Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie pour la ville
2/Aménager et partager la ville, le "vivre ensemble"

Ruines en ville, ville en ruines

Jean-Marc Mignon
p. 48-51

Résumé

Les problématiques liées à l’intégration des vestiges archéologiques en milieu urbain, s’avèrent, même pour de grands sites dont la renommée n’est plus à faire comme à Vaison-la-Romaine, toujours d’actualité. Ainsi la scénographie, remarquable mais néanmoins figée des vestiges archéologiques dans la ville actuelle, accuse de nos jours un manque d’attractivité sensible pour les touristes et les Vaisonnais eux-mêmes. Quelques opérations archéologiques récentes et deux projets de restauration et de valorisation concernant l’un la célèbre Maison au Dauphin, l’autre les vestiges récemment découverts du forum, sont néanmoins à l’origine d’un regain d’intérêt pour le devenir et l’usage des vestiges archéologiques récemment et anciennement exhumés. Une nécessaire réflexion sur les questions de protection des vestiges, de réintégration d’éléments de décor originaux, de mise en œuvre de restitutions et de parcours de visite, et plus largement sur le sens de la conservation des ruines en milieu urbain, devrait à terme conduire à une réappropriation du patrimoine antique vaisonnais.

Haut de page

Texte intégral

1Le titre quelque peu accrocheur de cette communication, qui pourrait aussi s’intituler « Ruines dans la ville – Ville dans les ruines », sera l’occasion d’évoquer le cas particulier et exemplaire de Vaison-la-Romaine où ruines antiques et ville actuelle se mêlent tout en se reflétant mutuellement dans une mise en abyme réciproque.

2Avec à l’esprit cette notion de reflet, il s’agira de présenter les deux facettes – positive et négative – de cette mise en scène remarquable mais néanmoins figée des vestiges archéologiques dans la ville, puis d’évoquer une série de découvertes récentes posant à nouveau la question de l’intégration des ruines dans l’agglomération, enfin d’annoncer la démarche très récemment amorcée par la municipalité visant à préparer l’avenir de ce patrimoine ruiné dans son écrin urbain.

3La ville actuelle de Vaison-la-Romaine résulte d’une évolution historique et urbanistique singulière dans un site naturel remarquable, dont il paraît opportun de rappeler ici, de façon synthétique, les grandes étapes et les caractéristiques majeures (Sautel 1939 ; 1941-1942 ; Provost & Meffre 2003).

4Le site naturel de Vaison, scindé en deux par le cours torrentueux de l’Ouvèze, se compose, rive gauche, d’un promontoire rocheux, pentu et exposé au vent dominant – le Mistral – et, rive droite, d’une plaine alluviale faiblement inclinée, humide et jouissant d’une bonne exposition solaire. L’occupation humaine du site s’est ainsi partagée entre les deux rives, alternant entre le promontoire ou la plaine au gré des périodes historiques.

5L’occupation par les Gaulois Voconces est avant tout caractérisée par un habitat aggloméré et protégé par une enceinte, implanté sur le promontoire rocheux de la rive gauche et complété par des habitats isolés se développant dans la plaine, sans doute en lien avec une activité agricole.

6À l’inverse, la ville gallo-romaine s’est principalement développée rive droite, sur des terrains se prêtant davantage à la mise en œuvre d’un urbanisme régulier et à la construction de grands édifices publics et de vastes domus, sans exclure toutefois le cours de la rivière ni le promontoire rocheux de la mise en scène urbanistique et architecturale, comme le montre la monumentalisation des berges de l’Ouvèze par exemple (Mignon 1999-2000).

7Pendant l’Antiquité tardive puis le haut Moyen Âge, l’agglomération s'est rétractée et concentrée rive droite, autour d’un nouveau lieu de culte et des complexes monumentaux antiques partiellement ruinés tels que les thermes publics et le forum.

8Au Moyen Âge médian, le réinvestissement du promontoire rocheux a généré une agglomération double : la ville comtale, perchée et agglomérée au pied du château des comtes de Toulouse, et la ville épiscopale, établie dans la plaine autour de la cathédrale, sur et dans les ruines antiques.

9Cette situation n’a pourtant pas perduré au-delà du début du xiiie siècle et, à la suite d’un conflit perdu par les évêques de Vaison au profit des comtes de Toulouse, Vaison s’est réduite à la seule ville comtale. Ne demeure plus en plaine que la vieille cathédrale, bientôt supplantée par une nouvelle construite dans la ville haute.

10Après l’époque moderne durant laquelle Vaison apparaît strictement limitée à la ville haute, la période contemporaine voit se déployer en rive droite, au débouché du pont romain et autour de la patte d’oie formée par les routes d’Orange, Villedieu et Nyons, un bourg puis une vaste place du marché et, enfin, l'urbanisation progressive des terrains alentour. À la fin du xixe siècle, une nouvelle translation s’opère du site perché vers la plaine, entraînant, à l’image du processus de romanisation de la capitale des Voconces à la fin du ier siècle av. J.-C., l’abandon et la ruine de la ville haute.

11Enfin, la seconde moitié du xxe siècle a vu se développer très largement la ville basse par la création d’équipements, de lotissements puis de zones commerciales et artisanales, et renaître la ville haute, réinvestie dans un premier temps par des résidences secondaires puis restaurée et à nouveau entretenue et occupée tout au long de l’année.

12Ces déplacements pendulaires de l’agglomération vaisonnaise ont généré, du point de vue de la conservation des traces archéologiques, une situation particulière pour les ruines de la ville antique qui ont pour une large part bénéficié d’une longue période d’oubli entre le xiiie siècle et les xixe- xxe siècles (Durand 2000 ; Krings & Pugnères 2013), doublée d’un fort enfouissement dû au colluvionnement naturel qui a par ailleurs contribué à leur préservation.

13La connaissance de la ville antique de Vaison, résultant pour une part et de façon assez traditionnelle de découvertes ou recherches ponctuelles ayant émaillé tout le xixe siècle, a connu un essor exceptionnel dans la première moitié du xxe siècle, grâce notamment aux travaux du chanoine Joseph Sautel. Celui-ci s’est intéressé à la ville antique dans le cadre de sa thèse. Il a conduit de vastes recherches archéologiques, à l’emplacement du théâtre antique dans un premier temps, puis sur de grandes parcelles agricoles situées aux marges immédiates de l’agglomération contemporaine, dans les quartiers de La Villasse et de Puymin où, grâce au mécène Maurice Burrus, il a pu mettre au jour deux grands secteurs de la ville gallo-romaine. Les vestiges, du fait de leur remarquable état de conservation, ont rapidement bénéficié d’une protection au titre des Monuments historiques puis d’une restauration importante conduite par l'architecte en chef Jules Formigé. (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Vue ancienne (fin des années 1930) du site archéologique de La Villasse depuis le sud vers le nord : la rue des Boutiques (fonds Sautel).

14Ainsi s’est constitué à Vaison-la-Romaine un « parc archéologique » d’une superficie de 7 ha environ, situé littéralement en pleine ville et équipé d’un musée, offrant aux visiteurs une illustration de quartiers gallo-romains où se côtoient rues, boutiques, domus, thermes, sanctuaire, théâtre, etc. Les archéologues ne peuvent toutefois pas se satisfaire complètement de cette présentation. D’une part, la documentation est très insuffisante en raison, pour une large part, de protocoles de fouilles peu scientifiques ; d’autre part, des restaurations importantes annulent par endroits toute authenticité. Enfin, cette présentation nie la longue durée d’occupation du secteur au profit d’un état unique « idéal » privilégiant le seul iie siècle ap. J.-C. Les vestiges n’en constituent pas moins un outil pédagogique et didactique exemplaire, permettant d’évoquer par la visite commentée les grands thèmes de la ville gallo-romaine – urbanisme, architecture publique ou domestique, commerce, culte, vie quotidienne, thermes publics et privés, théâtre, etc. – ou bien la stratification urbaine, ici mise en lumière par la présence de deux nappes très distinctes et parfaitement lisibles. Les visiteurs sont de fait nombreux sur les sites et au musée, où l’information est complétée par des textes, des dessins et des maquettes, ainsi que par un film récemment réalisé évoquant la vie quotidienne dans « la Maison au Dauphin », une domus conservée sur le site de La Villasse et étudiée par Ch. Goudineau à la fin des années 1970 (Goudineau 1979).

15Ce panorama exemplaire comporte néanmoins quelques zones d’ombre et, outre l’insatisfaction des archéologues, il faut sans doute admettre que le site, ou plutôt sa présentation, a tendance à perdre de son attractivité.

16En premier lieu, et c’est un mal inévitable qui concerne tous les sites archéologiques de plein air, les vestiges se dégradent du fait des intempéries et des conditions climatiques relativement rudes dans cette zone des Préalpes. Bien qu’adoucies par d’incessants travaux de consolidation, ces dégradations ont un réel impact sur la qualité des vestiges présentés dont la minéralité, la rudesse et la blancheur s’accentuent au fur et à mesure que s’estompent puis disparaissent définitivement enduits peints et autres revêtements des murs et des sols.

17Par ailleurs, ces vestiges présentés en plein air et sans artifice ne représentent plus auprès des publics intéressés le même attrait que durant les décennies passées, et ce d’autant moins qu'ils ont eux-mêmes perdu de leur fraîcheur. La multiplicité des images et des restitutions, fixes ou mobiles, constituant une sorte de prothèse à la capacité d’imagination ou de projection de tout un chacun, et plus encore des publics amateurs, fait paraître bien ternes ces murs de pierres et ces sols de béton dégradés ou largement reconstruits au milieu du xxe siècle.

18Enfin, et c’est sans doute le plus cruel, ces vestiges qui occupent une si grande place dans la ville et lui ont valu son nom de Vaison-la-Romaine sont devenus pour ainsi dire transparents aux yeux des Vaisonnais eux-mêmes qui, malgré des mesures incitatives telles que la gratuité de la visite le dimanche dans un cadre végétal de grande qualité, qui fait au minimum du parc archéologique un grand jardin public, ne viennent plus arpenter les ruines antiques, hormis lors des visites scolaires ou bien à l’occasion des photos de mariage. Les ruines d’un côté et la ville actuelle de l’autre semblent appartenir à deux univers sciemment emboîtés mais étanches, à tel point que le « champ de ruines », pourtant objet de tant d’attention et d’efforts depuis bientôt un siècle, est parfois envisagé comme un véritable vide urbain.

19Sans passer sous silence les travaux archéologiques conduits à Vaison par Christian Goudineau, Yves de Kisch, Jean-Pierre Adam, Michel-Édouard Bellet ou Joël-Claude Meffre durant la seconde moitié du xxe siècle, ni oublier l’extension du musée à la fin des années 1990 et le travail d’actualisation des connaissances auquel s'est attaché Christine Bezin, sa conservatrice, la situation figée des sites et des collections en ce début du xxie siècle donne parfois l’impression d’une archéologie muséifiée ou d’une "archéologie de l’archéologie". Cet état s'explique par la quasi-absence d’opérations d’archéologie urbaine pendant longtemps, à cause d’un cadre législatif peu contraignant dans un premier temps et d’une absence de grand projet touchant le centre-ville dans un second. Il renvoie également à la situation d’un musée à l'étroit dans ses murs, qui ne peut ni accroître sa collection permanente, ni accueillir d’exposition temporaire.

20Les choses ont évolué à partir de la fin des années 2000 avec l’émergence de plusieurs projets urbains ou architecturaux d’envergure, autorisant la réalisation d‘opérations d’archéologie préventive, de diagnostics ou de fouilles dans des secteurs hautement stratégiques pour la lecture et la compréhension de la ville antique.

21Ainsi, au nord de la villa antique, le théâtre a été l’objet de travaux de mise en valeur dans le cadre du Plan Patrimoine antique, entre 2005 et 2009, entraînant une campagne de sondages et de relevés complémentaires (Mignon 2006 ; 2007). Au sud, avenue Jules-Ferry, une portion d’un large decumanus inédit a été mise au jour en 2009, non loin des vestiges toujours en élévation de thermes monumentaux dits « thermes du sud », qui étaient sans doute publics (Mignon 2010). À l’est, sous la place de Montfort, un quartier d’habitation complètement inédit a été découvert en 2010 puis fouillé en 2011, révélant l’existence de domus comparables, par leurs dimensions et leur luxe, aux habitations connues sur les sites de Puymin ou La Villasse. Dans ce secteur de la ville antique, elles s'insèrent à une maille urbaine obéissant à une orientation nouvelle et divergente (Mignon 2011 ; 2012a). En 2011, toujours au sud et avenue Jules-Ferry , les vestiges monumentaux du forum ont été découverts dans un secteur où le chanoine Joseph Sautel avait déjà en son temps proposé l’implantation du centre monumental de la cité (Mignon 2012b). Enfin en 2011, au nord, non loin du théâtre antique, des vestiges monumentaux très partiellement observés suggèrent l’existence d’un amphithéâtre de dimensions modestes (Mignon 2012c).

22L’objet n’est pas de revenir ici sur la portée scientifique de ces découvertes mais d'évoquer leur impact sur le site de Vaison, ses habitants et ses décideurs politiques.

23Force est de constater, en premier lieu, qu'elles ont en quelque sorte réveillé l’intérêt des Vaisonnais pour leur patrimoine archéologique et antique. À l’occasion de visites organisées au terme des opérations archéologiques ou lors de conférences permettant de transmettre une connaissance plus aboutie, le public venu en nombre a prouvé par ses questions, au fil de débats très érudits, l'existence d’une culture partagée par toute la communauté citadine, culture issue de la fréquentation du musée et des sites. Ces échanges entre les Vaisonnais et leurs élus ont été l’occasion de s’interroger sur le devenir des vestiges exhumés récemment ou anciennement, de débattre de leur intérêt scientifique ou de leur valeur affective, de réfléchir aux conditions de leur conservation, de leur préservation ou de leur destruction, et enfin d’imaginer leur impact sur les aménagements projetés. Les différents cas de figure ont ainsi, par hasard, permis d’illustrer une série de cas d’école : les vestiges du decumanus ont été réenfouis pour permettre la réalisation du programme de logement projeté, les vestiges les plus superficiels de la place de Montfort ont été pour l’essentiel détruits pour permettre un nouvel aménagement, les structures de l’amphithéâtre ont été réenfouies, entraînant l’abandon du projet de construction à leur emplacement et, enfin, la découverte des vestiges du forum a entraîné l’abandon du projet de construction et donné lieu à la mise en œuvre d’une fouille programmée pluriannuelle financée par la ville, l’État et le département. Ces découvertes ont également donné l’occasion de reparler des sites de La Villasse et de Puymin, éclairant parfois d’un jour nouveau telle ou telle interprétation ancienne et interrogeant sur leur avenir.

24Enfin, dans ce contexte quelque peu bouillonnant, est apparu un projet touchant directement ces questions de conservation et de valorisation des vestiges archéologiques et offrant peut-être la possibilité d’un débat élargi aux sites antiques de Vaison-la-Romaine dans leur globalité. La rétrocession par l’État à la ville de la Maison au Dauphin doit en effet s’accompagner, dans les prochaines années et avec une aide financière du ministère de la Culture et de la Communication, d’une campagne de restauration et de valorisation. Le secteur concerné, situé à l’extrémité occidentale du site de La Villasse, est de fait représentatif des principaux maux dont souffre celui-ci : les dégradations importantes provoquées par les intempéries (gel des maçonneries, ravinement, etc.) ont entraîné des mesures de protection pérennes pour les ouvrages les plus fragiles (mosaïques recouvertes d’une couche de sable ou déposées) ; l'accès à la maison, éloignée de l’entrée du site, se fait par une brèche sans lien avec l’organisation générale du de plan de la domus; la minéralité de l'ensemble est aggravée par l'absence totale d’ombre, incompatible avec une fréquentation estivale, enfin, la visite de la Maison au Dauphin entre en redondance avec celles de la Maison au Buste en Argent, la Maison à l’Apollon Lauré, la Maison aux Animaux sauvages ou la Maison à La Tonnelle.

25Pour amorcer les campagnes de restauration, mais aussi parce qu’il s’agit sans doute du secteur le mieux connu du site de La Villasse, le musée a fait réaliser un film alternant vidéo et reconstitution 3D pour retracer l’évolution architecturale de la maison depuis sa création (ier siècle avant J.-C.) jusqu’au iie siècle après J.-C., et restituer, grâce aux images de synthèse, l’architecture et les volumes de l’édifice.

26Par ailleurs, la ville a recruté Rafaella Telese, architecte-conseil spécialiste des questions de valorisation du patrimoine, antique en particulier. Intégrée au comité de pilotage qui regroupe des représentants du service régional de l’archéologie, de la conservation régionale des monuments historiques, du service départemental de l’architecture et du patrimoine, du conseil en architecture urbanisme et environnement, du service d’archéologie du département du Vaucluse et de la ville de Vaison-la-Romaine, sera elle a pour mission, dans un premier temps, de constituer le cahier des charges pour l’appel d’offres à maîtrise d’œuvre du projet de restauration et de valorisation puis, dans un second temps, d’envisager la valorisation des vestiges du forum tout nouvellement exhumés. L’objectif est de transformer en expérimentations des projets d’envergure limitée pour établir un ensemble de principes qui pourraient être étendus dans l’avenir à l’ensemble du site : protection ou non des vestiges par une superstructure, réintégration d’éléments de décor originaux ou recours à des fac-similés, création de points forts dans les circuits de visite par la mise en œuvre de restitutions ou de scènes évocatrices de la fonction des lieux sont quelques-unes des questions à résoudre ainsi que, plus largement, celles posées par la répartition des vestiges antiques entre espaces publics à caractère paysager en accès libre et "sanctuaires archéologiques" mis en valeur en accès payant, par leur intégration dans la trame urbaine contemporaine. Il faut enfin réfléchir à la situation du musée archéologique Théo-Desplans, pierre angulaire de l'offre touristique et pédagogique. Son entrée est aujourd’hui commandée par l’accès au site de Puymin, ce qui lui assure une fréquentation élevée mais lui interdit toute identité propre ; il ne dispose pas de salle d’exposition temporaire et son extension est impossible ; de surcroît, il offre peu de possibilité d’adaptation pour les personnes à mobilité réduite et leur demeure inaccessible du fait de son implantation en hauteur et au cœur du site.

27Pour conclure, cet exposé avait pour but de montrer combien même au sein de grands sites dont la renommée n’est plus à faire comme celui de Vaison-la-Romaine, les questions les plus fondamentales de la conservation des vestiges archéologiques sont d’actualité, nécessitant la mise en œuvre d’une réflexion qui ne s’interdit pas de considérer à la bonne échelle, c'est-à-dire l’échelle de la ville, ces problématiques liées bien sûr à leur devenir et à leur usage, et plus largement au sens de leur conservation en milieu urbain.

Haut de page

Bibliographie

Durand I. 2000. La conservation des monuments antiques. Arles, Nîmes, Orange et Vienne au xixe siècle. Rennes, Presses universitaires de Rennes (Collection « Art et Société »).

Goudineau Ch. 1979. « Les fouilles de la Maison au Dauphin. Recherches sur la romanisation de Vaison-la-Romaine », in : Gallia, 37e suppl., 2 vol.

Krings V. & Pugnères F. (éd.). 2013. Nîmes et ses antiquités. Un passé présent xvie-xixe siècle. Bordeaux, Ausonius (Scripta Antiqua, 53).

Mignon J.-M. 1999-2000. « Les aménagements monumentaux de l’Ouvèze (pont et quais) à Vaison-la-Romaine (Vaucluse) », Caesarodunum, XXXIII-XXXIV : 127-151.

Mignon J.-M. 2006. « Vaison-la-Romaine, Théâtre », BSR, SRA PACA 2005 : 218-220.

Mignon J.-M. 2007. « Vaison-la-Romaine, Théâtre antique », BSR, SRA PACA 2006 : 229-230.

Mignon J.-M. 2010. « Vaison-la-Romaine, avenue Jules-Ferry », BSR, SRA PACA 2009 : 250-252.

Mignon J.-M. 2011. « Vaison-la-Romaine, Place Montfort », BSR, SRA PACA 2010 : 241-242.

Mignon J.-M. 2012a. « Vaison-la-Romaine, Place de Montfort », BSR, SRA PACA 2011 : 238-240.

Mignon J.-M. 2012b. « Vaison-la-Romaine, avenue Jules Ferry », BSR, SRA PACA 2011 : 244-246.

Mignon J.-M. 2012c. « Vaison-la-Romaine, avenue Général de Gaulle », BSR, SRA PACA 2011 : 242-243.

Sautel J. 1939. Forma Orbis Romani. Carte archéologique de la Gaule Romaine, VII : Vaucluse. Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Sautel J. 1941-1942. Vaison dans l’Antiquité. Supplément. Travaux de recherches de 1927 à 1940 : t. I, Histoire et description de la Cité ; t. II, Catalogue des objets trouvés à Vaison et dans son territoire ; t. III, Recueil documentaire illustré.

Provost M. & Meffre J.-Cl. 2003. Vaison-la-Romaine et ses campagnes. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Carte archéologique de la Gaule, 84/1).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Vue ancienne (fin des années 1930) du site archéologique de La Villasse depuis le sud vers le nord : la rue des Boutiques (fonds Sautel).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Mignon, « Ruines en ville, ville en ruines », Les nouvelles de l'archéologie, 136 | 2014, 48-51.

Référence électronique

Jean-Marc Mignon, « Ruines en ville, ville en ruines », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 136 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/2532 ; DOI : 10.4000/nda.2532

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Mignon

Service d’archéologie du département du Vaucluse
jean-marc.mignon@cg84.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org