Navigation – Plan du site
Dossier: Financement et réglementation étatique de la pratique de l'archéologie (fin XIXe-début XXe siècle)
2/ Financer la recherche hier

Des sous et des archéologues : place et rôle de l’argent à travers la correspondance entre Émile Cartailhac et Joseph Déchelette

Sandra Péré-Noguès
p. 39-43

Résumés

La correspondance entre Emile Cartailhac et Joseph Déchelette donne un éclairage original sur les problèmes de financement de la recherche en archéologie, comme deux conservateurs de musées et savants pouvaient les vivre au quotidien.

Haut de page

Texte intégral

1La correspondance scientifique est une clé d’entrée dans la construction d’une discipline à une époque déterminée, car elle nous place au cœur d’une pratique intellectuelle mais aussi quotidienne (Richard 1991 : 77-94) qui, selon les cas, peut s’avérer féconde pour le chercheur d’aujourd’hui. La première qualité de ce type de correspondance est en effet d’être à la frontière entre privé et public, « entre l’horizon scientifique et l’horizon affectif », ce qui lui confère un statut particulier (Bonnet 2007 : 1075-1076). C’est dans cet entre-deux que les questions d’argent se posent le plus souvent et qu’elles sont abordées avec plus ou moins de réserve par les interlocuteurs.

2Le dossier retenu concerne la correspondance croisée et partiellement reconstituée entre Émile Cartailhac (1845-1921), avocat de formation et préhistorien renommé, et Joseph Déchelette (1862-1914). On compte dans le fonds de la bibliothèque du musée de Roanne 72 lettres du préhistorien toulousain à ce dernier. Pour celui-ci, nous avons pu récupérer à ce jour 39 lettres, dont 9 lettres sont à Roanne et 30 lettres sont conservées dans les archives du comte Begouen à Montesquiou-Avantès (Ariège). Leur correspondance semble faire suite à la rencontre des deux hommes en 1900, lors d’un voyage de l’industriel roannais dans les musées du sud-ouest de la France (Cartailhac 1902 : 631). À partir de 1906, elle prend une tournure plus amicale, même si les deux hommes appartiennent à des générations différentes. Au fil de leurs discussions, les questions d’argent prennent une place importante. Elles semblent avoir été pour Émile Cartailhac un souci constant, autant dans ses activités professionnelles que dans sa vie personnelle, alors que le statut d’industriel de Joseph Déchelette lui donnait une marge de liberté confortable, même s’il fut attentif à ne pas dépenser sans compter.

L’achat de collections privées

3Le premier domaine dans lequel les questions d’argent apparaissent est lié à leur fonction de conservateurs, qui les obligeait à enrichir les collections des musées dont ils avaient la responsabilité. La lecture de leurs courriers met en lumière toutes les tractations qu’ils pouvaient entreprendre pour acquérir des collections parfois vendues aux enchères.

4Nommé conservateur du musée municipal de Roanne, le 19 décembre 1892, J. Déchelette œuvra dès son arrivée à l’enrichissement des collections. Un épisode fameux fut celui de la momie égyptienne qu’il avait acquise au musée de Guizeh en mars 1893, et qui fut le « clou » de l’inauguration de la nouvelle salle du musée (Binétruy 1994 : 77). À la fin de l’année 1899, il parvint à acquérir, pour la « modique somme de 50fcs la moitié de la collection de vases antiques réunie par M. Constancias à Lezoux vers 1830 » (Bemont 1994), et il acheta sur ses propres deniers un autre lot de vases de l’âge du Bronze de la même localité qu’il céda au musée. Il n’hésita pas à non plus à investir du temps et de l’argent pour d’autres musées, comme le musée des antiquités nationales (Man) à Saint-Germain-en-Laye, dirigé par Salomon Reinach, son ami et « maître » : à l’automne 1904, ce fut à sa demande que J. Déchelette acheta aux enchères le mobilier de la sépulture de Chassenard pour la coquette somme de « 1 802 francs », faisant ainsi l’avance pour le Man qui, depuis 1896, ne pouvait, « d’après les nouveaux règlements […] acheter, sous [sa] responsabilité, que jusqu’à concurrence de 500 francs ».

5Parallèlement à ses fonctions d’enseignement, Émile Cartailhac fut chargé des collections d’anthropologie du museum de Toulouse mais aussi de celles du musée Saint-Raymond (Dubois 2011). Une de ses lettres, datée probablement de 1910, donne à voir ce qu’était son rôle dans l’acquisition d’objets venus à sa connaissance grâce à son réseau « d’avertisseurs » :

« après ma leçon de samedi il y a huit jours, je suis parti pour Luchon. J’avais été averti qu’une excavation pour réservoir d’eau, Mairie de Sacrouvieille, avait produit des cistes en dalles couvrant des urnes. En voiture j’ai gagné St Paul d’Oueil où vit le curé, mon excellent avertisseur. Il neigeait et les chevaux montaient avec peine. Là-haut j’ai trouvé mon curé qui essayait ses skis (la grande nouveauté pyrénéenne) et ne m’attendait plus. […] À cheval et à travers champs, avec 25 à 40 c. de neige selon les endroits, mon curé filant devant moi pour me guider, nous avons gagné la susdite commune et vu le maire, l’urne (fragmentée), le gisement 4.50 de profondeur. […] La fouille coûtera chaud. J’ai offert un louis et l’on m’a dit : quelqu’un à Luchon a fait dire que ça avait une grosse valeur. Et puis qui est le propriétaire. L’entrepreneur réclame. Le maire aussi, etc. etc. » (Lettre de Cartailhac à Déchelette, sans date).

6Cette anecdote rend compte à la fois de la surenchère qui pouvait parfois être encouragée par les autorités locales et des difficiles négociations que le conservateur devait engager. Cela explique sans doute pourquoi É. Cartailhac fit à J. Déchelette plusieurs propositions d’acquisition conjointe de collections. En 1908, il sollicitait ainsi son collègue roannais :

« Un de nos bons fouilleurs est mort, l’abbé Cau Durban. Sa nièce reste sans ressources avec une collection archéologique importante. J’ai pris pour la galerie préhistorique l’âge du Renne. Il y a en plus 40 beaux vases 1er âge du fer Ariège et une belle série de bronzes, torques et grande spirale. Je voudrais les placer à Toulouse. Il me semble que 1500 fs serait le prix. A priori et sous toutes réserves pourrait-on si Toulouse et St-Germain ne sont pas preneurs proposer l’achat à Roanne ? » (Lettre de Cartailhac à Déchelette, 26 octobre 1908).

7Nous ne savons pas ce que J. Déchelette répondit à cette proposition, mais quelques mois plus tard, É. Cartailhac le consulta à nouveau pour partager du mobilier qui appartenait probablement à la collection Maury :

« Il y a au Mas d’Azil entre les mains d’une famille amie de Piette une collection de 12 harpons barbelés et d’une vingtaine de galets coloriés. Je souhaite seulement pour le Musée de Toulouse 2 ou 3 harpons un peu différents de ceux que nous avons déjà et aussi 2 ou 3 galets. Je ne puis donc pas faire aux frais du Musée l’acquisition du bloc. Nos ressources financières sont trop restreintes. J’estime qu’on ne peut pas offrir moins de 10 fs par pièce, soit 300 fs pour le bloc. Peut-être, si les marchands Schleicher, Mortillet et autres Hauser ne sont pas informés, me cédera-t-on à ce prix. J’irai jusqu’à 350 fs. Seriez-vous preneur d’une part jusqu’à quel chiffre ? » (Lettre de Cartailhac à Déchelette, sans date).

8À la surenchère des inventeurs s’ajoutaient les trafics supposés des archéologues étrangers dont les moyens financiers étaient, comme nous le verrons, beaucoup plus importants. En dépit des craintes de l’archéologue toulousain, J. Déchelette répondit négativement à la demande :

« J’ai le regret de ne pouvoir contribuer à l’achat des harpons et galets. Notre musée est sans ressources, même endetté, par suite d’achats récents ! Quant à moi, vous le savez, je ne collectionne pas, réservant mon budget aux livres et documents. » (Lettre de Déchelette à Cartailhac, 24 février 1909).

9Si aucun accord ne fut jamais passé entre les deux conservateurs, l’un et l’autre restaient à l’affût des ventes et reventes de collections tout en veillant à ne pas être entraînés à de lourdes dépenses, car d’autres postes exigeaient la mobilisation de fonds importants, comme les publications.

Le financement des publications

10Si J. Déchelette n’évoquait guère dans ses lettres la mise en œuvre financière de ses publications, il n’en est rien chez ses correspondants, en l’occurrence É. Cartailhac, qui le sollicita en 1903 dans des conditions tout à fait particulières :

« Il y a quelques semaines nous avions à Paris la réunion des actionnaires directeurs de l’Anthropologie et j’ai été chargé de vous faire une assez délicate proposition. C’est Reinach qui a mis votre nom en avant. Il aurait aussi bien pu vous en écrire lui-même, mais en fait il a été décidé que je porterai à votre connaissance le fait, l’affaire que voici.

Grâce au talent exceptionnel de l’abbé Breuil j’ai pu relever exactement en couleur les peintures de la Caverne de Marsoulas Hte-Garonne, et de la Caverne d’Altamira, près Santander – et aussi les beaux et curieux graffitis qui les accompagnent. […] L’Anthropologie prend la publication à son compte, mais elle ne peut s’engager que pour 2 000 fs. On a jugé qu’il fallait un capital de garantie de 5 000 fs la publication devant coûter avec ses 25 planches en chromo et le reste 8 000 fs. On tire à 300 exempl. Je vous communique trois ou quatre des planches qui ont enchanté Reinach. Si bien qu’il s’est inscrit pour mille francs. Voulez-vous faire comme lui. Voilà la question lâchée ! Le prince de Monaco ferait l’appoint. » (Lettre de Cartailhac à Déchelette, 4 septembre 1903).

11Cette proposition n’est pas surprenante dans la mesure où elle émanait de Salomon Reinach, un proche de Joseph Déchelette. Par ailleurs, l’archéologue roannais était devenu, depuis 1902, un contributeur régulier de L’Anthropologie sous les auspices de É. Cartailhac. La réponse de J. Déchelette fut évidemment positive mais prudente :

« Sans attendre d’avoir reçu les planches annoncées – j’ai vu d’ailleurs les dessins, du moins en partie, chez l’abbé Breuil – je m’inscris pour 500 francs sur la liste de garantie, dans les conditions que vous m’indiquez. Je voudrais pouvoir doubler ce chiffre, mais en ce moment les frais de mon ouvrage sur la céramique (avec 1 500 dessins) m’ont imposé des sacrifices budgétaires assez sérieux. Dans ces limites je suis très heureux de contribuer au succès de votre œuvre si intéressante. » (Lettre de Déchelette à Cartailhac, 8 septembre 1903).

12D’après une lettre de son imprimeur Éleuthère Brassart, Joseph Déchelette s’était alors acquitté d’une somme supérieure à 5 000 francs pour la publication des Vases céramiques ornés de la Gaule romaine.

13Finalement l’affaire fut réglée l’année suivante, même si l’ouvrage (Cartailhac, Breuil 1908) ne parut qu’en 1908 :

« Peut-être vous a-t-on dit à Paris que la Pté de Monaco prend en charge la publication de toutes nos grottes ornées. Cela ne me dégage pas de ma reconnaissance pour les amis qui, comme vous, avaient bien voulu me promettre leur concours financier. Même avec leur garantie l’affaire était trop grosse pour mes épaules et… ma bourse. » (Lettre de Cartailhac à Déchelette, 29 novembre 1904).

14Les projets de publications pouvaient donc devenir des gouffres financiers pour les savants, même les plus réputés. Il semblait difficile de tenter une telle aventure sans capital personnel, ni recommandation d’un tiers auprès d’un éditeur. C’est ce qu’indique par exemple la publication par Joseph Déchelette de la collection Millon, du nom du magistrat bourguignon qui avait réuni cette collection d’antiquités préhistoriques et gallo-romaines. L’idée émanait d’un archéologue amateur, commis de l’Académie de Dijon, Raoul Bouillerot. Grâce à l’appui de l’archéologue roannais auprès de l’éditeur parisien Paul Geuthner, le projet put voir le jour, puisque Déchelette avait pris en charge la publication et s’était entouré de l’abbé Parat, du docteur Brulard et de Pierre Bouillerot, fils de Raoul ; après deux années de travaux communs, l’ouvrage fut publié dans un format in quarto assez luxueux.

15Si le coût d’une publication était lourd, le coût des ouvrages l’était tout autant comme le montre la circulation de livres et de brochures que l’on devine à travers la correspondance. Sur le prix des ouvrages d’archéologie, plus particulièrement à la suite de l’augmentation exorbitante du prix des volumes des Monumenti Antichi, collection incontournable des antiquités italiennes, J. Déchelette proposa en 1906 à S. Reinach une idée originale, une sorte d’édition bon marché de certains titres :

« La production des ouvrages d’archéologie augmente sans cesse. Si le prix des publications ne s’abaisse pas, il deviendra tout à fait impossible, même aux bibliothèques publiques de se tenir au courant. […] Je livre cette idée à votre examen.

Il s’agirait de créer un syndicat de bibliothèques, chacune d’elle versant une cotisation. Avec le produit de ces versements, on exécuterait chaque année quelques in-folios publiés avec un luxe inutile. Pour cela, il suffirait souvent de donner en zincographie et à bon marché, d’après des calques ou des dessins au trait des réductions de planches, en y joignant une analyse du texte. Cette édition considérablement diminuée suffirait aux travailleurs.

Notre syndicat aurait-il à redouter les pénalités portées contre les contrefacteurs ? Je ne suis pas compétent sur ce point de droit, mais je crois que d’après la jurisprudence, il n’y a pas contrefaçon, lorsqu’on a fait usage d’un procédé différent, pour la reproduction d’une planche. Dans le domaine des études préhistoriques, je vois nombre de gros livres qui gagneraient à être ainsi allégés de 75 % de leur poids et de leur valeur vénale.

J’appellerai mon syndicat Comité d’initiative pour favoriser le Krach des in-folios. Certains in-4° auraient ensuite leur tour, et les éditeurs voyant suspendu au-dessus de leur tête ce coupe-papier de Damoclès, y regarderaient à deux fois avant de nous dévaliser au coin des bois de bibliothèque. » (Lettre de Déchelette à Reinach, 7 janvier 1906).

16Renseignement pris, J. Déchelette renonça en raison des problèmes de droit de reproduction que posaient les planches. Tous les archéologues rencontraient les mêmes problèmes dès lors qu’ils publiaient, du fait de la politique de certains éditeurs d’ouvrages ou de revues. Cette situation révèle en tout cas les difficultés de documentation pour tout savant éloigné des bibliothèques universitaires (a fortiori parisiennes) et disposant d’un modeste budget.

L’État et l’archéologie

17De leurs diverses expériences, aussi bien de conservateurs que d’archéologues de terrain, les deux hommes ont aussi tiré des commentaires plus politiques. L’un des principaux griefs était le manque de soutien du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Une discussion s’engage ainsi à propos de la publication du livre de É. Cartailhac sur les Baléares (Cartailhac 1892) :

« Je joins mes Baléares à vos volumes. Vous jugerez, je pense, que mon volume méritait quelques lignes dans la Revue archéologique ou dans les Comptes rendus de l’Académie des inscriptions. Vous les chercheriez en vain. M. de St Arroman m’avait formellement promis une souscription. Le Ministère n’a pas donné un sou, ni acquis un exemplaire. On n’est pas grata persona quand on vit si loin de Paris. Je pense que vous avez mon livre sur l’Espagne et le Portugal qui eut le même sort. » (Lettre de Cartailhac à Déchelette, 5 janvier 1905).

18J. Déchelette partageait cet avis et pointait aussi les limites d’un financement public restant chasse gardée de l’administration publique :

« Que le Ministère ne vous ait pas soutenu de son appui financier dans cette utile exploration et dans la publication de son compte-rendu, cela ne m’étonne guère puisque avec notre organisation actuelle les fonds distribués par des universitaires ne sortent guère de l’Université. Aussi que de collections publiques, que de groupements scientifiques, que de publications spéciales, créées ou élaborées sans le concours de l’administration ! […] L’an dernier nous avons montré à M. Liard, de passage à Autun tout ce que la société Eduenne a pu faire à l’hôtel Rolin, sans aucun subside budgétaire et ce très éminent fonctionnaire ne pouvait cacher sa surprise. » (Lettre de Déchelette à Cartailhac, 16 janvier 1905).

19C’est le même manque de moyens qui fut mis en avant par É. Cartailhac pour expliquer la situation provoquée par les fouilles de l’archéologue suisse Hauser :

«  Il est évident que Hauser dispose de moyens que nous n’avons pas. Personne en France ne s’est outillé comme lui. Il a payé 4 000 fs le géomètre qui est venu lever le plan général des Eyzies. […] Le mérite de ses fouilles c’est qu’elles sont faites à fond, coûte que coûte. Ses reventes et ventes couvrent ses larges frais. Nous n’avions qu’à en faire autant.

En face de cette situation : La Vézère perdue pour nous, sauf qques points acquis par Peyrony […] Chacun de nous égratignait çà et là les stations. D’abord nous n’avions pas d’argent. Qui nous en aurait donné. Le préhistorique inconnu à l’Université, indifférent aux corps élus, détesté comme une dangereuse utopie en qqs milieux. Daleau seul a eu assez d’argent pour suivre longtemps ses fouilles à Pair-non-Pair. Il n’a jamais lâché la station. […] Chauvet (notaire) a fouillé en courant, l’étude le réclamait toujours. […]

Moi je suis trop loin du Périgord et dans les Pyrénées où Hauser ne débarque pas encore les gisements sont autrement rares. Mais c’est encore loin et coûteux. Il faudrait plusieurs personnes, une commission. Les surveillants se succéderaient auprès d’ouvriers bien formés comme étaient ceux de Piette. Mais il avait le nerf de la guerre et plus de dix mille francs filaient chaque année de 1871 à 1885. […]

Avons-nous le droit d’être si sévères pour les étrangers qui viennent cultiver le terrain laissé en friche par nous-même. Ne soyons pas Turcs ni Grecs ». (Lettre de Cartailhac à Déchelette, sans date).

20É. Cartailhac soulignait là les limites de l’archéologie à la française : peu de moyens financiers et techniques, peu de temps disponible pour des savants accaparés par leurs propres activités professionnelles. L’archéologie française semblait rester à ses yeux une activité d’amateur face à la « machine » Hauser.

21J. Déchelette se montrait quant à lui plus nuancé :

« Vous mettez parfaitement les choses au point. Ne soyons ni turcs, ni grecs. Je souhaite seulement que tous les gisements ne nous échappent pas. Hubert qui a d’excellentes idées et de bons projets m’a dit vous avoir écrit qu’il y avait dans la caisse ministérielle des fonds disponibles pour l’achat de stations et qu’il vous demandait de vous occuper de quelque négociation. Je souhaite bien que vous puissiez aboutir. Il ne faudrait pas que lorsque l’archéologie préhistorique enfin mise en honneur sera en possession de tous ses moyens, les champs d’observation fassent défaut et que quand l’enfant aura toutes ses dents, à l’inverse des Invalides, il n’ait plus de pain. » (Lettre de Déchelette à Cartailhac, 23 octobre 1909).

22Concernant le projet de réorganisation de la Commission des monuments préhistoriques, si J. Déchelette se montrait optimiste, É. Cartailhac manifestait son scepticisme quant à la capacité du ministère à défrayer les missionnaires engagés :

« Vous vous trompez en me disant que nous serons indemnisés. Oui on nous donnera nos frais de route. Mais nous nous donnerons gratuitement notre temps et notre peine. Le mot indemnité est exagéré. Peu importe. C’est à 64 ans que j’ai eu pour l’Égypte et pour la première fois une indemnité, mais quarante professeurs de l’enseignement supérieur ou secondaire hommes et dames, en ont eu le même jour autant. J’ai été traité comme les autres. Pour les Mo préhistoriques j’ai reçu 1 000 fs d’entrée, cela m’a permis d’acquérir la grotte de Marsoulas 800 fs, les frais d’enregistrement et autres ont dépassé mon crédit ; j’y suis du mien. Mais encore une fois peu importe j’ai accepté avec plaisir parce que le mandat rentre bien dans mes habitudes et mes plaisirs. » (Lettre de Cartailhac à Déchelette, sans date).

23Le savant âgé, traité à la même enseigne que tout autre savant, exprime ici une certaine rancœur mais il dénonce aussi une situation qui ne lui est guère favorable, pas plus qu’à son correspondant : loin des cercles de décision, le soutien attendu faisait défaut, ce qui révèle encore la césure entre Paris et la province, aggravée par celle qui séparait les universitaires des savants amateurs. Or, comme d’autres confrères, É. Cartailhac vivait de ses rentes et plusieurs courriers témoignent de ses difficultés financières. Il dut renoncer par exemple à se rendre au congrès préhistorique de France qui se déroulait à Autun en 1907 au motif qu’il n’avait pas « la monnaie suffisante depuis que la semaine passée une trombe d’eau s’est abattue sur un domaine » (lettre de Cartailhac à Déchelette, 6 juin 1907). En 1912, alors que J. Déchelette réfléchissait à la reprise de la publication du Dictionnaire archéologique de la Gaule (Reinach 1915 : 209-220), É. Cartailhac n’hésitait pas à dénoncer les sommes colossales qui avaient été investies dans le projet :

« Pendant dix ans et plus (j’ai les comptes) on avait payé 20 000 fs par an le dictionnaire. Chaque rédacteur Mortillet, Barthelemy etc. etc. avaient 1500, 2000 par an. On ne m’alloua pas un sou. On me refusa net de me payer le chemin de fer pour une tournée en Belgique et une autre en Suisse où je croyais, puisque ces pays sont de la Gaule, qu’il y avait à dresser l’inventaire des Musées. » (Lettre de Cartailhac à Déchelette, sans date [1912]).

24Devant l’ampleur de la tâche, et peut-être en raison des mises en garde de son ami toulousain, J. Déchelette ne donna pas suite.

25Mais ce fut en 1914, au moment de la création de l’Institut de paléontologie humaine, que É. Cartailhac exprima le plus clairement des critiques :

« J’ai assisté à la première séance tenue au Palais de l’Institut de paléontologie humaine. Palais ruineux même par l’importance des frais qu’il impose. 10 000 fr au moins d’impôts cinq mille d’éclairage et de chauffage, cinq mille de traitements (concierge et garçons de peine) etc. etc. etc. il faut compter 25 000 fr pour commencer.

Le premier budget s’est soldé avec 30 000 de déficit que le Prince a bien voulu solder. Mais s’il venait à manquer ??!! D’autre part le budget de la dotation, 60 000 de rente, suffit à payer les professeurs actuels et leurs fouilles et leur personnel mais s’il n’y avait pas eu la main énergique de Boule pour régulariser ces dépenses, la faillite serait déclarée.

Les publications sur les peintures et les gravures rupestres sont en dehors de ce budget et restent au compte particulier de son altesse ; mais en présence des comptes dépassant déjà plus de 200 000 fr, il n’a pas été content et a averti qu’il faut de suite modérer les éditeurs.

Il me l’a nettement dit, Boule a reçu des ordres et malheureusement Breuil, mégalomane, veut continuer à publier tout, tout même les traits insignifiants à de grands et coûteux formats. Vous verrez le volume des Combarelles avec quantité de planches insignifiantes. C’est tuer la poule aux œufs d’or. J’ai peur que, par suite, le groupe de mes cavernes françaises soit la victime de ces exagérations et soit sacrifié. Je voudrais ne donner qu’un large dessus du panier et diminuer de moitié le format des dessins. Breuil refuse formellement, tout ou rien. Il est vraiment trop orgueilleux. Ces détails entre nous. » (Lettre de Cartailhac à Déchelette, sans date).

26Malgré les craintes qu’il manifestait pour ses propres projets, É. Cartailhac faisait aussi preuve d’une certaine clairvoyance sur le « déficit chronique » de cette institution (Hurel 2000-2001 : 49-62), et sur la tendance dispendieuse vers laquelle étaient entraînés certains de ses collègues et amis comme l’abbé Breuil. Même s’il s’adressait à l’industriel, sa liberté de ton traduit un même respect des deux hommes pour l’aide privée, fût-elle princière, ce dont témoigne encore la réponse mesurée de J. Déchelette :

« Je ne parlerai pas de ce que vous me racontez au sujet des difficultés budgétaires qui se sont produites à l’Institut du Prince de Monaco. Évidemment il y aura lieu d’être prudent afin de ne pas lasser la bonne volonté du Prince et de ne pas tuer la poule aux œufs d’or, comme vous le dites très bien. » (Lettre de Déchelette à Cartailhac, 20 avril 1914).

27Les échanges épistolaires entre J. Déchelette et É. Cartailhac placent le lecteur d’aujourd’hui au cœur d’une intimité qui, par-delà son caractère parfois anecdotique, donne une idée de l’état d’esprit avec lequel tous deux envisageaient un sujet aussi sensible que l’argent. Si quelquefois ils s’imposaient le sceau du secret, aucun rapport d’obligation ne s’instaura entre eux, sinon en ce qui concernait les échanges scientifiques. Ce point est à souligner, compte tenu du statut social de J. Déchelette, et dans la mesure où il fut parfois sollicité pour des recommandations à l’embauche ou, plus concrètement, pour des prêts personnels. Son aisance financière lui permettait certes de voyager et de se constituer une bibliothèque exceptionnelle, mais elle ne fut pas, à notre avis, déterminante dans les liens scientifiques qu’il tissa avec ses confrères français et étrangers. D’autres critères peuvent être discernés à travers la correspondance : le rôle primordial des réseaux, la part des affinités électives aussi bien politiques que morales. On peut enfin être surpris par l’absence de toute référence, chez Cartailhac ou Déchelette, à leur travail de terrain : s’il n’était pas totalement inexistant, il n’était manifestement pas la priorité des deux conservateurs à l’époque de leurs échanges. Des lettres aux chiffres, leur dialogue épistolaire ne peut à lui seul donner une idée générale des questions de financement de l’archéologie, mais il reste un témoignage perceptible du quotidien de deux éminents savants de province. Sous cet angle, c’est aussi à l’histoire des collections et des publications qu’il invite.

Haut de page

Bibliographie

Bémont C. 1994. La collection Constancias : céramiques gallo-romaines de Lezoux au musée de Roanne. Roanne, Musée Joseph Déchelette, 127 p.

Binétruy M.-S. 1994. De l’art roman à la Préhistoire. Des sociétés savantes à l’Institut, itinéraires de Joseph Déchelette. Lyon, Lugd, 222 p.

Bonnet C. 2007. « Un réseau européen : la correspondance de Franz Cumont », in : C. Jacob (éd.), Lieux de savoir. I. Espaces et communautés. Paris, Albin Michel : 1072-1094.

Cartailhac E. 1892. Monuments primitifs des îles Baléares. Toulouse, Privat, 80 p.

Cartailhac E. 1902. « Mouvement scientifique en France et à l’étranger », L’Anthropologie, 13 : 631-634.

Cartailhac E. & Breuil H. 1908. La caverne d’Altamira à Santillane près Santander (Espagne). Monaco, 275 p.

Dubois S. 2011. Émergence et développement de l’archéologie préhistorique en Midi toulousain entre xixe et xxe siècle. Thèse de doctorat de l’Université Toulouse II sous la direction de M. Barbaza (http://halshs.archives-ouvertes.fr/view_by_stamp.php?&halsid=1i51l0r0sqo832c39v851nup47&label=SHS&langue=fr&action_todo=view&id=tel-00690340&version=1)

Hurel A. 2000-2001. « La création de l’Institut de Paléontologie Humaine par le Prince Albert Ier de Monaco. Une étape vers l’institutionnalisation de la préhistoire », Bulletin du Musée d’anthropologie préhistorique de Monaco, 41 : 49-62.

Reinach S. 1915. « La Commission de Topographie et le Dictionnaire archéologique de la Gaule », Revue Archéologique, II, Ve série : 209-220.

Richard N. 1991. « La préhistoire au quotidien. La pratique de l’archéo-logie préhistorique au xixe siècle, d’après les correspondances réunies au Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye », Gradhiva, 9 : 77-94.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Péré-Noguès, « Des sous et des archéologues : place et rôle de l’argent à travers la correspondance entre Émile Cartailhac et Joseph Déchelette », Les nouvelles de l'archéologie, 133 | 2013, 39-43.

Référence électronique

Sandra Péré-Noguès, « Des sous et des archéologues : place et rôle de l’argent à travers la correspondance entre Émile Cartailhac et Joseph Déchelette », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 133 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/2130 ; DOI : 10.4000/nda.2130

Haut de page

Auteur

Sandra Péré-Noguès

Traces, Umr 5608, Université de Toulouse,
perenog@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org