Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Chronique de sites Internet n° 22

(date de consultation : 12 décembre 2013)
Virginie Fromageot-Lanièpce
p. 55-60

Plan

http://www.mnhn.fr
(menu Documentation Scientifique, puis publications)
http://www.ifea-istanbul.net (menu Publications, sous-menu Rencontres d’archéologie de l’Ifea, menu de droite Édition électronique)
http://www.peterlang.com (rechercher le titre)
Haut de page

Texte intégral

[Édition électronique]

Anthropozoologica

http://www.mnhn.fr
(menu Documentation Scientifique, puis publications)

1La revue Anthropozoologica est publiée depuis 1984 par l’Umr Archéozoologie et archéobotanique du Museum national d’histoire naturelle. La revue se consacre à la relation entre l’homme et l’animal des origines à nos jours et à l’histoire des cultures et des sociétés dans leur environnement naturel. Elle paraît à un rythme semestriel en édition bilingue (français, anglais). S’il reste une possibilité d’abonnement papier, on trouve à cette adresse l’ensemble des numéros parus en libre accès, y compris la partie courante. Le dernier numéro rassemble les actes du 11e congrès de l’International Council of archaeozoology (Icaz), qui s’est tenu à Paris du 23 au 28 août 2010.

2Exemples d’articles (se reporter au site pour l’ensemble des textes) :

3 n° 48.1, 2013 (actes de l’ Icaz cités) : T. M. Friesen, « Archéozoologie circumpolaire : avant-propos de l’éditeur scientifique » ; H. Monchot et al., « The modus operandi of walrus exploitation during the Palaeoeskimo period at the Tayara site, Arctic Canada » ; K. Pasda, « Caribou hunting and utilization in West Greenland: Past and present variants ».

Internet Archaeology

http://intarch.ac.uk
Adresse stable, voir infra :
http://dx.doi.org/​10.11141/​

issn : 1363-5387

4Depuis 1996, l’Université de York développe l’édition numérique de travaux académiques en archéologie. À côté d’une collection de monographies électroniques, d’une trentaine de titres à ce jour, une revue entièrement numérique, à vocation internationale et à comité de lecture, publie en langue anglaise toute recherche dans ce domaine.

5Les fouilles et recherches développées en Grande-Bretagne constituent le cœur de la revue et de la collection, tandis qu’en marge, quelques références concernent d’autres terrains en Méditerranée, en Afrique, en Asie, en Océanie. Les contenus 1996-2007 (articles et monographies) sont entièrement accessibles en libre accès tandis que, pour la période 2008-2013, certains articles sont en accès payant à un prix modique (9 e l’article pour une personne ou 190 e l’abonnement institutionnel aux deux derniers volumes). Internet Archaeology signale enfin dans une nouvelle forme éditoriale, les « data papers », des bases de données qui analysent des ensembles de sites et de mobiliers et y ajoute  une introduction enrichie d’une bibliographie et une évaluation scientifique, réalisée par le comité de lecture.

6Exemples d’articles :

7— en accès gratuit : vol. 35, 2013 : S. Pilaar Birch, « Using Social Media for Research Dissemination: The Digital Research Video Project ».

8— en accès payant : vol. 35, 2013 : C. Thompson, S. Skaggs, « King Solomon’s Silver? Southern Phoenician Hacksilber Hoards and the Location of Tarshish » ; G. L. Duckers, « Bridging the “Geospatial Divide” in Archaeology: Community Based Interpretation of LIDAR Data ».

9Exemples de monographies : 

10— en accès gratuit, Clarke E. et al., Silchester Roman Town Insula IX: The Development of an Urban Property c. AD 40-50 - c. AD 250’, 2007.

11— en accès payant, Durham E., Depicting the gods: metal figurines in Roman Britain, 2012 (voir infra, chapitre Bronzes).

121er « data paper » disponible : S. Wynne-Jones, J. Fleisher, Ceramics and Society: Early Tana Tradition and the Swahili Coast, 2013 (voir infra, chapitre Afrique).

JSTOR, 320 titres pour l’archéologie

http://www.jstor.org/​action/​showJournals

13Accès payant

14Évolution des titres concernant l’archéologie : une dizaine en 2005, 320  annoncés sur la page thématique Social Sciences/Archaeology en décembre 2013.

15Il existe une masse critique de numérisations rassemblant périodiques, collections de monographies et monographies isolées. Des éditeurs européens comme, dans notre pays, les Presses Universitaires de France, ont rejoint JSTOR pour la numérisation des revues : Revue Archéologique, Année Épigraphique, Revue d’Assyriologie. On note surtout l’abondance de l’offre de livres numérisés, édités entre 1993 et 2013. En revanche, d’après cette liste, les abonnements institutionnels ne couvrent actuellement qu’une petite quantité de ces documents, qu’il s’agisse de périodiques ou de monographies. Les achats individuels constituent une autre possibilité.

Peter Lang, groupe Verlag

http://www.peterlang.com

16Accès payant

17Cet éditeur universitaire suisse, au réseau de diffusion international, commercialise certains livres au format numérique (plus de 4 000 sur 55 000 produits), dont une centaine de références dans la rubrique archéologique. L’exemple du Sourcebook for Garden Archaeology est présenté infra (chapitre archéologie environnementale).

18Les prix du livre imprimé et du livre électronique sont identiques et déclinés selon deux tarifs, individuel et institutionnel. La licence permet de télécharger le fichier au format PDF ou ePUB, ce dernier étant plus adapté pour la lecture sur téléphone ou tablette – à l’exception de la tablette Kindle d’Amazon. On peut imprimer le document sans restriction. L’éditeur procède à une gestion dite souple des droits numériques, en apposant sur le fichier un filigrane qui permet d’identifier l’utilisateur et l’achat de la licence à l’ouverture du document.

 [Musées]

Recherches au British Museum de G. Verri sur la polychromie

http://www.bbc.co.uk/​history/​0/​19442872

19Les travaux sur l’utilisation de techniques d’imagerie pour la recherche de couleurs disparues, dans les domaines de l’architecture et de la sculpture, sont en plein développement. Giovanni Verri, du Courtauld Institute of Art de Londres, conduit ce type de recherches qui ont l’avantage de ne pas altérer la conservation des vestiges par rapport à des analyses effectuées sur des prélèvements. Dans cette vidéo, il présente sa méthode appliquée à la Treu Head (BM 1884,0617.1) – une petite sculpture en marbre du milieu du iie siècle ap. J.- C., sur laquelle aucune couleur n’était visible auparavant.

20Bibliographie :

21G. Verri, T. Opper, T. Deviese, “The ‘Treu Head’: a case study in Roman sculptural polychromy”, Technical Research Bulletin 4, 2010, http://www.britishmuseum.org/​pdf/​BMTRB4 Verri.pdf.

La numérisation de la collection de monnaies grecques de la BnF

http://catalogue.bnf.fr

22La numérisation de la collection du Département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) est en cours et 130 000 monnaies grecques et provinciales romaines devraient être mises en ligne à terme. À la fin de l’année 2012, Frédérique Duyrat, conservateur en chef chargé des monnaies grecques, a communiqué un mode d’emploi d’interrogation des monnaies dans le catalogue général, que nous résumons ici. Le versement des images dans le catalogue est progressif, à raison de 20 000 par mois en moyenne. Les reproductions des monnaies, en basse définition mais de très bonne qualité, autorisent des usages personnels ou pédagogiques (documentation, présentations de type Powerpoint). L’objectif de la Bnf est de faciliter la commande des reproductions haute définition par un formulaire en ligne ou par mail. On regrette toutefois l’absence d’échelle sur les clichés.

23Exemples de questions :

24Utiliser la recherche « par mot de la notice » pour interroger

  • par atelier, exemple : Syracuse,

  • par autorité, exemple : Alexandre III,

  • par métal, exemple : argent,

  • par cote de monnaie, exemple : Luynes 333,

  • par collection, exemple : Chandon de Briailles.

  • en combinant plusieurs critères, exemple : Philippe II Pella argent.

25Les recherches par thème ou par type (« Apollon » ou « cheval ») sont impossibles.

26Pour que les images s’affichent au mieux, il faut passer à l’écran “visualisation de l’image”, puis à “plein écran”.

 [Préhistoire]

Bases de données sur les chasseurs-cueilleurs de L. R. Binford

http://www.mae.u-paris10.fr/​arscan/​Bases-de-donnees-ethnographique-et.html

27Lewis R. Binford, aujourd’hui disparu, s’intéressait à l’étude des sociétés de chasseurs-cueilleurs en relation avec leur environnement. Il a publié en 2001 Constructing Frames of Reference. An Analytical Method for Archaeological Theory Building Using Ethnographic and Environmental Data Sets. Il a également constitué deux bases de données qui ont servi de socle à cette étude et qu’il a maintenues sur plus d’une décennie. Ces bases de données sont aujourd’hui accessibles sur le serveur de la Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, grâce à l’édition de Françoise Audouze (Cnrs, Umr ArScAn). La première rassemble des données ethnographiques sur 340 groupes de chasseurs-cueilleurs “actuels”, la seconde réunit des données environnementales réparties dans le monde entier. L. R. Binford a également créé un programme statistique diffusé dans cet ensemble.

28Dans son introduction, F. Audouze précise la forme de citation requise en cas d’utilisation des données fournies. L’ensemble, consultable uniquement sur PC, exige le téléchargement du dossier et l’installation de l’environnement Java Runtime.

29Par ailleurs, la Truman State University (Missouri, USA), à laquelle était rattaché Binford, prépare une nouvelle version contenant des données enrichies.

30Bibliographie :

31F. Audouze, « Les bases de données de Lewis R. Binford sur le serveur de la Maison René Ginouvès – Archéologie et Ethnologie » (dans le dossier téléchargé).

[Antiquité]

Base de données du groupe de recherche sur l’Enfant et la mort dans l’Antiquité (EMA)

http://www.mae.u-paris10.fr/​ema

32Une nouvelle base de données en ligne est consacrée aux sépultures d’enfants dans l’Antiquité. Elle est le résultat du travail collectif mené par le programme L’Enfant et la mort dans l’Antiquité (EMA) financé par l’Agence nationale de la recherche. Les trois partenaires du programme, le Centre Camille-Jullian d’Aix-en-Provence, l’Unité Archéologies & Sciences de l’Antiquité de Nanterre et le Centre d’Études alexandrines(coordinateur : Antoine Hermary ; responsables : Anne-Marie Guimier-Sorbets, Yvette Morizot et Marie-Dominique Nenna) ont constitué cet outil depuis 2008, avec l’aide d’un groupe d’archéologues et d’anthropologues, français et étrangers, intéressés par l’étude des sépultures d’enfants dans l’Antiquité. Le programme a permis la mise en commun d’études de cas et les informations sont exprimées suivant une grille d’analyse détaillée, élaborée par le groupe, en français et anglais.

33Le corpus d’EMA se rapporte aux sépultures d’enfants provenant du monde méditerranéen antique, à l’exception de l’Étrurie et du monde phénico-punique, du premier millénaire avant J.-C. à la fin de l’Antiquité. Le groupe de recherche travaille sur des terrains situés dans le sud de la France, à Rome, en Italie du Sud et en Sicile, en Grèce, dans la partie occidentale du Pont-Euxin, en Afrique du Nord, en Égypte et notamment à Alexandrie. Les sépultures sont pour la plupart non monumentales et l’enfance est entendue comme la période comprise de la naissance à l’âge de 12-14 ans.

34Bibliographie :

35A.-M. Guimier-Sorbets, Y. Morizot (éd.), L’Enfant et la mort dans l’Antiquité, I. Nouvelles recherches dans les nécropoles grec--ques, le signalement des tombes d’enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Athènes, École française d’Athènes, 29-30 mai 2008. Paris 2010 (Travaux de la Maison René-Ginouvès 12).

36M.-D. Nenna (éd.), L’Enfant et la mort dans l’Antiquité, II. Types de tombes et traitements du corps des enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Alexandrie, Centre d’Études Alexandrines, 12-14 novembre 2009. Alexandrie 2012 (Études Alexandrines).

37A. Hermary, C. Dubois (éd.), L’Enfant et la mort dans l’Antiquité, III. Le matériel associé aux tombes d’enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), 20-22 janvier 2011. Paris 2012 (BiAMA 12).

[Afrique]

Base de données Ceramics and Society: Early Tana Tradition and the Swahili Coast

http://intarch.ac.uk/​journal/​issue35/​wynne-jones.html

38Adresse stable, voir infra : http://dx.doi.org/​ 10.11141/ia.35.7

39Constituée par Stephanie Wynne-Jones (Université de York) et Jeffrey Fleisher (Rice University, Houston), cette base rassemble des analyses de céramiques de tradition Tana, datées entre les viieet xe siècles et trouvées sur les côtes de l’Afrique orientale et dans l’arrière-pays swahili (Kenya, Tanzanie et Mozambique). La base est éditée par Internet Archaeology en 2013 (voir supra).

40Consultation : uniquement par téléchargement du dossier à partir de l’archive de l’Archaeology Data Service ; le fichier est au format CSV (texte structuré) lisible avec Excel, Access et Filemaker Pro.

[Égypte]

Film Égypte, l’or du désert

http://www.youtube.com/​watch?v=ZXrSHUbousk

41Film de Gaël Pollin et Thomas Faucher, durée 7 min.

Les praesidia romains du désert oriental

http://www.ifao.egnet.net/​archeologie/​praesidia/​

Désert oriental. Carnets de la mission archéologique française du désert oriental

http://desorient.hypotheses.org

42Blog édité par Thomas Faucher, Iramat, Orléans, et Bérangère Redon, Mom, Lyon.

43Ces trois adresses web concernent les travaux de l’Institut français d’Archéologie orientale (Ifao) dans le désert oriental d’Égypte, qui s’étend entre la vallée du Nil et la mer Rouge. Dans l’Antiquité, les Romains se sont intéressés à cette région et, au iie s., ils y ont aménagé la via nova Hadriana, pour pouvoir exploiter ses richesses minérales et ouvrir un débouché vers à la mer. L’équipe d’Hélène Cuvigny (Cnrs, Irht) poursuit depuis plusieurs saisons une fouille à Xèron, dans le district de Samut, d’un fort romain qui a livré de nombreuses ostracas. Ce fort est connu comme point de contrôle d’une mine d’or, à la fois par les textes et les bijoux, les masques et les monnaies en or conservés dans les musées. Aussi en janvier 2013, une prospection a-t-elle été lancée, par Thomas Faucher, au nord de Samut pour chercher l’exploitation minière.

44On conseille de commencer par le film puis de lire en complément la page sur les Praesidia avant de parcourir le blog et de s’y inscrire, pour les lecteurs qui veulent suivre ce fil d’information.

[Turquie]

Rencontres d’archéologie de l’Institut français d’Études anatoliennes (Ifea)

http://www.ifea-istanbul.net (menu Publications, sous-menu Rencontres d’archéologie de l’Ifea, menu de droite Édition électronique)

45L’Ifea a inauguré en novembre 2010 des journées d’échange sur l’actualité de l’archéologie française en Turquie entre chercheurs turcs, français et d’autres nationalités, jeunes ou confirmés.Ces colloques sont organisés chaque année. Les sujets abordés couvrent l’ensemble des périodes depuis la préhistoire jusqu’à la période médiévale et concernent plusieurs domaines de l’archéologie (recherche de terrain, recherche en musée, histoire, histoire de l’art, géographie historique, numismatique, épigraphie, architecture, etc.). Les actes des deux premières rencontres sont disponibles en libre accès sur le site Internet de l’Institut. Le volume complet y est en libre téléchargement et les articles individuels ont été déposés sur Hal-Shs. Il s’agit donc d’actes de journées entièrement numériques.

46Bibliographie :

47Olivier Henry (éd.), Archéologies et espaces parcourus, actes des 1ères Rencontres d'Archéologie de l’Ifea, Istanbul, 11-13 novembre2010, Istanbul 2012.

48Olivier Henry (éd.), Le Mort dans la ville. Pratiques, contextes et impacts des inhumations intra-muros en Anatolie, du début de l’âge du Bronze à l’époque romaine, actes des 2e Rencontres d’Archéologie de l’Ifea, Istanbul, 14-15 novembre 2011, Istanbul 2013.

49Exemples de textes :

50Volume Archéologies et espaces parcourus, 2012 : B. Varoutsikos, C. Chataigner, « Obsidatabase : collecter et organiser les données relatives à l’obsidienne préhistorique au Proche-Orient et en Transcaucasie » ; B. Perello, « De l’usage de l’architecture domestique dans l’approche des sociétés protohistoriques : l’exemple de l’Anatolie au Bronze Ancien » ; C. Kepinski, « Tilbeshar, au carrefour d’échanges entre la vallée de l’Euphrate et la côte méditerranéenne à l’âge du Bronze » ; E. Goussé, « Épigraphie et histoire de la Cilicie Trachée »

51Volume Le Mort dans la ville, 2013 : P.J.P. Mc George, « Intra-mural infant burials in the Aegean Bronze age: Reflections on symbolism and eschatology with particular reference to Crete » ; N. Laneri, « Defining residential graves: The case of Titriş Höyük in southeastern Anatolia during the late IIIrd millennium BC » ; A. Herda, « Burying a sage: The Heroon of Thales in the Agora of Miletos ».

Excavations at Zeugma

http://zeugma.packhum.org/​

52Sur le site web du Packard Humanities Institute, on trouve les textes des trois volumes imprimés de cette publication récente consacrée à Zeugma. Il s’agit des résultats des fouilles de sauvetage menées avant la construction d’un barrage. Elles ont révélé un site florissant dans les premières décennies du iiie s. ap. J.-C., aux maisons ornées de somptueuses mosaïques. Une partie des pavements est exposée au musée de Gaziantep. L’éditeur a opté pour une publication en ligne des seuls textes pour permettre une recherche en texte intégral et s’éviter la publication d’un index dans l’ouvrage papier. Les illustrations sont absentes de la version web.

53Référence :

54W. Aylward, Excavations at Zeugma, conducted by Oxford Archaeology, 3 vol. contenant les illustrations, Los Altos 2013.

55Exemples de textes :

56- vol. 1, J. Tobin, « The Houses: Domestic Architecture, Dated Deposits, and Finds in Context » ; W. Aylward, « A Monumental Building in Trench 15 » ; S. Rous, W. Aylward, « Architectural Elements » ; K. Dunbabin, « Mosaics » ; B. Bergmann, « Wall Painting ».

57- vol. 2, P. M. Kenrick, « Pottery Other Than Transport Amphorae » ; C. Doherty, « Petrographic Analysis of Table and Kitchen Wares » ; P. Reynolds, « Transport Amphorae of the First to Seventh Centuries: Early Roman to Byzantine Periods ».

58- vol. 3, K. Butcher, « Coins and Hoards » ; E. Khamis, « Copper Alloy Objects » ; I. Scott, « Ironwork » ; I. Scott, « Gold Objects ».

[Syrie]

Les sources de l’histoire du paysage urbain d’Antioche sur l’Oronte

http://www.bibliotheque-numerique-paris8.fr/​fre/​ref/​146505/​COLN1/​

59Ces journées d’étude ont rassemblé une quinzaine de contributions sur les sources antiques, médiévales et modernes concernant la topographie et le paysage urbain d’Antioche. Fondée par Séleucos I Nikator en 300 av. J.-C., la ville était la capitale de l’empire séleucide ; à l’époque romaine, elle devint capitale de la province de Syrie et la plus importante cité du Levant. Connue comme résidence impériale à la fin du iiie s. et au cours du ive s., elle acquit à nouveau un statut important lors de la reconquête byzantine et à l’époque des croisades. Les sources littéraires sont d’une grande richesse et ont été exploitées aux xixe et xxe siècles pour restituer le plan de la ville. Catherine Saliou, professeur à Paris 8, reprend l’ensemble de ce dossier. Elle a choisi, dans une première étape, une diffusion rapide des textes des interventions sur Internet, mais prépare une édition imprimée et plus complète de ces sources.

60Référence  :

61C. Saliou(éd.),Les sources de l’histoire du paysage urbain d’Antioche sur l’Oronte, actes des journées d’étude de l’Université Paris 8, 20-21 septembre 2010, Saint-Denis sans date.

62Exemples de textes :

63C. Saliou, « L’Éloge d’Antioche (Libanios, discours 11 = Antiochikos) et son apport à la connaissance du paysage urbain d’Antioche » ; M. Casella, « Les discours de Libanios (discours 33-64) et la topographie d’Antioche » ; A. Pellizzari, « Terme e bagni pubblici e privati nella corrispondenza di Libanio »

IFPO-IMAGES

http://medihal.archives-ouvertes.fr/​IFPOIMAGES/​fr/​

64L’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) a mis en ligne des milliers de clichés, pour la plupart relatifs à Palmyre. Il s’agit en particulier d’une collection de photographies d’Ernest Will, spécialiste de l’architecture et de la sculpture palmyrénienne et de Robert Amy, architecte, qui ont préparé la publication du temple de Bel entre 1946 et 1975, année de parution du livre. Certaines images, notées plaques de verre, sont peut-être plus anciennes. Concernant les outils numériques, l’Ifpo a opté pour la plateforme Médihal, archive ouverte où chercheurs et laboratoires peuvent déposer des images scientifiques pour une conservation numérique et une diffusion sur Internet, sur le modèle d’Hal pour les textes.

65La mention de l’auteur et de l’Ifpo est clairement indiquée à côté de chaque image ; en revanche, on note un mauvais emploi des dates de prise de vue dans les métadonnées. L’accès aux images est libre mais elles sont en en basse résolution. Leur réutilisation n’a pas besoin d’être signalée à l’Institut, à condition de respecter la propriété intellectuelle des auteurs.

66Exemples d’images :

67Palmyre, Sanctuaire de Bêl, chapiteau portique ouest, temple de Bêl (cliché E. Will, ou R. Amy, Ifpo, sans date). Stèle de la triade divine avec Baalshamin Aglibol et Malakbel en costume militaire trouvée à Palmyre, conservée au Musée du Louvre (cliché E. Will, ou R. Amy, Ifpo, sans date).

[Archéologie environnementale]

Sourcebook for Garden Archaeology

http://www.peterlang.com (rechercher le titre)

68Accès payant

69Cette publication s’adresse aux archéologues qui découvrent des vestiges de jardins et à toute la communauté souhaitant mettre à jour ses connaissances sur le thème de l’archéologie des jardins. Dirigé par A. A. Malek (École normale supérieure, Paris), le livre cite les travaux pionniers de Wilhelmina F. Jashemski à propos des jardins de l’empire romain. Les nombreux spécialistes réunis abordent aussi bien les problèmes techniques posés par l’analyse des sols que l’usage des jardins dans de multiples aires chrono-culturelles : jardins anciens du monde romain, du Proche-Orient, jardins patrimoniaux de Chine, du Japon, d’Hawaï, etc.

70Référence :

71A.-A. Malek, Sourcebook for Garden Archaeology. Methods, Techniques, Interpretations and Field Examples. Bern 2013 (Parcs et Jardins 1), imprimé 134,60 e, e-book 149,70 e.

[Bronzes]

« Bronzes grecs et romains, recherches récentes » - Hommage à Claude Rolley

http://inha.revues.org/​3245

72Sous la direction de Martine Denoyelle, Sophie Descamps-Lequime, Benoît Mille et Stéphane Verger, l’Institut national d’Histoire de l’art (Inha) propose une édition entièrement numérique des Actes du colloque en hommage à Claude Rolley, des 16-17 juin 2009 à Paris. Une vingtaine de textes traitent de : « Claude Rolley et la Grèce », « Sculpture grecque, sculpture romaine et notion d’atelier : la question des bronzes », « Techniques des bronzes antiques », « Les découvertes récentes du Cap d’Agde », « La vaisselle en bronze, de l’âge du bronze à l’époque romaine », « Objets en bronze et circulations méditerranéennes », « Le fonds scientifique de Claude Rolley : bibliothèque et archives ».

73L’Inha publie en effet une collection en ligne sur le portail Revues.org (http://inha.revues.org/​), que nous avons analysée en septembre 2011 dans la chronique 20 (http://www.mae.u-paris10.fr/​chronique/​).

74Exemples de textes :

75B. Mille, M.-P. Darblade, « Le pied colossal de bronze de ClermontFerrand et la question de l’atelier de Zénodore » ; L. Long, « L’épave des Riches Dunes à Marseillan : autopsie d’un contexte archéologique sous-marin encore mystérieux » ; A.M. Adam, « Le Picénum dans les relations transalpines (vie-ve siècle av. J.-C.) »

76Référence :

77« Bronzes grecs et romains, recherches récentes », Actes du colloque en hommage à Claude Rolley, Paris Inha, 16-17 juin 2009, M. Denoyelle et al. (eds.), Paris 2012.

Depicting the gods: metal figurines in Roman Britain

http://intarch.ac.uk/​journal/​issue31/​durham_index.html

adresse stable (voir infra) : http://dx.doi.org/​10.11141/​ia.31.2

78Accès payant

79Cette publication d’Emma Durham, de l’Université de Reading, aborde les types de figurines romaines en métal trouvées en Grande-Bretagne. Ce corpus qui regroupe un millier d’objets datés de la fin de l’âge du Fer et de l’époque romaine est en grande partie inédit ou dispersé dans les rapports de fouilles. La majorité est en cuivre, avec toutefois de petites séries en fer et en plomb. Ces figurines représentent des divinités romaines et gallo-romaines, divers personnages et des animaux, des oiseaux en particulier.

80Référence :

81E. Durham, Depicting the gods: metal figurines in Roman Britain, Internet Archaeology 31. E-monograph Series 28, 2012, téléchargement 9 e.

[Conservation préventive]

Journées professionnelles de la conservation-restauration du patrimoine du ministère de la Culture et de la Communication

82La direction générale des patrimoines a inauguré en octobre 2011 ce cycle annuel de journées professionnelles dédiées à la conservation préventive et transversales à l’ensemble des champs du patrimoine (archéologie, archives, bibliothèques, monuments historiques, musées et collections publiques patrimoniales).

83Références et exemples de textes :

84- « Patrimoines et conservation préventive », actes des premières journées d’étude, Paris, octobre 2011, In Situ 19, http://insitu.revues.org/​9780. Voir pour l’archéologie : Silvia Païn, « Formation des archéologues à la conservation préventive : pour une démarche de conservation ».

85- « Architecture et conservation préventive », secondes journées professionnelles, Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, Octobre 2012, vidéos des communications et dossier Architecture et conservation préventive (menu de droite),

86http://www.culturecommunication.gouv.fr/​Politiques-ministerielles/​Conservation-restauration/​Ressources-documentaires/​Journees-professionnelles/​Architecture-et-conservation-preventive-2012.

87Voir pour l’archéologie : Sophie François, « Le Centre de conservation et d’étude archéologiques du Pas-de-Calais : un dialogue ‘constructif’ » entre partenaires (uniquement un résumé).

[Outils de recherche sur le Web]

The Ancient World Online (AWOL)

http://ancientworldonline.blogspot.fr

88Charles E. Jones, bibliothécaire à la Pattee Library, Penn State University (Pennsylvanie, USA), propose ce blog de veille des ressources Internet pour l’histoire ancienne et l’archéologie, depuis 2009. Il prend surtout en compte les documents du web en libre accès. Le “monde ancien” correspond pour l’auteur à l’espace compris entre les piliers d’Hercule (détroit de Gibraltar) et le Pacifique, des premiers habitats humains — ce serait à préciser — jusqu’à la fin de l’Antiquité. Cette veille est internationale et très dynamique : pour la partie courante, on trouve, depuis janvier 2013, environ cent liens par mois et un millier pour l’année 2013.

[Autres outils et pratiques du Web]

La citation des adresses web et l’utilisation des adresses stables (DOI)

http://www.doi.org/​index.html

89Les utilisateurs attentifs ont certainement remarqué l’apparition d’adresses contenant l’abréviation DOI (Digital Object Identifier) sur les écrans des revues et livres numériques. Ces adresses s’ajoutent aux adresses traditionnelles qui figurent dans la barre d’adresse du navigateur et que nous utilisons depuis l’origine du web pour la navigation et la citation. Force est de constater que ces adresses web d’origine posent plusieurs problèmes pour une exploitation scientifique : sur le moment, elles peuvent être trop longues et complexes pour la citation dans les publications papier, quand il s’agit de textes électroniques accessibles après plusieurs clics, au plus profond des sites web ; dans le temps, elles sont instables, du fait des changements de machines, de logiciels ou du stockage du site web. Il fallait qu’existe un identifiant unique, clair et stable permettant de désigner ces textes.

90Les adresses DOI correspondent à un système de nommage standardisé et unique créé par une fondation américaine. Ce système, qui rappelle l’ISBN et l’ISSN des publications traditionnelles, se compose du préfixe http://dx.doi.org/​, d’un numéro d’éditeur et de document. Au départ, l’initiative est venue des grands éditeurs pour résoudre à grande échelle les problèmes d’autorisation d’accès, c’est-à-dire pour déterminer si le lecteur a le droit de consulter l’article qu’il demande. Le système a été étendu après la création de l’agence de vente CrossRef, qui attribue moyennant finances des millions de DOI aux éditeurs. En France, une équipe de l’Inist-Cnrs informe et aide les laboratoires dans la création de DOI ; elle annonçait d’ailleurs récemment qu’il était possible d’attribuer des DOI à des rapports scientifiques (datasets@inist.fr).

91Les éditeurs, qui ont implémenté cette pratique, recommandent la citation des textes avec l’adresse DOI, au lieu de l’adresse courante. Je propose aux lecteurs de cette chronique de leur fournir les deux adresses dans cette période de transition.

92Exemples d’éditeurs utilisant les adresses DOI :

93Internet Archaeology, supra ; Cambridge University Press ; JSTOR.

Enquête préalable aux achats coordonnés de ressources en ligne du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

http://www.istex.fr

94Les « Investissements d’Avenir » initiés par le ministère ont financé, à travers le projet Istex, les acquisitions de ressources documentaires numériques et la création d’une plate-forme d’accès à ces données, en vue de constituer une bibliothèque scientifique numérique nationale. Il s’agit de négocier des licences nationales auprès des éditeurs commerciaux, pour faire des économies d’échelle (comme pour les logiciels aux tarifs Éducation). Cette future plate-forme serait pluridisciplinaire, ce qui mettrait fin à l’actuelle séparation des portails du Cnrs par institut.

95Chaque année, dans le cadre de ce programme, les chercheurs et enseignants-chercheurs sont consultés par mél sur leurs besoins, lors d’une campagne de test qui permet de se connecter aux ressources des éditeurs. Il semble que l’abonnement aux collections de revues rétrospectives de Brill, Wiley et Cambridge University Press ait été retenu. L’enquête 2013, qui portait sur les collections anglo-saxonnes de livres électroniques, s’achève fin décembre. Pour l’Archéologie, la Wiley Online Library donne accès à de nombreux Companion. Une autre campagne de sélection et la mise en place de la plate-forme centralisée sont prévues pour la rentrée 2014.

96Retrouvez cette chronique et les précédentes en ligne : http://www.mae.u-paris10.fr/​chronique

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Fromageot-Lanièpce, « Chronique de sites Internet n° 22 », Les nouvelles de l'archéologie, 134 | 2013, 55-60.

Référence électronique

Virginie Fromageot-Lanièpce, « Chronique de sites Internet n° 22 », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 134 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/2279

Haut de page

Auteur

Virginie Fromageot-Lanièpce

 Cnrs, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, ministère de la Culture et de la communication, Umr ArScAn, Archéologies et sciences de l’Antiquité,
virginie.fromageot-laniepce@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org