Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les chasseurs-cueilleurs

La mission archéologique de Minas Gerais (Brésil)

André Prous, Marie-Jacqueline Rodet, Andrei Isnardis, Camila Jacome, Lilian Panachuk, Loredana Ribeiro, Alenice Baeta, Marcio Alonso et Martha Castro Silva
p. 23-27

Résumés

Depuis 1971, la Mission française de Minas Gerais étudie la préhistoire du Brésil central et ses relations avec les régions voisines. Les recherches dans des cimetières de l’Holocène ancien et moyen ont permis d’étayer la théorie selon laquelle une première vague de peuplement archaïque aurait précédé l’arrivée des populations indigènes mongoloïdes en Amérique. Les abris secs ont fourni de précieuses informations sur les plantes cultivées et l’outillage en matières périssables. L’analyse de l’art rupestre, menée de front avec celle des vestiges enterrés, a révélé une grande diversité des thèmes et des styles, non seulement d’une région à l’autre, mais aussi au long des millénaires. Certains thèmes de recherche dépassent les limites du Brésil central, comme l’archéologie des populations Tupiguarani.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Brésil

Index chronologique :

préhistoire
Haut de page

Texte intégral

1La mission archéologique de Minas Gerais dépend du ministère français des Affaires étrangères et fonctionne en étroite collaboration avec l’université fédérale du Minas Gerais.

2Cet État est un peu plus grand que la France. Il occupe le centre du Brésil avec le Goiás voisin, et forme avec lui une sorte de château d’eau, dont les rivières coulent dans toutes les directions. En provenance d’Amazonie, du bassin du Rio de La Plata et de l’Atlantique, les innovations se rencontraient dans cette région tandis que d’autres y naissaient et se répandaient vers l’est et le nord du pays.

3Dans les montagnes et les plateaux qui occupent une bonne partie de l’État, des milliers de grottes et d’abris ont été utilisés par les hommes préhistoriques. Des restes osseux – humains ou animaux – fournissent des précieuses informations sur le physique, l’alimentation, les maladies et les formes d’ensevelissement des anciens habitants. Dans les régions les plus sèches, même les matières végétales ont été préservées et les corps se sont parfois momifiés naturellement. En 1971, date de la première expédition franco-brésilienne, seuls quelques sites de la petite région de Lagoa Santa avaient été fouillés, par intermittence et avec des méthodes dépassées.

4Après avoir travaillé essentiellement dans la région centrale de l’État et contribué à l’étude des plus anciens peuplements, la mission étendit son champ d’action à partir des années 1980, portant ses efforts sur trois domaines principaux : l’art rupestre brésilien, la technologie préhistorique et l’archéologie régionale. Elle mène ses recherches avec le secteur d’archéologie qu’elle a contribué à créer au sein de l’université de Minas Gerais.

Le peuplement de l’Amérique

5Les fouilles du début des années 1970, alors dirigées par A. Laming-Emperaire, portaient sur l’ancienneté du peuplement. Le squelette isolé de « Luzia », retrouvé dans le site de Lapa Vermelha IV – daté d’environ 11000 ans BP, ce qui en ferait le plus ancien connu des Amériques – et ceux du cimetière de Santana do Riacho – un des plus anciens ensembles de sépultures du continent, avec des dizaines de corps datés de plus de 8 000 ans – appartiennent à une population non mongolisée dite « de Lagoa Santa » (Prous 2001 ; Prous 2007a). Certains anthropologues en déduisent que la première vague de migration était fort différente des groupes asiatiques actuels et proche des premiers sapiens issus d’Afrique, qui seraient arrivés en Amérique en longeant le littoral sud asiatique avant de remonter jusqu’à la Behringia. Les indigènes actuels seraient issus de populations mongolisées plus récentes, arrivées en Amérique du Sud il y a moins de 8 000 ans, où elles auraient alors assimilé ou remplacé les premiers venus.

6Nous menons actuellement des fouilles dans le cimetière préhistorique de Buritizeiro, daté d’environ 6000 ans BP, une période pour laquelle on dispose au Brésil de très peu de restes osseux humains. La très grande densité de sépultures de ce site à ciel ouvert en fait un site-clé, et l’analyse anthropologique devrait permettre de vérifier si, à cette époque, la population de Lagoa Santa avait déjà disparu du Brésil central.

L’art rupestre

7Les chercheurs de la mission ont découvert des centaines d’abris peints et gravés, dont certains sont décorés de milliers de figures (fig. 1). Divers graphismes recouverts par des couches archéologiques ont pu être datés par la stratigraphie ; les plus anciens remontent à 9 000 ans, d’autres ont moins de 2 000 ans, alors que des pigments ont été retrouvés dans les couches d’occupation datées d’environ 12 000 ans. La datation relative (ordre de succession) des ensembles graphiques qui se superposent sur de nombreux panneaux a aussi été établie. Les séquences montrent la succession de traditions (caractérisées par des thèmes particuliers), de styles (marqués par des changements mineurs à l’intérieur d’une même tradition) et de faciès régionaux. Jusqu’à huit niveaux chrono-stylistiques ont ainsi été reconnus dans un même site. Alors que certaines des unités chrono-stylistiques présentes dans l’État de Minas Gerais sont locales, d’autres s’étendent jusqu’au nord-est du Brésil, atteignent la Bolivie à l’est, l’Argentine et le Paraguay au sud.

Fig. 1

Fig. 1

Peintures rupestres de la Lapa Pintada de Jequitai

Photo Rogério Tobias

8Nous avons ainsi élaboré un cadre d’ensemble pour l’art rupestre d’une grande partie du Brésil, aujourd’hui largement utilisé par les chercheurs locaux (Prous 1994 ; Prous 2007b). Notre démarche ne vise pas seulement à établir les chronologies et les ensembles thématiques. Nous avons aussi déterminé l’importance pour les porteurs de chacune des traditions du choix des abris à décorer et de leur implantation dans le paysage. Dans un même site, nous étudions également l’attitude de chaque nouveau groupe de peintres ou de graveurs face aux figures antérieures : si certains les détruisent, d’autres les évitent ; quelques-uns les recouvrent, alors que d’autres les intègrent aux nouvelles compositions. Nous tentons également d’établir les correspondances entre les ruptures graphiques reconnues sur les parois et les changements technologiques ou de comportement repérés dans les couches archéologiques des abris. Des analyses de pigments et des études sur les causes de dégradation des panneaux rupestres sont réalisées en collaboration avec le Centre de conservation (Cecor) de l’université de Minas Gerais.

9Dans chacune des régions étudiées, une tradition particulière semble avoir dominé pendant plusieurs millénaires au cours de la période qui s’étend de 6000 à 2500 avant notre ère. Les représentations animalières monochromes s’imposaient dans les plateaux et montagnes du centre de l’État, alors que les figures « géométriques », souvent bichromes, se concentraient dans les régions basses qui accompagnent le cours du rio São Francisco. Dans chacune des traditions, on note une évolution dans les techniques d’exécution ou dans les thèmes préférentiels, qui s’inscrivent cependant dans une continuité thématique d’ensemble. Peu avant notre ère, une rapide succession de nouveaux ensembles thématiques semble correspondre à des changements dans le système de subsistance (développement de l’horticulture) qui auraient parfois provoqué des épisodes belliqueux et des mouvements de population. Certaines des nouvelles traditions représentent surtout des personnages humains miniaturisés impliqués dans des scènes de chasse, de guerre ou de rituels (Prous et Ribeiro 2006 ; Jorge, Prous et Ribeiro 2007).

La technologie lithique

10Les préhistoriens qui travaillent en Europe, au Proche-Orient, en Afrique ou en Amérique du Nord sont habitués à étudier des industries lithiques dont la matière première est le silex, éventuellement la quartzite ou l’obsidienne. Ces ensembles « classiques » présentent une grande quantité d’éclats retouchés ou de pièces façonnées – de sorte que les outils ont des formes stéréotypées, caractéristiques de certaines périodes ou de cultures régionales bien définies. Dans le reste du monde – voire dans certaines régions d’Europe –, le silex est rare ou absent et a souvent été remplacé par le quartz de filon ou le cristal de roche, comme c’est le cas dans la plus grande partie du Brésil. Les techniques de débitage sont alors très différentes, souvent sur enclume. Les objets ainsi fabriqués ne possèdent pas les mêmes caractéristiques que les outils en silex.

11Lors de nos recherches dans la région de Diamantina, nous nous sommes aussi heurtés à une situation imprévue : les collecteurs de quartz d’aujourd’hui, qui fournissent la silice pure aux industries métallurgiques, taillent les cristaux pour en retirer les impuretés. Ils procèdent d’abord à un décorticage complet puis ouvrent par percussion toutes les jasses (failles) des pièces travaillées pour permettre le lavage de ces parties internes – un processus souvent réalisé à l’heure de la canicule, dans les abris sous roche décorés de peinture rupestres. Les produits de taille modernes se mêlent alors en surface aux vestiges lithiques de la période préhistorique tardive. Il a donc été nécessaire d’étudier les techniques modernes de taille et les produits recherchés pour les différencier des vestiges caractéristiques des anciens ateliers de débitage.

12Par ailleurs, beaucoup de « cultures » préhistoriques du Brésil, surtout les plus récentes, utilisaient les éclats sans les retoucher. Les formes des outils sont donc très différentes des formes classiques des industries préhistoriques européennes ou nord-américaines. Pour les étudier, nous avons mis sur pied des techniques spécifiques, qui s’avèrent aussi valides pour de nombreuses régions « périphériques » – qui composent en fait, une bonne partie de la planète. En France aussi, on commence à s’intéresser à ces matières premières et aux outils les plus simples, encore il y a peu méconnus ou considérés « atypiques » dans les sites du Paléolithique. Les industries brésiliennes présentent une grande variété d’outils de pierre souvent utilisés sans transformation préalable (enclumes, marteaux, percuteurs, surface de broyage, mains de meule ou de pilon), dont les marques d’utilisation, lisibles et caractéristiques, avaient été peu étudiées jusqu’à nos recherches de ces trente dernières années.

L’archéologie de la vallée du rio São Francisco

13Le grand fleuve São Francisco sert de couloir entre le Brésil central et la région du Nord-Est. De nombreux abris s’ouvrent le long de ses affluents. Nous en avons fouillé plusieurs, ainsi que quelques sites à ciel ouvert près de Januaria (canyon du Peruaçu) et de Montalvânia. Dans la vallée principale, le site de Buritizeiro est, hors de la région côtière du Brésil, un des très rares gisements à ciel ouvert qui présente une séquence d’occupation en stratigraphie et qui a préservé des vestiges organiques.

Les sites du canyon du rio Peruaçu

14La séquence chronologique commence avec de très beaux sols d’occupation (Lapa do Boquete) et se poursuit pendant 12 000 ans jusqu’à nos jours. Au cours des différentes périodes, l’occupation des abris, d’abord assez intense et diversifiée, a été peu à peu réduite à des fins rituelles. Dans des dizaines d’entre eux, les peintures rupestres géométriques couvrent les parois, s’insérant parfois entre des ensembles stalagmitiques s’élevant à plus de 12 m de hauteur. Près de Montalvânia, les sols rocheux sont décorés de milliers de gravures représentant surtout des armes et des chéloniens.

15Dans les sépultures de la période préhistorique tardive, on a retrouvé tous les outils nécessaires à la survie : arcs, flèches barbelées, bâtons à feu, paniers, gourdes végétales (calebasses) et petits vases en céramique, spatules en os, manche et lames de hache, boules de cire, pelotes de cordelette, etc. Dans les abris, on trouve des dizaines de dépôts d’aliments datés des deux derniers millénaires, avec des épis de maïs, du manioc et de nombreux autres végétaux d’origine locale dont l’étude contribue à la connaissance des changements génétiques des plantes cultivées. L’art rupestre de cette époque représente d’ailleurs des personnages grimpant dans les palmiers, des pieds de maïs, des gousses de haricot, des racines de manioc et diverses plantes comestibles. Des sites à ciel ouvert permettent de connaître également les occupations proches de la rivière et les carrières d’exploitation de matière première lithique. Nous disposons ainsi d’une grande variété de vestiges enfouis ou visibles sur les parois, unique dans le cadre de la préhistoire brésilienne.

16L’aire géographique des cultures préhistoriques définies à partir de l’étude du Peruaçu s’étale en aval sur des centaines de kilomètres le long du São Francisco, jusque dans l’État de Bahia. Cependant, chaque territoire présentait quelques particularités notamment dans l’art rupestre ; dans les zones frontières, on voit parfois les styles caractéristiques de deux régions voisines alterner sur le même support rocheux. L’exceptionnelle richesse des sites du Peruaçu, insérés dans un paysage extraordinaire, a conduit à la création d’un parc national dont le classement doit être sollicité auprès de l’Unesco.

Le site de Buritizeiro

17Deux cents kilomètres en amont du Peruaçu, le site de Buritizeiro fut occupé entre 4000 et 10500 ans avant notre ère ; il domine les rapides du rio São Francisco, très propices à la capture de grands poissons. Il est actuellement l’objet des principales fouilles de la mission. Les industries lithiques montrent des processus de tailles très différentes selon les matières premières ; dans tous les niveaux dominent des galets de quartzite assez tenace ramassés dans la rivière, débités en quartier d’orange et rarement retouchés. Beaucoup plus rares sont les matières importées de dizaines de kilomètres : quartz, travaillé sur enclume ; calcédoines et silexites, débitées et transformées par façonnage et retouche en pointes de trait bifaciales ou en limaces de forme soignée (fig. 2). Les lames de haches étaient taillées et polies dans la sillimanite ou dans des roches riches en olivine, elles aussi importées de loin. Les blocs d’arkose locale servaient de meule ou d’enclume, tandis que des grès étaient rapportés pour polir les outils en os. La composition chimique des sédiments de couleur sombre montre une très grande quantité de matière organique décomposée. L’étude en cours des restes de faune, celle des phytolithes (particules siliceuses caractéristiques de certains végétaux) et des grains d’amidon retenus dans les surfaces de broyage devrait permettre de préciser le système de subsistance alimentaire.

Fig. 2

Fig. 2

Industrie lithique du site de Buritizeiro

Photo Maria-Jacqueline Rodet, mission française de Minas Gerais

18Une vingtaine de sépultures ont déjà été fouillées dans les niveaux supérieurs, où des centaines de morts pourraient avoir été enterrés dans l’espace du cimetière délimité par la prospection. Les corps étaient repliés dans des fosses peu profondes (fig. 3). Des outils et des restes de faune parmi lesquels on note des éperons de surubim (un poisson qui atteint plus de 2 m de long) étaient disposés en paquets. Des ensembles de pointes ou de spatules en os de mammifères reposent sur le ventre ou entre les jambes ; probablement étaient-ils déposés dans de petits récipients ou dans des carquois. Les rares instruments de pierre trouvés dans les sépultures sont surtout en quartz et en silex, matières rarement retrouvées hors de la zone occupée comme cimetière. Une petite dalle en arkose, régularisée par taille puis par polissage, était finalement placée au-dessus de chaque corps, marquant l’emplacement de la sépulture.

Fig. 3

Fig. 3

Sépultures du secteur « B », Buritizeiro

Photo Rogério Tobias, mission française du Minas Gerais

La culture tupiguaranie

19Depuis 1999, la mission étudie la culture tupiguarani, qui s’est développée sur une grande partie du territoire brésilien et jusqu’au nord de l’Argentine au cours des deux derniers millénaires. Leurs derniers représentants, les Tupinambas, se sont alliés aux Français lorsque Villegaignon installa la première fondation européenne dans la baie de Rio de Janeiro. Les populations tupinambas atteignaient parfois une forte densité. Regroupées en confédérations belliqueuses, elles capturaient des prisonniers de guerre qu’elles sacrifiaient et consommaient au cours de rites cannibales très élaborés.

20Nos recherches menées dans la vallée du rio Doce, à une centaine de kilomètres de distance du littoral atlantique, ont montré la forte implantation de ces agriculteurs villageois au cours des derniers siècles avant l’arrivée européenne. Les sites occupent soit les terres basses dans lesquelles la forêt-galerie fournissait un sol adéquat aux cultures sur brûlis, soit des positions défensives au sommet de reliefs tabulaires. Parmi ces derniers, Florestal 2, particulièrement bien préservé, est composé d’une dizaine de grandes maisons communautaires abritant chacune une famille étendue, disposées autour de la place centrale où se déroulaient les activités rituelles. Entre les carbets, des postes de travail et de réunion sont attestés par des assemblages de blocs de pierre apportés de la vallée qui servaient probablement de sièges ; ils sont accompagnés de quelques fragments de pot à eau et, surtout, d’instruments lithiques. Une douzaine de récipients furent trouvés dans chaque maison : de grandes jarres peintes destinées à la préparation des boissons fermentées, qui pouvaient aussi être utilisées pour recevoir le corps des morts ; des vases globulaires peu ou pas décorés pour garder l’eau ; des marmites dont le décor, obtenu en pinçant la pâte, rappelle le cuir de caïman ; des vases oblongs à décor d’impressions d’ongle, destinés à recevoir la dépouille des enfants morts en bas âge ; des petits récipients de forme rectangulaire, décorés de peintures assez simples.

21Dans les sites voisins de plaine, on trouve aussi de grands bassins circulaires ou quadrangulaires avec une très belle décoration peinte. L’industrie lithique de ces sites installés au bord des rivières principales comprend des outils agricoles, comme les lames polies, et des ornements en amazonite, en coquille ou en corail apportés du littoral. En revanche, les sites de hauteur ont surtout livré de modestes éclats de quartz ayant peut-être été utilisés sur les râpes à manioc et de petits blocs de gneiss très rugueux marqués par une gouttière, qui pourraient avoir servi à régulariser les hampes de flèche. Les Tupiguaranis n’étaient pas de grands tailleurs de pierre. Ils préféraient le bois et l’os pour faire leurs outils. Leur céramique surtout reflète leur technicité. Les bassins de terre cuite associés aux sépultures arborent des dessins peints très complexes qui n’avaient jamais été étudiés. Pour y remédier, nous avons analysé les dessins de près de 200 poteries et les tessons de presque un millier d’autres récipients peints conservés dans les anciennes collections des musées brésiliens et recueillis pour la plupart par des amateurs au début du xxe siècle ; avec l’aide de plusieurs collègues du Brésil et d’Argentine, nous avons réalisé un catalogue général des peintures tupiguaranies que nous espérons publier prochainement.

22L’étude a montré que les peintures étaient réservées aux urnes funéraires, aux vases liés aux sacrifices humains et à la préparation des breuvages associés à ces rituels. Les couleurs étaient utilisées en fonction d’un code spécifique : bandes rouges soulignant les reliefs des vases ; lignes fines de couleur sombre pour les dessins ; éléments pointillés décoratifs noirs ; exclusion totale de la couleur jaune. Les thèmes disposés de manière très codifiée et à première vue géométriques font souvent allusion à des figures mythologiques (serpent, fleur, bâtons croisés) ou à des représentations corporelles : visages et éléments corporels ; un vase semble même représenter le corps éventré d’un guerrier sacrifié (Prous 2004).

23La comparaison des peintures et les formes des vases de différentes régions, montre l’existence de véritables frontières stylistiques et thématiques qui reflètent probablement des territoires formés par des groupes alliés qui pouvaient ainsi exprimer leur particularité. On note, par exemple, que les Tupiguaranis méridionaux décorent surtout les urnes funéraires et des vases à boire la bière de maïs, et que la virtuosité des potières – probablement des femmes, comme c’est la tradition dans les terres basses sud-américaines – s’exprime surtout dans la qualité des formes de vases complexes ; les motifs peints, quant à eux, sont assez simples, tracés au trait épais et sans grand soin. Au nord de l’État de São Paulo, au contraire, les vases sont modelés avec moins de régularité et ce sont surtout les bassines (inexistantes dans le Sud) qui ont été décorées ; les dessins, en revanche, forment des enchevêtrements de lignes arachnéennes tracées avec une extrême précision et difficiles à lire au premier coup d’œil (fig. 4). Les vases du littoral central diffèrent aussi de ceux du Nord-Est, d’Amazonie ou du bassin de La Plata par les décors des bords, la disposition des éléments décoratifs ou les thèmes préférentiels.

Fig. 4

Fig. 4

Vase tupiguarani, Instituto de Arqueologia Brasileira

Photo André Prous, mission française de Minas Gerais

24Les recherches de la mission archéologique de Minas Gerais s’étendent peu à peu à l’ensemble de ce grand État depuis les plus anciennes occupations bien documentées jusqu’aux populations qui occupaient le Brésil central à la veille de l’arrivée des Européens. La mission a fortement contribué à la formation des chercheurs locaux, et son intégration aux diverses équipes qui se sont constituées dans la région au cours de ces dernières années est exemplaire. En fait, son influence formatrice s’étend bien au-delà de l’État de Minas Gerais, et elle est à l’origine d’une bonne partie des travaux de synthèse publiés ces dernières années sur l’archéologie brésilienne.

Haut de page

Bibliographie

Jorge, M., A. Prous et L. Ribeiro. 2007. Brasil Rupestre / Brazil on Rock (texte bilingue). Curitiba, Zencrane Livros.

Prous, A. 1994. « L’art rupestre du Brésil », Bulletin de la Société préhistorique de l’Ariège, 49 : 77-144.

Prous, A. 2001. Arqueologia Brasileira, Brasília, Ed. Universidade de Brasília, 2e édition.

Prous, A. 2004. « Du Brésil à l’Argentine: la céramique tupiguaranie », Archeologia, 408 : 52-65.

Prous, A. 2007a. O Brasil antes dos Brasileiros. Rio de Janeiro, Zahar ed., 2e édition.

Prous, A. 2007b. Arte Pré-histórica do Brasil. Belo Horizonte, Ed. C/Arte.

Prous, A. et L. Ribeiro. 2006. « Brésil », in : Rock Art of Latin América and the Caribbean. Paris, Icomos : 108-121.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Peintures rupestres de la Lapa Pintada de Jequitai
Crédits Photo Rogério Tobias
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 2
Légende Industrie lithique du site de Buritizeiro
Crédits Photo Maria-Jacqueline Rodet, mission française de Minas Gerais
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 3
Légende Sépultures du secteur « B », Buritizeiro
Crédits Photo Rogério Tobias, mission française du Minas Gerais
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 4
Légende Vase tupiguarani, Instituto de Arqueologia Brasileira
Crédits Photo André Prous, mission française de Minas Gerais
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/249/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Prous, Marie-Jacqueline Rodet, Andrei Isnardis, Camila Jacome, Lilian Panachuk, Loredana Ribeiro, Alenice Baeta, Marcio Alonso et Martha Castro Silva, « La mission archéologique de Minas Gerais (Brésil) », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 23-27.

Référence électronique

André Prous, Marie-Jacqueline Rodet, Andrei Isnardis, Camila Jacome, Lilian Panachuk, Loredana Ribeiro, Alenice Baeta, Marcio Alonso et Martha Castro Silva, « La mission archéologique de Minas Gerais (Brésil) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/249 ; DOI : 10.4000/nda.249

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org