Navigation – Plan du site
Dossier: Archéologie et art contemporain

Introduction

Michaël Jasmin
p. 3-4

Texte intégral

1Ce dossier des Nouvelles de l’archéologie trouve son origine dans le colloque organisé par l’auteur et Audrey Norcia, en octobre 2009 à Paris, à l’Institut national d’histoire de l’art, auquel plusieurs des intervenants de ce numéro ont participé. Intitulé « Des temps qui se regardent : dialogue entre l’art contemporain et l’archéologie », les actes en seront publiés par les éditions Errance - Actes Sud en 2014. Cet événement se faisait l’écho des relations tissées depuis plusieurs années entre des praticiens des trois champs d’activité en jeu : l’archéologie, l’histoire de l’art et la création contemporaine. À ce titre, il a constitué la première manifestation scientifique ayant eu lieu en France sur cette thématique et marque un tournant dans la perception de l'art contemporain par les archéologues.

2Par comparaison avec les historiens d’art, le nombre plus restreint d’archéologues qui y ont participé m’a incité à proposer aux Nouvelles de l’archéologie un dossier dédié à ce dialogue actuel entre deux disciplines qui, depuis des décennies, restaient fermées l’une à l’autre, en particulier en France.

3L’objectif était ici de croiser des approches d’archéologues de terrain à des considérations plus philosophiques, de donner la parole à des universitaires de renom, à des étudiants ou à de jeunes docteurs qui, chacun à leur manière, se sont emparés des problématiques reliant l’art contemporain et l’archéologie.

4Les Nouvelles de l’archéologie relaient depuis longtemps les interrogations et débats qui agitent la profession. Les archéologues questionnent en effet régulièrement le sens de leur pratique, donnant de nouvelles orientations aux relations que l’archéologie entretient avec d’autres disciplines des sciences humaines, ou avec de nouveaux champs de recherche. Pourtant, les réflexions abordées dans ce numéro n’avaient encore jamais occupé les colonnes de la revue. Elles concernent précisément le dialogue en train de se nouer entre les mondes de l’archéologie et de la création contemporaine. Bien qu’apparaissant comme antinomiques à nombre d’archéologues, on assiste depuis une dizaine d’années à l’éclosion d’intérêts partagés qui se traduisent, par exemple, par l’ouverture de collections de musées d’archéologie et d’histoire à des artistes contemporains, par des installations d’artistes contemporains sur des sites archéologiques, ou par l’incursion d’archéologues sur le terrain de l’art contemporain. Ensemble, ces éléments nouveaux soulignent la pertinence des dialogues engagés et des questions soulevées, mais aussi du chemin qu’il reste à parcourir.

5Pour ouvrir ce dialogue, Vassiliki Chryssovitsanou présente la civilisation des Cyclades sous un nouveau jour : elle montre que la production emblématique de ses idoles, datant de l’âge du Bronze ancien (fin du iiie et iie millénaire avant notre ère) et dont les canons plastiques n’ont rien de la beauté classique, a fait l’objet d’une ré-appréciation par le milieu artistique des années 1920. Pour cela, elle étudie comment ces figurines cycladiques ont inspiré le sculpteur Henry Moore et la manière dont son travail a participé au mouvement de prise de conscience, par les archéologues, de l’importance esthétique de ces figurines, jusque-là dénigrée pour leur caractère fruste. La question du « primitivisme » est au cœur de la création d’Henry Moore.

6À cette même période de l’entre-deux-guerres se rattache un groupe de sculptures produites pour le pavillon de l’Urss à l’Exposition universelle de 1937 à Paris et qu’a découvert fortuitement en 2004 François Gentili, archéologue à l’Inrap. Cette trouvaille lui permet de se pencher sur la ré-écriture d’une histoire officielle. En effet, issues du courant du Réalisme socialiste, ces bas-reliefs ont connu au cours du xxe siècle un destin contrarié, subissant des usages, des destructions et des réactivations multiformes.

7Audrey Norcia, qui vient d’achever une thèse de doctorat d’art contemporain intitulée Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais - Rencontre entre l’archéologie et l’art contemporain des années 1950 à nos jours, travaille au renouveau d’un dialogue entre l’histoire de l’art et l’archéologie. Son article, qui traite des artistes des années 1960 rattachés au Pop Art américain et au Nouveau Réalisme européen, souligne l’étroite relation qui existe entre leur démarche et la méthode archéologique, celle notamment de la New Archaeology. En étudiant la culture matérielle propre à la société de consommation, ces artistes se font en effet « archéologues de leur contemporanéité », ils « mettent à plat la réalité pour mieux l’appréhender », selon la notion de « réalisme citationnel ». Elle rappelle également comment, dès la fin des années 1950, des créateurs comme Arman, avec ses déchets, ont préfiguré des approches scientifiques novatrices comme celles de William Rathje et sa Garbage archaeology de 1972.

8Ce parallèle entre les interrogations des artistes Pop et des Nouveaux Réalistes sur la culture matérielle de leur époque et celles des archéologues sur le déchet, le temps d’enfouissement et les données rudologiques, amène Jean-Paul Demoule à présenter le contexte historique et personnel de la création du fameux Déjeuner sous l’herbe de Daniel Spoerri, banquet dont les restes, enterrés en 1983 dans le parc du Montcel à Jouy-en-Josas, ont été partiellement fouillés en 2010 avec sa collaboration, par une équipe de l’Inrap. L’auteur étudie ici les modalités opératoires et les problèmes méthodologiques posés par cette initiative médiatique.

9Pierre-Antoine Le Nay aborde la question de la représentation en archéologie dans l’art des années 2000. Les artistes qu’il a retenus interrogent l’archéologie à travers les notions d’espace, de matérialité ou de temporalité. Ce jeune chercheur envisage le rapport original que les archéologues entretiennent avec l’espace et auquel les artistes ont été sensibles.

10Dominique Allios en appelle à un salutaire décloisonnement des disciplines en analysant l’Arte Povera, mouvement apparu dans les années 1960, dont il note le goût et l’intérêt pour le déchet et les matériaux humbles, le rapport à la nature, etc. Autant d’éléments et d’orientations qui lui permettent de tracer des parallèles entre les transformations intellectuelles qui ont affecté les sciences humaines en général et l’archéologie en particulier dans les mêmes années. L’auteur opère en outre un rapprochement entre le Land Art des années 1960-1970 et la New Archaeology, en passant en revue le contexte sociétal et intellectuel dans lequel a évolué la discipline.

11Dès lors que l’on aborde les relations entre l’archéologie et l’art contemporain, on traite presque exclusivement des créations d’artistes contemporains. Pourtant, si elles sont moins connues que les précédentes, les démarches d’archéologues en direction de l’art contemporain aident à mieux comprendre comment ils interrogent leur propre discipline, mettant au point des protocoles nouveaux tout en tenant à s’adresser à leurs confrères. Aussi, en tant qu’archéologue mais également artiste plasticien – mon travail de création dialoguant avec l’archéologie –, j’ai souhaité dresser ici une cartographie des expérimentations et des recherches de nos collègues sur le terrain de l’art contemporain.

12Armelle Bonis présente brièvement une œuvre contemporaine originale réalisée par Jean-Paul Philippe en Toscane, en 1993. Cette œuvre, qui réussit à abolir les références stylistiques en combinant les civilisations méditerranéennes, est devenue l’épicentre de fêtes annuelles qui semblent renouer avec d’ancestrales pratiques païennes.

13Pour achever ce tour d’horizon, Luc Bachelot met en avant le processus de destruction comme socle commun à l’archéologie et à la création plastique. Il place ouvertement les termes du débat sur un plan philosophique, en insistant sur l’importance du choix tant en archéologie qu’en art. Ce postulat lui permet d’expliciter comment la création artistique peut être comparable à la recherche archéologique. Il traite aussi du sentiment d’opposition entre la découverte de traces passées et de l’œuvre d’art comme lieu d’une résurgence : il faut alors s’interroger sur le sentiment de nouveauté qu’apporte l’exhumation d’objets anciens, vestiges de sociétés révolues. Luc Bachelot ouvre au final le débat sur les raisons de production d’œuvres, qu’elles soient archéologiques ou artistiques, et leur inscription au sein de ce qu’il nomme « le monde ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Jasmin, « Introduction », Les nouvelles de l'archéologie, 134 | 2013, 3-4.

Référence électronique

Michaël Jasmin, « Introduction », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 134 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/2215

Haut de page

Auteur

Michaël Jasmin

Docteur en archéologie,
mjasmin@magic.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org