Navigation – Plan du site
Dossier: Financement et réglementation étatique de la pratique de l'archéologie (fin XIXe-début XXe siècle)
2/ Financer la recherche hier

Alésia, une fouille médiatique

Les enjeux du financement entre 1905 et 1914
Marianne Altit-Morvillez
p. 43-48

Résumés

Alésia a été, dans la première moitié du XXe siècle, un chantier archéologique prestigieux. A travers le financement des fouilles porté, grâce à une forte médiatisation, par les souscriptions privées et les subventions ministérielles, une difficile conciliation apparaît entre les enjeux scientifiques, portés par le directeur des fouilles Espérandieu et les enjeux patrimoniaux de la Société des sciences de Semur qui cherche à valoriser un patrimoine prestigieux.

Haut de page

Texte intégral

1En 1905, la Société des sciences historiques et naturelles de Semur décide d’entreprendre des fouilles sur le plateau du Mont-Auxois à Alise-Sainte-Reine, à l’emplacement de la ville gallo-romaine d’Alésia. Si, de 1861 à 1865, Napoléon III avait fait rechercher les traces des travaux du fameux siège d’Alésia, récemment réétudié (Reddé 2008), pour compléter son ouvrage sur César, il ne s’était pas intéressé à la ville, alors même que le site était connu depuis des siècles. Les agriculteurs déterraient en effet régulièrement des objets qu’ils revendaient aux amateurs.

2La Société de Semur projette de « retrouver la cité gallo-romaine qui avait dû succéder à l’oppidum celtique illustré par la défense de Vercingétorix » (Espérandieu 1906a : 73). Les raisons d’engager des fouilles sur l’un des sites les plus prestigieux de France ne sont, en réalité, pas seulement scientifiques, car la Société, dès 1902, s’inquiète de sa perte de notoriété, localement, et du fait que des fouilles puissent être menées sans qu’elle soit prévenue :

« On s’est déshabitué dans la région de considérer la Société comme le centre naturel et impersonnel des informations scientifiques et économiques de l’Auxois. Il faut réagir contre cette tendance et chacun de nous […] doit s’efforcer de ramener vers nous toutes les informations […] de nature à être conservées dans nos archives ou signalées à l’attention publique.

[…] Un membre signale des fouilles récemment entreprises à Alise-Sainte-Reine […] dont nul n’a été averti. » (Bsss 1904 : 39).

  • 1  Idée développée en 1841 par un érudit de Semur, Ch. Nodot, dans sa Notice sur la fontaine de saint (...)

Par ailleurs, son président, Victor Flour de Saint-Genis (1830-1904), « réclame le rétablissement de ce pèlerinage patriotique […] où l’on venait de tous les points de la Gaule […], avec le caractère de protestation nationale contre la conquête, avant que le culte de Sainte-Reine, continuant la tradition druidique et gauloise, vint y ajouter la consécration chrétienne »1.

La journée du 18 septembre 1905

3Au regard des arguments explicites ou implicites, mélangeant l’histoire et le patriotisme, de l’histoire des fouilles, de l’imaginaire véhiculé par le lieu et en sous-texte de la controverse de l’emplacement du siège (Viallanex & Ehrard 1982 ; Goudineau 2001 ; Reddé 2008 : 154), il n’est pas question pour la Société de procéder à de petits sondages. Et c’est ainsi que, le 18 septembre 1905, elle organise une grande réunion fortement médiatisée sur le site d’Alésia pour annoncer le projet des fouilles. Sont présentes des personnalités du monde savant, la presse locale et nationale, les hommes politiques de la région, soit au total près de quatre cents personnes (Espérandieu 1906b : 175). Camille Jullian (1859-1933), le grand historien de la Gaule, n’ayant pu se déplacer, Salomon Reinach (1858-1932), conservateur du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, prête son concours en donnant une conférence sur l’histoire du site et termine en soulignant l’objectif de la réunion, faire connaître le projet pour le financer : « j’ai pleine confiance dans le prestige du nom d’Alésia : gouvernement, conseils généraux, sociétés savantes, particuliers même, ne refuseront pas leur concours à une œuvre qui peut éclairer […] plusieurs siècles de notre histoire » (Reinach 1905 : 354).

4Pour que les visiteurs se rendent compte de la richesse archéologique potentielle du site, la Société de Semur a fait exécuter par Victor Pernet des sondages sur le plateau, dans des terrains lui appartenant. Ce fouilleur, ancien maire d’Alise, est un symbole : il a participé aux fouilles de Napoléon III, et représente donc une forme de mémoire scientifique du site.

Des financements croisés

5Parmi les nombreux comptes rendus de la journée du 18 septembre 1905, il en est un qui révèle la situation particulière des fouilles sur le sol national :

« Si les ruines d’Alise se trouvaient sur un plateau voisin de Tunis ou même dans l’extrême sud de la Tunisie, elles seraient aujourd’hui complètement explorées ; il y a beau temps qu’on leur aurait demandé tous leurs secrets. Le service des antiquités aurait entrepris des fouilles suivies et méthodiques ; les objets découverts seraient reproduits, classés et exposés dans un musée ; nous aurions un plan exact des ruines sur l’importance et l’intérêt desquelles nous serions absolument fixés. Mais Alise est en France ! » (Héron de Villefosse 1905 : 207).

6En effet, en métropole, il n’y a pas de Service des antiquités et, comme l’indique le conservateur du Louvre, Héron de Villefosse (1845-1919), chacun est libre d’organiser ses fouilles comme il le souhaite, la loi de 1887 sur la conservation des monuments historiques ne prenant pas en compte les vestiges archéologiques (Coye 1997 : 129-130). Pour fouiller un site, l’archéologue passe un accord oral ou signe un bail de location avec le propriétaire du terrain et finance le chantier. L’accord concerne aussi les objets exhumés qui sont soit partagés entre le fouilleur et le propriétaire, soit d’emblée propriété du fouilleur avec, pour les plus belles pièces, une indemnité au propriétaire. Cette liberté de fouilles entraîne une difficulté particulière pour Alésia, en raison de la célébrité du site : n’y faire que des sondages et arrêter le chantier entraînerait le risque de fouilles sauvages (Héron de Villefosse 1905 : 236). C’est là un argument pour faire d’Alésia un chantier de même niveau que les grandes fouilles à l’étranger. Cet enjeu scientifique renforce ainsi l’enjeu patrimonial porté par la Société de Semur.

7Pour qu’elle puisse lancer le chantier et « entreprendre ces fouilles, des ressources considérables sont nécessaires. […] La superficie du plateau du Mont-Auxois comptant près d’un million de mètres carrés, la dépense ressortirait à un franc le mètre carré, chiffre nullement exagéré » (Bsss 1905 : xcix). On comprend dès lors que pour démarrer le projet dans les meilleures conditions et le développer sur plusieurs années, la médiatisation soit nécessaire, et c’est bien un véritable « plan média » qui est mis en place. La réunion du 18 septembre est relayée par les journaux locaux et nationaux, une souscription est ouverte dans le Journal des Débats à la suite d’un appel adressé à ses lecteurs par Gaston Boissier (1823-1908), secrétaire perpétuel de l’Académie française, le dimanche 27 mai 1906 ; des conférences ont lieu dans des lieux stratégiques : l’historien italien Guglielmo Ferrero intervient à la Sorbonne, le commandant Émile Espérandieu (1857-1939) devant la Société française des fouilles archéologiques (Bsss 1906a : 36 ; 1906b : 87). En 1906, une revue Pro Alesia : revue mensuelle des fouilles d’Alise et des questions relatives à Alésia, est créée et dirigée par Louis Matruchot (1863-1921), professeur de botanique à la Faculté des sciences de Paris, originaire de l’Auxois, et membre de la Société de Semur. Son objectif est de profiter du mouvement touristique montant : les pages de garde donnent les indications pratiques pour se rendre sur le site, avec les horaires des trains depuis Paris, font la promotion d’un livret-guide de visite, proposent l’achat par correspondance de séries de cartes postales ou de moulages d’objets trouvés dans les fouilles et en appellent aux souscriptions :

« le public, tenu ainsi en haleine, ne pourra manquer de porter souvent les yeux sur Alésia, et j’espère bien l’inciter de la sorte à apporter aux fouilles son bon argent. » (Lettre de Matruchot à Espérandieu, 15 mai 1906. Archives Espérandieu, Palais du Roure, Avignon).

  • 2  De 1905 à 1908, la Société de Semur ne présente dans son Bulletin aucune comptabilité, les listes (...)

8De grands mécènes apportent leur contribution, chacun à hauteur de 2 000 F : la comtesse Arconati-Visconti (1840-1923), déjà donatrice à la Société française des fouilles archéologiques, le duc Joseph Florimond de Loubat (1831-1927), le baron Guy de Rotschild (1868-1949). Les listes nominatives des donateurs sont publiées dans le Bulletin de la Société de Semur et dans Pro Alesia, montrant leur générosité et l’ampleur du mouvement. De 1 420 F en 1905, les souscriptions s’élèvent à 11 000 F en 1906. Mais peu à peu la courbe s’inverse2 – les adhésions ne représentent plus qu’une centaine de francs seulement avant guerre – et le mouvement médiatique s’essouffle : si l’engouement du public, attesté par le nombre de visites, se maintient cependant, les substructions gallo-romaines ou les traces de « huttes gauloises » n’ont pas de caractère romantique, ni spectaculaire, la réalité archéologique est somme toute bien éloignée du mythe.

  • 3  C’est pour pallier la faiblesse de ces subventions que la Société française des fouilles archéolog (...)

9À côté des aides versées par le Conseil général ou des associations comme la Société française des fouilles archéologiques, l’essentiel du financement provient du ministère de l’Instruction publique : alors qu’habituellement « les aides accordées ne dépassent pas 500 ff »3 (Héron de Villefosse 1905 : 208), pour Alésia, le ministère porte son effort en moyenne à 8 000 F par an avant guerre. D’une part, après avis du Comité des travaux historiques, la direction de l’Enseignement supérieur subventionne les fouilles, et d’autre part la direction des Beaux-Arts soutient la Société de Semur car le théâtre antique a été classé. Le Comité des travaux historiques, dont les rapporteurs sont Camille Jullian et Salomon Reinach, a conditionné le versement de ces subventions à la nomination du commandant Espérandieu comme directeur scientifique du chantier. Mais cette supervision exercée par le Comité heurte la liberté d’action de la Société de Semur et son président n’aura de cesse de s’en affranchir.

10Souscriptions et subventions permettent d’ouvrir le chantier en différents points du plateau : le plan de 1909 montre l’ampleur des recherches menées en quatre ans (fig 1).

Fig. 1

Fig. 1

Plan des fouilles d’Alésia, de 1909, Pro Alesia, 37, pl. lxxvii

Les difficultés de terrains

11La réussite du chantier dont se félicitent les acteurs du projet dans le Bulletin de la Société de Semur gomme bien entendu les difficultés rencontrées. Des témoignages apparaissent dans les lettres reçues par Espérandieu en 1906 : envoyé en mission par le ministère de la Guerre, il délègue, en son absence, la direction du chantier à l’épigraphiste et historien de l’art Seymour de Ricci (1881-1942), qui lui rend compte de l’évolution des travaux et des tractations difficiles de la Société pour louer ou acheter les terrains sur le plateau. Derrière le prix des parcelles apparaît une concurrence de personnes : le docteur René Épery, maire d’Alise, n’ appartient pas à la commission des fouilles instituée au sein de la Société de Semur ; il est absent des décisions alors qu’il est membre de la Société depuis un an. Aussi, semble-t-il hostile aux fouilles :

« Epéry a monté la tête à deux ou trois propriétaires de champs. Il y en a un surtout, le vieux Lapipe, qu’il a complètement circonvenu, qui renie sa signature et veut nous vendre un champ 10 000 ff de moins de 2 ha, valant au plus 3 500 ff […] Un autre, non moins intransigeant, n’a pu être calmé que par la promesse d’un tiers du prix des objets valant individuellement plus de 20 francs qu’on retirerait de son champ. » (Lettre de Seymour de Ricci à Espérandieu, 1er juin, sans date [1906 ?]. Archives Espérandieu, Palais du Roure, Avignon).

12Les mêmes difficultés apparaissent lors de l’achat des parcelles du théâtre, l’aliénation des terrains n’étant pas dans l’intérêt de la commune :

« Il est une chose certaine, c’est qu’Épéry est très empêtré avec son théâtre sur les bras. […] Il sent qu’une lourde responsabilité lui pèserait sur les épaules si on rebouchait le théâtre ; il est, en somme, moralement obligé d’accepter nos conditions, il en profite pour essayer de marchander et tâcher de rentrer en grâce. » (Lettre de Matruchot à Espérandieu, 3 octobre 1906. Archives Espérandieu, Palais du Roure, Avignon).

13Espérandieu écrit lui-même à Reinach :

« Nous sommes gênés par les propriétaires des champs voisins de nos fouilles. » (Lettre du 12 août 1906. Archives Reinach, Man, Saint-Germain-en-Laye).

14Ces résistances expliquent pourquoi Victor Pernet, dans son Journal de fouilles, année après année, a tant de problèmes avec les terres sorties des tranchées :

« la gêne occasionnée par les champs voisins met les travailleurs dans l’obligation de combler leurs tranchées au fur et à mesure, par un simple déplacement des terres derrière eux. » (Pernet 1907 : 286).

15Et, dans le rapport suivant :

« la montagne des terres de déblais nous enserre étroitement. » (Pernet 1908 : 442).

16Il n’a pas d’espace pour les déblayer malgré « un chemin de fer Decauville […] 100 m de voie et 2 wagonnets » (Pernet 1905 : 182-183) prêtés par une usine de la région ; les photographies publiées dans Pro Alesia donnent en effet une impression quelque peu chaotique du chantier (fig. 2).

Fig. 2a

Fig. 2a

Le chantier de fouilles en 1907, Pro Alesia, 12, pl. xxiv

 Fig. 2b

 Fig. 2b

Decauville, Bsss 1906, 35, pl. xiii

17Certains terrains sont effectivement rebouchés et rendus à leur propriétaire ; pour les autres, le rebouchage hivernal est partiel et pose des difficultés qui n’ont apparemment pas été prises en compte dans le budget de fouilles. Le premier hiver, les murs avaient été recouverts de roseaux chargés de terre mais, au printemps 1907, quand on découvre les murs, « l’humidité avait traversé et imbibé […] et la gelée avait désagrégé en partie les pierres et les mortiers ». L’année suivante, une couverture de tuiles, offertes par des industriels locaux, est établie sur tous les murs à protéger (Simon 1908 : 355) (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

La couverture de tuiles pour protéger les ruines, Pro Alesia, 31-32, pl. lxvii

Un lieu touristique

« Les habitants du voisinage commencent déjà à s’intéresser fortement aux fouilles […] Lundi passé, de superbes dames en toilette claire venues de Dijon, je crois, assistaient à ces fouilles, assises à même sur les terres provenant des déblais, et il paraît que tous les jours une foule de personnes vont visiter le chantier. Le Dr Simon voudrait même établir un tourniquet » (Lettre d’Espérandieu à Reinach, sans date [1906 ?]. Archives Reinach, Man, Saint-Germain-en-Laye.)

18Le témoignage d’Espérandieu le confirme, les visiteurs se pressent, et la Société de Semur décide de faire payer l’entrée du chantier 0,50  F, les membres de la Société et leur famille en étant dispensés (Bsss 1907). L’instauration de cette mesure est une des brèches dans l’entente fragile entre Espérandieu et le président de la Société de Semur. En effet, pour le directeur des fouilles, il n’est pas question de « faire payer les savants, et notamment les membres de l’Institut qui nous feraient le très grand honneur de venir à Alise » (lettre à S. Reinach, 25 juillet 1907. Archives Reinach, Man).

  • 4  Président de la Commission archéologique de la Côte-d’Or et membre du Comité des travaux historiqu (...)

19La comptabilité de la Société montre que le produit des entrées s’est élevé à une moyenne de 2 000 F par an jusqu’en 1914, ce qui montre une certaine attractivité du site, entretenue par une publicité bien comprise. Ainsi, la Société réussit-elle à faire changer le nom de la gare des Laumes en « Les Laumes-Alésia » en 1908 et, cette même année, la « caravane scolaire du Touring-Club », environ 1 500 personnes, visite le site (Bsss 1908a : xxxviii ; 1908b : lxi), les journaux relayant l’événement. Pour recevoir un tel monde, il est nécessaire de rendre accessible le chantier, aussi installe-t-on « des sentiers et des passerelles pour permettre aux visiteurs de tout voir sans danger et sans encombrement » (Pernet 1908 : 396) et des poteaux indicateurs pour les guider (Pernet 1908 : 399) (fig. 4). L’archéologue bourguignon Henri Corot (1864-1941)4 ne voit pas d’un bon œil la transformation du chantier en parc touristique :

« Je connais beaucoup de personnes qui, après avoir visité, devant la pose des pancartes indicatives des ruines d’Alésia, sont revenues fort désenchantées disant qu’elles n’avaient vu que des pierres et des ruines, et que réellement cela ne valait pas la peine de débourser 0,50 par tête. » (Lettre de Corot à Espérandieu, 17 juillet 1908 Archives Espérandieu, Palais du Roure, Avignon).

20Autre point d’achoppement, la vente de cartes postales initiée en 1906 par Matruchot avec le double objectif de rentabilité et de publicité pour le site :

« il faut interdire, même aux amateurs, de photographier les fouilles d’Alise […] une carte postale bien lancée [peut], en quelques années, rapporter jusqu’à 500 ff. »

21Le jeune Colin « est un ouvrier des fouilles, actif et intelligent. Il fera le boniment (après avoir mis son paletot pour en imposer aux foules) et une fois terminé le tour du propriétaire, il glissera quelques cartes postales Pro Alesia aux amateurs – tout cela ad majorem Alesii gloria. » (Lettres de Matruchot à Espérandieu, 5 juillet et 5 septembre 1906. Archives Espérandieu, Palais du Roure, Avignon).

Fig. 4

Fig. 4

Les poteaux indicateurs pour la caravane du Touring-club, Pro Alesia, 44-45, pl. xc

22Or, cette interdiction est incompréhensible pour Espérandieu qui considère la photographie comme un document de travail : ainsi, quand il est accompagné d’archéologues, il les laisse photographier le site. Et Héron de Villefosse lui écrit d’ailleurs :

« En quoi cela peut nuire au succès des fouilles que l’on prenne des photographies des ruines ! Au contraire, il me semble qu’on attirerait les visiteurs en leur accordant la permission d’opérer à leur aise. Il est bien facile, si on trouve un bel objet, de le mettre immédiatement en lieu sûr et d’en réserver la publication. » (Lettre de Héron de Villefosse à Espérandieu, 17 août 1907. Archives Espérandieu, Palais du Roure, Avignon).

23C’est à nouveau un point d’achoppement avec la Société de Semur.

24Enfin, pour conserver et présenter les objets issus des fouilles, une partie des subventions sert aussi à la location, dans un premier temps, d’une maison pour en faire un musée, puis, le local devenant trop petit, à l’achat puis à l’aménagement d’un musée à Alise en 1909.

25En 1908, le différend qui couvait entre le commandant Espérandieu et le président de la Société de Semur, le Dr Simon, est consommé (Reinach 1925 : 26-100). Le commandant, lassé par les discours contradictoires du président, abandonne la direction du chantier mais refuse d’abdiquer et achète des terrains sur le plateau pour fouiller à son propre compte. Il recevra du ministère 2 000 F par an jusqu’en 1914, car il est soutenu par les membres du Comité des travaux historiques et par le directeur de l’Enseignement supérieur, Charles Bayet (1849-1918), qui le connaît bien puisque depuis 1903, c’est lui qui dirige l’édition de l’ouvrage d’Espérandieu, le Recueil des bas-reliefs de la Gaule (Espérandieu 1907-1938). Après guerre, Espérandieu poursuit son chantier à la Croix-Saint-Charles pendant que le normalien Jules Toutain (1865-1961) reprend les fouilles de la Société de Semur (Provost 2009).

26Alésia a été, dans la première moitié du xxe siècle, un chantier des plus prestigieux en France, la notoriété aidant. Cependant, cette notoriété est elle-même à l’origine de l’opposition de deux logiques sur le plateau en 1908 : l’une scientifique, portée par le Comité et le commandant Espérandieu ; l’autre de prestige local, de valorisation du patrimoine, de vulgarisation et de participation du public, étrangère aux savants, portée par la Société de Semur. Les enjeux étaient mal définis au départ, sans doute en partie à cause de l’absence de législation des fouilles ; le financement, provenant essentiellement du ministère, entre en contradiction avec la liberté d’action revendiquée par la Société de Semur. Et cette contradiction est, en elle-même, l’expression significative d’une période où les sociétés savantes sont à la recherche d’une place dans un monde scientifique en voie de professionnalisation.

Haut de page

Bibliographie

Boutry P. & Julia D. dir. 1997. Reine au Mont Auxois : le culte et le pèlerinage de sainte Reine des origines à nos jours. Paris, Éditions du Cerf, 446 p.

Bsss 1904. Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur, t. 33 : xxxix.

Bsss 1905. « Séance du 12 octobre 1905 », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur, t. 34 : xcix.

Bsss 1906a. « Séance du 10 mai 1906 », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur, t. 35 : xxxvi.

Bsss 1906b. « Séance du 13 décembre 1906 », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur, t. 35 : lxxxvii.

Bsss 1907. « Séance du 10 octobre 1907 », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur, t. 35 : cxlvii.

Bsss 1908a. « Séance du 12 mars 1908 », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur, t. 36 : xxxviii.

Bsss 1908b. « Séance du 11 juin 1908 », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur, t. 36 : lxi.

Calament F. 2001. « La société française des fouilles archéologiques : l’émergence d’un nouvel organe de soutien à la recherche scientifique », Bulletin archéologique du Cths, Antiquité, Archéologie classique, fasc. 28 : 45-57.

Coye N. 1997. La préhistoire en parole et en acte, méthodes et enjeux de la pratique archéologique (1830-1950). Paris, L’Harmattan, 338 p.

Espérandieu É. 1906a. « Les fouilles d’Alésia », Bulletin de la Société française des fouilles archéologiques : 73-76.

Espérandieu É. 1906b. « Les fouilles d’Alésia de 1906 », Bsss, t. 34 : 141-182.

Espérandieu É. 1907-1938. Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine. Paris, Imprimerie nationale, vol. i-xi (Collection de documents inédits sur l’histoire de France).

Goudineau C. 2001. Le Dossier Vercingétorix. Arles, Actes Sud/Errance.

Héron de Villefosse A. 1905. « Antiquités romaines trouvées à Alise-Sainte-Reine », Mémoires de la Société des Antiquaires de France : 207-272.

Pernet V. 1905. « Journal des fouilles, les sondages préparatoires 1905 », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur, t. 35 : 181-188.

Pernet V. 1907. « Journal des fouilles », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur, t. 36 : 255-297.

Pernet V. 1908. « Journal des fouilles de 1908 », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur, t. 36 : 385-452.

Provost M. 2009. Carte archéologique de la Gaule, la Côte-d’Or, 21/1 Alesia. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 560 p.

Reddé M. 2008. « La querelle d’Alésia, hier et aujourd’hui », in : Reddé M. & Schnurbein S. von (dir.), Alésia et la bataille du Teutoburg : un parallèle critique des sources : actes du colloque franco-allemand. Jan Thorbecke Verlag, 345 p.

Reinach S. 1905. « Conférence à la réunion d’Alise, 18 septembre 1905 », Bsss, t. 35 : 346-354.

Reinach, S. 1925. « Éphémérides d’Alésia », Revue archéologique, 1925 : 26-100.

Simon A. 1908. « Rapport de fouilles de 1908 », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur, t. 36 : 353-384.

Viallaneix P. & Ehrard J. 1982. Nos ancêtres les Gaulois : Actes du colloque international de Clermont-Ferrand. Clermont-Ferrand, Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université de Clermont-Ferrand, n.s., fasc. 13, 492 p.

Haut de page

Notes

1  Idée développée en 1841 par un érudit de Semur, Ch. Nodot, dans sa Notice sur la fontaine de sainte Reine à Alise. Sur le culte de saint Reine, cf. Boutry & Julia 1997.

2  De 1905 à 1908, la Société de Semur ne présente dans son Bulletin aucune comptabilité, les listes des souscriptions servant de justification comptable (Bsss 1908, t. 36 : cxxxvii). À partir de 1909, la Société déclarée d’utilité publique présente une comptabilité détaillée.

3  C’est pour pallier la faiblesse de ces subventions que la Société française des fouilles archéologiques est créée en 1904 (Calament 2001).

4  Président de la Commission archéologique de la Côte-d’Or et membre du Comité des travaux historiques, cet archéologue fouille de nombreux sites et, notamment, les sources de la Seine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Plan des fouilles d’Alésia, de 1909, Pro Alesia, 37, pl. lxxvii
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2139/img-1.png
Fichier image/png, 432k
Titre Fig. 2a
Légende Le chantier de fouilles en 1907, Pro Alesia, 12, pl. xxiv
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2139/img-2.png
Fichier image/png, 656k
Titre  Fig. 2b
Légende Decauville, Bsss 1906, 35, pl. xiii
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2139/img-3.png
Fichier image/png, 392k
Titre Fig. 3
Légende La couverture de tuiles pour protéger les ruines, Pro Alesia, 31-32, pl. lxvii
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2139/img-4.png
Fichier image/png, 461k
Titre Fig. 4
Légende Les poteaux indicateurs pour la caravane du Touring-club, Pro Alesia, 44-45, pl. xc
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2139/img-5.png
Fichier image/png, 737k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Altit-Morvillez, « Alésia, une fouille médiatique », Les nouvelles de l'archéologie, 133 | 2013, 43-48.

Référence électronique

Marianne Altit-Morvillez, « Alésia, une fouille médiatique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 133 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/2139 ; DOI : 10.4000/nda.2139

Haut de page

Auteur

Marianne Altit-Morvillez

Université Paris I-Panthéon Sorbonne,
marianne.altit-morvillez@neuf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org