Navigation – Plan du site
Dossier: Financement et réglementation étatique de la pratique de l'archéologie (fin XIXe-début XXe siècle)
1/Légiférer et protéger

Organisation et financement des fouilles de La Tène (1907-1917)

La construction des cadres administratifs de l’archéologie neuchâteloise jusqu’en 1940
Gianna Reginelli Servais
p. 28-34

Résumés

Les fouilles du site éponyme de La Tène (1907-1917) constituent la première opération archéologique de grande envergure du canton de Neuchâtel (Suisse), où elles ont marqué un tournant dans l'organisation de la recherche. Après l'examen des circonstances qui les ont rendues possibles, cet article s'intéresse à leur déroulement à travers leur financement, montrant comment ces fouilles ont institutionnalisé la recherche archéologique de terrain à Neuchâtel.

Haut de page

Texte intégral

L’élaboration de ce texte a bénéficié des conseils et des relectures de mes collègues François-Xavier Chauvière, Géraldine Delley, Marc-Antoine Kaeser, Jeannette Kraese, Philippe Marti et Sonia Wüthrich, que je tiens à remercier chaleureusement.

1Au tout début du xxe siècle, tous les archéologues neuchâtelois, amateurs plus ou moins avertis, sont persuadés que seules des fouilles systématiques et exhaustives à La Tène seraient à même de répondre à la question de la fonction du site, car les centaines d’objets découverts jusqu’alors n’ont pas suffi à résoudre cette énigme. Il en va par ailleurs d’une sorte de « devoir national » vis-à-vis de la notoriété internationale du site. Ainsi sont organisées les fouilles dites « officielles » de La Tène. Elles débutent en 1907, suite à de longues démarches de lobbying, et sont poursuivies jusqu’en 1917.

2La première opération archéologique de grande envergure du canton de Neuchâtel (Reginelli Servais 2007) va marquer un tournant dans l’organisation de la recherche. Cet article détaille les circonstances qui ont rendu ces fouilles possibles, puis, à travers le financement de la « Commission des fouilles de La Tène », comment celles-ci ont permis d’institutionnaliser la recherche archéologique de terrain à Neuchâtel.

Un contexte favorable à des fouilles organisées à La Tène

3Les promoteurs de nouvelles recherches à La Tène évoluent dans un climat favorable à leur projet. En effet, au-delà du mouvement général de prise de conscience patrimoniale qui caractérise cette période, la situation neuchâteloise résulte en grande partie de la découverte des stations lacustres au milieu du xixe siècle (Kaeser 2004a : 18).

4Plusieurs sociétés savantes actives dans le canton témoignent de la curiosité scientifique de ses notables et magistrats. Parmi elles, la Société d’histoire et d’archéologie du canton de Neuchâtel (Shan), fondée en 1864 (Montandon 1966 ; Chatelain 2006), va être appelée à jouer un rôle majeur dans les fouilles de La Tène. Des objets d’art, d’histoire, d’ethnographie et d’archéologie, exposés dès 1835 dans un collège de la ville, sont déplacés en 1885 dans un bâtiment spécialement conçu à cet effet, le Musée de Neuchâtel. Ailleurs dans le canton, divers petits musées exposent également des collections reflétant un intérêt pour le patrimoine local. Quant à l’enseignement, une Académie a été fondée en 1838, où l’on dispense des cours d’archéologie classique, et, occasionnellement, d’archéologie dite nationale (Rychner 2002).

5Du point de vue juridique, en Suisse, état fédéral, la prise en charge du patrimoine relève des cantons. Ceux-ci ont bien émis quelques décrets et règlements, dès le dernier tiers du xixe siècle, constituant une amorce de régulation des pratiques de fouille et de collection. Cependant, ils en confient l’application à des structures associatives privées, comme par exemple la Shan à Neuchâtel, sur lesquelles repose par ailleurs l’initiative d’organiser des fouilles.

6Dans le canton de Neuchâtel comme dans d’autres cantons riverains, l’incroyable engouement pour les antiquités lacustres conduit à des abus que les autorités cherchent à limiter en publiant deux arrêtés, l’un le 4 janvier 1878 et l’autre le 21 septembre 1883 (Marti, ce volume). Ils traitent essentiellement de l’activité de fouilles, qu’ils soumettent à l’obligation préalable de disposer de permis délivrés par l’intermédiaire des musées. Le second arrêté attribue à ces derniers des concessions, leur réservant des portions de rives du littoral. En instaurant des conditions pour l’obtention d’un permis de fouilles (et notamment celle de disposer de fonds suffisants, aucun subside étatique n’étant prévu par ces règlements), le gouvernement cantonal espère décourager les amateurs et les marchands. Ces mesures, à caractère dissuasif, contrastent avec l’interdiction pure et simple dont fait l’objet La Tène en 1883 : le site est en effet décrété exclusivité de la Shan, par l’arrêté du 18 septembre 1883, trois jours seulement avant celui traitant de l’ensemble des stations lacustres. L’objectif est de stopper la fouille anarchique du site et d’en réserver les trouvailles aux collections publiques, à savoir le Musée de Neuchâtel. Dès lors, et à sa demande, la Shan est seule autorisée à fouiller à La Tène.

7Ces arrêtés, qui ne suffisent pas à enrayer les pêches lacustres et la dispersion des objets, sont rapidement critiqués par les défenseurs du patrimoine mais il faudra vingt ans encore pour que le gouvernement neuchâtelois émette un acte juridique plus contraignant : la loi du 4 novembre 1902 (Piguet 1990, 1998) marque l’implication concrète du canton dans les questions d’archéologie de terrain. Elle a pour but de protéger tous les monuments intéressant l’archéologie, ainsi que les blocs erratiques et les mégalithes, le sol sur lequel se trouvent ces monuments et le sous-sol les renfermant, sur les domaines public et privé. Pour faire appliquer cette loi, le canton crée pour la première fois un organe de surveillance du patrimoine, la Commission des monuments historiques (Cmh), qui est composée de neuf membres, défrayés mais non salariés, et qui ne dispose pas d’un budget propre. Enfin, la loi de 1902 introduit un changement essentiel : elle autorise le gouvernement à prescrire des fouilles, alors qu’auparavant l’initiative en était laissée aux seuls privés ou musées. Le cas échéant, un article en précise la procédure : elles sont alors conduites sous la direction de la Cmh, aux frais du canton – cela aussi est tout à fait nouveau – et, dans la mesure du possible, avec subvention de la Confédération. Quant aux particuliers, ils continuent à pouvoir fouiller, moyennant autorisation.

8Toutefois le gouvernement, pour avoir omis d’abroger les décrets précédents, va être rapidement confronté à des problèmes de compatibilité dans l’application des divers textes juridiques. Par exemple : à qui demander désormais les permis ? À la Shan, chargée des préavis dans le cadre du partage des rives de 1883, ou à la Cmh, chargée de l’application de la loi de 1902 ? Cette situation donnera lieu à une demande de révision, voire de nouveau règlement.

9En ce qui concerne enfin la recherche archéologique de terrain, en dehors des pêches d’antiquités et des fouilles dites sauvages effectuées sur les berges nouvellement exondées, on n’avait pratiquement aucune expérience de fouille organisée, en milieu lacustre comme en milieu terrestre. Jusqu’alors, seules de petites opérations ponctuelles avaient été conduites par des membres de la Shan ou des amateurs éclairés, à leurs frais. Les fouilles de La Tène sont les premières de cette ampleur à être planifiées dans le canton de Neuchâtel (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Ouvriers et visiteurs sur les fouilles de La Tène en 1911. La méthode consistait à vider en négatif l’ancien cours de la Thielle, en procédant par tranchées perpendiculaires au chenal, de l’aval vers l’amont. En tout, 170 m de l’ancien bras ont été fouillés entre 1907 et 1917

(Archives du Laténium, PH-MAR-LT-100-19072)

La création de la Commission des fouilles de La Tène

  • 1  Les procès-verbaux de ses réunions (1906-1921) sont conservés dans les archives du Laténium, A39-2 (...)

10Conformément à l’arrêté du 18 septembre 1883 (que n’a pas abrogé la loi de 1902), les fouilles de La Tène résultent de l’initiative de la Shan, seule autorisée à intervenir sur le site. En 1906, Hermann Zintgraff, aidé de quelques membres acquis à la cause, convainc la Shan d’entreprendre les démarches nécessaires pour mener des recherches systématiques à La Tène. Les consultations aboutissent à la création d’une autorité de surveillance spécialement chargée d’organiser et de superviser les travaux, scientifiquement et administrativement (fig. 2) : la Commission des fouilles de La Tène (nommée ci-après la « Commission »)1. Représentant les institutions bailleuses de fonds, ses cinq membres font par ailleurs partie de la Shan. Personnalités de la région, ils assument au civil des charges, privées et publiques, les prédisposant à occuper des fonctions bien particulières au sein de la Commission :

  • Charles Perrin, président de la Commission, et William Wavre, directeur des travaux, représentent la Shan. Charles Perrin est chancelier d’État entre 1905 et 1921. William Wavre dirige les sections numismatique et archéologique du Musée de Neuchâtel et enseigne à l’Académie. En assumant la direction du chantier, il cumule dès lors à lui seul toutes les fonctions liées à l’archéologie du canton, inaugurant une organisation qui va se reproduire à plusieurs reprises par la suite, jusqu’au xxie siècle.

  • Paul de Pury et Paul Vouga représentent la ville de Neuchâtel. Le premier est conservateur au Musée, auquel reviendront les objets mis au jour à La Tène. Banquier de profession, il est nommé trésorier. Paul Vouga est membre de la Commission du Musée et fils d’Émile, qui fouilla le site dans les années 1880 (Kaeser 2006a ; Reginelli Servais 2007) : il occupe le poste de secrétaire de la Commission, ainsi que celui d’assistant de William Wavre sur le terrain.

  • Albert Naef, archéologue cantonal vaudois depuis 1899, représente le canton de Neuchâtel en tant que membre de la Commission des monuments historiques. Même sans subventionner les fouilles de La Tène, le canton doit être représenté, car c’est par lui que transite le subside fédéral, versé par la Société suisse pour la conservation des monuments historiques (Ssmh) : Naef est chargé d’en surveiller la bonne gestion.

11Tous sont bénévoles et assument ces charges par intérêt pour l’archéologie et à titre honorifique. Paul Vouga enseigne l’histoire et le français à l’École de commerce de Neuchâtel, poste qui lui assurera son seul revenu jusqu’à son décès en 1940.

Fig. 2

Fig. 2

W. Wavre et P. Vouga encadrant un membre de la Commission des fouilles de La Tène en visite sur le chantier en 1907

(Archives du Laténium, PH-MAR-LT-100-19020)

Un financement mixte

  • 2  Rapport[s] du Conseil Communal au Conseil Général sur la gestion et les comptes de [1906 à 1926]. (...)

12La Commission gère son propre budget et rend des comptes aux autorités administratives de la ville de Neuchâtel. C’est à travers ses rapports annuels2 que l’on peut suivre le montage et l’évolution du financement des fouilles officielles.

  • 3  Il soutient l’entreprise par un don unique de 150 CHF au début des travaux, puis en mettant à disp (...)

13On peut voir sur le tableau 1 que le budget est alimenté par trois sources, parmi lesquelles ne figure pas le canton3 : en effet, puisque la Shan a toujours l’exclusivité sur La Tène, il est dispensé d’en financer les fouilles qu’il n’a d’ailleurs pas prescrites lui-même. Ainsi, la somme à disposition provient d’abord de la ville de Neuchâtel, qui engage le plus gros montant annuel, en échange de quoi son musée reçoit tous les objets recueillis. La Shan, vivant des seules cotisations de ses membres, ne peut mettre à disposition qu’une somme modeste, mais constante. La Confédération, par l’intermédiaire de la Ssmh, apporte un subside conséquent qu’elle réduit toutefois progressivement avant d’y mettre fin en 1915. La raison de cette suppression est liée à un important changement de statut de la Société.

Tabl. 1

Ville de
Neuchâtel

Shan

Ssmh

(Confédération)

Autres

Total
par an

1907

2000.-

300.-

1500.-

150.- (canton)

3950.-

1908

2000.-

300.-

1500.-

3800.-

1909

2000.-

300.-

1500.-

3800.-

1910

2000.-

300.-

1500.-

3800.-

1911

2000.-

300.-

1 000.-

3300.-

1912

2000.-

300.-

500.-

2800.-

1913

2000.-

300.-

500.-

500.- (SSP)

3300.-

1914

2000.-

550.-

500.-

535.- (don anonyme)

3585.-

1915

1 000.-

300.-

1300.-

1916

2000.-

300.-

850.- (ventes d’objets)

3150.-

1917

2000.-

300.-

2300.-

21000.-

3550.-

8500.-

2035.-

CHF 35085.-

Les fouilles de La Tène ont bénéficié d’un financement mixte, mais provenant essentiellement de fonds publics (ville de Neuchâtel et Confédération). 35 085 francs suisses de 1917 correspondent à 224 221 francs suisses actuels, soit environ 184 000 euros

  • 4  Nos recherches sur les raisons de cette interruption sont en cours, mais on peut déjà les lier à l (...)

14La Ssmh est un organisme privé, créé en 1880, qui s’occupe de questions de conservation et d’acquisitions de monuments et d’antiquités nationales, financées par les cotisations de ses membres. Cependant, dès 1886, un arrêté fédéral institue la participation de la Confédération à la conservation et à l’acquisition des antiquités nationales, avec un crédit annuel dont elle délègue la gestion à la Ssmh. Mais voilà qu’en 1915, la Confédération crée sa propre Commission fédérale des monuments historiques (Cfmh) et retire de ce fait à la Société suisse des monuments historiques ses compétences et son financement. Comme la nouvelle Cfmh ne prend pas le relais4, cet événement marque la fin définitive du soutien financier fédéral aux fouilles de La Tène. En conséquence, les travaux de terrain accusent dès 1915 un net ralentissement et les objectifs sont réduits, mais la Commission des fouilles de La Tène continue à tourner, tant bien que mal, avec les seules subventions de la ville et de la Shan et quelques dons isolés.

Activités et développement de la Commission

  • 5  L’Académie vient tout juste de devenir Université, ce qui lui permet de délivrer des doctorats. P. (...)

15Au décès de William Wavre, en 1909, Paul Vouga (29 ans) prend en quelque sorte la tête de l’archéologie neuchâteloise. Assumant simultanément les trois fonctions de conservateur de la collection archéologique, de directeur des fouilles et de la Commission de La Tène, et de privat-docent à l’Université5, il prend rapidement conscience du potentiel de la situation. Visionnaire et entreprenant, il décide dès lors de l’exploiter et s’engage pour l’affirmation des structures administratives de l’archéologie neuchâteloise.

16Vouga part du principe que la fouille est une mission du conservateur de musée, tant pour accroître ses collections que parce que, la recherche scientifique se faisant au musée, celui-ci doit disposer d’un fonds nécessaire au renouvellement des problématiques. Ainsi, très tôt, la Commission intervient sur d’autres sites du canton. Profitant des eaux trop hautes pour fouiller à La Tène, par exemple, Vouga et son équipe explorent des tumuli, grottes et abris un peu partout dans le canton. Ainsi dépasse-t-il peu à peu le cadre des tâches qui lui ont été confiées à La Tène, élargissant de fait les compétences de la Commission. Les chantiers qu’il lance semblent d’abord dictés par l’urgence de travaux, ou de l’érosion, occasionnant des destructions. Pourtant, tenu de les justifier auprès des autorités, il parvient progressivement à les inscrire dans un projet global et cohérent. Son programme tient compte du type de sites à explorer et de la période à laquelle ils se rattachent ; il intègre par ailleurs des méthodes de fouilles modernes, qui prennent en considération le contexte archéologique et géologique du site. Ainsi réclame-t-il en premier lieu la nécessité de fouiller une station lacustre néolithique et une de l’âge du Bronze de manière aussi systématique et exhaustive qu’on l’a fait pour le site de La Tène. C’est dans cette perspective qu’il commence à fouiller à Auvernier en 1919, où la méthode stratigraphique lui permettra d’affiner la chronologie du Néolithique. Plus généralement, selon lui, et en lacustre comme en terrestre, il faudrait fouiller de cette manière au moins un site de chaque période. Les rapports annuels montrent que c’est sur cette vision de l’archéologie que Vouga s’appuie pour justifier ses dépenses et ses demandes auprès des autorités.

  • 6  Archives du Laténium, A39-2887.02.

17Ces rapports, associés aux archives comptables, dévoilent également comment il fait insensiblement glisser l’obligation de faire de l’archéologie de terrain, considérée d’abord comme relevant du Musée, vers la Commission. Les résultats des fouilles sont par exemple présentés dans le rapport administratif du Musée, alors que les archives comptables6montrent que les frais en sont imputés à la Commission. Par cette stratégie, celle-ci devient en fait le prolongement naturel de celui-là.

  • 7  À propos des ventes de doublets, cf. Marti, ce volume.

18Bien entendu, le fait qu’il dirige l’une et l’autre facilite la démarche. Mais, au-delà de la volonté de renforcer la position de la Commission, cette tactique permet en même temps de pallier l’extrême modestie des budgets. Dans l’entre-deux-guerres, Vouga recourt à la vente de « doublets »7 pour renflouer les caisses … de la Commission ! De l’argent arrive accessoirement par l’intermédiaire de subventions spéciales, de la Société suisse de préhistoire par exemple, ou par des dons. Les rôles respectifs du Musée et de la Commission se confondent donc parfois dans les rapports administratifs de chaque institution, tous deux rédigés par lui, ainsi que dans la comptabilité des deux entités.

19C’est également par le nombre et le statut de ses membres que la Commission renforce sa position. De cinq membres à sa création, elle passe progressivement à 14 à la fin des recherches à La Tène, en 1917. Ces personnalités sont choisies tant pour leur bienveillance à l’égard de la préhistoire que pour leur engagement dans diverses institutions publiques et privées. Certaines sont même en mesure d’apporter une aide directe sur le terrain, comme le géologue Auguste Dubois, qui écrira sur la topographie de La Tène dans la monographie de la station (Vouga 1923), ou Gustave Bellenot, professeur de chimie, qui restaurera les objets du site. Leur implication contribue à rendre l’existence de la Commission plus forte et plus légitime.

20Multipliant les fouilles dans le canton, jouant sur le financement disponible, et inscrivant la Commission dans un réseau social et scientifique, Vouga élabore une stratégie visant à terme la reconnaissance de la Commission comme interlocutrice du gouvernement pour l’archéologie préhistorique.

Vers une reconnaissance cantonale

  • 8  Archives de l’État de Neuchâtel, fonds TP 855, « Projet de règlement concernant la pêche et les fo (...)

21Malgré la loi de 1902 et la création de la Cmh, les pêches et fouilles lacustres sans permis et l’exode des objets continuent. Ce constat pousse Vouga à réclamer, dès 1911, un nouveau règlement qui interdirait purement et simplement toute fouille à d’autres qu’aux musées et qui annulerait par la même occasion le partage des rives décrété en 1883. L’enjeu porte aussi sur l’autonomisation de la Commission, que Vouga souhaiterait voir passer sous la tutelle directe de l’État, affranchie de la Shan. Les débats durent car Charles-Henri Matthey, à la tête de la Cmh, résiste vigoureusement8. Il ne veut pas d’une commission archéologique indépendante et souhaite maintenir la liberté des fouilles de manière à ce que les coûts qu’elles engendrent ne reposent pas uniquement sur le budget cantonal.

22Vouga procède donc par étapes. En 1917, la Commission demande à la Shan d’adapter son nom à l’élargissement de son champ d’activités. La voilà Commission des fouilles de La Tène et d’archéologie préhistorique, avec des compétences élargies aux stations lacustres, grottes et abris sous roches. Bien que reconnue par le gouvernement cantonal, elle demeure sous la tutelle de la Shan.

23Les discussions entamées en 1911 avec les autorités cantonales et la Cmh aboutissent en 1921. La Commission propose alors au gouvernement neuchâtelois un nouveau règlement, qui sera adopté le 5 mai 1922. Ce « Règlement concernant les recherches d’archéologie préhistorique et la pêche et les fouilles d’antiquités lacustres » abroge l’arrêté de 1883 (le partage des rives), et fixe la procédure à suivre pour entreprendre des recherches d’archéologie préhistorique, en particulier des fouilles lacustres. L’application en est confiée à un organe de surveillance, composé de neuf experts également chargés du contrôle scientifique des travaux. Ce comité ne dispose pas de budget propre et ses membres ne reçoivent pas de salaire (ils sont seulement défrayés). C’est bien sûr la Commission des fouilles de La Tène et d’archéologie préhistorique qui jouera ce rôle, sous le nom simplifié de Commission d’archéologie préhistorique, perdant donc la référence au site à l’origine de sa création. C’est un pas décisif, qui l’affranchit à la fois de la Shan, puisqu’elle est désormais directement dépendante du gouvernement cantonal, et de la Cmh, qui orientera dès lors ses recherches vers le patrimoine bâti.

Conclusion : la postérité de la Commission

  • 9  Le développement de l’archéologie du canton de Vaud présente à cet égard de grandes similitudes av (...)

24À Neuchâtel, les liens étroits unissant dès l’origine le Musée, la Commission et l’Université tiennent au fait qu’un seul et même homme s’est toujours trouvé à la tête de ces trois institutions. Les synergies sont dès lors bien plus aisées à mettre en œuvre. Pour autant, cette situation seule n’aurait pas suffi : il a fallu la force de caractère et la persévérance d’un Paul Vouga pour que la Commission acquière toute sa légitimité9.

25Le succès de ses démarches ne fut pas acquis pour autant. En effet, une période d’instabilité suit la mort de Vouga en 1940 (Kaeser 2006a : 13-14), la répartition de ses fonctions entre plusieurs personnes entraînant la rupture du lien entre les trois entités. Théodore Delachaux, ethnologue, se voit confier l’enseignement à l’Université et reprend le poste de conservateur au Musée, dont il ferme la section archéologique pour la réorganiser. Pour la Commission d’archéologie préhistorique, Samuel Perret, architecte ayant accompagné Vouga sur quelques fouilles, prend le relais mais il ne se montre pas aussi engagé et entreprenant que son prédécesseur. Les travaux de terrain diminuent considérablement. Plusieurs années durant, la Commission d’archéologie préhistorique ne se réunit plus, sa comptabilité est tenue par la municipalité. Elle n’apparaît plus qu’épisodiquement par la suite, dans un rôle qui reste à étudier. Quoi qu’il en soit, grâce à Paul Vouga, elle a marqué l’institutionnalisation des recherches archéologiques de terrain dans le canton de Neuchâtel.

Haut de page

Bibliographie

Bertholet D. dir. et al. 1998. Autour de Chillon, archéologie et restauration au début du siècle. Lausanne, Musée cantonal d’archéologie et d’histoire.

Bielman A. 1987. Histoire de l’histoire ancienne et de l’archéologie à l’Université de Lausanne (1537-1987). Lausanne, Université de Lausanne (Études et documents pour servir à l’histoire de l’Université de Lausanne, 20).

Chatelain P.-Y. 2006. « Histoire et archéologie à Neuchâtel (1864-1946) : un malentendu ? », in: M.-A. Kaeser (dir.), De la mémoire à l’histoire : l’œuvre de Paul Vouga (1880-1940). Hauterive, Service et musée cantonal d’archéologie de Neuchâtel (Archéologie neuchâteloise, 35) : 127-137.

Kaeser M.-A. dir. 2000. À la recherche du passé vaudois : une longue histoire de l’archéologie. Lausanne, Musée cantonal d’archéologie et d’histoire (Document du Musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne).

Kaeser M.-A. 2004a. « Les prémices d’une politique archéologique au xixe siècle », Revue historique neuchâteloise, 1-2 : 15-32.

Kaeser M.-A. dir. 2004b. Un siècle de protection des monuments historiques dans le canton de Neuchâtel : bilan et perspectives. Neuchâtel, Société d’histoire et d’archéologie du canton de Neuchâtel (Revue historique neuchâteloise, 1-2).

Kaeser M.-A. 2006a. « De la mémoire à l’histoire : Paul Vouga et l’archéologie préhistorique au début du 20e siècle », in : M.-A. Kaeser (dir.), De la mémoire à l’histoire : l’œuvre de Paul Vouga (1880-1940). Hauterive, Service et musée cantonal d’archéologie de Neuchâtel (Archéologie neuchâteloise, 35) : 11-31.

Kaeser M.-A. 2006b. « The first establishment of prehistoric science : the shortcomings of autonomy », in : J. Callmer et al. (eds), The beginnings of academic pre- and protohistoric archaeology (1890-1930) in a European perspective. International meeting at Humboldt-University Berlin, 13-16 March, 2003. Berlin, Leidorf : 149-160.

Montandon L. 1966. « Un siècle d’activité du Musée Neuchâtelois et de la Société d’Histoire, 1864-1964 », Cahiers de la Société d’histoire et d’archéologie du canton de Neuchâtel, 2 : 5-56.

Piguet C. 1990. Charles-Henri Matthey (1880-1956) ou Une première approche de l’histoire de la conservation et de la restauration des monuments dans le canton de Neuchâtel. Lausanne, Université de Lausanne, mémoire non publié.

Piguet C. 1998. « Ricochets neuchâtelois : la loi de 1902 et les restaurations dirigées par Charles-Henri Matthey », in : Autour de Chillon, archéologie et restauration au début du siècle. Lausanne, Musée cantonal d’archéologie et d’histoire : 61-66.

Reginelli Servais G. 2007. La Tène, un site, un mythe, 1. Chronique en images (1857-1923). Hauterive, Office et Musée d’archéologie de Neuchâtel (Archéologie neuchâteloise, 39).

Rychner V. 2002. « Les enseignements. La faculté des lettres. L’archéologie préhistorique », in : Histoire de l’Université de Neuchâtel, T. 3 : L’Université, de sa fondation en 1909 au début des années soixante. Neuchâtel, Université de Neuchâtel : 335-468.

Vouga P. 1923. La Tène : Monographie de la station publiée au nom de la Commission des fouilles de la Tène. Leipzig, Karl W. Hiersemann.

Haut de page

Notes

1  Les procès-verbaux de ses réunions (1906-1921) sont conservés dans les archives du Laténium, A39-2888 et A39-2888.01.

2  Rapport[s] du Conseil Communal au Conseil Général sur la gestion et les comptes de [1906 à 1926]. Neuchâtel.

3  Il soutient l’entreprise par un don unique de 150 CHF au début des travaux, puis en mettant à disposition divers moyens techniques et compétences humaines.

4  Nos recherches sur les raisons de cette interruption sont en cours, mais on peut déjà les lier à la personnalité d’A. Naef, membre et conseiller scientifique de la Commission des fouilles de La Tène. Celui-ci se fâche peu à peu avec les autres membres de la Commission, leur reprochant des méthodes et des problématiques rétrogrades. Or Naef, président de la Ssmh depuis 1905, contribue ensuite activement à la création de la Cfmh, nouvel organe fédéral, dont il est du reste aussitôt nommé président. Une partie de l’explication réside peut-être dans ce différend ; d’autres raisons sont à chercher dans les statuts de la Cfmh (cf. Reginelli Servais, La Tène revisitée. Topo-stratigraphie du site éponyme, thèse de doctorat en cours, Université de Neuchâtel).

5  L’Académie vient tout juste de devenir Université, ce qui lui permet de délivrer des doctorats. P. Vouga sera nommé professeur extraordinaire en 1919 (Rychner 2002).

6  Archives du Laténium, A39-2887.02.

7  À propos des ventes de doublets, cf. Marti, ce volume.

8  Archives de l’État de Neuchâtel, fonds TP 855, « Projet de règlement concernant la pêche et les fouilles d’antiquités lacustres », 1911 ; lettre de C.-H. Matthey au Dpt des Travaux publics, 11.04.1921.

9  Le développement de l’archéologie du canton de Vaud présente à cet égard de grandes similitudes avec Neuchâtel : A. Naef occupe dès 1915 les trois mêmes fonctions. De même, tout reposant sur sa personnalité, une période de crise suit son décès (Bielman 1987 ; Bertholet et al. 1998 ; Kaeser 2000). Cf. sur cette question, pour l’Europe en général, Kaeser 2006b : 156.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Ouvriers et visiteurs sur les fouilles de La Tène en 1911. La méthode consistait à vider en négatif l’ancien cours de la Thielle, en procédant par tranchées perpendiculaires au chenal, de l’aval vers l’amont. En tout, 170 m de l’ancien bras ont été fouillés entre 1907 et 1917
Crédits (Archives du Laténium, PH-MAR-LT-100-19072)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2117/img-1.png
Fichier image/png, 755k
Titre Fig. 2
Légende W. Wavre et P. Vouga encadrant un membre de la Commission des fouilles de La Tène en visite sur le chantier en 1907
Crédits (Archives du Laténium, PH-MAR-LT-100-19020)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2117/img-2.png
Fichier image/png, 683k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gianna Reginelli Servais, « Organisation et financement des fouilles de La Tène (1907-1917) », Les nouvelles de l'archéologie, 133 | 2013, 28-34.

Référence électronique

Gianna Reginelli Servais, « Organisation et financement des fouilles de La Tène (1907-1917) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 133 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/2117 ; DOI : 10.4000/nda.2117

Haut de page

Auteur

Gianna Reginelli Servais

Office du patrimoine et de l’archéologie, Neuchâtel/Institut d’archéologie de l’Université de Neuchâtel,
gianna.reginelli@ne.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org