Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie et art contemporain

Les sculptures du pavillon de l’Urss à l’Exposition de 1937

François Gentili
p. 12-19

Résumé

La découverte puis la fouille en 2009, dans le parc du château de Baillet-en-France, près de Paris,  des vestiges de sculptures monumentales du pavillon soviétiques de l'exposition de Paris 1937 font ressurgir des pans oubliés de l'histoire sociale et politique du lieu et nous documentent sur le contexte de création de cette oeuvre de propagande et son destin contrarié. L'exhumation des sculpture, leur présentation muséographique, la copie effectuée par les russes, sont l'occasion de questionner les visions contemporaine de cette oeuvre emblématique du réalisme socialiste, et des différentes facettes qu'elle renvoie sur l'histoire du xxe siècle et notre façon de l'appréhender.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article porte sur la découverte et le parcours étonnant d’un monument emblématique d’un courant spécifique de l’art contemporain, le Réalisme socialiste, et sur sa réactivation idéologique après la fouille de 2009, dans le droit fil de sa première trajectoire d’œuvre de propagande, de 1937 à 1941.

2La copie « infidèle », elle-même proposée par les Russes à l’entrée du pavillon reconstitué à Moscou en 2010, constitue une sorte de pendant officiel aux multiples détournements dont le groupe colossal installé au sommet du monument, L’Ouvrier et la Kolkhozienne de Vera Moukhina (1889-1953), a fait l’objet en 1942 sur le pavillon de façade de l’exposition « Le Bolchevisme contre l’Europe », organisée salle Wagram à Paris par le Comité d’action anti-bolchevique1, puis en Union soviétique dans les années 1970, à l’époque du Sots Art, et enfin à Moscou en 2010, dans la Fédération de Russie.

3Ce parcours accompli par le monument et les différentes formes qu’il a revêtues – propylée d’un totem stalinien élevé pour l’Exposition internationale de Paris 1937 « Arts et Techniques dans la Vie moderne », reliques conservées au sein d’un parc syndical, statues brisées à coups de masse au printemps 1941 puis reconstituées à l’été 1945 comme autant de symboles de l’URSS martyrisée, copie glorieusement réinstallée à Moscou en 2010 – nous entraîne au cœur des contradictions du xxe siècle et des ambiguïtés qui le prolongent encore aujourd’hui.

4Depuis une vingtaine d’années, la multiplication des diagnostics archéologiques conduit parfois à des découvertes inattendues. Celles mises au jour à Baillet-en-France (Val-d’Oise) en 2004 constituent un ensemble familier pour l’archéologie classique, des sculptures et des statues brisées, mais exotique par son origine, l’Union des républiques socialistes soviétiques, et récent par sa date, 1930. Il s’agit en effet des vestiges des bas-reliefs du pavillon soviétique de l’Exposition « Arts et Techniques » de 1937, resté célèbre tant il est associé à l’iconographie des régimes totalitaires de l’époque : l’image emblématique de ce pavillon dressé face au pavillon allemand est reproduite dans tous les manuels scolaires.

Fig. 1

Fig. 1

Les sculptures dans la glacière : deuxième niveau

© F. Gentili / Inrap

5La mise au jour des sculptures dans une glacière puis leur fouille en 2009 se sont inscrites dans une démarche archéologique classique incluant l’étude du mode de dépôt, la détermination des causes et de la date de l’enfouissement, l’analyse des parties conservées, des matériaux et des techniques qui ont présidé à leur fabrication, avant le remontage du puzzle (Gentili 2010). Tous ces points étaient à la portée de l’archéologie et de ses méthodes mais, paradoxalement pour une période aussi récente et un monument de cette notoriété, ce sont les trous béants de son histoire qui nous ont conduit à mener une vaste enquête à la frontière de l’histoire sociale et politique des années 1930 et 1940 et de l’histoire de l’art.

6La moisson est surprenante : elle a fait ressurgir la mémoire presque totalement effacée du parc de Baillet, acheté en avril 1937 par l’Union syndicale cgt des travailleurs métallurgistes, et dont le destin fut contrarié : quelque 300 communistes y furent internés entre décembre 1939 et juin 1940, il devint ensuite un chantier de jeunesse pétainiste puis, en septembre 1944, un camp de réfugiés soviétiques. De leur installation devant le château de Baillet jusqu’à leur destruction, de leur reconstitution suivie de leur oubli, les propylées offerts en 1937 aux métallurgistes de la cgt par l’Urss ont accompagné chacune de ces étapes dont ils ont été à la fois des témoins muets et des enjeux. À ces figures de béton représentant les peuples soviétiques viennent se superposer d’autres visages, acteurs et protagonistes de cette histoire qui nous conduisent au cœur des contradictions entre les idéaux d’émancipation sociale, illustrés par la création et le succès du parc de Baillet dans le contexte du Front populaire, et l’esprit d’une œuvre officielle créée au plus fort de la répression stalinienne.

7La thématique imposée au sculpteur, celle de la Constitution promulguée en 1936, fait de ces reliefs un livre d’images représentant chaque république soviétique et ses principales richesses économiques, distinguant chaque peuple par ses caractères physiques, tout en les unifiant au sein de deux panneaux allégoriques. Démantelés après la fermeture de l’Exposition de 1937, les ensembles sculptés connurent des destins différents : le fameux groupe sommital du pavillon, L’Ouvrier et la Kolkhozienne de Vera Moukhina, rejoignit Moscou, et les bas-reliefs du propylée furent transportés à Baillet.

Fig. 2

Fig. 2

Vue du pavillon soviétique : au premier plan, le propylée et les sculptures de Joseph Tchaikov

Coll. particulière

8Le pavillon soviétique de 1937 reconstruit à Moscou et inauguré comme musée en 2010 a réunifié ce vaste ensemble. Cette ré-émergence d’un « totem » emblématique des débuts du Réalisme socialiste mériterait en elle-même une étude approfondie dans le contexte architectural moscovite des vingt dernières années qui a vu, entre autres, l’apparition d’une architecture néo-stalinienne.

Baillet-en-France, avril 2004 : le tombeau de l’Urss

9En avril 2004, un diagnostic archéologique touche l’ensemble du parc du château de Baillet-en-France, de plus de 70 hectares, en partie concerné par un projet immobilier. Une série de tranchées de sondages sont effectuées à la pelle mécanique et les vestiges encore visibles font l’objet d’une expertise. Les sources cartographiques et documents anciens indiquent, dès le xive siècle, l’existence d’un hôtel seigneurial appartenant à Hutin le Baveux, seigneur du village, qui fut transmis ensuite à la famille d’O. Un second château est construit au xviie siècle après le partage de la seigneurie entre deux frères. Possession du comte de Choiseul au début du xixe siècle, il accueille au début du xxe siècle la résidence d’une reine d’-Espagne en exil avant d’être racheté par les métallos de la cgt en 1937.

10Depuis la destruction de ce château en 1980, ne subsistent de cet habitat que deux glacières, sorte de larges puits couverts d’une voûte destinés à conserver la glace des étangs voisins, un équipement fréquent sous l’Ancien régime dans les parcs de châteaux. L’une de ces deux glacières, dont l’accès a été fermé par un épais mur de béton, a subi une série d’intrusions aboutissant au creusement d’un orifice dans la voûte, d’une taille suffisante pour permettre son exploration à l’aide d’une lampe torche. Une fois franchi le vestibule, arrivé devant le puits, le faisceau de la lampe balaie un amoncellement de débris de ciment comblant presque totalement la vaste cavité. Des visages, des fragments de troncs et de bras gigantesques apparaissent dans une sorte de chaos de sculptures brisées.

11Une brève recherche nous permet de les identifier rapidement : ils proviennent de la composition Les Peuples de l’Urssde Joseph Moiseevitch Tchaikov (1888-1986), qui ornait le vaste propylée du pavillon de l’Urss de l’Exposition internationale des Arts et Techniques dans la Vie moderne, organisée à Paris en 1937.

Paris, 1937 : l’Expo

12Cette exposition, inaugurée en mai 1937 par le gouvernement du Front populaire, a clôturé le cycle des grandes expositions universelles parisiennes dans un contexte social tendu, tandis qu’au plan international, sur fond de guerre d’Espagne et de remilitarisation de la Rhénanie, les menaces s’accumulaient. De part et d’autre de la place de Varsovie, dans l’axe du tout neuf Palais de Chaillot, se défiaient les pavillons du IIIe Reich et de l’Urss, l’un couronné de l’aigle nazi à la croix gammée, l’autre de la colossale statue de L’Ouvrier et de la Kolkhozienne, groupe en acier inoxydable de 65 tonnes de Vera Moukhina.

13Du 24 mai jusqu’à sa fermeture, le 25 novembre, l’exposition, à laquelle participaient 44 pays, reçut 30 millions de visiteurs. Le succès populaire fut donc considérable malgré les difficultés et retards qu’avait connus le chantier, émaillé de conflits sociaux et d’accusations de sabotage. Le pavillon soviétique, édifice éphémère de 160 mètres de long et 34 mètres de haut, avait été conçu par l’architecte Boris Iofan (1891-1976) et dédié au vingtième anniversaire de la Révolution d’Octobre. Il était flanqué de deux propylées massifs évoquant les onze républiques soviétiques officialisées par la « Constitution Staline » de 1936. Si le pavillon de l’Exposition de 1925, conçu par Constantin Melnikov (1890-1974), s’inscrivait dans le courant constructiviste, celui de 1937, comme le projet de Palais des Soviets à Moscou dont une maquette fut présentée pendant l’exposition, souscrivait au courant du « Réalisme socialiste » qui touchait tous les domaines culturels et artistiques. Le parcours de Joseph Tchaikov, auteur des sculptures du propylée, est très révélateur de ce tournant tout en illustrant la tension inévitable entre les contraintes de la commande officielle et l’évolution artistique personnelle du sculpteur.

  • 2  Ukraine, Biélorussie, Azerbaïdjan, Géorgie, Arménie, Turkménistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kazak (...)

14Son programme iconographique respectait en effet parfaitement la ligne idéologique puisque les deux massifs présentaient chacun, dans l’ordre donné par la Constitution, la République soviétique fédérative socialiste de Russie (Rsfsr) et les dix Républiques socialistes fédérées (Rss)2. Il s’agissait à la fois de montrer la marche harmonieuse des nations et des nationalités de l’Urss et d’illustrer le slogan de l’internationalisme : « Prolétaires de tous pays, unissez-vous ». Cette devise se retrouve sur les armoiries officielles de chaque république, personnifiée, entre allégorie et ethnologie, par un couple revêtu de costumes traditionnels et doté ou entouré d’attributs renvoyant aux principales activités économiques exercées dans la région, la culture du coton en Ouzbékistan, les barrages hydroélectriques en Arménie, etc.

15Après démontage de l’Exposition, le gigantesque couple d’acier qui couronnait le pavillon soviétique fut ramené à Moscou et réédifié dans le parc des réalisations de l’économie nationale de l’Urss, le fameux Vdnkh, lui-même conçu comme une sorte d’exposition universelle pansoviétique. Les conditions de ce rapatriement furent tragiques et le commissaire fut exécuté sur ordre de Staline dès son retour (Ter Minassian 2009). Aucune trace ne subsistait du reste du monument, détruit comme la plupart des autres pavillons, et notamment des sculptures du propylée dont le destin resta ignoré jusqu’en 2004.

Fig. 3

Fig. 3

Le massif sud du monument soviétique remonté devant le château de Baillet en 1938

© Ihs Cgt Métallurgie

  • 3  Héritière des Comités syndicalistes révolutionnaires apparus en 1920 dans la Cgt, la Cgtu s’en est (...)

16Cependant, leur transfert au parc de Baillet est attesté par la découverte archéologique du massif nord dans la glacière du château et par des photographies du massif sud, érigé et manifestement repeint, devant ce même château. Il apparaît d’ailleurs fugitivement en 1938 dans Les Métallos, un documentaire de 23 minutes filmé par Jacques Lemare et produit par le syndicat des métallos auquel le gouvernement soviétique avait fait don des sculptures, comme le confirme Henri Gautier (1897-1945), premier président de l’Union fraternelle de la métallurgie. Déjà, l’Urss avait offert à la Confédération générale du travail unitaire (Cgtu)3 le pavillon constructiviste conçu par Constantin Melnikov pour l’Exposition des arts décoratifs de 1925. Reconstruit près de l’actuelle place du Colonel-Fabien, il avait accueilli en 1931 une contre-exposition coloniale organisée par le Pcf et les Surréalistes (Billard s.d.). Les mêmes réseaux ont dû jouer quelques années plus tard. Mais pourquoi un petit village de Seine-et-Oise fut-il choisi pour destinataire de ces sculptures monumentales ?

Baillet, 1937-1945 : du parc des métallos au camp de réfugiés soviétiques4

  • 4  Les recherches sur l’histoire de Baillet doivent beaucoup à Aurelia Dufils, documentaliste, Jean-P (...)

17Après les grèves de juin 1936, l’Union syndicale Cgt des métallurgistes de la région parisienne (Ustm) enregistra une vague impressionnante d’adhésions en raison du rôle actif joué par les ex-unitaires et les communistes (largement majoritaires au sein du bureau) dans le mouvement. Selon Henri Jourdain (1909-1988), permanent du syndicat en 1937, le nombre d’adhérents passa de 10 000 à plus de 200 000 pendant cette brève période.

18À l’heure des congés payés et de la semaine des 40 heures, ces ressources humaines et financières permirent l’achat de deux propriétés, à Vouzeron dans le Cher pour les colonies de vacances et à Baillet en Seine-et-Oise (Luttenauer 1985).

19Situé à 25 km de Paris, à 30 minutes en train depuis la Gare du Nord, « le premier parc de loisirs de France destiné aux ouvriers de la métallurgie » (Pary 1948)connut aussitôt un succès considérable. Baillet était à la fois un parc de loisirs offrant une piscine immense, des terrains de sport, un théâtre de verdure et un lieu de rassemblement où se succédaient meetings politiques et fêtes champêtres. Le 27 juin 1937, près de 100 000 personnes se réunirent pour fêter son ouverture dans un climat de revanche sociale et de solidarité avec les républicains espagnols (Dufils2005 et 2010). Le don des propylées du pavillon de l’Urss à l’Exposition est indissociable de ce contexte politique et l’un des deux massifs fut exposé fièrement devant le château de Baillet.

Du parc de loisirs au camp d’internement politique, 1939-1940

20Conséquence du pacte germano-soviétique signé en août 1939, les organisations proches du Parti communiste, interdit le 26 septembre, furent dissoutes en novembre. Les biens de l’Ustm furent saisis par l’État et Baillet fut mis au service de l’arsenal répressif du gouvernement Daladier (1884-1970) contre un éventuel putsch communiste : dès le 15 novembre en effet, le gouverneur militaire de Paris réquisitionna la propriété afin d’y installer un centre d’internement pour détenus politiques.Le 14 décembre, Albert Sarraut (1872-1962), ministre de l’Intérieur, fixait les conditions d’application du décret-loi dans une circulaire classée secret qui visait à supprimer « ce qui se rattache à l’activité clandestine de l’ex-parti communiste » (Tronel 2009).Du 20 décembre 1939 au 16 juin 1940, plus de 300 élus communistes et syndicalistes déchus de leur mandat (Laguarrigue 2001) furent emprisonnés à Baillet, devenu un élément stratégique de la politique d’internement administratif de la fin de la IIIe république. La transformation de Baillet en camp d’internement politique dénote une grande violence symbolique en direction des communistes de la région parisienne et des ouvriers métallurgistes.

Baillet, printemps 1941: la destruction du monument soviétique

21Pendant la débâcle, entre le 16 juin et le 10 juillet 1940, la décision fut prise de transformer Baillet en « Centre rural de jeunesse France nouvelle » pour former des chômeurs de 14 à 17 ans. Ouvert en novembre, le Chantier de la jeunesse française ferma à la Libération, en septembre 1944. Un témoignage écrit cette année-là et retrouvé dans les archives de l’Institut d’histoire sociale Cgt Métallurgie constitue une source cruciale au sujet de la destruction des reliefs de Tchaikov : les sculptures des propylées auraient été brisées à coup de masse au moment de l’invasion allemande de l’Urss, déclenchée le 22 juin 1941. Ce rapprochement entre la destruction des statues et la rupture du pacte germano-soviétique semble indiquer qu’elles avaient bénéficié auparavant d’une certaine protection, malgré leur caractère idéologique affirmé.

« Le fascisme est passé par ici »

22Le parc récupéré par le syndicat des métallos devint un camp de réfugiés soviétiques (Dufils 2009). Avec ceux de Pontoise et de Beauregard à la Celle-Saint-Cloud, il faisait partie d’un réseau entièrement administré par les autorités soviétiques qui purent ainsi contrôler le rapatriement de leurs ressortissants et faire le tri entre les « Vlassov » – terme qui désigne un traître ayant combattu aux côtés des Allemands –, ou supposés tels, et les autres (Coudry 1997).

23Les Soviétiques présents au camp semblent y être arrivés par l’effet d’une décision conjuguée du syndicat – et probablement d’un état-major des Forces françaises de l’intérieur – et de la mission militaire soviétique qui, au même moment, acquit à quelques centaines de mètres de Baillet une autre propriété, ancienne kommandantur, afin d’héberger la mission commerciale de l’ambassade d’Urss.Entre le 7 octobre 1944 et le 23 mai 1945, Baillet accueillit 451 hommes, femmes et enfants raflés pendant la guerre par l’avance allemande. On ignore si la redécouverte des statues soviétiques leur est due ou si elle est postérieure à leur départ. Quoi qu’il en soit, elles réapparaissent sur une photographie non datée, conservée dans les archives de l’Ihs Cgt Métallurgie : on y voit le propylée sud brisé et remonté au sol tel un puzzle, accompagné d’un panneau dont voici le texte intégral :

« Le fascisme est passé par ici. En 1937, après l’Exposition universelle de Paris, les travailleurs soviétiques avaient offert aux métallurgistes parisiens un des deux bas-reliefs en place à l’entrée du pavillon de l’Urss. Les fascistes sont passés par là, Pétain, Vichy, l’Occupation nazie. Le monument a été détruit et les morceaux dispersés. Ce n’est que ces derniers temps que l’on a retrouvé et rassemblé ce qui en reste en témoignage de reconnaissance, de fraternité pour nos amis soviétiques ».

24Sur une autre photographie prise lors de la cérémonie d’adieu aux réfugiés avant leur départ, par avion, vers la zone d’occupation soviétique, la base du monument est transformée en scène improvisée, encadrée des drapeaux français et soviétiques et équipée d’un micro. Une chorale d’enfants endimanchés remplace les statues sur leur socle. Sur un troisième cliché, le responsable du syndicat utilise le monument comme une estrade pour prononcer un discours.

25Après guerre, le parc, dénommé « Henri Gautier » en hommage à l’ancien trésorier du syndicat qui avait beaucoup œuvré pour l’acquisition de la propriété et mourut en déportation, redevint un haut lieu de loisirs populaires et un laboratoire d’initiatives sociales, mais aussi un lieu de contre-culture durant la guerre froide. Il fut vendu en 1972 et le château, détruit en 1980, fit place à une maison de convalescence puis au programme immobilier qui a motivé le diagnostic archéologique. Seule une petite plaque commémorative, restaurée en 2010 par la municipalité de Baillet-en-France, rappelle aujourd’hui le souvenir de l’époque cégétiste

Fig. 4

Fig. 4

Statues brisées exposées au sol à la Libération

© Ihs Cgt Métallurgie

Baillet 2009 : l’ouverture du tombeau et l’étude des sculptures

26La découverte des statues en 2004 n’a eu qu’un faible retentissement médiatique, malgré leur présentation lors des journées archéologiques régionales. Tout a changé en 2008 après la conférence de presse du président de l’Inrap, qui s’en servit pour illustrer l’évolution du champ chronologique de l’archéologie vers la période contemporaine. L’information fut alors rapidement reprise, y compris par les journaux télévisés des deux principales chaînes de la Fédération de Russie.

27La recherche d’un musée d’accueil pour ces fragments, qui puisse justifier leur exhumation, s’avéra plus difficile malgré la célébrité du monument. Finalement, c’est un projet d’exposition temporaire à la Cité de la Musique qui entraîna la délivrance d’une autorisation de fouille effectuée par l’Inrap en avril 2009.

28La glacière du château a livré près de 80 palettes de sculptures, c’est-à-dire 54 % des personnages et des blasons sculptés sur le massif sud. Le puzzle géant effectué à l’issue de l’exhumation a permis d’en reconstituer des parties bien conservées, notamment les couples turkmène et azéri, le Tadjik et son blason, et, presque complet, le panneau La Musique et la Danse et son violoniste.

29« Fermé le 12 mars 1954. / Gaston la bonne bouteille »

30Ce message trouvé dans une bouteille de bière Grütli, fermée d’un bouchon de ciment et enterrée dans le sol de la glacière, date le scellement de la porte par une épaisse muraille de béton. Le chargement de sculptures dans un camion immatriculé 75 est visible sur une photographie prise après 1950 d’après les plaques d’immatriculation : quelques éléments reconnaissables, par exemple la femme tadjike, qui n’ont pas été retrouvés dans la glacière, ont donc vraisemblablement connu un destin différent.

Fig. 5

Fig. 5

Le monument reconstitué à Moscou en 2010 avec, au premier plan, le panneau de La Musique et la Danse. Sur ce panneau, la danseuse ne porte plus le foulard des Komsomols mais un costume folklorique

© F. Gentili / Inrap

Fig. 6

Fig. 6

Vestiges du panneau tadjik dans l’exposition Ruines et vestiges présentée en 2011 au musée archéologique du Vald’Oise à Guiry-en-Vexin. Copie russe

© F. Gentili / Inrap

Interprétation des reliefs

31Les quatre faces de l’un des deux massifs sont présentes dans la glacière. Nous savons grâce aux photographies qu’ils avaient trois faces en commun, seule leur face antérieure présentant des reliefs uniques.

32Souvent, les prises de vue de l’Exposition de 1937 adoptent le même cadrage, privilégiant les côtés intérieurs et les petits côtés avant au détriment des grands côtés extérieurs (républiques d’Asie centrale) et des petits côtés arrière (Arménie) ; pour ceux-là, nous avons eu recours à celles, imprécises, du livre d’or de l’Exposition et à une photographie de Baillet.

33La moitié de la surface occupée par les personnages du massif nord a été mise au jour. L’ordre des républiques a été reconnu malgré des difficultés de lecture pour certains blasons de la face reproduisant les républiques du Caucase et d’Asie centrale. L’identification des républiques, quand leurs armoiries n’étaient pas lisibles sur les clichés ou étaient mal conservées, a été facilitée par la reconnaissance des activités propres à chacune (Slonim 1937) et par le fait que leur ordre de présentation sur le propylée correspond exactement à l’ordre protocolaire de la Constitution de 1936 qui énumère :

« La république socialiste fédérative de Russie, la Rss d’Ukraine, la Rss de Biélorussie, la Rss d’Azerbaïdjan, la Rss de Géorgie sont présentées sur les deux côtés gauches en regardant le pavillon ; viennent ensuite la Rss d’Arménie sur les deux petits côtés arrière, et enfin, sur les côtés droits, la Rss du Turkménistan, la Rss d’Ouzbékistan, la Rss du Tadjikistan, la Rss du Kazakhstan et, enfin, la Rss du Kirghizstan – un doute subsiste sur une possible inversion des deux dernières »(Gentili 2013).

Les peuples de l’Urss

34Le monument a été réalisé durant l’un des tournants majeurs de la politique soviétique des nationalités, quand la « bataille des alphabets », qui avait pour objectifs la cyrillisation et la russification culturelle, était déjà engagée. À travers les armoiries, les reliefs de Tchaikov valorisent néanmoins les nationalités et les peuples de l’Urss, conformément aux orientations de la politique soviétique des nationalités dans les années 1920 (Vacher 2010). Les textes des médaillons azéri et tadjik sont en effet en alphabet latin et un blason présente une devise en caractères arabes. Ces inscriptions permettent de situer exactement l’ensemble : il témoigne de la volonté de valorisation culturelle des nations de l’Urss avant que le régime ne lui substitue la promotion systématique du « patriotisme soviétique » (Dufils, Gentili, Vacher 2011).

Le panneau avant droit du massif nord : Musique et Danse

35Ce panneau au caractère exubérant et dynamique s’est très bien conservé dans la glacière. Un couple de danseurs folklo-riques en occupe la partie centrale. La femme, vêtue d’une longue robe au mouvement rendu par l’ondulation des plis, porte le foulard rouge des Komsomols noué autour du cou. Le groupe des musiciens, à la droite des danseurs, est dominé par un violoniste finement traité – Tchaikov a signé trois autres sculptures de violonistes, dont deux de style futuro-cubiste. Immédiatement derrière lui, la présence d’un tromboniste et d’un joueur de tambourin renvoient à une musique populaire et rythmée. De l’autre côté se trouve un groupe de femmes qui frappent dans leurs mains et des visages en arrière-plan.

Fig. 7

Fig. 7

Vestiges du panneau La Musique et la Danse dans l’exposition « Lénine, Staline et la Musique » présentée en 2010 à Paris, à la Cité de la Musique

© F. Gentili / Inrap

Le panneau avant gauche du massif sud : Sport et Armée

36Absent de la glacière, ce groupe visible sur des photographies prises à Baillet adoptait lui aussi une composition centrée sur un couple avec, à gauche, une femme en costume de bain court, aux cheveux légèrement ondulés, et à droite un homme en short et maillot échancré de type débardeur. Entre les deux, le bébé porté par ses parents est relié à sa mère par un long ruban dont il tient l’extrémité dans son poing levé ; à droite de l’homme, un jeune garçon en culottes courtes et chemise au col ouvert brandit un avion miniature. Deux soldats de l’Armée rouge encadrent ce modèle de famille soviétique et sportive.

Un revêtement métallisé particulier

37L’analyse du Laboratoire des Musées de France a confirmé la présence, invisible avant restauration, d’une couche de zinc puis d’aluminium à la surface des reliefs ; il ne s’agit ni d’une feuille ni de peinture mais d’une technique de shoopage, traitement de surface anti-corrosion par projection de métal à l’aide d’un pistolet à arc électrique. Ce revêtement inusité en sculpture confère aux œuvres un aspect métallisé semblable à celui du groupe sommital de L’Ouvrier et la Kolkhozienne.

Moscou 2009 - Paris 2010 : le périple d’un totem soviétique

38Symbole de l’Urss et emblème de la société de production cinématographique d’État Mosfilm, ce couple célèbreest resté à l’entrée de l’Exposition des réalisations de l’économie nationale de l’Urss (Vdnkh) depuis son rapatriement. La sculpture emblématique de Moukhina, réalisée à partir d’un assemblage de plaques d’acier inoxydable monté sur une armature de fer, était rongée de l’intérieur par la rouille. Elle a été démontée en 2003 et le projet de restauration porté par la mairie de Moscou, longtemps en suspens, a abouti à une solution inédite au printemps 2009 : la statue serait non seulement restaurée mais son piédestal serait reconstruit et le pavillon de Boris Iofan serait reconstruit d’après les plans de l’Exposition de 1937 pour accueillir un musée dédié à l’histoire du monument.

39En bonne logique, ce projet aurait dû inclure le propylée dont nous étions en train d’exhumer les principaux fragments. Avant de recomposer leur gigantesque puzzle, nous espérions beaucoup de la recherche accomplie par l’équipe russe. Mais la documentation qu’elle a pu réunir est hélas moins précise que la nôtre et les délais d’exécution fixés aux sculpteurs, qui devaient avoir achevé le propylée le 4 décembre 2009, ne leur ont pas permis de mettre à profit les informations issues de notre travail, une fois le puzzle achevé.

40L’Ouvrier et la Kolkhozienne a repris place sur son piédestal géant à grand renfort de feu d’artifice le 5 décembre 2009, date anniversaire de la Constitution de 1936. L’inauguration du musée pendant la fête de Moscou 2010 a donné lieu à d’authentiques spectacles soviétiques de l’année 1937 et à l’un des derniers discours publics du maire de Moscou, Youri Loujkov. Le nouveau propylée en bronze, s’il présente bien les peuples de l’Urss, le fait dans une version réinterprétée et dans un style différent, peu fidèle dans le détail aux personnages et aux armoiries sculptées par Tchaikov. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une copie, certains points méritent cependant d’être comparés.

41Le choix du bronze au lieu du ciment métallisé couleur aluminium s’inscrit dans le développement récent de sculptures monumentales réalisées dans ce matériau par l’incontournable sculpteur Zourab Tsereteli. Le contraste or-argent entre le propylée et le groupe sommital s’est heureusement atténué, les reliefs ayant pris depuis une patine grise.

42Les armoiries représentées ne sont pas celles de 1937 mais les armoiries définitives des différentes républiques soviétiques telles qu’elles ont été figées après guerre par la russification des alphabets. On observe même, dans un cas associant le blason kirghiz au couple turkmène, une erreur de disposition.

43Pour ce qui est des personnages et du style, certains partis pris par rapport à l’original peuvent être discutés. Sur le panneau de La Musique et la Danse, la danseuse au foulard de Komsomol est maintenant vêtue d’un costume russe traditionnel. La faucille du paysan tadjik s’est transformée en tête de bélier. N’y voyons pas pour autant une censure politique : la nécessité de reconstruire une réplique du propylée en un temps record à partir d’une documentation imprécise a conduit le sculpteur à interpréter assez librement les gestes ou les coiffures, même sur les faces les plus photographiées. Il ne s’agissait pas de réaliser une copie fidèle mais de construire un nouvel objet, répondant schématiquement à l’architecture initiale du pavillon et au programme politique qui lui était assigné. Point d’orgue à l’union, idéalisée, des peuples soviétiques de l’Ukraine au Caucase et à l’Asie centrale, la constitution de 1936 nourrit encore la nostalgie de l’Empire en Russie.

Fig. 8

Fig. 8

Vestiges du couple turkmène dans l’exposition Ruines et vestiges présentée en 2011 au musée archéologique du Vald’Oise à Guiry-en-Vexin

© F. Gentili / Inrap

Du « grand cadavre à la renverse »5 aux frises du Parthénon

  • 5  Jean-Paul Sartre, préface à Aden-Arabie de Paul Nizan, 1960.

44Le traitement réservé aux sculptures de Baillet après leur exhumation en France mérite aussi d’être évoqué : il influence le regard porté sur l’œuvre en donnant à voir non seulement ce que l’artiste y avait mis, mais aussi ce que l’histoire récente y a implicitement ajouté depuis 1991. Le panneau le plus complet, celui de La Musique et la Danse, a été présenté à la Cité de la Musique à Paris, en octobre 2010. La muséographie de l’exposition Lénine, Staline et la Musique était résolument funèbre : dans un bac de sable noir, les éléments brisés étaient couchés à l’horizontale, telles les statues abattues lors des grands cataclysmes naturels ou historiques, des idoles païennes renversées par les évangélisateurs chrétiens aux Bouddha de Bâmiyàan dynamités par les talibans. Ce choix renvoie directement aux images de statues soviétiques déboulonnées qui ont chassé des esprits celle, emblématique, de la chute inaugurale de la statue du tsar Alexandre III dans les premières séquences du film Octobre d’Eisenstein (1898-1948). Il s’oppose du tout au tout au parti scénographique de l’exposition Ruines et vestiges au musée archéologique du Val-d’Oise qui, en février 2011 (Vaudour 2011) dressait en gloire les reliefs des différentes républiques, recomposées à Guiry-en-Vexin à la manière d’une frise du Parthénon aux côtés des magnifiques sculptures gallo-romaines de Genainville.

45Aujourd’hui, la municipalité de Baillet-en-France envisage de présenter une partie des sculptures retrouvées sous la forme d’une installation d’art contemporain. Elle évoquerait, cette fois intentionnellement, l’amoncellement des fragments tel qu’il fut découvert dans la glacière et leur caractère apparemment prémonitoire de la chute de l’Union soviétique.

46La fouille de la glacière de Baillet a offert une nouvelle carrière aux sculptures brisées de Tchaikov. Indissociables d’un monument qui n’a cessé d’être détourné depuis sa création jusqu’à sa reconstruction récente, ces ancêtres du réalisme socialiste, courant sulfureux de l’art contemporain, ont vu leur carrière réactivée en tant qu’artéfacts archéologiques.

47Elles nous plongent au cœur des contradictions du xxe siècle, de ses faces d’ombre (Staline) et de lumière (le Front populaire, les congés payés), renouvelant la vision que nous en avons. Leur découverte a réveillé les fantômes du parc de Baillet, métallos des fêtes de 1937, prisonniers politiques de 1940, jeunes pétainistes de 1941, réfugiés soviétiques de 1944. Les uns à la suite des autres, ils ont accompagné le destin du monument, de son installation en fanfare à sa destruction, de son exhibition comme victime de guerre à son enfouissement, de sa fouille à sa recréation.

Haut de page

Bibliographie

Billard C. s.d. « Aragon et le colonialisme », Société internationale d’étude des littératures de l’ère coloniale, www.sielec.net.

Coudry G. 1997. Les camps soviétiques en France : les « Russes » livrés à Staline en 1945. Paris, Albin Michel.

Dufils A. 2009. Le parc de Baillet, espace de liberté, espace contrôlé ? Nouvelles sources et collecte des pistes de recherche. Villetaneuse, Université de Paris-VIII (Mémoire de Master 2 sous la direction de D. Tartakowsky).

Dufils A. 2010. « Le parc de loisirs de Baillet : une conquête sociale des métallurgistes. 1937-1972 », in : Boussion, S., Gardet, M. (dir.), Les châteaux du social : xixe-xxe siècle, Paris, Beauchesne, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, p. 137-141.

Dufils A. 2005. Le parc de loisirs de Baillet, une réalisation sociale de l’union syndicale CGT des travailleurs métallurgistes de la région parisienne, de 1937 à 1972. Villetaneuse, Université de Paris-VIII (Mémoire de maîtrise sous la direction de Danielle Tartakowsky).

Dufils A., Gentili F., Vacher M. 2011. « Les sculptures du pavillon soviétique de l’Exposition universelle de 1937 », Aden, n° 10 (Artistes, engagez-vous! Paul Nizan et les années trente).

Gentili F. 2010. Baillet-en-France : glacière du Parc du Château. Statues soviétiques de l’exposition de 1937. Rapport final d’opération. Paris, Inrap.

Gentili F. 2013. « Les sculptures du pavillon de l’Urss à l’Exposition de 1937 : de l’archéologie soviétique à l’artefact patrimonial », in : Ter Minassian T. (dir.), Patrimoine et architecture dans les états post-soviétiques. Rennes, Presses Universitaires de Rennes (Art & Société) : 163-193.

Lagarrigue M. 2001. Renaud Jean, carnets d’un paysan député communiste. Anglet, Atlantica.

Luttenauer R. 1985. Les réalisations sociales de l’Union syndicale des travailleurs de la métallurgie CGT de la région parisienne de 1936 à 1976. Villetaneuse, Université de Paris-VIII (Mémoire de DEA, sous la direction de Claude Willard).

Pary J. 1948. L’amour des camarades. Lille, Victor Michon éditions.

Slonim M. 1937. Les onze Républiques soviétiques. Paris, Payot.

Ter Minassian T. 2009. « Le pavillon soviétique à l’Exposition universelle de 1937 : de la gloire des nations à l’effacement de la mémoire », in : Benoist S., Daguet-Gagey A. Hoët-van Cauwenberghe Ch., Lefebvre S. (éd.), Mémoires partagées, mémoires disputées : écriture et réécriture de l’histoire. Metz, Centre régional universitaire lorrain d’histoire (Publications du Centre régional universitaire lorrain d’histoire, site de Metz ; 39) : 273-292.

Tronel J. 2009. La prison militaire de Paris face à la débâcle. Paris, Éditions de la Fondation de la Maison des sciences de l’homme.

Vacher M. 2010. Joseph Moiseevitch Tchaikov (1888-1986). Sculptures et illustrations, 1910-1937 : l’artiste, la forme, le matériau. Paris, École du Louvre (Mémoire de recherche, sous la direction de Dominique Jarassé).

Vaudour C. 2011. Ruines & vestiges : exposition, févier-décembre 2011, musée archéologique du Val-d’Oise. Saint-Ouen-l’Aumône, Éditions du Valhermeil.

Haut de page

Notes

1  Cf. les clichés de Pierre Jahan pour Roger Viollet (JAH-H-712 à 714) sur www.parisenimages.fr. Cette image détournée avait déjà été utilisée après les attentats de la rue de Presbourg contre l’Union patronale de la métallurgie, fomentés en 1937 par la Cagoule pour compromettre le Parti communiste : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k407201q.

2  Ukraine, Biélorussie, Azerbaïdjan, Géorgie, Arménie, Turkménistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kazakhstan, Kirghizstan.

3  Héritière des Comités syndicalistes révolutionnaires apparus en 1920 dans la Cgt, la Cgtu s’en est séparée en 1922 et l’a rejointe en 1936.

4  Les recherches sur l’histoire de Baillet doivent beaucoup à Aurelia Dufils, documentaliste, Jean-Pierre Elbaz, archiviste à l’Ihs Cgt Métallurgie, celles sur Tchaikov à Marie Vacher, doctorante à l’Inalco / Institut national des langues et civilisations orientales.

5  Jean-Paul Sartre, préface à Aden-Arabie de Paul Nizan, 1960.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Les sculptures dans la glacière : deuxième niveau
Crédits © F. Gentili / Inrap
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2226/img-1.png
Fichier image/png, 367k
Titre Fig. 2
Légende Vue du pavillon soviétique : au premier plan, le propylée et les sculptures de Joseph Tchaikov
Crédits Coll. particulière
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2226/img-2.png
Fichier image/png, 240k
Titre Fig. 3
Légende Le massif sud du monument soviétique remonté devant le château de Baillet en 1938
Crédits © Ihs Cgt Métallurgie
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2226/img-3.png
Fichier image/png, 414k
Titre Fig. 4
Légende Statues brisées exposées au sol à la Libération
Crédits © Ihs Cgt Métallurgie
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2226/img-4.png
Fichier image/png, 412k
Titre Fig. 5
Légende Le monument reconstitué à Moscou en 2010 avec, au premier plan, le panneau de La Musique et la Danse. Sur ce panneau, la danseuse ne porte plus le foulard des Komsomols mais un costume folklorique
Crédits © F. Gentili / Inrap
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2226/img-5.png
Fichier image/png, 296k
Titre Fig. 6
Légende Vestiges du panneau tadjik dans l’exposition Ruines et vestiges présentée en 2011 au musée archéologique du Val‑d’Oise à Guiry-en-Vexin. Copie russe
Crédits © F. Gentili / Inrap
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2226/img-6.png
Fichier image/png, 296k
Titre Fig. 7
Légende Vestiges du panneau La Musique et la Danse dans l’exposition « Lénine, Staline et la Musique » présentée en 2010 à Paris, à la Cité de la Musique
Crédits © F. Gentili / Inrap
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2226/img-7.png
Fichier image/png, 401k
Titre Fig. 8
Légende Vestiges du couple turkmène dans l’exposition Ruines et vestiges présentée en 2011 au musée archéologique du Val‑d’Oise à Guiry-en-Vexin
Crédits © F. Gentili / Inrap
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2226/img-8.png
Fichier image/png, 443k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Gentili, « Les sculptures du pavillon de l’Urss à l’Exposition de 1937 », Les nouvelles de l'archéologie, 134 | 2013, 12-19.

Référence électronique

François Gentili, « Les sculptures du pavillon de l’Urss à l’Exposition de 1937 », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 134 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/2226 ; DOI : 10.4000/nda.2226

Haut de page

Auteur

François Gentili

Inrap Centre - Île-de-France/Umr 7041,
francois.gentili@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org