Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique
Les chasseurs-cueilleurs

Peuplements préhistoriques au Brésil

Recherches au Mato Grosso
Àgueda Vilhena Vialou et Denis Vialou
p. 17-22

Résumés

Le programme franco-brésilien de recherches dans le Mato Grosso fait apparaître deux périodes de peuplements. La première datée vers 25 000 ans est attestée par une industrie lithique associée à des os de Glossotherium dans un sol en place de Santa Elina. La seconde est continue entre 10 000 ans (à Santa Elina, avec la même association faunique) et moins de 800 ans dans la région de la Cidade de Pedra. Outre des structures d’habitats, les occupations sont caractérisées par des industries lithiques puis à partir de 2000 ans BP par des céramiques dont des urnes funéraires. Les quelque 120 sites ornés de cette région montrent diverses phases de réalisation, au cours de l’Holocène ; ils révèlent leur fonction identitaire de territoires et de sociétés différenciés.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

art rupestre, faune fossile, territoire

Index géographique :

Brésil, Mato Grosso

Index chronologique :

Pléistocène
Haut de page

Texte intégral

1Les recherches que nous menons depuis près d’une trentaine d’années dans les états de São Paulo et actuellement du Mato Grosso s’inscrivent dans le contexte scientifique de haut niveau international des recherches préhistoriques (dites «  archéologiques » au Brésil) qui se sont développées systématiquement à partir des années 1950. Elles sont régies par un accord signé entre le Muséum national d’histoire naturelle (Mnhn, Paris) concernant principalement le département de Préhistoire, l’université de São Paulo, principalement le Museu de Arqueologia e Etnologia (Mae da Usp) à São Paulo, et l’Instituto do patrimônio histórico e artístico nacional à Brasília (Iphan), organisme fédéral responsable du patrimoine.

2Notre programme de recherches préhistoriques franco-brésilien bénéficie d’une double coopération effective, financière et scientifique  : côté français, aux subventions annuelles accordées par la commission des fouilles à l’étranger du ministère des Affaires étrangères, s’ajoute l’encadrement fourni par le département de Préhistoire du Mnhn associé au Cnrs (Umr 5198)  ; côté brésilien, outre l’encadrement et divers appuis logistiques sur le terrain donnés par le Mae da Usp, des conditions d’hébergement et de transport sur place pendant nos campagnes de fouilles et relevés sont gracieusement assurées par les sociétés anonymes de production agroalimentaire, propriétaires des terres où se localisent les sites étudiés (notamment, la Fazenda Verde, Agropecuária Basso S/A, depuis 1986, plusieurs semaines par an pour 20 à 30 personnes). La coopération scientifique s’exprime dans la pluridisciplinarité (préhistoire, paléo-environnements et milieux actuels – faune et flore – chronologie, contextes ethno-archéologiques) des recherches sur le terrain et en laboratoire, conduites aussi bien par des chercheurs brésiliens que français travaillant dans diverses institutions, voire d’autres pays (Italie, Portugal, Maroc, Usa)  ; la direction scientifique du programme est assurée par l’un de nous (Águeda Vilhena Vialou).

Les recherches archéologiques au Brésil

3Les découvertes de fossiles humains, de mégafaunes, de pièces lithiques et de peintures rupestres dans les formations calcaires de la région de Lagoa Santa (non loin de Belo Horizonte, capitale du Minas Gerais) par un paléontologue d’origine danoise, Peter Wilhelm Lund, marquent le début de la reconnaissance de peuplements anciens du sous-continent américain  : c’était dans les années 1830, avant même que la préhistoire ne soit pensée  ; depuis, le célèbre «  Homme de Lagoa Santa » a acquis son ancienneté préhistorique (de l’ordre de 10 000 ans), grâce notamment aux recherches menées dans les années 1970 par la Française Annette Laming-Emperaire. Celle-ci, et auparavant José Emperaire, avait directement contribué au développement de fouilles préhistoriques structurées en Amérique du Sud, en particulier au Chili et au Brésil.

4Comme dans d’autres régions à travers le monde, des sites à gravures et à peintures avaient été découverts au Brésil dès les premières expéditions de naturalistes au cours du xviiie mais, surtout, du xixe siècle. Cependant, leurs liens archéologiques avec les peuplements et occupations préhistoriques n’ont été établis de façon scientifique qu’au cours des trois ou quatre dernières décennies. En revanche, les fouilles de sites d’habitat, telles les habitations semi-souterraines rencontrées dans la zone méridionale du Brésil, et celles d’immenses amas coquilliers, les sambaquis, du littoral sud du Brésil, avaient déjà lancé les bases des recherches modernes, confortées par la mise au point de méthodes physiques de datation absolue apparues dans les années 1950.

5Actuellement, les recherches et l’enseignement universitaire en préhistoire sont actifs dans tous les États brésiliens, à des degrés divers selon l’ancienneté des structures. Nos travaux au Mato Grosso ont provoqué leur développement dans cet État maintenant en pleine expansion économique  ; celles que nous avons ménées dans le bassin du Paranapanema, à l’ouest de l’État de São Paulo, étaient insérées dans le cortège de recherches systématiques inaugurées vers 1960-1970. En fait, et contrairement à ce qui est habituellement imaginé ou dit en France, les recherches préhistoriques au Brésil sont, depuis plusieurs décennies, menées par les Brésiliens eux-mêmes, en autonomie scientifique et patrimoniale totale. Les relations scientifiques et culturelles établies ou entretenues par des archéologues brésiliens (amateurs et/puis professionnels) avec des préhistoriens et des institutions des Usa et d'Europe ont souvent conduit et conduisent encore à l’ouverture de programmes binationaux. Ceux des Emperaire s’inscrivaient dans l’axe de coopération établi entre São Paulo et le musée de l’Homme par Paul Rivet à Paris et Paulo Duarte à São Paulo. Notre programme dans l’État de São Paulo a été mis en place dans la perspective définie par André Leroi-Gourhan et Luciana Pallestrini, une de ses doctorantes devenue professeur de l’Usp. Au Mato Grosso, il s'est enrichi d’échanges universitaires ponctuels pour les professeurs et les étudiants et de cours de Master/Postgraduation des deux côtés de l’Atlantique.

Premiers peuplements préhistoriques

6L’ancienneté des peuplements préhistoriques du continent américain fait très souvent l’objet de débats controversés et subit parfois le poids de positionnements idéologiques, voire religieux, échappant à toute rationalité d’ordre scientifique. La multiplication, depuis une bonne vingtaine d’années, de datations radioatomiques sur des sites américains en général, et brésiliens en particulier, a apporté de précieux résultats chronologiques, mais aussi de grandes confusions et même des erreurs quand les relations entre les datations obtenues et les données archéologiques n’étaient pas correctement établies.

7Les fouilles que nous avons conduites dans l’abri rupestre Santa Elina ont mis en évidence une longue séquence d’occupations, dont les premières appartiennent, sans conteste, au Pléistocène  : elles ouvrent sur la problématique des premiers peuplements de cette zone centrale du continent sud-américain, aux sources du bassin hydrographique du Rio de la Plata vers le sud et en bordure immédiate du bassin de l’Amazonie vers le nord.

8Santa Elina (Jangada, environ 120 km au nord de Cuiabá, capitale du Mato Grosso) est un abri de 60 m de long situé à la base d’une puissante couche de calcaire précambrien de la Serra das Araras. Cet immense plissement barre le plateau sur 40 à 50 km de largeur, jusqu’à 800 m de hauteur, et plus de 500 km de longueur. La paroi relativement plane rassemble près de 900 représentations, dessins et peintures. La séquence d’occupations, bien calée dans des couches non perturbées et datées, est ininterrompue sur 2 m d’épaisseur jusqu’au sol daté de 10 000 ans avant le présent. Entre celui-ci et les plus anciennes occupations, les dépôts, régulièrement stratifiés sur 1 m d’épaisseur, alternant des niveaux de fraction fine sableuse et de fraction grossière (des blocs de calcaire érodés), sont archéologiquement stériles (fig. 1).

Fig 1

Fig 1

Abri rupestre, Santa Elina : longue séquence stratigraphique, de 25 000 ans à 2 000 ans BP

Photo A. et D. Vilaou

9Aux divers foyers empierrés mis au jour à la base de la séquence supérieure, datés par 14C entre 9400 et 10120 ans BP, est associée une industrie lithique parfaitement caractérisée  : de nombreux produits de débitage (nucléus, éclats, cassons), principalement en calcaire fin silicifié, mais aussi en silex et grès fins, toutes roches rencontrées à proximité de l’abri dans un rayon de quelques centaines de mètres  ; quelques fragments-éclats de quartz, matériau prélevé dans de petits affleurements accessibles dans le passage d’entrée dans la serra, à environ 2 km du site. Des pièces sommairement retouchées et des coches forment l’outillage, plus fruste que celui des niveaux supérieurs, également peu élaboré à l’exception de quelques pièces remarquables, telles de grandes limaces (Vilhena Vialou et Vialou 1994  ; Vilhena Vialou et al. 1999  ; Vilhena Vialou 2005  ; Aubry 2005).

10Dans cette occupation profonde, décapée sur 30 m2, les pièces lithiques s’associent clairement avec de nombreux restes osseux d’un Paresseux géant (Glossotherium Letsomii), espèce de la mégafaune sud-américaine qui s’est éteinte à la fin du Pléistocène.

11L’ensemble sédimentaire inférieur de la séquence chrono-stratigraphique a aussi été décapé sur 30 m2, entre 2,80 et 3,50 m de profondeur par rapport à la surface actuelle. Les vestiges d’origine anthropique se trouvent dans un sédiment compacté intégrant de gros blocs calcaires émoussésérodés. Par endroits, une mince pellicule légèrement grisâtre contient de fines cendres et des micro-fragments de charbons.

12Le niveau d’occupation humaine rassemble une industrie lithique d’environ 200 pièces et, en abondance, des ossements de Glossotherium. Les ostéodermes (os dermiques de 1 à 4 cm de longueur), mis au jour au nombre de 5 000, ont été plusieurs fois regroupés en petits tas par les hommes préhistoriques. Certains sont fracturés et deux ont été redessinés de façon incontestable par abrasion de leurs surfaces naturelles  ; il peut s’agir d’éléments de parure. Environ 200 ossements, partiels pour la plupart, sont anatomiquement identifiés  : côtes, vertèbres, maxillaires et mandibules. Ils attestent que seule la partie antérieure d’un seul animal a été introduite dans l’occupation. L’animal, mort naturellement ou tué par des chasseurs, a donc été charogné ou découpé hors de l’abri (Vilhena Vialou et al. 1995  ; Vilhena Vialou 1997-1998  ; Vilhena Vialou 2003 et 2005  ; Cartelle 2005).

13Les trois méthodes de datation ont été mises en application sur place par les spécialistes eux-mêmes  : Uranium-Thorium sur des ostéodermes du Glossotherium, luminescence optique stimulée (Osl) sur les grains de quartz des sédiments enrobant le matériel archéologique et faunistique (avec dosimètres placés dans la couche, en coupe), accélérateur spectrométrie de masse (Asm) à partir de micro-charbons recueillis dans la couche. Ces trois méthodes ont fourni des datations autour de 25000 ans BP. Une datation Uranium-Thorium tentée sur des ostéodermes prélevés dans le niveau archéologique à foyers datés vers 10 000 ans a fourni une date autour de 13 000 ans, en correspondance méthodologique donc avec celle donnée par le 14C. De même, d’autres datations Osl de niveaux sableux intercalés entre les deux occupations à Glossotherium ont donné des dates intermédiaires. L’intercalibrage des trois méthodes (deux étant à la limite inférieure de leur validité) donne un premier résultat qui renforce encore davantage la datation remarquable du niveau anthropique profond, la plus ancienne aujourd’hui obtenue, dans des contextes archéologiques et stratigraphiques parfaitement établis (Falguères 2005  ; Feathers 2005  ; Fontugne, Hatté et Noury 2005  ;Valladas 2005).

Art rupestre, habitats, sociétés et territoires

14Dans l’abri Santa Elina, comme en général dans la plupart des abris rupestres habités à travers le monde, les relations chrono-culturelles entre le dispositif pariétal et les occupations du site restent imprécises ou partielles. L’absence de pigments d’origine organique sur la paroi a empêché toute datation directe, alors que les déterminations géochimiques des pigments par spectrométrie Raman offrent des rapprochements vraisemblables avec des colorants (galets d’hématites en particulier) trouvés en stratigraphie, principalement dans un sol daté de 6000 ans BP. Plusieurs phases pariétales sont identifiables à partir de leurs caractères techno-stylistiques, thématiques et topographiques (Vilhena Vialou et al. 1996  ; d’Errico et Dubreuil 2005  ; Smith et Bouchard 2005).

15Les représentations figuratives sont composées exclusivement d’animaux (68 déterminés, surtout des cerfs, mais aussi des oiseaux, tapirs, félins, singes et suidés) et d’humains (49). Cent six figures restent indéterminables, en particulier les plus abîmées ou incomplètes. Les signes forment plus des deux tiers des représentations  : leur éventail typologique va des points, signes ponctués, et des barres et signes linéaires simples à des formes géométriques complexes.

16La première phase est composée de grands animaux peints en violet (tapirs en particulier), concentrés au centre de l’abri et en hauteur (entre 2 et 4 m du sol actuel). Une des phases les plus récentes est dominée par des groupes de petits cervidés dispersés sur toute la longueur du dispositif, dans sa partie basse (parfois au ras du sol). Certains signes composent des panneaux sans représentations figuratives, en marge de la zone centrale. Des groupes d’humains, dont certains portent des parures céphaliques, occupent les extrémités (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Abri rupestre, Santa Elina : peinture d’indien

Photo A. et D. Vialou

17La plus ancienne phase pourrait remonter aux débuts de l’Holocène. La dernière, constituée de petits tracés crayonnés et de plages ou alignements de percussions oblitérant des représentations peintes ou dessinées, est probablement contemporaine des dernières occupations (Vialou 2005).

18Les occupations de l’ensemble stratigraphique supérieur, postérieures à l’ultime présence de mégafaune, sont datées de 8 000 à 7 000 ans. On y a mis au jour un outillage remarquablement élaboré et sans aucun témoignage de fabrication sur place. Ensuite, une séquence continue de 6 000 ans jusqu’à 1 800 ans BP est constituée de sédiments pulvérulents et anthropisés  : elle offre une succession ininterrompue d’occupations avec des foyers empierrés contenant de grandes quantités de charbons, des ossements de faune parfois brûlés, des pavages structurés de blocs tamponnés de taches rouges (dans le niveau plusieurs fois daté de 6 000 ans). Beaucoup de restes de végétaux ont été découverts  : des fruits et feuilles pour les niveaux plus récents, et, à partir de 4 000 ans, des bois, deux alignements de 87 piquets ou poteaux sur 20 m. Les végétaux ont été aussi travaillés ou tressés  : étuis péniens, fils pour colliers, sandale, bracelets, paniers, etc. (Ceccantini 2005  ; Kamase 2005  ; Blanchot et Amenomori 2005  ; Taveira 2005).

19Le programme conduit dans la région de la Cidade de Pedra (Rondonopolis) vise à étudier les relations économiques, symboliques, sociales et celles entre les habitats, les sites rupestres et les territoires. Les recherches se concentrent plus sur un territoire de 250 km2 environ, le long du Rio Vermelho, en marge du Pantanal (fig. 3). Les prospections effectuées depuis plus de vingt ans ont permis la découverte de 120 sites rupestres  : des dispositifs pariétaux, le plus souvent constitués de peintures (rouges, noires, blanches, jaunes, brunes), parfois composés de gravures, incisions ou piquetages plus ou moins profonds. Les plus importants comptent plusieurs centaines de représentations  ; les plus simples n’en offrent que quelques-unes, ou même de simples tracés cursifs. Tous laissent leur marque dans les paysages et, en cela, leur intégration symbolique. Ces dispositifs pariétaux se localisent de préférence dans des abris creusés au pied d’affleurements gréseux ruiniformes, dispersés ou groupés – d’où leur nom de ville de pierre – situés dans la vallée étroite puis évasée du Rio Vermelho, puissant sous-affluent du Paraguay. Les traces cursives et les plus petits dispositifs pariétaux se localisent plutôt sur des rochers ou des bases de falaises naturellement creusées. L’abri-caverne Antiqueira, fouillé sur 100 m2, fait exception par ses dimensions considérables  : 20 m de largeur, 10 m de hauteur à l’aplomb de la falaise, et moins d’1 m de hauteur dans le fond à 60 m. Les abris ornés les plus haut perchés sont au bord du plateau échancré, à une altitude de 200-300 m au-dessus du fleuve  ; d’autres se situent dans le fond de la vallée, non loin du cours d’eau (Vilhena Vialou 2006).

Fig. 3

Fig. 3

Paysage de la Cidade de Pedra, Mato Grosso

Photo A. et D.Vialou

20Des milliers de représentations ont été inventoriées, enregistrées, analysées. Les figures, traitées de façon plutôt réaliste pour les animaux et de façon plus synthétique pour les humains, sont assez peu nombreuses. Les signes représentent plus des trois quarts du corpus  ; certains dispositifs pariétaux ne comportent que des signes.

21Des signes élémentaires comme des barres, ou complexes comme des cercles concentriques et des rectangles cloisonnés, sont fréquents dans tous les micro-secteurs géographiques de la région. D’autres types sont plus rares, voire limités à deux ou trois sites voisins appartenant à la même sous-unité géographique. Enfin, il existe des motifs géométriques spécifiques à un seul site, comme s’ils en étaient les enseignes, les symboles identitaires (fig. 4) (Vialou et Vilhena Vialou 1996  ; Vialou 2003  ; Vilhena Vialou et Vialou 2003).

Fig. 4

Fig. 4

Abri rupestre, Acrobatas : signes et motifs

Photo A. et D. Vialou

22Au cours des trois dernières années, 60 nouveaux abris -rupestres ont été découverts dans deux secteurs très accidentés, difficiles d’accès et de parcours, situés au nord-ouest de la zone étudiée  ; quelques autres petits secteurs situés en périphérie restent à prospecter plus à fond. Il est déjà manifeste que la région de la Cidade de Pedra est devenue l’une des plus importantes du Brésil pour l’art rupestre préhistorique. Aucune datation directe n’a pu être faite, faute de pigments d’origine organique sur les parois. En revanche, l’analyse comparative des dispositifs pariétaux, l’étude de leurs interrelations avec les occupations stratifiées mises en évidence dans plusieurs des principaux sites rupestres indiquent une succession de phases de réalisation des représentations s’inscrivant dans la grille chronologique des datations des occupations précéramiques puis céramiques. Les dernières sont très probablement contemporaines des occupations datées entre 1 000 ans et 200 ans avant le présent.

23Les fouilles dans les abris rupestres Ferraz Egreja, Antiqueira, Arqueiros et Cipó confirment la densité de fréquentation du territoire au cours du dernier millénaire dans toute la région et leur contemporanéité avec les sites de plein air datés  : Fazedinha, Baia 55, Turbina, Jatobá. L’abondance du matériel céramique et sa diversité sur les plans technique (pâte et cuisson), typologique (fonction et forme des récipients), artistique parfois (décoration), indiquent de sensibles différences qui correspondent à des activités domestiques et quotidiennes différentes, mais aussi à des fonctions diverses des habitats (passagers, pérennes, spécialisés pour la pêche ou la chasse, ou encore pour l’observation ou la surveillance, etc.)

24Les fouilles de la caverne Cipó ont mis en évidence une utilisation funéraire de l’abri vers 1000 ans BP  : dix urnes funéraires, dont trois entières y ont été découvertes, associant des squelettes humains partiels. Les objets les plus élaborés (une hache, un labret et deux rondelles faites sur coquille) ont été trouvés en association avec les urnes (Wesolowski 2006).

25Dans une analyse plus globale des implantations faite d’après les paysages, on note deux groupes d’occupations à céramique (avec changements typologiques selon les époques)  : des habitats de plein air en lien avec le grand axe de circulation inter et intrarégionale constitué par le Rio Vermelho et ses micro-affluents  ; des occupations en hauteur dans des abris sous roche tous ornés. Cette distinction en deux groupes pourrait suggérer deux populations vivant chacune avec une certaine autonomie tout en participant au même flux culturel. Ce dernier, caractérisé par la céramique, commence à être connu dans d’autres régions du plateau central brésilien, à plusieurs centaines de kilomètres de la Cidade de Pedra pour les moins éloignées.

26L’hypothèse de populations différenciées est renforcée par les particularités remarquables dans le matériel lithique  : pour l’ensemble des sites fouillés, le débitage lithique est inexistant sur les sites céramiques de plein air et abondant dans les occupations à céramique contemporaines des abris.

27Les premières occupations précéramiques remontent à 4500 ans BP, à la base de la séquence stratigraphique mise en évidence dans le grand abri rupestre de Ferraz Egreja (environ 400 représentations). Dans ces occupations et les suivantes, à Ferraz Egreja mais aussi dans le site fouillé des Abrigos Vermelhos, le matériel lithique apparaît varié pour les choix de matières premières mais plutôt uniforme pour le débitage et l’outillage, très réduit. La matière première la plus utilisée par l’ensemble des populations précéramiques est le grès. La roche affleure dans la région, formant des cheminées résiduelles qui atteignent souvent plusieurs dizaines de mètres de diamètre et de hauteur. Les degrés de cimentation silicification des grès, et donc leur aptitude à être débités ou taillés, sont variables dans la région de la Cidade de Pedra, et sont à l’origine des sélections différenciées opérées par les différents groupes humains. Une variété de grès fins, verdâtres et tendres a été recherchée, en particulier par les peuples céramistes, pour confectionner de grandes pièces, dont des lames de hache. Les gîtes de ces roches vertes n’ont pas été localisés dans le périmètre régional étudié. Des petits rognons de silex et des blocs de quartz collectés dans la région ont constitué des matériaux d’appoint, notables pour l’obtention d’outils et parfois de parures. Les hématites, abondantes sous forme de petits galets plats dans les cours d’eau, ont été largement utilisées pour produire des poudres de pigments et être utilisées comme crayons. Elles ont quelquefois été façonnées en des éléments de parure taillés et perforés.

28Les techniques de débitage des grès sont peu variés et constants en raison même des modes de fracture de ces roches  : les éclats obtenus sont en général courts et épais. Denticulés et coches forment l’essentiel de l’outillage.

29L’analyse comparative des données archéologiques (habitats, industries, céramiques, dispositifs pariétaux) recueillies dans les sites rupestres fait apparaître clairement le rôle de l'environnement dans le choix des implantations  : paysages rocheux accidentés, différenciés par micro-bassins des affluents du Rio Vermelho. Elle met également en valeur des comportements techniques et symboliques, en partie spécifiques à chaque micro-secteur mais, aussi, des contacts multiples et, sans doute, des échanges inter-secteurs. Parvenu à ce niveau de l’analyse des relations des groupes humains avec leurs territoires et entre eux, il devient possible de distinguer et séparer les caractères propres des cultures, dans leur concept général englobant l’ensemble des données archéologiques (matérielles) et les caractères propres des sociétés, identifiées par leurs comportements économiques, techniques et symboliques. C’est dans cette direction que s’orientent les recherches pluridisciplinaires sur le terrain aujourd’hui et à moyenne échéance.

Haut de page

Bibliographie

Les références aux différentes contributions de l’ouvrage dirigé par A. Vilhena Vialou, Préhistoria do mato Grosso, vol.  1, Santa Elina (2005) sont abrégées en Santa Elina.

Aubry, T. 2005. «  Litologia e aproveitamento das rochas », in  : Santa Elina : 107-112.

Blanchot, H. et N. Amenomori. 2005. «  Levantamento dos vestígios vegetais do abrigo rupestre de Santa Elina », in  : Santa Elina : 211-214.

Cartelle, C. 2005. «  Apreguiça terrícola de Santa Elina », in  : Santa Elina : 159-162.

Ceccantini, G. 2005. «  Anatomia das estacas arqueológicas do abrigo -rupestre. Considerações tecnológicas », in  : Santa Elina : 189-200.

Errico, F. d’ et L. Dubreuil. 2005. «  A utilização dos corantes em Pré-história. O exemplo de Santa Elina », in  : Santa Elina : 177-188.

Falguères, C. 2005. «  O Método por Urânio-Tório (U-Th) », in  : Santa Elina : 49-53.

Feathers, J. 2005. «  Datação por Luminescência Óptica Estimulada », in  : Santa Elina : 55-57.

Fontugne, M., C. Hatté et N. Noury. 2005. «  Quadro cronológico », in  : Santa Elina : 103-106.

Kamase, L. 2005. «  As estacas de Madeira », in  : Santa Elina : 201-210.

Smith, D. et M. Bouchard. 2005. «  Análise não destrutiva por microscópio Raman dos pigmentos nas pinturas parietais », in  : Santa Elina : 31-36.

Taveira, E. L. M. 2005. «  Análise do material de fibras e palhas vegetais trabalhadas », in  : Santa Elina : 215-240.

Valladas, H. 2005. «  Aplicação do Método por Carbono 14 em espectromia de Massa por Acelerador », in  : Santa Elina : 47-48.

Vialou, D. 2003. «  Symbolique rupestre et cultures préhistoriques au Brésil », in  : J. Guilaine (dir.), Arts et symboles du Néolithique à la Protohistoire. Paris, Errance  : 61- 80.

Vialou, D. 2005. «  Representações rupestres », in  : Santa Elina : 145-154.

Vialou, D. et A. Vilhena Vialou. 1996. «  Art Rupestre au Mato Grosso (Brésil) », Anthropologie,XXXIV, 1-2, Brno  : 201-213.

Vilhena Vialou, A. 1997-1998. «  Une pendeloque taillée dans un os de Glossotherium Universalia », in  : Encyclopaedia Universalis  : 267.

Vilhena Vialou, A. 2003. «  Santa Elina rockshelter, Brazil  : evidence of the coexistence of Man and Glossotherium », in  : L. Miotti, M. Salemme et N. Flegenheimer (ed.), Where the South Winds Blows. Ancient Evidence of Paleo South Americans. Texas A&M University, Center for the Study of the First Americans  : 21-28.

Vilhena Vialou, A. (dir.). 2005. Pré-história do Mato Grosso. vol.  1, Santa Elina, São Paulo, Edusp.

Vilhena Vialou, A. (dir.). 2006. Pré-história do Mato Grosso. vol.  2, Cidade de Pedra, São Paulo, Edusp.

Vilhena Vialou, A. et D. Vialou. 1994. «  Les premiers peuplements préhistoriques du Mato Grosso », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 91, 4-5  : 257-263.

Vilhena Vialou, A. et D. Vialou. 2003. «  Art rupestre, habitats et territoires au Brésil », in  : R. De Balbin Behrmann et P. Bueno Ramirez (ed.), El arte prehistorico desde los inicios del siglo xxi, Primer symposium internacional de Ribadesella. Associación cultural amigos de Ribadesella : 481-511.

Vilhena Vialou, A., T. Aubry, M. Benabdelhadi, C. Cartelle, L. Figuti, M. Fontugne, M. E. Solari et D. Vialou. 1995. «  Découverte de Mylodontinae dans un habitat préhistorique daté du Mato Grosso (Brésil)  : l’abri rupestre de Santa Elina », Comptes rendus de l’Académie des sciences de Paris, t. 320, série IIa  : 655-661.

Vilhena Vialou, A., H. Badu, F. d’Errico et D. Vialou. 1996. «  Les colorants rouges de l’habitat rupestre de Santa Elina, Mato Grosso (Brésil) », Techne, 3  : 93-97.

Vilhena Vialou, A., P. Dantas de Blasis, L. Figuti, P. Paillet et D. Vialou. 1999. «  Art rupestre et habitats préhistoriques au Mato Grosso (Brésil) », in  : A. Chevalier, L. Velarde et I. Chenal-Velarde (dir), L’Amérique du Sud. Des chasseurs-cueilleurs à l’Empire Inca. Oxford, Archeopress (Bar International Series 746)  : 9-22.

Wesolowski, V. 2006. «  Cipó remanescentes funerários », in  : A. Vilhena Vialou (dir.), Pré-história do Mato Grosso. vol.  2, Cidade de Pedra, São Paulo, Edusp  : 139-144.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1
Légende Abri rupestre, Santa Elina : longue séquence stratigraphique, de 25 000 ans à 2 000 ans BP
Crédits Photo A. et D. Vilaou
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 2
Légende Abri rupestre, Santa Elina : peinture d’indien
Crédits Photo A. et D. Vialou
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/214/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 3
Légende Paysage de la Cidade de Pedra, Mato Grosso
Crédits Photo A. et D.Vialou
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/214/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 4
Légende Abri rupestre, Acrobatas : signes et motifs
Crédits Photo A. et D. Vialou
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/214/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Àgueda Vilhena Vialou et Denis Vialou, « Peuplements préhistoriques au Brésil », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 17-22.

Référence électronique

Àgueda Vilhena Vialou et Denis Vialou, « Peuplements préhistoriques au Brésil », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/214 ; DOI : 10.4000/nda.214

Haut de page

Auteurs

Àgueda Vilhena Vialou

Denis Vialou

Professeur au muséum national d’histoire naturelle et professeur associée à l’université de Sao Paulo
avialou@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org