Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie pour la ville
2/Aménager et partager la ville, le "vivre ensemble"

Montbrison (Loire), archéologie et urbanisation durable

Emmanuelle Boissard, Jean-Marc Dufix, Richard Goulois et David Jouneau
p. 39-43

Résumé

L’agglomération Montbrison-Moingt est engagée depuis plusieurs années dans un programme de reconquête urbaine, en opposition à l’émiettement du territoire, particulièrement marqué en périphérie, se confrontant ainsi régulièrement à ses importants vestiges archéologiques. Dans une logique de développement durable, la municipalité a décidé de transformer la contrainte archéologique en outil d’enrichissement des projets de réhabilitation. Cette initiative est illustrée par les projets d’un éco-quartier autour des anciennes usines Gégé, de la réhabilitation de l’ancienne église des Cordeliers en médiathèque et du réaménagement du site du calvaire, situé à l’emplacement de l’ancien castrum de la capitale forézienne. Ces projets reposent sur une transversalité des échanges entre les différents intervenants, de la naissance du projet à son aboutissement, et ont pour but, au-delà des besoins matériels auxquels ils répondent, de permettre aux populations de se réapproprier leur environnement patrimonial.

Haut de page

Texte intégral

« Donner une vraie place à la transversalité disciplinaire et à l'intelligence collective, c'est finalement reconnaître la nécessité d'offrir aux générations de demain les outils de connaissance et de compréhension qui leur ouvriront, plus probablement, la voie vers un avenir moins incertain. »
(Rey et al. 2011)

Introduction

1Réunissant les villes de Moingt, ancienne cité antique d’Aquae Segetae, et de Montbrison, capitale administrative et économique du Forez au Moyen Âge, l’agglomération montbrisonnaise compte aujourd’hui près de 16 000 habitants et concentre un riche patrimoine historique et archéologique. Certaines composantes de cette histoire n’ont laissé qu’une empreinte dans le tissu urbain : l’enceinte urbaine ou le chemin du Forez par exemple, plus ou moins effacés par les affres du développement urbain moderne – ronds-points, boulevard, immeubles, grandes surfaces… D’autres demeurent bien visibles dans le paysage actuel, comme la collégiale ou les couvents des Cordeliers et des Visitandines.

2Engagée depuis plusieurs années dans une importante réhabilitation urbaine, la municipalité se trouve régulièrement confrontée aux traces matérielles de son passé. Favorisant une politique de réappropriation du cœur de ville opposée aux logiques d’étalement, elle s’expose, en concentrant ses projets au sein des noyaux historiques de peuplement, à d’importantes contraintes archéologiques.

3Face à cette réalité, et poursuivant sa logique de développement durable, la municipalité de Montbrison a fondé sa politique d’aménagement du territoire sur l’interdisciplinarité. En concertation avec ses maîtres d’œuvre et le service régional de l'archéologie de Rhône-Alpes, elle a opté pour une démarche volontariste, intégrant l’archéologie dans les cahiers des charges de chaque projet. Trois programmes sont à ce titre emblématiques : l’étude préalable en vue de l’établissement d’un projet de réaménagement et de réhabilitation du site du Calvaire, l’étude d’aménagement urbain en vue de la création d’un écoquartier sur le site des anciennes usines Gégé à Moingt, et l’opération de fouilles préventives sur le site de la future médiathèque (fig. 1), à laquelle les archéologues de la société Archeodunum ont apporté leur expérience.

4Ainsi, l’archéologie devient-elle un maillon de la chaîne opératoire du réaménagement urbain et de sa compréhension, où la transversalité des compétences et la confrontation des points de vue étoffent et enrichissent les projets, afin de redonner au citoyen un accès à son histoire et à son patrimoine.

Fig. 1

Fig. 1

Localisation des projets de réhabilitation de l’agglomération Montbrison-Moingt (Dao : D. Jouneau/Archeodunum SAS).

Patrimoine, archéologie et développement durable

5À l’origine des différents projets initiés par la municipalité de Montbrison ces dernières années s’inscrit la volonté de mettre fin à l’émiettement du territoire de la ville, dont la périphérie n’a cessé de s’étendre au travers des lotissements et des zones industrielles, artisanales ou commerciales, aux dépens du cadre paysager et des espaces agricoles et forestiers. Redensifier le tissu urbain et ramener l’activité au centre constituent les objectifs principaux de ces initiatives ; elles ont pour but de limiter les déplacements de l’intérieur vers l’extérieur, dans une vision renouvelée et globale du programme d’aménagement urbain et périurbain.

6Cependant, à Montbrison comme à Moingt, il apparaît difficile, voire impossible, de développer un projet au sein des centres anciens sans être confronté à la présence de vestiges, enfouis ou non. Or, pour le public comme pour les aménageurs, l’archéologie offre souvent deux visages contradictoires. Le premier est celui de la contrainte. Pour les aménageurs, elle se concrétise en termes financiers, techniques et de délais d’intervention. Pour les usagers, elle se matérialise, comme tous les travaux, par des nuisances sonores et par la modification des circulations et des stationnements, en résumé, par un bouleversement de leur environnement quotidien. Le second visage est celui d’une science pourvoyeuse de connaissances et d’imaginaire, qui confère du sens au territoire en le réintégrant dans un récit, celui de son occupation, de sa sociologie, des liens géographiques, culturels et artistiques tissés avec son environnement proche ou éloigné.

7Loin de considérer la conciliation d’un développement économique et social et d’une préservation du patrimoine comme une aporie, la municipalité, dans une logique de développement durable, a donc pris le parti d’appréhender cet héritage patrimonial comme une composante environnementale essentielle à son développement. Elle a ainsi souhaité mettre en œuvre une approche innovante, et somme toute peu fréquente, pour asseoir une logique de renouvellement urbain fortement axée sur la qualité de la ville et de son patrimoine, transformant ainsi la contrainte archéologique en outil d’enrichissement de chaque projet.

8Cette politique est particulièrement bien représentée par quatre projets en cours. À Moingt, le projet d’écoquartier sur le site des usines Gégé, fabricant des célèbres poupées du même nom, prévoit la réhabilitation d’une partie des bâtiments et la création de jardins aménagés. Après vingt-sept ans d’attente, il intègre également un schéma global de réappropriation de cet espace et de son environnement direct pour le rendre au public et en poursuivre l’histoire. Le programme comprend ainsi, d’une part, la création d’un « parcours » autour des thermes romains devenus prieuré Sainte-Eugénie, permettant de découvrir les deux millénaires d’histoire de la ville, et d’autre part, toujours à Moingt et plus proche de nous dans le temps, la conversion d’un ancien stand de tir en un espace dédié aux associations, pour redonner vie à ce bâtiment du cœur de ville abandonné depuis 1992. À Montbrison, l’ancienne église du couvent des Cordeliers abritera en 2015 la nouvelle médiathèque de la communauté d’agglomération Loire-Forez. Le site du Calvaire, quant à lui, situé à l’emplacement du castrum du xie siècle autour duquel s’est développé et organisé le bourg médiéval, va être réaménagé en prenant en compte les vestiges historiques.

9La valorisation du patrimoine contribue de la sorte à celle du territoire. La réhabilitation d’édifices anciens, qu’ils aient été construits il y a plusieurs siècles comme le couvent des Cordeliers, ou il y a quelques décennies, comme les usines Gégé, est une façon de réinvestir des ensembles bâtis ayant structuré la ville et son histoire, et de contribuer ainsi au développement durable de l’agglomération. Cette démarche confère du sens aux différents éléments marqueurs de l’environnement urbain, en permettant aux habitants de se réapproprier des sites dont ils avaient oublié, si ce n’est l’existence, du moins la fonction première. Dans le cadre de leur intervention et de leur expertise, les archéologues recueillent les indices et les traces matérielles de l’histoire d’un lieu, de sa naissance, de son évolution, de sa disparition ou des transformations qu’il a subies au cours des siècles. L’archéologie constitue donc un des outils essentiels pour alimenter la qualité du projet. Son rôle apparaît dès lors fondamental dans cette quête du sens, aux côtés de toutes les disciplines qui participent au projet d’une urbanisation durable.

10Dans ce cadre, l’interdisciplinarité se révèle indispensable et constitue l’armature de chaque projet. Toutes les compétences y sont mises en perspective, de l’origine à l’aboutissement, l’archéologie étant une composante de ce dialogue.

La transversalité disciplinaire ou « l’intelligence collective » au service de la collectivité

11La démarche initiée par la municipalité de Montbrison implique une transversalité et des échanges permanents entre les différents intervenants d’un projet.

12Ainsi, largement en amont du réaménagement et de la réhabilitation du site du Calvaire, éminence naturelle où s’est établi le château des Comtes du Forez à la fin du xie siècle, une étude pluridisciplinaire a rassemblé une équipe composée de plusieurs spécialistes : un architecte du patrimoine, un paysagiste, un cabinet géotechnique, une historienne et une archéologue. L’objectif de la mission archéologique, défini par le maître d’œuvre, était de procéder à une reconnaissance des lieux et des éléments construits subsistants afin de ne pas engager de travaux préjudiciables aux vestiges historiques de ce haut lieu de l’histoire de la ville. L’ensemble de ce travail d’équipe doit permettre à l’architecte de programmer les interventions de consolidation, rénovation et mise en valeur en cohérence avec la globalité du site.

13Dans le cadre de l’étude d’aménagement urbain sur le site des anciennes usines Gégé, implantées au cœur de l’agglomération antique d’Aquae Segetae, face aux thermes réoccupés par le prieuré Sainte-Eugénie au Moyen Âge, l’équipe a réuni un architecte-urbaniste, un architecte du patrimoine, un archéologue et divers intervenants dédiés aux approches paysagères, environnementales et énergétiques, au diagnostic des réseaux et à la programmation du financement. Défini par le maître d’ouvrage, le rôle de l’archéologue consistait à identifier les enjeux historiques et archéologiques du site et de ses abords, dans une double problématique d’intégration de ces données à la conception du projet, et d’anticipation des contraintes techniques et financières liées à la sauvegarde des vestiges archéologiques.

14Enfin, les travaux engagés dans l’ancienne église conventuelle des Cordeliers se sont inscrits dans une démarche analogue. Il s’agissait de doter la communauté d’agglomération d’une médiathèque en faisant le choix de réutiliser un bâtiment ancien et ce en dépit, d’une part des difficultés techniques supplémentaires induites par sa transformation en un espace adapté à cette nouvelle fonction, et d’autre part des impératifs liés à la réhabilitation et donc à la sauvegarde d’un édifice à haute valeur patrimoniale. En associant dès l’origine du projet un architecte du patrimoine à la maîtrise d’œuvre, la maîtrise d’ouvrage a démontré sa volonté de transformer ces contraintes en autant d’atouts. L’architecte du patrimoine joue ici le double rôle de médiateur entre les différents experts techniques, mais également de concepteur engagé entre passé, présent et futur, utilisant l’histoire comme force créatrice au service du patrimoine de demain. Le dialogue qui s’est noué entre tous les intervenants – architectes et archéologues mais aussi municipalité et service régional de l’archéologie – a ainsi permis de concilier exigences scientifiques et programme d’aménagement. Les résultats de l’opération de fouille préventive s’intègrent dès lors logiquement au projet. Le plan de la future médiathèque en assimile les données en réinterprétant les espaces médiévaux mis en évidence (fig. 2). Les volumes de l’ancienne église sont respectés dans leur intégrité, même si la nouvelle fonction du bâtiment exige une division de la nef en quatre niveaux et la réalisation d’une toiture surhaussée pour créer un étage supplémentaire destiné au personnel (fig. 3). Les éléments structurants de l’édifice restent visibles (baies, portes, enfeus, armoires liturgiques). Au sud, l’extension de la médiathèque sur le domaine public respecte l’emprise des anciennes chapelles latérales. Une alternance de parois vitrées et de murs pleins permet une ouverture sur l’extérieur tout en garantissant la lecture des baies qui rythmaient le mur méridional de l’église. Le projet architectural prévoit par ailleurs que la succession chronologique des chapelles, construites d’est en ouest, soit matérialisée par une décroissance progressive de la hauteur de l’extension. Parallèlement, la galerie sud du cloître est restituée par un volume vitré dont la façade s’élève à l’emplacement du mur bahut. Le niveau de circulation médiéval, marqué par une assise chanfreinée longeant le mur de l’église, est également réutilisé, et les enfeus rythmant ce dernier sont préservés. La lame vitrée ouvre une perspective sur le mur nord de l’église par transparence, tout en donnant à voir la façade de la mairie, occupant l’ancienne aile orientale du couvent, par un jeu de reflets. L’aménagement intérieur de la future médiathèque tente ainsi de préserver les dimensions originelles de l’église et de restituer l’ambiance spirituelle en jouant sur la lumière naturelle. Enfin, devant l’intérêt patrimonial des vestiges mobiliers (enduits peints, éléments de chapelets, médailles religieuses, monnaies) et immobiliers, un espace dédié à leur valorisation est prévu dans l’extension sud.

Fig. 2

Fig. 2

Vue du couvent des Cordeliers en cours de fouille  (cliché F. Giraud/Archeodunum SAS).

15Aucune de ces opérations d’aménagement ne repose donc sur la mise en valeur stricto sensu des vestiges archéologiques mais toutes prévoient leur intégration à un projet novateur où le patrimoine apparaît comme une plus-value. Les notions d’autonomie et d’hétéronomie développées par Yanis Tsiomis (2008) au sujet des relations entre vestiges archéologiques et projet architectural se retrouvent ainsi au cœur du projet de la médiathèque : il s’agit de concilier l’indépendance des vestiges archéologiques d’une part, celle du projet architectural d’autre part, et de mettre ainsi à profit leur interaction pour générer une grille de lecture satisfaisante des vestiges tout en signifiant l’originalité du nouveau complexe.

16Au travers d’un dialogue entre tous les acteurs concernés, l’évolution du projet se bâtit au sein d’un compromis positif entre toutes les nécessités qui y prévalent : ses objectifs et ses missions, son cadre budgétaire, sa cohérence avec son environnement et sa philosophie, le sens qu’il doit porter et donner au territoire. Dans tous les cas, l’archéologue participe à une réflexion commune. Il ne se situe pas dans un champ réservé mais il se doit, au sein d’une transversalité des compétences et des missions, d’assumer son rôle à tous les niveaux : dès la définition des projets, en amont et au cours de leur réalisation, pour assurer la sauvegarde du patrimoine et contribuer au respect d’une certaine cohérence du territoire et de ses sites et, en aval, pour transmettre les éléments de connaissance du passé qui permettront de mieux habiter le présent et d’engager le futur.

Fig. 3

Fig. 3

Projet de la médiathèque de la communauté d’agglomération Loire Forez à Montbrison (atelier d’architecture Rivat et Searl Feasson Gagnal Goulois).

Passé, présent, futur : vers un patrimoine transgénérationnel

17Si les projets d'aménagement paysager, de service public et de logement répondent à des besoins matériels réels et nécessitent un engagement financier important, la réhabilitation d’un territoire doit également permettre aux habitants de se réapproprier un patrimoine, un passé, et de construire un lien avec le présent et les projets futurs. L’archéologue, s’il relève la tête de ses vestiges, autrement dit s'il prend du recul par rapport à son activité, peut jouer un rôle de trait d’union entre les générations.

18Encore à ses prémices, le projet de réhabilitation du Calvaire s’inscrit dans cette logique de reconquête d’un lieu, de remise en lumière d’un site à haute valeur patrimoniale ; toutefois, il échappe encore beaucoup à la compréhension en se dérobant au regard des habitants, malgré l’activité d’une association de sauvegarde qui lui est dédiée.

19Sur le site des anciennes usines Gégé, la création d’un nouveau quartier, lieu d’habitat et de service, aura une incidence décisive sur la morphologie de la ville, en redéfinissant ses centres de vie et ses circulations. Pour emporter l’adhésion des habitants, cette nouvelle polarisation se doit d’intégrer les éléments phares de l’histoire et du paysage de Moingt : le théâtre antique, les thermes devenus le prieuré Sainte-Eugénie et le bourg médiéval.

20Le projet de la future médiathèque se révèle très caractéristique de cette démarche. Vaste bâtiment récemment reconverti en salle des fêtes et caserne de pompiers, longtemps revêtu d’un habit de ciment le confondant avec le reste de la ville, il ne conservait de son passé, pour la plupart des habitants, que la fonction de grenette qui lui avait été attribuée au xixe siècle. Visible depuis la rue, la fouille a permis la présentation d’un écorché de l’histoire montbrisonnaise aux passants. Les vestiges ont pour un temps repris vie et l’insolite a éveillé la curiosité, là où l’ordinaire ne suscitait qu’indifférence. Peu de Montbrisonnais connaissaient la vocation première du bâtiment, ancienne église du couvent des Cordeliers. Ils expriment maintenant une attente réelle quant aux résultats archéologiques. La fouille a par ailleurs été l’occasion pour eux de (re)découvrir un aspect fondamental de l’organisation des villes au Moyen Âge, lié à la place prise par les établissements religieux dans leur formation et leur structuration. L’importante emprise foncière du couvent, caractéristique des établissements franciscains, et sa conservation jusqu’à la Révolution française ont fortement influencé le développement de ce quartier. Après la chute de l’Ancien Régime, les volumes de l’église ont partiellement sauvé le couvent de la destruction, transformé en lieu de stockage agricole. De chœur spirituel, l’ancien couvent est devenu poumon économique en servant d’espace d’échange. Si une partie de l’église a ensuite été transformée en caserne de pompiers, son étage est demeuré une salle de spectacle jusqu’à une période récente. Le reste de l’ancien couvent, qui abrite d’ores et déjà la mairie et l’office du tourisme, s’apprête à recevoir la médiathèque : tous éléments phares du service public, structurant autrement la ville contemporaine et ses circulations. L’archéologie peut alors être vue comme l’étude stratigraphique de la mémoire, de l’échelle d’une vie à celle d’un site pluriséculaire. Discipline scientifique associée à la réalité concrète d’une réhabilitation, elle crée une interface où « le passé éclaire le présent et construit le futur » (Tsiomis 2008) : la médiathèque devient dans ce cas un site intergénérationnel.

21Tous ces projets s’inscrivent dans une même démarche, pensée à l’échelle de la ville et du territoire, d’un renouvellement urbain capable de la resserrer sur elle-même et de l’ouvrir sur le xxie siècle.

Conclusion

22Bien qu’ayant le passé pour objet d’étude, l’archéologie a toute sa place à prendre dans le présent et le futur de nos territoires. D’autres avant nous, dans leurs propres domaines, en sont arrivés à cette conclusion qui résonne comme un axiome. Ainsi Pascal Picq affirmait en 2006 que « l’archéologie n’est pas qu’une science du passé et [que] ses problématiques rejoignent celles de notre temps » (Picq 2008). L’archéologue étudie dans ses moindres détails la culture matérielle d’une société. Transmettre le fruit de ces recherches aux héritiers de cette société n’est pas chose aisée, les grilles de lecture pouvant parfois être complexes. Pour que la population puisse se réapproprier son histoire, il faut que cette dernière lui soit accessible. La recherche de sens se trouve donc au centre des échanges entre l’archéologie et l’aménagement durable. L’expérience montbrisonnaise pourrait être considérée comme un éloge de la transversalité et de la confiance mutuelle. Elle témoigne surtout de la capacité à intégrer toutes les composantes d’un projet comme des plus-values, chaque intervenant apportant son expertise : l’archéologue comme l’architecte, l’historien, le géotechnicien, le paysagiste... La réussite et la pérennité d’un projet tiennent alors au croisement de tous ces regards.

23Dans ce cadre, l’archéologie permet de concilier le développement indispensable à la survie des villes et le désir, non de figer, mais d’entretenir la mémoire des lieux. C’est, finalement, en ne se contentant pas d’une simple « purge » légale du terrain mais en apportant au contraire une épaisseur culturelle aux projets que l’archéologie deviendra une discipline durable.

Haut de page

Bibliographie

Picq P. 2008. « L’archéologie entre le passé et l’avenir de l’homme », in : J.-P. Demoule & B. Stiegler, L’avenir du passé, modernité de l’archéologie. Paris, La Découverte : 40-61.

Rey A., Lorenceau J., Schwartz J.-L. 2004. « Éloge de la transversalité et de l’intelligence collective », Le Monde, édition numérique du 20 avril 2004.

Tsiomis Y. 2008. « L’architecte, un historien intuitif, l’archéologue, un architecte d’anticipation du passé », in : J.-P. Demoule & B. Stiegler, L’avenir du passé, modernité de l’archéologie. Paris, La Découverte : 139-153.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Localisation des projets de réhabilitation de l’agglomération Montbrison-Moingt (Dao : D. Jouneau/Archeodunum SAS).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 2
Légende Vue du couvent des Cordeliers en cours de fouille  (cliché F. Giraud/Archeodunum SAS).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2516/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3
Légende Projet de la médiathèque de la communauté d’agglomération Loire Forez à Montbrison (atelier d’architecture Rivat et Searl Feasson Gagnal Goulois).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2516/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Boissard, Jean-Marc Dufix, Richard Goulois et David Jouneau, « Montbrison (Loire), archéologie et urbanisation durable », Les nouvelles de l'archéologie, 136 | 2014, 39-43.

Référence électronique

Emmanuelle Boissard, Jean-Marc Dufix, Richard Goulois et David Jouneau, « Montbrison (Loire), archéologie et urbanisation durable », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 136 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/2516 ; DOI : 10.4000/nda.2516

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Boissard

responsable du Pôle Bâti, Archeodunum
e.boissard@archeodunum.fr

Jean-Marc Dufix

chargé de projets, Ville de Montbrison,
jmdufix@ville-montbrison.fr

Richard Goulois

architecte du patrimoine, Croisée d’archi,
richard.goulois@croiseedarchi.fr

David Jouneau

chargé d’étude responsable d’opération, Archeodunum,

 

d.jouneau@archeodunum.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org