Navigation – Plan du site
Dossier: Financement et réglementation étatique de la pratique de l'archéologie (fin XIXe-début XXe siècle)
1/Légiférer et protéger

Le financement de l’archéologie en Suisse dans la seconde moitié du xxe siècle

Le rôle du Fonds national de la recherche scientifique
Géraldine Delley
p. 34-38

Résumés

En Suisse, l’archéologie est d’ordinaire l’affaire des cantons. Au cours de son histoire récente, l’archéologie y a néanmoins été financée à plusieurs reprises par l’état fédéral. A côté de cela, une contribution importante a été apportée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (Fns), dès sa création en 1952. En tant qu’outil de financement de la recherche, le FNS a exercé, dès le milieu des années 1950, un rôle structurant sur les pratiques et le fonctionnement de l’archéologie en Suisse.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier ici François-Xavier Chauvière, Marc-Antoine Kaeser, Gianna Reginelli Servais, Serge Reubi et Sonia Wüthrich pour leur relecture critique ainsi que leurs commentaires.

Introduction

1Cette contribution a d’abord pour but d’évaluer brièvement les modalités des financements étatiques fédéraux de l’archéologie suisse au cours du xxe siècle. Elle vise ensuite à examiner plus en détail le rôle structurant que le Fonds national de la recherche scientifique (Fns) a joué – en tant qu’outil de financement de la recherche – sur la pratique de l’archéologie dans la Suisse d’après-guerre.

2En Suisse, selon le code civil de 1912 (cf. Marti, dans ce volume), les cantons ont le pouvoir décisionnel sur l’organisation et le financement des fouilles, ainsi que sur la mise en valeur du patrimoine archéologique. Ce morcellement administratif lié au fonctionnement fédéraliste de ce pays se répercute sur l’organisation de la recherche archéologique et ses résultats (Kaenel 2002).

3La recherche archéologique suisse a néanmoins connu des exceptions au cours de son histoire récente et a été dans quatre cas financée par la Confédération (l’État fédéral) plutôt que par les cantons. Les fouilles conduites sous l’égide du Musée national suisse constituent une première exception dont je ne parlerai pas ici (Flutsch 1998).

Quand la Confédération finance l’archéologie : trois mesures d’exception

4Un premier épisode a lieu entre 1935 et 1939, en liaison avec des mesures d’intervention de l’État fédéral dans la lutte contre le chômage. Une commission d’archéologues, membres de la Société suisse de préhistoire et présidée par l’archéologue bâlois Rudolph Laur-Belart, crée un Service de travail archéologique sous l’égide du Service de travail (Arbeitsdienst), une institution destinée, pendant la crise des années 1930, à occuper les chômeurs à des projets d’intérêt général. Entre 1935 et 1939, le montant consacré à l’archéologie sur cette ligne budgétaire est estimé à 0,14 % du coût total du programme de lutte contre le chômage (Scheuner 2011 : 100). Les plus grands travaux – fouilles et restaurations de monuments – ont été menés sur les sites romains de Augusta Raurica, Vindonissa, Petinesca et Avenches(Scheuner 2011 : 209-210). De tels choix s’expliquent de trois manières différentes : il fallait que ces chantiers puissent occuper 35 personnes en moyenne, de préférence dans des endroits retirés des villes, afin de faciliter l’installation d’infrastructures et de logements, etc. Par ailleurs, les orientations scientifiques de leur principal instigateur, Laur-Belart, spécialiste d’archéologie provinciale romaine, ont sans doute pesé dans ces choix. Enfin, la mise en valeur de ces sites prestigieux, grâce notamment aux travaux de restauration qui y furent menés, semblait également répondre à une quête de valorisation disciplinaire pour les archéologues suisses (Scheuner 2011 : 98).

  • 1 Ces résultats sont tirés d’une thèse de doctorat en préparation par la soussignée sur les débuts de (...)
  • 2 Soit environ 470 millions d’euros pour les autoroutes et 1 526 000 euros (en tenant compte de l’ind (...)

5Au début des années 19601, deux autres programmes archéologiques reçoivent un important soutien de la Confédération. En 1961, un arrêté fédéral est voté en faveur de la prise en charge par la Confédération des fouilles rendues nécessaires par la construction du réseau autoroutier. Une résolution semblable est prise concernant les fouilles liées à la Deuxième Correction des Eaux du Jura (2e Cej) entre 1962 et 1973, dont le budget est réparti entre les cantons commanditaires des travaux (Berne, Fribourg, Neuchâtel Soleure et Vaud) et complété à 50 % par la Confédération. Dans les deux cas, le budget destiné aux diagnostics archéologiques au dégagement des vestiges et à leur documentation sur le terrain a été prélevé directement sur celui de ces aménagements, à raison de 580 millions de francs pour les autoroutes et de 500 000 francs pour la 2e Cej2, soit environ 0,5 % du montant totaldes coûts de construction (Von Burg 2012 : 21 ; Schwab 1989 : 9). Ces deux épisodes de l’histoire récente de l’archéologie suisse ont vu s’instaurer, pour une période limitée, un système d’archéologie préventive où les fouilles ont pu être programmées en amont des destructions et où, pour la première fois, « [les archéologues] pouvai[en]t procéder aux travaux d’excavation sans se heurter à l’inconvénient consistant à chercher des crédits pour les fouilles urgentes, comme c’est le cas sur les chantiers de construction ordinaires » (Schwab 1973 : 147).

6Dans les trois cas, ces mesures ont profité à l’archéologie parce que certains acteurs, préoccupés par le caractère peu affirmé de leur discipline au plan institutionnel et professionnel, les ont détournées à leur avantage. Si, pour la construction des autoroutes et de la 2e Cej, ce sont les pertes patrimoniales inestimables qui sont avancées en premier lieu, l’affirmation disciplinaire et la professionnalisation de l’archéologie en sont des retombées décisives. Enfin, comme le souligne clairement l’archéologue responsable des fouilles de la 2e Cej dans l’extrait ci-dessus, ces épisodes ont permis aux archéologues de mener des recherches dans des conditions où, pour une fois, l’argent ne constituait pas la première préoccupation. En dehors de ces interventions étatiques fédérales qui ont constitué des régimes d’exception, l’archéologie en Suisse a dû compter sur des financements cantonaux. Or, si les moyens investis varient considérablement d’un canton à l’autre, il apparaît surtout que le champ d’intervention des archéologues s’y trouve souvent limité par des lois pour la plupart assez restrictives dans leur acception de l’archéologie.

Le Fonds national de la recherche scientifique, une autre voie de financement

7À partir de 1952, la création du Fonds national de la recherche scientifique (Fns) a contribué à dynamiser la recherche archéologique suisse. Le projet de mise en place d’un système de financement étatique de la recherche en Suisse émane des milieux scientifiques, et non politiques, plus spécifiquement d’Alexandre von Muralt, physicien et médecin de formation, qui voit dans le fonctionnement de la recherche allemande et britannique des modèles pour développer un système de financement de la recherche suisse (Fleury & Joye 2002 : 89-95). Le Fns prévoit d’intervenir sous la forme de subventions versées à des chercheurs universitaires (doctorants, post-doctorants), d’aide à l’acquisition d’appareils coûteux, de salaires de personnel technique auxiliaire, ainsi que de participation aux frais d’équipement d’expéditions scientifiques.

8Le système du Fns s’annonce être tout à fait profitable à l’archéologie suisse. Il prévoit de soutenir une recherche fondamentale qui, dans son objectif premier, n’est pas censée répondre à des intérêts économiques ou politiques. Il vise en outre à gommer les déséquilibres financiers trop importants que l’on observe entre sciences dites morales en Suisse (c’est-à-dire les sciences humaines) et sciences exactes ; ces dernières s’étant trouvées mieux loties du fait des financements fédéraux dont elles bénéficient par le biais de l’École polytechnique fédérale fondée à Zurich en 1855 (Fleury & Joye 2002 : 136-149).

9Sur le plan des pratiques scientifiques, le Fns cherche à promouvoir les collaborations entre disciplines :

10« De nos jours, le zoologue travaille avec le microscope électronique du physicien, le botaniste détermine les acides aminés et les vitamines pour le biochimiste, le généticien s’entretient avec le chimiste organique des acides nucléiques, le physicien construit des spectrographes de masse qui permettent au physiologue de pénétrer dans le fonctionnement compliqué du métabolisme [...] et le chimiste découvre la structure des antibiotiques extrêmement actifs dans la médecine à l’aide des rayons x et de tout un état-major de mathématiciens. » (A. von Muralt 1949, Fonds national suisse pour la recherche scientifique, p. 43, cité par Fleury & Joye 2002 : 142).

11Parallèlement à l’apport financier conséquent qu’il va représenter pour l’archéologie suisse, le Fns va contribuer donc à définir un modèle de pratique de science sur lequel certains préhistoriens suisses seront tentés de s’aligner.

L’effet structurant du Fns

12Parmi les préhistoriens qui sollicitent le Fns dès sa création, plusieurs partagent la volonté de renouveler le champ des recherches lacustres, en l’ouvrant davantage aux sciences naturelles. Ce sont leurs activités, en particulier, qui ont retenu notre attention.

13La question de fond à laquelle ces archéologues se consacrent concerne le positionnement des habitats – sur la terre ferme ou sur l’eau – un problème débattu par les archéologues allemands durant la Seconde Guerre mondiale (Kaeser 2004) et auquel ce groupe d’archéologues cherche à répondre collectivement au milieu des années 1950 (Guyan 1955). Aux observations d’ordre technologique – liées aux modalités de construction des maisons (implantation au niveau du sol, techniques d’isolation, etc.) – sont couplées des études de stratigraphie fines qui doivent permettre de démêler la complexité des superpositions générée par la réoccupation cyclique des stations lacustres. C’est dans le cadre de ces recherches que des archéologues suisses font pour la première fois appel au radiocarbone et à la dendrochronologie, deux outils au potentiel prometteur qui viennent compléter les résultats de la palynologie et de la botanique également mises à contribution dans ces études.

14Les naturalistes et physiciens se montrent de leur côté très intéressés par de telles collaborations. Basé à Munich, le dendrochronologue Bruno Huber cherche, après ses premières expériences concluantes avec l’archéologue nazi Hans Reinerth (Billamboz 2004 : 120), à établir un référentiel continu du chêne, sur lequel seront synchronisés les bois lacustres suisses. De même, dès 1950, les laboratoires radiocarbone – auxquels font également appel des géologues et des botanistes à des fins de datation – sollicitent les préhistoriens suisses pour qu’ils leur livrent des bois sur lesquels effectuer des datations ciblées à partir d’échantillons « d’âge connu ». Cette démarche sert dans un premier temps à régler les appareils de mesure, à vérifier la fiabilité de la méthode et à en tester la précision et les limites. Dès la fin des années 1950, les bois préhistoriques sont recherchés pour calibrer la courbe du radiocarbone, dont l’irrégularité a été détectée par les physiciens. Il en va de même du côté des palynologues suisses, danois et hollandais qui voient, dans les collaborations qu’ils mettent en place avec les archéologues suisses, des opportunités de développer leurs propres outils d’analyse et leurs synthèses sur l’histoire du climat et de la végétation.

  • 3 Les recherches paléolithiques menées par Elisabeth Schmid dans la seconde moitié des années 1950 co (...)

15Au-delà de leur potentiel heuristique, ces collaborations contribuent à placer ces archéologues à l’avant-garde de la recherche préhistorique suisse3, un processus auquel la commémoration de cent ans de recherche lacustres, en 1954, n’a certainement pas été étrangère. Dans l’ouvrage commémoratif qui paraît en 1955 (Guyan 1955), l’usage des sciences naturelles et physiques apparaît comme un moyen d’objectiver le discours sur la question lacustre et, pour ses auteurs, de se distinguer de la vision « romantique » longtemps associée à ces habitats. Plus encore, ce volume permet de montrer combien la science préhistorique s’est modernisée depuis l’invention des Lacustres en 1854, répondant ainsi à la volonté du Fns qui « cherche à faire de la maîtrise de la science et de la technique l’un des nouveaux enjeux du devenir de la Suisse dans l’après-guerre » (Fleury & Joye 2002 : 142).

16Ces nouvelles pratiques permettent donc à l’archéologie de gagner la reconnaissance du Fns et de s’assurer une place dans le paysage scientifique de l’après-guerre. Pour le Fns, l’archéologie préhistorique – une science morale qui collabore de façon constructive avec les sciences exactes – sert d’ailleurs d’exemple pour démontrer la modernité des pratiques interdisciplinaire :

« Depuis quelques décennies, un nouveau “style” de recherche s’affirme dans de nombreux secteurs de la science. Les projets majeurs ne peuvent plus “démarrer” sans que travaillent ensemble de véritables groupes de savants : conséquence de la spécialisation toujours plus poussée. Une entreprise de fouille, par exemple, était au siècle dernier l’affaire d’un Schliemann assisté de sa femme et de quelques fidèles manieurs de la pioche et de la pelle ; aujourd’hui, il faut que l’archéologue et le préhistorien collaborent avec le physicien (procédés de physique pour déterminer les âges), avec le botaniste (analyse des pollens), avec le spécialiste en dendrochronologie (détermination des couches annuelles dans les troncs d’arbres), avec le parasitologue (détermination des parasites internes des habitants), avec l’entomologiste-archéologue (détermination des insectes des périodes antérieures), avec le paléontologue et le chimiste. » (Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique, 12e rapport, 1er janvier-31 décembre 1963, p. 13).

17Cette citation donne à penser que les archéologues ont parfaitement intégré ce que les milieux des politiques scientifiques attendaient d’eux. La tendance se reflète également dans la pratique, où les demandes de financement adressées au Fns servent en grande partie à payer ou à dédommager le personnel scientifique, parmi lequel on compte en général plusieurs naturalistes (dendrochronologues, botanistes, palynologues, sédimentologues). À partir de 1956, le Fns apporte une grosse contribution à la mise sur pied d’un laboratoire de datation 14C à Berne, un projet interdisciplinaire à l’instigation de l’archéologue Hans-Georg Bandi. Impliquant également un physicien nucléaire et un botaniste, ce laboratoire permet de fournir des datations gratuites tant aux archéologues qu’aux chercheurs d’autres disciplines (botanistes, géologues, climatologues notamment), dès lors qu’ils sont financés par le Fns ou la Confédération suisse.

  • 4 Entre le milieu des années 1950 et le début des années 1960, ces montants sont compris entre 12 000 (...)

18L’effet structurant du Fns s’observe aussi au niveau de la professionnalisation de l’archéologie. En se fixant comme objectif de diminuer le déséquilibre entre le financement des sciences morales et des sciences exactes, le Fns amène l’archéologie, comme l’ensemble des sciences morales, à se calquer sur les normes établies au sein des sciences exactes, mieux affirmées sur le plan professionnel. Concrètement, les archéologues doivent définir des tâches, d’ordinaire réalisées bénévolement – comme celles de techniciens, de personnels auxiliaires, de fouilleurs – et en chiffrer les salaires horaires. Alors que des campagnes de fouilles et d’étude de matériel étaient d'habitude pratiquées avec quelques milliers de francs au plus, le Fns attribue des montants pouvant atteindre plusieurs dizaines de milliers de francs à des projets archéologiques4. Ces sommes, fondées sur des rubriques budgétaires standards, contribuent pour la première fois à donner une valeur objective à l’activité archéologique.

19Et, si le Fonds national à lui seul ne parviendra pas à régler le problème de la professionnalisation de l’archéologie suisse, il contribuera tout au moins à démystifier la question des salaires et à dénoncer le fonctionnement d’une archéologie reposant encore largement sur l’engagement de bénévoles de la science. Au début des années 1960, les préparatifs aux premiers chantiers autoroutiers montrent que la rémunération des fouilleurs va soudain de soi, même si elle est loin de constituer une norme, puisque dans le cadre des fouilles de la 2e Cej, l’essentiel des fouilleurs étaient des élèves et des étudiants non rémunérés (Schwab 1973 : 8).

Un complément aux budgets de construction fédéraux

20Suite notamment aux fouilles menées dans la baie d’Auvernier (NE), entre 1964 et 1965 puis entre 1969 et 1975, dans le cadre de la construction de l’autoroute N5 (Arnold 2009, 2010), les demandes de financement vont littéralement exploser. Ces fouilles marquent un tournant dans la logistique et les infrastructures liées au travail de terrain : fouilles en caissons palplanches et polders, sondages subaquatiques, interventions régulières de machinistes dont la présence est devenue indispensable sur de telles surfaces. Si ces travaux de terrain sont couverts par les budgets de construction, tout comme les salaires des fouilleurs, le Fns doit s’occuper, dans la plupart des cas, de financer le reste.

21Jusqu’en 1982, le Fonds national doit pallier l’absence de financements pour l’étude et la publication des données recueillies dans le cadre des fouilles de la 2e Cej et de plusieurs fouilles autoroutières. À partir de cette date, à en juger par ce qui se passe dans le canton de Neuchâtel, l’argent des autoroutes couvrira également cette étape du travail archéologique (Arnold 2010, fig. 5).

Apporter une vue d’ensemble

22À la différence des archéologues qui, saisis par l’urgence des travaux à effectuer, pouvaient difficilement agir de façon concertée, le Fns s’est trouvé idéalement positionné pour porter une réflexion d’ensemble sur l’activité archéologique à l’échelle du pays. Dès 1973, le Fonds national se préoccupe de l’absence de coordination au sein de l’archéologie suisse, encourageant la création d’un service archéologique national(Fns, 22e rapport, 1er janvier-31 décembre 1973, 47). En 1976, le Fns revient à la charge, en publiant un commentaire critique sur le fonctionnement de l’archéologie suisse qui, selon lui, « souffre de plusieurs maladies » :

« Il y a autant de régimes légaux que de cantons. Quelques cantons ont des services archéologiques à la hauteur de leur tâche, voire excellents. D’autres en sont encore à l’âge des amateurs dévoués et des compétences relatives. Les grands travaux publics de ces trente dernières années et l’extension des agglomérations ont multiplié les fouilles d’urgence ; elles se sont succédé ; ceux qui auraient normalement eu mandat d’en publier les résultats n’en ont généralement pas eu le temps. [...] On le voit, l’infrastructure est décevante. Il n’y a pas encore de conception d’ensemble sur ce qui devrait être entrepris. Les priorités ne sont pas établies. » (Fonds national suisse de la recherche scientifique, 25e rapport, 1er janvier-31 décembre 1976, 59).

23L’absence de coordination entre les cantons concernant les questions d’archéologie est toujours problématique aujourd’hui. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’épisode des fouilles autoroutières, un programme pourtant financé par l’État fédéral, a même contribué à accentuer cette tendance en renforçant le pouvoir des archéologies cantonales. Dans les faits, si la Confédération a fourni les ressources financières nécessaires à la réalisation des recherches de terrain, les cantons étaient responsables de la mise en place, grâce à des financements indirects de la Confédération, des infrastructures administratives et logistiques qui devaient autoriser la mise en œuvre de ces recherches (Kaenel 1998). Au final, l’absence de coordination critiquée par le Fns est une conséquence de l’organisation structurelle du programme autoroutier : les archéologues suisses, par leur rattachement institutionnel cantonal, n’ont jamais été encouragés à mener une réflexion globale sur leurs activités à l’échelle nationale.

Conclusion

24En tant qu’outil de financement de la recherche, le Fonds national a contribué, à différents moments de son histoire, à établir des lignes directrices qui ont trouvé un écho auprès des archéologues. Les ambitions de certains préhistoriens, qui cherchaient à moderniser leur démarche, et la volonté du Fns de faire de la technique et de la science un nouvel enjeu pour la Suisse, se sont ainsi répondues mutuellement dès le milieu des années 1950. Plus tard, la question de la professionnalisation paraissant réglée lors du début des fouilles autoroutières, le Fns a donné à l’archéologie suisse les moyens de réaliser ses nouvelles ambitions, une fois les travaux de terrain achevés, en finançant les recherches devant conduire à l’interprétation des données et à leur publication. Mais plus que cela, en dépit du morcellement cantonal, le Fns a tenté de donner aux archéologues suisses une vue d’ensemble de leurs pratiques, dans la durée et à l’échelle du pays tout entier.

25Ces exemples doivent enfin nous rendre attentifs aux difficultés rencontrées par une communauté de chercheurs à se penser dans le temps, à anticiper et à mener des réflexions de fond sur sa propre existence. Si l’archéologie du xxie siècle peut se féliciter d’avoir accompli des avancées incommensurables dans le domaine de la connaissance des sociétés du passé, elle oublie que cinquante ans plus tôt, d’autres archéologues déjà se croyaient modernes, inconscients qu’ils étaient des changements structurels qui les attendaient. Il en va ainsi pour l’archéologue Emil Vogt, un des acteurs marquants de cette archéologie suisse de la seconde moitié du xxe siècle, qui présidait en 1950 à Zurich le premier congrès de l’après-guerre de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques :

«The long interruption of international team-work did not bring archaeological research to a complete standstill in Switzerland, so foreign prehistorians have found it difficult to keep up with our progress. All the more because we have important new finds, as yet unpublished, and some new theories. We have taken a step forward, not only as regards our own little country, but concerning the prehistory of Central Europe. So we Swiss are delighted to have this opportunity to put some aspects of our prehistory before such a numerous body of eminent foreign workers (Vogt 1953, 31)».

Haut de page

Bibliographie

Arnold B. 2009. À la poursuite des villages lacustres neuchâtelois : un siècle et demi de cartographie et de recherche. Hauterive, Office et musée cantonal d’archéologie de Neuchâtel, 252 p.

Arnold B. 2010. « Vingt ans de fouilles archéologiques et d’études du milieu lacustre : l’habitat humain en bord de lac », in : Jacques L. Brochier (dir.), Le lac de Neuchâtel et les hommes de la fin des temps glaciaires à nos jours [Ressource électronique]. Hauterive, Office et Musée cantonal d’archéologie : 7-18.

Billamboz A. 2004. « Dendrochronology in Lake-Dwelling Research », in : Francesco Menotti (ed.), Living on the Lake in Prehistoric Europe. 150 years of lake-dwelling research. New York & London, Routledge : 117-131.

Fleury A. & Joye F. 2002. Les débuts de la politique de la recherche en Suisse. Histoire de la création du Fonds national suisse de la recherche scientifique 1934-1952. Genève, Librairie Droz, 223 p.

Flutsch L. 1998. «Reliques et répliques», Archéologie suisse, 21, 2 : 59-64.

Guyan U. W. et al. 1955. Das Pfahlbauproblem. Herausgegeben zum Jubiläum des 100jährigen Bestehens der schweizerischen Pfahlbauforschung. Basel, Birkhäuser Verlag, 334 p.

Kaenel G. éd. 1998. 30 ans de grands travaux. Quel bilan pour la préhistoire suisse ? Actes du colloque GPS/AGUS Bâle 13-14 mars 1998. Lausanne, Documents du GPS, 94 p.

Kaenel G. 2002. «Autoroutes et archéologie en Suisse», Revue du Nord, 348 : 33-41.

Kaeser M.-A. 2004. Les lacustres : archéologie et mythe national. Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 142 p.

Scheuner N. 2011. Politique culturelle de la Confédération, archéologie et défense nationale spirituelle. Le cas de la Société suisse de préhistoire (1931-1945). Université de Neuchâtel, Institut d’histoire [Mémoire de licence non publié], 215 p.

Schwab H. 1973. Le passé du Seeland sous un jour nouveau. Découvertes et fouilles archéologiques au cours de la 2e correction des eaux du Jura. Fribourg, Editions Universitaires, 151 p.

Schwab H. 1989. Archéologie de la 2e correction des eaux du Jura. Vol. 1, Les Celtes sur la Broye et la Thielle. Fribourg, Editions universitaires, 270 p.

Vogt E. 1953. « Problems of the Neolithic and Bronze Ages in Switzerland », in : E. Vogt, Congrès International des Sciences préhistoriques et protohistoriques. Actes de la IIIe Session. Zurich, 1950. Zurich : 31-41.

Von Burg A. 2012. «Sur la trace des Néandertaliens et des dinosaures». in : Route et trafic. Chiffres et faits. Berne, Office fédéral des routes : 20-21.

Haut de page

Notes

1 Ces résultats sont tirés d’une thèse de doctorat en préparation par la soussignée sur les débuts de l’utilisation du radiocarbone et de la dendrochronologie dans la recherche lacustre suisse.

2 Soit environ 470 millions d’euros pour les autoroutes et 1 526 000 euros (en tenant compte de l’indice des prix à la consommation) pour la 2e Cej.

3 Les recherches paléolithiques menées par Elisabeth Schmid dans la seconde moitié des années 1950 constituent un autre exemple d’intégration disciplinaire (sédimentologie, radiocarbone, zoologie, etc.), mais leur visibilité n’est toutefois pas comparable à celle des travaux menés dans le domaine lacustre.

4 Entre le milieu des années 1950 et le début des années 1960, ces montants sont compris entre 12 000 et 48 000 CHF (soit entre 38 000 et 154 000 euros en tenant compte de l’indice des prix à la consommation). Voir les rapports d’activités publiés annuellement par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique depuis sa création en 1952.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Géraldine Delley, « Le financement de l’archéologie en Suisse dans la seconde moitié du xxe siècle », Les nouvelles de l'archéologie, 133 | 2013, 34-38.

Référence électronique

Géraldine Delley, « Le financement de l’archéologie en Suisse dans la seconde moitié du xxe siècle », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 133 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/2122 ; DOI : 10.4000/nda.2122

Haut de page

Auteur

Géraldine Delley

Institut d’archéologie de l’Université de Neuchâtel,
geraldine.delley@unine.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org