Navigation – Plan du site
Dossier: Analyse des réseaux sociaux en archéologie

Avant-propos

Carl Knappett
p. 5-8

Texte intégral

Je suis très reconnaissant à Caroline Sauvage et à Ariane de Saxcé pour leur assistance pour la traduction.

1Le thème des interactions est devenu un point clef des sciences humaines et sociales. Les concepts anglo-saxons d’entanglement (Thomas 1991; Barad 2007; Bynum 2009), enchainment (Strathern 1988), social interaction (Cerulo 2009), ecology of materials (Ingold 2012), ou relational sociology (Emirbayer 1997) mettent en valeur des relations plutôt que des entités. L’archéologie n’a pas échappé à cette tendance. Nous y rencontrons aussi plusieurs approches relationnelles, utilisant quelques idées similaires telles que engagement (Malafouris 2013), enchainment (Chapman 2000) ou entanglements (Hodder 2012). Le « réseau », un autre concept important de plus en plus utilisé pour transmettre cette notion de « relationnalité », est devenu courant dans la vie quotidienne. L’analyse des réseaux a connu dernièrement un essor impressionnant en archéologie (Knappett 2011, 2013 ; Brughmans et al. à paraître). Tandis que ces nouveaux développements sont très prometteurs, on note en même temps une réelle prudence dans certains domaines, et non sans raison. Tout d’abord, les techniques d’analyse et de modélisation des réseaux ne résolvent pas tous nos problèmes d’inter-action : ni les méthodes archéométriques ni les techniques Sig ne fournissent toutes les réponses aux problèmes de provenance ou de paysage. De plus, nous devons veiller à ne pas emprunter les techniques de réseaux  « prêtes à l’emploi » des autres disciplines, telle que le Social Network Analysis (Sna) de la sociologie, sans tenir compte au préalable des implications théoriques. Enfin, les réseaux d’interaction en archéologie sont, dans l’ensemble, reconstruits à partir des vestiges matériels, que ce soit la circulation de l’obsidienne ou les similarités des styles céramiques. Cela veut dire que l’analyse des réseaux a souvent été effectuée à des échelles régionales ou inter-régionales pour lesquelles on peut identifier les « vestiges » matériels d’interactions.

2Ces observations nous amènent à un quatrième problème clef. Les archéologues, qui se concentrent sur les « vestiges » matériels et leur distribution différentielle, menant souvent à une approche régionale et interrégionale, sont naturellement enclins à utiliser des représentations cartographiques. Il devient donc très difficile de s’opposer à l’interprétation euclidienne des réseaux. Cependant, les réseaux ne sont pas obligatoirement spatiaux, les liens sociaux pouvant être représentés sans aucune référence à l’espace géographique. Lorsque l’on s’intéresse aux réseaux sociaux, il faut donc être prudent en traitant les visualisations réticulaires archéologiques, qui sont géo-graphiques avant d’être sociales. Enfin, les réseaux anciens avaient sans doute un objectif social, soit en soutenant des rapports fondés sur des alliances matrimoniales, soit pour assurer l’accès intermittent aux biens agricoles essentiels, soit pour obtenir des renseignements sur la provenance des lingots de cuivre.

3Néanmoins, il ne suffit pas de se contenter d’une perspective sociale en éclipsant totalement la dimension physique car, en archéologie, les données directes sur les réseaux sociaux sont rares. Mis à part quelques cas exceptionnels, comme ceux présentés par Shawn Graham, nous sommes en général obligés de reconstituer les faits sociaux d’une façon indirecte à travers les vestiges matériels (répartis dans des espaces géographiques). Les éléments matériels et spatiaux des rapports sociaux sont très peu reconnus en sociologie (sauf Latour 2005), et encore plus rarement en Sna (sauf Wellman 1979, par exemple). Cette combinaison sociale, matérielle et spatiale implique qu’une approche archéologique fondée sur deux de ces trois aspects peut donner des résultats. Il est bien entendu difficile de prévoir l’imbrication précise des dimensions sociales et spatiales mais aussi sociales et matérielles. Cependant, une approche empirique et systématique, telle que celle des réseaux, peut nous permettre d’avancer.

4De fait, tous les articles montrent une préoccupation similaire : comment peut-on accéder aux réseaux sociaux à travers les données indirectes qui caractérisent les disciplines archéologiques ? L’article d’Anna Collar et de ses collègues souligne plusieurs des remarques susmentionnées, bien que les autrices et l'auteur les incorporent à des disciplines voisines, telles que l’histoire. Ils constatent que l’histoire permet l’identification des individus grâce à leur nom et leur rôle. Cependant, le dialogue entre ces deux disciplines partageant des objectifs communs n’est pas aussi fréquent qu’il pourrait l’être. En outre, il ne faut pas oublier que, pour l’étude de plusieurs périodes, l’histoire et l’archéologie s’imbriquent et développent des méthodes complémentaires pour comprendre le passé. Cet avis est exprimé dans l’article de Shawn Graham qui conseille aux archéologues de profiter des opportunités fournies par les données épigraphiques attestant de réels rapports sociaux, comme le montre l’exemple des briques romaines estampillées.

5Cependant, les données présentées par Graham sont tout autant matérielles qu’épigraphiques. Les briques sont bien des objets. Comme Graham le souligne lui-même, leurs pâtes contiennent des indices relatifs à leur provenance, et leurs lieux de découverte fournissent des renseignements sur les choix de consommation et d’échange. Comment prendre en considération ces objets d’après les réseaux sociaux ? À première vue, il peut sembler paradoxal de les considérer comme des actants, c’est-à-dire comme des nœuds dans un réseau. L’article d’Astrid van Oyen aborde le problème de l’intégration de ces différents actants, humains et non-humains. En s’appuyant sur l’Actor-Network Theory (Ant), elle complique la notion de « réseaux sociaux » et montre que nous devons reconnaître le statut socio-matériel de la plupart des réseaux dans les sociétés humaines. Une telle perspective n’est que rarement reconnue en Sna, bien qu’elle soit typique d’Ant. Peut-on combler le fossé entre les deux, qui voit une bifurcation entre analyse et interprétation ? Van Oyen ne sous-estime pas l’écart entre ces deux approches, mais entr’aperçoit un terrain d’entente, malgré la réticence des sciences humaines pour les analyses formelles et la modélisation.

6Dans son article sur l’âge du Bronze en Italie, Emma Blake utilise elle aussi des objets comme éléments de base pour élaborer des liens entre les sites. Elle suggère que, si deux sites partagent le même genre d’objets importés (par exemple, la céramique mycénienne), il est probable qu’ils étaient connectés. Sur cette base matérielle, Blake découvre et montre qu’il n’y avait pas de réseau unifié péninsulaire, mais une série de réseaux régionaux, avec des degrés variés d’interconnections. Elle analyse en détail les configurations locales de ces réseaux, en utilisant l’idée de transitivité (transitivity). Si, par exemple, le nœud A s’attache aux nœuds B et C et que les nœuds B et C sont aussi attachés, alors cette triade est considérée « transitive » – et « intransitive », si B et C ne sont pas reliés. Les divers réseaux de l’âge du Bronze italien montrent tous des scores de transitivité relativement bas. Emma Blake en déduit que les échanges matériels de ces réseaux ne semblent pas avoir renforcé les rapports sociaux puisque, si tel était le cas, les taux de transitivité seraient certainement beaucoup plus élevés. Vraisemblablement, l’accès aux objets importés à cette époque avait un faible impact social, bien que quelques indices de cohésion existent dans certaines régions – des préfigurations, peut-être, des identités collectives régionales qui apparaîtraient des siècles plus tard.

7Cette enquête, qui vise à intégrer les renseignements matériels et spatiaux pour interroger les anciens réseaux sociaux, apparaît aussi nettement dans les recherches de Justin Leidwanger. Son article aborde le sujet de la Méditerranée orientale à l’époque romaine dans une perspective maritime. Il s’agit d’une base de données beaucoup plus variée et complexe que celle de l’Italie à l’âge du Bronze, en ce qu’elle inclut des milliers d’amphores issues de naufrages et plusieurs installations portuaires. Cet article se concentre également sur le problème des échelles d’analyse. Tandis que les échanges romains interrégionaux sont un sujet bien étudié, Leidwanger nous rappelle qu’on ne doit pas oublier les échelles plus modestes, en l’occurrence locales et régionales. L’imbrication de ces échelles est un problème clef. L’auteur nous présente des données concernant des refuges éphémères le long des côtes de Chypre, utilisés par de petits navires qui ne transportaient que 4 à 5 tonnes de produits, soit environ 150 amphores. Cela semble être un ordre de grandeur moindre que la cargaison usuelle transportée par de petits commerçants romains, et indique un réseau dense de connexions à petite échelle. Il reste à voir comment ce genre de commerce pouvait être intégré dans des autres réseaux à plus grande échelle – mais l’analyse de Leidwanger suggère des réseaux multiples plutôt qu’un seul réseau avec une forte cohésion.

8L’article de Rivers et Evans emploie l’analyse des réseaux pour évaluer une question archéologique bien connue : comment les poleis grecques du Ier millénaire av. J.-C. sont-elles apparues ? En d’autres termes, comment un système régional hiérarchique se développe-t-il à partir d’une situation plutôt égalitariste ? Les auteurs prennent pour point de départ un article écrit par Rihll & Wilson en 1987, exemple rare (et précoce) de l’analyse des réseaux en archéologie classique, appliqué aux sites de l’Attique et du Péloponnèse. Rivers & Evans constatent que la modélisation de Rihll & Wilson parvient remarquablement bien à prévoir l’emplacement des centres urbains dans les régions pertinentes. La correspondance entre les données et la modélisation est presque trop belle pour être vraie, de sorte que Rivers & Evans décident d’évaluer la validité des résultats. La modélisation de Rihll & Wilson se fonde sur la notion de gravité, qui suppose que les sites se connectent d’une manière différente selon la distance géographique qui les sépare, et surtout en fonction de la facilité pour se déplacer de l’un à l’autre (à pied, en ce cas). Si un site peut être atteint relativement facilement en un seul trajet (et donc relève de la fonction de deterrence), il sera ce que l’on appelle « attractif » dans la modélisation. S’il y a suffisamment de sites proches d’un site donné, ils graviteront préférentiellement autour et, par suite, ce site apparaîtra vraisemblablement comme un pivot du système. Rivers & Evans montrent que les résultats de Rihll & Wilson dépendent trop de leur choix de la fonction de deterrence. Quand Evans & Rivers essaient des valeurs différentes, les résultats sont assez divergents. Des résultats solides ne devraient pas reposer à ce point sur le choix de la fonction de deterrence. Par conséquent, ils appliquent une autre modélisation, ariadne, qui est une modélisation cost-benefit utilisant d’autres suppositions. Bien que les résultats avec ariadne soient plus solides, ils sont trop sujets à la contingence. Les sites dans cette base de données sont simplement trop proches les uns des autres (par comparaison avec les échelles de distance utilisées). Si le rapport entre deux sites n’est plus  « rentable », on peut le remplacer par une autre série de rapports avec un autre site. Ce genre de fluctuation se produit trop facilement dans un paysage plat, ce qui indique que la modélisation ariadne est mal adaptée à une telle base de données, tandis qu’elle est plus pertinente avec des conditions plus hétérogènes. En fin de compte, on s’intéresse à l’apparition de nouveaux types de réseaux socio-politiques, ici représentés par les poleis grecques, même si une approche archéologique doit passer par ses indices matériels et spatiaux. Ray & Evans nous montrent que les modélisations d’interaction spatiale sont utiles pour analyser la complexité de ces indices, et qu’il faut être prudent dans le choix et l’évaluation de nos modélisations.

9Bevan & Crema s’interrogent également sur la façon d’utiliser les modélisations pour comprendre les réseaux sociaux. Cependant, à la différence de Rivers & Evans, ils se concentrent sur la diffusion des caractéristiques culturelles dans une population plutôt que sur l’apparition d’une hiérarchie de sites. Les auteurs établissent une comparaison entre deux bases de données, l’une ancienne, l’autre récente, toutes deux sur l’île de Crète. La base de données moderne, datée des années soixante, est composée de la répartition géographique des dialectes. On voit nettement la variation régionale de l’ouest à l’est de l’île. Bevan & Crema postulent que cette répartition a une certaine logique spatiale, mais surtout sociale : les communautés de même opinion s’attachent de préférence l’une à l’autre. La taille des communautés joue aussi un rôle. Cette observation peut être rapprochée d’autres études récentes, par exemple sur les réseaux d’obésité, où la proximité sociale plutôt que géographique est responsable de la fréquence des cas (Christakis & Fowler 2007). Bevan & Crema cherchent davantage à comparer leurs bases de données en fonction des processus de transmission probables : la ramification (transmission verticale) ou le mélange (transmission horizontale). Alors que la répartition des dialectes semble compatible avec la ramification, celle des coutumes funéraires de l’âge du Bronze s’inscrit plutôt dans une logique de mélange. à ce sujet, je suis porté à suivre une proposition récente qui suggère que la langue diffère beaucoup de la culture matérielle car elle a les caractéristiques d’un système cohérent. Son évolution suivra donc avec plus de probabilité les processus de ramification (Gray et al. 2010 : 3 928). En outre, tandis que la langue se transmet souvent d’une génération à une autre (transmission verticale), cela n’est pas aussi fortement le cas pour d’autres caractéristiques culturelles – on peut bien imaginer, par exemple, que les coutumes funéraires sont plus sensibles aux interventions politiques d’une hiérarchie centralisée, surtout dans la Crète mycénienne. Toutefois, l’article de Bevan & Crema, comme celui de Rivers & Evans, nous montre comment l’analyse spatiale peut nous renseigner sur les réseaux sociaux anciens.

10En conclusion, il faut admettre que les articles ici réunis sont focalisés sur la Méditerranée, ce qui n’est pas un hasard. Ils reflètent le long statut de la Méditerranée comme théâtre d’investigations pour développer les questions de connectivité – de Braudel (1972) à Broodbank (2013), en passant par Horden & Purcell (2000). Non seulement elle possède une géographie distinctive, qui sert à mettre en relief plusieurs des thèmes spatiaux susmentionnés, mais la Méditerranée permet en outre de constituer une base de données incroyablement riche d’objets sur plusieurs siècles. On comprend donc qu’elle soit le théâtre d’un grand nombre de recherches sur les réseaux. Bien sûr, cela ne veut pas dire que des travaux impressionnants sur les réseaux n’existent pas ailleurs. Mais partout où de telles recherches sont menées – et on observe de plus en plus leur diffusion pour diverses régions et périodes (voir contributions de Knappett 2013) –, on est confronté au même problème : les réseaux sociaux anciens ne sont représentés qu’à travers des réseaux matériels, spatiaux et fragmentés. Ces trois caractéristiques sont fondamentales dans l’analyse des réseaux en archéologie, et plus on les saisit, plus grande sera la participation de l’archéologie dans les sciences de réseaux.

Haut de page

Bibliographie

Barad K. 2007. Meeting the Universe Halfway: Quantum Physics and the Entanglement of Matter and Meaning. Durham, NC: Duke University Press.

Braudel F. 1972. The Mediterranean and the Mediterranean World in the Age of Philip II. New York: Harper and Row.

Broodbank C. 2013. The Making of the Middle Sea: A History of the Mediterranean from the Beginning to the Emergence of the Classical World. London: Thames and Hudson.

Brughmans T., Collar A. & Coward F. (eds). Forthcoming. The Connected Past: People, Networks and Complexity in Archaeology and History. Oxford: Oxford University Press.

Bynum C.W. 2009. ‘Perspectives, connections and objects: what’s happening in history now?’, Daedalus 138 (1): 71-86.

Cerulo K.A. 2009. ‘Nonhumans in social interaction’, Annual Review of Sociology,35: 531-552.

Chapman J. 2000. Fragmentation in Archaeology: People, Places and Broken Objects in the Prehistory of South-eastern Europe. London: Routledge.

Christakis N.A. & Fowler J. H. 2007. ‘The spread of obesity in a large social network over 32 years’, New England Medical Journal, 357: 370-379.

Emirbayer M. 1997. ‘Manifesto for a relational sociology’, American Journal of Sociology 103 (2): 281-317.

Gray R.D., Bryant D. & Greenhill S.J. 2010. ‘On the shape and fabric of human history’, Philosophical Transactions of the Royal Society B, 365: 3 923-3 933.

Hodder I. 2012. Entangled: An Archaeology of the Relationships between Humans and Things. Malden, MA: Wiley-Blackwell.

Horden P. & Purcell N. 2000. The Corrupting Sea: A Study of Mediterranean History. Oxford: Blackwell.

Ingold T. 2012. ‘Toward an ecology of materials’, Annual Review of Anthropology, 41: 427-442.

Knappett C. 2011. An Archaeology of Interaction: Network Perspectives on Material Culture and Society. Oxford: Oxford University Press.

Knappett C. (ed.). 2013. Network Analysis in Archaeology: New Approaches to Regional Interaction. Oxford: Oxford University Press.

Latour B. 2005. Reassembling the Social. An Introduction to Actor-Network-Theory. Oxford, Oxford University Press.

Malafouris L. 2013. How Things Shape the Mind: A Theory of Material Engagement. Cambridge, MA: MIT Press.

Strathern M. 1988. The Gender of the Gift: Problems with Women and Problems with Society in Melanesia. Berkeley, CA: University of California Press.

Thomas N. 1991. Entangled Objects: Exchange, Material Culture, and Colonialism in the Pacific. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Wellman B. 1979. ‘The community question: the intimate networks of East Yorkers’, The American Journal of Sociology, 84 (5): 1201-1231.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carl Knappett, « Avant-propos », Les nouvelles de l'archéologie, 135 | 2014, 5-8.

Référence électronique

Carl Knappett, « Avant-propos », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 135 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/2298

Haut de page

Auteur

Carl Knappett

Professeur titulaire de la chaire Walter Graham / Homer Thompson en Préhistoire égéenne à l'Université de Toronto (Canada),
carl.knappett@utoronto.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org