Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Angkor. Naissance d’un mythe Louis Delaporte et le Cambodge

Une exposition du musée national des Arts asiatiques - Guimetdu 16 octobre 2013 au 13 janvier 20141
Armelle Bonis
p. 53-55

Texte intégral

  • 1  Catalogue réalisé sous la direction de Pierre Baptiste et Thierry Zéphyr, Paris, Éditions Gallimar (...)

1L’École française d’Extrême-Orient (Éfeo), qui a disposé d’une installation permanente au Cambodge entre 1907 et 1975, y est revenue en 1990. La réouverture du Centre Éfeo de Siem Reap, en 1992, a précédé de quelques mois l’inscription du site d’Angkor sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. En 1993, la reprise des travaux de restauration, interrompus par la guerre, a débuté par les Terrasses royales et le chantier du temple-montagne du Baphuon. L’École mène parallèlement l’inventaire des dépôts de la Conservation d’Angkor qui regroupent des milliers de statues et de stèles. Elle poursuit de nombreux programmes de recherches archéologiques, à Angkor Thom depuis 1996, dans sa région depuis 2000. Au-delà, l’inventaire cartographique de l’ensemble des sites archéologiques du monde khmer permet une nouvelle lecture de l’espace, de l’économie et du développement culturel et urbain du Cambodge ancien.

  • 2  Archéologues à Angkor. Archives photographiques de l’École française d’ExtrêmeOrient : catalogue (...)

2À l’automne 2010, le musée Cernuschi participait au Mois de la Photo à Paris en exposant 108 photographies spectaculaires prises par les archéologues de l’Éfeo entre 1860 et 1960, au moment de la découverte des temples, quand des arbres enserraient sanctuaires et reliefs au point que le végétal et le minéral semblaient confondus, puis durant et après leur restauration2. C’est à la préhistoire de cette aventure que s’intéresse aujourd’hui le musée national des Arts asiatiques - Guimet, en dirigeant ses projecteurs sur la figure de Louis Delaporte (1842-1925).

Fig. 1

Fig. 1

Moulage d’un bas-relief d’Angkor Vat (première moitié du xiie siècle) : détail du Barattage de l’Océan de Lait, les asura tenant la tête du serpent Vasuki. Mission Louis Delaporte 1881-1882 H. 170-L. 150-P. 10 cm. Plâtre patiné, montage filasse sur armature de bois MO 3C.11

© D.R.

3Après la signature du traité établissant le protectorat de la France sur le Cambodge (août 1863) et le couronnement du roi Norodom (juin 1864), naît l’idée d’une exploration du cours du Mékong pour vérifier la navigabilité du fleuve, dans le but plus ou moins avoué d’accéder plus aisément aux richesses de la Chine méridionale. En 1866, le capitaine de frégate Ernest Doudart de Lagrée (1823-1873) prend la tête de l’expédition. Il part avec un chirurgien de marine qui est aussi botaniste, un médecin qui est aussi géologue et le jeune enseigne de vaisseau Louis Delaporte, dessinateur de talent. La découverte du site d’Angkor le bouleverse :

« Je n’admirais pas moins la conception hardie et grandiose de ces monuments que l’harmonie parfaite de toutes leurs parties. […L’art khmer…] s’écarte, il est vrai, de ces grandes œuvres classiques du bassin de la Méditerranée qui pendant longtemps ont seules captivé notre admiration : ce ne sont plus ces colonnades majestueuses ; ce sont au contraire des formes laborieuses, complexes, tourmentées : superpositions, retraits multiples, labyrinthes, galeries basses à jour, tours dentelées, pyramides à étages et à flèches innombrables ; une profusion extrême d’ornements et de sculptures qui enrichissent les ensembles sans en altérer la dignité ; c’est, en un mot, une autre forme de beau. »

4Francis Garnier (1839-1873), second du capitaine Doudart de Lagrée, publie dans Le Tour du monde le récit de ce voyage, illustré par Louis Delaporte. Après avoir été affecté à la surveillance des côtes françaises dans le Nord pendant la guerre, celui-ci, appuyé par la Société de Géographie, est chargé d’une nouvelle mission par les ministères de la Marine, des Affaires étrangères et de l’Instruction publique. Son objectif est double : d’une part, vérifier la navigabilité du Song-Cai ou Fleuve rouge ; d’autre part, collecter pour les Musées nationaux des « statues, bas-reliefs, piliers et autres monuments d’architecture ou de sculpture présentant un intérêt d’archéologie ou d’art ». Après s’être arrêtés à Phnom-Penh et avoir fait halte dans plusieurs sites – au Preah Khan de Kompong Svay, à Koh Ker, au temple de Beng Meelea et au Phnom Bok – Delaporte et ses compagnons arrivent à Angkor même. Ils vont s’y attacher, non sans difficulté, à recueillir dans les rares grands temples accessibles la documentation la plus complète possible – moulages, estampages, plans, dessins de motifs décoratifs et quelques originaux.

5Mais au retour, les conservateurs des Musées nationaux sont loin d’être enthousiastes et ils refusent de recevoir au Louvre les 102 caisses d’antiquités khmères débarquées à Toulon. Faute de mieux, le directeur des Beaux-Arts les envoie au château de Compiègne et en confie la responsabilité à leur inventeur. Grâce à la reconstitution d’une partie de la « Chaussée des Géants » du Preah Khan d’Angkor, qui émerveille ses visiteurs, l’Exposition universelle de 1878 signe la reconnaissance publique de l’art khmer. Après une dernière mission en 1881-1882, Delaporte va s’attacher à le faire vivre au Palais du Trocadéro, conduisant une politique déterminée d’enrichissement malgré les faibles moyens dont il dispose et se consacrant à la publication de son grand œuvre, Les Monuments du Cambodge. Études d’architecture khmère […].

6Dans son musée et dans les pavillons du Cambodge qu’il contribue à édifier avec ses collections de moulages pour les Expositions universelles et coloniales (de 1889 à 1931), Louis Delaporte concilie une démarche d’esthète éclairé à une compréhension objective des qualités intrinsèques de l’art khmer. De leur réalisation dans la touffeur de la jungle à leur accrochage, après restauration, sur les cimaises du musée national des Arts asiatiques - Guimet, ces moulages ont connu un destin chaotique. Après la fermeture du musée indo-chinois (1927), ils sont restés entreposés dix ans au palais du Trocadéro puis ont erré de la banlieue parisienne (1937-1945) au sous-sol du Palais de Tokyo (1945-1973). Ils ont ensuite rejoint les caves de l’abbaye de Saint-Riquier (1973) et se sont lentement dégradés, malgré plusieurs alertes lancées par la direction des Musées de France. Un premier sauvetage d’envergure a eu lieu en 2002 avant qu’en 2011-2012, les 1 200 pièces conservées ne fassent l’objet d’un inventaire et d’une consolidation sur place, avant nettoyage, désinfection, conditionnement et transport dans des espaces de -stockage adaptés.

Fig. 2

Fig. 2

Moulage d’un bas-relief d’Angkor Vat (première moitié du xiie siècle) : détail de la bataille de Lanka avec Ravana. Mission Louis Delaporte 1881-1882 H. 204-L. 167-P. 10 cm. Plâtre patiné, montage filasse sur armature de bois MO 3C.36

© D.R.

7Carnet de voyage de l’explorateur, récemment retrouvé dans les archives de sa famille ; « Vues idéales » des monuments mariant, sur papier vélin ou papier vergé, la mine graphite à l’encre noire, l’aquarelle et le pastel rose avec parfois des rehauts de gouache blanche ou de peinture dorée, voire de gomme arabique ; moulages de bas-reliefs d’Angkor Vat, donc, (La scène des Cieux et des Enfers, Le Barattage de l’Océan de Lait, Krisna attaché au mortier ou Rama tuant Marica) mais aussi « modèle en relief du temple du Baïon » réalisé en 1899 par le capitaine d’infanterie de marine Auguste-Achille-Hyppolyte Filoz (1832- ?) – une maquette en bois et matériaux divers qui présente un état idéal, supposé être celui du sanctuaire originel, où les frontons et les superstructures sont rehaussés de dorure et les visages des divinités peints en bleu, sans doute par référence à Siva, le Bayon étant à l’époque interprété comme un temple brahmanique ; les statues khmères monumentales en grès, datées du xe ou du xiie siècle, rapportées en 1873 et conservées dans les collections du musée Guimet (Bodhisattva Lokesvara et Buddha protégé par le naga provenant du temple de Preah Thkol, Preah Khan de Kompong Svay, Apsaras dansant à la base d’un fronton du Temple du Bayon d’Angkor Thom, etc.) sont entourées de prêts consentis, au Cambodge, par le musée national de Phnom-Penh et le musée national d’Angkor et, en France, par le musée Rodin, le Centre Georges-Pompidou, le musée des années Trente de Boulogne-Billancourt.

Haut de page

Notes

1  Catalogue réalisé sous la direction de Pierre Baptiste et Thierry Zéphyr, Paris, Éditions Gallimard et musée national des Arts asiatiques - Guimet, 304 p. et 3 dépliants.

2  Archéologues à Angkor. Archives photographiques de l’École française d’ExtrêmeOrient : catalogue de l’exposition au musée Cernuschi, 10 septembre 2010 – 2 janvier 2011. Paris, Éditions Paris-Musées – Éditions Findakly, 256 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Moulage d’un bas-relief d’Angkor Vat (première moitié du xiie siècle) : détail du Barattage de l’Océan de Lait, les asura tenant la tête du serpent Vasuki. Mission Louis Delaporte 1881-1882 H. 170-L. 150-P. 10 cm. Plâtre patiné, montage filasse sur armature de bois MO 3C.11
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2166/img-1.png
Fichier image/png, 3,9M
Titre Fig. 2
Légende Moulage d’un bas-relief d’Angkor Vat (première moitié du xiie siècle) : détail de la bataille de Lanka avec Ravana. Mission Louis Delaporte 1881-1882 H. 204-L. 167-P. 10 cm. Plâtre patiné, montage filasse sur armature de bois MO 3C.36
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2166/img-2.png
Fichier image/png, 3,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armelle Bonis, « Angkor. Naissance d’un mythe Louis Delaporte et le Cambodge », Les nouvelles de l'archéologie, 133 | 2013, 53-55.

Référence électronique

Armelle Bonis, « Angkor. Naissance d’un mythe Louis Delaporte et le Cambodge », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 133 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/2166

Haut de page

Auteur

Armelle Bonis

Chargée de mission Études & Publications, Conseil général du Vald’Oise / direction de l’Action culturelle
armelle.bonis@valdoise.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org