Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Pierre-Jean Trombetta

12 novembre 1946 - 28 septembre 2013
Olivier Ruffier des Aimes
p. 53-54

Texte intégral

1Après un parcours somme toute classique à l’université Paris-Sorbonne, aujourd’hui Paris 1, où il poursuit des études d’Histoire de l’art, le jeune Pierre-Jean Trombetta aurait pu partir fouiller la cité numide puis romaine de Makthar, en Tunisie, sous l’égide du professeur Gilbert-Charles Picard. Il préfère travailler sous sa direction à Argentomagus (Argenton-sur-Creuse, Indre), avant de passer deux ans à Auvernier, dans le canton de Neuchâtel en Suisse, à découvrir les joies de la stratigraphie du fumier lacustre tout en se confrontant à la très délicate question de la conservation des bois gorgés d’eau.

2Militant et défenseur d’une archéologie métropolitaine, il pratique l’archéologie urbaine à Blois et à Orléans, au moment où cette discipline naissante essaie de trouver sa place, l’archéologie gallo-romaine à Argentomagus et à Thésée (Loir-et-Cher) avec Claude Bourgeois, l’archéologie médiévale à l’abbaye clunisienne de Déols (Indre), au Palais ducal de Jean-de-Berry à Bourges (Cher), à l’abbaye cistercienne de Maubuisson (Val-d’Oise), et l’archéologie territoriale enfin : premier archéologue départemental des Yvelines, il fonde le service archéologique en engageant les fouilles du château de la Madeleine à Chevreuse.

Fig. 1

Fig. 1

Pierre-Jean Trombetta

  • 1 L'ensemble a donné lieu à plus de 200 publications, mémoires et thèses universitaires – alors même (...)

3Lorsque « celui qui croyait aux forces de l’esprit » lance le projet du Grand Louvre, le ministère de la Culture et le directeur des Antiquités d’Île-de-France, Yves de Kisch, croient, eux, en Pierre-Jean Trombetta. Ils lui confient la direction effective du chantier de la Cour Napoléon et Pierre-Jean change alors d’échelle sans changer d’ambition. Il exerce au contraire pleinement la responsabilité scientifique d’une opération archéologique sans précédent, tant sur le plan des enjeux que sur celui de la direction d’une équipe juvénile et nombreuse. Car il sait – et c’est « consubstantiel à sa nature », pourrait-on dire – susciter, conseiller, orienter les recherches dans les directions les plus variées, croiser la topographie urbaine et les analyses environnementales, la typologie des céramiques et des verreries, l’étude des séries monétaires et celle des « rustiques figulines » de Bernard Palissy, le relevé pierre à pierre du mur de contrescarpe bâti par Louis Le Vau et la stratigraphie des niveaux d’habitats néolithiques scellés par les limons de débordement de la Seine…1

4Les fouilles de la Cour Napoléon du Louvre (1983-1988) ont essaimé un peu partout dans le pays, leurs archéologues venant peupler les services régionaux de l’archéologie, les services des collectivités locales, le Cnrs, l’université, l’Afan puis l’Inrap, et ont été fondatrices de la professionnalisation de la discipline. Intégré dans les services de l’État à l’issue du chantier, Pierre-Jean, pour sa part, rejoint le service régional de l’archéologie d’Île-de-France où il a pour mission d’organiser et de conduire une archéologie que l’on ne dit pas encore préventive à Paris et dans les départements limitrophes. Simultanément, il est nommé à titre d’expert pour les périodes médiévale et moderne à la Commission interrégionale de la recherche archéologique Centre-Nord, qui examine plus du tiers des opérations métropolitaines.

5Ces activités ne l’empêchent pas de retourner régulièrement sur le terrain – en dirigeant par exemple les fouilles du prieuré Saint-Martin à Mantes-la-Jolie (Yvelines) ou celles de l’Hôtel Saint-Aignan à Paris. Elles l’empêchent encore moins de faire en sorte que l’archéologie moderne et contemporaine puisse exister, en organisant (ou en participant à) des publications, recherches, conférences, colloques, congrès, expositions et catalogues, etc. De cette production, dont il serait trop long de faire ici l’énumération exhaustive, retenons qu’elle est à son image, buissonnante et très éclectique. En parallèle, il joue un rôle indispensable et fondamental en assumant des charges d’enseignement à Paris-I, à Paris-IV ou, encore tout récemment, à l’Institut national du Patrimoine. Il s’y distingue en privilégiant un enseignement pratique, plus opérationnel qu’académique, qui vise à mieux préparer les étudiants à leur métier.

6Cette trop courte évocation suffit à dire l’archéologue formidable qu’était Pierre-Jean Trombetta et la fierté, bien légitime, qu’il en éprouvait. Et pourtant, ce formidable archéologue n’était pas la norme, ou plutôt n’était pas la « bonne norme », de celle qui ouvre ou justifie la voie d’une carrière prestigieuse. Alors qu’il avait été le premier à être inscrit sur la liste d’aptitude aux fonctions de directeur des antiquités – conservateur régional de l’archéologie, dirions-nous aujourd’hui –, les instances supérieures du ministère de la Culture, de l’Université et du Cnrs ne lui ont pas facilité l’existence, ne lui pardonnant pas son opposition, son affrontement constants au conformisme institutionnel – autre précieuse leçon qu’on pouvait apprendre à ses côtés.

7Il faudrait encore évoquer sa phénoménale capacité de travail, son immense disponibilité, son incroyable érudition, l’acuité de la réflexion qui était la sienne sur notre métier, et aussi son insatiable curiosité – pour l’art gothique, l’opéra, la BD, le polar, les westerns… –, son goût pour les voyages, dans l’espace et dans le temps, sans oublier sa profonde gentillesse, le tout ancré dans un engagement personnel permanent, dans une lutte contre l’injustice que les esprits chagrins lui ont souvent, trop souvent, reprochés. Il n’est pas fréquemment donné de rencontrer un esprit aussi brillant et une personnalité aussi généreuse que la sienne. Nous sommes nombreux à avoir appris de lui à pratiquer correctement notre métier, à avoir été soutenus par lui avec patience dans nos efforts quelquefois laborieux, à avoir été confortés et réconfortés avec bienveillance dans les moments difficiles.

8Pierre-Jean Trombetta est de ceux, bien trop rares, qui ont montré la voie et rendu possible l’exercice professionnel de l’archéologie. Il a montré comment faire le travail, comment conduire les opérations, comment diriger les équipes, comment exploiter les données recueillies, comment produire un résultat historique, comment s’adresser aux différents publics, comment former les futurs archéologues. Il manque à sa famille, à ses proches, à ses amis. Il manque aussi à la profession tout entière à un moment où elle s’interroge sur son avenir.

Haut de page

Notes

1 L'ensemble a donné lieu à plus de 200 publications, mémoires et thèses universitaires – alors même qu'une fois le terrain libéré dans les délais prévus, l'équipe a été dispersée sans avoir pu mener à bien la publication scientifique du site, contrairement à tous les engagements pris par ses autorités de tutelle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Pierre-Jean Trombetta
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2276/img-1.png
Fichier image/png, 420k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Ruffier des Aimes, « Pierre-Jean Trombetta », Les nouvelles de l'archéologie, 134 | 2013, 53-54.

Référence électronique

Olivier Ruffier des Aimes, « Pierre-Jean Trombetta », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 134 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/2276

Haut de page

Auteur

Olivier Ruffier des Aimes

Conservateur en chef du Patrimoine, Service régional de l’archéologie du Centre,
olivier.ruffier@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org