Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie et art contemporain

Site transitoire

L’œuvre sur la colline
Armelle Bonis
p. 47

Texte intégral

1Au printemps, les spectateurs de L’apostrophe, scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val-d’Oise1, qui déambulaient dans le foyer du Théâtre des Louvrais de Pontoise, pouvaient admirer, contempler, méditer, devant des photographies lumineuses scandées par des poèmes.

2Les Crete Senesi, ou Crêtes siennoises, se déploient à la limite des provinces d’Arezzo et de Sienne, dans la Toscane méridionale. En 1993, Jean-Paul Philippe2 a édifié une sculpture monumentale en basaltina etrusca au sommet d’une de ces collines peuplées de moutons. Ce mégalithe associe « divers éléments qui dialoguent entre eux et avec la nature : un siège pour accueillir le passant, une fenêtre orientée pour recevoir le dernier rayon du solstice d’été, un sarcophage-banc et un labyrinthe ». Autrement dit, il s’agit d’une fabrique mentale et physique, exposée entre ciel et terre et née d’une « archéologie intérieure », qui recompose pour nos contemporains des éléments archaïques empruntés à diverses civilisations – les sociétés néolithiques pour la célébration du solstice, l’Égypte, l’Étrurie antique, Rome ou le haut Moyen Âge chrétien pour le sarcophage, la Crète minoenne pour le labyrinthe…

3L’œuvre en elle-même, dans son improbable équilibre, est magnifique. Toutefois, le plus étonnant est sans doute le mouvement spontané qu’elle suscite autour d’elle. Elle est en effet devenue très vite le point de ralliement d’artistes et d’habitants des villages voisins. Chaque année, ils s’y retrouvent à la Saint-Jean pour fêter le jour le plus long de l’année par d’autres œuvres dialoguant avec le silence et la solitude d’un paysage qu’ont tant aimé les peintres de la Renaissance.

Fig. 1

Fig. 1

Site transitoire

4Solo pour violoncelle d’Éric Tanguy (1993) ; Tentazioni pour voix et instruments de Bruno de Franceschi (2002) ; Per transiti di venti e d’ombre, oratorio pour voix et lithophone d’Antonio Prete (2004) ; Le Syndrome de Gramsci, pièce de Bernard Noël mise en scène par Charles Tordjman avec le Théâtre de la Manufacture de Nancy (2000) ; La Pelle de la Luna, de et avec Marco Baliani et Maria Maglietta (2005) ; Annuncio del Canto Animale du Teatro Valdoca, joué en avant-première au Museo Civico del Palazzo Publico de Sienne (2006) ; Points suspendus de la Compagnie SIC. 12, dans une mise en scène de Gustavo Giacosa (2013)… Tous les ans, la Commune di Asciano et les Amis du Site transitoire proposent à des musiciens, des comédiens, d’engager « une méditation sur les couples antagonistes du monde clos et de l’infini, sur le contraste entre la légèreté et l’évidence de la méditation, sur la pérennité relative face à l’éphémère » (Jean-Pierre Plundr).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Site transitoire
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2267/img-1.png
Fichier image/png, 384k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armelle Bonis, « Site transitoire », Les nouvelles de l'archéologie, 134 | 2013, 47.

Référence électronique

Armelle Bonis, « Site transitoire », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 134 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/2267 ; DOI : 10.4000/nda.2267

Haut de page

Auteur

Armelle Bonis

Chargée de mission Études & Publications, Conseil général du Val-d’Oise / direction de l’Action culturelle,
armelle.bonis@valdoise.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org