouvel ensemble d’habitations à taille humaine, la requalification des voiries et des squares, l'implantation d'un centre commercial et de services publics. D’un point de vue social, ce dossier est lourd car il implique notamment des solutions de relogement. De plus s’y greffe, pour les archéologues, la difficulté d’être les premiers à marquer l’acte de destruction, traumatisant, par l’arrivée de la pelle mécanique. Il leur fallait donc préparer en amont leur arrivée. À Saint-Rémy, l'idée a été de s’appuyer sur une histoire ancienne, celle d'un bourg qui fut détruit à deux reprises, notamment lors de la mise en défense de la ville au xive siècle. Construire, détruire, reconstruire : la ville est en perpétuel mouvement ; une disparition n’est pas une fin en soi, elle annonce une nouvelle étape et c’est en développant cette idée que l'accompagnement a pu se faire. Chacun comprend que tout ne se passe pas en centre-ville. Le quartier a une histoire, est « digne d'intérêt » pour les archéologues. Par conséquent, c’est un cadre de vie que l’on valorise par cette étude.

22Dans ce type de contexte, une médiation, que l’on peut qualifier d’indirecte, est développée : exposition sur l’histoire du quartier présentée dans l’espace urbain, livret distribué de la main à la main ou dans les boîtes aux lettres, panneaux implantés pour signaler une intervention archéologique. Une médiation directe, qui peut varier d’une simple intervention en réunion de quartier à une démarche de projet, peut être intégrée.

23Dans le cas d’Archéo à Joliot, évoqué précédemment, ce qui a frappé ces jeunes de 15-16 ans, c’est l’existence de leur « quartier » sur la restitution de la ville de l’an mil proposée par les archéologues. Nous l'avons compris lorsqu'ils ont spontanément choisi d'illustrer la couverture du support de restitution du projet par cette représentation de la ville. L'expression de ce choix a donné tout son sens au travail mené les semaines précédentes : à leur manière, ces jeunes ont réinvesti et traduit pour nous le sens des ateliers du mercredi après-midi. Pour le médiateur, un cap a été franchi. La réflexion qui a conduit au choix d'un calendrier égrenant, mois par mois, les étapes du montage de l'exposition au sein de l'antenne-jeunesse témoigne également, à sa manière, de l'appropriation du propos. Les jeunes ont refusé la conventionnelle proposition d'un livret et lui ont préféré un calendrier parce qu’il s’agit d’un support « utile », qui serait « respecté et conservé » (fig. 2). Ce souci les a poussés à le distribuer eux-mêmes lors d'une fête de quartier.

Fig. 2

Fig. 2

Couverture et page illustrant le mois de décembre du calendrier-restitution Archéo à Joliot, 2008 (doc. Uasd).

24La deuxième étape est : « comprendre mon cadre de vie et prendre conscience que je suis acteur de ma ville ». Le projet « Du quartier à la ville » a été initié pour la première fois avec des jeunes d’un village d’insertion rom, installé dans les anciennes douves d’un fort du xixe siècle. Le mouvement Atd Quart-Monde, très actif sur le site, a été notre partenaire dans cette action.

25Les cinq séances de médiation étaient guidées par le souci d'inscrire le village dans son quartier tout en éveillant la curiosité pour le reste de la ville. En croisant puzzle évolutif du territoire et balade urbaine dans le quartier, l'idée était d'introduire un rapport de confiance en plaçant archéologues et usagers à égalité : les deux parties ont exprimé à l'autre leur vision du quartier, ce qui leur semblait important et constitutif de l'identité et de l'intérêt de cet espace. En confrontant leurs points de vue, ils ont échangé des « clefs de ville », celles de l’histoire passée et de l’histoire en devenir.

26Rattacher ensuite cet espace de vie au centre historique et au reste du territoire communal, c’est le raccorder à une même histoire, celle de la ville, et l'y relier grâce à « La Fabrique de la ville ». Percevoir la notion de traces, matérielles, toponymiques, urbanistiques, bâties, c’est prendre conscience que l’on construit et participe à l’histoire en marche, à la ville de demain. Dans cette optique, nous avons demandé aux participants de choisir « quelque chose » qu'ils souhaiteraient laisser et élever à la valeur de traces de leur passage à Saint-Denis.

Être capable de réinvestir… ailleurs

27Une dernière approche peut être évoquée en guise de synthèse : celle d’un projet construit avec le « professeur-relais », détaché à l'Unité d'archéologie quelques heures par semaine par le rectorat de Créteil, et mené avec une classe de 4e latinistes d’un collège de la Plaine Saint-Denis.

28Dans le Saint-Denis médiéval, la notion de source historique a été interrogée. Qu’est-ce qui fait trace ? Comment interroger de manière critique ces sources ? Comment croiser et confronter sources écrites, textuelles, iconographiques, archéologiques ?

29L’exemple du centre-ville a été pris pour recenser les marqueurs porteurs de sens du territoire et profiter de l’opportunité d’une fouille archéologique accessible, « La Fabrique de la ville » : balade urbaine, plan historique en main pour confronter la représentation de la ville ancienne et la structuration de la ville actuelle, étude du bâti, interrogation du mobilier archéologique en relation avec le site où il a été découvert.

30Un travail sensiblement similaire a ensuite été entrepris à la Plaine, dans le quartier des élèves ; cet espace quasiment « neuf » et en totale restructuration garde des traces de son passé industriel : organisation de la voirie, architecture et matériaux des bâtiments, toponymie, portions de rails de chemin de fer intégrés au bitume, implantation des réseaux de transports, etc.

31Enfin, la même démarche et le même questionnement ont été posés aux mêmes élèves en voyage à Périgueux et dans ses environs. Il ne s'agissait plus pour eux de s'approprier et de questionner leur espace proche mais d'appliquer ce qu'ils avaient appris à un territoire aux problématiques différentes, celles de la romanisation et de la ruralité, pour croiser le visible et l'invisible.

Haut de page

Bibliographie

Chamousset C. & Goret J.-F. 2011. « La fouille de l’îlot Cygne à Saint-Denis, pour une archéologie partagée », Les Nouvelles de l’archéologie, 124 : 59-64.

Rodrigues N. 2000. « La ville invisible », La revue Zodiaque, 6 : 34-35.

Rodrigues N. 2010. « Saint-Denis, archéologie, territoire et citoyenneté », in : J. Chapelot (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir. Caen, Centre de recherches archéologiques et historiques médiévales : 369-374.

Rodrigues N. & Goret J.-F. 2012. « Saint-Denis, La Fabrique de la ville », Archéologia, 501 : 23-29.

Saint-Denis 2006. « Saint-Denis, une ville au Moyen Âge », Grands sites archéologiques, Publications électroniques du Ministère de la culture et de la communication : http://www.saint-denis.culture.fr.

Wyss M. (dir.). 1996. Atlas historique de Saint-Denis : des origines au xviiie siècle, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme (Documents d’archéologie française, 59).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Fabrique de la ville : sa fouille programmée et sa Maison-échafaudage (cliché J. Mangin, doc. Uasd).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2539/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 2
Légende Couverture et page illustrant le mois de décembre du calendrier-restitution Archéo à Joliot, 2008 (doc. Uasd).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2539/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 865k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Amand-Chamousset et Nicole Rodrigues, « Saint-Denis, une lecture archéologique entre visible et invisible », Les nouvelles de l'archéologie, 136 | 2014, 52-56.

Référence électronique

Christelle Amand-Chamousset et Nicole Rodrigues, « Saint-Denis, une lecture archéologique entre visible et invisible », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 136 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/2539 ; DOI : 10.4000/nda.2539

Haut de page

Auteurs

Christelle Amand-Chamousset

Chargée de l’action culturelle, Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis (Uasd), christelle.amand@ville-saint-denis.fr.

Nicole Rodrigues

Directrice de l’Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis,
nicole.rodrigues@ville-saint-denis.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org