Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie pour la ville
2/Aménager et partager la ville, le "vivre ensemble"

L'archéologie comme vecteur de cohésion sociale, l'exemple de Lyon

Laurent Srippoli et Marc Villarubias
p. 44-48

Résumés

En 1933, Edouard Herriot, maire de Lyon, décide d’employer des chômeurs pour le dégagement du théâtre antique de Fourvière. Les recherches archéologiques réalisées par l’Atelier de fouilles, devenu ensuite Service archéologique de la Ville de Lyon (Savl), sont restituées aux Lyonnais. En 2004, après avoir positionné de manière singulière la culture dans les politiques de cohésion urbaine et sociale, se finalise à Lyon une première Charte de coopération culturelle. Il s’agit d’engager, dans le respect de leurs missions, le réseau des grands établissements culturels dans ce qu’on appelle alors le Contrat de ville. Ils développeront des services culturels « de droit commun » dans les territoires prioritaires. Le service archéologique, signataire depuis l’origine et particulièrement actif depuis 2006 avec l’accroissement de l’activité opérationnelle et la création du poste d’archéologue-chargé de communication, a su s’inscrire naturellement et concrètement dans ce cadre de travail « pour la ville ». Le 26 mars 2013, la 3e Charte est signée par 22 institutions culturelles lyonnaises, la Ville de Lyon, la Région Rhône –Alpes, la Préfecture, La Drac et la Chambre de Commerce et d’Industrie. Cette 3ème Charte expose les responsabilités attendues vis-à-vis des opérateurs de la culture pour un développement harmonieux de la cité. Les actions de diffusion et de restitution de l’archéologie y contribuent de manière tout à fait significative et souvent au-delà de ce qui pouvait être attendu. Responsabilité éducative (champ de l’éducation populaire et de l’éducation nationale) à travers le partage des connaissances, responsabilité sociale (prise en compte des diversités des publics)  accompagnant des initiatives d’habitants et en favorisant la gouvernance (démocratie participative) et responsabilité territoriale (mise en place d’une « archéologie de proximité » en particulier dans 7 des 14 territoires prioritaires) et contribution à la réflexion environnementale (grâce aux études paléo-environnementales) sont les engagements principaux du Savl. Les actions sont co-construites avec les acteurs sociaux-culturels (réseau « éducation populaire »), les structures d’insertions socioprofessionnelles (maison de l’emploi et de la formation, régie de quartier, centres de formation), les personnel des établissements scolaires (directeurs, professeurs et Atsem), des institutions culturelles (musée d’art contemporain, archives municipales, musées des beaux-arts, Opéra, musée Gadagne…), et évidemment les habitants. Le Service archéologique, qu’il intervienne sur un secteur archéologiquement riche ou sur des territoires urbanisés très récemment, contribue à la diffusion des métiers de l’archéologie au sens large (du terrassier au médiateur) et à l’ouverture culturelle (aiguiser les regards et transversalité des champs de la Culture).

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En 1933, Édouard Herriot, maire de Lyon, décide d’employer des chômeurs pour dégager les vestiges du théâtre antique de Fourvière. Dès lors, les recherches archéologiques réalisées par « l’Atelier de fouilles », devenu ensuite le service archéologique de la ville de Lyon (Savl), sont restituées aux Lyonnais. En 2004, après l’intégration de la culture dans les politiques de cohésion urbaine et sociale, se finalise à Lyon une première charte de coopération culturelle1. Il s’agit d’engager, dans le respect de leurs missions, les grands établissements culturels dans ce qu’on appelle alors le « contrat de ville », en développant des services culturels « de droit commun » dans les territoires prioritaires.

2Le service archéologique, signataire depuis l’origine, et particulièrement actif depuis 2006 avec l’accroissement de son activité opérationnelle, notamment dans ces territoires prioritaires, a su s’inscrire concrètement dans ce cadre de travail « pour la ville ». Dès 2003, le Savl accueille, pour une durée d’un mois, des jeunes âgés de 18 à 25 ans en difficulté d’insertion socio-professionnelle, sans qualification et issus des quartiers dits « sensibles », dans le cadre du dispositif « job d’été » de la ville de Lyon. Ce dispositif, crée en 1992 et suivi par la direction de la sécurité et de la prévention, leur permet d’accéder à une première expérience professionnelle au sein d’un service municipal. En 2008, un poste d’archéologue chargé de communication est créé.

3Le 26 mars 2013, la troisième charte de coopération culturelle est signée par vingt-deux institutions culturelles lyonnaises, la ville de Lyon, la région Rhône-Alpes, la préfecture, la direction régionale des affaires culturelles (Drac) et la chambre de commerce et d’industrie. Cette charte précise les responsabilités des opérateurs de la culture pour un développement harmonieux de la cité2. Les actions de diffusion et de restitution de l’archéologie y contribuent de manière significative, souvent au-delà de ce qui pouvait être attendu.

La culture dans la politique de la ville

4Le principe général de la politique de la ville consiste à concentrer et à articuler sur des sites urbains prioritaires les politiques urbaines, économiques, culturelles et sociales, avec le souci constant de travailler en relation avec les habitants. Le contrat urbain de cohésion sociale (Cucs) en constitue le document stratégique, élaboré par les partenaires locaux. Il définit le projet urbain et social qu’ils s’engagent à mettre en œuvre pour réduire les écarts de développement entre des territoires prioritaires et leur environnement. Il vise une meilleure intégration de ces territoires dans le fonctionnement de la ville. Il doit permettre l’amélioration de la vie quotidienne de leurs habitants et favoriser l’égalité des chances entre tous les citadins. Depuis le début des années 2010, la politique de la ville tend, en outre, à converger vers les politiques de développement durable.

5Son terrain d’application est bien la ville – souvent celle de la seconde moitié du xxe siècle –, la ville habitée, héritée, aux quartiers dont l’histoire, le développement, le peuplement diffèrent, et qui présentent des écarts souvent intenables en termes de cohésion urbaine et sociale. Il s’agit d’une politique territorialisée de réduction des inégalités qui vise à « recoudre » le tissu urbain, parfois dans le cadre d’opérations lourdes de renouvellement. Dans certains quartiers, la cité se reconstruit sur elle-même et de manière accélérée, au risque de perdre les traces du passé, même le plus récent.

6La mise en œuvre de cette politique commence généralement par un long travail de diagnostic participatif et partagé. Ce temps d’observation des territoires « prioritaires » revient un peu à pratiquer des fouilles sur l’humain : histoires individuelles, mémoire de la décolonisation ou des migrations, traces des politiques urbaines, impacts des crises sociales, économiques, politiques qui ont secoué et secouent notre ville, notre pays, notre monde.

7Lyon et son agglomération ont intégré depuis de nombreuses années la culture et l’art dans leur politique de cohésion urbaine et sociale, d’une manière singulière à l’échelle nationale. Une équipe a mandat de mettre en œuvre cette orientation : la mission de coopération culturelle (Molin 2010 ; Doulmet, Saez 2008).

8Quatre axes structurent son travail :

9- le développement des territoires prioritaires ;

10- des thématiques prioritaires dans une perspective de développement durable : publics spécifiques, environnement, éducation, partage de connaissances, diversité, gouvernance ;

11- la constitution, l’animation et la formation de communautés d’acteurs à des échelles territoriales différentes (quartier, arrondissement, ville, métropole) ;

12- l’engagement dans cette politique des établissements culturels bénéficiant d’un soutien public important3.

13Dans les années 1980, les axes de travail dans les quartiers étaient très orientés sur les mémoires, les cultures urbaines ou les événements festifs. Dans les années 1990, ils ont privilégié les résidences d’artistes et de créateurs pour la production d’œuvres participatives (Art et territoires 2009 ; Piffaretti 2009). Encore au début des années 2000, il ne semblait pas évident de travailler avec un service archéologique, faute d’expérience et en raison de préjugés liés à la méconnaissance de ses missions.

14Pourtant, le Savl s’est emparé de la charte de coopération culturelle en partenariat avec la mission de coopération culturelle de Lyon, avec laquelle il entretient au moins deux points communs. Il y a d’abord le territoire et un vocabulaire -commun autour de ce mot : terrain, terre, zone, cartographie... L’un et l’autre partagent également une même manière de travailler, en déterminant des espaces prioritaires pour diverses raisons, dans une connexion effective et permanente à la ville tout entière, à l’histoire et au savoir. Il ont enfin en commun la notion de service public : protéger, embellir, préserver, produire de la connaissance, partager, préparer la ville de demain, mettre en perspective passé et futur dans une relation forte aux gens et dans l’intérêt des générations présentes et futures. Un tel service public contribue fortement aux approches de développement durable.

Les actions du Savl en direction des publics

15Conformément aux groupes de travail constitués pour élaborer la troisième charte de coopération culturelle et auxquels il a participé, le Savl s’est engagé sur trois axes de travail principaux :

16- la responsabilité éducative, dans le cadre de l’éducation populaire et de l’éducation nationale ;

17- la responsabilité sociale, en prenant en compte la diversité des publics et en accompagnant les initiatives des habitants ;

18- la responsabilité territoriale, par la mise en place d’une « archéologie de proximité » sur sept des quatorze territoires prioritaires, en contribuant à la réflexion environnementale et sur les modes d’« habiter ».

19Que ce soit dans des quartiers riches du point de vue archéologique ou dans des territoires urbanisés très récemment, le Savl contribue à la diffusion des métiers de l’archéologie au sens large, du terrassier au médiateur. Il contribue à l’ouverture culturelle en favorisant l’éveil de la curiosité et la transversalité entre les champs de la culture. Ses actions sont coconstruites avec les acteurs socio-culturels, les structures d’insertion socio-professionnelles, les personnels des établissements scolaires et des institutions culturelles et, évidemment, les habitants.

20Dès 2007, une politique de restitution des recherches récentes et du patrimoine archéologique lyonnais est entreprise, parallèlement à l’accroissement de l’activité opérationnelle. Une des premières actions est la création des « apéro-archéos », rendez-vous réguliers, informels et conviviaux organisés avec une structure sociale et présentant le fonctionnement de l’archéologie préventive, un thème, une discipline ou l’actualité archéologique4.

21Le Savl utilise les ressources de l’histoire et de l’archéo-logie pour enrichir les connais--san-ces traditionnelles des habitants et les aider à décrypter l’identité d’un quartier et son évolution, par exemple en présentant des traces de foyer préhistorique ou gaulois dans le 9e arrondissement. Les rencontres et les ateliers qu’il organise leur permettent de découvrir la céramologie ou la géomorpho-logie, grâce aux séances « permis de toucher », ou leur présentent l’archéo-géographie et la géomatique, en leur donnant la possibilité de manipuler des outils informatiques.

22Depuis 2005, des adolescent-e-s de 14 à 17 ans travaillent pendant les vacances avec les agents du Savl, dans le cadre du dispositif « chantiers ville-vie-vacances »5. Ils réalisent des tâches allant du traitement du matériel archéologique à des travaux dans les locaux du service (peinture, manutention…) et bénéficient d’une initiation aux disciplines et au fonctionnement de l’archéologie. Dans le meilleur des cas, leurs compétences sont associées à celles de l’équipe (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Relevé photographique zénithal avec une classe de moyenne section (cliché C. Llobet)

23Le Savl se positionne également comme « partenaire ressource » et comme appui scientifique pour des projets montés par des habitants. Ceux du 9e arrondissement de Lyon ont créé une « commission patrimoine » et organisent régulièrement des visites guidées ; le service participe à leurs activités en leur donnant accès à des rapports de fouilles ou en validant le livret qu’ils ont rédigé. Ailleurs, il les forme à être guides dans leurs quartiers. Ces actions favorisent également leur mobilité en les invitant à visiter d’autres sites ou en les amenant à travailler sur d’autres territoires.

24Le Savl participe, avec les autres institutions culturelles lyonnaises, à la formation des personnels des centres de loisir et des enseignants en proposant des ateliers, des stages ou des colloques qui valorisent et associent différentes disciplines : par exemple, poser un regard d’archéologue sur une œuvre du musée d’art contemporain. Des structures d’insertion socio-professionnelles peuvent faire appel à lui pour travailler sur une thématique scientifique et patrimoniale lors de formations pour des primo-arrivants. Les participants font le parallèle entre la démarche archéologique (observation, analyse, interprétation) et la démarche vers l’emploi.

25Les grands projets de villes (Gpv), qu’ils concernent des quartiers anciens ou non, donnent l’occasion de présenter l’évolution d’un territoire à travers le temps et les techniques de l’archéologie, notamment la cartographie6. Le service contribue à la réflexion sur les modes d’habitat en expliquant l’évolution de l’occupation d’un territoire. Des notions comme le remploi ou la stratigraphie sont abordées avec des objets urbains contemporains, afin d’accompagner la transformation d’un quartier et de son image. Un projet en cours tente de mettre en place des actions culturelles et scientifiques avec des bailleurs sociaux et des associations travaillant sur le logement, afin de construire des passerelles et de mettre en place des outils communs.

Savl / mission de coopération culturelle : apports réciproques à la connaissancede la ville et au « vivre ensemble »

26Archéologie et politique de la ville révèlent et travaillent la cité comme si elles étaient sur les mêmes plaques tectoniques de l’espace urbain, en regardant juste à des profondeurs différentes. Les apports du service archéologique à la politique de la ville et à son volet culturel peuvent être déclinés en cinq points forts.

Des connaissances pour la qualification des territoires

27Les territoires prioritaires de la politique de la ville sont souvent décrits de manière négative, en termes sociaux, éco-nomiques et urbains. La nouvelle loi « pour la ville et de cohésion urbaine » se base d’ailleurs sur l’unique critère du taux de pauvreté. C’est contre le risque de stigmatisation, de disqualification et de dissolution des richesses humaines, architecturales et historiques de ces territoires prioritaires, tous singuliers, que le volet culture du Cucs est mobilisé. Les « projets culturels de territoire » élaborés par la mission de coopération culturelle en collaboration avec tous les acteurs concernés vont dans ce sens.

28En phase de diagnostic, le service archéologique a fourni un apport significatif en replaçant ces territoires dans des temporalités inhabituelles pour les travailleurs sociaux et les « experts du quotidien » (habitants ou représentants d’associations), qui souvent ne remontent pas au-delà du début du xxe siècle. Les cartes du Savl superposées à celles de la politique de la ville leur ont par exemple fait découvrir que le quartier prioritaire de Vaise sur la berge de la Saône, dans le 9e arrondissement, est le berceau de la présence humaine à Lyon. Un tout autre regard, une toute autre qualification pour ce quartier populaire !

Une présence institutionnelle sur tout le territoire

29La politique de la ville met souvent en évidence la faiblesse des services publics dans les quartiers populaires. Le Savl, engagé à la Duchère ou à Mermoz, quartiers concernés par le renouvellement urbain, manifeste la présence de la municipalité auprès des habitants. C’est un signal effectif et symbolique d’intervention, de présence, de bienveillance active. C’est aussi, et surtout, une présence exigeante en termes d’approche scientifique, de partage de savoir, différente et complémentaire des approches d’autres corps professionnels engagés dans les quartiers prioritaires. C’est, enfin, une contribution à la diversification des opérateurs, donc à la richesse de leurs interventions, qui les rapproche de la diversité des opérateurs de la ville-centre historique.

Un regard décalé, une forme d’exotisme

30Quand, dans le quartier de Mermoz, le pont automobile ou l’« autopont », appellation commune de cet ouvrage qui traversait littéralement le quartier, a été détruit, le Savl a proposé de réaliser des empreintes des piliers de béton comme il l’aurait fait d’un vestige multiséculaire ou d’une grotte préhistorique… Cette proposition était inattendue et décalée. Les archéologues parlent toujours d’autre chose, dans un langage différent, avec des expertises sur des points inconnus jusqu’à présent de leurs interlocuteurs (travailleurs sociaux ou habitants). Travailler avec eux, c’est un peu comme inviter Fred Vargas, s’ouvrir à la poésie et l’intrigue, à une réalité augmentée d’un long rouleau d’histoire disséquée et expertisée grâce à tout fragment disponible.

Animer, mobiliser, participer et faire participer

31On l’a vu, la politique de la ville se fonde sur la participation des habitants et des acteurs impliqués dans les territoires. Selon les dispositifs, il peut s’agir d’un soutien à l’initiative ou aux pratiques, d’un partage du diagnostic territorial, d’une concertation, d’une évaluation de l’action publique, de la participation à des projets… Le Savl participe à presque toutes les commissions culturelles des différents territoires prioritaires, apportant son regard et son expertise mais aussi un savoir-faire inventif dans la médiation.

Une contribution structurante au renouvellement urbain (De Capèle 2013)

32La superposition des zones prioritaires pour la politique de la ville et celles de l’archéologie (Zppa) montre, de manière attendue, de nombreux territoires communs dans les quartiers anciens du centre-ville mais aussi, en partie, dans les grands quartiers d’habitat social (fig. 2). C’est, du point de vue du développeur culturel et pour la qualification générale de ces territoires, une chance plutôt qu’un frein aux opérations de renouvellement. Chantiers archéologiques et chantiers des grands projets de ville ne sont pas incompatibles et tous les territoires attendent un traitement.

Fig. 2

Fig. 2

Plan Zppa et territoires prioritaires de Lyon (© Savl)

33Dans le quartier qui s’étend sur les pentes de la Croix-Rousse, et bien qu’elle n’ait pas encore été mise en œuvre, la réhabilitation du grand secteur autour de l’amphithéâtre des Trois Gaules avait été imaginée comme le cœur du projet culturel de ce territoire, classé en catégorie 1 du contrat de ville. L’idée était de faire de ce gigantesque et long chantier la dorsale permettant d’échanger sur les évolutions du quartier, sur son histoire et celle des migrations, et de contribuer ainsi à l’insertion, aux politiques éducatives, à la valorisation de l’image du quartier…

34Les compétences et le travail de la mission de coopération culturelle n’ont pas été d’un moindre apport. Signer la charte de coopération culturelle a fait partie du projet d’équipe. Même si les agents scientifiques ou administratifs n’ont pas forcément tous la fibre ou les capacités de médiateurs, après six années de pratique d’une archéologie de proximité, leur participation est plus fréquente et leurs retours plus enthousiastes.

Conclusion

35L’investissement du Savl lui a permis de nouer des partenariats fructueux tant avec les institutions culturelles qu’avec les partenaires socio-éducatifs pour créer des actions de restitutions innovantes. Grâce à la collaboration étroite entre le Savl et la mission de coopération culturelle, l’archéologie lyonnaise a gagné en lisibilité auprès des institutions et, surtout, auprès des habitants. La visibilité de l’activité et les retours positifs des participants ont conforté les missions de ce service archéologique de collectivité : aujourd’hui, le Savl joue dans la cour des grandes institutions lyonnaises pour ce qui est des actions de cohésion sociale.

36Les futures échéances, comme la modification de la géographie prioritaire ou la création de la métropole de Lyon, auront nécessairement des impacts sur nos façons de travailler. Comment poursuivre nos actions dans les quartiers qui ne seront plus prioritaires ? Comment travailler sur une agglomération de cinquante-neuf communes et quelles conséquences cet élargissement aura-t-il sur l’activité ? Comment s’adapter au changement des rythmes scolaires, prévu à Lyon à la rentrée 2014 ? De nouvelles réflexions sur nos méthodes de travail et nos projets sont en cours, afin de poursuivre les actions de cohésion sociale à travers l’archéologie.

Haut de page

Bibliographie

Art et territoires. 2009. Art et territoires, des dynamiques à l’œuvre, Centre de ressources du développement social et urbain (Les cahiers du DSU, n° 50) [http://www.crdsu.org/c__9_24_Publication_896__1__Art_et_territoire_des_dynamiques_a_l_uvre.html].

Doulmet A. & Saez J.-P. 2008. Comment les métropoles font elles vivre la culture ?, L’Observatoire n° 34, Observatoire national des politiques culturelles, http://www.observatoire-culture.net/rep-revue/rub-sommaire/ido-4/comment_les_metropoles_font_elles_vivre_la_culture.html#sommaire.

Molin J.-L. 2010. L’artiste engagé dans la politique de la ville : les nouvelles règles du « je », Grand Lyon Vision Culture, pdf.

Piffaretti A. 2009. « Publics fragiles, culture et social font cause commune », La Gazette des communes et des régions, Bulletin du 14 décembre [http://www.lagazettedescommunes.com]

Strippoli L. À paraître. « L'archéologie dans la Ville : l'amphithéâtre des Trois Gaules", un dossier en cours », in : Actes des journées de l'Association nationale pour l'archéologie de collectivité territoriale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Relevé photographique zénithal avec une classe de moyenne section (cliché C. Llobet)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 2
Légende Plan Zppa et territoires prioritaires de Lyon (© Savl)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2525/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 857k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Srippoli et Marc Villarubias, « L'archéologie comme vecteur de cohésion sociale, l'exemple de Lyon », Les nouvelles de l'archéologie, 136 | 2014, 44-48.

Référence électronique

Laurent Srippoli et Marc Villarubias, « L'archéologie comme vecteur de cohésion sociale, l'exemple de Lyon », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 136 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/2525 ; DOI : 10.4000/nda.2525

Haut de page

Auteurs

Laurent Srippoli

Service archéologique ville de Lyon
Laurent.strippoli@mairie-lyon.fr

Marc Villarubias

mission de coopération culturelle, ville de Lyon
Marc.villarubias@mairie-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org