Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie pour la ville
2/Aménager et partager la ville, le "vivre ensemble"

La « synthèse archéologique urbaine », l’exemple de Noyon

Un travail de recherche au service des archéologues et des habitants
Hélène Dulauroy-Lynch et Julie Gravier
p. 36-39

Résumés

La « synthèse archéologique urbaine » est un travail de recherche de Master héritée de l’approche globale et fonctionnelle de la ville, développée dans les années 1970 en Angleterre, puis reprise en France par H. Galinié sur Tours. Cette étude sous forme informatisée a été appliquée au cas de Noyon en partenariat avec le service municipal. Elle offre un intérêt pour la recherche archéologique de la ville et surtout une base quotidienne pour l’appropriation du patrimoine, l’aide à la décision et la valorisation auprès des élus et des habitants.

Haut de page

Texte intégral

1L'inversion de la tendance à l'étalement urbain par la construction de « la ville sur la ville », dans une optique de développement durable, oblige de plus en plus les archéologues à donner du sens au phénomène urbain. Dès lors, se pose la question des positionnements envisageables dans leur travail pour la ville et la société urbaine.

  • 1 Master d’archéologie médiévale réalisé par Julie Gravier à l’Université Paris I, sous la direction (...)

2Nous présentons une réponse possible, née d'une expérience de collaboration à propos de la ville de Noyon (Oise). La synthèse archéologique urbaine (Sau) réalisée dans le cadre d'un master1 permet de placer l'archéologie au sein du processus de l'aménagement et de lier archéologie et citoyenneté, en aidant à la mise en valeur du patrimoine, en facilitant la compréhension de l'historicité de la ville et donc son appropriation. Il s'agit, par exemple, d'expliquer aux habitants les changements urbains sur le temps long, leurs rythmes et leurs causes.

Une archéologie de la ville : projet et mode de réalisation de la Sau

  • 2 Collection de monographies réalisées en collaboration entre des archéologues locaux et ceux du Cent (...)

3Le projet d'une Sau est né du souhait de poursuivre le document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France (Depavf)2 sur Noyon réalisé par le service municipal, entre 1989 et 2003, et du besoin de conception et de formalisation d'outils informatiques. Une base de données, couplée à un système d'information géographique (Sig), forme un système évolutif permettant la mise à jour et recomposition des données en fonction des nouvelles connaissances.

4L'objectif était de mettre en perspective les informations relatives à la topographie historique et au potentiel archéologique. Ce projet a pris corps au sein d'un groupe de travail animé par Quentin Borderie et Bruno Desachy à l'Université Paris I entre 2010 et 2012 (Borderie et al. 2014), qui a élaboré une méthodologie commune tout en l'adaptant à chaque ville.

5Les principes de la Sau sont hérités de l'approche globale et fonctionnelle de la ville développée dans les années 1970 en Angleterre (Biddle et al. 1973) puis en France à Tours (Galinié, Randoin 1979). Ils recouvrent en particulier deux aspects systématisés dans les Depavf :

6– une vision diachronique de l'approche du phénomène urbain, ne privilégiant pas aucune période, afin d'appréhender les principaux changements fonctionnels et spatiaux spécifiques à chaque ville ;

7– une cartographie synthétique des éléments considérés comme constitutifs de l'espace urbanisé ancien.

8Par ailleurs, dès sa conception, la Sau a été informatisée. Cette approche n'est pas vraiment originale (Galinié, Rodier 2002) a pour intérêt de permettre des comparaisons interurbaines et des partages d'expériences.

9L'étude de la ville du ier s. ap. J.-C. jusqu'au début du xxie s. est effectuée au moyen d'unités élémentaires d'analyse, dénommées « entités urbaines ». Chaque entité est définie par une fonction, une localisation, une emprise lorsqu'elle est connue, et une datation continue dans le temps. Au nombre de 402 pour Noyon, elles forment un système à l’échelle urbaine (1/1000 pour cette étude). Leur identification se fait grâce à la documentation, d'une part textuelle et iconographique, d'autre part archéologique, cette dernière étant plus précise d'un point de vue spatial et matériel (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Schéma simplifié du traitement de la documentation en entité urbaine.

10L'ensemble des recherches de terrain (opération archéologique préventive, découverte dite fortuite, étude des monuments historiques…) est analysé et transformé en « observations de structures archéologiques » (Osa), décrites au moyen de rubriques largement héritées du thésaurus du Centre national d’archéologie urbaine (Cnau)(fig. 2) et représentant une activité fonctionnelle à l'échelle de l'opération.

11Dans un deuxième temps, les OSA permettent de rendre compte d'entités urbaines par recoupement documentaire. À titre d'exemple, la fouille réalisée en 1980 par J.-P. Angot a permis de mettre au jour une absidiole semi-circulaire de 6 m de diamètre pavée de carreaux de terre cuite carrés (type pilette d'hypocauste). Des pilettes d'hypocauste ont été découvertes dans le même îlot, à environ 50 m au nord-est, lors d’une fouille de sauvetage dirigée par M. Talon en 1988. Deux Osa ont donc été enregistrées dans la base de données mais une seule entité urbaine a été créée, ces vestiges ayant été interprétés comme de probables thermes publics au regard de leur situation dans la ville, à la croisée des grands axes urbains et aux abords d'une zone de boutiques. En revanche, la documentation textuelle et iconographique est directement traitée en entité urbaine car le « fait observable » (mention et représentation) nest pas le même.

Fig. 2

Rubriques

Fonctions

voies

voirie, espaces libres et repères remarquables

espaces libres

aménagements des berges et voies d'eau

aménagements des berges, du littoral et du relief, franchissements

aménagements du relief

franchissements

adductions d'eau

adductions d'eau et collecteurs

collecteurs, évacuations

système défensif urbain

structures défensives et militaires

structures fortifiées

garnisons, casernements

espaces publics aménagés

édifices publics civils et religieux, lieux de sociabilité

pouvoir civil, justice

spectacle, sport

bains

éducation, culture

établissements d'accueil (assistance, enseignement)

santé

habitat privé

habitat privé

cultes païens

établissements religieux

édifices cultuels catholiques

bâtiments conventuels ou monastiques

bâtiments ecclésiastiques

cultes autres que catholique

funéraire

funéraire

commerce, échanges

production, commerce et artisanat

artisanat

agriculture, élevage

industrie

extraction

formations naturelles

formations naturelles

occupation urbaine non caractérisée

occupation urbaine non caractérisée

Grille fonctionnelle héritée du thésaurus du Cnau et adaptée au modèle de données de l’étude.

12L'étude à échelle urbaine induit une certaine généralisation des informations. Cependant, des connaissances ponctuelles acquises lors de recherches de terrain peuvent être prises en considération si elles ont un sens à l'échelle urbaine, c'est-à-dire une valeur dans l'explication de la ville (densification de l'espace urbanisé, investissement de zones humides ou marécageuses, par exemple). L'essentiel n'est donc pas de tout prendre en compte, mais de catégoriser et de trier l'information pour relever ce qui apparaît comme important pour l'étude des processus urbains.

  • 3 Julie Gravier réalise un doctorat sur l'inscription de la ville de Noyon dans les systèmes de ville (...)

13Le couplage de ces données avec un Sig permet également d'approfondir les traitements spatiaux (Borderie et al. 2014). Par ailleurs, la datation numérique de chaque entité urbaine aide à préciser le rythme des changements fonctionnels et spatiaux de la ville au moyen d’analyses statistiques (sériation, analyse factorielle des correspondances…). Enfin, la Sau peut être une assise solide pour étudier l'intégration d'une ville dans des réseaux, à une échelle plus générale3.

Pour la ville : appropriation du patrimoine, aide à la décision et valorisation

14La Sau est utilisée à plusieurs niveaux de la chaîne opératoire archéologique, de la recherche initiale à la valorisation. Elle peut aussi faciliter les rapports avec les élus, et les aménageurs et les habitants, en les invitant à s’approprier l'histoire et le patrimoine de leur ville et à mieux intégrer les vestiges archéologiques dans les projets d'aménagement.

  • 4 Avant la création de la SAU, le service archéologique de Noyon travaillait à partir de fiches synth (...)

15La Sau permet aux archéologues de collectivités de connaître et de comprendre la ville dans laquelle ils travaillent dans sa profondeur historique, pour être en mesure de convaincre les élus et le public du rôle essentiel joué par leur discipline dans la connaissance de son passé et la fabrication de son avenir. Plus modestement, en offrant une vision diachronique de l'évolution de la cité et en renseignant sur chaque opération archéologique ou sur chaque entité urbaine, elle renforce l'efficacité quotidienne du service. Une telle base de données fait en effet gagner énormément de temps dans la préparation scientifique des opérations (rapidité, précision, exhaustivité). Sa consultation permet de saisir l’évolution d’une parcelle ou d’un quartier grâce aux cartes synthétiques et aux fiches des entités urbaines qui rassemblent toutes les informations et références bibliographiques associées4 L'ensemble, facile à intégrer aux rapports, articles et communications, permet de construire rapidement synthèses bibliographies. La Sau, qui met par ailleurs à la disposition des archéologues une cartographie claire et synthétique, permet enfin de normaliser les représentations graphiques et de produire des cartes fondées sur des méthodes et outils d’analyse géographique, qui ne sont pas simplement illustratives.

16La Sau est donc une arme efficace pour que le service archéologique soit associé dès les premières étapes d’un projet aux décisions d’aménagement urbain. La mise à disposition rapide d’informations bien documentées, référencées et représentées précisément est un atout pour être force de proposition. D’autre part, grâce à la qualité synthétique de la base, il est possible de présenter une vision globale des enjeux archéologiques en évitant la juxtaposition de cas particuliers : on peut ainsi exposer une vision de la ville et non d’un site isolé.

17La consultation de la Sau par les élus et les services d’urbanisme peut devenir systématique dans le processus de décision. La base de données (simple d’utilisation) et les cartes claires et lisibles qui lui sont associées peuvent être consultées directement par les personnes pilotes des projets d’urbanisme et celles qui instruisent les dossiers de permis et d’autorisation. Le service archéologique de Noyon travaille actuellement dans ce sens avec les services concernés de la ville et de la communauté de communes. La présence d’un archéologue territorial reste toutefois souhaitable pour analyser au mieux les informations.

18Dans une collectivité où les élus et les agents de l'administration se sont approprié leur patrimoine, il est possible de travailler en partenariat avec les autres opérateurs de l’action territoriale pour intégrer l'archéologie dans la représentation de la ville. Dès lors, sa présence va de soi dans la compréhension de la construction urbaine et elle est prise en compte en amont des projets d’aménagement, mais aussi en aval dans des projets de mise en valeur. C’est, à terme, l’objectif que le service archéologique s’est fixé à Noyon, en concertation avec le service Sig de la communauté de communes du Pays noyonnais.

La fabrique de l’identité urbaine

19Les personnes travaillant à la mise en valeur (archéologues, animateurs du patrimoine, guides de l'office de tourisme, etc.) de la ville peuvent se reposer sur la Sau : à titre d’exemple, au cours de l’opération de diagnostic autour de la gare de Noyon, le service archéologique a monté une exposition légère sous forme de bâches accrochées sur les barrières du chantier dont les illustrations étaient issues de la Sau. De la même manière, textes et cartes servent de base de travail au service d’animation pour élaborer des fiches synthétiques dites « patrimoines » sur les bâtiments et les lieux patrimoniaux de Noyon.

20De plus, les services peuvent utiliser cette synthèse pour mettre en place des parcours de visite. L’exemple du rempart gallo-romain est le plus parlant, car il doit présenter les vestiges visibles et invisibles de la muraille. À Lyon ou Marseille, le patrimoine archéologique est une évidence, il fait partie de l’identité de la ces villes et suscite la fierté de leurs habitants. À Noyon, de fondation romaine et au passé médiéval éminent, les choses sont moins évidentes. Un des objectifs des archéologues est de faire mieux connaître l'ampleur de ce passé à leurs concitoyens pour renforcer l'identité locale et le lien social. En leur offrant une présentation claire de l’état des connaissances archéologiques et du caractère intégré des archives du sol, la SAU leur donne à voir la ville dans sa diversité, dont chaque entité et chaque période ont contribué à façonner l’identité globale. L’exemple des centres d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (Ciap), intégrant l’urbanisme présent et futur, témoigne de ce que la synthèse peut apporter à un tel projet pour l’élaboration du contenu des panneaux dans une vision diachronique de la ville.

21La Sau et la visite de sites archéologiques urbains stratifiés, lors de journées portes ouvertes ou dans des espaces de conservation, font prendre conscience de l’épaisseur du sol, de la densité et de la richesse historiques d’une ville qui ne s’est pas faite en un jour et dont la trame mérite d'être préservée. Cette épaisseur est visible dans le sol – à Noyon, dans la crypte archéologique – mais aussi dans les murs au moyen de l’archéologie du bâti, par exemple, à l’église Sainte-Marie-Madeleine.

  • 5 En mars 1917, le repli de l'armée allemande sur la ligne Hindenburg libère Noyon et le nord-est du (...)

22En outre, l’archéologie peut aller plus loin et participer au devoir de mémoire. À Noyon, ravagée par la Grande Guerre, l’importance de son rôle est évidente puisque le sous-sol conserve la mémoire de la ville détruite en élévation5. Or, si la Reconstruction a été assez respectueuse du patrimoine bâti, tout n’a pas pu être refait à l’identique et un nouveau patrimoine se superpose désormais à l’ancien.

Conclusion

23La synthèse archéologique urbaine offre un grand intérêt pour la recherche, la gestion du patrimoine et sa valorisation. Elle permet l'approfondissement des connaissances par sa précision spatiale et fonctionnelle, à l'échelle d'un quartier par exemple. Elle sert de première entrée à l'élaboration d'une opération archéologique, et surtout, elle aide à la rédaction du rapport dans une optique d'analyse diachronique de la ville.

24Parmi les projets menés par le service archéologique de Noyon, le travail d'intégration des données de la Sau dans le Sig de la communauté de communes permet d'envisager cette synthèse comme un pas important pour la prise en compte de l'archéologie au sein des processus d'aménagement. En effet, cette « intégration outil », procédure collective entre archéologues et aménageurs, est un vecteur de compréhension mutuelle car elle oblige chacun des acteurs à traduire leurs besoins et leurs envies.

25Par ailleurs, la Sau représente une première avancée pour l'étude des coévolutions de quartiers sur le temps long et l'intégration des connaissances acquises en amont de projets d'aménagement développés par la municipalité. Il devient par exemple possible d’entreprendre un diagnostic ayant pour objet les causes de l'enclavement d'un quartier et de proposer des pistes de pour sa réintégration spatiale et fonctionnelle. De tels diagnostics territoriaux, complémentaires des données de la Sau, supposent une participation collective et un partenariat entre gestionnaires, acteurs et concepteurs de la ville – y compris les habitants, rassemblés dans des comités de quartier par exemple. Cependant, ils ne pourront avoir lieu que si la municipalité accepte d’accorder du temps – et une contribution financière.

Haut de page

Bibliographie

Biddle M., Heighway C. & Hudson D. 1973. The Future of London’s past: a survey of the archaeological implications of planning and development in the nation’s capital. Worcester, Rescue n°4.

Borderie Q., Delahaye J., Desachy B., Gravier J. & Pinhède A. 2014. « Les synthèses archéologiques urbaines, un projet en cours », in : É. Lorans & X. Rodier, Archéologie de l’espace urbain, Tours/Paris, Pufr/Cths : 267-279.

Galinié H. & Randoin B. 1979. Les Archives du sol à Tours – survie et avenir de l’archéologie de la ville. Tours, Laboratoire d’archéologie urbaine et société archéologique de Touraine.

Galinié H. & Rodier X. 2002. « Totopi – Topographie de Tours pré-industriel, un outil d’analyse urbaine », Les petits cahiers d’Anatole, 11 [en ligne : http://citeres.univ-tours.fr/doc/lat/pecada/F2-11.pdf, consulté le 20/04/2012].

Haut de page

Notes

1 Master d’archéologie médiévale réalisé par Julie Gravier à l’Université Paris I, sous la direction de Joëlle Burnouf.

2 Collection de monographies réalisées en collaboration entre des archéologues locaux et ceux du Centre national d'archéologie urbaine du ministère de la Culture (Cnau).

3 Julie Gravier réalise un doctorat sur l'inscription de la ville de Noyon dans les systèmes de villes dans le nord du Bassin parisien, depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours.

4 Avant la création de la SAU, le service archéologique de Noyon travaillait à partir de fiches synthétiques sous forme papier et d’un inventaire réalisé sous tableur, ne présentant ni la richesse ni les liens d’une base de données.

5 En mars 1917, le repli de l'armée allemande sur la ligne Hindenburg libère Noyon et le nord-est du département de l’Oise, occupés depuis la fin septembre 1914. De nouveau prise lors de la « bataille de Noyon » (24-25 mars 1918), la ville reconquise le 29 août par les Français est détruite à 80 %. Les murs de sa cathédrale gothique du xiie siècle conservent les stigmates provoqués par les bombardements de 1918.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Schéma simplifié du traitement de la documentation en entité urbaine.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Dulauroy-Lynch et Julie Gravier, « La « synthèse archéologique urbaine », l’exemple de Noyon », Les nouvelles de l'archéologie, 136 | 2014, 36-39.

Référence électronique

Hélène Dulauroy-Lynch et Julie Gravier, « La « synthèse archéologique urbaine », l’exemple de Noyon », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 136 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/2508 ; DOI : 10.4000/nda.2508

Haut de page

Auteurs

Hélène Dulauroy-Lynch

Service archéologique de la ville de Noyon,
archeologie@noyon.fr

Julie Gravier

Université de Paris I,
julie.gravier@parisgeo.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org