Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les chasseurs-cueilleurs

Premiers pêcheurs du littoral pacifique sud-américain

Perou-Sud : First fishermen on the Pacific coast of south America
Danièle Lavallée et Michèle Julien
p. 11-16

Résumés

Le campement de pêcheurs-collecteurs de Quebrada de los Burros a été occupé à l’Archaïque entre ca. 10000 et 6000 B.P., au cours d’une période calme et humide. Les fouilles ont mis au jour plusieurs sols d’occupation (terrasses, foyers, aires d’activité) et des accumulations de déchets alimentaires (poisson, coquille, crabe et faune terrestre). Ces restes démontrent que, dès le début, les occupants vivaient essentiellement des ressources marines. Les outils de pierre et d’os témoignent d’un équipement sophistiqué de pêche et de collecte. Selon les analyses sclérochronologiques et la nature des ressources terrestres, il est possible que les occupations aient été permanentes au long de l’année. Par ailleurs, il n’y a aucun indice d’une origine andine de la population, et l’hypothèse d’un peuplement depuis le nord, par voie maritime doit être envisagée.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été écrit avec la collaboration de P. Béarez (Urm5197 « Archéologie, histoire des sociétés humaines et des peuplements animaux », Muséum national d’histoire naturelle, Paris), M. Carré (Post-doc Fellow, School of Oceanography, university of Washington, Seattle), A. Chevalier (Post-doc Fellow, Dpt of Anthropology, university of California, Berkeley), M. Fontugne (Laboratoire des Sciences du climat et de l’environnement, Cnrs-Cea, Gif), L. Klaric (Umr 7055 « Préhistoire et Technologie », Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre), C. Rodriguez-Loredo (Umr8096 « Archéologie des Amériques », Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre), P. Usselmann (Umr 6012 « Espace », Maison de la géographie, Montpellier), M. Vanhaeren (Umr 7041 « Arscan, équipe Ethnologie préhistorique », Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre).

Texte intégral

1Dix-huitième degré de latitude sud, un désert de sable et de rocs que limitent d’immenses plages ou des promontoires déchiquetés, battus par les eaux froides du Pacifique. C’est l’extrême sud du Pérou, sur la bordure nord du grand désert -d’Atacama. De loin en loin pourtant, une rivière descendue des Andes vient rompre l’aridité du paysage, permettant à la végétation de se développer et à l’homme de s’installer. Ces oasis, dont la plupart sont aujourd’hui intensément cultivées, concentrent la population humaine du littoral. Mais en fut-il toujours de même ? Depuis combien de temps ? Et de quelle façon ? On rejoint ici le problème général du peuplement initial de l’Amérique du Sud, et notamment de sa façade pacifique. Jusqu’à maintenant, on admettait que ce peuplement avait eu lieu au début de l’Holocène par voie terrestre et que l’occupation du littoral avait été le fait de groupes de chasseurs descendus des hautes terres, poussés par la recrudescence du froid et de la sécheresse du Dryas récent entre 10000 et 8000 BP, qui se seraient peu à peu adaptés à un environnement côtier. Le modèle le plus en vogue suggérait en outre une complémentarité saisonnière entre la côte et l’intérieur, et un système de déplacements régi par un cycle annuel.

2Le projet Pérou-sud est mené depuis 1995 par une équipe archéologique largement interdisciplinaire associant plusieurs archéologues et étudiants péruviens. Dirigé par Danièle Lavallée et Michèle Julien, il s’est donné pour objectifs de retrouver l’époque, les conditions et les modalités des premières occupations du littoral méridional du Pérou et d’en reconstituer le cadre paléogéographique et paléoclimatique. La région choisie est celle de Tacna, limitrophe avec le Chili et restée jusqu’alors inexplorée.

3D’un point de vue chronologique, nos recherches concernent la période dite de l’Archaïque, qui s’étend des origines du peuplement à environ 1000 avant notre ère. Cette date correspond, dans la région, à l’apparition de la céramique et marque, par convention, le début de la période dite Formative.

Le site étudié dans son environnement actuel et passé

4Repérée en 1994 lors de prospections préliminaires, la Quebrada de los Burros (Qlb) est une courte et étroite vallée d’orientation Nord-Sud (18° 1’ S – 70° 50’ W) où se succèdent, sur les deux rives, des escarpements rocheux et des formations de dunes consolidées aux pentes accentuées.

5Actuellement, cette quebrada présente la particularité, très rare sur un littoral hyper-aride, de comporter dans sa partie inférieure un écoulement d’eau réduit mais permanent. Par ailleurs, durant l’hiver austral (entre juin et octobre), des brouillards très denses en raison de la pénétration optimale dans la vallée des vents alizés sont à l’origine, sur les versants les mieux exposés, d’importantes étendues de lomas ou « oasis de brume ». Ces formations végétales saisonnières, qui vivent en quelque sorte de l’air du temps puisque les pluies sont quasi inexistantes, sont constituées de plantes succulentes (essentiellement des cactacées), de graminées et de plantes à bulbe. Cette végétation favorise, durant sa brève luxuriance, la présence d’une faune aviaire et terrestre absente à d’autres saisons (escargots, batraciens, petits mammifères et même grands herbivores comme des guanacos et des cervidés).

6À l’exception des lomas, l’environnement est entièrement désertique. Mais les eaux océaniques qui baignent les plages et les enrochements abritent une des biomasses marines les plus riches du monde. Cette frange désertique est en effet longée par le courant de Humboldt de direction Sud-Nord, caractérisé par un déplacement vers le nord sous l’action des alizés des eaux superficielles tièdes, -remplacées le long du littoral par des remontées d’eaux froides profondes (upwelling) riches en nutriments qui abritent une faune marine surabondante. Cependant, l’upwelling peut se trouver fortement altéré lors des événements El Niño qui se manifestent épisodiquement et avec des intensités variables le long des côtes du Pérou et du Chili. Composante régionale du Sud-Est pacifique du phénomène Enso (El Niño Southern Oscillation), il correspond à un affaissement des alizés et à une élévation corrélative de la température des eaux superficielles, à une diminution des apports en nutriments et à un abaissement de la thermocline. Les conséquences peuvent être dévastatrices : dans l’océan, la raréfaction ou la disparition des espèces de poissons d’eaux froides, la mort consécutive de milliers d’oiseaux et de mammifères marins ; sur terre, des pluies torrentielles, des glissements de terrain et la recrudescence d’une couverture végétale d’ordinaire cantonnée aux secteurs de lomas.

7Ces aspects environnementaux ont joué un rôle essentiel dans l’histoire de l’occupation humaine. Lors d’une première prospection, nous avons observé, à environ 2 km du rivage actuel et entre 150 et 200 m d’altitude, plusieurs coupes naturelles exposées par l’encaissement récent du cours d’eau et montrant une alternance d’accumulations de coquilles marines (apports anthropiques) et de couches sédimentaires fines ou grossières. Ces dépôts, dont la puissance dépassait souvent 2 m, témoignaient donc d’occupations humaines répétées, interrompues par des phases d’abandon ou de sédimentation parfois violente. Une coupe particulièrement lisible montrait une série de niveaux foncés tourbeux et contenant souvent des coquilles marines, alternant avec des strates naturelles grossières ou fines de graviers ou de sable. L’ensemble était encadré à la base et au sommet par une épaisse lave torrentielle. Deux observations majeures en découlent : d’une part, les niveaux tourbeux représentent chacun une période humide pendant laquelle de l’eau stagnait dans le fond de la vallée, formant un marécage ou un petit lac. D’autre part, les deux coulées basale et sommitale résultent vraisemblablement, selon Michel Fontugne et Pierre Usselmann, d’épisodes El Niño. Les datations effectuées sur les niveaux organiques ont permis de caler chronologiquement l’ensemble des dépôts successifs entre environ 9000 et 1500 av. J.-C. (~11650 et ~3391 Cal Yr BP). Le plus remarquable de cette séquence est la quasi-permanence, durant plus de 7 000 ans, d’un climat relativement calme et humide lié à des brouillards hivernaux très denses, qui a cependant été interrompu à diverses reprises par des épisodes torrentiels de moindre puissance.

8Ces observations nous déterminèrent donc à entamer, en 1996, des fouilles intensives dans le secteur médian de la quebrada, sur le versant gauche de pente modérée où des sondages avaient révélé l’existence de dépôts archéologiques stratifiés. Nous avons décidé de procéder par décapage des niveaux d’occupation sur de larges surfaces, afin de nous permettre de réaliser une véritable étude paléo-ethnologique selon des principes depuis longtemps classiques en Europe, mais qui pour l’aire géographique considérée étaient une première.

9En neuf campagnes de fouilles, sur environ 2 m d’épaisseur, six niveaux successifs d’occupation (N7 à N2, du plus ancien au plus récent) ont été mis au jour sur une superficie totale attenante de 150 m2. Les occupations sont échelonnées entre 9411 et 6839 BP (aproximate mid-point, ou âge le plus probable). Une seule interruption d’assez longue durée a été détectée dans la succession des dates 14C entre les niveaux N4 et N3, matérialisée dans la stratigraphie par la présence d’une mince strate sableuse stérile. Tous ces niveaux consistent en accumulations importantes de restes de faune alimentaire, marine et terrestre, associés à des structures de divers types, à du matériel lithique taillé ainsi qu’à des instruments, plus rares, en os ou coquille. Comme nous le verrons, l’ensemble correspond à une installation de pêcheurs et collecteurs de mollusques témoignant dès le début d’une parfaite maîtrise du milieu maritime (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Dessin Céline Puthier

Quebrada de los Burros

Comment était aménagé l’habitat ?

10L’aire d’occupation, protégée par un affleurement rocheux, couvre une superficie de 25 à 30 m de diamètre. Au début des occupations, vers 9500 BP, on observe seulement -quelques foyers plats entourés de coquilles et d’os de poissons ; plus tard, entre 8000 et 6000 BP, l’espace d’habitation est aménagé par un agencement de la pente en terrasses parfois maintenues par de gros blocs de pierres. On trouve sur ces replats des restes de structures ouvertes vers le fond de la vallée, vestiges d’abris ou auvents semi-circulaires marqués au sol par un arc de pierres ou plus simplement par des cordons de déchets qui témoignent, en négatif, de l’installation de constructions en matériaux périssables (fig. 2). Chacun de ces arcs, qui se recouvrent parfois l’un l’autre (ce qui prouve que leurs emplacements ne devaient rien au hasard), protège une aire de 2 à 3 m de diamètre et abrite souvent un foyer simple plat. Divers autres types de foyers, entourés de pierres ou d’une couronne de coquilles calcinées, sont disséminés sur la terrasse extérieure ou sur la pente : ils témoignent de nombreuses opérations de cuisson ou de chauffage des mollusques bivalves pour les ouvrir. Entre ces aménagements, en effet, se dispersent des accumulations de coquilles aux contours plus ou moins nets selon leur degré de fragmentation, des amas de déchets de taille lithique, des concentrations de restes osseux ou de crustacés.

De quoi vivaient les habitants ?

11L’essentiel de l’alimentation provenait de l’océan. Les restes les plus visibles, parce que les plus volumineux et les plus solides, sont évidemment les coquilles de mollusques. Pourtant, ce sont les poissons qui constituaient l’apport le plus important : essentiellement récoltés par tamisage en raison de leur très petite taille et leur fragilité, leurs restes osseux représentent, toujours au plus fort de l’occupation, entre 15 et 40 individus au m2 d’un seul décapage.

12Une vingtaine d’espèces ont été identifiées par Philippe Béarez. Les deux familles les mieux représentées au long de l’occupation sont les Sciaenidae, avec la lorna (Sciaena deliciosa) (85 à 90 %) et la corvina (Cilus gilberti) dont certains spécimens dépassent 1 m de long et pèsent près de 30 kg ; les Carangidae, les bonites et maquereaux viennent ensuite, enfin les anchois et sardines. En moindre quantité, on trouve quelques poissons de roches, des raies et des requins mesurant jusqu’à 1,50 m de long. Ces différentes espèces, grégaires ou solitaires, fréquentent selon les cas les abords du rivage, la zone épipélagique où se brisent les vagues (surf-zone), ou la haute mer.

13La diversité des milieux exploités est aussi révélée par la collecte de crabes, d’oursins et d’une dizaine d’espèces de mollusques. Deux espèces dominent largement dans tous les niveaux : Concholepas concholepas, un gros gastéropode, et Mesodesma donacium, une sorte de palourde. Elles proviennent, pour la première, des enrochements côtiers où on la récolte dans les zones intermaréale et infralittorale et, pour la seconde, des plages, où les coquillages sont enfouis à faible profondeur à la limite des vagues. Ces espèces sont encore très fréquentes de nos jours. En revanche, on trouve aussi, quoiqu’en moindre quantité, de grandes moules Choromytilus chorus mesurant jusqu’à 22 cm de long, aujourd’hui presque disparues des eaux côtières de la région.

14Quelques chiffres donnent une idée de la masse de coquilles présentes dans le gisement : sur une surface plus ou moins équivalente à 120/130 m2, le niveau d’occupation N3 a livré 76 488 coquilles entières ou en fragments de taille supérieure à 3 cm, le niveau sous-jacent N4, 123 884 restes et fragments, toutes espèces confondues. Au-delà de ces données brutes, l’étude des restes testacés consommés à Qlb apporte des indices d’un autre ordre, touchant d’une part à la période de récolte et donc à la saisonnalité des occupations, d’autre part aux conditions climatiques régnant aux différents moments de ces occupations.

  • 1 Les lignes de croissance de Mesodesma donacium forment des structures périodiques annuelles et d’un (...)

15Les analyses sclérochronologiques (étude des stries de croissance) réalisées par Matthieu Carré sur une série de valves archéologiques de M.donacium dont la date de mort a été évaluée1 montrent que la collecte de l’espèce était surtout concentrée durant l’été austral (octobre à février). Cela indique la présence d’occupants à Qlb durant la période où les écosystèmes de lomas sont peu productifs.

16Pour ce qui concerne le paléoclimat, les mollusques constituent, comme les poissons, des bio-indicateurs très sensibles réagissant à la moindre variation des conditions de salinité et de température, et pouvant migrer en fonction de ces conditions. Or, on constate précisément une inversion des fréquences des deux espèces principalement exploitées au cours du temps : largement dominant dans les niveaux anciens N7 et N6, le pourcentage de Mesodesma donacium s’abaisse régulièrement à partir de N5 tandis qu’augmente celui de Concholepas concholepas. L’inversion se produit entre les niveaux N4 et N3 où C.concholepas devient majoritaire, autour de 8000 BP. Si on ne peut éliminer totalement l’hypothèse d’un choix culturel, peu vraisemblable cependant, cette inversion reflèterait plutôt une modification d’ordre climatique. Au sein des restes ichtyens, P. Béarez constate aussi des différences entre -l’ensemble des niveaux N7 à N4 et celui constitué par N3 et N2 : la présence dans les deux derniers de quelques espèces d’eaux chaudes, comme le scombridé pélagique Katsuwonus pelamys, pourrait être l’indice d’un relatif réchauffement des eaux à partir de 6800 BP, alors que disparaissent des espèces d’eaux plus -fraîches. Bien qu’il convienne de rester prudent, une troisième catégorie d’indices conforte l’hypothèse d’un changement climatique à la charnière des occupations N4/N3 (dont les dépôts sont séparés, rappelons-le, par un niveau stérile d’abandon). Les analyses des isotopes stables de l’oxygène réalisées par Matthieu Carré sur des valves archéologiques de M.donacium provenant des niveaux d’occupation de Qlb, d’âges échelonnés entre 8890 ± 70 et 5121 ± 50 BP, ont montré que la température océanique était plus fraîche d’environ trois degrés, et l’upwelling plus actif, avant 6800 BP.

17Tous les niveaux contiennent enfin une quantité appréciable de restes osseux de faune terrestre et aviaire, ainsi que de mammifères marins. En dépit d’un taux de fragmentation très élevé, Cecilia Rodriguez-Loredo a observé que les amphibiens (crapauds Bufo sp.) sont les plus représentés, puis les oiseaux dont beaucoup de grande taille (type cormoran). Les grands herbivores, camélidés (Lama sp.) et cervidés, sont en revanche moins nombreux, et les restes d’otaries exceptionnels. Tout cela confirme deux faits : la pratique d’une chasse terrestre effective, sans doute au cours de l’hiver austral (période de croissance des lomas) ; par ailleurs, l’importance des oiseaux, qui représentent à eux seuls plus de 30 % de la faune « tétrapode », et plus encore celle des batraciens, -confirment la présence d’eau douce près du campement, telle que la suggère la reconstitution du paléoclimat. Quant à la chasse aux otaries, elle devait se limiter à la capture anecdotique de quelques individus assommés sur les rochers, voire récupérés à l’état de charognes sur les plages.

Armes et outils : l’équipement technique

L’industrie lithique 

18L’ensemble des niveaux N2-N3, seul analysé en totalité à ce jour, a livré 20 640 restes lithiques étudiés par Laurent Klaric. Les déchets de débitage en représentent 98,48 %, les pièces bifaciales 1,2 % et les outils unifaciaux 0,5 %. Il s’avère que l’objectif principal de la production était clairement celui de pièces bifaciales de forme foliacée, dont l’ensemble de la chaîne opératoire de façonnage est attesté sur le site même, de l’ébauche aux pièces finies (fig. 3). Deux cent soixante-dix-neuf exemplaires entiers ou fracturés ont été identifiés, répartis en deux modules distincts : d’une part, des pointes d’environ 5 cm de long et 1,5 à 2 cm de large, qui pourraient avoir armé des javelines relativement légères utilisées pour la chasse terrestre et, d’autre part, des pièces plus lourdes, d’environ 10 à 12 cm de long et 2,5 de large, que nous supposons avoir armé des têtes détachables de harpons utilisés pour la pêche des plus gros poissons ou des requins. Le reste de l’outillage lithique taillé, unifacial, peut-être qualifié d’opportuniste, dans la mesure où il s’agit d’éclats de formes irrégulières, sommairement retouchés ou seulement utilisés pour couper, gratter ou percer.

Fig. 3

Fig. 3

Quebrada de los Burros. Aperçu du système technique lithique des occupants du site (niveaux N2 et N3)

Infographie Laurent Klaric

19Dans l’espace domestique du campement, la majorité des déchets de taille se rencontrent sous la forme d’amas concentrés d’éclats et de minuscules esquilles témoignant d’un travail effectué sur place. Dans les niveaux supérieurs N2-N3, les matières premières utilisées (silex et chaille) sont d’origine locale et proviennent des affleurements siliceux de la proche Pampa del Platanillo, où sont disséminées des centaines de concentrations de gros nucléus et de déchets de taille, associés à des percuteurs. Notre hypothèse est que là s’effectuait l’extraction de supports, sommairement dégrossis sur place puis rapportés au campement pour y subir un façonnage final. En revanche, les niveaux inférieurs N6-N5-N4 ont livré une quantité très réduite de déchets de débitage mais ils contenaient des pièces bifaciales de formes différentes (triangulaire, pédonculée) et façonnées en matières -allochtones (quartz blanc, calcédoine, obsidienne). Dans tous les niveaux, de nombreux galets et éclats minces de galets en roche volcanique locale complètent l’outillage de pierre ; ils étaient utilisés, pour les premiers comme broyeurs et pour les seconds comme instruments coupants.

L’industrie en os et coquille

20Toute la chaîne de fabrication est aussi attestée pour les objets façonnés en os ou coquille, et des ébauches d’objets sont présentes dès les premières occupations. À part quelques rares spatules ou lissoirs en os et quelques perles de coquille, la majorité des objets sont liés à la pêche : hameçons composés d’un poids allongé en os d’otaridé relié à une ligne et d’une barbelure d’os ou de coquille fixée obliquement ; ou têtes détachables de harpons et longues barbelures en os, sans doute prolongées par une armature lithique. Ces éléments ont tous été retrouvés isolés à Qlb, où les matières végétales ne se sont pas conservées, mais des instruments analogues et entiers sont bien connus dans les sépultures de culture Chinchorro du Chili nord (fig. 4). La variété de cet équipement de pêche, ainsi que l’éthologie différenciée des espèces de poissons identifiées et leurs tailles moyennes calculées par Philippe Béarez à partir des otolithes, confirment la diversité des modes de capture, à la ligne, au filet, au harpon, depuis le rivage ou depuis des embarcations pouvant s’aventurer au-delà de la barre des rouleaux.

21Quant aux restes végétaux, analysés par Alexandre Chevalier, ils sont très rares et le plus souvent sous la forme de très petits fragments carbonisés. Nous savons cependant que le milieu pouvait fournir suffisamment de bois (acacias) pour fabriquer des hampes, et de roseaux ou joncs pour confectionner des lignes, filets et nasses, voire des sortes de radeaux.

Équipement technique des pêcheurs-cueilleurs de l’Archaïque sur le littoral nord du Chili (d’après Llagostera 1989 :62). A- javeline et propulseur ; b, c- harpons ; d- crochet à poulpe ; f- ligne à hameçon composé ; g- ligne à hameçon simple et poids de ligne.

22Au terme de cette brève présentation, trois questions demeurent. Quel était le rythme des séjours ? Qui étaient les occupants ? Et d’où venaient-ils ?

23Il s’avère que les conditions climatiques, alors plus humides, étaient plus favorables qu’aujourd’hui à l’occupation humaine, d’autant que l’eau douce abondait dans la quebrada. La variété des ressources tirées d’un océan plus productif, une collecte de mollusques durant l’été austral et une chasse d’hiver dans les lomas alors plus actives, enfin l’existence de gîtes de matières lithiques à proximité, suggèrent la possibilité d’une occupation permanente. Il n’est donc nul besoin d’imaginer des déplacements saisonniers.

  • 2 Analyse M. Menu, Laboratoire des Musées de France.

24Il reste à s’interroger sur les occupants eux-mêmes et sur leurs origines. Dans les coupes du profond ravin dit Cañon, à 2 km de Qlb, l’érosion a mis au jour un ensemble de sépultures qui, d’après les datations, serait contemporain des débuts de l’occupation du campement. Les corps ont été ensevelis en position étendue ou fléchie, leurs crânes recouverts d’un enduit noirâtre brillant fait d’un mélange d’oxyde de manganèse et d’argile fine2. Cette caractéristique les apparente à la population de pêcheurs Chinchorro, jusqu’alors seulement connue au Chili. Pourtant, les sépultures du Cañon sont notablement plus âgées que les ensembles chiliens dont les plus anciens ne sont pas antérieurs à 7000 BP. Par ailleurs, à Qlb, aucun indice matériel n’est venu appuyer l’hypothèse d’une arrivée depuis la montagne andine. Pourquoi alors ne pas imaginer une arrivée depuis le Nord, par voie terrestre le long de la côte ou par cabotage, comme le suggérerait d’ailleurs la parfaite adaptation au milieu maritime constatée dès le début des occupations ? L’hypothèse d’une voie maritime de peuplement du littoral pacifique, si elle n’est pas neuve (Fladmark 1979), fait actuellement l’objet d’une recrudescence des recherches dans les deux Amériques.

Haut de page

Bibliographie

Arriaza, B.T. 1995. Beyond Death, The Chinchorro Mummies of Ancient Chile. Washington, Smithsonian Institution Press.

Béarez, P. 2000. « Archaic Fishing at Quebrada de los Burros, southern coast of Peru. Reconstruction of fish size using otoliths », Archaeofauna, 9, Madrid : 29-34.

Carré,M., I.Bentaleb, M.Fontugne et D.Lavallée. 2005. « Strong El Niño Events during the early Holocene : stable isotope evidence from Peruvian sea shell », The Holocene, 15, 1 : 42-47.

Carré, M., I.Bentaleb, D.Blamart, N.Ogle, F.Cardenas, S.Zevalos, R.M.Kalin, L.Ortlieb et M.fontugne. 2005. « Stable isotopes and sclerochronology of the bivalve Mesodesma donacium: potential application to Peruvian paleoceanographic reconstructions », Palaeo, 228 : 4-25.

Fladmark, K.R. 1979. « Routes : alternative migration corridors for early man in North America », American Antiquity, 44 : 55-69.

Fontugne, M., P. Usselmann, D.Lavallée, M.Julien et C.Hatté. 1999. « El Niño variability in the Coastal Desert of Southern Peru during the Mid-Holocene », Quaternary Research, 52 : 171-179.

Julien, M. et D.Lavallée. 2001. « Les pêcheurs préhistoriques du Pérou », Pour la Science, 2687 : 68-75.

Lavallée,D. 2000. The First South Americans:the Peopling of a Continent from the Earliest Evidence to High Culture. Salt Lake City, University of Utah Press.

Lavallée,D. 2003. « The first peopling of the South Pacific American Coast during the Pleistoce/Holocene Transition – a case study : the prehistoric campsite of Quebrada de los Burros (Tacna, Peru) », in : L. Miotti, M. Salemme et N. Flegenheimer (ed.), Where the South Winds Blows. Ancient Evidence of Paleo South Americans. Texas A&M University, Center for the Study of the First Americans : 17-20.

Lavallée,D. 2005. « La transition Pléistocène/Holocène et les premiers peuplements humains du littoral sud-pacifique américain », in : A. Tuffreau (dir.), Peuplements humains et variations environnementales au Quaternaire, Oxford, J & E. Hedges (Bar International Series 1352) : 147-150.

Lavallée,D., P. Béarez, A.Chevalier, M.Julien, P.Usselmann et M.Fontugne. 1999. « Paleoambiente y ocupación prehistórica del litoral extremo-sur del Perú. Las ocupaciones del Arcaico en la Quebrada de los Burros y alrededores (Tacna, Perú) », Boletin de Arqueología Pucp, 3, Lima : 393-416.

Llagostera, A. 1989. «Caza y pesca marítima (9000 a 1000 a.c.) », in: J. Hidalgo et al. (ed.), Culturas de Chile. Prehistoria. Santiago, Editorial Andrés Bello : 57-79.

Usselmann,P., M.Fontugne, D.Lavallée, M.Julien et C.Hatté. 1999. « Estabilidad y rupturas dinámicas en el Holoceno de la costa surperuana : el valle de la Quebrada de los Burros (Departamento de Tacna) », Bulletin de l’Ifea, 28 (1) : 1-11.

Haut de page

Notes

1 Les lignes de croissance de Mesodesma donacium forment des structures périodiques annuelles et d’un demi-mois lunaire lié au cycle des marées, qui représentent un véritable calendrier. La date de collecte de chaque coquille peut être ainsi déterminée avec une précision de deux mois (Matthieu Carré).

2 Analyse M. Menu, Laboratoire des Musées de France.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Crédits Dessin Céline Puthier
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 2
Légende Quebrada de los Burros. Restes d’implantations de parevents semi-circulaires sur le versant aménagé en terrasse au-dessus du rio.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2445/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2445/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2445/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 3
Légende Quebrada de los Burros. Aperçu du système technique lithique des occupants du site (niveaux N2 et N3)
Crédits Infographie Laurent Klaric
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2445/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 4
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2445/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Lavallée et Michèle Julien, « Premiers pêcheurs du littoral pacifique sud-américain », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 11-16.

Référence électronique

Danièle Lavallée et Michèle Julien, « Premiers pêcheurs du littoral pacifique sud-américain », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/2445 ; DOI : 10.4000/nda.2445

Haut de page

Auteurs

Danièle Lavallée

Umr 8096 « Archéologie des Amériques », maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre

daniele.lavallee@wanadoo.fr

Michèle Julien

Umr 7041 « Arscan, équipe Ethnologie préhistorique », Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre

michele.julien@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org