Navigation – Plan du site
Compte rendu

Network Analysis in Archaeology sous la direction de Carl Knappett

p. 62-64
Référence(s) :

Network Analysis in Archaeology sous la direction de Carl Knappett, Oxford University Press,Carl Knappett (ed.), 2013, Isbn 978-0-19-9696709-0

Texte intégral

1Il nous a semblé tout à fait approprié de joindre à ce numéro sur l’analyse des réseaux sociaux en archéologie le compte rendu d’un ouvrage récent édité par son coordinateur. Nous espérons que les lecteurs auront été incités à aller y rechercher des précisions, des prolongements à leur curiosité.

2Ce volume rassemble des communications réalisées lors d’une session du congrès annuel de la Society for American Archaeology à Saint-Louis en 2010. Les quatorze articles sont répartis sur quatre parties : arrière-plan et contexte historiographique et méthodologique, sites et occupations, culture matérielle, perspectives. La somme des articles des vingt-huit auteurs de ce volume, qui ont pour la plupart déjà contribué de manière originale à l’analyse des réseaux en archéologie, permet de donner ici une vue d’ensemble assez précise des applications possibles et du caractère novateur et original de cette démarche.

3Comme le souligne Carl Knappett dans son introduction, le terme « réseau » n’est pas nouveau en archéologie ; il est hérité d’une longue tradition depuis la nouvelle géographie et la New Archaeology (Clarke 1977 ; Haggett & Chorley 1969) qui ont diffusé ce concept très structural dans leurs disciplines. Les approches « réseaux » ne sont également pas les seules, comme le montre la grande popularité d’autres modèles comme celui de l’économie-monde qui est basé sur une dynamique externe plutôt qu’interne et sur un rayonnement depuis le centre vers la périphérie.

4Cependant, les significations de ce terme sont aussi nombreuses que son champ d’application, soit les sciences sociales et les sciences humaines bien sûr, mais aussi les sciences de la vie, la physique, etc. Les études de cas déjà réalisées sont assez variées et couvrent un champ chronologique et géographique très large, mais aussi des contextes socio-économiques très divers, allant des chasseurs-cueilleurs aux sociétés à État. Carl Knappett pense que cette diversité est à la fois un atout mais aussi une faiblesse car cette hétérogénéité apparente pourrait être considérée a contrario comme un manque de cohérence.

5L’échelle régionale est un des niveaux auxquels les analyses de réseaux sociaux ont été appliquées de manière récurrente, même si d’autres, comme l’échelle intrasite, ne sont pas exclus. Carl Knappett précise que si des avancées importantes ont été réalisées dans l’analyse des échanges interrégionaux, ce sont surtout des modèles, comme les modèles de diffusion de Renfrew, voire parfois les processus qui ont été concernés ; leurs limites ont été maintes fois soulignées (Oka & Kusimba 2008 ; Bauer & Agbe-Davies 2010). L’usage des Sig est également mis en cause par Carl Knappett car, si nous raisonnons en points et rayonnement, l’outil est parfaitement adapté à cet usage mais il reproduira ces postulats. Au contraire, les réseaux permettent d’éviter ces travers et ne nécessitent pas de définir une orientation préalable avec une double approche, à la fois relationnelle et spatiale sans déterminisme préalable. Ils peuvent également être implémentés dans les Sig.

6La popularisation des réseaux en archéologie est, selon Carl Knappett, liée à un double phénomène : d’une part, l’expansion considérable des réseaux sociaux et de l’usage d’internet depuis une décennie ; d’autre part, la diffusion rapide des travaux issus de la physique et des disciplines travaillant sur la complexité, notion qui, d’ailleurs, a émergé récemment en archéologie, pratiquement en même temps que celle des réseaux et des modèles multi-agents (Bentley & Maschner 2003).

7La plupart des études de cas de cet ouvrage sont basées sur l’approche développée en sociologie depuis les années 1970 dite Social network analysis (SNA) très peu diffusée – voire connue – en archéologie avant les années 2000. Trois arguments sont avancés pour expliquer les difficultés d’application de cette approche en archéologie :

8– Le fait que les liens sociaux y soient a priori inconnus et qu’il faille les reconstituer, au contraire de la sociologie ou il suffit de les observer pour les décrire ;

9– les archéologues sont habitués à inscrire les réseaux dans un espace géographique et ont du mal à concevoir des réseaux « déspatialisés » ;

10– la culture matérielle et les transferts de biens sont les moyens privilégiés pour recréer les liens.

11L’opinion de Carl Knappett est que l’archéologie est une discipline privilégiée pour franchir les barrières. Les utilisations principales ont été surtout exploratoires, comme le montre Leif Isaksen dans le volume, mais aussi, parfois, les analyses de réseaux ont servi de processus de validation de résultats obtenus à l’aide d’autres méthodes. Il faut donc considérer ces méthodes et ces techniques comme de nouveaux ustensiles, libres de présupposés théoriques, dans la boîte à outils déjà bien garnie de l’archéologue. Sander van der Leeuw, qui a joué le rôle de discutant lors du colloque, situe ces approches dans le cadre plus large des sciences sociales et précise que leur usage dans ce volume est un usage comme technique d’analyse et non pas seulement comme concept interprétatif. Elles permettent, selon lui, d’avoir une perspective sur l’émergence, car on ne peut voir les changements que lorsqu’ils sont déjà survenus. Leur avantage, en archéologie, est le travail sur les dynamiques diachroniques, thème hautement stratégique dans l’analyse des processus historiques. Il insiste sur l’apport de ces approches à la compréhension de phénomènes tels que l’interaction complexe de différents réseaux et la présence de hiérarchie au sein des réseaux, car on ne doit pas tous les considérer, comme on a pu le faire parfois dans d’autres domaines, sans épaisseur ni relief, mais comme un système à n dimensions.

12Les différentes études de cas se situent dans des contextes et des espaces-temps assez variés, du synchronique strict (Papouasie Nouvelle-Guinée contemporaine) ou synchronique relatif (période Maya classique, le monde de Ptolémée, l’-Atlantique des vikings aux ixe-xie s., l’âge du Bronze moyen égéen, la diaspora juive après la destruction du temple de 70 ap. J.-C.) au diachronique sur un temps plus ou moins long (le Japon des périodes Yayoi et Tofun 600 av.-600 ap. J.-C.) et aux périodes Epi-Jomon et Okhotsk dans l’archipel des Kouriles (2900-800 avant maintenant, Épipaléolithique et Néolithique ancien du Proche-Orient).

13Une des difficultés d’application des méthodes d’analyse des réseaux sociaux en archéologie repose sur la nature des données traitées. Dans de nombreux cas issus de sources archéologiques, ce sont les vestiges matériels qui servent à établir les liens (les connections) entre les sites (les nœuds). Cela peut être des poteries ou des récipients (période préhispanique du sud-ouest de États-Unis, Japon des périodes Yayoi et Tofun, l’Atlantique des vikings), un ensemble de différents objets de production locale ou de provenance exogène (âge du Bronze en Italie préromaine, Épipaléolithique et Néolithique ancien du Proche-Orient), des inscriptions (période Maya classique).

14D’autres études de cas présentées traitent de données issues de l’anthropologie sociale, mais sont basées également sur des vestiges matériels, comme pour l’analyse de la culture matérielle des villages de la côte du Sepik en Papouasie Nouvelle-Guinée d’après des collections antérieures à la première guerre mondiale et sa relation avec les groupes linguistiques ou la diversité génétique (J. E. Terrell), ou encore l’étude des réseaux d’échange d’objets dans des communautés caraïbes du Suriname (A. Moll & J. Mans). Plusieurs exemples sont basés sur des sources historiques, comme l’analyse des itinéraires de Ptolémée issus de sa Géographie ou Geographike Hyphegesis (L. Isaksen) ou des données épigraphiques sur la diaspora juive après la destruction du Temple (A. Collar).

15Les résultats obtenus dans ces études de cas illustrent bien les possibilités offertes par cette méthodologie et l’adéquation, soulignée par Carl Knappett, des données archéologiques à ces analyses. Les estimateurs utilisés pour apprécier la centralité (closeness centrality ou betweenness centrality) ou la modélisation avec l’analyse de proximité (PPA), des modèles de gravité ou des modèles basés sur la notion « d’attractivité » ou encore l’optimisation des coûts par rapport aux bénéfices enrichissent notre vision des données. Si l’on veut néanmoins apporter une nuance à cette critique largement positive sur l’apport de ces méthodes à l’archéologie, on pourrait opposer à certaines constructions la moindre richesse des données au regard des études de cas sociologiques ou historiques. Comme en archéologie, on ne dispose pas dans la plupart des cas des personnes, mais seulement de groupes sociaux résidentiels (les sites constitués d’un nombre de personnes assez mal défini en nombre et en organisation sociale sauf en présence de textes) ; l’individu, qui est la raison initiale et le cœur du processus, se trouve appréhendé seulement de manière indirecte. On renverra ici le lecteur aux analyses réalisées sur des actes notariés (Rossi et al. 2014), voire sur des sculpteurs grecs de la période hellénistique (Larson 2013). Des perspectives très larges sont ainsi offertes par l’application des méthodes de l’analyse des réseaux sociaux, aussi bien en archéologie qu’en histoire ou en histoire de l’art.

16Afin de compléter la lecture de cet ouvrage, on peut conseiller aux lecteurs des Nouvelles de l’archéologie de consulter également un autre ouvrage récent de Carl Knappett (2011) et, pour la sociologie, celui de Carrington et al. 2005. Enfin, pour terminer, on pourra préciser que même si les analyses de réseaux sociaux ont été peu appliquées aux contextes archéologiques nationaux, il s’agit d’une tradition ancienne en France, même si elle ne disposait pas autrefois de la méthodologie et des techni-ques d’analyse de graphes, en particulier développés ces dernières années. Le lecteur pourra se référer au n° 8 de 2013 de la revue Socio-logos publiée par l’Association française de sociologie dans lequel A. Ferrand et A. de Federico propose un historique. On regardera également le n° 110 (avril 2011) du Bulletin de méthodologie statistique qui est consacré à ce thème.

Haut de page

Bibliographie

Bulletin de méthodologie statistique, n° 110, avril 2011 : “What’s New in Social Networks? / Quoi de neuf en réseaux sociaux ?”.

Bauer A. A. & Agbe-Davies A. S. (eds). 2010. Social Archaeologies of Trade and Exchange: Exploring Relationships among People, Places, and Things. Walnut Creek-CA, Left Coast Press.

Bentley R. A. & Maschner H. D. G. (eds). 2003. Complex systems and archaeology: empirical and theoretical applications. Foundations of Archaeological Inquiry. University of Utah Press, Salt Lake City.

Carrington P. J., Scott J. & Wasserman S. (eds). 2005. Models and Methods in Social Network Analysis. Cambridge, Cambridge University Press.

Clarke D. L. 1977. Spatial Archaeology. London, Academic Press.

Ferrand A. & de Federico A. 2013. « L’analyse des réseaux sociaux en France : émergence (1977-1991) et diffusion des compétences (2005-2013) », Socio-logos, la revue de l’Association française de sociologie, 8 | 2013, mis en ligne le 1er février 2013, consulté le 5 avril 2014 [http://socio-logos.revues.org/2794].

Haggett P. & Chorley R. J. 1969. Network Analysis in Geography. London, Edward Arnold.

Knappett C. 2011. An Archaeology of Interaction: Network Perspectives on Material Culture and Society. Oxford, Oxford University Press.

Larson K. A. 2013. “A Network Approach to Hellenistic Sculptural Production”, Journal of Mediterranean Archaeology, 26 (2) : 235-260.

Oka R. & Kusimba C. 2008. “The Archaeology of Trading Systems, Part 1: Towards a New Trade Synthesis”, Journal of Archaeological Research, 16 : 339-395.

Rossi F., Villa-Vialaneix N., Hautefeuille F. 2014. Exploration relationnelle d’un corpus d’actes notariés médiévaux, [en ligne : http://anglais.u-paris10.fr/spip.php?article2087], consulté le 4/04/2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Network Analysis in Archaeology sous la direction de Carl Knappett », Les nouvelles de l'archéologie, 135 | 2014, 62-64.

Référence électronique

« Network Analysis in Archaeology sous la direction de Carl Knappett », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 135 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/2383

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org