Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie pour la ville

Les archéologues et la lampe d’Aladin

L’archéologie « pour » la ville
Bruno Dufaÿ, Vincent Hincker et Antide Viand
p. 3-5

Texte intégral

1Ces journées de l’Association nationale pour l’archéologie des collectivités territoriales (Anact), à l’invitation du service municipal d’archéologie de la ville de Lyon, ont souhaité questionner la relation très particulière qui unit la ville et l’archéologie : l’une se construit sur elle-même quand l’autre lui révèle son passé et l’aide à préciser son identité. Au-delà des questions scientifiques et techniques de l’archéologie urbaine, qui viennent de faire l’objet d’un colloque à Tours (Lorans, Rodier 2013), ce thème fait écho à des problématiques très actuelles, d’ordre politique et économique, environnemental et sociétal. Il est de la responsabilité collective des archéologues de réfléchir à la consommation de la ville par elle-même et d’éviter la dilapidation de notre héritage commun. Dans une démarche de service public, ils doivent donner à savoir autant qu’à voir et à vivre. En effet, avant d’être lue et comprise, la ville est surtout vécue. Ce territoire si particulier, où se succèdent et cohabitent des populations diverses, est par définition le siège du « vivre ensemble ».

2On peut résumer en deux grands domaines les enjeux pour lesquels peuvent être sollicités les archéologues : mieux comprendre la ville pour mieux la faire évoluer, dans le respect de ses héritages ; contribuer au « vivre ensemble » pour « se retrouver où l’on se trouve » (l’expression est du géographe Roger Brunet, 2010 : 3), autour du « génie du lieu ».

3La richesse des débats des journées a montré la variété des approches. Elle a aussi révélé que les archéologues n’apportent pas de solutions toutes faites, ni des modèles. Ils peuvent en revanche découvrir et relater les modalités antérieures d’usage de la ville et, ainsi, apporter du sens à nos paysages urbains. Ils fournissent quelques clés sur l’évolution des villes et permettent d’identifier les héritages. Dans une perspective de développement durable, ils sont concernés par les projets de renouvellement urbain, d’extension et de redensification, qui entraînent une nouvelle érosion du sous-sol. Ils doivent alerter sur la préservation de cette ressource non renouvelable de mémoire que constitue le sous-sol stratifié de nos villes.

4Toutefois, ceci ne va pas sans difficultés, bien mises en évidence lors des communications. Les archéologues sont beaucoup trop absents des cercles de décision où se fabrique la ville de demain. Au-delà des problèmes classiques de transdisciplinarité, il faut convenir que l’objet scientifique « ville », tel qu’il est défini et porté par les archéologues, est vécu par beaucoup comme une intrusion de nature épistémologique, qui force la mentalité des acteurs de la ville, comme l'a bien relevé Jacques Troadec dans son propos introductif. Cet objet possède en effet des caractéristiques peu compatibles avec les tendances de notre société.

5D’abord la longue durée, ou l’intrusion du temps dans l’espace. Les urbanistes sont formés à lire l’espace, très peu le temps. Ce n’est pas un hasard si émerge actuellement une réflexion pour réintroduire le temps dans l’espace : quelques géographes y travaillent, aidés par des archéologues et des historiens. Cette démarche novatrice s’applique notamment à la ville, comme en a témoigné le colloque de Tours (Dufaÿ, Grataloup 2013). Et, ce qu'on appelle « l'archéogéographie » est aussi une approche systémique du territoire très pertinente, permettant de sortir des logiques de points de nos cartes archéologiques (voir Mélanie Foucault pour Lyon, Cédric Lavigne pour Bordeaux).

6La longue durée, c'est aussi faire prendre conscience de la lenteur des évolutions, dans un monde de l’immédiateté, qui a érigé le « présentisme » en paradigme (Hartog 2002). Le rythme de l’évolution urbaine n’est pas (que) celui des décideurs politiques et des promoteurs immobiliers. Et ceux-ci ne peuvent faire abstraction de la résilience des passés de la ville, quelque envie qu’ils aient de faire « table rase » de cette histoire et de sa complexité. Et cette envie, qu’on aurait pu croire disparue avec les chimères de la tendance Le Corbusier, est encore présente quand il s’agit de passer à l’acte, de sortir de la contemplation patrimoniale. Nombre d’élus défendent ainsi encore des valeurs de « progrès » et de « modernité » qui font bon marché des héritages.

7Enfin, les archéologues montrent la complexité et la variabilité des évolutions urbaines. Et même, ils proposent d'intégrer les marges de la ville à son étude (voir la contribution de Catherine Xandry, et l'exemple du plateau de la Croix-Rousse à Lyon, par Mélanie Foucault)... Elle doit être lue comme un tout formant système, dans les trois dimensions de l’espace et sur l'échelle du temps, et non comme une simple accumulation de données et d’objets. Cette compréhension du complexe peine à se frayer un chemin dans la mentalité technocratique forcément simplificatrice de notre temps, malgré les exhortations d’un Edgar Morin (1990). La ville que dévoilent les archéologues n’est pas tirée au cordeau (même dans l’Antiquité...). Elle est grouillante, mouvante, construite sur ses déchets. Elle est le contraire des visions technocratiques, géométriques et aseptisées, espaces qui n’ont plus de consistance humaine, qui ne sont plus des territoires appropriés, ne connaissent plus, sauf au travers des tags, le « propre du sale », selon l’expression suggestive de Michel Serres (2008).

8Il faut donc rapprocher des mondes dont l’incompréhension réciproque plonge parfois très profondément dans les mentalités. Plusieurs passerelles ont été évoquées dans ces journées, de portée inégale et diversement réalisables à court terme. D'abord peut-être, une meilleure évaluation du travail à faire, de l'état de la connaissance d'une ville, de son potentiel informatif, tant stratigraphique que bâti. Pressés par l'urgence, les archéologues négligent trop souvent cette phase, ce qui entraîne parfois des prescriptions de sondage trop systématiques, destructrices et inadaptées aux problématiques. Une telle évaluation peut servir aussi aux aménageurs pour caler plus finement leurs projets (voir le plaidoyer pour l'évaluation par Amélie Laurent-Dehecq).

9Il y a des approches administratives efficaces mais qui demandent du temps et du personnel pour suivre les dossiers, ce qui n’est pas évident. Il faut que les archéologues puissent s’investir davantage dans l’élaboration des documents d’urbanisme : plan local d’urbanisme (Plu), plan de sauvegarde et de mise en valeur (Psmv), aires de valorisation de l’architecture et du patrimoine(Avap), sans parler bien sûr des cartes archéologiques et des systèmes d’informations géographiques (Sig) urbains (voir les exemples de Lyon ou de Noyon)… Dans le registre de la réflexion planificatrice plus que de la préservation, il faut qu’ils collaborent avec les agences d’urbanisme, les conseils d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (Caue), voire des instances ad hoc pour des gros projets, dont certaines communications ont montré que l’inventivité était payante. Bien sûr, ici, les services municipaux d’archéologie sont idéalement placés.

10Les hommes-clés de ces collaborations pourraient également être les architectes du patrimoine et des Bâtiments de France. De plus en plus de collectivités font appel à leurs compétences qui permettent de relier les diverses spécialités du patrimoine. L'enseignement de l'architecture relevant du ministère de la Culture, il serait souhaitable, à cet égard, que la formation de tous les architectes et les urbanistes ait une composante patrimoniale, voire archéologique, plus développée.

11On notera à ce propos que nombre d’exemples présentés lors de ces journées sont partis du patrimoine bâti, pour intégrer ensuite une dimension archéologique. Le visible d’aujourd’hui reste le meilleur médiateur pour faire percevoir l'invisible d’hier. C’est pourquoi le rôle des architectes est primordial pour accéder au sous-sol, ce dont ils ne sont pas encore tous persuadés. Et, si ce sous-sol recèle autre chose que les fondations des bâtiments visibles, ce qui est très souvent le cas, il faut alors qu’ils effectuent un saut conceptuel que seuls les archéologues peuvent les aider à faire.

12Les niveaux archéologiques enfouis sont par nature invisibles et, une fois mis au jour, aussi difficiles à déchiffrer pour le public qu'à préserver et mettre en valeur. C’est pourquoi la médiation est indispensable. Certains services archéologiques municipaux ont en la matière une expérience précieuse, comme à Lyon ou Saint-Denis. La médiation ne s’adresse pas qu’aux jeunes, elle se fait en direction de tous les publics, elle vise à faire comprendre la ville où les gens vivent, à leur donner des repères, des raisons de l’aimer. Il ne s’agit pas de mémoire, dans bien des cas les habitants n’y sont pas nés, et le sont de moins en moins. Il s’agit de révéler le « génie du lieu », et de le faire dialoguer avec les habitants. Il faut enfin que les archéologues sortent de la tour d’ivoire où leur profil universitaire et l’urgence de leurs missions préventives les cantonnent parfois, pour établir un dialogue véritable avec les habitants, leurs associations, leurs élus. L’expérience relatée par le maire de Jublains, dans la Mayenne, est à cet égard exemplaire, comme l'est la perspective pluridisciplinaire adoptée pour ses projets d'aménagement par la ville de Montbrison.

13L’expression de « génie des lieux » est revenue très souvent dans les communications. Dans l’après-guerre, nos sociétés modernes ont eu la volonté démiurgique de créer de nouveaux génies en inventant des lieux de toutes pièces, qui s’avèrent aujourd’hui artificiels et difficiles à vivre. Après l’effondrement des grands mythes, notre société post-moderne préfère retrouver les vieilles lampes d’Aladin pour en faire jaillir les anciens génies. D’une certaine manière, les archéologues sont là pour retrouver ces lampes. Le génie qui en sort a pour nom « sens », « signification », « repères », « mémoire », etc.

14Que faire de ce génie des lieux ? L’inviter à nos commissions, nos séminaires et nos comités de quartier, et s’il ne s’enfuit pas, il pourra contribuer à façonner l’avenir, nous pourrons lui donner une descendance…

Haut de page

Bibliographie

Brunet R. 2010. « Comprendre la ville par la chrono-chorématique : un essai prometteur », Revue M@ppemonde, 100 (4). En ligne : [http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/conclusion.html].

Dufaÿ B., Grataloup C. 2013. « Des villes à la ville », in : Lorans E., Rodier X. (éd.), Archéologie de l’espace urbain, Actes du colloque du Cths, Tours, 2012. Tours/Paris, Presses universitaires François Rabelais/Éditions du Cths.

Hartog F. 2002. Régimes d'historicité. Présentisme et expériences du temps. Paris, Le Seuil.

Lorans E., Rodier X. (éd.) 2013. Archéologie de l’espace urbain, Actes du colloque du Cths, Tours, 2012. Tours/Paris, Presses universitaires François Rabelais/Éditions du Cths.

Morin E. 1990. Introduction à la pensée complexe. Paris, Le Seuil, 1990.

Serres M. 2008. Le Mal propre : polluer pour s'approprier ?. Paris, Le Pommier (coll. « Manifestes »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Dufaÿ, Vincent Hincker et Antide Viand, « Les archéologues et la lampe d’Aladin », Les nouvelles de l'archéologie, 136 | 2014, 3-5.

Référence électronique

Bruno Dufaÿ, Vincent Hincker et Antide Viand, « Les archéologues et la lampe d’Aladin », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 136 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/2466 ; DOI : 10.4000/nda.2466

Haut de page

Auteurs

Bruno Dufaÿ

Laboratoire Archéologie et territoires, Cnrs, Umr 7324, Conseil général d’Indre-et-Loire,
bdufay@cg37.fr

Articles du même auteur

Vincent Hincker

Service archéologie du Conseil général du Calvados,
vincent.hincker@calvados.fr

Articles du même auteur

  • L’archéologie en contexte villageois, un enjeu pour la compréhension de la dynamique des habitats médiévaux
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 116 | 2009

Antide Viand

Mission archéologique départementale de l'Eure,
antide.viand@cg27.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org